Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Service civil obligatoire : vers un rétablissement des corvées féodales (...)

Service civil obligatoire : vers un rétablissement des corvées féodales ?

La suspension (pour ne pas dire la suppression) du service national obligatoire , par la loi du 28/10/1997, a incontestablement été la réalisation majeure de Jacques Chirac comme président de la République. Ceux qui, comme moi, ont vécu la corvée du service militaire pendant un an, ont certainement, comme moi, applaudi à cette courageuse et intelligente décision, qui a été à Jacques Chirac ce que l’abolition de la peine de mort fut à François Mitterrand. Or, il se trouve que, dans une unanimité étonnante, les principaux candidats à la prochaine présidentielle souhaitent le rétablissement d’un service national civique ou civil obligatoire ! Examinons les faits.

Parmi les candidats à l’élection présidentielle, plusieurs se sont clairement prononcés pour un service civique ou civil obligatoire, citons-les de droite à gauche : à droite, Philippe de Villiers préconise un service civique d’un an, Nicolas Sarkozy est partisan d’un service civil de six mois, Francois Bayrou préconise également six mois, tandis que Nicolas Dupont Aignan limite cette proposition à trois mois. A gauche, le trio socialiste Ségolène Royal, Dominique Strauss-Kahn, Laurent Fabius préconise six mois de service civique, par ailleurs il semble bien que Jean-Pierre Chevènement le préconise également (son programme est en attente de publication). Certains leaders des Verts auraient également pris fait et cause pour ce nouveau service obligatoire, qui ne semble cependant pas figurer dans leur catalogue officiel de propositions. Il semble (sous réserve de prises de positions ultérieures) que les seuls candidats ne proposant pas clairement ce service obligatoire soient à l’extrême-droite, Jean Marie Le Pen, à droite, Dominique de Villepin et bien sûr Jacques Chirac, qui sont partisans du volontariat, l’ensemble des candidats d’extrême gauche, et, sous réserves, le Parti communiste, qui ne semble pas s’être exprimé nettement à ce sujet (données non trouvées).

Les motifs invoqués par les candidats partisans du service civil obligatoire sont identiques, à droite comme à gauche : la suppression du service militaire, disent-ils en résumé, aurait fait disparaître la mixité sociale induite par le fait que, pendant le service militaire, des jeunes de toutes les classes sociales et de toutes origines géographiques se retrouvaient mélangés, et développaient ainsi une sorte de sentiment de fraternité républicaine. La crise des banlieues serait due, entre autres, à la disparition de ce sentiment d’appartenance à une même communauté nationale, sentiment qu’il conviendrait de réinsuffler en établissant un service civil ou civique, dans lequel l’enthousiasme fraternel de la jeunesse serait mis à profit au service de travaux d’utilité collective ou d’associations, dans un grand élan de solidarité républicaine retrouvée entre jeunes de diverses origines !

Comme de bien entendu, les bons sentiments font rarement de la bonne politique, et les bonnes intentions affichées cachent souvent de bien douteuses arrière-pensées. Une idée liberticide trouvera toujours une majorité de politiciens pour la soutenir. Etudions dans le détail les arguments qui démolissent cette nouvelle lubie politicienne.

1°) Inconstitutionnalité du cervice civil : la constitution ne prévoit de contraindre les personnes que dans deux cas, la condamnation pénale et les nécessités de la défense nationale. Il faudrait donc, pour instituer un service civil obligatoire, réviser préalablement la constitution.

2°) Le service civil obligatoire est contraire aux engagements internationaux de la France : en effet, la convention européenne des droits de l’homme, dont, si je ne m’abuse, la France est signataire, stipule (titre 1 article 4, alinéa 1 : " Nul ne peut être tenu en esclavage ni en servitude ", alinéa 2 : " Nul ne peut être astreint à accomplir un travail forcé ou obligatoire ". Il est bien évident que l’alinéa 2 et probablement aussi l’alinéa 1 concernent directement le concept de service civil obligatoire (un travail imposé sous peine de sanctions, qui serait rémunéré semble t-il 300 euros mensuels, ce qui ne permet ni de se nourrir, ni de se loger, c’est quasiment une forme d’esclavage). Il est très curieux de constater que les candidats dans leur immense majorité ignorent le texte de conventions internationales qui ont pourtant force de lois, lois que l’un d’entre eux sera chargé de faire exécuter lorsqu’il sera, justement, au pouvoir exécutif... Ce sont d’ailleurs souvent les même politiciens qui ne manquent pas de rappeler, à juste titre et à n’importe quelle occasion, que l’esclavage est classé parmi les crimes contre l’humanité. Singulière incohérence des prises de position...

3°) Toute obligation fait immanquablement apparaître dans une population des gens qui s’opposeront (en l’occurence avec raison) à cette obligation ! Ceci aboutit inévitablement à l’apparition de sanctions. Quelles pourraient être ces sanctions ? On peut imaginer des amendes, dont les jeunes issus de classes favorisées s’acquitteraient sans problèmes : exit la mixité sociale qui sert d’alibi à cette mascarade ! On peut imaginer une privation du droit de vote tant que le service civique n’est pas accompli, droit de vote auquel un certain nombre de jeunes marginalisés renonceraient volontiers pour ne pas subir cette corvée... exit à nouveau la mixité sociale. On peut enfin proposer la prison, mais les prisons sont déjà pleines, et par ailleurs on ose à peine imaginer les émeutes qui ne manquerait pas de survenir dans les cités si la maréchaussée venait y chercher quelques jeunes réfractaires pour les embastiller pour cause de désertion au service civil !

4°) Toute obligation fait apparaître la nécessité d’un contrôle de l’exécution de cette obligation. Il est bien certain que les enfants et relations amicales de ces contrôleurs auront un contrôle plus élastique que les autres ! Par ailleurs les associations donneront volontiers des " jetons de présence " bidons moyennant finances, mieux vaut un tiroir-caisse bien rempli que des travailleurs forcés non motivés !

5°) Le service civil entraînera un détournement massif de l’argent public vers des intérêts privés. En effet, il est prévu de faire travailler une bonne partie des " conscrits civils " dans des associations. Or, le service civil qui, selon plusieurs estimations, coûterait entre 3 et 5 milliards d’euros annuellement, sera financé par l’argent public, c’est-à-dire celui des contribuables. Autrement dit, il sera établi, en plus du service civil, une cotisation obligatoire indirecte de l’ensemble des Français pour des associations à la raison sociale desquelles tous les citoyens ne sont pas forcément en accord, et qui sont par nature des intérêts privés, quand bien même elles seraient à but non lucratif et déclarées d’intérêt publi ...

6°) Le service civil entraînera une concurrence déloyale sur le marché du travail. En effet, qui dit service dit, en principe, travail d’utilité collective, (je n’ose pas imaginer que l’Etat pourrait subventionner à grands frais des travaux inutiles), on peut tout imaginer : nettoyage des tags sur les murs, nettoyage des sites naturels, aide aux personnes âgées ou aux handicapés, débroussaillage des forêts, etc. (NB : il ne peut s’agir que de travaux peu qualifiés puisque les jeunes censés les assurer n’auront que leur bac, à moins qu’on ne rétablisse des sursis, mais la mixité sociale en prend alors un coup ! ). Mais en payant des clopinettes un travail forcé des jeunes pour ce genre de travail, on retire le pain de la bouche de gens peu qualifiés aptes à exercer ce genre d’emplois.

Alors, me direz vous, pourquoi des politiciens expérimentés et censés être des gens intelligents proposent des absurdités pareilles ? J’y vois plusieurs raisons inavouées. 1°) Faire diminuer le nombre des fonctionnaires pour satisfaire aux critères économiques du traité de Maastricht : en effet , les " conscrits civils " seront rapidement amenés à faire les travaux dévolus jusqu’ici aux employés municipaux, agents d’entretien et autres petits fonctionnaires, pour un " salaire " trois fois moindre, ce qui permettra au futur président de se vanter d’une baisse des dépenses publiques.

2°) Faire baisser mécaniquement, dans un premier temps de 300 000, le nombre de chômeurs officiels, les conscrits civils n’étant évidemment pas considérés comme chômeurs ! (Cet effet disparaîtra dans un deuxième temps avec la diminution de la demande de main-d’oeuvre peu qualifiée...)

3°) Adapter le secteur public à une concurrence croissante avec le secteur privé : on sait que les entreprises privées ont la manie détestable d’user et d’abuser des " stagiaires ", qui occupent pour rien ou presque rien des emplois qui devraient normalement être salariés. Elles ont souvent pris l’habitude de mal ou de non rémunérer les heures supplémentaires dans les contrats ultra-précaires. Le secteur public, jusqu’ici exclu de ce " fromage ", pourra évidemment y avoir accès grâce aux " conscrits civils ", à peine rémunérés !

4°) Enfin , j’y vois une source inépuisable de magouilles politiciennes en tous genres : les associations se retrouveront dans une concurrence et un lobbying forcené pour bénéficier gratuitement du plus grand nombre possible de " conscrits civils ", inutile de dire que les partis politiques s’en donneront à coeur joie pour faire donner à leurs valeureux militants des emplois fictifs par certaines associations en échange de cent conscrits civils supplémentaires, une association bénéficiaire de cent conscrits civils ayant beaucoup plus de chance de prospérer qu’une association ayant les mêmes buts, mais seulement dix conscrits civils. On peut imaginer également tout un marché de nouvelles associations fictives dans lesquelles des conscrits civils aisés passeraient six mois de service civil tout aussi fictif ! Un véritable boulevard du copinage et du népotisme... Dans ces conditions , il est peu probable que la nombreuse progéniture de Ségolène Royal se retrouve un jour, au cours d’un service civil " socialement mixte ", à repeindre les murs de cités sensibles en compagnie des jeunes banlieusards qui y résident...

En guise de conclusion, après le retour de la dîme préconisée par le rapport Machelon et Nicolas Sarkozy (construction des mosquées et autres temples sur les impôts locaux, se rapporter à mon article sur AgoraVox : " Le rapport Machelon , une offensive sans précédent contre la laïcité " ), les politiciens français, dans un grand élan unitaire de médiévalisme, veulent transformer les jeunes en serfs auxquels le " Souverain " aurait de nouveau le droit d’imposer des corvées féodales ! La France a besoin d’autre chose que de pseudo-solutions moyenâgeuses à ses problèmes ! Espérons, et parions que la jeunesse ne se laissera pas faire...


Moyenne des avis sur cet article :  3.7/5   (284 votes)




Réagissez à l'article

152 réactions à cet article    


  • Bernard Dugué Bernard Dugué 9 novembre 2006 10:29

    Article un peu long, avec trop de spéculations sur des dérives supposée du service civil. Voilà un esprit gauchisant mal placé, mais je signe, et vote oui, avouant également un esprit du même type !

    A mon avis, l’argument le plus solide contre le service, c’est qu’on ne peut contraindre un individu à servir et donc, je m’inquiète que les politiques en arrivent à prendre quelque distance avec les droits naturels de l’homme. Au secours, Voltaire, ils sont devenus fous


    • Jade Jade 9 novembre 2006 14:59

      « Article un peu long, avec trop de spéculations sur des dérives supposée du service civil. »
      je trouve certaines des spéculations très plausibles bien au contraire.. l’auteur en parle d’ailleurs tres bien mais avez-vous deja vu les dérives faites sur les stagiaires qui occupent des postes de salariés ? sans compter les nombreux bts par alternance qui coute peu cher (la moitié du smic) et que j’ai tres souvent croisé dans de multiples entreprises (travaillant dans une ssii j’ai eu l’occasion de pas mal tourner).. Et quand la formation du bts par alternance est finie hop ! ils en reprennent un autre alors que le précédent était completement formé à son poste et pouvait apporter son experience.. Son seul tord c’était de couter trop cher en passant au statut de salarié..

      « Voilà un esprit gauchisant mal placé »
      sur ce point la je vous trouve insultant.. de quel droit vous pouvez traiter les propos de ce texte « d’esprit gauchisant » ? moi je vote oui aussi et sans arrière pensée gauchiste en disant que ces spéculations pour beaucoup sont tout a fait plausible et que l’utilisation d’un service civique ne peut etre que néfaste au niveau économique..
      1. l’état devra injecter du fric dans cette mesure alors que l’endettement est deja insupportable
      2. il est évident que si en plus les sociétés ont droit de faire appel aux jeunes effectuant leur service civique ils se priveront pas pour utiliser ce moyen la comme ils le font deja pour les stagiaires.. et de la meme maniere une classe d’age en remplaçant une autre d’une année à l’autre ca fait un poste occupé qui ne coûte rien à la société mais énormément a l’état et donc à la collectivité !


    • Bernard Dugué Bernard Dugué 9 novembre 2006 15:40

      L’ironie pas assez mal par l’écrit et surtout sur le Net, dommage. Mais je ne retire rien de mes propos, je suis entièrement d’accord avec l’auteur. Sur la forme, j’aurais écrit le texte différemment mais de manière aussi sévère pour ce service civique qui nous ramène à Pétain ! Pétain de merde, la politique dérive et se dévoie. Si le service civique obligatoire est installé, tout jeune aura comme devoir de désobéïr et de refuser de l’accomplir, quant aux service civique volontaire, il ne faut pas déconner, ça existe déjà, ça se pratique dans les associations, sous formes diverses, bénévoltat, et le brassage social, tous ceux qui ont pratiqué un sport d’équipe savent que ça y contribue grandement.

      Les politiques ont laissé la France partir à la dérive et n’ont d’autre gadget que de proposer ce service de la honte


    • beaudelaire (---.---.130.165) 9 novembre 2006 16:42

      c’était,heureusement ou non,une façon de faire vivre et cohabiter des gens d’origine et de conditions diverses qui aujourd’hui vivent dans des bulles trop différentes.C’était aussi responsabiliser les citoyens envers leur patrie.cela éviterait peut-être les débordements que l’on connait dans les banlieues !!S’il est vrai que de trop nombreux individus ont fait des pieds et dse mains pour laisser à d’autres plus citoyens qu’eux le soin de défendre le territoire,ce n’est pas une raison pour trouver que la suppression du service militaire est une bonne chose !H.B.


    • jlouis (---.---.206.161) 10 novembre 2006 06:30

      Tres bon article. Une remarque cependant, tous les partis politiques ne sont pas pour la remise en place d’un service obligatoire et il aurait ete bien de le signaler.

      Voir par exemple l’article suivant d’Alternative Liberale qui se positionne explicitement sur le sujet. http://www.alternative-liberale.fr/articles/060922_averon_non_au_service_civique_obligatoire. htm


    • Jade Jade 10 novembre 2006 11:30

      @ beaudelaire > résoudre les problemes de banlieue par un système de corvée ? bravo ! je pense qu’il y a des moyens bien plus efficace et honnête que ce système la.. la preuve en est faite et démontrée par le maire de ma ville ! ici tout est calme et meme les zones dites sensibles restent calme grâce a la présence de maisons de quartier ! pas besoin d’un service civil pour ça.. d’autant plus que l’auteur lui meme l’a démontré que la mixité sociale au niveau du service militaire c’était de la foutaise... moi-même j’ai profité de mes études longues pour repousser jusqu’a ce que ce service soit annulé.. et s’il n’avait pas été annulé je me serai débrouillé pour me faire réformé et basta..


    • Paldeolien (---.---.113.52) 9 novembre 2006 10:29

      ouai, mais qui va payer pour tout ça ! Déja qu’on est sur-endettés...Super l’idée, c’est du grand n’importe quoi, encore une fois.


      • P.A. (---.---.112.151) 9 novembre 2006 10:31

        Je pense que ce service ne peut apporter quelque chose que dans la mesure ou il est un choix. En effet, tout ce qu’on nous impose se fait à contre-coeur. Il est également plus difficile de trouver des missions intéressantes qd bcp de personnes doivent le faire. Le plan defense 2eme chance qui est un service facultatif marche bien alors pourquoi changer ce qui fonctionne qd tant d’autres choses ont besoin de bouger.


        • Pierre Sage (---.---.93.248) 9 novembre 2006 14:57

          L’école, par exemple, imposée jusqu’à l’âge de 16 ans se fait à contre-coeur ? Le paiement de l’impôt ? La circulation à droite sur la route ? Le devoir de s’arrêter au feu rouge ?

          Allez, vive l’anarchie, l’égoïsme et le je-m-en-fichisme !


        • Xavier (---.---.148.35) 9 novembre 2006 22:13

          Je pense que ce service ne peut apporter quelque chose que dans la mesure ou il est un choix.

          Justement... qui le fera, ce choix ? Certainement pas les personnes ayant fait de longues études (exit la mixité) qui préfèrent se faire exploiter dans un McDonalds pour 1 smic entier et non pour des cacahuètes. Certainement pas les « prêts à tout » qui ont plutot intérêt à s’engager dans l’armée pour un vrai salaire aussi, et une perspective au choix : à long terme (carrière) ou à moyen terme (sous contrat). Pas non plus les jeunes chomeurs qui trouveront plus d’intérêt dans le travail intérimaire (ou l’alternance boulot-chomage). Qui reste-t-il ? Qui est encore prêt à partir à l’aventure civile (ramasser les feuilles d’arbres et les chewing-gum) pour 300 euro par mois ? Je dis « partir » parce qu’il ne faut pas espérer payer un logement et la bouffe avec ça ! ...alors il y a plutot intérêt que ce soit nourri-logé-blanchi ! Le service militaire, auquel j’ai échappé de justesse, me paraissait plus motivant !


        • Rocou (---.---.231.20) 10 novembre 2006 15:54

          « L’école, par exemple, imposée jusqu’à l’âge de 16 ans se fait à contre-coeur ? Le paiement de l’impôt ? La circulation à droite sur la route ? Le devoir de s’arrêter au feu rouge ? »

          Attention ne pas confondre la notion de règles indispensable à la vie en société et la législation arbitraire mise en place de façon autoritaire par le pouvoir en place.

          Rouler à droite, par exemple, est une règle necessaire à la circulation, si personne ne la respecte, la circulation devient impossible (c’est d’ailleurs pour cela que le nombre de personnes roulant à gauche est infinitésimal).

          Par contre, l’école obligatoire jusqu’à 16 ans est arbitraire. Le paiement de l’impôt devrait être volontaire, c’est d’ailleurs ce que stipulait la constitution de 89.

          Attention également à ne pas confondre anarchie et anomie. L’anarchie est l’absence d’Etat, alors que l’anomie ets l’absence de règle. Le libéralisme, dont l’aboutissement est l’anarchie est avant tout une philosophie du Droit.


        • Yann (---.---.94.34) 9 novembre 2006 10:32

          J’ai suivi quelques émissions sur le sujet, et je n’ai pas retenu que les jeunes devaient travailler pour des associations, mais pour des sociétés. Il n’en reste pas moins que d’en un cas comme dans l’autre, cela fera des emplois gratuits pour l’employeur, qui ne s’en privera pas. Ne peut-on laisser les jeunes vivre leur vit tranquille, surtout que l’avenir ne s’annonce pas terrible.


          • Stravos (---.---.132.162) 9 novembre 2006 18:06

            Bien vu Yann, pourtant je suis rarement d’accord avec vous... Mais ne soyons pas chien, pour une fois...


          • kelenborn (---.---.162.39) 9 novembre 2006 11:03

            Depuis quelques années l’UMPS et ses satellites , faute de pouvoir distribuer les fruits d’une croissance qu’ils ont étranglée, multiplient les mesures liberticides et font de ce pays un espace enrégimenté et hérissé d’interdits. Madame Royal , qui n’a pas du être astreinte au service militaire n’est évidemment pas en reste et on peut lui faire confiance pour , si par malheur elle était élue, ressortir la haire et la discipline avec en prime la ceinture de chasteté.D’ailleurs, il est singulier de constater qu’en matière de répression ( lois mémorielles, tabac, automobilistes,environnement) la gauche est toujours en pointe depuis maintenant deux décennies..Toujours, sauf lorsqu’il s’agit évidemment des banlieues ,des sans papiers, des bobos des écolos et des minorités visibles .Citoyens, à vos urnes et envoyons ces gens aux poubelles de l’Histoire !


            • rjolly (---.---.227.38) 9 novembre 2006 11:39

              Pourquoi ne pas donner 300 € aux jeunes sans rien leur demander en contrepartie.


              • panama (---.---.198.59) 9 novembre 2006 12:12

                Et pourquoi pas les payer à vie à ne rien faire ? Mais ça serait le Paradis sur terre !!!

                Vraiment des fois...


              • Darkfox (---.---.141.125) 9 novembre 2006 13:28

                lol mais on donne deja ca .. ca s apelle RMI. Tu le reçois dès que tu as plus de 25 ans ou que tu as déjà travaillé..


              • Jade Jade 9 novembre 2006 14:49

                @ Darkfox : c’est vrai que vivre avec 300 euros par mois c’est le rêve .. quelle chance ils ont ces rmistes ! ben moi perso j’prefere trimer et avoir mon salaire et je connais beaucoup d’amis rmistes qui sont du meme avis que moi.. le gros probleme c’est quand à l’embauche le drh ou le patron les renvoies sur les plotes car ca fait longtemps qu’ils n’ont pas eu de taf !

                @ rjolly : donner 300 euros comme ca sans rien faire ca n’est certainement pas la solution.. Si l’état devait intervenir financierement auprès des jeunes ca devrait etre a mon avis uniquement dans le cadre de projet professionnel ou de création d’entreprise mais ca existe deja avec le « défi jeune »...


              • Popov De Kerl Popov De Kerl 31 janvier 2007 17:08

                @ tous les messages de WYWY le gros malin

                Mais oui et bien sur un jeune qui a déja du se tapper 15 mois de stage rémunéré en moyenne 300€ a 600€ et obligatoire pour avoir ses examens (donc Bac+5 pour ma part) est non qualifié et va faire 6 mois de plus dans un domaine qui n’a rien a voir avec sa spécialité et a 300€ par mois

                Merci pour les idée de génie, mais si je vous met 2 ans en ESCLAVAGE avec un salaire de 300€ sans vacances, sans RTT et sans possibilité ge démissionné (et oui lorsqu’on a 9 mois pour faire 9mois de stage et que sans validation l’entrée à l’examen est interdite on ne peut pas démissionné et on ne peu pas gueuler)

                Je vais voir ce que vous direz et si vous trouverez toujours que cette idée est bonne


              • Gasty Gasty 9 novembre 2006 11:53

                Heureusement que l’école reste obligatoire.

                Mais l’idée d’un peuple ignorant , analphabete peut plaire.

                « Je ne veux pas d’histoire avec les voisins et ce Voltaire »


                • gem gem 9 novembre 2006 12:25

                  Bon article, auquel je ne ferais qu’un reproche : le mot « rétablissement » du titre

                  Les corvées féodales n’ont jamais complétement disparu, on a simplement constaté (dès l’Egypte ancienne, puis en Chine, puis partout et tout le temps) qu’il était beaucoup mieux pour tout le monde (aussi bien les gouvernements que les « assujettis ») de percevoir une somme d’argent à la place. Avec l’argent on pouvait payer une main d’oeuvre « libre », mais aussi, c’est tout l’intérêt, bien d’autres choses qu’une main d’oeuvre servile ne fait pas, notamment des biens élaborés comme des armes, des objets de luxe ou des prestations d’ingénierie militaire ou civile.

                  Et c’est comme ça que sont nés les impôts...

                  En pratique, donc, cette idée de service civil obligatoire est surtout stupide car contraire aux faits observés.


                  • CAMBRONNE (---.---.105.182) 9 novembre 2006 12:35

                    DOCDORY

                    Pour des raisons qui sont probabement diamétralement opposées aux votres je suis contre tout retour au service qu’il soit civil ou militaire .

                    Depuis longtemps avant que Chirac ne le supprime le service militaire ou national n’avait plus rien d’iniversel seuls les non pistonnés et les non diplomés subissaient cette corvée comme vous le dites si bien .

                    Donc l’argument de mixité sociale ne tient pas debout .Pas plus d’ailleur que la possibilité de rattraper ce qui a été loupé par les familles et l’educ nat .

                    Une armée de professionnels moins nombreux mais mieux entrainés est certainement préférable à ce qu’était une armée de traine savattes comme celle que nous avions dans la majorité des unités .

                    Passer son temps a essayer de justifier un service dont plus personne ne voulait a été la rude tache de nombreux cadres pendant plus de vingt ans .Alors ne recommençons pas avec un service civil qui s’il est obligatoire recueillera le même succés .

                    Ce service est une fumisterie qui va couter cher .

                    Gardons cet argent pour construire notre deuxième porte avions et améliorer l’équipement , les soldes et l’armement des militaires d’active .

                    Vive la république quand même .

                    PS : Je pense que l’auteur a été médecin aspirant et que la vie n’a pas été trop pénible en ce qui le concerne , même pas de promiscuité ... Petite , toute petite solde , c’est là qu’est l’os .


                    • docdory docdory 9 novembre 2006 13:41

                      @ cambronne

                      Pourquoi vos raisons seraient elles diamétralement opposées aux miennes ?


                    • Marsupilami (---.---.93.189) 9 novembre 2006 13:47

                      Pour information, un débat entre Bruno Julliard et Bernard Kouchner sur ce sujet.

                      Je suis d’accord avec Cambronne & Docdory.


                    • Demian West (---.---.255.135) 9 novembre 2006 13:51

                      189,

                      J’ai vu, souventes fois, un maister des chambres despotiques qui maltraitait sa petite goubernaille, jusqu’à ce qu’il eut, soudainement...peur de sa propre ombre sur le mur.

                      Demian West


                    • docdory docdory 9 novembre 2006 14:07

                      La nuance entre « obligatoire » et « obligatoirement proposé » que prétend faire Kouchner dans ce débat est typique de la langue de bois . Le simple fait que Kouchner , qui fut le ministre de la santé à mon avis le plus calamiteux des vingt dernières années ,( avec Georgina Dufoix ) soit partisan du service civil est en soi un argument supplémentaire contre ce service civil !!!


                    • CAMBRONNE (---.---.127.156) 9 novembre 2006 17:13

                      DOC

                      Relisez ce que je dis sur les raisons qui me poussent à être contre ce nouveau service et vous verrez qu’elles ne sont pas de même nature que les votres .

                      Vous êtes contre car vous considérez que c’est une nouvelle manière d’exploiter la jeunesse en la faisant travailler à bas prix , je suis contre car je connais mes concitoyens qui réagiront de façon négative à toute contrainte pour un tas de bonnes raisons dont l’égoisme n’est pas la moindre.

                      Donc autant éviter de créer une situation sans issue et gardons les sommes prévues pour maintenir une force militaire crédible parceque bien armée .

                      L’armée n’a jamais été aussi populaire en france que depuis la suspension du service national . Armons nous et partez est le maitre mot national . Alors autant le savoir et ne pas s’emmerder avec de fausses solutions pour retisser les liens sociaux qui en ont effectivement besoin .

                      Sommes nous toujours d’accord Doc ?

                      Vive la république quand même .


                    • La Taverne des Poètes 9 novembre 2006 12:42

                      Pour m’en tenir dans un premier temps à l’examen de l’idée principale contenue dans le titre, je me souviens que certains avaient exprimé la même inquiétude à propos de la mise en oeuvre des dispositifs d’insertion dans le cadre du RMI.

                      A ma connaissance, ces inquiétudes n’ont pas pris corps dans la réalité. Les ateliers et chantiers d’insertion n’ont pas concurrencé le secteur économique. Il y a pu y avoir des tentatives de servage (Je me souviens d’un responsable dans le social qui envisageait le plus sérieusement du monde de coller les RMIstes à la tonte de sa pelouse et de celles de ses voisins en guise d’insertion. Fait isolé du tout début de la mise en place où les professionnels se creusaient la tête pour trouver quelque idée d’action d’insertion, le dispositif les ayant surpris dans leurs habitudes.)


                      • (---.---.239.38) 9 novembre 2006 13:55

                        Nuance :

                        Y a t’il réellement une insertion autre que le titre dans le RMI ?


                      • canard (---.---.80.157) 9 novembre 2006 12:45

                        Il vaudrait mieux un service militaire volontaire (donc plus limité), qui pourrait servir de « vivier » pour y recruter les futurs gendarmes et policiers. Ce serait une incitation au « volontariat », et permettrait aussi de « jauger » et préparer les candidats aux fonctions citées.


                        • moniroje moniroje 9 novembre 2006 13:05

                          L’idée de service civil n’est pas pour me déplaire dans la mesure où il serait volontaire : service civil volontaire.

                          Géré par le gouvernement et donc encadré pour éviter les abus et les détournements, il serait ouvert à tous ceux qui y trouveraient un moyen de s’en sortir : jeunes après leurs études, ils seraient orientés suivant leurs envies et leurs compétences : cela leur éviterait le chômage de départ, leur assurerait un départ dans la société avec un salaire, la certitude d’avoir où dormir et de quoi se nourrir et une expérience professionnelle ; de plus, ce service serait ouvert à tous, quel que soit leur âge : chômeurs de longue durée, femmes au foyer cherchant un premier emploi, vieux, etc.

                          Bien sûr que cela couterait, mais à notre époque et dans notre pays, mieux vaut payer des gens à des oeuvres sociales que les payer à ne rien faire.

                          On manque d’infirmières, on manque de police de proximité, de surveillants d’école, de crèches, de logements sociaux, de restaurants du coeur, de docteurs à la campagne, de tant de choses ; un tel service pallierait à ces manques, même en partie.


                          • (---.---.239.38) 9 novembre 2006 14:00

                            Réponse, vers 1750, de Mr Chaumont de la Galaizière intendant de Lorraine, a une demande de monopole sur l’emploi dans une nouvelle branche d’activité

                            « Si vous payez votre personnel et si vous le payez bien, vous n’en manquerez jamais »

                            CQFD


                          • Jules 10 novembre 2006 10:14

                            @ Moniroje Première remarque : le service militaire avait des effets secondaires peu connus mais réels : il permettait à des jeunes un temps de réflexion avant de s’engager dans leurs études, il donnait à d’autres un temps de respect des règles et de l’autorité, certains y trouvaient leur premier contact avec des gens d’autres classes sociales, beaucoup y apprenaient les rudiments d’un métier.

                            Deuxio. Contrairement à ce que certains pensent, il y a des associations en France, beaucoup, avec des gens formidables qui aident les autres là où le gouvernement et la société défaillent. Avant de pisser sur l’ensemble de la société, il faudrait un peu sortir et agir. Ces associations ont besoin de gens pour les aider et, dans le cadre d’un service civil, ils pourraient transmettre à des jeunes sans but et sans loi un exemple concret d’utilité dans la société.

                            Il faudrait arrêter de regarder la télé qui s’ingénie à montrer les Français comme une bande de crétins incapables de penser par eux-mêmes (les micro-trottoirs) ou prêts à s’entretuer (les reportages sur les banlieues). Il y a plein de gens positifs et constructifs, contrairement à la plupart de ceux qui ont laissé leur pessimisme défaitiste et nihiliste sur ce fil. Dire que l’idée du service civil sera pourrie par l’exploitation qu’en feront les politiciens est une réaction de fuite qui tend à montrer que plutôt que combattre ces politiciens sur le terrain des modalités d’application, on préfère en tuer l’idée à la source. Preuve que l’idée de civisme même est rejetée dès le départ par des gens plus aptes à critiquer qu’à construire et aider.


                          • LE CHAT (---.---.75.49) 9 novembre 2006 13:30

                            Bon article , et je ne suis pas étonné qu’il y a un consensus au sein de l’U.M.P.S pour fournir une main d’oeuvre bon marché au patronat et faire articiellement baisser le taux de chomage ; les socialistes avaient déjà inventé les les S.I.V.P (gvt Mauroy) les T.U.C (gvt Fabius) et les C.E.S ( gvt Rocard ) , la droite étant à l’origine des C.I.P et C.P.E .

                            30 ans de politique antijeunes qui expliquent en partie le desespoir de tous ceux qui n’ont pas la chance d’acceder rapidement à un CID


                            • lebaron (---.---.230.20) 9 novembre 2006 13:47

                              sachez mon cher qu’il n’y avait pas de corvées féodales, il s’agissaient d’un ordre naturel...les serfs s’acquittaient de différents devoirs envers leur seigneurs(certains comme le droit de cuissage étaient d’ailleurs appréciés...) en échange le seigneur leurs offrait protection et miséricorde...


                              • lebaron (---.---.230.20) 9 novembre 2006 13:48

                                sachez mon cher qu’il n’y avait pas de corvées féodales, il s’agissaient d’un ordre naturel...les serfs s’acquittaient de différents devoirs envers leur seigneurs(certains comme le droit de cuissage étaient d’ailleurs appréciés...) en échange le seigneur leurs offrait protection et miséricorde...


                                • Charles André Charles André 9 novembre 2006 14:03

                                  @baron Et la gabelle, c’était quoi ?


                                • jef88 (---.---.239.38) 9 novembre 2006 14:19

                                  Tous les hommes sont créés libres et égaux. La différence des conditions ne vient que de la fantaisie, de la vanité, la cupidité ou de la violence des hommes.

                                  Dom Augustin CALMET Abbé de Senones, Historien.. 1745 Dissertation sur la noblesse de Lorraine


                                • Charles André Charles André 9 novembre 2006 13:52

                                  Si je vous suis, il faudrait donc également supprimer l’impôt et ses relans féodaux...


                                  • lebaron (---.---.230.20) 9 novembre 2006 14:10

                                    je prone un retour au seul régime capable de sauver la France la monarchie...ne trouvez vous pas étonnant que nous soyons un des seuls pays en Europe à avoir rennoncer à un si magnifique régime ? moi j’ai toujours été bon et je le suis encore avec mes serfs...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès