Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Taire le silence

Taire le silence

Fini les complexes, pouvait-on penser en mai 68 après avoir tenté de briser les barrières. Et pourtant, il y a beaucoup de nids de poule sur la route des pensées et des mots. Pourquoi pas une visite dans la forme et dans le fond ? 

Plus facile de le dire que de le faire. Le silence est d’or et, souvent, il dort.

La plupart des familles ne laissaient pas parler leurs enfants. Une prise de conscience s’est révélée au grand jour en mai 68 et puis s’est rendormie.

A l’école, souvent, la communication allait trop souvent dans un sens et pas dans l’autre pour en rechercher par l’analyse une certaine vérité logique.

Adulte, rebelote. Les amis, les employeurs en ajoutent une couche. Trouver la ligne médiane devient périlleux.

Le monde du travail est un des lieux de rencontres et donc de conflits potentiels. Le patron a ses idées qu’il ne faudrait pas trop contrarier pour garder sa place. Se rebeller revient à se fâcher et à rugir devant tout son entourage. La relation parent enfant est toujours présente. Le dominant qui a une emprise sur le dominé. Pour vivre heureux, vivons caché, est-il dit quelque part dans une charte implicite. Serait-ce "Marche à l’ombre" ? Trop de "cadavres" dans les tiroirs, trop de dangers à exprimer son ego ? Le respect, la compréhension de l’autre, l’égalité des rapports sont pourtant les plus fructueux au moment du choix de vie et de société. L’équilibre des idées est bienfaisant. Le tempérament se fera ressentir durement s’il rabaisse et persécute par les moyens de l’intimidation. Faire des concessions en mono directionnel n’est pas la panacée. Les idées ne se sont pas réfugiées dans les seules têtes dites pensantes. Pas de gourous dans le jeu de quilles. Adoucir son comportement est le seul moyen de sortir de cet étau et en imposer un autre à son interlocuteur. Gérer son stress par l’affirmation de soi, aussi. Déculpabiliser et raisonner pour reconnaître le bénéfice général. Où sont les limites de chacun ? Une seule démonstration par l’absurde pourrait suffire pour les trouver.

Il n’y a pas besoin de perfection pour émettre une idée. Pas besoin de trouver l’église au milieu du village. Un peu de confiance en soi suffit. Chercher les idées et les personnes solidaires au projet, connaître ses limites personnelles sont les vertèbres d’une bonne négociation. S’il y a échec malgré un bon dossier en béton en chercher la raison. Désaccord chronique ? Normal, il y aura toujours des chemins parallèles et des adversaires par nature. S’il n’y en a pas, passer à la foi, bien sûr.

Etre extraverti peut aider, bien sûr. La timidité, c’est l’interlocuteur qui en profitera. Il faut se rendre compte que, lui aussi, a le même problème de communication. Alors, dans un suprême effort, on parle du temps qu’il fait. Comme si l’originalité n’avait pas cours à bord des relations humaines.

Et nous ne sommes encore que sur la 2e marche de l’adulte après celui de la famille.

La vie en société est régulée par des règles et des lois. Si le harcèlement moral est puni par la loi chez nous, c’est de moins en moins le cas ailleurs comme nous allons le constater. Cet ailleurs n’est d’ailleurs pas toujours où on croit qu’il est. La diplomatie s’en mêle et elle n’est pas universelle.

La Chine et l’Inde sortent leurs griffes avec un arsenal de bonnes volontés, mais aussi des coutumes qui peuvent avoir des aspects négatifs. Au Japon, depuis plus longtemps en lice, nous sommes arrivés à un tel abrutissement des chaînes de travail dans lesquelles tous les regards se tournent vers le groupe, vers la hiérarchie et non plus pour chacun de ses membres.

Amélie Nothomb, avec sa sensibilité occidentale, en avait parlé dans son livre Stupeur et tremblements. Alors, cela craque parfois par le stress s’il n’y a pas de soupape de sécurité. Dans le passé, on inventait un épouvantail, avec la tête du patron en effigie, dans lequel tout travailleur pouvait se défouler. Plus récemment, les jeunes se réunissent et veulent se donner des impressions d’exister. On s’habille de manière excentrique, on copie les bandes dessinées. Les "Mangas" sont des bandes dessinées. Elles sont aussi les signes d’une errance de plus en plus marquée de cette ambiance en porte-parole d’une jeunesse en mal de soi. On veut désormais jouer le rôle de ce héros en papier mâché qui n’est pas soi. On symbolise encore une fois. De jeunes cadres se payent un espace temps très limité, heureux de se trouver ensemble, en cachette, dans des accoutrements totalement inappropriés à leur fonction. Sont-ce leurs "Sakés soirées" ? Est-ce pour oublier qu’il faudrait, peut-être aussi sortir, un jour, de ses gongs. Est-ce à long terme la manière de rompre avec les carcans ? On se tait et on travaille sans plus réfléchir.

Nous y sommes. L’argent dans les pays développés s’est arrogé le droit de parler en représentant de tous. Dans ce cas, il ne restera que la solidarité comme remède. Une balance avec une personne et un million de dollars dans un plateau avec un million de personnes avec un dollar dans l’autre.

Le tsunami nous a beaucoup occupé l’esprit en son temps à la Noël 2004. Une collecte mondiale a été au secours des populations sinistrées. Élan de solidarité sans précédent. Dans les bénéficiaires, nous avions le Sumatra et Banda Aceh dont on ignorait l’existence avant la catastrophe. Qu’apprend-on aujourd’hui ? Les dégâts de la catastrophe sont toujours visibles. Par contre, aussi, un retour de bâton dans cette vitrine de La Mecque. L’obscurantisme a été utilisé pour museler les populations. Les châtiments corporels par la charria sont au programme. Baisers volés ou regards furtifs sont pénalisés sans pitié comme pour de véritables "criminels". Alors, parler, on n’y penserait même pas. Lois d’un autre temps, qu’il faudra également un jour éclaircir dans ses tenants et aboutissants. Les talibans en Afghanistan n’ont pas encore dit leurs derniers mots dans cet obscurantisme désiré et le non-respect des femmes.

Nous arrivons cette fois au dernier étage. Là, c’est, d’après le dicton qui se veut révolutionnaire : "La dictature, c’est, ferme ta gueule. La démocratie, c’est, cause toujours".

Les élections sont devenues dans les démocraties trop abstraites, trop éloignées des problèmes au jour le jour. Les référendums, en prenant en compte les minorités culturelles, bien plus concrètes, font, eux, peur aux politiciens des démocraties. Il faudra qu’ils expliquent ce sentiment de rejet.

Le journaliste Paul Hermant tenait une chronique sur La Première Belge et ce n’était, comme d’habitude, pas innocent.

"Hier, parce que le téléphone a sonné et que j’ai été toute la journée en contact avec des gens que je connaissais pas, je pensais vous faire une chronique sur une de ces choses qui taraudent l’esprit de l’homme post-moderne. Je veux parler de ces gens que l’on arrête un jour parce qu’ils n’ont rien fait que d’être là où on ne les souhaitait pas et que l’on enferme dans des centres fermés, ces prisons du nouvel âge. Et donc hier, ayant été mis au courant d’un de ces nouveaux cas - une personne bien intégrée comme l’on dit, ayant relations et amis, investie dans la vie économique, pesant aussi peu que possible sur le système social, présente sur le territoire depuis presque dix ans, un curriculum remarquable que l’on me confirmait ici et là -, je m’en allai, pour finir, m’inquiéter auprès de l’avocat de l’état du dossier. Ah non, me répondit-on, ne faites surtout rien, n’écrivez surtout rien, ne dites surtout rien, l’administration pourrait le prendre mal et votre intervention risquerait bien de s’avérer contre-productive. C’est étrange, lorsque l’homme n’était pas encore post-moderne et que l’Europe était encore partagée entre deux blocs et qu’il y avait, à tout prendre, moins de pays démocratiques que de doigts sur mes mains, citer le nom de quelqu’un était très important. Prononcer le nom d’un dissident tchèque ou d’un prisonnier politique espagnol, c’était déjà lui donner du répit. Le publier, l’inscrire sur une carte postale, l’écrire sur une pétition, c’était souvent le sauver. Des tas d’associations se sont créées ainsi, dont de très célèbres, aujourd’hui nobelisées, rien que pour scander le nom de gens qu’elles non plus ne connaissaient pas, rien que pour faire assez de bruit pour arriver à faire taire le silence. Parce qu’elles connaissaient le pouvoir de la parole. Elles savaient bien que les mots traversent les murailles et que les noms les font sauter. Elles savaient bien que dire Andrei Sakharov, Vaclav Havel ou Doina Cornéa, c’était les sauvegarder. Aujourd’hui, dans mon pays de bonne humeur, citer le nom de Rexhep, Rachid ou Sylvana, ce serait leur faire tort. Aujourd’hui, dans mon pays de bonne humeur, dire le nom de gens enfermés dans des geôles de non-droit, ce serait les mettre en danger. Aujourd’hui, dans mon pays de bonne humeur, dire tout haut qu’une injustice est sans doute en train de se commettre, ce serait courir le risque d’être contre-productif. Donc, on ne fera rien, on ne dira rien, on n’écrira rien. De peur d’effaroucher une administration qui pourrait le prendre mal. C’est pour ça qu’aujourd’hui, je n’ai pas fait de chronique (*).

(*) Une chronique, c’est comme un colloque que l’on entreprend avec son ordinateur pour se divulguer ensuite sur les ondes de la place publique. On parle beaucoup avec soi en écrivant une chronique. Tout simplement on la parle. C’est beaucoup d’intimité extravertie. Evidemment, on prend le risque de l’« altérité ». Le singulier quand il devient pluriel peut défaire des ministres. Qu’est-ce qu’on a à faire avec des problèmes de notre temps quand on n’est pas impliqué dans les problèmes et que l’on ne sait pas soi-même remédier à ces mêmes problèmes ? Responsable de rien. Quand les mots surgissent et qu’ils viennent de l’autre côté de la perception, on y est toujours attentif, voire attentionné. On les entend ces mots, on les prend avec soi et, même, on peut les parler. Alors, on se pose des questions sur notre temps (le journaliste citait, ici, des exemples au sujet des fractures sociales, des statuts de chacun, auxquels réagissaient de manière aléatoire, les autorités responsables). Alors, est-ce à fond perdu ? Ce qui fait avancer le monde, c’est le développement des mentalités et, puis, le changement de cultures. L’illusion, c’est de croire que tout est à l’économie qui doit diriger le monde. Ce qui prône l’économie, ce sont les dignes héritiers du marxisme. Voici, une proposition singulière qui vaudrait bien un colloque."

ddeb4493c80a89b4e8e391664fc176dc.jpgKrishnamurti dans son livre Vivre dans un monde en crise écrivait que, dans un temps de tourmente économique, sociale ou morale, il fallait le fonder sur la responsabilité individuelle et l’importance du rassemblement des peuples. Selon lui, chacun aurait autant de quotités de décision. Il constatait que l’évolution démarrait de la barbarie et se terminait par elle. Violence larvée par notre ego. Pourtant, toutes entreprises qui se déroulent à contre-sens de l’autre côté de la terre aura tôt ou tard des effets néfastes par propagation de ce côté. Logique conservatrice de l’espèce ?

Dans un dossier de la semaine passée, Le Nouvel Obs s’intéressait à la méthode. Avec un titre de "Comment en parler ?", il tentait de donner des pas de conduite pour se frayer un chemin au travers des dogmes religieux ou autres qui fleurissent de plus en plus. Il rappelait certaines affaires telle Charlie-Hebdo et d’autres plus récentes comme BHL et les orages médiatiques qu’elles avaient provoqués. Bouc émissaire et maladresses étaient du voyage du conscient ou de l’inconscient. Faire amende honorable, alors, laissait toujours des traces.

En rire, ensuite, est la solution de secours avant le stress.

Pierre Desproges, vingt ans après, a été complètement oublié et dépassé par la virulence. On peut, de moins en moins, rire de tout. Le sens de l’humour ne court pas les rues. Les mots préfixés de "anti" sont là pour expliquer cette constatation sous le couvert de la politique. On n’est pas là pour rire, on est là pour travailler et de plus en plus, encore. Une police de la pensée pour ne blesser personne, serait-ce la panacée ? Pierre Nora répondait en donnant les risques. D’après lui, la vérité légale qui ne combattrait que les contrevérités historiques serait d’ordinaire propre aux régimes totalitaires en faisant obstacle à la liberté de recherche historique. Le poids des vérités officielles serait plus lourd à supporter. Les subtilités régionales du langage, les préjugés, les blagues ne peuvent pas tous être soupçonnés d’arrière-pensées, mais simplement portés par le besoin d’être original et humoristique, bien loin de la polémique et de la trivialité. La dérision et surtout l’autodérision sont des armes imparables contre la violence.

Alors, taire le silence est-ce un danger ? Oui. Exemple parmi d’autres.

Faut-il faire résonner de nouveaux sons ? Certains y pensent pour les jeunes. Circuler, y a rien à entendre.

"Le premier qui dit la vérité, il doit être exécuté" chantait Guy Béart déjà en 1968. Cette chanson pourrait être tout aussi bien actuelle. Espérons que la parole aura toujours son mot à dire en réaction à l’action, partagés entre critique et autocritique. Parler n’est-ce pas ce que nous avons de nouveau dans la genèse ? Rugir ou chanter n’apportent que des moments de stress. L’entropie des mots n’est pas un mythe. Elle constitue une succession non chaotique au progrès et pas par une convention culturelle dogmatique. L’originalité naît du pluralisme des idées. Le brevet n’est qu’une temporisation avec le partage négocié avec éthique.

"On attend que le monde change, on attend que la vie nous range", dit la chanson de Suarez.

Il faudra savoir, seulement, jusque quand ?

L’Enfoiré,

Mon autre article sur le sujet "Enfin la faim"

Citations :

  • "Chacun de nous est certes unique, mais moi, j’ai une particularité que personne n’a : Je suis seul à être moi", Philippe Geluck
Un autre article sur le sujet

Moyenne des avis sur cet article :  4.23/5   (31 votes)




Réagissez à l'article

36 réactions à cet article    


  • TALL 25 août 2008 10:21

    Salut l’enfoiré .. smiley

    Mais la grande majorité des gens sont des moutons.
    Tu vois même ça sur ce site alors que ce n’est pourtant que du virtuel
    César décrète que le 0911, c’est les martiens... et hop, t’as 80% des couillons qui se mettent à y croire, y compris des soi-disants intellectuels.


    • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 25 août 2008 12:29

      Allo Agoravox ?
      Je confirme que mon système de plussage est buggé (ou détourné) à l’égard de Tall. Il fait le contraire de ce que je demande.
      La dernière fois, j’ai voulu plusser un commentaire informatif (sic) et ça a moinssé.
      Ici, j’ai voulu moinsser et ça a plussé.
      Il est le seul avec qui ça m’arrive.
      Il y a quelqu’un qui peut vérifier ça ?
      Suis-je le seul à qui ça arrive ?
      Merci d’avance pour la/les réponse(s).
      LLS


    • TALL 25 août 2008 13:55

      avox n’y peut rien, c’est mon esprit de contradiction qui fait ça smiley


    • Yifu66 25 août 2008 15:44

      Excellent humour, merci Tall.

      Evidemment les grincheux de service ont moinssé par principe, sans chercher plus loin...


    • MichelS 25 août 2008 16:47

      Oui, j’ai aussi remarqué ce type de comportement du site.
      Mon hypothèse est que le système de plussage et moinssage fonctionne mais que c’est le décalage entre l’affichage initial des scores et la réaction à un plussage ou moinssage d’un lecteur qui peut donner cette impression.
      Exemple : j’ouvre un article, qui a 3+ au moment où je l’ouvre.
      Je le lis, et quelques minutes après je le moinsse (par exemple).
      Il se peut cependant que 4+ apparaissent, car pendant ma lecture il y a deux lecteurs qui l’ont plussé. Avec mon moinssage, ca fait 4+ qui s’affichent, d’où l’impression que mon - a été interprété par le système comme un +
      Ceci dit, un dysfonctionnement du système d’AgoraVox n’est pas exclu.


    • TALL 25 août 2008 17:01

      Yifu66
      ben oui, quand on n’a pas de répartie, il reste cette "arme" là
      aveu d’impuissance des moinsseurs
      a + smiley


    • L'enfoiré L’enfoiré 25 août 2008 18:12

      Salut Tall,

       Ne crois pas que je revienne par ici. C’est un test. Point. 
       Intéressant. Je ne reçois même plus d’eMail pour me prévenir ni de la publication, ni des commentaires.
       On arrête pas le progrès, dit-on !!! Mon adresse email n’a jamais changé. 
       Oui, absolument. La majorité sont des moutons. C’est un peu cette découverte qui est le centre de l’intérêt de l’article. les intellos sont coincé entre leur volonté de parler et leur envie de progresser dans la hiérarchie.
       Madame est tellement contente de dire à la voisine que son homme est devenu sous- quelque chose.
       


    • TALL 25 août 2008 18:53

      Salut l’enfoiré ...

      Je m’en doute bien ... et pour le test, tu as un complément d’info avec le repliage très intelligent de mon post où j’ai parlé du complotisme 0911 boosté comme tu sais par le maître des lieux ( 3 sur ses 7 premiers articles consacrés au truc ).

      Ceci dit, le bonhomme a déjà compris les limites du bidule, et son recyclage est en cours avec son agrégateur Cozop qui rénumère les auteurs, et un autre projet : Agoravoices.

      A +


    • TALL 25 août 2008 19:07

      Agoravox, est devenu le pré des moutons du complotisme et de l’anti-conventionnalisme en général : du 0911 aux ovnis en passant par la mémoire de l’eau et le refroidissement climatique.
      Et c’est logique, le média citoyen ne peut rivaliser avec les sources des médias normaux, et n’a pas la liberté des blogueurs questions finances. Alors où est le créneau ?
      L’équation n’est pas simple.
      Le modèle d’origine "ohmynews" dégringole, et rue89 est un modèle hybride avec des journalistes pros au centre du système.


    • dante haguel 25 août 2008 19:23

      Ce qui se passe : tu vois le commentaire a X,

      tu veux le plusser (X+1) ou le moinsser (X-1), mais tu vois autre chose (X, X+2 ou l’inverse de ce que tu as fais)

      C’est normal, pas un bug, juste que qlq1 d’autre a plusser moinser son commentaire... et que ca ne s’est pas repercuter sur ta page, faudrais que tu fasses ’refresh’ constamment....

      Bref, du coup ton notage s’accompagne d’un ou 2 autres et du coup ca te donnes l’impression de t’etre tromper !!!! ca me fait sa parfois, je vote et vois un +2 etc.... 
      le rafraichissement de la page en Client se fait par une interaction, les modif ne se font pas en temps reel sur le client !


      Pour verifier, fait un refresh et vote juste apres......

      sinon, excellente reponse de Tall a ton commentaire !


    • vagamo 25 août 2008 10:35

      Merci,trés bon article !Passe faire un tour sur :« conseilnationaldelaresistance.fr »NOUS NE RESTERONS PAS MUETS !Amicalement,Bernard


      • L'enfoiré L’enfoiré 25 août 2008 18:15

        Vagamo,

         Merci pour l’appréciation. Tu ne me connais pas. J’ai été un ancien par ici.
         Je suis Belge, Bruxellois en sus. Peux-tu me confirmer que ton adresse est universelle ? Je ne tiens pas à le découvrir par moi-même. Merci, encore 


      • el bourrico 25 août 2008 11:37

        César décrète que le 0911, c’est les martiens... et hop, t’as 80% des couillons qui se mettent à y croire, y compris des soi-disants intellectuels.

        Remarque utile, respectueuse et on ne peut plus constructive.

        Je dirais que certains croient les versions officielles pour chaque énevement... 80% par exemple.... t’as raison, les gens sont cons, mais tu sais, on est tous un con pour quelqu’un... cetains pour plus que d’autres.


        • TALL 25 août 2008 12:16

          el bourrico

          Faut voir au par cas, question de feeling
          Dès la 1ère minute, je n’ai pas cru aux histoires d’adm de Bush.
          Juste après les attentats de madrid d’al qaïda, on avait d’abord accusé l’eta, et ne n’y ai pas cru
          La fin de la Belgique, je la pronostique depuis 2 ans

          Et je me suis déjà gourré aussi, évidemment, mais pour le 0911, c’est trop clair
          Campagne d’intox monumentale amplifiée par la réactivité du net ( qui privilégie l’émotion, donc la bêtise collective ) menée par pas mal de cercles aux motivations diverses ( haine des USA ou simple lucre ).


        • Emile Red Emile Red 25 août 2008 15:29

          L’assurance n’est point preuve de raison...

          Le lucre, en l’occurence, est du côté de la version officielle, de ses armées privées et de ses vendeurs d’armes.

          Quand, Tall, aurez vous le courage de dire que vous n’êtes pas la science ni la conscience et que vous pouvez vous tromper dans l’avenir, puisque vous feignez quelques erreurs passées, la Belgique n’a pas eu besoin de vous pour exister et se passe de vos prédictions quant à son devenir.


        • L'enfoiré L’enfoiré 25 août 2008 18:18

          El Bourico,

           Je remarque que tu n’es pas aussi bourico que ça.
           J’ai eu une autre phrase tout aussi expressive aujourd’hui : "Chacun est l’esclave de quelqu’un et le maître de quelqu’un d’autre".
           Sur une autre antenne, on m’a demandé de recentrer mon article.Le but est de se sentir moins idiot devant son chef, devant ses parents, devant n’importe qui, en fait. Etre soit, à part entière. A bas la modestie mal placée, en somme.


        • L'enfoiré L’enfoiré 25 août 2008 18:25

          @emile Red,

          "L’assurance n’est point preuve de raison..."
           
          >>> C’est pour cela qu’on parle, non ? Qu’on se trouve sur un site citoyen qui remplace les cafés du commerce. La vérité, elle est à confronter avec celle des autres.

          Le lucre, en l’occurence, est du côté de la version officielle, de ses armées privées et de ses vendeurs d’armes.

          >>> Si tu vas voir quelque part sur mon site ou un autre site citoyen que tu y découvriras, je ne dis pas autre chose.

          "la Belgique n’a pas eu besoin de vous pour exister et se passe de vos prédictions quant à son devenir.
          "

          >>> Nous ne nous connaissons pas aussi. Sais-tu que nous avons des idées différentes Tall et moi sur le sujet. Nous les avons défendues. Chacun de son côté avec nos arguments. Encore une fois, mon site regorge d’idées à ce sujet.

        • Emile Red Emile Red 25 août 2008 18:33

          @ l’Enfoiré

          Désolé de la méprise mais je m’adressais à Tall, non pas à toi dont j’admire l’écriture et la justesse.


        • TALL 25 août 2008 18:59

          La haine empêche la lecture correcte Emile Red
          J’ai écrit "Et je me suis déjà gourré aussi, évidemment, mais pour le 0911, ..."


        • L'enfoiré L’enfoiré 25 août 2008 19:12

          Emile Red,

          "une fois de plus vous jouez la cours des Grands, un article où aucun mot ne manque, la chose doit être dite au risque d’être pendu. "

          >>> j’aime bien cette définition. C’est un peu ce que je ressens aussi. Un article est complet ou n’est pas. J’ai quelques heures de vol au compteur. Je me permets de dire des choses parce que j’essaye de bien me connaître pour me comparer avec les autres. Cela peut s’appeler de l’égoïsme par certains. Je ne regarde pas aussi bas que mon nombril mais je me regarde en permanence dans mon miroir. Va voir sur mon site son sous-titre, il est clair.


          "mais les gens n’aiment pas que l’on dise une autre chose qu’eux"

          >>> Exact tout à fait. C’est pour cela que la relation humaine est un art difficile. N’est pas diplomate qui veut. Je peux te dire qu’il faut me démontrer par A+B que j’ai tort. Mais une fois que c’est fait, je n’y reviens plus. Est-ce de la psychologie avec un miroir sans tain ?

          Moi tout pareil, ce doit être ancré dans l’instinct animal, qu’il est difficile de prouver son "homminitude’

          >>> Je ne dirais pas dans l’instinct, mais le caractère vient par l’intermédiaire des gènes, ce qui bien plus près de chacun. Analyse bien et tu verras des similitudes.


        • Emile Red Emile Red 26 août 2008 12:21

          @ Tall

          "J’ai écrit "Et je me suis déjà gourré aussi, évidemment, mais pour le 0911, ..."

          Justement en employant ce "mais", tu insinues un jugement dont tu ne peux élaborer ni dans un sens ni dans l’autre une défense objective, alors de haine, que nenni, juste de l’indifférence agacée au péremptoire.
          Prouve que tu as raison et je te suivrai, en attendant, n’est pas plus valable une théorie qu’une autre, et "complot" est toujours du langage de pouvoir comme l’est le terme "terrorisme". Tu fais le choix du roi, ais je le droit de pencher vers le choix du peuple en attendant tes preuves ? En tout les cas la dialectique de pouvoir n’est pas plus légitime qu’une autre et le dénigrement de l’adversaire n’est qu’une provocation belliqueuse ou tout au moins une atteinte à la liberté de penser.

          A méditer...


        • JONAS JONAS 25 août 2008 11:44

          L’Enfoirée bonjours,

          Je trouve ton article super ! Que voilà une analyse lucide des contacts humains : " Le premier qui dit la vérité, il doit être exécuté ". C’est exactement ce qui se passe aujourd’hui ! Je l’ai été sur un autre Site avec un de mes amis, qui lui aussi a un peu trop tendance à dire parfois des vérités qui fâchent certains et en réjouissent d’autre. Nous n’avons rien trouvé de mieux que la démocratie, mais c’est une arme à double tranchant, donc à manipuler avec précaution.

          Ce qu’il ne faut pas oublier, c’est que les démocraties ou les républiques représentent la loi du nombre, qu’elles ne couvrent qu’un quart des habitants de cette planète et que les véritables, même pas la moitié de ce quart (environ 800 millions d’hommes). Comprendre la démocratie, c’est accepter la phrase de Voltaire : " Je déteste ce que vous dites, mais je suis prêt à me battre pour que vous puisiez le dire ". Comme tu le fais remarquer dans ton article, même en France ! Cette notion n’est pas acceptée par tous les citoyens. Les restrictions ont vite surgi avec les mots : discriminations, racismes, etc. Les USA malgré la diversité de leurs populations, sont beaucoup plus démocrates que nous. Ce type de délits, ne peut être reconnu que s’il est nominatif. Dans notre pays le France les mots sont en train de tuer la démocratie. Le mot discrimination est un des plus redoutable, car la vie est faite de discriminations de la naissance à la mort, une des premières étant, maman, papa. Bien que la encore, bientôt avec les couples homos, je me demande comment les enfants pourront : " discriminer leur père de leur mère ? ".

          Bon, il y a beaucoup à dire, je vais suivre les réponses avec un intérêt particulier.

          Amicalement.


          • brieli67 25 août 2008 12:29

            Comprendre la démocratie, c’est accepter la phrase de Voltaire : " Je déteste ce que vous dites, mais je suis prêt à me battre pour que vous puisiez le dire ".

            Le super Hoax apocryphe que ne dénierait pas l’Arouet !!


            The most oft-cited Voltaire quotation is apocryphal. He is incorrectly credited with the quote "I disapprove of what you say, but I will defend to the death your right to say it." These were not his words but instead were written by Evelyn Beatrice Hall - under the pseudonym S. G. Tallentyre - in her 1906 biographical book

            in http://en.wikipedia.org/wiki/Voltaire


          • L'enfoiré L’enfoiré 25 août 2008 19:28

            Salut Jonas,

            Merci. Ton seul article sur l’"autre site" était bon aussi. Il s’est détourné de son objectif, cela a été le problème de base. Ton "exécution" ne vient pas d’autre part. La vérité est quelque chose qui se partage, mais qui ne se prèche pas. Ton autre ami n’a pas été exécuté pour les mêmes raisons et tu le sais très bien. Oui, comme toi, j’ai quelques heures de vol. La psychologie, c’est mon dada. Il ne faut trop me faire de dessins pour savoir où veut aller mon interlocuteur. 

            La démocratie est ce que l’électeur en fera. Qu’est-ce qui empêche l’électeur d’entrer en politique ? Je n’ai jamais viser l’homme, j’ai toujours pris en considération ses actes et ses idées, une à une. En prenant ou en laissant. Pas de parsannat, du calcul de rendement.

            La phrase de Voltaire, je la connait parfaitement. Je suis fatigué parfois de la voir sur le site que je ne citerai pas, mais que tu vises.
            La démocratie est le mondre le mal, ça c’est la vérité. Elle corrompt les homme par l’usure parce que les électeurs oublient d’être attentifs et de remettre en analyse.

            "Les USA malgré la diversité de leurs populations, sont beaucoup plus démocrates que nous."
             
            >>> Qui est le "nous" ? Première question. Il n’y a rien de plus anti-démocratique que les élections à deux tours, comme en France, qui mettent 51% de l’opposition sur le carreau. Ca, c’est vrai. C’est pas le cas en Belgique. Ah, oui, c’est plus dur de trouver son chemin parmi les résultats d’une élection. 

            "... bientôt avec les couples homos, je me demande comment les enfants pourront : " discriminer leur père de leur mère ? ".

            >>> Ca c’est réglé très facilement. N’as-tu jamais remarqué que dans ces couples, il y a très souvent l’un qui est plus maternel que l’autre ? Il ne faut pas avoir des préjugés dans ce domaine, c’est plus facile que le croit l’hétéro. J’ai voulu répondre à cela mais cela sort du cadre de l’article évidemment.

             


          • JONAS JONAS 25 août 2008 14:20

            brieli67, le 25 août 2008 à 12 h 29.

             

            Bonjours,

             

            Qu’importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse ! Vous rentrez vraiment dans la critique de l’article dans son sens négatif. Nous avons dans ce pays une aptitude particulière à critiquer nos grands auteurs classiques et de nous taire ou en omettre d’autres, comme Victor Hugo par exemple !

            J’ai dit certains mots tuent la démocratie, j’aurai dû ajouter certaines phrases. Mais j’accepte sans réserves votre avis. Toutefois je serai curieux en dehors de l’observation elle-même, qui est peut-être pertinente, de savoir ce qu’elle vous apporte ? Elle ne contredit en rien cette réflexion.

             Restrictif…. Vous êtes ! Il paraît que Voltaire aurait dit au moment de sa mort : " Je ne mourrais point s’il me venait un bon mot ! " et Sacha GUITRY de conclure par : " on se demande si Monsieur de Voltaire n’est pas mort dans un instant de distraction ! ". On peut contester l’authenticité d’un tableau de grand maître, mais le talent ne s’improvise pas, il représente le génie de son créateur.

             " Es-tu sérieux visiblement ? C’est te prendre trop au sérieux ! C’est accorder trop d’importance à tés actes à tés gestes ! Es-tu léger visiblement ? C’est démasquer les hypocrites, confondre les méchants et passer outre ". Sacha GUITRY. Extrait de la préface de " L’Esprit " Hors œuvre classique.

             Amicalement.

             

             


            • Emile Red Emile Red 25 août 2008 15:37

              L’Enfoiré, une fois de plus vous jouez la cours des Grands, un article où aucun mot ne manque, la chose doit être dite au risque d’être pendu.

              "mais les gens n’aiment pas que l’on dise une autre chose qu’eux"....

              Moi tout pareil, ce doit être ancré dans l’instinct animal, qu’il est difficile de prouver son "homminitude’.


              • L'enfoiré L’enfoiré 26 août 2008 09:11
                Emile Red,
                 
                « une fois de plus vous jouez la cours des Grands, un article où aucun mot ne manque, la chose doit être dite au risque d’être pendu. »
                 
                >>> J’espère que tu te demandes « pourquoi ». Cet article date comme beaucoup, de plusieurs mois. Il se prépare, se vit, se perd ou se gagne. 

                « "mais les gens n’aiment pas que l’on dise une autre chose qu’eux".... « 
                 
                >>> Absolument, tu as raison. Apprend à lire tes ennemis, plus que tes amis, tu apprendras beaucoup de choses.

              • K K 25 août 2008 21:35

                C’est un plaisir de vous relire. Dommage que vous dites que cet article n’est qu’un test. Merci pour ces mots et avec vous, lhumour n’est jamais loin.


                • JONAS JONAS 25 août 2008 22:46

                  L’Enfoiré bonsoir,

                   Je vois que tu as parfaitement compris que mes critiques cinglantes ne te concernaient pas. Je ne croise pas le fer avec un homme d’humour, car a priori il est intelligent et ouvert à toutes les critiques, nous en faisons la démonstration. Pour le compliment réciproque je t’ai pris de court… !

                  Tu dis : " La démocratie est ce que l’électeur en fera ".

                  Logique ! Mais crois-tu que l’électeur ne soit pas manipulable ? La publicité aurait fait faillite depuis longtemps si ce n’était pas le cas ! On va nous embarquer soit dans le Radeau de la Méduse, soit dans le Titanic… ! Dans le premier cas, le son de la mandoline va raisonner dans toutes les oreilles, dans le second, c’est celui des violons des orchestres symphoniques qui berceront notre naufrage. Partage de la pauvreté ou partage des richesses, c’est un choix ! Mais l’issue sera la même… La nature gagnera son dernier combat contre les hommes.

                   " La démocratie est le moindre le mal, ". Je commence à en douter ! Comment des gens qui vivent comme des seigneurs par rapport au tiers et au quart-monde, s’imposeraient des restrictions ? Ils représentent la majorité, mais les subir et s’y contraindre sont deux choses bien différentes. L’autre hypothèse, c’est la lutte contre les nantis, les malins, les " commersangs ", (l’élite…. ! ). Ils organiseront des conflits pour occuper les peuples, rien n’est plus facile de nos jours ! Les passions couvent comme le feu, du comburant et c’est reparti pour un tour.

                  " Il n’y a rien de plus antidémocratique que les élections à deux tours ". Entièrement d’accord, elles permettent tout les compromis et toutes les magouilles.

                   Les homos : " Il ne faut pas avoir des préjugés dans ce domaine, ". Je n’en ai aucun, si ce n’est que comme je les respecte, qu’ils me respectent ! La discrétion permet de cohabiter en paix. Delà, à élever ces pratiques à la hauteur d’une institution il y a un pas que je ne peux pas faire, elles ne sont pas naturelles. Mais je n’ai aucun mépris pour les personnes des deux sexes qui vivent leurs homosexualités, en couple, en se travestissant ou en choisissant la transsexualité, c’est leurs vies. Mais je ne pense pas qu’ils aient le droit pour les femmes ou pour des parents adoptifs homos, de faire subir à ces innocents leurs conceptions de la vie. C’est mon avis, il n’engage que moi.

                  Après ce petit tour d’horizon, je te souhaite une bonne fin soirée.

                   

                   

                   


                  • L'enfoiré L’enfoiré 26 août 2008 08:57
                    Jonas,

                    « Logique ! Mais crois-tu que l’électeur ne soit pas manipulable ? »

                    >>> Absolument et plus que tu ne crois. La pub vient de partout. Il y a même des gens qui utilise ton « Radeau de la Méduse » pour saper le moral. Rappelle toi ce qui s’est passé avant la fin du 20ème siècle. Il y a eu des pourfendeurs du fin du monde, des Cassandres qui tiraient des bénéfices des « âmes sensibles » et qui essayaient d’attirer à eux des idées de suicide. « Pourquoi continuer si la fin du monde est là ». Je ne dis pas qu’ils sont tous criminels mais on n’en est pas loin. Comme je t’ai analysé sur une autre antenne, je ne ferai que répété. Je ne crois qu’en moi et en ce que je fais, personne d’autre, mais je suis un admirateur de la nature qui a tout orchestré à partir d’une cellule et qui décidera d’arrêter les frais quand elle l’aura décidé. Les religions ne sont que d’autres acteurs de cette prise en charge par tierce personne. Tu dis que j’ai de l’humour. Il n’y a pas que moi. Regarde cela : http://fr.youtube.com/watch?v=jPcb5WxTktE

                    " La démocratie est le moindre le mal, ".
                    >>> je n’en douterai jamais. Mais c’est un peu le but de cet article : les gens doivent s’affirmer. Etre eux-mêmes « responsables » sans chercher le pardon chez une instance supérieure. Analyste froide des situations sans tergiverser. On peut faire des erreurs mais pas de récidives. S’assumer simplement. S’il n’y avait pas les « entrepreneurs » il n’y aurait pas les suiveurs, non plus. L’argent est la carotte, y a pas photo. Il ne faut pas cracher dans la bonne soupe.
                    Il y a une grande différence entre ceux qui créent et les autres qui vendent le produit et qui ramasse parfois plus que les premiers. Ca, je suis contre. Mon article ne fera qu’un tour et puis s’en vont. J’en suis conscient. Lais s’il aura fait réfléchir ne fut-ce que 5 minutes, j’aurai gagné ma journée.

                    « Delà, à élever ces pratiques à la hauteur d’une institution il y a un pas que je ne peux pas faire, elles ne sont pas naturelles. »

                    >>> mais pour être reconnu dans ce bas monde, il faut des institutions. Y a pas photo non plus, là-dessus. Tu voudrais rester dans les grivoiseries hypocrites d’antan ? Où est la normalité là dedans ? Cela fait toujours débat, même chez nous. Mais les esprits changent. La transsexualité, c’est encore autre chose. Il y a amalgame ici.
                    C’est aussi mon avis, mais j’y tiens. 

                  • L'enfoiré L’enfoiré 26 août 2008 11:33

                    Jonas, 

                    "Je vois que tu as parfaitement compris que mes critiques cinglantes ne te concernaient pas. Je ne croise pas le fer avec un homme d’humour, car a priori il est intelligent et ouvert à toutes les critiques, nous en faisons la démonstration. Pour le compliment réciproque je t’ai pris de court… !"

                    >>> Je reviens sur ici. Je crois qu’ici, il y a un peu trop de brosses à reluire. Veux-tu que j’aille chercher les commentaires que tu as sorti de ton chapeau ?


                  • Parpaillot Parpaillot 25 août 2008 23:52

                    @ L’enfoiré :

                    Le grand retour ... ???

                    "Ne crois pas que je revienne par ici. C’est un test. Point. "

                    Dommage car la paire bruxelloise nous manque et TALL est bien seul sans son compère ...

                    Merci pour l’artticle tout de même !

                    Cordialement !


                    • L'enfoiré L’enfoiré 26 août 2008 09:01

                      Parpaillot,

                       Salut, vieille connaissance en effet.
                       Je suis parfois Tall de près, n’aie crainte. J’ai des copains qui me préviennent d’articles qui pourraient exciter ma "convoitise" ou ma "curiosité".

                       Mais non, je ne peux revenir à des premières amours quand l’amour n’y est plus des deux côtés. Les divorces, les schismes, n’est-ce pas cela qui nous fait progresser ?


                    • JONAS JONAS 26 août 2008 11:07

                      L’Enfoiré bonjours,

                      Pour la démocratie, c’est vrai nous n’avons rien trouvé de mieux, MAIS, c’est la loi du nombre ! Il n’est pas évident que le nombre ai raison contre l’élite. L’élite un mot que l’on n’ose plus utiliser à cause du nombre, qui le considère comme discriminatoire ! Pour les sportifs ! L’élite des sportifs, on l’accepte, " Les dieux du stade ! ", Mais leurs images se ternissent avec le dopage, comme celles des politiques avec les mensonges et les promesses non tenues.

                       La loi du nombre va achever les démocraties incapables de convertir plusieurs milliards d’humains ignorants voire illettrés. Ils viendront chez nous et nous sommes incapables de nous y opposer, sans trahir les principes de la démocratie, les Droits de l’homme, le droit au sol. Nous sommes impuissants face à cette invasion de la pauvreté et de la misère et de l’exil des réfugiés climatiques à venir. Nous serons tôt ou tard obligés au nom de ces mêmes principes de leur donner le droit de vote ! Et là, bonjours les dégâts… ! Leurs religions, leurs coutumes prendront le pouvoir, car elles seront largement majoritaires. Nous deviendrons des " Europo-indiens ", tout juste bons à danser la Bourrée auvergnate, la Sardane, etc. À titre folklorique.

                      La démagogie nous conduira à l’impuissance et à la soumission, à toutes les allégeances, c’est déjà en cours. Tu es trop intelligent pour ne pas le comprendre !

                      Alors, prouve-moi le contraire ! Ne prends pas le temps comme arbitre, en me disant qu’ils se convertiront à nos modèles démocratiques grâce à lui, nous n’avons plus le temps ! Dans moins de 40 ans les Américains d’origines européennes seront minoritaires chez eux. Nous le sommes déjà chez nous, si l’on prend en considération, les Français favorables à une France métissée. Ségolène Royal en a fait la démonstration en se déclarant pour cette vision et bien sûr pour être l’élue. La voie est ouverte et les surenchères ne manqueront pas avec le droit de vote pour ces personnes.

                       L’attrait de POUVOIR pour la majorité des citoyens et si fort, que nous nous autodétruirons.

                       Amicalement, bonne journée.


                      • SANDRO FERRETTI SANDRO 28 août 2008 10:50

                        @ L’Enfoiré,

                        Content de revoir ton pict dans ces steppes arides de la pensée...
                        Retour sur les lieux du crime ? Crime ou chatiment ?

                        Sur le fond, pas de commentaire par manque de temps, et aussi parce que ; comme tu l’as peut étre lu, je préfère privilégier dans mes articles les billets d’humour ou d’humeur, et la petite chronique du temps qui passe et nous avec....
                        Bonne journée quand méme, voisin...


                        • L'enfoiré L’enfoiré 29 août 2008 10:19

                          Salut Sandro,

                           Merci, pour ton commentaire. Presqu’une année déjà depuis mon départ. L’aridité de la pensée est ce que l’on en fait. Non, ce n’est pas un retour, du moins au niveau des articles. Des commentaires sur des articles qui peuvent m’"impressionner" d’accord.

                           Chacun doit trouver sa voie. L’humour et l’humeur compte sur moi, j’adore.
                           
                          Une excellente journée à toi
                           

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès