Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Se serrer les coudes... ou la ceinture ?

Se serrer les coudes... ou la ceinture ?

L’autisme présidentiel est prouvé : il refuse d’entendre le cri de la rue qui réclame le pouvoir d’achat par la revalorisation des salaires, et qui refuse la grande braderie du service public appelée curieusement réforme.

Son choix est fait : le redressement du pays se fera par l’investissement, et l’aide aux entreprises, et les consommateurs devront patienter.
il ne semble pas s’émouvoir des 2,5 millions de manifestants qui sont descendus dans la rue le 29 janvier dernier.
Comme il est convaincu d’avoir raison, même contre tous, il se contente de faire de la communication, qu’il appele pédagogie.
Il ne semble pas inquiet de voir sa cote dégringoler chaque jour un peu plus : 39% d’opinion favorable, c’est peu, et la chute spectaculaire avérée s’est faite en moins de deux ans.
C’est rapide.
Bien sûr la crise mondiale a bon dos, pourtant dans le Monde, la France n’est pas le pays qui s’en tire le mieux.
A la lumière des 1000 chantiers que veut ouvrir François Fillon, dont les retombées ne sont pas prouvées, et qui de toutes façons ne sont pas pour aujourd’hui, les Français vont devoir une fois de plus « se serrer la ceinture ».
Le pouvoir d’achat continu inexorablement sa descente aux enfers, les chômeurs sont de moins en moins bien indemnisés, la récession est enfin admise par Christine Lagarde, mais le béton va couler à flots.
J’étais allé enquêter en vallée de Maurienne, suite au projet Lyon Turin, et je n’avais pas été surpris de la réaction du Maire d’une petite commune :
« Peut-être que ce projet ne sera jamais rentable, mais vous savez, il y a ici beaucoup de jeunes sans travail, et si çà peut leur donner un peu de boulot, tant pis si le projet n’est pas bon ».
23 milliards d’euros pour aller de Lyon à Turin, et faire le bonheur des voyageurs qui occuperont les 2 TGV journaliers prévus, c’est une étrange équation.
La gare SNCF de Satolas (st Exupery) a coûté à l’époque 1 milliard de francs, et l’immense hall de la gare ne voit toujours pas passer plus de 100 ou 200 voyageurs par jour.
Car enfin, on peut se poser la question qui fâche : à quoi bon lancer des projets non rentables, puisqu’en fin de compte, ils auront un impact négatif, et ne donneront du travail que pendant quelques mois, voire quelques années, sans dégager des bénéfices.
A quoi bon faire des autoroutes et TGV à tour de bras, si le consommateur ne les emprunte pas ?
Pour s’en convaincre, il suffit d’utiliser l’autoroute auvergnate qui relie Lyon à Clermont Ferrand, et s’apercevoir de sa maigre fréquentation.
Pour l’instants les mieux lotis sont les banquiers, ce sera donc ensuite les entreprises, les salaries et les retraités, tout comme les chômeurs, devront attendre sagement le retour d’une hypothétique croissance.
Les avis d’économistes divergent sur quelques points, mais tous sont au moins d’accord sur une chose :
La crise est mondiale, durable, et les aides aux banques et aux entreprises ne donneront des fruits éventuels que beaucoup plus tard.
Pour Arnaud Faller, (Fonction Asset Management) « la récession est loin d’être finie, et sur le plan bancaire à l’échelle mondiale.
900 milliards d’euros de pertes ont été dépassés, et 100 milliards de moins, c’est mille milliards de crédits qui ne seront pas accordées ni aux entreprises, ni aux ménages. »
Personne n’a attendu des miracles de la conférence présidentielle du 5 février, et beaucoup de français ont préféré aller sur « la trois », pour voir « plus belle la vie », car ce slogan n’est pas dans le projet sarkosyste.
Car comme disait un vieil ami africain :
« Le chien ne change jamais sa manière de s’asseoir ».
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.82/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • Daniel Roux Daniel R 7 février 2009 11:36

    L’économie est une sciences à deux branches, la première à sous jacente "mathématique", la deuxième à sous jacente "humaine".

    Si l’on veut considérer la relance par l’investissement sur le plan mathématique, cette décision est conforme au modèle économique standard : 1 euro investit induit à moyen et long terme plusieurs euros en retour.

    Sur le plan humain, l’investissement à moyen terme et à long terme reste positif. Des emplois sont maintenus ou créés. Ce point n’est pas négligeable puisqu’il relancera à terme, la consommation.

    Le bémol est que le citoyen souffre aujourd’hui et qu’il est, par conséquent, peu enclin à se contenter de promesses reporter à moyen et long terme. D’autant que la confiance dans le gouvernement français et les institutions s’est évaporée et que les démagogues de tout bord surfe sur l’angoisse populaire.

    A l’inverse, la relance par la consommation au moyen du versement immédiat de liquidités est souhaitée et accueillie favorablement par la population ce qui est bien compréhensible. D’un point de vue mathématique, ce n’est pas souhaitable puisque cela augmentera l’endettement général et diminuera encore les moyens d’action. Les bienfaits apportés ne seront qu’un feu de paille. Une fois le liquide brûlé, le froid et l’angoisse reviendront aussitôt.

    Je suis d’autant plus navré de devoir écrire ce qui précède que l’idée de l’investissement nous arrive de la droite réactionnaire au pouvoir alors que l’idée de relance par la consommation immédiate nous provient de la gauche conservatrice.

    Heureusement pour mon équilibre politique mais malheureusement pour nos concitoyens, le Petit Timonier n’est jamais avare de fausses promesses et d’idées creuses. Nous la savons depuis longtemps, il n’a clairement pas la compétence et l’ouverture d’esprit requises pour nous sortir d’un piège construit par le laisser-faire néo conservateur et néo libéral de ses amis américains. Il est et restera le destructeur du modèle économico-social progressiste français, entre capitalisme et socialisme.

    Nous sommes coincés entre les puissances financières dominantes à l’échelle mondiale, dont un représentant est à la tête de l’Etat et la prison dogmatique européenne de même inspiration, qui interdit toute politique de salut public basée sur les Services Publics et la nationalisation des entreprises stratégiques (réseaux - énergies - banques), tout en promouvant les monopoles privés.





    • olivier cabanel olivier cabanel 7 février 2009 14:07

      Daniel R,

      sans rien enlever de la pertinence de votre exposé, je pense toutefois que la crise mondiale ne peut etre toujours montrée du doigt pour expliquer l’echec sarkozien, et ses choix politiquesdiscutable,
      vous pourriez avoir un début d’explication en allant sur un autre article qu’agoravox vient de me publier,
      le titre s’appele "Quand les Ivoiriens y voient clair",
      lorsque vous aurez lu la totalité de l’article, vous comprendrez aisement qu’il y a une autre politique possible pour sortir notre pays dans l’impasse dans laquelle il s’est plongé.
      cordialement.


    • ddacoudre ddacoudre 7 février 2009 23:35

      bonjour daniel

      pas tout’à fait d’accord avec toi sur l’incidece des diverse formes de relance. par l’inestissement, les produits créé doivent être vendus où utilisés, si le pouvoir d’achat est insufisant les investissements restent improductif en dehors de la masse d’argent investi qui se répartira chez ceux qui l’auront récolté en échnage de la réalisation,
      si l’investissement ne crée pas de l’endettement il ne sert à rien puisqu’il ne fera que déplacer des masses d’un autre endroit vers lui.
      la relance par la consommation exige que les produits soit sur le marché c’est le cas,les entreprise se récupèrerons entre elles cet argent pour investir et éventuellement créer des emplois, mais ce n’est pas si sur dans tous les secteurs et suivant l’usage de la répartission qui sera faite des bénéfices. aucun des deux ne peut être une assurance certaine, c’est pour cela que le mieux est de faire les deux.

      cordialement.


    • Daniel Roux Daniel R 8 février 2009 10:32

      @ Olivier

      J’ai donc lu "les ivoiriens".

      Et je suis d’accord avec vous, une autre politique est possible. Un exécutif respectueux de la Constitution et de la morale républicaine, une fiscalité harmonieuse, un budget équilibré, un parlement vigilant, une opposition constructrive offrant une alternative crédible, et tout et tout.

      C’est avec Jospin, rigoriste pour les uns et arrogants pour les autres, que nous en étions le plus proche. Hélas, il n’était pas assez charismatique pour les élites petit-bourgeoises, maladroit dans son auto-promotion et probablement trop imbu de lui-même. Dommage que les apparences aient triomphé de l’essentiel.

      Concernant les recettes du FMI et de la Banque Mondiale, d’inspirations libérales anglo-saxonnes, j’émettrais une réserve. Elles sacrifient sans vergogne le peuple pour favoriser les élites bourgeoises. Ces pratiques inégalitaires et immorales de mon point de vue, sont inacceptables sur le plan humain.

      @ddacoudre

      Les investissements pour entretenir et développer les infrastructures sont nécessaires mais aussi l’éducation et la formation professionnelle.

      Les réseaux sont les colonnes vertébrales de nos sociétés complexes.
      L’éducation assurée par l’Etat forme les citoyens en formant les esprits.
      La formation professionnelle est hélas abandonnée. Elle devrait être assurée par les entreprises utilisatrices de compétences mais ces dernières n’assument pas cette responsabilité. Pourquoi ? Faiblesse de l’Etat envers les entreprises et pour ces dernières, des attitudes allant de l’oisillon affamé attendant sa prébende au rapace prédateur égoïste et irresponsable.

      Pour revenir aux investissements, contruire une voie ferrée par exemple, c’est faire vivre des ingénieurs , des techniciens, des ouvriers avec leurs familles par milliers. Et en plus, vous avez quelque chose qui fonctionne et sert la collectivité. C’est comme même plus interessant pour la société que de simplement donné un peu d’argent pour quelques actes de consommations sans lendemain.

      "Il vaut mieux apprendre à pécher à un homme que de lui donner du poisson."
      Vieux proverbe humaniste.

      Cordialement à vous deux 






    • olivier cabanel olivier cabanel 8 février 2009 19:08

      Daniel R,
      merci de votre commentaire sur "les ivoiriens", et je suis heureux que vous l’ayez apprécié,
      d’autant que j’ai mis cet article sur un site a abidjan, proche du gouvernement, et j’ai l’impression d’avoir donné un coup de pied dans une fourmillière !
      encore merci,


    • JL JL 7 février 2009 14:12

      Et comme disait un vieil ami américain accroc des jeux : "Yes, oui Kendo"  smiley

      Sarkozy, cochon qui s’en dédit, n’a que la méthode Coué pour réussir : ça passe ou ça casse, mais il n’a pas le choix. Entre ce disours institutionnel et le terrorisme, je ne vois pas de grosse différence, parce que soyons sérieux : que la croissance revienne ou pas, les acquis sociaux perdus le seront à jamais.

      La suppression de la taxe professionnelle autour de laquelle s’est établi un rapport d’équilibre ne sera pas remplacée par un équivalent basé sur la contribution des entreprises au infrastructures locales. Cela irait à l’encontre de ce dumping social et fiscal rédhibitoire voulu et entretenu par ce nouveau TINA idéologique aussi cupide que stupide.

      Rappelons que le dumping fiscal et social c’est un protectionnisme déguisé : un protectionnisme dont le but est l’enrichissement des riches et l’appauvrissement des pauvres. Bref, le plus hideux des protectionnismes.


      • olivier cabanel olivier cabanel 7 février 2009 14:22

        JL,
        merci de ce commentaire éclairé,
        agora vient de me publier le meme jour un article qui est le pendant de celui ci,
        pourtant le titre peut surprendre :
        "quand les ivoiriens voient clair",
        vous devriez le lire, car il montre qu’une autre solution est possible pour notre pays,
        bien loin de la méthode coué présidentielle,
        cordialement,


      • loco 7 février 2009 15:14

         Une question me vient à la lecture d’un des comentaires. Ce "chaque euro investi produit à terme........." Mais qu’en est-il des investissements foireux ? Un investissement procède-t-il d’une magie qui le rende automatiquement rentable ? Par exemple, ceux qui ont investi dans des titres qui ont perdu une moitié de leur valeur sont ils conscients de cette production ? 
         Une fois de plus, le dogme........


        • olivier cabanel olivier cabanel 7 février 2009 15:36

          loco,
          mauvaise manipulation,
          j’ai "moinssé" un commentaire, le votre, que je trouvais interessant,
          excusez moi...
          ceci dit, j’aurais du plaisir a avoir votre avis sur un autre article que j’ai écrit et qui vient de passer en meme temps que celui ci, (quand les ivoiriens voient clair),
          si le coeur vous en dit...
          sinon, rien à redire, sinon approuver et s’inquieter avec vous des dérives économiques de notre pays,


        • aigle80 aigle80 7 février 2009 15:41

          Le fait de vouloir ,en recapitalisant à tout va les industries en panne pour sauver leurs employes est-il l’unique façon de réagir à la crise ? si le principe est louable pour les emplois menacés il faut bien constater que ces centaines de millions d’euros versées à ces industries, n’inciteront pas forcemment leurs clients à acheter ces produits vu que leur pouvoir d’achat à eux n’aura en rien augmenté ....je crois que nos dirigeants tournent en rond ,car c’est reporter le problème à plus tard !! on ne pourra pas sauver indefiniment les emplois d’une industrie moribonde.De là trouver de nouvelles directions dans les energies dites nouvelles ou de pointes,repenser notre systeme economique ,là il y a du boulot !! mais y a -t-il une vraie volonté ?Le constat est amer !Allons nous devenir un pays de tourisme ? Un grand musée,un grand restaurant ? mais hélas il n’y aura pas de place de gardien ou de serveur pour tout le monde.....


          • olivier cabanel olivier cabanel 7 février 2009 15:52

            aigle 80,

            assez d’accord avec vous sur cette analyse,
            j’aimerais avoir votre avis sur un article que j’ai écrit et qui est passé en meme temps,
            qui semble concerner la Côte d’Ivoire, mais qui en fait nous concerne aussi,(quand les Ivoiriens voient clair)
            merci de votre commentaire,
            cordialement


          • chmoll chmoll 10 février 2009 07:01

            mème avec la ceinture serré à fond,l’falzard tombe

            prévoyez des bretelles


            • enzoM enzoM 10 février 2009 09:18

              De toute manière, rien que le montage photo de présentation fait directement "comprendre" la différence entre les deux personnages ! Pour le reste, ....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès