Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Tunisie : Bataille rangée autour d’un fleuron de la (...)

Tunisie : Bataille rangée autour d’un fleuron de la république

Par Lotfi Aïssa

Professur d'histoire à l'université de Tunis

 

L’université ne va pas très bien en ce moment. Toute une serie d’évènements malencontreux relevant de la surenchère partisane prompte à nuire au bon déroulement de ses activités, prouvent une volonté à peine cachée de compliquer une situation par trop tendue qui risque de mettre à mal une institution dont la mission est de former les jeunes générations ; et de garantir l’éclosion d’une élite capable de se hisser à un niveau comparable à celui des pays développés. 

Dure était la décennie passée le moule de la formation universitaire a été complètement brisé par une sollicitation sans précédent ébranlant la qualité de l’encadrement et par un marché de travail par trop saturé répondant très mal aux attentes légitimes d’un nombre faramineux de nouveaux diplômés. Une telle situation à sonné le glas d’un fleuron de la république désabusé et complètement délaissé à son triste sort. La réforme imposée d’en haut par des décideurs autosuffisants qui se croyaient capables de gérer la crise de loin en imposant un nouveau formatage basé sur un rapport étriqué à la professionnalisation des savoirs, a laissé place à la torpeur et à l’expectative après un bilan ostentatoirement négatif.

Passée l’euphorie des premiers moments de la révolution, la descente sur terre annonce une réalité complexe dont la prise en charge a complètement échappée à des décideurs en manque de légitimité qui ont trop jouer sur un attentisme laxiste et des acteurs politiques profondément clivés autour de questions peu productives ne servant en priorité que des impératifs électoraux. 
Le constat et sans appel une rentrée des plus difficile avec des opérations d’intimidation ici et là dans plusieurs établissements universitaires visant à instaurer un climat d’agitation attisant la haine entre différents protagonistes et un « débat » musclé et complètement suranné autour d’un accoutrement religieux qui ne s’accommode guère avec les impératifs de communication pédagogique et de transmission du savoir. 

Le réchauffement des esprits et la prise en charge du débat par une société civile légitimement alarmée risque de gonfler la surenchère et de crier une ambiance malsaine sapant le peu de crédibilité et le minimum d’autorité dont disposent aujourd'hui les enseignants pour mener à bien leur tâche formatrice et émancipatrice.

Un petit rappel historique nous éclaire sur un acheminement qui prend ses origines dans les années quatre vingt ou une « génération dite perdue » devant laquelle la machine de l’Etat-parti a sciemment fermé tout horizon prompt à engager une vie citoyenne et une possible alternance politique trouve dans le paysage universitaire une ouverture à la mesure de ses ambitions, l’objectif étant bien entendu de contribuer à la formation académique et civique des nouvelles générations. C’est à cette même génération qu'on essaye aujourd’hui de compliquer la donne en engageant comme par enchantement un bras de fer entre elle et une autre « génération sans futur », soufrant des multiples maux d’un ascenseur social en panne depuis bientôt deux décades. 
C’est là ou se situe la lame de fond expliquant la réalité tragique ou nous en sommes. L’accoutrement ostentatoire des barbus et des mounaqqabats n’est au fait qu’un trope ; un simple fractal autour duquel s’exacerbe les pires phobies de part et d’autres. La fracture sociale est bien là pour nous rappeler la triste réalité du naufrage collectif au quelle nous assistons. Le malaise n’est plus latent la crise est en passe de s’installer durablement dans notre pays. 
L’université n’est plus ce qu’elle a toujours été, un havre de paix dont la première mission et de produire le savoir et de le transmettre aux générations futures. L’exception n’est plus de mise et la sérénité indispensable pour former les élites laisse place à la cacophonie d’un militantisme effronté, à la surenchère verbale, à la crudité malsaine des phrases assassines. 
Le monde des lettres, des arts et des humanités parait aujourd’hui – et à juste titre d’ailleurs- représenter le creusé tout indiqué mettant à nu le malaise social et culturel généralisé. C’est incontestablement le maillon faible de la chaîne, là ou la crise a déjà pris une envergure virant à l’absurde. La fuite en avant ne date pas d’aujourd’hui. D’aucun sait le traitement peu privilégié réservé à de telles spécialités au point qu’elles en viennent à jouer le rôle sciemment humiliant de « dépotoir » pour tous les laissés pour compte du système d’orientation. Aucune solution ne pointe à l’horizon, le verrouillage du marché de l’emploi devant ce type de formations n’a d’égal que le ridicule du concours ouvert chaque année pour ancrer dans les esprits de milliers de diplômés l’illusion d’une bien hypothétique possibilité d’embrasser la carrière d’enseignant. 
Une humiliation sans précédent se rejoue chaque année à « une génération sans futur » forcée à vivre le calvaire de la marginalisation, en acceptant de se jeter dans le précipice d’un marché de dupes fait de démerde et de débrouille, ne comportant aucune garantie et ce pour des milliers de jeune sortant des universités et détenant des qualifications perçues comme le fruit d’un parcours de combattant, dont la finalité est d’acquérir le statut hautement prisé de cadre, mais dont la triste réalité et de venir grossir les rangs des trois millions de tunisiens chômeurs et analphabètes.

Un aussi triste bilan ne peut que clouer l’université au pilori. La bataille rangée autour de l’accoutrement ostentatoire des salafistes qui bat son plein en ce moment, n’est au fait que la partie immergée de l’iceberg. Le vrai malaise de l’université se situe ailleurs, dans l’inadaptation de ses formations au marché de travail, dans la centralisation outrancière de la décision, dans le peu d’intérêt réservé aux libres initiatives et dans le manque de moyens mis à la disposition aux acteurs et aux gens de métier pour garantir leur réalisation, bref dans cette volonté à s’opposer à toute forme d’imagination d’une société en mal de devenir. 
J’espère qu’on y viendra au plus vite à affronter sereinement ce champ de mines qui est celui de la formation universitaire, en refusant de céder à toutes les formes de manipulations et d’amalgames non dénuées de surenchère politicienne.

A quoi servent tant d’institutions et tant de diplômes qui n’ouvrent guère sur le moindre horizon et qui risquent à terme de compliquer davantage la triste situation de nos universités et de brader l’avenir d’une jeunesse en manque de dignité ? 
Un moratoire de quelques années sur un tas de filières, même s’il sera très mal perçu, nous semble aujourd’hui de mise. Il donnera aux enseignants chercheurs la possibilité de repenser leurs métiers et à des milliers d’étudiants l’opportunité d’être enfin orienter en conséquence. C’est là peut-être un signal fort prouvant la volonté des nouveaux décideurs de rompre avec la politique de l’autruche et de mettre fin à une parodie honteuse en empêchant la dilapidation de l’argent des deniers publics. Le reste ressemblera après à un faits divers produisant beaucoup de tapage et ne recelant que peu d’effets. Assumant la responsabilité de répondre aux vraies questions et laissant de coté tous qui nous éloigne de nos objectif : Devenir un peuple libre donc nécessairement responsable.
 


Moyenne des avis sur cet article :  1.67/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • oncle archibald 3 février 2012 15:48

    Tunisie, Libye, Egypte ... Le temps semble s’être arrêté ... Les économies sont en cale sèche, mais pas pour réparation .. Juste à l’abandon ... Apprendre quoi dans ces conditions ? Pour émigrer où ensuite ? Autant émigrer en qualité d’étudiant non ?


    • libellule libellule 3 février 2012 17:11

      Pour la Tunisie le tableau n’est pas aussi sombre et la palette gagnera surement à être éclaircie davantage. Ceci étant, je suis d’accord avec vous pour insister sur l’aspect préoccupant de la situation. 


    • Henri François 3 février 2012 17:33

      Ne soyons pas si pessimistes. Laissons à la révolte tunisienne le temps de « mûrir ».
      Si on compare l’ère post-révolutionnaire des pays arabo-musulmans qui ont réussi à renverser leurs potentats, la Tunisie, qui abrite un peuple beaucoup plus intelligent et moins belliqueux que les autres, est sur le bon chemin. Celui-ci sera moins long pour elle que pour les autres.


      • oncle archibald 4 février 2012 08:43

        Je me demande bien quels fruits peuvent mûrir à l’ombre des barbus ... En tout cas pas il m’étonnerait que les touristes en bikini apprécient cette tutelle ... Et le tourisme était le plus gros moteur de l’économie de la Tunisie et de l’Egypte ... Tout le monde ne dispose pas du pétrole de la Libye .. J’espère me tromper mais j’imagine un très long tunnel à traverser avant que renaisse la vraie vie.


      • Henri François 4 février 2012 10:03

        L’information et donc le journaliste qui la manie, ont le don - hélas - de servir de loupe grossissante. Dès lors, le fait relaté se gonfle comme la grenouille de la fable jusqu’à travestir la réalité. Certes actuellement - et pour un temps seulement - les « barbus » posent un petit problème, mais ce dernier n’a pas l’envergure dont on veut le travestir, car dans sa très GRANDE MAJORITE, le peuple rejette cette dérive. Il l’a fait savoir massivement dans une manifestation récemment, peu avant que les services de sécurité nationaux aient intercepté une petite bande de salafistes armés. Malheureusement le traitement de ces informations prive l’économie locale du tourisme qui jusque là constituait la seconde source de revenus de leur petite pays qui demeure bien calme.


      • Nejibus 4 février 2012 11:10

        Je suis plus préoccupé, voire agacé par les idées et les clichés que je lis ou que j’entends sur ce peuple et ce pays que par les intégristes. Les Tunisiens sont maojritairement croyants, moyennement partiquants et très rarement extrémistes. La mouvance Salafiste fait parler d’elle en manifestant de manière très agressive et très médiatique son extrémisme mais il n’en reste pas moins qu’elle se réduit à quelques centaines d’individus. Le Parti ENNAHDA est qualifié d’Islamistes, sous-entendu de l’islam extrémiste et je n’oserai croire que 40% du peuple Tunisien ait donné sa voix à un parti extrémiste. Je le dis parce que je connais ce pays, je connais beaucoup de Tunisiens et j’ai confiance en eux et en leur pays. Des soubresauts, quelques réglages, sûrement des hésitations seront présents quelques temps encore mais le résultat final ne peut qu’être l’avènement d’une vraie démocratie car ce pays le mérite. 


        • libellule libellule 4 février 2012 11:38

          Je suis bel et bien de votre avis, pourvue que l’exacerbation des démons identitaires et ceux qui en font leur seul fonds de commerce auront très vite à constater que l’exercice du pouvoir n’est nullement une promenade de santé. 

          Fille de la Méditerranée la Tunisie ne pourra objectivement pas faire l’économie d’un serein rendez-vous avec la modernité, même s’il est clair aujourd’hui que c’est à son corps défendant qu’une tel arrimage continuera à faire son petit chemin. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

libellule

libellule
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès