Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Se voiler la face

Se voiler la face

Vent de face ! 

cartes-se-voiler-la-face-carte-post-15054185-voile-jpg-94e00-e7336_big.jpg

Une roue voilée n’a jamais tourné bien rond. Nous devrions en tenir compte quand nous mettons un voile pudique sur ce verbe équivoque. Jadis, déployer la voile permettait d’aller plus loin, de découvrir l’envers du monde, d’ouvrir de nouveaux horizons. Puis le voile se fit crêpe noir, oiseau de mauvais augure, triste marqueur d’un deuil ou d’une sombre affliction.

Il ne cherchait alors pas à masquer mais tout au contraire à montrer le chagrin tout en cachant discrètement les larmes. Il se faisait voilette, aimable petite dentelle pleine de charme, moustiquaire discrète laissant deviner celle qui se dissimulait élégamment. Le voile avait de la grâce, marquant en finesse un état qui n’était que transitoire.

Puis il habilla de pied en cap celles qui se donnèrent au Seigneur. Nos sœurs étaient bonnes ; elles vouaient leur existence au service des autres. Le visage découvert, elles rayonnaient d’un sacerdoce entièrement consacré à faire le bien. Elles étaient infirmières, enseignantes, gardes-malades. Leur bonnette symbolisait le don de soi et la générosité. Son austérité avait ce je ne sais quoi de rassurant.

La cagoule fut le pendant masculin de ce cache-face qui nous préoccupe aujourd’hui. Deux trous pour les yeux afin de faire le mal en toute clarté, le bandit masqué voulait faire peur. C’est sans doute là que se fonde notre crainte atavique de ces visages effacés. Il y a une pensée obscure, un désir malsain. Le visage obstrué est porteur de malheur.

 Le masque de carnaval ne sera jamais assimilé à ce rideau tiré sur le sourire et la joie. On ne se grime pas en s’effaçant ; on ne partage pas en se refusant totalement. Le voile est la négation de l’autre, le refus de le voir ou de voir en lui son égal et son pareil. La panoplie lugubre signifie ce refus du vivre ensemble tout en tenant à affirmer ostensiblement le mépris d’une société qu’on traverse sans tendresse.

Je mets les voiles, elles se gonflent d’un espoir nouveau. C’est vent arrière que nous filerons un jour vers un monde sans ce tissu indigne qui couvre la tête et la pensée. La tête haute, le visage radieux, l’humain, en choisissant la bipédie, a décidé de garder la tête sur les épaules. Cette victoire sur l’équilibre suppose de se montrer et de ne pas nier notre appartenance collective à une seule et même humanité.

Pour l’heure, un vilain vent de face provoque grimaces et haine, déchirures et querelles. Il favorise le recul de nos valeurs, la segmentation des groupes, l’émergence des communautés, terme absurde qui fait du particulier et du mesquin le prétendu commun de notre vie sociale. Il n’y a qu’une communauté : celle des humains qui avancent la tête haute et libre dans une société de la courtoisie, de la confiance et de la fraternité.

Il est urgent de baisser le rideau de ce vilain épisode. Le tissu social se passe aisément de toute marque d’appartenance à une tribu, une secte, une confession. Il est évident que les intentions des uns sont clairement déterminées par le refus des autres ; qu’aucun des camps antagonistes n'est, pour l’heure, disposé à la moindre concession. La rigidité des postures s’exprime par la manière de plus en plus rigoriste de vêtir ces femmes qui deviennent enjeux et symboles, otages et boutefeux.

Nous ne pouvons sortir de ce psychodrame qu’en levant le voile, en le déchirant, en oubliant cette absurde focalisation des griefs, des échecs, des maladresses, des incompréhensions, des difficultés d’une frange de la population qui ne se sent pas, à juste titre, intégrée dans une société dont les valeurs sont parfois inacceptables.

Les efforts doivent être communs. Il s’agit de faire un pas les uns vers les autres et non de se cacher derrière des principes dérisoires ou un morceau de coton. Il convient de se regarder dans les yeux et pour cela, il serait grand temps de le faire franchement.

Facialement vôtre.

110210311.jpg


Moyenne des avis sur cet article :  2.91/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

58 réactions à cet article    


  • Clofab Clofab 14 septembre 09:21

    Joliment dit.


    • C'est Nabum C’est Nabum 14 septembre 10:56

      @Clofab

      Une voix qui porte ne se dissimule pas derrière un paravent


    • fred.foyn fred.foyn 14 septembre 09:33

      Tenter de savoir qui se cache derrière le masque, est une tentative vouée à l’échec..seul les personnes portant le masque le savent (et encore pas toujours).

      Les plus dangereux sont ceux qui n’en porte pas se cachant derrière les mensonges...

      • C'est Nabum C’est Nabum 14 septembre 10:57

        @fred.foyn

        Le mensonge est lui aussi le voile de l’hypocrisie


      • philouie 14 septembre 09:59

        Il n’y a qu’une communauté : celle des humains qui avancent la tête haute et libre dans une société de la courtoisie, de la confiance et de la fraternité.
         
        Non. Il y a là un déni de réalité.
        On ne peut faire comme si l’esprit communautaire n’avait pas de réalité.
        Votre formule relève du fantasme dénué d’ancrage dans le réel

        L’être humain est faible, c’est pourquoi la communauté est indispensable ;
        si ce n’est pas la communauté sous le signe de la Mère, c’est celle qui se trouve sous le signe du Phallos.
        L’absence de communauté est souffrance et maladie.
        La communauté en toute chose est déchirement et dissolution.
        La différenciation mène à l’être-unique-séparé # . L’être-unique est opposé à la communauté.
        Mais la communauté est nécessaire à cause de la faiblesse des humains en face des dieux et des démons et de leur loi à laquelle nul n’échappe.
        C’est pourquoi il faut laisser s’établir autant de communauté que cela est nécessaire, non pas à cause des humains, mais à cause des dieux. Les dieux vous contraignent à la communauté.
        La communauté est nécessaire autant que l’exige cette contrainte, davantage serait nocif.
        Que chacun se subordonne à l’autre dans la communauté, afin que la communauté soit maintenue, car vous avez besoin d’elle.

         Les sept sermons aux morts.
        Sermon V
        Basilide à Alexandrie Alias CG Jung 1916


        • C'est Nabum C’est Nabum 14 septembre 10:58

          @philouie

          Ceux-là ne sont plus dans le rang de l’humanité qui avance


        • philouie 14 septembre 11:09

          @C’est Nabum
          vous errez.
          Ils refusent d’entrer dans l’humanité qui se suicide.


        • philouie 14 septembre 11:55

          @C’est Nabum
          Je vous invite à relire Hannah Arendt sur les origines du totalitarisme dans lequel elle explique que celui-ci nait de l’atomisation du corps social, c’est à dire de la destruction des relations communautaires.
          la relation d’attachement ne se détruit pas, elle se déplace.
          Et c’est ainsi que dans gens qui ne croient plus en rien se retrouve embrigadés sous les oriflamme et acclame un Führer


        • C'est Nabum C’est Nabum 14 septembre 22:09

          @philouie

          Je ne prétends pas détenir la vérité


        • philouie 14 septembre 10:33


          Le lien d’attachement ne se détruit pas, il se déplace.
          En le détruisant au niveau de la relation communautaire et au niveau de la relation à Dieu, il se reporte sur d’autres images de la Mère.
          Ainsi l’homme tète sa télé et y puise ses croyances, devenant dépendant de l’état manipulateur et totalitaire.


          • C'est Nabum C’est Nabum 14 septembre 22:09

            @philouie

            Pour ne pas attacher, il faut vivre sans liens


          • philouie 16 septembre 09:22

            @C’est Nabum
            Pour ne pas attacher, il faut vivre sans liens
             
            ça n’existe pas.


          • juluch juluch 14 septembre 10:39

            Pas mal Nabum....pas mal ! 

             smiley

            • C'est Nabum C’est Nabum 14 septembre 22:10

              @juluch

              Merci


            • L'enfoiré L’enfoiré 14 septembre 17:05

              Les déguisements, les masques et le carnaval, des manières de changer de tête.

              La burqa, peut-être aussi.
              Nous sommes dans le grand théâtre de la vie. smiley

              • C'est Nabum C’est Nabum 14 septembre 22:10

                @L’enfoiré

                Sur quoi le rideau finira-t’il par tomber ,


              • Ebootis (---.---.117.13) 14 septembre 17:55

                @ Nabum


                Merci pour votre réponse à un billet antérieur (c/o Burkini).

                Texte bien étoffé ; comme d’habitude !

                Oui il faut un effort commun ; mais cela n’ira pas de soie.....

                Allez, je mets les voiles.



                • C'est Nabum C’est Nabum 14 septembre 22:11

                  @Ebootis

                  Ni de soie ni de coton 


                • ddacoudre ddacoudre 15 septembre 00:27

                  bonjour nabum

                  excellent article pour un appel à l’intelligence qui devient une denrée de plus en plus rare quand elle se nourri que de rumeurs, d’approximations, de polémiques et se voile d’ignorance.
                  parfois à des amis musulman je leurs dis que Mahomet aurais bien été embêté si le tissage n’avait pas été inventé avant son destin messianique.
                   cordialement.


                  • C'est Nabum C’est Nabum 15 septembre 05:02

                    @ddacoudre

                    Merci
                    Comment faire entendre raison à ceux qui se drape dans une illusion ?
                    Rien n’est rationnel dans cette folie et nous pouvons bien mettre cent fois la sagesse sur le métier, la tapisserie du vivre ensemble sera défaite dans la nuit de l’obscurentisme


                  • zygzornifle zygzornifle 15 septembre 11:09

                    se voiler la face avant de se faire violer la fesse .......


                    • C'est Nabum C’est Nabum 15 septembre 12:33

                      @zygzornifle

                      Faire face s’impose


                    • baleti 15 septembre 13:43

                      de nos jours on a plus de figure

                      et si le voile (ou masque ) étais regarder comme une forme de pudeur ?

                      les mécanismes du vivre ensemble, ne sont compris, que par ceux qui en font l’effort 


                      • C'est Nabum C’est Nabum 15 septembre 14:45

                        @baleti

                        Figurez vous que j’ai encore une bonne mine


                      • baleti 15 septembre 15:18

                        @C’est Nabum

                        mettez y le pied gauche et attendez


                      • C'est Nabum C’est Nabum 15 septembre 17:21

                        @baleti

                        Seriez vous de mèche ?


                      • baleti 16 septembre 00:25

                        @C’est Nabum

                        ni de mèche, ni de bronze


                      • baleti 16 septembre 00:26

                        @C’est Nabum

                        et si le voile (ou masque ) étais regarder comme une forme de pudeur ?

                        meme dans le pire des cas


                      • Jean-Marc B 15 septembre 20:07

                        La mantille imposée par le rite religieux catholique n’a rien d’une coquetterie de femme tentant de cacher ses larmes. Non. La femme est responsable du péché originel et elle doit se cacher aux yeux de Dieu : voilà la signification religieuse de ce que vous qualifiez un peu vite de voilette.
                        Toutes ces mascarades (burqa, mantille et autres chiffons sur le visage féminin....) ont des relents malsains de soumission de la femme à l’homme. Des hommes voilent leurs femmes. Il serait temps que l’on dévoile le fond de notre pensée.
                        Les adeptes et défenseurs de ces pratiques mériteraient d’avoir la tête dans un sac à patate quand ils passent devant un bâtiment au fronton duquel on a dévoilé une plaque affichant notre devise :liberté égalité fraternité.


                        • C'est Nabum C’est Nabum 15 septembre 22:20

                          @Jean-Marc B

                          C’est ce que maladroitement j’ai essayé de dire en tournant un peu autour du pot à simagrées


                        • philouie 15 septembre 22:23

                          @Jean-Marc B
                          La femme est responsable du péché originel
                           
                          Ni le péché originel, ni la responsabilité de la femme de la faute ne sont dans le Coran.


                        • C'est Nabum C’est Nabum 16 septembre 06:40

                          @philouie

                          Attention, il existe un Coran alternatif


                        • Jean-Marc B 16 septembre 08:51

                          Mahomet est le prophète qui fait suite à Jésus. La Coran est une suite de la Bible. Comme jésus , Eve fait partie de la litanie des origines du Coran. Alors la faute .... Elle est bien commode à reprendre ....


                          • philouie 16 septembre 09:21

                            @Jean-Marc B
                            Vous dites des choses qui sont contraires à la vérité.
                            Le Coran est bien dans l’héritage biblique mais le récit de l’expulsion du Paradis ne correspond en rien de ce que vous dites.
                            Je vais pas citer le Coran ni donner les preuves, mais ce que l’on y apprend c’est que :
                            - ce sont Adam et Eve qui sont tentés ensemble par Satan eu qui sont expulsés ensemble du Paradis.
                            - Ils subissent ensemble les conséquences.
                            - Dieu leur pardonne. Adam et Eve se retrouve donc bien en situation d’avoir été expulsé du Paradis avec toute les conséquence néfaste que ça implique mais la faute est pardonné : il n’y a pas de péché originel.


                          • Jean-Marc B 16 septembre 09:06

                            C’est Nabum. Vous l’avez compris , je parlais du Coran continu.
                            J’ai appris que Monsieur Pape exigeait toujours que les femmes se voilent la face avec une mantille quand elles venaient pour le rencontrer. Ça aussi ça continue...


                            • C'est Nabum C’est Nabum 16 septembre 11:33

                              @Jean-Marc B

                              Le courant ne passe pas entre moi et le fait religieux
                              J’ai trouvé la lumière dans la raison quand d’autres la cherche dans l’obscurentisme


                            • Samson Samson 16 septembre 15:58

                              S’il faut ajouter foi au mythe des « gentils », le voile du Temple lui-même ne s’est-il pas déchiré pour mieux manifester dans sa profonde humanité la nature de la face divine, révélée de la transfiguration du Christ jusqu’à son supplice et son agonie sur la croix. (Hi, hi, hi, ... ! Sorry Nabum ! D’humeur parfois taquine et partageant avec vous un goût commun pour les fables et le merveilleux, je n’ai pu résister à ajouter mon petit grain de sel ! smiley )

                              « Il n’y a qu’une communauté : celle des humains qui avancent la tête haute et libre dans une société de la courtoisie, de la confiance et de la fraternité... Le tissu social se passe aisément de toute marque d’appartenance à une tribu, une secte, une confession. »
                              Non, fut-ce au nom de la soumission à une quelconque autorité (divine, religieuse, générique, ...), aucun voile n’a à dérober au regard l’humanité du visage de nos concitoyennes, et il convient donc - fermement et sans autres états d’âmes - de bannir hors la cité ce symbole de la négation citoyenne.

                              Mais, à l’instar de l’infinie diversité de ses faces et visages, la communauté peut-elle prétendre évoluer et avancer par l’uniformisation, le nivellement et la négation de toute expression de sa diversité, ses attaches ou racines - même « exotiques » - sans appauvrir d’autant l’expression même de son humanité ? Pourvu qu’il relève du libre arbitre individuel, en quoi le port de la kippah, du hijab ou de n’importe quel foulard, cravate ou maillot de bain, connoté ou pas, représentent-ils une menace au principe de citoyenneté et de laïcité ?

                              Et sans seulement leur demander leur avis, interpréter comme l’intolérable symbole de leur aliénation le foulard ou le burkini de ces dames ne relève-t-il pas, au même titre que celui qu’on entend précisément dénoncer, du plus intolérable des paternalismes ?

                              A vouloir bannir le port du foulard ou de tout signe d’appartenance de l’espace public, ne s’expose-t-on pas tant à exclure encore un peu plus certaines femmes - notamment parmi les plus fragiles - de leur accès à la citoyenneté qu’à ce qu’elles s’emparent du symbole, non plus comme celui de leurs racines ou de leur attachement, mais bien de leur émancipation et de leur révolte ?

                              En vous présentant mes cordiales et bien respectueuses salutations ! smiley


                              • C'est Nabum C’est Nabum 16 septembre 17:43

                                @Samson

                                Entre un voile, simple coquetterie et le port d’un suaire mortuaire qui signifie le rejet d’une culture il y a bien sûr mille et une nuance que Shéhérazade avait saisi en son temps et que beaucoup de femmes ne peuvent plus comprendre, poussée qu’elles sont à porter le deuil de leur liberté

                                Merci pour les explications aussi nécessaires que riches


                              • baleti 16 septembre 19:03

                                @Samson

                                 la tolérance mène a la lumière,


                              • baleti 16 septembre 19:21

                                @C’est Nabum

                                « signifie le rejet d’une culture » vous parliez d’obscurantisme ??? sortez de votre boite a pandore

                                madame, vous tourner encore autour du pot,

                                il est temps de se parler franchement, que vous disiez.

                                certain pourrai se servir de leur langue comme d’une voile 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès