Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Trois pitbulls attaquent un garçon de six ans sur le chemin de (...)

Trois pitbulls attaquent un garçon de six ans sur le chemin de l’école

Molosse_1Le 1er décembre, à Oberglatt (CH) un garçon de six ans est attaqué à mort sur le chemin de l’école par trois pitbulls. Les secours n’ont pu que constater le décès. Une Française est en train de subir une greffe partielle du visage, elle avait été défigurée par un chien, à tel point que les techniques classiques de reconstruction chirurgicale ne pouvaient rien pour elle.

Après le drame d’Oberglatt, en Suisse, l’émotion est grande, la polémique pro-anti-chiens est à son comble. Oui, la majorité desOberglatt propriétaires de chiens sont compétents et responsables, la majorité des chiens sont bien dressés et sympas. Le problème est qu’il est impossible, pratiquement, de repérer les chiens dangereux ou susceptibles de le devenir. Certains parlent de formation des maîtres, de permis pour posséder certains types de chiens. Le dressage des chiens donne-t-il une garantie dans la durée ? Et comment empêcher que ces chiens ne soient laissés occasionnellement en garde à des gens qui ne savent pas les tenir ? Les pitbulls tueurs se sont échappés d’une terrasse où ils avaient été parqués, croyait-on de manière sûre. Comment éviter de tels accidents ? Les petits chiens mordent autant que les gros. Mais quelle commune mesure, entre la morsure d’un petit chien et l’attaque de molosses qui cherchent à tuer ?

Quelles races autoriser, quelles races interdire ? Là est l’affaire des spécialistes. Ce qui est sûr, c’est qu’on ne peut plus continuer ainsi !

En 1999, la France a légiféré à ce sujet :

Catégorie chiens d’attaque (dont les pitbulls) : ils doivent être stérilisés et sont appelés à disparaître.

Catégorie chiens de garde : ils doivent être déclarés, ont des papiers, doivent être sortis tenus en laisse, et porter une muselière.


Moyenne des avis sur cet article :  3.21/5   (29 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • (---.---.11.120) 8 décembre 2005 01:36

    Ancien propriétaire de bull-terriers, je n’ai jamais eu à me plaindre de ces chiens.

    Je crois qu’il ne faut pas dire que ces races de chiens soient spécialement dangereuses. Il est vrai cependant que leur puissance d’attaque est hors norme.

    Le problème de ces chiens se situe au niveau de leur maitre. Il faut un caractère autoritaire, sans tomber dans la violence, pour maitriser ce genre d’animal. Ce sont des races « guerrières » et il faut donc savoir comment les gérer.

    Interdire ce genre de chien n’est pas le problème, ce sont les maitres qui sont en cause.

    Il faut savoir tout de même que le « record » de nombre de morsures est détenu par les caniches et autres chiens de petit gabarit. Bien sur, les dégats ne sont pas les mêmes.


    • Malek T. (---.---.98.152) 8 décembre 2005 10:03

      Il est certain que l’éducation et la sociabilisation d’un chien sont fondamentales. Cela dit, pourquoi certains sont attirés par ce type de chiens de « catégorie 1 » ? (Dangereuse selon la loi). Telle est la question. Certainement pas parce qu’ils ont envie de voir leur chien « faire la fête » à tout ce qui bouge, comme peuvent le faire nos bons labradors ou autres chiens de chasse (bien que certains également soient parfois agressifs, mais c’est franchement plus rare, et leurs morsures -si elles peuvent être très douloureuses- ne tuent pas...).

      On peut toujours prétendre que toutes les races peuvent être « gentilles ». Seulement si on regarde la réalité -et les statistiques- en face, quand un caniche vous mord, vous n’en mourrez pas. Et vous pouvez toujours parvenir à l’éjecter d’un coup de pied. Pas un pitbull, ni un rotweiller... qui n’abandonnent jamais leur prise !

      Voilà un raisonnement simple, mais tout ce qu’il y a de plus logique et réaliste. En conséquence, chacun est libre de choisir les molosses qu’il veut à la condition que ceux-ci ne puissent s’échapper de leur enclos (et pourquoi la loi n’en limite pas non plus le nombre comme c’est déjà le cas dans certains pays ?) Mais cela demande une extrême vigilance quand on sait combien de mètres ces chiens sont capables de franchir pour s’échapper (leur « évasion » peut être due à leur attirance pour une chienne en chaleur du voisinage tout simplement, mais malheur à celui qui les croise quand on sait combien un mâle peut se montrer plus agressif qu’à l’accoutumée dans ces circonstances. Et son agressivité ne s’exprime pas que contre les autres mâles. S’il rencontre un enfant -qu’il prend souvent pour un autre chien, compte tenu de sa petite taille- la rencontre peut être fatale).

      Avoir un chien potentiellement dangereux implique la même vigilance et la même responsabilité que posséder une arme à feu. Et les gens sensés laissent-ils traîner une arme chargée à portée des enfants ? On se trouve, à mon avis, exactement dans la même situation.

      Cette française défigurée qui a beaucoup fait parler d’elle ces derniers jours l’a été par son propre chien... ce qui montre à quel point un animal pseudo domestique doit être dominé par le maître, et ne peut en aucun cas être traité comme un chien « classique » ou un bon chien-chien à sa mèmère.

      Dans les années 70/80, c’étaient les bergers allemands, doberman et dogues allemands, qui étaient en cause dans les cas de décès avec morsures. Fréquemment, on citait le cas du bébé de la famille ou des amis, bouffé par des dogues ou attaqué par un doberman jaloux ! Cela n’est plus le cas aujourd’hui. Pourtant, il y a toujours autant de bergers, doberman et dogues. Pourquoi seraient-ils moins dangereux pour les humains aujourd’hui ? N’est-ce pas dû à une volonté de sélectionner des sujets beaucoup moins agressifs tout simplement ? Règle simple de l’élevage : il suffit d’orienter la sélection pour obtenir les caractères que l’on souhaite. Si l’on veut rendre plus sociables les pitt, il suffit de changer les critères de sélection génétique. On obtiendra peut-être pas de gros nounours, mais au moins, on écartera les « meurtriers »... Mais je ne pense pas que ce qui motive le futur propriétaire d’un chien de cette race soit d’acquérir -si ce n’est un gros nounours- un chien fréquentable justement. L’idée de montrer combien on est viril ou « dominant » parce qu’on se fait obéir par un chien qui effraie, en grise certains. Pathétique, mais c’est une réalité (même si ce n’est pasl a norme).

      Pour rencontrer régulièrement des propriétaires de bergers allemands, je peux témoigner que ces chiens sont rarement bien dressés, contrairement aux doberman que les maîtres tiennent plutôt bien généralement. Cela non plus, je ne sais pas vraiment l’expliquer. Je pense simplement que l’amateur de dobermann est un vrai amateur de la race et qu’il connaît parfaitement le caractère de son chien, mais je n’en suis même pas convaincu.

      Alors, à tous ceux qui s’apprêtent à témoigner que leur propre « molosse » est une grosse peluche, peut-être que c’est vrai. Du moins, jusqu’à présent. Mais restez vigilants. N’oubliez pas qu’un animal reste un animal et qu’il n’est jamais maîtrisable, ni prévisible à 100%. Ne réagissez pas comme ces bons citoyens interrogés par la police ou les médias à propos d’un voisin psychopate : « je ne comprends pas, il était très gentil... bien poli, bien serviable, je n’aurais jamais imaginé qu’il découperait ces femmes en morceaux... ».


      • Bergamote 8 décembre 2005 10:40

        L’enquête a révélé que les trois pitbulls qui ont tué l’enfant avaient été maltraités. Ils faisaient partie d’une meute de 6 (la mère et 5 petits), importés d’Italie et destinés à la vente. Le propriétaire était de passage chez des amis lorsque 3 jeunes se sont échappés d’une terrasse.

        La Suisse est en train de revoir sa législation, mais déjà le canton de Zürich vient de condamner à 6 mois de prison avec sursis un propriétaire de pitbull pour maltraitance sur son chien.


        • (---.---.219.10) 8 décembre 2005 10:51

          Pour moi le propriétaire des chiens doit limite passé devant un tribunal pour meurtre dans ces conditions. Quand on a des chiens potentiellement dangereux, je suis désolé mais on doit en être 100% responsable. Tout comme un automobiliste avec sa voiture, un chien peut tuer, la preuve.


          • Christiane (---.---.98.152) 8 décembre 2005 12:52

            Maltraiter des pittbulls... Tout le monde sait qu’un chien maltraité devient méchant. Vous dites que ce sont les « jeunes » en plus qui ont attaqué. Et bien, si c’était les plus costauds qu’est-ce que ça aurait été ? Cette personne doit faire de l’élevage alors, pour avoir autant de chiens ? C’est effrayant j’avoue.


            • (---.---.182.161) 8 décembre 2005 16:24

              Toujours pareil meme un labrador est dangereux ( je sais de qoi je parle )tant qu’il y aura des connards qui dressent les chiens à tuer pour combler un manque au niveau de leur bas-ventre....c’est les « maitres » qu’il faut punir et severement. pour les proprios de ces chiens il faudrait faire des exemples en les incarcerant au moins dix ans.


              • Ben Ouar y Villón Brisefer 10 décembre 2005 02:37

                Les moyens de limiter ce genre de drame est malheureusement limité, je le crains, car vous aurez toujours en face de vous, Mme Bergamote, des gens très bien-pensants qui prendront fait et cause pour les chiens, en proclamant soit leur liberté soit leur gentillesse. (Voir les réactions à mon aticle « chien d’impôts ! »)

                Pour un enfant, quel qu’il soit, ce devrait être un droit absolu à la sécurité physique que les adultes doivent organiser dans une société responsable.

                Il est inadmissible qu’on puisse laisser les enfants (et les adultes) évoluer dans le risque qu’un fauve leur saute à la gorge. Ou bien, autorisons la compagnie des pumas, des cougars et des panthères alors !

                Je pense avec beaucoup de compassion aux parents de ce petit garçon et ne comprends décidément pas le commentaire d’une affligeante imbecillité que M Azur a pu laisser plus haut.


                • Diantino (---.---.119.133) 10 décembre 2005 09:08

                  Un cas ne semble jamais évoqué : que se passe-t-il le jour où le « bon » maître- chien , pour une raison ou une autre ( maladie, accident, etc...)est dans l’impossibilité matérielle de s’occuper de son animal, de continuer à le maintenir hors danger pour le voisinage ou les promeneurs de rencontre ?

                  Dire que c’est la faute à pas de chance ??? C’est un peu court comme réponse !


                  • michel01 (---.---.17.32) 11 décembre 2005 21:59

                    La France certe a ligiférer, mais lorsque je me promène ici à Ambérieu en Bugey (01), je constate que quelques propriètaires possèdant ces races de chien, promènent leur molosse sans muselière ni laisse.

                    Une fois de plus écrire des lois c’est bien,mais il est très important également de les faire respecter !

                    Avant qu’un accident grave ou mortel ne survienne.

                    En plus simple, la police et la gendarmerie devrait avoir plein pouvoir pour éxecuter cette besogne !


                    • maestro (---.---.16.126) 13 décembre 2005 11:53

                      communiqué de presse du G.S.A.M. (groupe suisse des amis du molosse)

                      Suite à l’accident d’Oberglatt, notre association est évidemment associée à la douleur de la famille et des proches de la petite victime de ce drame. Ceci-dit, nous trouvons que l’empressement des acteurs politiques et médiatiques du pays à mettre à l’index plusieurs races de chiens, dont le pitbull - évidemment ! -, est inéluctablement arbitraire et permet de mettre l’opinion publique de leur côté ; mais sans se soucier de mettre en péril le travail accompli depuis des années par des éleveurs consciencieux qui se sont investis dans l’élevage de spécimens équilibrés et sûrs comme peut l’être un animal de compagnie. Cette attitude va être à l’inverse du résultat escompté concernant les races discriminées et peut même, à notre avis, péjorer une problématique déjà bien complexe. De plus, il nous semble évident que se focaliser sur certaines races de chiens du fait de leur faciès, de leur masse corporelle et de leur réputation hérités d’une « maltraitance humaine » passée, voire actuelle (combats de chiens, désocialisation, faire-valoir, arme, etc.) conduit non seulement à une psychose collective, mais aussi à une criminalisation des maîtres respectueux de leur chien et de l’éducation adéquate qu’ils leur prodiguent. Aussi, il nous apparaît étonnant que de nombreux conseillers nationaux aient consenti à signer la pétition d’un journal populiste et racoleur, surfant sur les peurs et les craintes qu’il entretient. Il est vrai que les chiens de races molossoïdes ou terriers de type bull peuvent occasionner des morsures plus importantes que des chiens de petite taille. Il est aussi vrai que ces chiens tant décriés sont souvent recherchés par des « gens du milieu » ou des « petites frappes » en raison de l’apparence dissuasive de l’animal. Mais c’est tout de même oublier que tous les chien maltraités, entraînés à mordre ou à se battre, peuvent représenter un danger potentiel et bien réel pour l’homme ou l’animal, quel que soit la race. La dangerosité ou l’agressivité n’est donc pas le fait d’une ou plusieurs races, mais bien de tout chien conditionné dans ce but. Et ce n’est pas en édictant une liste de chiens dits dangereux ou une liste de chiens interdits que le problème des accidents canins sera résolu. Nous remarquons que dans les pays qui ont édicté de telles dispositions, les morsures n’ont pas diminué, bien au contraire ! Il est important de souligner qu’en Suisse il y a déjà eu, par le passé, des morts par morsures... et que rien n’avait été fait en ce temps-là :

                      · 1979 : un enfant est tué par deux St-Bernards · 1982 : un homme est tué par ses Bergers Allemands · 1996 : un bambin est tué dans son couffin par un teckel

                      En France, entre 1994 et 2004, 64 morsures graves :

                      · 50 par des Retrievers (Goldens et Labradors) · 8 par des Bergers (Allemands et Belges) · 2 par des molosses (A.S.T. et Pitbull) · 4 par des bâtards

                      En revanche, l’exemple de Neuchâtel qui s’est plus dirigé dans le sens de la prévention que de la coercition au niveau du chien, nous démontre que c’est une piste essentielle pour prévenir les cas graves de morsures ; près de 40% en moins ! Ce qui précède ne veut pas stigmatiser des races, mais montrer que le fait de mettre à l’index le pitbull et d’autres chiens ayant soi-disant une grande propension à morde est illusoire. En effet, beaucoup de chiens mieux acceptés par la population ne sont et seront jamais inquiétés, car faisant parti du paysage canin traditionnel suisse depuis longtemps. Vouloir bannir ou interdire le pitbull ou d’autres races qui ont eu le malheur d’être entraînés dans le sillon des « chien dangereux » est trop facile. Et le prétexte que ce sont des molosses... donc des molossoïdes faisant parti du groupe 2 de la F.C.I. ne résiste pas à un examen sérieux : le pitbull est un terrier comme l’amstaff... et appartient au groupe 3 ! De plus, le 80% des morsures de chiens se passant dans le cercle familiale, à la maison, mettre une muselière au chien dans les lieux publiques ou simplement en extérieur ne fera qu’augmenter le stress et la nervosité de l’animal. Et lorsque ce dernier rentrera dans son foyer et quittera son harnachement de cuir et de métal, il présentera un risque accru d’agressivité ou de déviance. Enfin, en interdisant purement et simplement le pitbull ou toute autre race en Suisse, la décision augmentera l’intérêt des malfrats et autres petites gouapes pour d’autres races ou, pire encore, le croisement hasardeux entre plusieurs races, ce qui rendra impossible la gestion et la reconnaissance des bâtards qui en résulteront. En revanche, il nous semble important que les lois déjà en vigueur soient appliquées, comme le contrôle des portées - et pourquoi pas toutes les portées, professionnelles ou non ? - , la bonne socialisation du chien qui est visible sur la voie publique et peut être contrôlée par la police, l’adéquation maître/chien et les réactions du chien que peuvent constater le vétérinaire et l’éducateur canin ? En outre, il s’avérerait intéressant que le propriétaire - et peu importe la race de chien choisie -, se voit astreint à suivre des cours d’éducation canine destinés aux jeunes chiens. Notre association est à disposition de chacun pour dispenser les renseignements utiles concernant les questions canines en général et les molossoïdes et terriers de type bull en particulier.

                      Pour le G.S.A.M., Pierre Boegli


                      • maestro (---.---.112.44) 25 décembre 2005 16:33

                        je remarque une grande réflexion dans vos dire, comment pouvez-vous juger une race (de chien) comme ça. en effet, je me rappel il y a environ 60ans des gens qui pensaient aussi qu’il falait exterminer une race, dommage que certains esprits statiques n’ont pas encore fait le pas d’avancer un peu dans leurs idées discriminantes... un peu petit...


                        • (---.---.37.49) 27 décembre 2005 17:00

                          je vois pas trop le rapport entre des animaux et des ètres humains, c’est toi qui fait une comparaison assez ambigue, Aucun rapport entre les races de chien et celles des humains, cela dit, je ne te souhaites pas d’ètre mordu toi-mème ou d’avoir un membre de ta famille victime de ces monstres, qu’on appelle des pitt-bulls ! Je pense que tu changerais vite d’opinion.

                          Célia


                        • maestro (---.---.90.197) 3 janvier 2006 21:52

                          Celia, oui, j’ai déja été mordu, plus d’une fois, ce que je ne souhaite bien évidement à personne, ceci dit, tu t’attaque à une race de chien par rapport à son faciès et à sa morsure. eh bien oui, tous les goût sont dans la nature, personnelement, je n’aime pas tellement les chiens de berger au niveau morphologique...c’est pas pour autant que je vais dénigrer ces races, soit dit en passant, premiers mordeurs en europe pour ûn même nombre d’individu.

                          je pense connaître assez bien les chiens pour te dire que n’importe lequel dans de bonne mains ne posera pas de problème...en revanche, mis dans les mains d’un maître qui le prend pour un faire-valoir ou qui manque d’expérience, TOUS les chiens de taille moyenne et grande peuvent tuer !

                          ceci-dit, pourquoi pas en parler sur le forum du site du GSAM : www.gsam.forumactif.com


                          • maestro (---.---.124.228) 20 janvier 2006 01:53

                            Le chien que l’ont dit gentil...ou dangereux...

                            Suite à la journée e mercredi passé, le 18 janvier à Berne dans le cadre de la convocation de L’OVF concernant la modification de l’ordonnance du 27 mai 1981 sur la protection des animaux concernant les chiens dangereux et exposer brièvement les idées et critiques du G.S.A.M.

                            En ressort que de tous les milieux canins, vétérinaire ou association pour les victimes de morsure (Canidoux) dénoncent la liste proposée par l’OVF (tout de même à mon avis, bien aidé par son employeur) concernant le pitbull et les 13 races de chiens interdits de croisement pour les derniers et castration obligatoire pour le pitbull. Il s’agit principalement de faire entendre que d’autres pays ont déjà essayé de régler le problème par des races misent à l’indexe ou proscrites. Sans résultat et bien au contraire, c’est hasardeux et populiste pour bien des points. Quels chiens mettre à l’index ? Ceux qui mordent le plus ? On n’y retrouvera pas les molosses qui inquiètent tant aujourd’hui. Ceux qui ont déjà tué des enfants ? La liste est longue et pleine de surprises. Je suis aussi parent d’un petiot de 2 ans, la mort d’un enfant m’a fais bien réfléchir. Que l’on veuille prendre des mesures spectaculaires, même si elles ne sont pas efficaces m’attriste, mais plus fort encore, même avec une interdiction de certaines races dans notre pays, ça ne va pas empêcher un touriste de venir avec ses chiens comme pour le propriétaire des pitbull du drame d’Oberglatt... Malheureusement, il est un filon trop facile pour la presse de boulevard de laisser passer ça, donc peu importe ce qu’est devenu le maître des chiens, il faut pousser à la diabolisation pour attiser la psychose. Cet accident effroyable s’est produit dans un canton qui avait mis pourtant sur pied une politique remarquable face aux chiens à problèmes. Toute plainte, tout signalement devait créer une action immédiate et concertée des milieux concernés (police, vétérinaire, médecin). Puis, on a coupé dans ce budget comme souvent par mesures d’économie, ce qui touche les animaux n’est pas forcément ce à quoi on s’attelle et investi le plus. Si seule la police est désormais en charge de ce problème, va-t-elle vraiment pouvoir et les moyens d’assurer ce suivi en plus de ses autres tâches ? Il ne faudrait pas oublier qu’il y avait déjà eu des plaintes contre le propriétaire des chiens qui ont tué le petit Suleyman !

                            La Confédération et l’Office Vétérinaire Fédérale ont poussé la prévention dans les écoles où on apprend aux enfants à se comporter face à un chien, soutenu la mise en place de cours aux éleveurs, aux éducateurs de chiens, pour les formations de maître-chien... Il y a eu de nouvelles législations cantonales. Un énorme travail a été fait. De plus, les propositions de l’OVF sur la modification de l’ordonnance du 27 mai 1981 sur la protection des animaux est claire, pour le reste, le problème résulte qu’il est inapplicable de la voter comme telle. Comme souvent, car la peur est de dépenser pour mettre en place toutes ces mesures concernant tous les chiens et la protection des frontières (qui seront bientôt ouverte d’ailleurs).

                            Lorsque s’est formé le G.S.A.M., suite à l’élan du Valais fin 2001, qui a modifié sa loi d’application de la loi fédérale sur la protection des animaux pour y introduire des articles sur la police des chiens qui annonçait déjà de la discrimination et de la phobie canine en devenir. Je suis convaincue qu’au-delà de l’interdiction de certaines races, des mesures qui me paraissait intéressante déjà il y a 4 ans -resté lettre morte- :

                            à Contrôle de l’élevage à Non-divagation des chiens à Cours de socialisation obligatoire pour tous les maîtres à Restrictions concernant le propriétaire du chien à Obligation faite aux médecins et aux vétérinaires d’annoncer les morsures à Réglementation sur l’importation canine

                            En conclusion, il est temps que les choses changent, cela fait plus de 4 ans que l’on parle du problème des chiens (et toujours pas des maîtres !) dans notre société.

                            Oser se promener avec son compagnon à quatre pattes semble criminel à une partie de la population. Une situation encouragée par des médias enclins à exagérer tout fait divers se rapportant à la gente canine et à privilégier le tirage et l’audience sans vraiment exposer les problèmes réels.

                            J’ai personnellement un chien d’une certaine taille. Il partage notre vie de famille. Mon fils de 2 ans a parfois des gestes imprévisibles, comme marcher sur les pattes du chien ou prendre ce dernier pour un cheval. Je ne suis pas sûr que la chose serait acceptée par tous les chiens, de petite taille... considérés comme inoffensifs. Aujourd’hui, pour un couple lambda, préserver une place acceptable au compagnon de toujours (un peu moins de 12 mille ans) qu’est un chien n’est pas chose facile. Mais la plupart des standards de races visent à une harmonisation et à un équilibre des races pour que les chiots puissent s’insérer dans notre vie contemporaine. Cela est appréciable. Dans tous les cas, il semble aujourd’hui important de ne pas se focaliser sur la notion de morsure et la propension à mordre. Il est en revanche souhaitable que la législation à venir privilégie l’adéquation « maître-chien », l’environnement social et naturel du maître, l’interaction avec les autres membres de la famille et les spécificités de la vie actuelle.


                            • (---.---.106.185) 24 janvier 2006 15:59

                              Merci pour ces infos !


                            • andalouse (---.---.73.218) 24 janvier 2006 13:48

                              j’ai des amis qui ont un chien pittbull, qu’ils ont piqués récemment car celui-ci s’était attaqué au visage de leur bébé, de 9 mois, alors que celui çi était dans sa poussette, ce bébé, n’aura pas de séquelles très graves, si ce n’est une cicatrice importante sur la joue ! Comment expliquez vous que ce chien se soit attaqué sans raison apparente à un petit ètre sans défense, qui ne lui faisait rien de mal ? Pourquoi cette violence gratuite de ce molosse, si ce n’est un esprit pour le moins diabolique, affamé de violence, qui attaque sans raison pour le plaisir de tuer, une fois de plus je suis convaincu, que c’est une race dont personne ne peur prévoir la violence, cet instinct criminel de naissance, fait de lui un chien à part, j’avoue que si cela était arrivé à mon bébé, j’aurai égorgé ce chien sans remord !

                              Pensez vous que la mème chose serait arrivé avec un caniche ou un husky ?

                              Célia


                              • maestro (---.---.156.157) 10 février 2006 13:51

                                mais très certainement célia, la dangerosité ou le comportement canin n’est pas tributaire d’une race, mais d’une ligné... en 2ans, je vous promets que je vous fait un labrador de combat !!!!! le problème, c’est que plus l’opinion publique engrainé et omnubilé par la surmédiatisation de certaines races de chiens, dont le pitbull, pour faire grimper les vente du journal, sont en partie responsable de cette mode des molosses. personne ne les connaissait il y a quelques années et pourtant, ça fait plus de 15 ans que j’ai des chiens molossoïdes, et aujourd’hui encore, j’ai un cane corso et un enfant de 2ans... je pense que ça pourait se résumer en 1 phrase :

                                « la propension à la morsure est inversement proportionnel au potentiel de morsure »

                                cordialement


                                • Ben (---.---.6.134) 6 avril 2006 00:06

                                  Je suis tombé sur ce site par hasard en cherchant des renseignements pour pouvoir réaliser un article, le plus complet possible, au sujet de ces molosses et je me suis dit que je ne pouvais pas ne pas laisser un commentaire face à ce que j’ai pu lire...

                                  En Belgique, la loi est moins « dure » et n’impose aux propriétaires que de tenir en laisse les chiens de catégories 1 en plus de la musolière ! Malhereusement, le contrôle est très faible voir quasi inexistant...La priorité étant de traquer les conducteurs n’ayant pas payés les emplacements de parking (mais c’est un autre débat !).

                                  Je pense que les propritaires de ce genre de chiens ont une responsabilité civique à tenir...S’il est vrai que les petits chiens mordent plus fréquemment que les gros, leurs blessures sont nettement moins dangereuses ( Peut-on dire d’une personne qui le nie encore qu’elle est en possession de toutes ses facultés intellectuelles ??!) ça n’est sans doute pas amusant pour le chien de porter la musolière mais c’est le prix à payer pour la sécurité des citoyens, et surtout celle des enfants.

                                  Beaucoup de gens crient après les statistiques, cherchant à montrer que les molosses ne sont pas ceux qui mordent le plus souvent. Il ne s’agit pas du bon tableau de stat, celui qu’il faut viser c’est celui qui démontre ô combien les morsures de certaines races peuvent être mortelles !

                                  A mon avis la loi devrait exiger un contrôle régulier du chien ET de son maitre dans un centre de dressage ou un lieu destiné à cet éffet, ainsi qu’une application des règles déjà en vigueur en ce qui concerne les lieux publics !

                                  Pour ce qui est de mon propre vécu, j’ai déjà été mordu 2 fois. Je ne saurais citer les races mais de façon approximative, le premier chien ressemblait à un Jack Russel et le second était un Berger des Shetland. Ce ne fut pas grand chose mais je méfie encore des chiens, pourtant je les adore...Pour ce qui est des molosses, ma soeur (10 ans à l’époque) et des amies ont eu la chance que le « pit » se soit attaqué au Labrador que nous avons, mais je peux de moins en moins supporter ces chiens qui ne donnent que l’impression de confirmer les horreurs rapportées à leurs sujets !

                                  Voilà, je sais que je viens de faire une grosse tartine mais j’espère qd-même que vous aurez pris la peine de la lire entièrement...bien que la dernière réaction ai l’air de dater !

                                  Cordialement.


                                  • victoire (---.---.13.235) 6 juin 2006 09:58

                                    Ca qui est certain, c’est qu’il est impossible de se promener sur une plage en demi saison ou dans la forêt sans subir de façon soudaine l’assaut bruyant et agressif d’un chien. On n’ose même plus laisser les enfants courir devant nous. Et systématiquement, la réponse, pleine de condescendance, est « il ne mord pas, il est gentil »... comme tous les chiens avant qu’ils défigurent les enfants chaque année. Et de conseils « ne cours pas, n’ait pas peur il va le sentir (! !!) » ce qui prouve qu’un enfant ne peut pas courir ou avoir peur (comment réagiriez vous si un animal plus grand que vous fonçait sur vous en hurlant)sans que cela soit considéré comme dangereux par le maître. LA loi qui oblige de tenir les chiens en laisse n’est JAMAIS respectée, c’est un fait. Au delà du problème de sécurité, il y aussi un problème de simple politesse de ces maîtres qui en général ne rappellent pas leur chien, ne s’excusent jamais de la frayeur ou de la gêne occasionnée. Accepteriez vous qu’un homme se précipite sur vous en hurlant, sautant sur vous et vous menaçant avec son arme (et les crocs sont sur une sacrée arme), même pour « jouer » ? C’est pas drôle, un point c’est tout, n’en déplaise aux frustrés qui se donnent de l’importance comme ça. Quant aux lois censés vérifier « l’éducation des maîtres », ou « l’adéquation maître - chien », de qui se moque t’on ? Il y a un véritable tabou autour de la dangerosité du chien, chacun cherche a défendre la race du sien, ou le sien « avec lequel il n’a jamais eu de problème » comme ceux « qui n’ont jamais eu d’accident en roulant à 180 sur l’autoroute ». Il faut attendre qu’il soit trop tard pour que, gêné, on prétende que c’est pas la faute du chien : alors on fait quoi ? on lui donne le RMI pour qu’il puisse faire ses courses tout seul et on euthanasie son maître ?


                                    • misterachel (---.---.80.182) 6 juin 2006 10:15

                                      faut arreter les propos bien pensants .

                                      A quoi servent les chiens ? a la chasse ( chien de chasse ) , au gardiennage des troupeaux ( chiens de montagnes ) , à la vie sociale ( chiens d ’appartements ), à la securité ( chiens de garde ) aux specifiques ( chiens d ’avalanches , de lutte anti drogue )

                                      il faut remmetre les chiens dans leur contexte ; il est anormal qu ’un chien de securite soit ballade en ville memme en museliere ; on le laisse dans on enclos ferme ; un point c ’est tout . s ’il s ’evade on colle la mega amende au proprio :- 1 an de cabane et 50 000 euors d ’amende juste pour lui faire comprendre que son chien est dangereux .. quoique il en pense ..

                                      quand je ne met pas ma ceinture en voiture .. je risque quoi ? en cas d ’accident de me blesser .. pourtant je suis sanctionné par amende et retrait de points .. donc aggravons les sanctions aux proprios des chiens dangereux ( il sont tous dangereux , des lors qu ils dépassent les 15 kgx ) ....


                                      • maestro (---.---.213.130) 9 août 2006 22:48

                                        La psychose s’est estompée

                                        De décembre à avril 2006, des centaines d’articles relatent la nouvelle psychose collective, la plus horrible des catastrophes. L’impérialisme des journalistes à la sauvette dénonce quasi quotidiennement la nouvelle gangrène sociétale qui menace la vie d’une population entière si on ne l’endigue pas : les chiens dangereux !

                                        Chacun peut remarquer que pendant le mondial de foot, les vacances d’été, les jeux olympiques et les périodes électorales, les chiens ne mordent plus, ni en hiver, ni en été... Pourtant, il y a peu, certains utilisaient ce sujet comme cheval de bataille sous la rubrique chiens écrasés. Pour conquérir une certaine notoriété, ils n’hésitaient pas à se saisir de la mort d’un enfant pour sortir de l’anonymat médiatique et être reconnus par l’opinion publique. Mais comment se fait-il que tous ces accidents, parfois terribles mais existants depuis que le chien a été domestiqué par l’homme, ne se produisent pas tout au long de l’année puisqu’ils sont le problème numéro un. Et ceci bien avant la violence conjugale par exemple, pour quelques journaux recherchant sans cesse le sensationnel ? Cette violence est pourtant plus actuelle et assassine que les morts ou les blessés par morsures. Or le système sociétal, de nature répressive, dispose déjà d’un arsenal législatif permettant aux autorités d’appliquer des dispositions contraignantes concernant le binôme maître-chien, le contrôle des portées, la divagation canine, le non-respect de la loi sur la protection des animaux, etc. Pourquoi ne pas appliquer ces lois dans tous les cantons suisses comme l’a édicté le Conseil Fédéral il y a déjà longtemps, en accord avec l’O.V.F. ? Cela fait sept ans maintenant que l’on parle de la problématique - quand ce n’est pas de la mode ! - des gros chiens, pitbulls ou chiens assimilés. Sans relever que 75 % de ces derniers sont des bâtards inclassables selon les listes déjà définies par certains cantons. Personne ne veut voir qu’à l’autre bout de la laisse d’un chien agressif, il y a un comportement humain dicté par la tyrannie d’un maître indigne de conduire un chien. Fondamentalement, chacun l’admet, aucun chien n’est fait pour attaquer l’homme. En effet, même si on accepte l’idée que les chiens de combats - terme repris à tort et à travers ! - étaient plus agressifs que d’autres chiens envers leurs congénères, ils ne l’étaient pas envers l’homme. Depuis l’interdiction des combats d’animaux il y a 140 ans, l’homme a entrepris de modifier leurs aptitudes en les sélectionnant pour leur vivacité (terriers) ou leur force (molosses) tout en effaçant l’agressivité à travers les lignées. Grâce à la plasticité génétique des races canines, ce n’est pas moins de 130 races reconnues qui ont ainsi été créées. Et s’y ajouteront de nouvelles races en voie de reconnaissance, sans compter les croisements dus au hasard. Par exemple, qui pourra identifier un dogo canario et un labrador croisé shar-peï ? Aucun test ou examen existe ne peut prouver l’appartenance à une race. De plus, qui payera pour des rajouts à la loi sur la protection des animaux, par le biais d’une ordonnance qui n’est pas applicable au niveau fédéral, car inconstitutionnelle et inexécutable ? On s’accorde à dire que des propriétaires malintentionnés acquièrent des chiens pour la frime dans le meilleur des cas ou le crime dans le pire. On sait aussi qu’ils appartiennent à une population qui se sent marginalisée et qui veut se montrer plus menaçante qu’elle ne l’est. Dans ce sens, elle peut être ainsi amenée à dresser des chiens d’attaque par un procédé largement connu. Il suffit de « casser » la sociabilisation du chien en séparant rapidement les chiots de leur mère et en entretenant des rapports agressifs avec eux. Par exemple, on les bat dès qu’ils font mine de se soumettre ou dès qu’ils cessent de mordre. Lorsqu’ils sont adultes, de tels chiens attaquent facilement l’homme. On le constate fréquemment que ce sont justement ces propriétaires-là qui sont à l’origine du problème. Et même sans entrer dans la problématique des lois régissant les chiens - lois pas toujours connues ! - force est de constater que ces textes sont trop souvent appliqués de façon laxiste et lacunaire. Il est donc inéluctable que de nouvelles dispositions ne changeront rien au problème.


                                        • boun (---.---.79.223) 3 décembre 2006 19:19

                                          il fau arreter avec ces debats stupide les chiens devienent agressif parce ke les maitres les maltraitent.un doberman eduké et dressé est tendre kome tout et j’en sais kelkechose jen ai 1.ma femmme a 1 rottweiler ce ki nou fai 2 chiens ,soi disan mechan et bien non.ils sont joueurs tres obeisant car dréssés et en okun kas agresif.voila maitenant les lois sont stupides en effet on interdit de couper les oreille des dobeman alor ke cete operation est faite sou anestesie generale.lobligation de porter une musoliere est ineficace,pire en la voyant sur un chien les gens son encore plus effrayés c’est inadmissible.voila rien a ajouter a part ke les lois sont stupides.


                                          • Corine (---.---.126.6) 24 décembre 2006 14:47

                                            je suis moi meme proprietaire de 10 chiens pour la plupart des recuperes, ils vivent avec nous dans la maison. toutes nos activites se font avec nos chiens. il faut toujours penser qu’un chien n’a que sa gueule pour se defendre, mes enfants ont ete eduques depuis leur plus jeune age avec des chiens et il n’y a jamais eu de problemes. et en tant qu’educateur canin je peut affirmer que les problemes que l’on a parfois ne le sont que rarement avec des chiens dit« dangereux » mais plutot avec des chiens de chasse ou de compagnie qui ont une « bonne reputation ». je ne suis pas pour l’exclusion de certaines races cela ne changerait rien au probleme mais pour un meilleur controle de l’education du chien et surtout la facon de le faire. un chien reste un chien quelle que soit sa taille. de plus la periode de sociabilisation est extremement importante, la plupart des gens prennent un chien le parque dans un chenil et ne le sorte jamais, tout comme d’autres chiens qui ne sortent pas en laisse puisque de toute facon ils ont un grand jardin. il ne faut pas oublier que a l’origine le chien est un animal de meute avec une hierarchie bien etablie.il est clair bien sur qu’une morsure de molosse fait plus de degats qu’une morsure de yorkshire. un chien doit pouvoir aussi se defouler car au depart le chien n’est pas une peluche que l’on mets dans un fauteuil le matin avant de partir travailler et qu’on reveille le soir en rentrant. les chiens de berger sont des chiens capables de courrir des journees entieres derriere un troupeau, les chiens de chasses sont capables de passer des journees entieres a courrir derriere le gibier, meme les rott accompagnaient les bouchers et les troupeaux par les routes et ils n’agressaient pas tous les gens qu’ils rencontraient.il y a actuellement des sports qui permettent aux chiens de se defouler et d’eliminer le trop plein d’energie. de plus ces chiens qui rencontrent un tas de gens, d’autres animaux et apprennent a connaitre un tas de choses sont des chiens tres sociables.


                                            • maestro (---.---.170.143) 28 décembre 2006 10:58

                                              Suite au verdict du procès d’Oberglatt, on a pu voir que la problématique canine a permis pour certains journalistes de presse à sensations, de se profiler sur le devant de la scène. Certains journaux de boulevards ont même fait de l’argent profitant de la mort tragique du petit Suleymann, ne cherchant qu’à stigmatiser certaines races de chiens au lieu de relever que c’est dans la condition de détention de ces chiens que réside la résultante du drame d’Oberglatt. En effet, si ces médias avaient eu la décence et l’objectivité de parler un peu plus de ce genre d’individu et un peu moins de ce qui fait faire du chiffre, le pitbull et autres molosses, le gouvernement suisse aurait probablement trouvé des solutions pour réglementer la détention de chiens dans notre pays avec l’aide des différents spécialistes en la matière.

                                              Ces journaux et leurs journalistes porte en quelque sorte une part de responsabilité dans la non-entrée en matières de l’autorité fédérale, sachant que c’est un problème humain et pas de races de chiens. Par la faute de l’immobilisme dû au refus de voir que des solutions données par les différents acteurs cynologiques étaient adéquates, la préférence s’est portée sur des mesures alibis comme la classification de races « prétendument » dangereuses dans certains cantons à qui revient, malheureusement, la problématique de certains propriétaires de chiens. Alors que depuis plus de 4 ans le G.S.A.M. demande des mesures propres à réglementer la détention, l’acquisition, l’importation et la mise bas de tous les chiens - avec ou sans pedigree ! - en Suisse.

                                              Aux vues de la peine du propriétaire des 3 chiens du procès d’Oberglatt (pas d’interdiction de possession de chiens par exemple), il y a fort à parier que des accidents de ce type se reproduiront.

                                              Il est évident que l’issue du procès ne pouvait accabler de plus le prévenu et ses comparses, mais il est à mon avis regrettable que la mort dans des fins si tragiques d’un enfant, ne puisse être enfin un réveil de nos autorités pour une législation axée sur tous les propriétaires de chiens, migrants comme habitants, pour que ce petit garçon ne soit pas mort en vain.


                                              • maestro maestro 17 septembre 2007 23:45

                                                Pour info :

                                                Le propriétaire des chieens qui ont tués le petit suleymann est sorti de prison il y a un mois et déclare... recommencer l’élevage de chiens...

                                                Donc, on veut toujours plus d’interdictions de races, de contrainte pour le citoyen/maître lambda, mais on laisse des gens dangereux continuer un traffic ignoble avec des chiens déviant, découlant de la maltraîtance subi...

                                                ou va-t-on ? smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès