Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Un « élu normal », qui devrait-il être ?

Un « élu normal », qui devrait-il être ?

Une démocratie représentative digne et « normale » consisterait à déléguer ses droits à des représentants fidèles à un programme politico-économique qui nous agréerait et qui ne seraient plus les marionnettes de l’oligarchie qui les finance.

Ces représentants devraient être des citoyens pris dans les différentes couches de la population afin que ces différentes assemblées soient bien le reflet de la réalité de la Nation.

Ce qui oblige à une modification des règles des élections législatives avec introduction d’une part de proportionnelle. Actuellement, les ouvriers, les paysans, les employés sont présents à dose homéopathique. Tout comme les femmes et nos citoyens de couleur.

L’état d’esprit de tels représentants devrait reposer sur l’honneur de servir ceux dont ils ont su obtenir la confiance.

Ils se mettent au service de ceux qui les ont élus et ils ont le devoir de mettre en pratique les idées et les promesses qui ont motivé leur vote. Ils sont les serviteurs de leurs mandants et non leurs maîtres.

La complexité de notre société est telle que s’occuper des affaires de la commune, des syndicats intercommunaux, du département, de la région, ou de l’Etat nécessite une disponibilité d’esprit qui entraîne qu’on ne peut bien s’occuper que d’un ou deux mandats locaux, ou d’un mandat national ou européen à la fois.

D’où la nécessité du principe à introduire dans la Constitution le « non-cumul des mandats ».

Auquel il faudrait ajouter la limitation des mandats dans le temps, de telle sorte qu’il y ait un continuel renouvellement des élus.

Enfin, en cours de mandature, si jamais un élu trahit les promesses auxquelles il s’était engagé, ses électeurs devraient avoir le droit, de le démettre de ses fonctions. 

Or, que constatons-nous ?

Sous le fallacieux prétexte de ne point perdre le contact avec la réalité quotidienne de leurs électeurs, députés et sénateurs veulent cumuler. Être à la fois à Paris et en province. Régler les problème de leur ville, de leur agglomération et mener la politique du pays voire de l’Europe, tout en continuant de pouvoir cajoler une « clientèle » qui nous ramène à la République romaine. C’est la preuve évidente que le souci de la majorité de nos élus, c’est l’obsession de leur prochaine élection et non, l’intérêt du bien commun.

Farceurs.

http://www.lemonde.fr/politique/article/2013/02/15/cacophonie-sur-le-non-cumul-des-mandats_1833549_823448.html

L’ubiquité n’existe pas, même si la technologie commence à la permettre.

Quant à la prétendue volonté de bien connaître la réalité quotidienne vécue par leurs électeurs, si tel était le cas cela se saurait et serait traduit dans les lois, les textes et les choix économiques du gouvernement.

Qu’un député ou un sénateur soit un ancien élu local, très bien ! Il faut qu’il sache ce que signifie, sur le terrain, la mise en pratique des lois votées par la représentation nationale ou européenne.

On peut décréter que « tout élu national aura dû être élu local pendant deux mandats avant d’avoir le droit de se présenter ».

Constatons aussi que le « syndrome de la bernique » sévit dans les rangs de nos élus. D’où l’impression que ce sont toujours les mêmes. Ils sont en effet accrochés à leur siège comme berniques à leur rocher. D’où des assemblées gérontocrates, clubs du troisième âge dont le Sénat est la parfaite illustration.

Limiter le nombre des mandats à trois pour les élections locales, et à deux pour les assemblées nationales et européennes permettrait un turn over, et éviterait la sclérose de ces assemblées qui ronronnent dans des schémas de pensée éculés et inadaptés à la rapidité de l’évolution du monde réel.

Cela atténuerait le clientélisme. Cela remiserait la féodalité au rayon des accessoires périmés. Cela redynamiserait les partis. Cela rajeunirait les assemblées. Cela permettrait à plus de citoyens de devenir responsables. La démocratie y recouvrerait une nouvelle jeunesse. Cela gênerait un peu le travail des lobbies dont nous subissons les effets pervers ( non souci de l’environnement, mal-bouffe, agriculture productiviste destructrice des paysages et des terres, désindustrialisation ).

Enfin, puisque l’heure est aux économies, une diminution par deux du nombre de sénateurs et de députés, des vice-présidents dans les assemblées intercommunales, voire des adjoints dans certaines grandes villes, seraient autant d’émoluments et de retraites à payer en moins.

Mais je ne me fais aucune illusion.

Quels élus, quel parti, quel démocrate serait prêt à non cumuler les charges, à restreindre sa vie publique, à diminuer son train de vie, à faire preuve de modestie et de respect de ses engagements, à restaurer la démocratie, cette bonne et brave fille, qui est si bonne « gagneuse » pour ceux qui savent si bien la prostituer.

(Je laisse aux lecteurs le soin de mettre des noms de cumulards professionnels, de parasites de la dépense publique, de profiteurs des institutions, tous partis confondus et confondants.)

 A nous, citoyens de sauver la démocratie.

A moins que nous soyons très satisfaits du système oligarchique en place qui fait du citoyen un sujet, une vache à lait, un mouton pour le plus grand profit de la minorité la plus riche, la plus consommatrice d’énergie, la plus menaçante pour l’avenir des générations futures.

http://app1302.askmedia.fr/

http://www.midilibre.fr/2013/02/06/pour-le-maire-de-lyon-avec-3000-eur-c-est-une-situation-extremement-difficile,639734.php

http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/4/08/60/68/Doc-HTML/Elus-2.html#%C2%A0&nbsp ;


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • beo111 beo111 19 février 2013 13:46

    Je ne sais pas ce qu’a fait Sylvain (que je ne connais pas, d’ailleurs), mais moi aussi j’ai voté non.


    Je trouve qu’il manque la formule magique dans cet article : un élu normal, c’est un élu tiré au sort.

    Cela évite de s’emberlificoter dans un système de quotas sur des divisions arbitraires de la population. Qui va décider des quotas ? Sur quelles bases ? Le débat est sans fin.

    Alors que le tirage au sort résout mathématiquement le problème de la représentativité sociale, il y en a encore pour nous proposer des solutions plus compliquées. C’est hallucinant.

    On peut cependant faire précéder le tirage au sort par une élection sans candidats, et pondérer le tirage au sort par les résultats obtenus aux élection, pour que si 10 fois plus de personnes font confiance à Monsieur A qu’à Monsieur B, alors Monsieur A ait dix fois plus de chances d’être élu.

    C’est ce que j’explique ici.


  • Max Angel Max Angel 19 février 2013 16:38

    C’est avec la plus grande patience et la plus haute curiosité que j’attends vos solutions, mon cher Démosthène, pour que la démocratie recouvre sa réalité et son efficacité.

    Pour le moment, déception, présupposés, approximations, mépris et bavardage sans intérêt.
    A suivre.


  • Max Angel Max Angel 19 février 2013 16:46

    A beo111 :
    Si pour vous un élu est une potiche inutile qui ne représente que lui-même, alors vous avez raison, le tirage au sort est de rigueur à tous les échelons.
    Vous ne viendrez pas vous plaindre de leurs décisions, de leurs choix, et surtout, en tant que citoyen, il est toujours appréciable, selon vous, d’être représenté par n’importe qui pour faire n’importe quoi.

    Mais peut-être que la démocratie ne vous intéresse nullement, que l’oligarchie actuelle vous sied, que la dictature vous tente, ou qu’un retour de la monarchie aurait vos faveurs. Toutes solutions qui méritent d’être discutées sérieusement.

    Il est vrai, que l’éthique TPMG (Tout Pour Ma Gueule) est très à la mode depuis quelque temps., ce qui rend toute discussion sur les institutions totalement inutiles.


  • beo111 beo111 19 février 2013 20:08

    L’oligarchie ? C’est maintenant !

    Faut vous réveiller Max Angèle.


  • beo111 beo111 19 février 2013 20:20

    Oups, j’avais pas vu que vous parliez de l’oligarchie actuelle, désolé pour mon commentaire précédent.

    Cependant ne trouvez vous pas que les remèdes que vous proposez sont un peu légers face à l’oligarchie ? Ne voyez vous pas que l’élection sert aux riches à acheter le pouvoir ?

    On peut garder l’élection mais uniquement pour des exécutants.

    La représentation politique est un leurre, vous avez raison de me prêter cette opinion. Ce que je dis, c’est que si la représentation politique est illusoire, la représentation sociologique, elle, est possible, et elle peut se réaliser par le tirage au sort.

    Pas de tirage au sort à tous les étages, car la démocratie, c’est à la base. Plus on s’élève, plus la science entre en ligne de compte car les phénomènes liés aux grands nombres (économies, écosystèmes culturels mettant en jeu des millions de personnes) sont souvent en opposition avec le bon sens.

    Mais c’est sûr que c’est un autre débat.


  • Max Angel Max Angel 19 février 2013 23:54

    A beo111
    « plus on s’élève plus la science... »

    Allons, allons, plus on s’élève et plus l’oligarchie dominante qui est le club de ceux qui gagnent le plus et ont financiarisé notre quotidien à leur unique profit, s’écarte de la raison et de la science qui les condamnent.

    Oui, la démocratie, avec ses faiblesses, ses errances, ses insuffisances part de la base, appartient au peuple et doit relever du peuple.
    A condition que ce peuple le désire et se désaliène des chaînes et du décervelage en règle que lui inflige les « chiens de garde » de l’oligarchie.

    Long travail d’éducation et d’émancipation qui peut être accéléré par une colère, une révolte, peu probable compte tenu de la puissance de contrefeu de cette oligarchie qui tient bien en mains l’information, la police et la justice.


  • beo111 beo111 20 février 2013 09:21

    À ma connaissance les ateliers constituants sont les outils d’éducation populaire les plus efficaces dans de domaine.


  • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 23 février 2013 18:36

    un élu normal....ne devrait pas cumuler plusieurs mandats ( 81% pour les députés et 83 % pour les sénateurs + 10 MINISTRES°et aussi plusieurs fonctions dans le prIvé(avocat d’affaire et gérant de sci.....banquier ou hommes d’affaires...) avec des mandats....nationaux)

    -ne devrait pas etre un lobbyiste ( 1500 a paris...15000 a bruxelles.

     -ET NE PERCEVOIR QUE 2 fois le smic et prendre une retraite normale a 65 ans

    na pas dormir l apm a la chambre.. apres un, bon repas bien arrose et des cigares a 100 euros (SANTINI....GAUDIN...DASSAULT....°)

    ET SURTOUT NE PAS NOUS REVENIR A 2500 EUROS PAR JOURoui 2500 EUROS


  • beo111 beo111 19 février 2013 14:22

    Bah oui mais si j’avais voté oui cela aurait signifié que je suis d’accord avec les remèdes préconisés par l’auteur. Or ce n’est pas le cas. Le mieux aurait été sans doute de s’abstenir, c’est d’ailleurs ce que font la majorité des gens.


    Mais prenons les choses du bon côté. Ce vote négatif nous a permis de faire causette, je vous souhaite une bonne journée.


    • bernard29 bernard29 19 février 2013 16:40

       je vous signale qu’une proposition de loi a été déposée sur ce thème par le député Bruno Le Maire ; Proposition de loi organique N° 236, Enregistrée à la Présidence de l’Assemblée nationale le 1er octobre 2012.

      qui propose 4 réformes ;

      • 1) Interdiction du cumul entre mandat parlementaire et présidence d’exécutif local
      • 2) Limitation à trois du nombre de mandats nationaux successifs au sein de la même chambre parlementaire
      • 3)  Réduction du nombre de députés à 450 (au lieu de 577) et le nombre de sénateurs à 250 (au lieu de 326).
      • 4) Obligation de démission de la fonction publique en cas d’élection comme député ou sénateur.

      Il suffirait donc que la commission des lois se saisisse de cette proposituion de loi et active son passage devant l’assemblée nationale.
      --------------------------------------------------------------------------------------

      Pour ma part je ne la trouve pas assez radicale sur le cumul des mandats et je fais la promotion sur internet ( voir http://pacte-democratique.blogspot.fr/ ) et ailleurs de cette proposition ci

      Des mandats politiques

      • Art 1) – « Les mandats nationaux, régionaux et départementaux, ne peuvent se cumuler qu’avec le simple mandat de conseiller municipal ». 
      • Art 2) – « Nul ne peut être éligible à plus de deux mandats successifs pour la même fonction hormis celle de conseiller municipal ». ( l’élection est l’honneur de la démocratie, la réelection son fléau)
      • Art 3) – « Les fonctionnaires de catégorie A ne peuvent être éligibles à un mandat électoral, hormis celui de conseiller municipal ». (nul ne peut être juge et partie)


      Particularités du mandat de conseiller municipal( expliquant, l’exception faite à ce mandat)

      a)
      Personne ne peut interdire à quiconque de s’intéresser et de participer à la vie politique de sa commune, cellule de base de la démocratie.
      b) le mandat de conseiller municipal est un mandat bénévole.
      c) Mandat de proximité, il enlève aux élus nationaux leur argument selon lequel ils seraient coupés du terrain


      • Max Angel Max Angel 19 février 2013 16:56

        Bonnes nouvelles ! Je savais que les jeunes élus de la droite ont des propositions qui méritent d’être étudiées.

        Chiche ! J’aimerais qu’elles soient partagées par la gogoche et la gauche. Il y va de la démocratie en France, voire en Europe, même si bien des états européens ont déjà résolus ce problème de non-cumul des mandats.

        Il me semble que les anciens élèves de l’ENA devraient rester à leur place de fonctionnaires, catégorie lettres le plus souvent, au service des élus, et non élus eux-mêmes.

        Quant au pantouflage qui consiste à aller dans le privé après avoir été au service de l’Etat, pour revenir ensuite au service d el’Etat pour mieux défendre les intérêts de ses anciens employeurs, il y aurait aussi certaines mesures à prendre au plus vite.


      • Jason Jason 20 février 2013 10:28

        Commentaire déjà donné à propos d’un autre billet sur ce site, désolé de me répéter :

        Le problème dans nos démocraties, c’est qu’une fois que le mandat est donné à un représentant il ne peut plus être révoqué, sinon dans les cas prévus par la loi. Et comme les élus font les lois, on voit le résultat.

        Il faudrait des commissions de citoyens qui identifieraient les prévaricateurs, les montrent du doigt et les exclurait de toutes fonctions. Je crois qu’internet pourrait jouer un rôle utile en tant que lanceur d’alerte et instructeur de dossiers. Certains journalistes ou professionnels (médecins, chercheurs) jouent parfois ce rôle de lanceurs d’alertes, mais ils sont poursuivis et harcelés. Il faudrait au contraire qu’ils soient protégés et encouragés.

        Dans le cas présent, et avec les scandales ambiants, vous avez quelques individus qui influencent en mal la vie de milliers (ou de millions) de personnes. Qui sont-ils ? Les législateurs, s’autoprotégeant, ne permettront jamais la transparence que l’on pourrait exiger. La balance des pouvoirs entre électeurs et élus, en démocratie n’existe pas. On voit le résultat. Mais il y a des raisons historiques à cela, qui remontent à la révolution française. Car, depuis, on craint les multitudes ; mais c’est un autre sujet.


        • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 25 février 2013 18:08

          PARLONS EN des jeunes genre pelTier de L UMP eore étudiants a 40 ans comme JEAN

          SARKOZY


          • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 25 février 2013 18:09

            rajout ENCORE ETUDIANTS A 40 ANS

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès