Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Une réponse à la crise de la représentativité

Une réponse à la crise de la représentativité

(Suite à l'article "une nouvelle civilisation démocratique", dans lequel j'ai cru bon et nécessaire de m'attarder sur la question du "tirage au sort," en raison de sa prégnance chez de nombreux agoravoxiens, cet article, expurgé de scories tant orthographiques que disgressives, est recentré sur la proposition relative aux modalités de la démocratie représentative.).

La démocratie ce n’est pas que le système de représentation, c’est aussi les contre pouvoirs, et les autres moyens d’expression de la volonté populaire. Cependant le système représentatif est primordial puisqu’il permet la désignation des tenants du pouvoir. C’est une lapalissade de dire que notre système connaît une profonde crise de la représentativité.

les réponses habituelles à cette crise consistent en la proposition de réformes sur les techniques électorales elles- mêmes. il y a mille et une manières de les faire évoluer. ( type de scrutin, circonscriptions électorales, financement électoral, d’exercice des mandats électoraux.. Il y a là, de nombreux leviers juridiques possibles malheureusement bien peu exploités..

De fait, nous avons donc assisté à la lente dégradation de ce système représentatif malgré les 24 réformes constitutionnelles de la Véme République. La dernière de ces dégradations, qui n’a d’ailleurs reçu aucun retentissement ni médiatique est la disparition de l’élection uninominale du Conseiller Général. Or cette élection cantonale était la seule qui permettait à un citoyen individuel de pouvoir se présenter sans grands risques financiers. Alors bien évidemment, il y a quelques avancées. (ex ; le cumul des mandats), mais ça ne renverse pas la tendance.

Aussi certains voient dans l’élection une perversion à supprimer, et imaginent des solutions aussi farfelues que le tirage au sort des représentants du peuple. Cette solution est une impasse dramatique car cela revient à établir une instance décisionnelle quasiment d’essence divine, à laquelle le peuple devra obéissance. En effet le comité « des tirés au sort » serait sensé arrêter la REGLE VRAIE impartiale et objective, qui ne peut être remise en cause sans nier la validité de la procédure. Néanmoins, le tirage au sort a une existence de représentation du peuple ; ce sont les jurys des tribunaux d’assise. Ainsi, si cela est admis en matière de justice individuelle dite « civile », cela devrait être possible en « matière publique », pour le contrôle de nos institutions publiques . Voir notre proposition de « contre pouvoir citoyen » dédié à ce seul contrôle public. ( http://blogs.mediapart.fr/blog/bernard-uguen/180212/pour-un-veritable-contre-pouvoir-citoyen-1 ).

La nouvelle proposition est basée sur les conditions de l’éligibilité. Une des critiques récurrentes du système représentatif par l’élection serait donc que l’élection conduit à la création automatique d’une oligarchie, qui s’entretient ensuite naturellement. Oligarchie, qui à force d’abus de pouvoirs, crée une incompréhension entre les attentes citoyennes et les décisions politiques. La précarisation de cette oligarchie devient donc une nécessité vitale pour la démocratie. En réponse aux multiples conflits d’intérêts entre cette oligarchie politique et l’oligarchie économique, on a aussi tenté de s’attaquer aux conditions d’éligibilité. Ainsi certaines professions devaient être exclues du droit à l’éligibilité. D’autres souhaitent l’inéligibilité des fonctionnaires de catégorie A en raison de leur fonction dédiée déjà au service de l’intérêt général. Il n’y a donc aucun tabou.

Depuis la démocratie grecque, il est reconnu « que seule une aristocratie libérée des conditions du travail était apte à délibérer politiquement. ». Ainsi de fait, le monde politique n’a pas beaucoup changé. En effet, c’est toujours la population libérée des servitudes matérielles qui sont à la manœuvre politique. C’est donc là qu’il nous faut porter l’effort démocratique, en renversant cet ordre des choses par le biais d’une condition d’inéligibilité financière, telle qu’au dessus d’un certain revenu, le citoyen n’est plus éligible. Cette proposition ne rompt pas l’égalité de droit des citoyens, puisque tout le monde conserve le droit de vote, « un citoyen, une voix ».

En France, en 2012, 10 % des salariés gagnent moins de 1142 Euros, 10% gagnent plus de 3317 Euros, et 1 % gagnent plus de 7654 euros. Il semble donc judicieux de fixer le seuil financier qu’il ne faut pas dépasser pour être éligible entre 3317 euros et 3500 euros de telle sorte que seulement de 7 à 10 % des salariés ne puissent pas être candidats aux élections, et à condition que le revenu par ménage ne dépasse pas le double de ce seuil. Le seuil raisonnable pourrait donc être fixé à 3500 euros brut par mois.

En conséquence, il est clair que cette proposition entraîne une diminution de l’indemnité parlementaire, condition évidente pour pouvoir se représenter. ! Mais le principe qu’ « il n’y a pas de pouvoirs sans abus de pouvoir », demeure. C’est la raison pour laquelle cette proposition n’est pas exclusive de toutes les réformes utiles, pour encadrer l’exercice des mandats électoraux.

Cette proposition n’est pas si saugrenue, puisqu’ il est clair que dans notre civilisation basée sur le profit, l’argent est devenu la servitude la mieux partagée. Il est bon et pertinent de s’y attaquer frontalement. Libérée de cette servitude, alors la capacité politique de délibération des conditions de vie reprendra le dessus et sera favorisée.

Le tiers-état doit prendre le pouvoir.


Moyenne des avis sur cet article :  2.14/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 11 juillet 2013 09:04

    Contrairement à l’idéal antique de la démocratie athénienne, où l’assemblée des citoyens concentrait l’essentiel du pouvoir décisionnel et où se pratiquait le tirage au sort, la rotation et la collégialité des fonctions, le pouvoir est actuellement exercé par une classe politique professionnelle. Cette professionnalisation proche de l’oligarchie prolonge le principe que tout le monde n’est pas capable d’exercer des charges gouvernementales, et qu’il est nécessaire de gouverner à la place d’une opinion publique jugée versatile et dangereuse..........

    voir : QUEL AVENIR POUR NOS DEMOCRATIES ?


    • bernard29 bernard29 11 juillet 2013 09:54

      chez les Grecs anciens , c’était une oligarchie de personnes libérées des servitudes de travail ( la noblesse « rentière » en quelque sorte ) qui était considérée comme seule apte a délibérer des idées politiques. Si certaines fonctions « techniques » où « se pratiquait le tirage au sort, la rotation et la collégialité des fonctions », étaient importantes pour la vie de la cité, il n’empêche qu’il y avait lutte (mortelle, même) pour garder ou prendre le pouvoir politique. 


    • bernard29 bernard29 11 juillet 2013 11:18

      Réalisme ou « idée en l’air ». 

      les question essentielles de notre civilisation sont l’individualisme et le matérialisme. Ce qui signifie que l’intérêt individuel a pris totalement le pas sur les questions d’intérêts général. Pour les assouvir c’est la course au profit et l’argent. Pour « les perdants » de cette course, l’argent aussi est devenu un but ne serait-ce que pour assurer leur propre survie L’intérêt individuel qui se traduit par la course à l’argent rend les individus très « intelligents » ou malins. Ces derniers imaginent ainsi toutes les solutions pour satisfaire leurs besoins individuels. En particulier, un des moyens supplémentaires, dont ils se dotent, est le détournement d’organismes de défense ou de promotion de leurs propres idées, en corporations au service de leurs intérêts privés. Dans tout cela, l’intérêt général de la société est largué.. Il faut donc rompre cette tendance dévastatrice et, peut être, montrer que l’intérêt général ce n’est pas « la somme de ces intérêts individuels ». Bien entendu tout le monde affirme ce principe convenu, mais ce n’est plus, ou moins que jamais, notre réalité sociétale. C’est pour cela que la proposition de limiter l’accès à la fonction de candidat à une élection chargée de définir l’intérêt général, doit être dissociée, autant que possible, de la question de la course à la l’argent.. Enfin, ce serait pas mal, à mon avis, mais je crois qu’elle peut choquer beaucoup de monde, puisque ceux qui s’intéressent aux questions sur « l’intérêt général », et qui en débattent, sont des gens qui en général, sont relativement libérés des soucis pécuniaires quotidiens. Ils ne sont pas nombreux puisque la précarité se développe dans une société qui arrive au bout de la croissance indéfinie, et qu’en fait, pour notre malheur, c’est qu’il est très difficile de se libérer de la servitude de l’argent. 

       


      • bernard29 bernard29 11 juillet 2013 14:53

        Je ne vous parle pas du tirage au sort. (vous êtes obnubilé ou vous le faites exprès pour imposer votre lubie dans toutes les débats et discussions. ). Vous devriez changer de pseudo. Il ne correspond pas à votre maladie chronique.

        Mon article traite de l’élection des parlementaires. Et votre repris de justice, ayant purgé sa peine et/ou remboursé sa dette à la société, y a toute sa place


      • bernard29 bernard29 11 juillet 2013 17:21

        c’est aux 20 députés et sénateurs que je fais la proposition. je la mets en débat démocratique. Et je suis très content parce qu’elle vous énerve .


      • bernard29 bernard29 11 juillet 2013 17:21

        faute ; c’est (pas) aux


      • spartacus spartacus 11 juillet 2013 15:30

        Le déni du talent, la ségrégation par l’argent. Pas terrible cette idée.


        Etre politicien ne se décrète pas, c’est un sacerdoce. Cela nécessite des qualités d’altruisme, de vision ou convictions et de communication. Le tirage au sort ne donne pas ces qualités. 

        Ensuite une ségrégation par l’argent est abjecte. Au nom de quelle étique celui qui gagne bien sa vie n’aurait pas le droit a élection. L’auteur limite son schéma de pensée à des revenus salariés et statiques. Bien des professions ont des revenus aléatoires, un bon revenu d’une année peut suivre un mauvais revenu l’année suivante.

        Par exemple, la loi oblige un « quota de femmes » dans les élections. C’est ainsi que dans de nombreuses mairies des gens compétants « homme » sont écartés, au profit de femmes incompétentes qui ne sont là que par le fait d’être « femme ». 

        L’important chez un élu c’est sa compétence, sa motivation. Le tirage au sort ne règle pas ce minimum. 

        • bernard29 bernard29 11 juillet 2013 15:59

          Bonjour,

          1) tout d’abord , évacuons les insertions relatives au tirage au sort ; ce n’est pas l’objet de la proposition.

          2) vous dites ; « Le déni du talent, la ségrégation par l’argent. Pas terrible cette idée. » parce que vous croyez que le talent est fonction de la somme d’argent gagnée ?? et de quel talent parlez vous ?

          3) « Au nom de quelle étique celui qui gagne bien sa vie n’aurait pas le droit a élection. »

          • ce n’est pas une éthique, c’est un critère d’inéligibilité rajouté a la liste. 
          • Ce n’est pas celui qui gagne bien sa vie, c’est celui qui dépasse un plafond.

          4) « L’auteur limite son schéma de pensée à des revenus salariés et statiques , revenus variables etc.. »

          Je ne limite rien du tout, je soumets une proposition que je pense raisonnable, sur le niveau des revenus de l’année précédent une élection. ( comme pour les déclarations de revenus , on prend l’année précédente). La discussion est ouverte. Hollande trouve qu’on est riche a partir de 4000 euros brut/mois. En ce qui concerne ma proposition je préfère m’appuyer sur des statistiques de l’INSEE. Vous êtes tout a fait libre de faire une autre proposition.


        • spartacus spartacus 11 juillet 2013 17:15

          Un politicien peut être talentueux. Le tirage au sort ne permet pas qu’ils se manifestent.


          Donc celui qui dépasse un « plafond » est exclus socialement du gouvernement ?
          . Juste un critère « anodin » de ségrégation. Juste un critère politique visant à exclure les 
          déviationnistes qui oseraient représenter ceux qui gagnent de l’argent.
          A ce titre pourquoi pas un critère religieux ? Un critère physique ? un critère sexuel ? un critère local ? Un critère moral de la pensée ? un critère génétique ? Un critère de couleur de peau ?

          Vous avez inventé le totalitarisme par le « critère » .....
          Staline envoyait ceux qui ne répondaient pas aux "critères aux goulag, Mao aux Laogai, Pol Pot en camps d’extermination...

        • bernard29 bernard29 11 juillet 2013 17:32

          Mais qu’est ce vous avez Spartacus ? une crise d’urticaire ??

          - a) « Juste un critère « anodin » de ségrégation. Juste un critère politique visant à exclure les déviationnistes qui oseraient représenter ceux qui gagnent de l’argent. »

          OUI, si les gens veulent courir après l’argent, il vaudrait mieux qu’ils ne s’occupent pas de politique et restent dans le privé. Ainsi mon critère leur indique que le temps des cumuls « privé -public » c’est fini, et qu’on ne pourra plus faire fortune dans le public.

           
          - b) « A ce titre pourquoi pas un critère religieux ? Un critère physique ? un critère sexuel ? un critère local ? Un critère moral de la pensée ? un critère génétique ? Un critère de couleur de peau ? »
          mais où allez vous chercher vos idées, cher Spartacus ? sérieusement vous envisagez de faire de telles propositions ? Bonjour chez vous !!!

        • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 2 août 2013 10:19

          il n’y a plus ni de république ni de DEMOCRATIE EN FRANCE

          MALGRE nos 40 ministres 350 senateurs et 577 élus.................PLETHORIQUES

          CE SONT LES OLIGARQUES DE L AXE WALLSTRET-LA CITY ET LES OLIGARQUES DE BRUXELLES NON ELUS QUI DECIDENT voir le mafiosi josé BARRRRRRRRRRRRRRRRRRRROSO


        • COVADONGA722 COVADONGA722 11 juillet 2013 15:51

          yep spartacus , la solution serait peut etre de limiter le vivier de tirés au sort à des individus ayant déja sacrifiés aux interets de la collectivité
          par exemple :
          eligibles et electeurs uniquement des citoyens ayant effectués 2 ans de services civiques ou militaires .

          Pour ce qui est des compétences nous avons l’exemple d’énarques ou meme de grand chirurgien totalement incompetent comme politique ! Tout simplement parce qu’ils ne savent pas s’entourer ou prendre l’avis de techniciens compétents !
          On demande aux politiques une vision : le faisabilité relevant des techniciens .

          Asinus : ne varietur


          • bernard29 bernard29 11 juillet 2013 16:13

            Vous êtes militaire ou un ex militaire, Covadonga 722 ??, car pour avoir fait deux ans de service militaire il faut être né avant la guerre d’Algérie.

            - « On demande aux politiques une vision : le faisabilité relevant des techniciens » Houla ! Une vision !! quekcça !!! 

            Si on demandait plutôt aux parlementaires élus « du bon sens, du sens critique, et une certaine sagesse !! » ce serait déjà beaucoup puisqu’ils seraient un peu moins arrogants.


            • COVADONGA722 COVADONGA722 11 juillet 2013 16:40

              @bernard29
               bonjour je ne fais pas une fixation sur l’aspect militaire un service civil me conviendrais aussi , en clair :infirmiere plombier ingenieur ect.. 1 à 2 ans offert a la collectivité ,sans etre
              une garantie totale me semblerait une preuve d’interet pour la collectivité et justifierais
              cette sorte de vote « censitaire » : eligible et electeur

              .je conviens que le terme « vision »peu sembler désuet j’ai choisis le raccourcis ,votre définition me convient .

              Asinus : ne varietur


            • Peretz1 Peretz1 11 juillet 2013 16:33

              à l’auteur. "...sont relativement libérés des soucis pécuniaires quotidiens. Ils ne sont pas nombreux...« Comme tu a pu le constater dans mon dernier post, les membres du »Conseil supérieur de la citoyenneté" que je propose, ne siègeraient pas longtemps. Ils reviendraient en permanence à leur quotidien, ce qui aurait le double avantage de ne pas les asservir matériellement à leur fonction, et surtout de leur permettre de mieux connaître et faire passer les revendications et demandes de la population à satisfaire.


              • ecolittoral ecolittoral 16 juillet 2013 10:17

                la crise de la représentativité commence par les sureffectifs et le mille feuille !

                Choisir telle ou telle façon d’être représenté est hors sujet.
                Débarrassons nous des 47000 fonctionnaires de Bruxelles donc de l’UE.
                Dégraissons les deux chambres avec 80 ou 100 « représentants » par chambre (maximum).
                Faisons ensuite le ménage aux échelons locaux.
                Changer de constitution ou de mode de scrutin pourra se faire, le jour ou les compétences et attributions de chacun auront été clairement définis ET comprises par tous.
                On en est loin.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès