Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Savoir faire la différence entre les opinions et les attitudes des (...)

Savoir faire la différence entre les opinions et les attitudes des gens

Les deux sondages mettant Marine Le Pen en tête ont fait l'effet d'une bombe... Mais sont-ils l'essentiel ?

L’opinion est d’humeur très volage. Elle signifie étymologiquement « Opiner » (14e siècle, du latin opinari) qui signifie dire ou énoncer son opinion. On ne devrait pas y faire tant attention. Mais alors que la température des présidentielles, telle que photographiée 14 mois avant les scrutins par deux sondages « chocs » ne plait pas, alors il faudrait casser le thermomètre, c'est-à-dire remettre en question la fiabilité de ces études d’opinion ? Si seulement cela pouvait faire tomber la fièvre frontiste, pourquoi pas ? Mais à trop regarder le doigt, on en oublie la lune qu’il désigne. Je voudrais donc, à ce stade du débat, rappeler quelques fondamentaux.

L’opinion des gens est de plus en plus fluctuante

Tout d’abord, et sans paraphraser Pierre Bourdieu et son « l’opinion publique n’existe pas », il faut bien reconnaitre que l’opinion des gens est fluctuante, de plus en plus fluctuante d’ailleurs. On estime maintenant que près d’un tiers du corps électoral se décide pour de bon la veille ou le jour même du scrutin. D’autre part, il y a un facteur décisif que les sondages ont du mal à évaluer, c’est la participation. Et l’on sait aussi que les « différentiels de participation » pèsent lourds dans l’issue des votes. D’autre part, le brouillage des repères gauche/ droite ne facilite pas les choses. Car l’on sait bien que les « parts de préférences » des gens traversent désormais tous les partis et que le zapping électoral est devenu courant.

 Ainsi, comme l’exprimait Paul Léautaud « « Pourquoi faire part de nos opinions ? Demain, nous en aurons changé » [i] Comment dans ces conditions, prévoir avec précision le vote de 65 millions d’individus sans appartenance ? C’est une question préalable, et personne n’en a la réponse. Ce qui laisse aussi la porte ouverte à toutes les surprises, en sachant quand même que l’opinion publique sait faire passer des messages, et que ceux-ci peuvent être brutaux.

En fait, l’opinion ne correspond qu’à ce que déclare « penser » un individu d’une pratique ou d’un objet Elle est l’expression verbale et spontanée des valeurs et des attitudes. Valeurs et attitudes, retenez bien ces termes…

L’importance de distinguer les opinions, les attitudes, les valeurs et les comportements

Car il y a bien une différence, que personne ne rappelle à ce stade du débat, entre les opinions, les attitudes, les valeurs et les comportements. Des différences importantes qui expliquent en partie l’audience de Marine Le Pen, comme la communication de Nicolas Sarkozy, d’ailleurs, dès que celui-ci instrumentise les peurs des gens, en se moquant d’ailleurs de sa popularité faible. L’un et l’autre se basent davantage sur les attitudes que sur l’opinion des gens. 

Car derrières les mots utilisés pour formaliser une opinion se cachent bien les attitudes, qui sont l’ensemble de prédispositions individuelles par rapport à un objet ou une pratique. Ces attitudes se distinguent de l’opinion par le fait qu’elles ne sont pas toujours verbalisables ni conscientes, mais déterminent cependant des comportements. J’ai l’habitude de prendre pour exemple le cas du chocolat chaud : Tout le monde en a une bonne opinion , mais combien en boivent ? L’attitude des gens vis-à-vis de cette boisson rejoint leur comportement, c'est-à-dire ce qu’ils font réellement, boire du café par exemple.

Une attitude est un état mental et neuropsychologique de préparation à répondre

Jean Stœtzel[ii] définit l’attitude comme « la manière dont une personne se situe par rapport à des objets de valeurs ». On ne peut étudier les attitudes qu’indirectement. Deux autres définitions sont à noter :« Une attitude est un état mental et neuropsychologique de préparation à répondre, organisée par l’expérience du sujet et exerçant une influence directrice et dynamique sur sa réponse à tous les objets et à toutes les situations s’y rapportant. » (ALLPORT, 1935.) Ou encore : « Etat mental et neuropsychologique, constitué par l’expérience, qui exerce une influence dynamique sur l’individu, le préparant à réagir d’une manière particulière à un certain nombre d’objets et de situations. » (ALLPORT, 1935.)

Et ce n’est que par induction que l’on connaît les attitudes, à partir des opinions exprimées et des comportements observés. C’est ce qui est notamment recherché dans les questionnaires par les questions à « échelles additive d’attitude » (dit échelle de Likert) qui propose, sur des questions choisies, à l’individu de classer lui-même son jugement de 1 à 7, de tout à fait en désaccord à tout à fait en accord ou par un différentiateur sémantique ( dit échelle d’Osgood) qui demande de situer entre des termes comme vide / plein, beau / laid, Satisfait / insatisfait, etc.

Moins souples que les opinions, elles se sont forgées par l’expérience de chacun

Les attitudes sont donc moins souples que les opinions, et sont forgées aussi par l’expérience de chacun. Mais si chaque individu est bien dans un milieu social qui l’englobe et le détermine, ses attitudes se formeront au travers de ses processus de socialisation. Un processus que nous pouvons présenter à trois niveaux :

Tout d’abord, d’où nous venons. Notre milieu social d’origine, parental, géographique. Ensuite, notre premier cercle de socialisation. L’école fréquentée, l’université, ses premier(e)s ami(e)s, son premier emploi, ses fréquentations, etc. Et enfin, notre sensibilité aux codes extérieurs. Nos sources d’informations, notre propre perception du monde extérieur, notre sensibilité aux modes et aux codes culturels différents du notre. A chaque stade, nous nous forgeons des convictions et une sensibilité à certains discours. Et nous réagissons de façon inconsciente en fonction de ces codes que nous avons en nous, sans nous en apercevoir forcément.

A partir de sondages et d’observations, certains parviennent à élaborer des types d’attitudes et les traduisent en des portraits catégorisés de traits décrivant des individus. C’est ainsi que l’on définit de styles de vie, des « sociostyles » : conservateur, utilitariste, profiteur, militant, exemplaire, libertaire, financier, dilettante, responsable, ou bien décalé, recentré, aventurier, rigoriste, égocentré, ou encore bourgeois bohème, traditionaliste, etc.

L’attitude agit sur la base de croyances, d’ affect et d’intentions

La notion d’attitude est aussi une clé essentielle pour comprendre la manière dont les citoyens développent des préférences pour des personnes politiques. Une attitude est une prédisposition apprise à l’égard d’une personne, qu’elle soit positive ou négative. Elle se compose de croyances : c’est la dimension cognitive, d’évaluations, c’est la dimension affective, et enfin d’intentions : c’est la dimension conative.

Et conduit au comportement des gens, ce qu’ils font réellement

Enfin, il faut évaluer et mesurer les comportements des gens, c'est-à-dire ce qu’ils ont fait, font ou vont faire concrètement. C’est la conduite d’un individu ou d’un groupe, constituée de paroles, de gestes, d’actions, de plans d’action, etc. Elle peut-être aussi une réaction à des stimuli internes (douleur par ex.) ou externes à l’individu, elle peut aussi se traduire par un vote. On a deux sortes de connaissance possible des comportements.

Soit je demande aux gens ce qu’ils font, mais ce sont alors leur opinion que je recueille : ce qu’ils disent qu’ils font, ce n’est pas forcément ce qu’ils font réellement. Ou alors j’observe ce qu’ils font, en restant à distance ou m’impliquant davantage (observation participante) : mais là aussi c’est ce que j’observe, du point de vue d’où j’observe, au moment où j’observe, mais pas de tous les angles de vue possibles ni tout le temps . Il est donc difficile de prévoir les comportements des gens.

N’oublions pas les valeurs

Mais c’est bien à ces deux niveaux, ceux des attitudes et des comportements que se jouera l’élection présidentielle de 2011. Sans oublier un troisième niveau, qui se confond un peu avec celui des attitudes : Les valeurs. Les valeurs transcendent les préférences partisanes ou pour un leader. Elles font appel à l’inconscient, comme les attitudes. Ce serait d’ailleurs le principal barrage pour Marine Le Pen si elle arrivait au second tour de l’élection présidentielle, comme l’a déjà démontré le score de plus de 80% en faveur de Jacques Chirac, en 2002, face à son père.

Les attitudes, un terrain facile pour le Front National ?

Donc, pour se résumer, si l’élection présidentielle se fait sur les attitudes plus que sur les opinions, quels sont les candidats les plus porteurs ? Il est clair que Marine Le Pen surfe sur les attitudes de peur et de dégout des gens. Peurs vis-à-vis de l’immigration, et dégout à l’égard de la classe politique dominante. Quant 42% des personnes interrogées, mais 24% des gens de gauche et 71% des gens de droite (dont 98% des sympathisants du Front National) déclarent que la présence d’une communauté musulmane est plutôt une « menace pour l’identité de notre pays »,[iii] on mesure la possibilité d’échos des thèses de Marine Le Pen. Et quand plus de la moitié des électeurs disent ne plus faire confiance « à la gauche ou à la droite » pour gouverner le pays, on mesure aussi le potentiel du champs d’expression des votes protestataires. Alors, en se choisissant une femme qui apparait comme dynamique, les verrous liés à la personnalité de Jean-Marie Le Pen vont-t-ils sauter ?

Mais qui aura ce charisme, cette capacité de transcender le vécu des gens ?

Il est important de pendre la mesure de l’inconscient politique de cette élection. Les dimensions affectives, voire irrationnelles, y joueront un rôle aussi grand que celui de la capacité de pédagogue des candidats, qui sera essentielle, aussi pour rétablir la confiance. Le candidat socialiste, comme Nicolas Sarkozy, et tous les candidats, ne devront pas compter à l’excès sur l’opinion publique, mais davantage s’appuyer sur les attitudes des gens. Il va falloir épouser les peurs, les angoisses, mais aussi les espoirs et les rêves des gens, le faire en leur racontant des histoires qui les concerneront, un peu comme a réussi à le faire Barack Obama aux Etats unis en 2008. A l’heure du virtuel, les gens veulent vivre des moments forts. Alors, pour toutes les candidates et tous les candidats, ce charisme, cette capacité de transcender le vécu des gens en les emmenant au-delà de leurs conditions, oui, ce sera décisif pour gagner en 2012.

Eric DONFU

Sociologue de l’opinion,



[i] Journal littéraire, Mercure de France, 1954-1964.

[ii] Jean Stoetzel (1910 – 1987) Jean Stoetzel est un sociologue français, introducteur en France de la méthode des sondages d'opinion. Normalien, agrégé de philosophie, professeur détaché aux Etats Unis d’Amérique en 1937, il y rencontre Georges Gallup et revient fonder l'Institut Français d’opinion publique (IFOP). Il consacre sa thèse (1943) à la « théorie des opinions ».

[iii] Sondage IFOP Pour Le Monde réalisé du 7 au 9 décembre 2010. Echantillon de 809 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité des l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession du chef de famille) après stratification par région et catégorie d’agglomération.


Moyenne des avis sur cet article :  3.56/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

85 réactions à cet article    


  • frugeky 9 mars 2011 09:32

    Ah ces sociologues ! smiley

    Sauf que l’opinion ici semble bel et bien manipulée par une presse qui oublie le caniveau et qui fait là où on lui dit de faire.
    L’opinion ne se fait plus dans les réunions électorales, dans les bistrots (ces églises de la république), ou au porte-à-porte mais par voie, voix, de presse, radio et surtout, surtout, télévision avec appui d’images qui vient légitimer un texte en voix off.

    Marine Le Pen en tête au premier tour.

    MARINE LE PEN EN TÊTE AU PREMIER TOUR !!!!

    et ceci répété jusqu’à la nausée.

    Aucun titre, aucun sondage pour nous dire si les français, à l’instar des islandais, souhaiteraient un référendum sur le remboursement de la dette. La question ne se pose évidement pas, tous les français étant heureux de rembourser ad vitam aeternam une dette qu’on a contracté pour eux.


    • Yohan Yohan 9 mars 2011 12:34

      Que les adversaires de MLP parlent autant d’elle pour la salir, c’est la preuve qu’ils n’ont aucune véritable proposition pour endiguer la montée du chômage et de l’immigration.
      Sur le terrain, on voit bien qu’il ne peuvent plus rien faire de bon


    • frugeky 9 mars 2011 13:11

      Vous vous bercez d’illusion.
      La mise en tête de gondole de Le Pen est faite pour l’installer au second tour et tenter de rééditer le coup de 2002.
      Ses propositions ne valent même pas qu’on la salisse.
      Regardez donc qui met au pot et vous vous rendrez compte qu’elle est bien assez grande pour se salir elle-même.


    • Mr.K (generation-volée) Mr.K (generation-volée) 9 mars 2011 13:43

      Ses propositions ne valent même pas qu’on la salisse.


      Je m’opposerai au fn pour certaines rasion mais vous n’avez pas lu une seule lignes des dites propositions et vous jugez quand meme.

      Alors c’est qui le fasciste,l’amalgammeur,HEIN ??


    • frugeky 9 mars 2011 14:51

      Fasciste et amalgameur ! Et ben dites donc ...

      Donc je n’ai rien lu du FN...

      J’ai justement reçu ce matin le tract pour les cantonales (où le candidat n’apparaît pas, seule Marine a le droit de figurer).

      Donc, entre autres, « maintenir le niveau des retraites », aïe, me rappelle pas avoir vu le FN très causant lors des manifestations pour les retraites. Devaient être en train d’établir le programme. Ni non plus avoir protester contre d’une manière ou d’une autre.
      « Défendre nos valeurs républicaines » ah bon, et pas nos valeurs monarchistes ? Ca coûte pas cher et ça ne dit rien...
      « Rétablir l’ordre, faire respecter les lois et assurer la sécurité, première des libertés » pas entendu le FN sur nos libertés quand loppsi est passée...

      Des clichés, des lieux communs, ça coûte pas cher, c’est sensé faire plaisir à tout le monde, comme les autres partis. Je ne vous fais pas toute la liste, vous avez l’air de la connaître par coeur.

      Vos insultes (pour moi fasciste c’en est une, pour vous certainement un compliment) je m’en barbouille le pourtour annal et j’en profite pour vous conchier, salement.


    • Traroth Traroth 9 mars 2011 16:19

      @Mr.K : Concernant le programme économique du FN, je vous mets AU DEFI d’en parler ! Sur le site officiel, cette partie du programme est malheureusement en travaux depuis des mois !


    • Alexandre Partick 9 mars 2011 09:47

      Marine Le Pen en tête au premier tour des intentions de vote devant Nicolas Sarkozy (23% contre 21 %), Martine Aubry, (23% contre 21%), Dominique Strauss-Kahn (24% contre 23%), François Hollande (24% contre 20%) n’en finissent pas d’être commentés par la classe politique.... En vain ! Ils ne vont réussir qu’à l’installer encore plsu en tête !
      Alors, franchement, bravo ! Ce texte vaut mieux que tous ces papiers sur le sexe des sondages... J’ai lu le dossier du « Monde » hier, et j’aurais préféré y lire l’analyse de Eric Donfu, qui rappelle tout simplement comment se forme l’opinion des gens, et ce qu’il faut faire pour avoir prise, de façon positive, sur elle. Un vrai cours de sociologie de l’opinion peut-être, mais du solide, et j’espère que les politiques le liront... PA


      • Attentif75 9 mars 2011 18:38

        Je vous approuve ! Cette analyse est plus interessante que plein d’éditos ronflants !


      • Robert GIL ROBERT GIL 9 mars 2011 10:08

        Comme Nicolas Sarkozy a brouillé les pistes en citant Jaurès, en promettant tout et son contraire, en fustigeant le capitalisme ou en félicitant les fonctionnaires, Marine Le Pen continue la déstructuration du discours politique par rapport aux réalités sociales. Par temps de crise, islam et immigration font toujours le bonheur du populisme d’extrême droite. lire....

        http://2ccr.unblog.fr/2011/01/17/le-fn-defenseur-des-classes-populaires/


        • bleu Marine 9 mars 2011 12:02

          l’immigration pèse effectivement beaucoup.
          Rappelons que 200 000 nouveaux immigrés légaux entrent chaque années sur le territoire avec tout ce que cela signifie sur les comptes de la nation en matière sociales notamment.
          le terme : extrême droite pour qualifier le FN n’est pas juste. Ce mouvement est républicain, « parlementariste » (dixit L.JOSPIN)


        • lagabe 10 mars 2011 09:11

          tu oublies une chose fondamentale , une étude a été faite , est ce que les immigrés nous coutent ou nous rapportent . L’étude est arrivée a un résultat de 14 milliards en leur faveur


        • Gabriel Gabriel 9 mars 2011 10:33

          Et pendant que des sondeurs malhonnêtes et inutiles nous envoi leurs fausses informations que fait-on pour les 10 millions de personnes vivant avec moins de 800 € par mois ? Ou sont les propositions pour régler les vrais problèmes ?


          • Gabriel Gabriel 9 mars 2011 13:36

            Monsieur Gelone,

            Vous qui pensez FN, vivez FN, respirez FN ? Voilà la réalité. Le chômage et l’emploi arrivent en tête des préoccupations pour 74 % des Français en moyenne sur l’année 2010 (contre 75 % en 2009 selon le précédent baromètre). Une inquiétude plus marquée chez les 18-24 ans (81 %), les employés (77 %) et les ouvriers (82 %). Le financement des retraites, dont l’âge légal a été reporté de 60 à 62 ans cette année, est le second sujet de préoccupation pour 53 % des personnes interrogées, les Français les plus âgés étant les plus inquiets (54 % des 50-64 ans, 60 % des plus de 65 ans). En troisième position, la santé et la qualité des soins constituent une source d’inquiétude pour 52 % des Français (55 % des 50-64 ans, 56 % des plus de 65 ans), alors que le gouvernement compte s’atteler à la réforme de la dépendance. Parmi les autres sujets de préoccupation figurent aussi l’école et l’enseignement (41 %), la thématique de l’environnement et de la pollution (36 %) et la sécurité des biens et des personnes (22 %). Comme tu peux le remarquer, les méchants émigrés, même si il faut en contrôler les flux, sont loin d’être la priorité n’en déplaise à la blanche marine et à ses inconditionnels !


          • Bélial Bélial 9 mars 2011 13:41

            Qu’est-ce qui est le plus préoccupant et important à l’approche de la fin du mois ?

            LE COMPTE EN BANQUE QUI SE VIDE OU LA BARBE DU VOISIN QUI POUSSE ?
             
            La France est un des pays les plus riches du monde, mais des gens y meurent encore de froid, et comme l’a dit Gabriel 10 millions de personnes y vivent avec moins de 800 euros par mois.
            Mitterand (comme le PS) est arrivé au pouvoir trop tard, quand il n’était plus que l’ombre de lui-même, la loi Pompidou-Giscard était passée depuis 1973, date à partir de laquelle la dette publique a plongé, Mitterrand, lui, a abdiqué en 1983, « forcé » par son voeu de construire l’Europe, on a donc eu, depuis la deuxième guerre mondiale, 2 ans de gauche au pouvoir, 
            Aujourd’hui la France est sous la coupe de l’équivalent français de l’administration Bush, et prête allégeance au nouvel ordre mondial.
             Mais n’a pas d’Obama, qui, malgré une analyse « conspirationniste » (sur le plan de la politique extérieure américaine en effet le complexe militaro-industriel « rules » toujours, et Obama ne se dresse pas face à Wall Street), reste sur le plan intérieur un président plus ou moins « Rooseveltien », qui face à l’ampleur des dégâts, remet la couverture maladie au goût du jour.

            Pendant qu’ici on reste dans la logique destructrice des politiques Reagan/Thatcher avec 30 ans de retard, et on est là à mesurer la barbe de nos voisins, alors oui Gabriel a raison, et vous avez tort Marc Gélone, je ne dis pas que Strauss-Kahn est la solution, pas du tout, ni l’UMP, ni le PS, ni le FN ne m’intéressent, mais c’est pas en se prenant la tête sur qui est (un bon) français qui ne l’est pas, qu’on améliorera quoi que ce soit (alors vous allez me dire l’insécurité etc, on n’a pas le temps de s’attaquer à la pauvreté qui engendre l’insécurité donc il faut soigner le symptôme d’urgence, peut-être, pour les gens concernés (pas ceux qui tremblent devant TF1), mais une fois de plus c’est pas avec les idées du FN qu’on y arrivera),

             il m’est pénible d’avoir à vous rappeler la répartition des richesses mondiales et françaises, les vrais problèmes. 
             


          • Gabriel Gabriel 9 mars 2011 16:38

            Monsieur Gelone,

            Juste un petit aparté à propos des vrais gens que je ne semble pas connaître. Je m’occupe, en plus de mon travail, de deux associations, une pour les chômeurs en fin de droit et une pour l’aide à l’enfance. Alors, les vrais gens je les côtoies surtout ceux qui sont dans la M… et pas ceux qui, comme vous il est vrai, détiennent la vérité absolue aux travers de partis politiques qui a comme par magie ont la solution à tous les problème.


          • Gabriel Gabriel 9 mars 2011 17:42

            Gelone,

            C’est bien ça le problème avec des gens comme vous, vous savez tout ! J’arrête ici ce dialogue improductif, vous êtes beaucoup trop intelligent pour moi ….


          • vilcoyote 9 mars 2011 23:19

            @Gelone,
            Le problème est justement dans votre remarque,
            Vous même refusez le problème, vous ne souhaitez pas que l’on corrige les inégalités en génrales et amélioront le confort de tous, non vous voulez seulement choisir ceux qui n’auront pas le droit à ces derniers !
            Le but de la politique n’est pas de soigner le ressenti ( l’affect, l’émotion) mais de comprendre pourquoi l’on ressent cela !
            Vous croyez réellement que c’est en bloquant l’imigration que tout va aller lieux ?
            Vous croyez réellement qu’il y a suffisament de travail pour tous (sans compter l’imigration) ?
            Peut-être que le problème vient plutot de l’économie, je ne parle pas de la crise financière mais des raisons de cette crise, une production non liée au besoin.
            Cela fait des années que l’on produit sans raison des volumes énormes, le but, baisser les coups, bloquant ainsi les salaires, mais sans salaires, comment consommer ?
            Voter FN alors que la vacuité de leur propositions économiques dépasse largement celle de l’UMP ou du PS, c’est un suicide pour la France, il n’y a jamais eu le moindre projet viable d’économie au FN, ils sont plus « libéraux » que tout les autres, chacun pour soi et dieux pour tous.
            Il est très intéressant de voir les médias traditionnels taper sur le PS au sujet de son projet, mais quid du projet de l’UMP ou du FN ? C’est un peu le néant absolu.
            Et puis entendre les souverainiste (proche des monarchistes) parler de république c’est assez tordant
            Le discors du FN est aussi cohérent que celui de l’UMP !
            L’avantage qu’à le FN sur les autres c’est qu’il n’a jamais été au pouvoir, et donc n’a subit aucune usure, il est facile pour lui de se montrer en tant que changement, mais en sont-ils vraiment ? Les noms changent, mais les idées ?
            Au fait pour info, le premier pseudo-projet économique (1972) du FN a été écrit par un certain G. Longuet nouveau ministre de Mr Sarkozy, donc les idées nouvelles ou le changement, bof


          • Jaime Horta Jaime Horta 9 mars 2011 12:17

            L’article reflète assez ce que pensent certains intellectuels de même que les élites politique à propos du peuple et comment ce construit leur opinion.

            Il part du principe que les opinions sont subjectives et fluctuantes, voir même influencées par des critères irrationnels.

            Bref, le peuple est fondamentalement con.

            A partir de là les politiciens modernes, de gauche comme de droite, se vendent comme des produits publicitaires.

            Une fois arrivé au pouvoir, dans l’exercice de leur fonction lorsqu’ils doivent gérer l’usine à gaz France, ils font systématiquement tout le contraire de ce pourquoi les gens ont voté pour eux.

            Sauf que l’opinion ne se fait pas seulement sur des critères subjectifs, ainsi les politiciens ou autres professeurs de morale, sont incapable de comprendre que les opinions se font également sur la base de la réalité concrète et d’éléments factuels.

            L’article sur le mécanisme de l’opinion reflète assez bien la déconnexion entre le élites politiques et le peuple.

            Par exemple, Sarkozy très bas dans le sondages, pense fermement qu’il est toujours en mesure de retourner l’opinion en sa faveur et retrouver une cote plus favorable par des effets de communication, vu que le peuple est con et que l’opinion est subjective et fluctuante.

            Or dans la réalité cela ne se passe pas exactement comme ça, les gens fort heureusement ne sont que cons et jugent également par rapport à des critères objectifs.

            Sarkozy pensait fermement au regard de son triomphe de 2007 que les voix du Front National qu’il a siphonné lui était définitivement acquises. Malheureusement pour lui et de forme très objective, cet électorat s’est détourné de lui, et il y a très peu de chance qu’il puisse le récupérer.

            Sauf que Sarkozy n’a pas compris ça, ainsi sa démarche reste toujours dans cette croyance dans l’opinion subjective et fluctuante, que l’on peut facilement influencer par des astuces de communication, or plus concrètement actuellement c’est tout l’inverse qui se produit.

            Après avoir été l’homme qui a fait le plus baisser le Front National, il pourra ensuite se targuer d’avoir le président qui propulsé le FN à des niveaux historiques.

            Personnellement mon opinion est idéaliste et de gauche, mais objectivement je voterais Marine Le Pen.


            • lemoncitron lemoncitron 9 mars 2011 15:13

              Merci ! Excellente mise au point. Je pense aussi que les « intellectuels » et politiques en sont arrivés à penser que le peuple étant con (lire : qu’il ne pense pas comme l’élite auto-proclamée), il serait peut être pas mal de leur retirer le droit de vote (cf traité de lisbonne et la négation du vote populaire).


            • Cocasse cocasse 9 mars 2011 12:20

              Votre présentation de « Opinion » et « Attitude » est intéressante.

              Pour le reste :
              Cela vaut il la peine de faire une analyse aussi poussée, en se basant sur des informations erronées ?
              Tel que « Il est clair que Marine Le Pen surfe sur les attitudes de peur et de dégout des gens. »
              On le sait parfaitement, c’est faux. Une grande part de ces « gens » murissent leur décision selon l’analyse lucide et les propositions souverainistes de MLP. Celle ci ne surfe pas, elle désire sincèrement faire quelque chose pour notre pays.

              Vous parlez ensuite des « valeurs ». Pour cette raison des « valeurs », les gens feraient barrage à MLP au second tour.
              Notre époque est celle de l’inversion des valeurs, comme le racontait le père Orwell.
              Je pense que MLP représente justement les valeurs, et que les UMPS (ses adversaires probables) en sont les corrupteurs.


              • Yohan Yohan 9 mars 2011 12:26

                Jaime Horta,
                "L’article reflète assez ce que pensent certains intellectuels de même que les élites politique à propos du peuple et comment ce construit leur opinion.

                Il part du principe que les opinions sont subjectives et fluctuantes, voir même influencées par des critères irrationnels.

                Bref, le peuple est fondamentalement con."
                C’est tout à fait ça, Les élites, les intellectuels prennent les gens pour des cons incapables de raisonner sans leur dose de slogans pré-électoraux. C’est là où ils se trompent grossièrement et on voit bien aux réactions de ces élités effarouchées par les sondages sur MLP qu’ils ont tout faux. Ils continuent de croire que la montée de MLP est due à de mauvais slogans de l’UMPS et qu’il suffirait de les corriger pour inverser la tendance. 

                Sauf que ceux qui vont voter MLP représentent une sociologie et une catégorie très large de votants, incluant ceux qui comme vous se disent idéaliste et de gauche, bref un brassage inédit dans notre histoire. C’est ce sur quoi il faut s’interroger


                • Jaime Horta Jaime Horta 9 mars 2011 12:43

                  Un autre petit exemple au sujet de l’immigration.

                  On entend souvent dire que l’on joue sur les peurs, la peur de ce qu’on comprend pas, la peur de l’inconnu et de la différence, bref la peur de l’étranger.

                  Là ils nous prennent pour des montagnards isolés vivant en ostracisme, coupés du monde sans aucune culture et moyens de communication, ou subitement viendrait s’installer une famille de pauvre bougres d’origine africaine ou autre.

                  On se croirait dans un fim de Sérgio Léone, ridicule !

                  On sait tous très ce qu’est un étranger, et connait parfaitement bien leurs cultures leurs us et coutumes, nous sommes parmi les peuples les plus instruits et cultivés. D’ailleurs l’étude des cultures et des civilisation c’est la France qui l’a inventé.

                  Par contre, je remarque que tout ces donneurs de leçons, professeurs de morale sont d’une ignorance absolument crasse, et en particulier vis à vis de la connaissance de leur propre peuple.

                  Alors pour ce qu’il s’agit de la connaissance des autres peuples n’en parlons même pas.


                • Jaime Horta Jaime Horta 9 mars 2011 12:49

                  « ...incluant ceux qui comme vous se disent idéaliste et de gauche »

                  Quand je dis ça, en même temps je me soigne.

                  A 20 ans si l’on est de gauche c’est qu’on est un brave garçon, à 40 ans c’est qu’on est con.


                • Cocasse cocasse 9 mars 2011 13:16

                  A 20 ans si l’on est de gauche c’est qu’on est un brave garçon, à 40 ans c’est qu’on est con.

                  On ne peut mieux résumer !
                  Mais c’est trop dur pour l’amour propre de l’admettre lorsqu’on a 40 ans, c’est plus facile de faire l’autruche et de vilipender.


                • Salade75 9 mars 2011 13:33

                  Le peuple n’est certainement pas « con » !
                  Mais pour ce qui est des électeurs.....
                  Les élus , et encore plus les réélus, montrent quand même bien qu’il y a un problème : il y en a qui ont voté pour La Mitte en pensant qu’il était de gauche !, pour Chirac ... on ne sait pas pourquoi et il est encore au top des « sondages », pour Sarko parcequ’il allait les sauver, Tibéri ré-ré-... élu, comme Balkany, Estrosi, Lefèvre, Dassault, Dati, Bachelot, Hortefeux (élu au parlement Européen tout en annonçant qu’il n’irait pas et qu’il vomit cette instance), et des milliers d’autres, de droite comme de gauche !.....
                  Je ne sais pas ce qui motive les votes, mais je déplore de ne pas croire que ce soit comme vous l’affirmez, la culture, l’intelligence et l’expérience !


                • bakounine 9 mars 2011 14:10

                  jame Horta nous dit :On sait tous très ce qu’est un étranger, et connait parfaitement bien leurs cultures leurs us et coutumes, nous sommes parmi les peuples les plus instruits et cultivés.

                  La race superieure quoi !!!
                  Ca y est on l’attendait ca se lache à mort les haineux


                • Jaime Horta Jaime Horta 9 mars 2011 14:10

                  Le Général De Gaulle disait « après moi ce ne sera pas le vide mais le trop plein », ou encore « après moi il n’y aura que médiocrité ».

                  C’est aussi valable pour les gaullistes auto-proclamés qui sont la parfaite démonstration de ces deux maximes.


                • Jaime Horta Jaime Horta 9 mars 2011 14:23

                  La race superieure quoi !!!
                  Ca y est on l’attendait ca se lache à mort les haineux

                  Argument parfaitement imbécile et stupide, dont le caractère péremptoire ne repose sur aucun fondement.

                  Nous sommes parmi les peuples les plus instruits et cultivés car notre société libre et démocratique nous permet d’avoir à disposition très largement tout les outils intellectuels et indispensables pour tout ceux qui veulent parfaire leur culture.

                  D’autre part, nous sommes un monde ouvert et tolérant.

                  Logiquement c’est ce qu’il fallait comprendre, le haineux c’est vous-même, d’ailleurs votre indigence intellectuelle prouve parfaitement par l’absurde qu’il n’y a pas de race supérieure, et qu’un occidental comme vous peut très bien avoir un QI très largement inférieur à la moyenne mondiale.


                • bakounine 9 mars 2011 17:03

                  Et bien horta je ne fais que reprendre vos pitoyables ecrits !!
                  Vous etes comme juluch de la génération des fachos décompléxés et bien assumez votre tendance à vous croire superieur !!! et acceptez qu’on vous identifie comme potentielement dangereux, ou comme un cretin potentiel.........hi hi hi

                   


                • pastori 9 mars 2011 12:43

                  les instituts de sondage sont des entreprises capitalistes, étrangères pour la plupart. leur but est de gagner du fric.


                  les instituts les médias sont des entreprises capitalistes, leur but est de gagner du fric.

                  les deux réunis donnent un résultat catastrophique.

                  tant qu’on ne saura pas qui paye le sondage, quels sont les questions posées, quels sont les taux de correction, la presse devrait refuser de publier des résultats bidons qu’ elle arrive à faire peser sur le choix des gens à cause du battage médiatique, et est donc nuisible pour la société..

                  ainsi dans le dernier sondages les correctifs sur le pen seraient de 4 points. ainsi, elle pourrait être première mais aussi troisième , faire 23 % mais aussi 23-4= 19% !

                  plus on en parle pour rien, plus les sondeurs font leur beurre. 

                  pendant ce temps sarkosy poursuit en douce sa politique de destruction et en 12 mois ils peut encore en faire des vilains choses.

                  • Jaime Horta Jaime Horta 9 mars 2011 12:45

                    Moi je pari pour Marine Le Pen à près de 30% dans très peu de temps.

                    Ensuite on en reparlera des sondages bidons.


                  • pastori 9 mars 2011 12:57

                    elle sera donc élue avec 30% des voix présidente de la république.


                  • pastori 9 mars 2011 12:56

                    nous sommes 2012.


                    la présidente de la république le pen doit annoncer trois mesures urgentes, les premières de son mandat, les plus importante pour la vie du pays.

                    quel lepeniste de ce fil pourrait nous dire quelles pourraient être ces trois mesures, comment elles seront appliquées et financées ?

                    • Taverne Taverne 9 mars 2011 12:58

                      « trois mesures urgentes » La première ? La chasse aux « faux » handicapés et aux handicapés étrangers...J’ai lu votre programme, moi.


                    • Taverne Taverne 9 mars 2011 12:59

                      Pardon : « .J’ai lu le programme du FN, moi. »

                      Désolé, Pastori.


                    • Taverne Taverne 9 mars 2011 13:02

                      Désolé pour ce dégât collatéral non voulu. J’ai confondu votre avatar bleu avec celui de bleu marine.


                    • Cocasse cocasse 9 mars 2011 13:24

                      TSSSS, Taverne attaque avant de lire... belle démonstration de mentalité sous œillères.

                      Pour répondre à ta question, Pastori, je ne sais pas dans quel ordre les mesures du FN pourraient se poser.
                      En premier lieu commencerait les négociations pour une sortie groupée de l’euro, qui donneront quelques mois plus tard, soit cette sortie groupée, soit une sortie unilatérale.
                      J’ignore l’ordre pour le reste. Mais beaucoup de choses ne pourront être entreprises qu’après avoir franchi cette étape.


                    • pastori 9 mars 2011 14:13

                      cocasse


                      une sortie de l’euro provoque obligatoirement au moins 20% d’inflation. 
                      c’est à dire notre pouvoir d’achat brutalement -20% au moins.

                      car on achète tout ailleurs. l’Allemagne sera moins pénalisées car elle produit.

                      il faut au moins 10 ans pour sortir de l’euro, le temps de reconstituer nos usines, nos productions diverses, notre outillage, nos brevets , notre savoir faire. tout a été délocalisé. 

                      pour re-nationaliser aussi l’industrie, le nucléaire, les banques, les autoroutes. on prend où l’argent pour payer les actionnaires ?

                      interdire les délocalisations aussi.

                      tout ça doit être fait de toute façon, mais il faut être réalistes : l’euro, ça ne peut être une priorité urgente..

                    • Jaime Horta Jaime Horta 9 mars 2011 14:33
                      « une sortie de l’euro provoque obligatoirement au moins 20% d’inflation. 
                      c’est à dire notre pouvoir d’achat brutalement -20% au moins »

                      C’est vrai et c’est faux.

                      Les salaires doivent être indexés sur l’inflation, ainsi que cela doit s’accompagner d’une dévaluation compétitive correspondant à la réalité économique.

                      Ces deux mécanismes compensent largement l’inflation.


                    • Cocasse cocasse 9 mars 2011 14:37

                      Et oui, tout cela doit être fait ! Nous ne pouvons rester à subir le chantage et le racket des marchés financiers.
                      Il faut nécessairement commencer quelque part. Que ce soit douloureux ou pas, il nous faut nous ôter cette épine du pied.
                      Commencer dans cette voie, c’est rétablir l’optimisme, un projet commun, et sortir de la morosité qui est un facteur aggravant.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès