Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Un vote blanc reconnu plutôt qu’une abstention

Un vote blanc reconnu plutôt qu’une abstention

Les niveaux de participation, tous scrutins confondus, sont tels que les élus peinent à rassembler une majorité de citoyens. Ainsi aux dernières présidentielles, Nicolas Sarkozy a-t-il recueilli au second tour un peu plus de 53% des suffrages exprimés. C’est-à-dire que compte tenu de l’abstention et des votes nuls et blancs, il n’a finalement été élu que par à peine 43% des électeurs. Encore ce résultat ne tient-il pas compte des non-inscrits !
 
Des élus généralement minoritaires
 
Que dire des élections locales, qui connaissent une désaffection plus prononcée, sinon que Martine Aubry, apparemment brillamment réélue avec plus de 66% des voix, n’a en réalité recueilli qu’un bon 28% du total des électeurs inscrits.
 
La tendance à l’abstention s’affirme depuis plusieurs décennies. Parallèlement, le vote nul ou blanc, bien que marginal, s’est élevé progressivement à un niveau généralement compris entre 3 et 5%.
 
Plutôt que de nier son existence en ne le comptabilisant pas parmi les votes exprimés, peut-être faudrait-il lui reconnaître des vertus, ce qui supposerait également d’oser considérer le « parti de l’abstention » comme un phénomène politique déterminant. En effet, il est probablement réducteur d’associer le fait de ne pas voter à du je-m’en-foutisme où à de l’incivisme. Il s’agit là d’une posture possible mais il en est d’autres, qui vont du rejet du système à la défiance à l’égard de la classe politique, en passant par la volonté de sanctionner ou par un désarroi face à des partis qui apparaissent interchangeables ou extrémistes.
 
De l’abstention comme rejet…
 
Si les abstentionnistes systématiques sont minoritaires, les votants systématiques se font moins nombreux, c’est donc que de plus en plus de citoyens se laissent tenter par l’abstention occasionnelle. Fondamentalement, la démocratie représentative semble avoir atteint ses limites. La confiance aveugle en un parti n’est plus de mise. Le blanc-seing accordé à un élu se fait rare.
 
Loin de manifester du désintérêt, l’abstention peut révéler un positionnement à l’égard de la sphère politique. En matière de civisme, elle ne semble pas forcément moins honorable que d’autres attitudes. Voter systématiquement pour un parti parce qu’on y est attaché affectivement confine à l’aveuglement. Voter aux extrêmes pour punir relève de la facilité mais peut conduire au pire. Choisir un candidat sur sa bonne tête n’est souvent qu’un substitut à l’indécision.
 
Si les électeurs qui ne veulent plus voter ou qui ne savent plus pour qui voter sont de plus en plus nombreux, leur abstention reste perçue comme un acte négatif ou stérile. Ceux qui votent se rassurent en culpabilisant les abstentionnistes. La propagande officielle confond volontairement le droit de vote avec le devoir de voter. La plupart des commentateurs ressassent des regrets quant aux faibles taux de participation, évacuant ainsi un peu facilement le sujet.
 
…au vote blanc d’opposition constructive
 
Or le vote blanc apparaît comme une possibilité de transformer un acte de rejet en opposition constructive, à condition de le considérer comme un vote exprimé. En termes de démocratie, les avantages pourraient être multiples, tant sur le plan individuel que sur le plan collectif.
 
En votant blanc, le citoyen exprime dès lors ouvertement une insatisfaction ou un mécontentement. Si les raisons n’en sont pas clairement identifiables, du moins la reconnaissance pleine et entière de son vote lui redonne-t-elle des raisons d’espérer en la chose publique. Au niveau du corps social, l’ampleur du vote blanc constitue en quelque sorte un baromètre reconnu du degré d’adhésion au système politique, que les élus ne peuvent pas ignorer. Contrairement à l’abstention actuelle qui reste sans effets, le vote blanc officiellement exprimé oblige les élus à se remettre en cause.
 
Un rééquilibrage démocratique
 
Cette influence peut devenir déterminante à partir du moment où un système de seuils est mis en place, de façon à assurer une véritable légitimité aux élus. Le cas de figure extrême d’une élection empêchée par un niveau trop élevé de votes blancs ne doit pas faire peur. Il pourrait s’agir au contraire d’un ferment de réconciliation entre les citoyens et les élus. Les premiers se verraient reconnaître une forme de souveraineté, les seconds tireraient leur crédibilité d’une confiance retrouvée dans le système électoral. Cette forme de rééquilibrage encouragerait une action politique susceptible d’entraîner l’intérêt, l’adhésion, voire l’appropriation par des franges non négligeables de citoyens.
 
 
© Van Gheluwe 2010
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (30 votes)




Réagissez à l'article

60 réactions à cet article    


  • Souffle Souffle 4 mars 2010 08:29

    J’ai longtemps milité moi-même pour cette reconnaissance du vote blanc.


    A l’heure actuelle, il n’est absolument plus reconnu (comptabilisé avec les nuls, non annoncé dans les médias, etc.).

    Mais on se heurte toujours au même problème, il faudrait une volonté conjointe des politiques et des médias pour mettre en oeuvre une réforme (plutôt pour redonner son essence au vote blanc) qui va à leur encontre...
    Ce serait utiliser son intelligence à ses propres dépends, faut pas rêver...

    • alphapolaris alphapolaris 4 mars 2010 08:45

      Il faut aller plus loin :

      20% d’abstentions ? 20% de députés en moins à l’hémycycle.

      30% de votes blancs ? 30% des votes de l’hémycycle viennent d’un collège de citoyens tirés au hasard.

      Mandant à durée variable. L’élu reste en place tant que ses promesses sont tenues (au moyen d’un cahier des charges déposé lors de son élection). C’est comme dans les entreprises : tu restes tant que tu fais le boulot qu’on t’a demandé.

      Pas de reconduite de mandat. Aujourd’hui, la peur de ne pas être reconduit par leur parti pour le prochain mandat amène les élus à servir davantage leur parti que les citoyens. De plus, l’accès au pouvoir est un privilège rare et pas un travail à vie. Il faut renouveller ceux qui y ont accès. 

      Système de vote par point. Voter par une seule voix de façon binaire était peut être la solution au XVIIIème siècle, quand le commun des gens étaient moins éduqués et cultivé qu’aujourd’hui, mais parait infiniment trop grossier aujourd’hui. Nous sommes au XXIème siècle. Hélas, par sa complexité ce système de vote par point entraîne l’utilisation de machines à voter, mais cette difficulté n’est pas insurmontable.

      Ne plus voter pour une seule personne mais pour un groupe. Il faut voter pour des idées, et non pour quelqu’un (qui est sympathique et bonimenteur par exemple). La personne au pouvoir serait soit choisie au hasard dans la liste, de façon permanente ou par roulement, soit fonctionnerait en collège (comme le conseil constitutionnel).

      Créer plus de pouvoirs que les trois actuels. Exécutif, Législatif, Judiciaire, Contrôle (CNIL, CRIIRAD), Citoyen (appel au référendum, plainte collective, saisie du conseil constitutionnel, vote de confiance), ...

      Ce ne sont que quelques idées, plus ou moins bonnes. Il est temps de penser à une renaissance démocratique. Avec internet, nous pouvons le faire


      • Kristen Kristen 4 mars 2010 13:25

         le nouvel economiste avait retenu huit pouvoirs .politique administratif judiciaire social économique spirituel intellectuel médiatique ...et aborder la refondation de la République ...

        le politique en effet est au ordre du pouvoir économique et social pour ne pas dire autre chose l « administratif » en roue libre ni respecteux des citoyens qu il est censé servir ni respecteux des choix « politique...
         quant au pouvoir mlédiatique les grands patrons ne s ysont pas trompés en devenant propriétaires des organes de presse pour limiter la liberté d information..

        Enfin au nom de laicité on a préfére ignorer le pouvoir spirituel .. quant au pouvoir intellectuel avec la main mise sur les médias les »penseurs libres " ne peuvent alimenter la reflexion citoyenne quant aux alternatives possibles et réalistes....

        je pense qu en repensant notre République autour des ces huits pouvoirs on aboutirait à une République digne de ce nom et plus en phase avec les réels pouvoirs .


      • le naif le naif 4 mars 2010 08:48

        @ L’auteur

        Merci pour cette excellente analyse avec laquelle, je suis d’accord en tout point.
        J’aime ces journées électorales où heure après heure, on nous informe des taux de participation, puis à l’annonce des résultats les commentateurs y vont de leur petit couplet pour déplorer le taux d’abstention, les politiques en plateau prennent un air mi contrit, mi réprobateur et dix minutes plus tard, chacun se félicite de sa réélection en oubliant qu’au mieux ils ne représentent que 25 à 30% des inscrits, bref le bal des faux-culs.

        Depuis quelques années, comme le monstre du Loch Ness, on évoque régulièrement la possibilité de rendre le vote obligatoire, mais bien sûr, sans modifier la comptabilisation des votes blancs et nuls, la manœuvre est claire, redonner un semblant de crédibilité aux élus à peu de frais. Sans parler du fait que vouloir rendre la démocratie obligatoire est pour le moins curieux.....

        Mais surtout en ce qui me concerne, le point de non retour a été atteint avec le TCE, où le résultat du référendum était net et pour une fois après un vrai débat et un fort taux de participation. Qu’à cela ne tienne, nos « représentants élus » n’en n’ont tenu aucun compte et ont voté exactement à l’opposé......

        Enfin, je pense qu’avec les machines de vote électronique, ces petits désagréments seront vite résolu, on a déjà eu un aperçu de ce que cela pourra donner avec la première « élection » de Bush.........

        Slts


        • voxagora voxagora 4 mars 2010 08:57

          Au risque de choquer,
          ce que je demande c’est que L’ABSTENTION soit reconnue.
          Car l’abstention est un acte au même titre que le vote.


          • JoëlP JoëlP 4 mars 2010 09:58

            Parmi les abstentionnistes, il y a un grand nombre de beaufs qui ne s’intéressent qu’à leurs fesses et leur petites affaires et ne veulent même pas prendre le temps de passer au bureau de vote.


            Comme l’auteur de l’article, je suis étonné que le vote blanc ne soit pas comptabilisé depuis le temps qu’on en parle. Je pense que les politiques de tous bords n’en veulent pas car ils ont la trouille. Ils sont très contents que la seule possibilité de vote soit l’UMPS ou des partis qui n’ont pas vraiment vocation à gouverner sérieusement sans foutre la trouille à tout le monde. 

          • voxagora voxagora 4 mars 2010 16:12

            à JoëlP,
             Que ne met-on pas sous ce terme de « beauf ! »
            Certains sont juste occupés à survivre et ne peuvent tout simplement
            pas participer à un système qui les broie.
             Pendant que certains ne sont sur les listes électorales
            que pour s’occuper de leurs propres fesses, en culpabilisant,
            en plus, les citoyens avec des boniments auxquels eux-mêmes
            ne croient pas.
             Personnellement, pendant des années j’ai voté « comme un 
            seul homme ». Depuis 2002 très exactement c’est au cas par cas.


             


          • JoëlP JoëlP 4 mars 2010 16:38

            En fait les abstentions sont comptées puisque le premier chiffres que l’on donne est celui là. 

            Je ne suis pas contre le refus de vote mais il me semble qu’il serait plus explicite si on comptabilisait (et encore mieux si on prenait des actions comme suggéré) les votes de gens qui se déplacent pour dire : « Désolé, aucun des candidats ne me convient » 

          • olivier cabanel olivier cabanel 4 mars 2010 09:51

            à l’auteur,
            bien sur, vous avez raison, et je l’ai évoqué à plusieurs reprises dans mes articles, avec d’autres,
            mais que proposez vous pour que le vote blanc soit pris en compte ?
            est ce que cela peut provoquer dans votre esprit l’impossibilité des candidats à se représenter, lorsqu’ils sont mis en échec par ce vote blanc ?
            comment voyez vous çà ?


            • le naif le naif 4 mars 2010 10:20

              Bonjour Olivier

              Le TCE ne devait-il pas instaurer le référendum d’initiative populaire ????
              Auquel cas nous pourrions peut-être réclamer la comptabilisation du vote blanc. Faute d’avoir réussi à empêcher son adoption, nous pourrions peut-être nous en servir, mais j’avoue mon ignorance sur le sujet, quelqu’un pourrait-il nous éclairer sur les modalités d’un tel référendum ??

              Slts


            • pingveno 4 mars 2010 10:56

              Le TCE ne devait-il pas instaurer le référendum d’initiative populaire ????

              Non, il devait instaurer le droit de pétition à destination du parlement européen et de la Commission, cette dernière pouvant cependant se réserver le droit de classer sans suite (sic)
              Autrement dit il instaurait le droit de prêcher dans le désert.

              En fait ce traité, comme ceux qui le précédaient, indiquait très clairement que les pays européens devaient être à démocratie représentative, ce qui équivaut donc à rejeter la démocratie directe (comme en Suisse) et donc le RIP qui en est l’expression la plus courante.

              Une raison de plus de rejeter ce traité.


            • TSS 4 mars 2010 11:46


              petit exemple :le decret d’application pour les « class actions » à la française est toujours dans les

              tiroirs et il n’est pas prêt d’en sortir ,trop dangereux pour les gouvernants... !!


            • gimo 5 mars 2010 01:08

               

              Vous êtes entrain de disserter sur les institution s


              ils est inscrit que le peuple décide par voie référendaire

              le TCE a été voter ET ne peut qu’ être appliquer !!


              dons il n’a pas été respecter sarko doit être poursuivi

              de non respect et de trahison des institutions

              et personne ne bouge ?


              DONC EN PLUS

              ( donc le TCE ET NUL ET NON AVENU°

              ET VOUS PARLEZ de savoir si le vote blanc est légale

              a croire que la loi est faite que pour les gens qui ont peur !!!

              sako le sait lui il en rigole de voir que personne ne bouge


              soyez des hommes merde pour une fois RESPONSABLES

              pour avenir de vos enfants (quel exemple vont avoir de vous)

              arrêtez la servitude volontaire

              gimo


            • Internaute Internaute 4 mars 2010 09:54

              Plus simplement on pourrait faire comme en Serbie. Certaines élections, comme la présidentielle, sont annulées lorsque le nombre de votants n’atteint pas un certain seuil (50%).

              Le vote blanc n’est pas une solution car beaucoup de gens l’assimilent à une abstention, plus clairment, donnent à l’abstention la même valeur qu’à un vote blanc. Dans ces conditions, pourquoi aller se déplacer ?


              • Bélial Bélial 4 mars 2010 10:57

                Si tous les abstentionnistes des élections européennnes avaient voté blanc, ça aurait eu de la gueule, et là impossible de dire les gens ne s’intéressent pas à cette élection. 


              • dhbasse dhbasse 4 mars 2010 10:01

                très bonne analyse, merci !
                malheureusement, dans la constitution, au titre II article 7, il est dit  : "Le Président de la République est élu à la majorité absolue des suffrages exprimés"

                et si on commence à comptabiliser les votes blancs, il n’y aurait plus de président d’élu car on arriverais jamais à la majorité absolue...

                donc à moins de modifier la constitution ça ne peux pas marcher...

                et je ne suis pas persuadé que les hommes politiques soit impatients de modifier des textes qui les confortent dans leur petit confort et les autorisent à faire abstraction de la désaffection des électeurs...


                • LaEr LaEr 4 mars 2010 11:00

                  "élu à la majorité absolue des suffrages exprimés"
                  Ça dépend, le conseil constitutionnel pourrait reconnaître l’expression du vote blanc : le fait qu’aucun candidat ne convient au poste.


                • finael finael 4 mars 2010 15:20

                  Comme je l’ai écrit dans mon commentaire le vote blanc (ou nul) est bel et bien un suffrage exprimé : l’électeur s’est déplacé a présenté sa carte d’électeur et ses papiers d’identité, a été reconnu et émargé sur les listes électorales du bureau et accompli l’acte de vote.

                  La Constitution ne dit pas « suffrages exprimés en faveur de l’un ou l’autre candidat officiel ».

                  Par le vote blanc (ou nul) l’électeur s’exprime en disant « aucun candidat ne me convient ».

                  Donc point n’est besoin de modifier la Constitution, il suffit de l’appliquer.


                • Gueudin 4 mars 2010 11:27

                  Le Traité de Lisbonne entré en vigueur le 1er décembre 2009 prévoit l’initiative citoyenne européenne dans son article 11 TUE (Traité sur l’Union Européenne)8 qui dispose que « Des citoyens de l’Union, au nombre d’un million au moins, ressortissants d’un nombre significatif d’États membres, peuvent prendre l’initiative d’inviter la Commission européenne, dans le cadre de ses attributions, à soumettre une proposition appropriée sur des questions pour lesquelles ces citoyens considèrent qu’un acte juridique de l’Union est nécessaire aux fins de l’application des traités »


                  Après je ne connais pas les modalités pratique, ni même si cela été appliqué depuis.

                  • Gueudin 4 mars 2010 11:28

                    Mon doigts a encore glissé. C’est en réponsa à LeNaif


                  • le naif le naif 4 mars 2010 13:21

                    Merci Gueudin smiley


                  • finael finael 4 mars 2010 11:50

                    Bonjour,

                    Je suis depuis fort longtemps en faveur de la prise en compte des votes blancs et nuls dans les élections.

                    Et il m’est assez souvent arrivé de pratiquer l’un ou l’autre.

                    L’électeur qui vote « blanc » (pas de bulletin dans l’enveloppe) ou « nul » (bulletin rayé ou déchiré), a rempli son devoir citoyen, contrairement à ce que veulent nous faire croire politiciens et media, il s’agit bel et bien de votes exprimés.

                    Un ou une candidat(e) ne devrait pas pas pouvoir être élu(e) sans la majorité de ces votes exprimés.

                    Par contre je m’oppose à la réduction du nombre de députésà l’assemblée. Il y a plusieurs moyens d’y pallier, en particulier l’organisation d’un troisième tour, le scrutin uninominal, la désignation par tirage au sort, ou au plus fort reste, ou ... de candidats « non-éligibles » en raison de leur place sur les listes (souvent des femmes ou des représentants des minorités), etc ...


                    • saint_sebastien saint_sebastien 4 mars 2010 12:25

                      BlaBLa de bobos ...

                      Si aucune formation ne vous intéresse , alors creez la votre et présentez vous aux elections , la démocratie c’est pas juste attendre que d’autres se présentent , mais aussi s’engager tout le jour.
                      Enfin le vote est un choix , si on ne veut pas choisir on reste chez soit.
                      Je ne vois pas comment donner un quelconque sens au vote blanc , puisqu’il n’en a aucun. 

                      • le naif le naif 4 mars 2010 13:01

                        Mon Ami avant d’être aussi péremptoire dans tes propos, essaye déjà de militer au sein d’un syndicat et fait l’expérience de la démocratie même au sein d’un petit parti et on en reparlera.
                        Le système UMPS est bien verrouillé
                        Le vote blanc exprime le fait que l’on exerce son droit de vote mais qu’aucune offre ne correspond à nos attentes, ensuite, pour lui donner un sens, il faudrait déjà le comptabiliser, qu’il serve à invalider une élection par exemple et peut-être alors les politiques seraient obligés de faire le nécessaire pour être élu au lieu de faire du clientélisme et/ou du carièrrisme ....

                        Slts


                      • Gueudin 4 mars 2010 13:23

                        Hum le sondage Agoravox pour les régionales ne comprends pas de case « Blanc / Nul »...


                        • le naif le naif 4 mars 2010 13:26

                          Le dernier sondage AVOX

                          Voter

                          Listes Lutte Ouvrière


                          • Listes NPA
                            Listes Front de Gauche
                            Listes Parti Socialiste
                            Listes Divers Gauche
                            Listes Vert Europe Ecologie
                            Listes Alliance Ecologiste Indépendante
                            Listes MoDem
                            Listes UMP, Nouveau Centre, CPNT, MPF
                            Listes Divers Droite
                            Listes Front National
                            Autres listes

                          Visiblement, le vote Blanc ou l’abstention ne compte pas..........


                          • Gueudin 4 mars 2010 13:40

                            Autres listes est tout de même en seconde position à 18%


                          • Shaytan666 Shaytan666 4 mars 2010 18:37

                            On connait les sondage d’AVOX, aux dernières européennes ils mettaient le PAS a plus de 30% je pense et on a vu le résultat  smiley


                          • viva 4 mars 2010 14:57

                            D’accord avec a peu près tout ce qui a été écrit plus haut

                            Plutot que de voter blanc , pourquoi ne pas ajouter un bulletin « Je ne vote pour aucun des candidats en liste ».

                            Après tout, il est possible en démocratie ne n’être d’accord avec aucun des candidats présents et il est dommageable de ne pas pouvoir l’exprimer ....

                            repensons à l’élection Chirac Lepen, ou des gens ont voté Chirac pour ne pas avoir Le Pen.
                            Il y aurait eu la possibilté de rejouer l’élection ...


                            • no_move no_move 4 mars 2010 15:10

                              Voter c’est cautionner les actes futures de gens que tout le monde sait malhonnêtes et irresponsables.

                              Pour ma part j’ai choisis l’abstention afin de ne pas me rendre complice de toutes leurs malversations.


                              • no_move no_move 4 mars 2010 15:22

                                ...et voter blanc c’est porter de l’intérêt à un système qui entretient l’illusion démocratique.


                              • anamo 4 mars 2010 18:41

                                La politique est un engagement. Celui qui se présente comme candidat a des ambitions, mais surtout des idées à porter, un parti à représenter.

                                Voter blanc, c’est nier la politique, l’homme politique, quel qu’il soit, son engagement.
                                Voter blanc, c’est botter en touche, refuser de S’ENGAGER, alors que l’homme politique s’engage, lui, personnellement.
                                Voter blanc, c’est confier son suffrage à autrui.
                                Voter blanc, c’est valider le système en l’état, le conforter, non le critiquer

                                Voter blanc est antidémocratique
                                Du FN au NPA, on peut trouver une excuse à l’abstention, pas au vote blanc.


                                • HELIOS HELIOS 4 mars 2010 23:56

                                  La citoyenneté dans une democratie representative, c’est choisir ceux que l’on juge aptes et porteurs des valeurs qu’on souhaite voir mises en oeuvre. La démocratie n’implique pas la presence de partis politiques.

                                  Dans un systeme electoral juste...

                                  Voter blanc, c’est reconnaitre a l’action politique la legitimité qu’on lui confere en la confiant a un representant de confiance si celui ci n’existe pas

                                  Voter blanc c’est ne pas engager sa responsabilité en la confiant a quelqu’un dont on ne partage pas l’engagement.

                                  Voter blanc c’est ne pas confier son suffrage a quelqu’un autre parcequ’on a pas d’autre choix

                                  Voter blanc, c’est apporter une critique constructive dans un systeme qui peut ne pas toujours offrir l’eventail de choix souhaité.

                                  Voter blanc est une option democratique comme une autre, dans un systeme qui ne doit pas etre dichotomique (choisir entre la peste et le cholera)

                                  De plus, quelle que soit le modèle qu’on souhaite, s’exprimer y compris en demandant un autre choix par le vote blanc est legitime alors que l’abstension est inacceptable hors contrainte majeure...il reste toujours la procuration pour y palier.


                                • anamo 5 mars 2010 07:02

                                  Voter, c’est se déterminer, prendre parti, au sens propre et au sens figuré.
                                  C’est un devoir.
                                  Seule une personne engagée politiquement peut, en conscience, s’autoriser à se défausser de ce devoir et voter blanc, car partie prenante.
                                  Consulté démocratiquement et sans contrainte, votez.


                                • Romain Desbois 4 mars 2010 19:34

                                  Avec les règles actuelles voter blanc ou s’abstenir revient à donner sa voix au gagnant.

                                  Je suis pour reconnaître le vote blanc comme suffrage exprimé, mais je n’ai toujours pas trouvé quoi en faire !

                                  Si dans le cas où le vote blanc est majoritaire, que fait-on ? On annule l’élection et on revote plus tard tout en gardant ceux en place en attendant le résultat de sélection ? On interdit les candidats du premier vote et on revote pour d’autres ? En attendant un résultat concret, on vire les élus arrivés en fin de mandat et on demande à l’armée, à l’ONU de gérer l’état jusqu’à ce qu’on trouve un candidat avec une majorité de voix ?

                                  Je n’ai pas la réponse mais demander la reconnaissance du vote blanc ne sert à rien si on ne sait pas qui en faire (j’aurais aimé que l’auteur nous donne des pistes smiley).

                                  Je suis également contre le vote obligatoire (inutile car les abstentionnistes n’auront qu’à voter blanc ou nul. Cela ne changera rien).

                                  En parallèle du vote blanc , il faut aussi revoir les conditions d’accession à la candidature (remplacer les 500 promesses de vote d’élus par exemple), il faut revoir le type de scrutin (permettre que chaque député représente réellement le nombre d’électeur de sa circonscription -actuellement chaque député dispose d’une voix à l’assemblée alors que l’un représente 130 000 électeurs et l’autre seulement 28 000, établir le plus de proportionnelle).

                                  Sujet intéressant que le vote blanc mais il cache d’autres « dysfonctionnements » dela démocratie aussi graves.


                                  • no_move no_move 4 mars 2010 20:58

                                    « Avec les règles actuelles voter blanc ou s’abstenir revient à donner sa voix au gagnant. »

                                    C’est l’argument type de manipulation qui « force » une partie des récalcitrants à aller voter. la meilleure illustration reste 2002 :)


                                  • HELIOS HELIOS 5 mars 2010 00:13

                                    Bonsoir Romain...

                                    Prendre en compte le vote blanc demande une modification des pratiques electorales... et penser que la democratie a un cout, même si comme la santé, elle n’a pas de prix.

                                    point (1) Il faut revoir le mecanismes d’elections, dont la proportionnelle doit devenir la regle, en (par exemple) en donnant un « pouvoir » d’arbitrage a certaines personnes comme le president d’une assemblée, la parité des representants etc... pour garantir une certaine gouvernabilité (voir point 3 éghalement)

                                    Il faut aussi s’assurer que l’offre soit aussi la plus complete possible

                                    Point (2) Dans l’exercice de leur mandat les elus momentanement reconduis doivent perdre une partie de leur prerogatives en cas de report de l’election, ils doivent par exemple gerer seulement les affaires courante, ne prendre des décisions collegiales etc... il y a plein de façon de gerer le cas d’election rejetée par un defaut de representativité.

                                    Point (3) mais pour que ces situations ne se produisent que le moins possible il faut aussi que les elus soit moins « calcifiés » à leur poste. aucun renouvellement de mandat ne devrait etre possible, personne n’est irremplaçable, ce qui fluidifierait l’offre.

                                    Point ’4) De même pour s’assurer que le citoyen effectue son choix en toute connaissance de cause, il faut qu’il puisse suivre l’action de celui a qui il a accordé sa confiance pour le representer. chaque institution doit donc avoir sa « petite cour des comptes et des engagements » pour rendre compte, avec une periode adaptée du travail des elus. C’est de l’administration simple...

                                    Je ne vais pas refaire un code Napoleon, ni une constitution, mais il y a beaucopup, beaucoup de solutions qui rentrent en plus sans chausse-pied dans la constitution actuelle, ou avec des adaptation mineure....

                                    Bonne nuit


                                  • Romain Desbois 5 mars 2010 19:04

                                    no-move

                                    ["Avec les règles actuelles voter blanc ou s’abstenir revient à donner sa voix au gagnant."

                                    C’est l’argument type de manipulation qui « force » une partie des récalcitrants à aller voter. la meilleure illustration reste 2002 :)]

                                    non ce n’est pas de la manipulation, c’est mathématique. A partir du moment où sa voix n’a pas été donné à un candidat, elle a contribué à laisser le gagnant gagné. Tant que les règles ne serontpas changées , en prmeant compte le vote blanc par exemple, il ne pourra en être autrement. Mais pour que cela change, encore faut-il voter pour des candidats qui portent ou se rapprochent du système recherché.

                                    Hélios

                                    Je suis entièrement en accord avec votre analyse. Mais cela ne se mettra pas en place tout seul , en laissant se faire élire par notre abstention ceux qui ne portent pas ce projet.

                                     smiley


                                  • Manu Manu 4 mars 2010 19:39

                                    Je ne suis pas du tout d’accord avec cet article.

                                    Qu’on le veuille ou non, voter signifie faire un choix. Dès lors, il est logique de ne pas comptabiliser les votes blancs.

                                    On peut regretter le manque d’engagement citoyen, mais d’une certaine manière, nous récoltons ce que nous semons.

                                    Nous sommes en démocratie, dans un système multipartiste. Ça serait mentir de dire que nous n’avons pas la possibilité d’exprimer nos préférences.

                                    Comme Condorcet l’a montré, il n’est pas possible à chacun de trouver un candidat idéal : dès lors, c’est au citoyen de faire son « travail » en mesurant le pour et le contre, pour finalement indiquer par son vote la tendance qui correspond le mieux à ses aspirations.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès