Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Stop au massacre des bouquetins : Madame la Ministre, les associations (...)

Stop au massacre des bouquetins : Madame la Ministre, les associations s’unissent !

Aux côtés de nombreuses associations, 24 530 citoyens demandent l’arrêt de l’abattage « à l’aveugle » des bouquetins dans le massif du Bargy en Haute-Savoie (n'hésitez pas à signer la pétition). Sur son site, la FRAPNA appelle au rassemblement le lundi 14 avril à 16h30 à Annecy.

Madame la Ministre de l’Ecologie,

Après avoir été éradiqué du territoire français au XIXème siècle, le Bouquetin des Alpes a pu être réintroduit dans quelques massifs. Aujourd’hui, sa population est estimée, en France, à seulement 9000 individus. Encore fragile, ce paisible animal, à la stature majestueuse, est devenu l’emblème des Alpes.

Sur le plan européen, la Convention de Berne relative à la conservation de la vie sauvage et du milieu naturel protège le Bouquetin des Alpes. Sur le plan national, l’arrêté ministériel du 23 avril 2007 interdit l’abattage du Bouquetin des Alpes sur tout le territoire métropolitain et en tout temps. Malgré ces protections, l’arrêté préfectoral n°2013274-0001, signé le 1er octobre 2013 par le Préfet de la Haute-Savoie, ordonne l’abattage des bouquetins de cinq ans et plus dans le massif du Bargy. Valable un an, cet ordre d’abattage est consécutif à la découverte, en avril 2012, d’une souche de Brucella, bactérie responsable de la brucellose, dans le lait d’une vache. Pour comprendre l’origine de la maladie, des investigations ont été conduites, et ont permis de détecter la brucellose chez un certain nombre de bouquetins du Bargy.

Le 4 septembre 2013, l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’Alimentation, de l’Environnement et du Travail (ANSES) a publié un avis sur le sujet. Dans ce rapport, les experts considèrent qu’initialement, l’infection est issue de l’élevage, et que les bouquetins ont assuré un relais silencieux entre le dernier foyer domestique de brucellose du secteur, datant de 1999, et le foyer de 2012. L’ANSES affirme que « le risque de transmission de la brucellose des bouquetins aux cheptels domestiques reste minime ». La contamination d’un cheptel domestique par des bouquetins « qui s’est produite en une unique circonstance sur 12 ans de cohabitation animaux domestiques – faune sauvage […] correspondrait plutôt à un évènement de type accidentel et exceptionnel. » Ainsi, en automne 2012, l’absence d’infection chez les 211 troupeaux éventuellement exposés a été démontrée. Par ailleurs, des suivis GPS indiquent que, de nature sédentaire, les bouquetins du Bargy ne se déplacent pas vers les massifs voisins. Les experts évoquent plusieurs solutions alternatives à l’abattage massif, choix risqué à plus d’un titre, dont la vaccination, l’abattage ciblé sur les animaux séropositifs ou encore l’application de mesures de surveillance (« les contacts rapprochés entre bouquetins et ruminants domestiques sont rares »).

En septembre 2013, l’ANSES concluait que son « analyse ne permet[tait] pas de confirmer la nécessité de mettre en œuvre dans l’urgence les actions d’abattage envisagées », et « insist[ait] sur l’importance d’un temps scientifique avant la mise en œuvre de mesures de gestion ». La population des bouquetins du Bargy est encore peu connue, et les statistiques sérologiques disponibles sont très approximatives. C’est donc dans « un paysage de connaissances très incomplet » que la décision a été prise de tuer tous les individus de cinq ans et plus.

S’appuyant sur le rapport de l’ANSES, reflet d’une expertise scientifique indépendante et pluraliste, la commission faune du Conseil National de Protection de la Nature (CNPN) a rendu son avis le 11 septembre 2013. Elle « considère que si l’éradication du foyer de brucellose chez le bouquetin des Alpes dans le massif du Bargy s’avère indispensable, elle n’a nullement besoin d’être réalisée dans l’urgence. » Elle prend en compte « le fait que le risque de contamination tant pour l’Homme que pour les animaux domestiques […] est extrêmement faible ». Demandé par le Préfet de Haute-Savoie, « l’abattage total et immédiat de la totalité des animaux appartenant à cette espèce sur le massif n’a pas été retenu (3 voix pour, 17 contre et 1 abstention) au profit d’un abattage partiel. » Concernant l’abattage partiel, la solution retenue par le CNPN est l’abattage, sur une durée de trois ans, des seuls animaux séropositifs.

Contrairement à la préconisation du CNPN, l’abattage ayant actuellement lieu dans le massif du Bargy ne vise pas les seuls bouquetins séropositifs (effectif estimé à 35% sur un échantillon de 54 animaux), mais les individus de cinq ans et plus (effectif estimé à 70%). En l’état actuel des connaissances, il existe donc, pour le CNPN, une solution plus satisfaisante à la mesure ordonnée ; ce qui remet en cause, d’après l’article L. 411-2-4° du Code de l’Environnement, les dérogations accordées aux interdictions encadrant le statut de protection du Bouquetin des Alpes qui ne peuvent être délivrées que s’ « il n’existe pas d’autre solution satisfaisante ». La solution préconisée par le CNPN est d’autant plus pertinente qu’un nouveau test permettant une détection rapide sur le terrain est sur le point d’être utilisable.

Depuis octobre 2013, au moins 230 bouquetins ont été tués. Parmi les animaux abattus, beaucoup ne sont pas malades, et l’arrêté en vigueur ordonne la poursuite des tirs « à l’aveugle » jusqu’en octobre 2014, ce à quoi nous nous opposons énergiquement. Dans son avis du 21 janvier, « le Conseil Scientifique Régional du Patrimoine Naturel de Rhône-Alpes regrette très vivement que l’avis du CNPN, étayé scientifiquement, n’ait pas été suivi par les autorités compétentes » et « déplore que des mesures radicales aient été appliquées dans l’urgence, et qu’aucune analyse n’ait été pratiquée sur les animaux abattus. » Le vice-président de la commission faune du CNPN affirme qu’« ordre a été donné de la préfecture de ne pas effectuer de prélèvements à but scientifique sur les cadavres, obérant ainsi lourdement les études en cours ». A cet égard, la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO) et la Fédération Rhône-Alpes de Protection de la Nature (FRAPNA) ont exprimé leur « incompréhension » et leur « stupéfaction » devant ce qu’il convient de considérer comme une grave omission.

Compte tenu du statut national et européen de protection du Bouquetin des Alpes, et considérant la remise en cause, par les experts, de la pertinence de la situation d’urgence, nous sommes aujourd’hui 24 530 à vous demander « l’arrêt de l’abattage systématique des bouquetins du Bargy de plus de cinq ans », et l’abrogation de l’arrêté préfectoral n°2013274-0001 qui en découle. Nous sommes aujourd’hui 24 530 à exprimer notre « désaccord avec toute décision ultérieure d’abattage de bouquetins dont le statut sérologique est soit inconnu soit négatif à la brucellose ». Nous sommes aujourd’hui 24 530 à exprimer notre « attachement à la conservation du statut de protection des bouquetins, espèce interdite de chasse ». Désormais placés entre vos mains, nos espoirs sont soutenus par de nombreuses associations.

Nous avons l’honneur, Madame la Ministre de l’Ecologie, de solliciter de votre haute bienveillance une audience, et de vous prier d’agréer l’expression de notre très haute considération.

Pour les citoyens et les associations soutenant cette lettre,

Matthieu STELVIO, initiateur de la pétition « Stop à l’abattage des bouquetins du Bargy »

Lettre soutenue et validée par : France Nature Environnement, Fonds mondial pour la vie sauvage (WWF), l'Association pour la Protection des Animaux Sauvages (ASPAS), la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO), la Fédération Rhône-Alpes de Protection de la Nature (FRAPNA), FERUS, One Voice, la Commission Internationale pour la Protection des Alpes (CIPRA), le Club Alpin Français, Mountain Wilderness, Animal Cross, ARTHEN, le Centre ATHENAS, Mille Traces, le Rassemblement pour l'Abolition de la Chasse, et par plusieurs accompagnateurs en montagne de Haute-Savoie...

SIGNER LA PETITION

Lettre en version PDF - Et n'oubliez pas le rassemblement à Annecy, lundi 14 avril !


Moyenne des avis sur cet article :  4.27/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Hervé Hum Hervé Hum 13 avril 2014 00:13

    le Conseil Scientifique Régional du Patrimoine Naturel de Rhône-Alpes regrette très vivement que l’avis du CNPN, étayé scientifiquement, n’ait pas été suivi par les autorités compétentes »

    Si je comprends la phrase dans son contexte, elle n’en reste pas moins contradictoire. En effet, ici, les « autorités compétentes » sont les scientifiques et non les agents de l’administration, qui sont « la force publique » , elle même dépendant des responsables politiques que sont les ministres et qui eux représentent « le pouvoir discrétionnaire ». Mais d’autorité compétente dans ce cadre sanitaire, il n’y a que les scientifiques.

    Bon courage.


    • zygzornifle zygzornifle 14 avril 2014 08:32

       8,4 millions de citoyens sous le seuil de pauvretés regardent les bouquetins avec envie.....ON S’OCCUPE D’EUX .....


      • zygzornifle zygzornifle 17 avril 2014 08:16

        Il faut protéger les bouquetins des légionnaires en manque de chèvres .......

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès