Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Transition énergétique : serez-vous entendu ?

Transition énergétique : serez-vous entendu ?

Cinq ans après Le Grenelle de l’Environnement réunissant ONG et professionnels, la « Transition Energétique », initiée par François Hollande, s’annonce sous le signe d’un débat national auquel chacun peut participer.

C’est à vous !

Vous avez un avis sur la «  trajectoire pour atteindre le mix énergétique en 2025 » ? « Aller vers l’efficacité énergétique et la sobriété » ? Les « choix en matière d’énergies renouvelables et de nouvelles technologies » ? Dites-le !

C’est le message qui transpire des nombreux dispositifs mis en place par le Ministère de l’Ecologie. Pour cela, le site officiel du « Débat National – Transition Energétique », en ligne depuis quelques jours, permet d’avoir un aperçu des outils qui sont mis à disposition des citoyens pour se faire entendre :

  • Réunions publiques organisées près de chez soi,
  • Organiser vous-même un évènement,
  • Contribuer en ligne,
  • Participer aux journées portes ouvertes des entreprises de l’énergie et des collectivités (prévues les 29, 30 et 31 mars) …

Démocratie participative

Ce n’est pas tout ! Le « Débat National – Transition Energétique » fait aussi la part belle à des expérimentations de démocratie participative.

Ainsi, le 25 mai prochain sera organisée « La journée citoyenne », une démarche «  de grande ampleur basée sur un protocole unique le ‘world wide views’ » du Danish Board of Technology. Des panels d’une centaine de citoyens seront réunis dans chaque région pour débattre de la transition énergétique, à partir d’un socle national commun de questionnement complété par des enjeux locaux. Durant la journée «  un dispositif de centralisation des résultats » permettra « d’établir une cartographie fine des attentes et opinions des citoyens ».

Par ailleurs, dès le 16 février va être installé le premier « comité citoyen ». Il sera composé de 10 à 15 personnes tirées au sort et reflétant la diversité de la société française. Ce comité doit servir à « maintenir une vigilance sur l’accès des citoyens au débat » sur la transition énergétique et «  à donner des clés pour tenir compte de leurs visions ».


Les agoras du web (Twitter, Facebook, Agoravox …) n’auront donc rien à envier, en termes d’accessibilité et de prise de parole, au «  Débat National – Transition Energétique ».
Mais, après ? Qu’adviendra-t-il de ces expressions diverses des citoyens partout en France ? Pourront-elles intégrées dans le projet de loi de programmation prévu au Parlement en octobre 2013 ? Ou resteront-elles, sans suite, dans les archives du site web du Débat National  ?


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • jymb 6 février 2013 12:53

    Le citoyen lambda dont je fais partie ne se fait aucune illusion sur ces pseudo initiatives. Derrière l’écran de fumée des « consultations » et « contributions » et autres billevesées « citoyennes » il n’y a qu’une ligne directrice, interdire, taxer, contraindre, vider les poches, rendre la vie encore plus pénible et coûteuse, parachever le triomphe de l’autophobie ( et mobilophobie) militante.


    • JMBerniolles 6 février 2013 14:26

      Mais ce débat ce n’est que le « cause toujours » de Woody Allen.


      Des mesures qui anticipent sur les conclusions sont prises :
      * accélération de l’investissement Photovoltaîque
      * Centrale à Gaz cycle combiné de Landivisiau et éolien des prestigieuses baies bretonnes
      * Arrêt du projet EPR de Penly
      * Arrêt de Fessenheim
      * Etouffement du projet ASTRID 
      Qui devront être accompagnées par des investissements sur le réseau électrique.

      Que tout cela soit piloté par Delphine Batho à l’incompétence libérée en dit aussi très long....

      Nous nous dirigeons rapidement vers un situation de chaos : au niveau économique mais aussi sur le réseau électrique...



      • pierrot pierrot 6 février 2013 15:20

        Il serait pénalisant d’interrompre les projets nucléaires comme l’EPR de Penly, le nouveau réacteur de quatrième génération Astrid ... où la France excelle, crée de nombreux emplois de haut niveau et où nous observons dans le Monde, après 1 an de réflexion, le renouveau du nucléaire en Chine, Inde, Corée du Sud, Viet Nam, Thaïlande, Turquie, USA, Brésil, Afrique du Sud, Royaume Uni, Pologne, Russie, Ukraine, Tchéquie etc.
        Le nucléaire reste le mode de production d’énergie le plus économique et le plus durable assurant plus de 5000 ans de production.


        • Traroth Traroth 6 février 2013 16:33

          Si ça nous pète à la gueule, il n’y aura plus personne qui dira que ça aurait été pénalisant d’y renoncer...


        • almodis 6 février 2013 16:36

          5000 ans de production ...

          oui , oui , bien sûr ! et 240.000 de pollution radioactive ...

          ce n’est qu’un détail .


        • Traroth Traroth 6 février 2013 16:50

          @pierrot : d’où sortez-vous cette idée de « 5000 ans de production » ? Parce qu’en fait, les réserves prouvées d’uranium sont plutôt de l’ordre de 50 ans...


        • pierrot pierrot 6 février 2013 17:31

          Il faut multiplier les réserves d’uranium à long terme par un facteur d’environ 100 avec les futurs réacteurs de quatrième génération prévus vers 2040.
          En effet, actuellement les réacteurs n’utilisent que l’isotope 235 de l’uranium, c’est à dire 0,7 % de l’uranium. Avec les réacteurs du futur l’isotope 238 (soit 99,2 %) est utilisé.
          L’objet du petit réacteur du CEA ASTRID est de réaliser un prototype.


        • cardom325 cardom325 6 février 2013 18:56

          le lobby nucléaire nous a envoyé son petit martien, pour nous faire la morale , endormez vous bonnes gens, nous sommes excellents, nous maîtrisons..............concernant les milliers d’emplois, si on donnait autant de moyens aux renouvelables qu"’au nucléaire, les emplois seraient là aussi , car il n’y a aucune raison que nous ne soyons pas excellents en ce domaine aussi


        • pierrot pierrot 7 février 2013 16:24

          Je ne fais aucune morale et ne cherche pas à endormir, mais « le sommeil de la raison engendre des monstres » (Goya).

          Les investissements sont considérables dans les énergies dites renouvelables (plus de 100 milliards par an dans le monde) mais la production reste à un très faible niveau inférieur à 2 % des énergies car ces énergies comme l’éolien et le solaire restent aléatoires (maxi 20 % du temps en marche), sujet aux aléas de la météo, faibles etc. comparées aux énergies matures que sont l’hydraulique, le nucléaire et le gaz naturel.

          Les lois de la physique sont dures mais restent intangibles.


        • Traroth Traroth 8 février 2013 17:09

          « Il faut multiplier les réserves d’uranium à long terme par un facteur d’environ 100 avec les futurs réacteurs de quatrième génération prévus vers 2040 »


          La science-fiction, j’aime bien ça pour m’amuser, mais je suis contre l’idée de faire de choix politique en fonction de ça.

        • philippe913 6 février 2013 15:29

          pourquoi juste Fessenheim ?

          cette obsession sur Fessenheim montre à quel point le débat est idéologique et pas objectif.


          • Traroth Traroth 6 février 2013 16:40

            Je ne sais pas pourquoi juste Fessenheim, mais je sais pourquoi Fessenheim.


            Parce que c’est la plus vieille centrale française
            Parce qu’elle a dépassé sa durée de vie prévue au moment de sa construction
            Parce qu’elle est située dans une des zones ayant la plus forte activité sismique en France

            Personnellement, ces raisons me suffisent.

          • joletaxi 6 février 2013 17:17

            le fait que la plupart des gens ont des difficultés à appréhender des concepts de base, est un terreau fertile pour tous les Philipulus qui ont un terrain de jeu inespéré avec internet.

            du coup, la population se laisse séduire par des « solutions » qui ont l’air trivialement évidentes du genre , le vent est une source d’énergie gratuite, le soleil brille quelque part tous les jours etc.

            Les industriels ont vite compris tout le profit que l’on peut tirer de cette dérive.

            On organise des grenelles de l’énergie, car, suivant le nouveau paradigme,la décision appartient au peuple,mais on se garde bien de dire qu’elle est d’abord et avant tout l’apanage des techniciens, des ingénieurs des scientifiques,l’expertise des Mme Michu, genre Hulot et Yan me paraissant pour le moins discutable/

            Il est tout à fait curieux que l’on mette en doute les conclusions de ces experts de l’énergie qui ont élaboré toutes les filières qui font fonctionner ce monde qui n’a jamais connu un tel niveau de richesses, et que l’on accepte comme une vérité incontestable des théories pour le moins douteuses sur un fort hypothétique danger climatique.

            A noter que toute cette nouvelle fable de transition énergétique soi-disant inévitable démarre avec les prophéties poele à frire,et pas du tout sur un éventuel problème de pénurie énergétique.

            Ce qui est inconcevable dans ce débat, c’est que l’on a sous les yeux le résultat de l’application doctrinaire de ces élucubrations en Allemagne

            http://www.contrepoints.org/2013/02...


            Nous nous appauvrissons,et c’est loin d’être fini, on l’aura bien cherché non ?


            • Roberton 8 février 2013 23:15

              Et pour compléter, en 2010, l’Allemagne produisait 42% de son électricité en brûlant charbon et lignite. Depuis, ils ont arrêté 8 centrales nucléaires, et en 2012 nous en sommes à 52%  ! Preuve que les renouvelables, même en quantité, ne remplaceront pas les énergies de base. Et bonjour la pollution.


            • Spip Spip 6 février 2013 18:36

              « Mais après ? ». C’est bien là tout le problème. Le participatif n’est pas le décisif et produit souvent des déceptions, pour rester poli...



              • jymb 6 février 2013 18:39

                Un exemple pratique.
                Il faut sortir des carburants fossiles !
                donc j’installe une pompe à chaleur bien coûteuse pour remplacer la chaudière à fuel. 
                Et j’apprends peu après que l’on va me faire sur-payer l’électricité puisque je deviens un salaud de gaspilleur d’électrons.
                Une taxation chasse l’autre. C’est le seul leitmotiv des écolos pompeurs.


                • lionel 7 février 2013 09:06

                  Ces consultations sont du « foutage de geule ». La mafia qui prend les décision, se fout bien de « notre » avis, elle ne s’intéresse qu’à détourner notre colère, à nous rendre docile, à accepter la servitude... C’est odieux.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès