Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Violence chez les jeunes : des programmes de télévision toujours mis en (...)

Violence chez les jeunes : des programmes de télévision toujours mis en cause

Le 4 septembre dernier, à Créteil, un jeune homme mis en examen pour le meurtre de son ex-compagne a affirmé s’être inspiré d’un épisode de la série policière "Les Experts : Miami" pour effacer les traces de son meurtre. Après avoir déposé le corps de sa victime dans la baignoire de la salle de bains, il l’a lavé et a nettoyé la scène du crime au dissolvant. Il a ensuite quitté les lieux, en ayant pris soin d’emporter avec lui habits et serviettes tachés de sang.

Ce terrible meurtre relance les interrogations sur l’influence de la télévision. Comme la publicité conditionne les achats chez les jeunes, particulièrement en ce qui concerne les marques (Adidas, Puma, etc.) portées par leurs héros favoris, les films et séries seraient susceptibles de conditionner leur comportement. Le drame va probablement relancer la polémique sur les effets de la banalisation de la violence dans les médias, mais aussi sur les conséquences de la dangerosité de ces programmes sur des êtres fragiles et sensibles. La violence chez les jeunes semble souvent liée aux différents programmes de télévision proposés… Mais alors, quelle solution trouver à ce problème ? Interdire ? Censurer ?

Des programmes de télévision déjà mis en cause

Ce sordide fait-divers n’est que la suite d’une longue liste de meurtres plus insensés et plus macabres les uns que les autres : en avril 2000, un jeune homme de 16 ans, qui avait vu le film Scream, a agressé ses parents à coups de couteau, en Île-de-France. Le même mois, un jeune de 19 ans armé d’un couteau et portant le déguisement du tueur du film a été interpellé devant une gare de la région parisienne. Eté 2000, cinq jeunes d’une vingtaine d’années ont été arrêtés et mis en examen après avoir été soupçonnés du viol d’une coiffeuse, toujours en Île-de-France. Ils avaient utilisé des masques de Scream… La violence chez les jeunes inspirée de films ne s’est donc pas éteinte. Le sempiternel débat sur la violence dans les programmes de télévision pourrait apporter de sérieux arguments aux tenants de son influence néfaste sur le (jeune) public. La question du passage à l’acte se pose alors. Le spectacle de la violence rend-il violent, favorise-t-il le passage à l’agression dans la vie réelle ?

Processus d’identification de l’enfant et violence chez les jeunes

La personnalité d’un enfant se construirait à travers des processus d’imitation et d’identification. Le Dr Stephane Clerget, pédopsychiatre, écrit dans son ouvrage « Ils n’ont d’yeux que pour elle (…) c’est à partir du moment où l‘enfant se reconnaît dans le miroir - c’est-à-dire se reconnaît en tant qu’humain - qu’il associe progressivement l’être et sa représentation, se mettant alors à imiter autant le modèle humain dans sa réalité que sa représentation télévisuelle ». Les programmes de télévision diffusés font donc partie intégrante de la vie de l’enfant et sont susceptibles de provoquer, par un processus d’identification, cette véritable déferlante de violence chez les jeunes. Autre fait étudié, le Journal of the American Medical Association a publié une étude sur l’impact de la violence à la télé (10/06/92). Dans les pays ou régions équipés de réseaux TV, on a observé, dès l’apparition du nouveau média, une explosion de violence sur les terrains de jeux pour enfants, puis, quinze ans plus tard, un doublement du nombre des meurtres. Pourquoi ce laps de quinze ans ? Parce que c’est le temps qu’il faut à un enfant brutalisé à l’âge de 3 à 5 ans pour atteindre « l’âge du premier crime ».


Moyenne des avis sur cet article :  3.91/5   (66 votes)




Réagissez à l'article

36 réactions à cet article    


  • Adolph Morice 11 septembre 2008 09:22

    Bon article !

    Les journalistes et les hommes politiques stygmatisent souvent d’autres vecteurs comme le cinema et les jeux videos, alors que la violence (meurtres, tortures, viols) est disponible à toute heure sur le petit ecran.

    Mais comme c’est une histoire de gros sous, personne ne bronche.


    • maggie maggie 11 septembre 2008 10:18

      Je trouve votre sujet un peu convenu. Pour la référence à Stéphane Clerget, précisons tout de même que c’est le psychiatre attitré des émissions de réservoir prod et qu’il bouffe quasiment à tout les rateliers. Je ne pense pas qu’il soit une grande référence pour sa profession et qu’il fait surtout office de caution médicale pour ces émissions voyeuristes. On n’a pas attendu la télévision pour se taper sur la tronche. Renseignez-vous sur les moeurs d’autres époques, la violence y était sensiblement plus violente et destructrice qu’aparavant. Il ne faisait pas bon de se balader à White Chapel à l’époque victorienne.


      • Phil__ Phil__ 11 septembre 2008 10:21

        C’est un peu bidon de dire que la tv rend violent.
        il y a en moyenne 5 millions de gens qui regardent " les experts ", il n’y a pas 5 millions de meurtres le lundi matin.
        C’est quand même un peu réducteur que c’est la faute à la tv ou aux jeus videos.
        Je m’éclate avec des jeux sanglants sur PC ou console,je ne suis pas violent pour autant, je ne compte pas assassiné ma femme et mes enfants avec un masque de scream et éffacer mon forfait dans les regles de l’art façon expert ou Agatha Chistie.
        Et oui !! on oublie facilement la violence et l’art du meurtre dans la literature !!


        • ash ash 11 septembre 2008 10:22

          Je suis très partagé par cet article : comment peut-on affirmer que la télé/l’émission a *poussé* à l’acte ?

          De ce que je lis de vos exemples, nous avons dans un cas :
           - une personne qui s’est *inspirée* d’une série pour *maquiller* un crime : la télé ne me semble être qu’une source d’informations, au même titre qu’un polar ou l’internet. Et dans une telle situation de stress (commettre un meurtre !), l’esprit humain aurait tendance à avaler n’importe quoi.
           - dans l’autre, des personnes qui utilisent des masques/costumes issues de la ’franchise’ à succès du moment - ces costumes étaient alors disponibles dans tous les supermarchés - on pourra certes reprocher le merchandising à outrance, mais quand à inciter au passage à l’acte... Mh, il y a un grand pas.

          A titre personnel, ayant affronté toute cette ’violence télévisuelle’ depuis tout petit, je m’estime au pire ’surinformé’ quand à la facon de perpétrer des exactions, mais en aucun cas plus incliné à ’pratiquer’ : entre l’image d’une violence, ma perception du réel/irréel, mon analyse, et les conséquences de son application dans la réalité : autant de barrières qui m’empêchent l’amalgame, même si elle peut susciter l’émotion.

          Je ne nie pas l’accident : des ’personnes faibles’ qui livrées à elles-même franchissent les barrières, fautes d’éducation ou de capacités d’analyse. Mais c’est aussi le cas avec toutes autres choses potentiellement dangereuses : armes en vente libres, pratique du sport de combat ou de la conduite d’automobiles.

          Nous devons ériger certaines limites, mais dans les cas que vous évoquez, il me semble impossible d’affirmer que la télévision est la principale responsable. Ou au même titre qu’un constructeur de voitures lorsqu’un gars ivre, se fout en l’air au petit matin.

          Pour faire vite, j’estime qu’il vaut mieux s’en prendre globalement au foutoir (temporaire ou pas) qu’est l’esprit de certains, une sorte de ’perpétuelle remise dans le contexte général’, plutot que de s’attaquer à toutes les sources potentielles d’exactions : elles sont trop nombreuses pour que l’on en oublie aucune... Et je ne vois pas mon rôle de tuteur dans l’interdiction massive...





          • Souffle Souffle 11 septembre 2008 10:23

            Ce qui me sidère, c’est que personne ne se pose cette simple question :

            Ne serait-ce pas plutôt ces jeunes qui ont trouvé la "bonne excuse" pour leur crime ?

            Je m’explique.

            Cela fait plusieurs années maintenant qu’on nous bassine avec l’influence des jeux de rôles, jeux vidéo, film et maintenant série TV sur la violence des jeunes.

            Si je prémédite mon crime, il est effectivement plus que logique de :
            1. Utiliser une série comme les Experts pour le plannifier en espérant - visiblement à tord - pouvoir plus facilement le maquiller.
            2. Invoquer l’influence de tel ou tel média sur mon comportement afin d’espérer des circonstances aténuantes et/ou être jugé non responsable de mes actes...

            J’irai même plus loin, si j’étais l’avocat d’un criminel je n’hésiterais pas 20 secondes à lui proposer cette ligne de défense déresponsabilisante afin de lui assurer une défense plus efficace.

            Je ne nie pas le fait que certains esprits fragiles peuvent être influencés, mais la proportion est plus que minime et se retrouve vis-à-vis de tous les médias.

            Dans cette affaire, le meurtre était visiblement prémédité et la série des Experts n’est évoqué que parce que le meurtrier s’en est inspiré dans l’espoir de maquiller plus efficacement son crime. Elle n’en est absolument pas le déclencheur...

            Le seul effet de ce genre d’article et de pousser encore plus de criminels à utiliser cette ligne de défense...

            Pour moi la seule conclusion à en tirer c’est que ce criminel avait clairement prémédité son acte...

            PS : je suis joueur depuis ma plus tendre enfance, abreuvé de dessins-animés violents et de séries criminelles depuis très longtemps. Jamais je n’ai ne serait-ce que levé la main sur un de mes concitoyens et nous sommes des millions dans mon cas... arrêter de donner de bonnes excuses aux criminels...


            • civis1 civis1 12 septembre 2008 02:07

              Et moi ce qui me sidère c’est que le commentaire de souffle soit jugé le plus intéressant !
              Je ne suis pas pour le retour d’un ordre moral bien au contraire !
              Je suis pour l’épanouissement des individus à tous les niveaux mais tout de même dire que la télévision et les médias en général n’ont aucun impact sur l’individu c’est quand même trop fort ! 
              Si on prend la publicité par exemple, peut-on en toute logique à la fois viser et monnayer l’impact que peut avoir l’audio-visuel sur le consommateur et soutenir en même temps qu’il n’y a aucun risque de pousse au meurtre et de passage à l’acte chez les sujets psychiquement fragiles exposés aux scènes de violence et de sexe qui ont envahi les médias ?
              On ne peut pas dire en même temps une chose et son contraire. Tout de même !
               entre virtuel et réel les enfants finissent par ne plus savoir où ils en sont et le but de toute mise en scène médiatique c’est de vendre le plus possible par l’intermédiaire de la publicité seule source de subsides de TF1 par exemple. 
              La télévision banalise la violence quelque soit le contexte dans lequel elle est présentée et influence les représentations et les comportements sexuels des sujets qui y sont exposés. Il suffit d’avoir travaillé dans une école avant et après son invasion domestique pour en être persuadé et constater le mal que fait ce média depuis qu’il a été inventé. I
              s’ils montrent du sexe et de la violence c’est que çà paie. Et si ça paie c’est que les gens en redemandent. L’éthique et la morale çà les gonfle et le bonheur ils trouvent çà gnangnan.
              Mais si les gens s’emmerdent de passivité devant un poste de télévision ce n’est pas une raison non plus pour aller trop loin car les limites, les gens risquent d’aller les chercher de plus en plus dans cette autre forme de violence qu’est le radicalisme religieux.
              Il y a une hypocrisie insupportable de tous ceux qui vivent de l’image et qui en minimisent les effets.  Merci pour cet article qui relance un peu le débat.



            • taz 11 septembre 2008 10:25

              La télé est pourrie par la violence, c’est clair est c’est navrant...
              Que ces séries débiles puissent inspirer le psychopathe moyen...c’est possible !
              Mais je ne pense pas qu’elles puissent influencer la jeunesse ;

              Dans les années 90, tout le monde était affolé par la violence dans les mangas ; Dragon Ball Z et les jeux vidéos allaient alliéner la jeunesse, la perturber et pousser les jeunes aux meutres... Que du pipo...

              Pour cela j’aime beaucoup la citation de Kristian Winlson, président de Nintendo, 1989
              "Les jeux vidéos n’affectent pas les enfants : je veux dire si Pac-Man nous avait influencé étant enfant, nous devrions tous courrir en rond dans des pièces sombres, en gobant des pillules magiques tout en écoutant de la musique répétitive." 

              Remarque ça citation décrit assez fidèlement une free party...
              Voila donc l’origine de la Rave... Pac_man à influencé nos jeunes...


              • Zalka Zalka 11 septembre 2008 10:42

                Et les teletubbies sont responsables de la tektonik (recherchez tektonik+ teletubbies sur dailymotion !)


              • WOMBAT 11 septembre 2008 13:49

                Ah, la vous vous fourvoyez, mon bon monsieur. Les Télétubbies ont failli être interdits en Pologne, car l’un des personnages, de sexe masculin, se promenait avec un sac à main. Conclusion : il était forcément homosexuel et de ce fait aurait risqué de propager son vice infâme à toute la nation. Aucune statistique n’ayant été établie en Pologne depuis, certainement de peur de constater une explosion gay, quant à la courbe des naissances, elle serait en pente raide (si j’ose) et pareillement aucune étude n’est publiée. Un complot, je vous dis, on nous cache tout.


              • Zalka Zalka 11 septembre 2008 10:34

                La vieille antienne... Quand ce n’est pas les jeux vidéos ou les jeux de rôle, c’est la télé. Ce ne serait pas la télé, on accuserait le cinéma ; sans cinéma, la radio serait le bouc émissaire.

                On peut même remonter à la décadence qu’ont représenté à une époque, les romans.

                Pourquoi pas la faute du marquis de Sade ? Encore plus loin : la bible ?

                Le fait est que ces crimes ne sont pas provoqués par ces influences. En fait, ce sont le passage à l’acte n’est absolument pas provoqué par les médias. Aux pires, ils colorent la manière de faire le crime. Par exemple, sans le film scream, la pauvre coiffeuse aurait été violée pas les mêmes salopards avec des cagoules normales.

                Les gamins qui pètent les plombs en s’identifiant à leur personnage de jeux de rôle pèteraient leur boulons tout aussi bien sans jeux de rôle, en hurlant "aflageuhgeuh" au lieu "Par Barakh Torh !"


                De fait, il faudrait comparer le nombre de passage à l’acte criminel d’une population totalement isolé de ces médias avec une population qui consomment ces médias. Etant donné que la très large majorité du public ne commet aucun acte malsain, je suis prêt à parier qu’il n’y aura pas grande différence.


                • Deneb Deneb 11 septembre 2008 16:57

                  Zalka : La vieille antienne... Quand ce n’est pas les jeux vidéos ou les jeux de rôle, c’est la télé. Ce ne serait pas la télé, on accuserait le cinéma ; sans cinéma, la radio serait le bouc émissaire.

                  Vous souvenez-vous du temps ou c’est la BD qu était responsable du declin de la jeunesse ?


                • foufouille foufouille 11 septembre 2008 10:56

                  il s’agit surtout de trouver un coupable qui deresponsabilise les parents et la societe. un satan qui prend qui prend de nombreuses apparences


                  • el bourrico 11 septembre 2008 11:09

                    Mouais..... prenez un bon Tom et Jerry, et vous allez en voir de la violence, qu’est ce qu’ils se mettent dans la gueule, j’adore.

                    On assiste à une sorte de course au plus choquant, au jamais vu, au sensationnel, qui va de paire avec une banalisation. Mais ce genre d’addiction est chronique, il en faut toujours plus car on fini par se lasser, par s’habituer. Ca va avec le voyeurisme, voyez la téléréalité, ou les revues de daube genre "Choc".
                    A sa sortie, Orange mécanique à fait parler de lui, regardez ce film aujourd’hui, ça parait banal, voir même gentillet.

                    Puis bon, la violence était aussi présente avant, mais moins asseptisée, plus concrète, comme la mise à mort des animaux à la ferme par exemple.

                    Vous trouverez toujours des cons pour reproduire ce qu’ils ont vu à la télé, ou dans un jeu vidéo, voir dans un bouquin.
                    Je pense que ces "médias" sont révélateurs d’una pathologie latente, mais ils n’en sont pas à l’origine.


                    • LE CHAT LE CHAT 11 septembre 2008 13:27

                      Dragon ball Z est bien pire , la violence est l’unique raison d’être de ces créatures mal coiffées ! smiley


                    • Yifu66 11 septembre 2008 14:01

                      Et Obélix qui colle des baffes aux romains dès qu’il le peut en s’exclamant "chic ! chic !" est certainement à l’origine des bastons dans les banlieues tant qu’on y est !...


                    • Zalka Zalka 11 septembre 2008 16:07

                      @Le chat : seulement à partir de l’époque "freezer". Le début de la série est assez humoristique.


                    • saint_sebastien saint_sebastien 11 septembre 2008 11:40

                      Ce qu’il faut se demander c’est 1 si la télé ou le ciné sont des facteurs déclencheursde la violence, ou si elle est déja chez l’individu. Le gars qui tue puis qui s’inspire des experts pour maquiller son crime. A t il eut l’idée de tuer après avoir vu les experts ? du temps ou la télévision n’existait pas il n’y avait bien sur aucun meutre ni viol dans le monde. Et depuis que la télé existe, les taux de meutres et de viols ont explosés c’est bien connu. Allez faire un tour en RDC ou il y a très peu de télévisions / cinéma dans ce pays rural et pourtant de la violence, des viols et des meurtres ils y a en a à la pelle.

                      La télévision abrutit oui , c’est clar , maitenant , qu’elle rende violent , je ne pense pas , au contraire , comme les juex vidéo elle peut serivr d’exutoire à un fantasme de violence.


                      • Annie 11 septembre 2008 12:02

                        L’assassin de Lennon ainsi que l’auteur d’une tentative d’assassinat sur Reagan avaient tous les deux dans leur poche au moment des faits un exemplaire du roman "l’attrape-coeurs" de Salinger. Faut-il pour cela interdire ce livre, ou bien tous les livres ?


                        • foufouille foufouille 11 septembre 2008 12:11

                          interdisons tout carrement. sauf la religion qui controle les masses et l’alcool qui leur permet d’etre productif................


                        • Annie 11 septembre 2008 14:51

                          Foufouille,
                          Si vous connaissez un alcool qui rend productif, je veux connaître la marque !


                        • foufouille foufouille 11 septembre 2008 17:07

                          j’ai connu une famille d’alcoolique eleve au biberon pastis...
                          ils etaient tous macon et bossait comme des malades
                          tout les alcool fort rende resistant a la fatigue et a la douleur. pour les faibles il suffit de picoler toute la journee une dizaine de litre


                        • hideo kuze 11 septembre 2008 13:07

                          c’est le phénomène copycat,
                          le fait que des personnes copies avec plus ou moins de fidèlité se qu’ils ont appris...
                          J’ai lancé un débats sur le phénomène du Stand alone complex sur un forum et des personnes ont abordé le sujet du copycat pour faire la distinction entre les deux,
                          je vous met le lien mais je prévien que c’est long et il faut s’accrocher pour comprendre
                          http://www.sky-animes.com/forum/viewtopic.php?f=6&t=1848


                          • LE CHAT LE CHAT 11 septembre 2008 13:23

                            y’en a qui s’inspirent de Dynasty , les feux de l’amour et Dallas quand ils sont président ! smiley


                            • Befana 11 septembre 2008 14:01

                              C’est marrant mais quand j’étais enfant et pré-adolescente (dans les années 80), mes parents limitaient mon accès à la télé et aux jeux vidéos et surtout ils vérifiaient ce que je regardais et à quoi je jouais. Et si mes souvenirs sont bons, les parents de mes amis faisaient de même... Mais aujourd’hui, plus personne ne veut être responsable de quoi que ce soit, pas même les parents.


                              • foufouille foufouille 11 septembre 2008 14:11

                                en 80, les jeux videos etaient tres basique. l’epoque du spectrum est depasse
                                la tele n’est plus l’ortf de cette epoque
                                de nos jours les adultes jouent aussi
                                si on part de ce principe d’influence, on aurait du se tuer en jouant aux cowboys et aux indiens....


                              • MagicBuster 11 septembre 2008 15:19

                                Sarko et la bling bling compagnie sur toute les télés , ce n’est pas une forme de violence ?
                                C’est comme si à chacune de leur image , je me prenais un claque.


                                • Annie 11 septembre 2008 15:51

                                  Sarko et la bling bling, je ne sais pas, mais toutes ces guerres à la télé..... Les générations précédentes étaient-elles vraiment moins violentes ? Avec tous ces jeunes qu’on envoyait au casse-pipe.


                                • frédéric lyon 11 septembre 2008 16:44

                                  On parle depuis très longtemps de l’influence néfaste des programmes de télévision. On en parlait déja dans les années soixante.

                                  Les programmeurs des télévision Arabes au Moyen-Orient semblent persuadés que les programmes télévisés peuvent avoir une influence sur la violence et la criminalité, il suffit de regarder la télé du Hezbollah au Liban pour le vérifier.


                                  • foufouille foufouille 11 septembre 2008 17:10

                                    je prefere la premiere version du punisher ou terminator 2 et 3
                                    sinon jouer a S.T.A.L.K.E.R pas mal aussi gore


                                  • Marc Bruxman 11 septembre 2008 22:35

                                    Question : La prochaine fois (espérons quand même que ca n’arrive jamais plus) que quelqu’un fait un attentat et plante un avion dans des tours, est ce qu’on trouvera un psychologue pour dire que c’est de la faute à la télé ? 

                                    Parce qu’on a beau dire je l’ai revu très souvent cette image ;) Ayons un peu de logique dans les idées ! Ne nous rebachez plus la propagande du 11 Septembre, c’est mauvais pour les enfants. 

                                    Ah une copine chinoise qui est arrivé en France récemment m’a dit un jour que les églises comprenaient plein d’images barbarre avec un mec en croix, de la souffrance et du sang. J’y avais jamais fais gaffe, mais après qu’elle me l’ai dit j’ai regardé et c’est vrai. Faut il interdire le petit Jesus ? Et pourquoi rarement des meurtres par crucifixion ? 

                                    IL FAUT ARRETER LA BRANLETTE ET VITE ! ! !


                                    • civis1 civis1 12 septembre 2008 02:59

                                      Futurs barbares d’un genre nouveau les enfants abandonnés sans repères devant une machine à hypnotiser qui les abreuve de violence et de sexe Et moi ce qui me sidère c’est que le commentaire de souffle soit jugé le plus intéressant ! Je ne suis pas pour le retour d’un ordre moral bien au contraire ! Je suis pour l’épanouissement des individus à tous les niveaux mais tout de même dire que la télévision et les médias en général n’ont aucun impact sur l’individu c’est quand même trop fort ! Si on prend la publicité par exemple, peut-on en toute logique à la fois viser et monnayer l’impact que peut avoir l’audio-visuel sur le consommateur et soutenir en même temps qu’il n’y a aucun risque de pousse au meurtre et de passage à l’acte chez les sujets psychiquement fragiles exposés aux scènes de violence et de sexe qui ont envahi les médias ? On ne peut pas dire en même temps une chose et son contraire. Tout de même ! entre virtuel et réel les enfants finissent par ne plus savoir où ils en sont et le but de toute mise en scène médiatique c’est de vendre le plus possible par l’intermédiaire de la publicité seule source de subsides de TF1 par exemple. La télévision banalise la violence quelque soit le contexte dans lequel elle est présentée et influence les représentations et les comportements sexuels des sujets qui y sont exposés. Il suffit d’avoir travaillé dans une école avant et après son invasion domestique pour en être persuadé et constater le mal que fait ce média depuis qu’il a été inventé. I s’ils montrent du sexe et de la violence c’est que çà paie. Et si ça paie c’est que les gens en redemandent. L’éthique et la morale çà les gonfle et le bonheur ils trouvent çà gnangnan. Mais si les gens s’emmerdent de passivité devant un poste de télévision ce n’est pas une raison non plus pour aller trop loin car les limites, les gens risquent d’aller les chercher de plus en plus dans cette autre forme de violence qu’est le radicalisme religieux. Il y a une hypocrisie insupportable de tous ceux qui vivent de l’image et qui en minimisent les effets. Merci pour cet article qui relance un peu le débat.


                                      • Naja Naja 12 septembre 2008 11:01

                                        Mais la télévision n’est-elle pas une forme de sécrétion des moeurs, mentalités, attentes et dérives de notre société en mutation ?

                                        Imputer une recrudescence de violence aux seuls programmes de télévisuels, c’est éluder cette question, et donc toutes celles qui se poseraient derrière. Cela revient à considérer la télévision comme un "être" autonome et responsable. La violence présentée sur le petit écran devenant la cause d’une violence réelle, on en oublierait de se demander de quoi elle est le symptôme, l’indicateur. Et c’est bien commode : on peut ainsi disserter sur les liens de cause à effet entre image et psyché des jeunes âmes et se donner ainsi l’impression de s’intéresser au pb de "la violence chez les jeunes" en faisant l’effort de ce débat. On blamera la nature des programmes, et l’on pourra même avoir le sentiment que la question se résoudrait en exerçant des contrôles plus stricts ou en limitant l’accès à l’image pour les enfants, etc. Mais on ne fera que masquer un des symptomes d’un mal plus profond : la perte du sens de nos valeurs fondamentales...

                                        Percevoir un danger. Désigner un bouc émissaire. Taper dessus pour se rassurer. Ne pas sonder ses propres responsabilités, ignorer la violence que l’on peut porter en soi. Se donner ainsi bonne conscience . Eviter de soulever les vraies questions, plus gênantes. Croire que l’on a résolu un pb en légiférant sur un de ses symptomes. Etre satisfait de son oeuvre. Voir alors que le pb ressort sous une autre forme, ou peut-être la même. Recommencer.
                                        Jusqu’à quand ?


                                        • vinvin 15 septembre 2008 02:22

                                          Bonjour.

                                          Que ce type ce soit inspiré d’ une série télévisée pour faire disparaitre le corps de son ex compagne est une chose : Mais c’ est une chose qui n’ a finalement pas une très grande importance.

                                          L’ important est surtout de savoir les raisons profondes qui ont pousser ce type a commetrre un homicide, bref le mobile du crime. C’ est cela le plus important, car dans chaque homicides il y a un mobile.

                                          Poue ce qui est d’ accuser les programmes de TV de tous les maux de notre société est une chose un peu trop facile et simpliste.

                                          Il faut savoir que la violence existe depuis la nuit des temps, alors que la TV n’ existe que depuis le milieu des années 1950.

                                          Toutes les civilisations, Romaines, Egyptienne, Inca, et autres.... on connue la barbarie avec des actes abomminables alors que la TV n’ existait pas.

                                          Les religions sont égalelement responsables et coupables de barbaries monstrueuses. EXEMPLE : le soutien de l’ esclavage, des différents actes de tortures pendant les colonnies, l’ inquisition, la chasse aux sorcières, etc, etc.... et tout cela ce passait a une époque où la TV n’ existait pas.

                                          Il faut savoir que certains passages de la bible, du coran, et de la tora, encouragent a la haine et a la violence, car certains de ces passages sont violent, et appellent a la violence.

                                          Pour ce qui est des violences actuelles, je pense que l’ islamisation incontrolée de la france est beaucoup plus responsable que les programmes télévisés, ( mais ceci est un autre débat,....).

                                          Mais surtout arretons d’ incriminer les programmes télévisés, car ils ne sont responsable que d’ une infime partie de la violence actuelle. Il faut savoir que gens, (meme les jeunes,) sont capable de faire la différence entre les fictions des programme TV et de la réalité, ( mis a part peut-étre 00,1% de détraqués menteaux ).

                                          Le cancer de l’ humanité sont les religions, et non les programmes de télévision.


                                          Bin cordialement.


                                          VINVIN.



                                          • nello 30 septembre 2008 16:10

                                            NE PENSEZ-VOUS PAS QUE CETTE INFIME PARTIE COMME VOUS L’EXPRIMEZ, SERAIT DEJA UN GRAND PROGRES DANS LE BON SENS. ?


                                          • nello 30 septembre 2008 16:07

                                            IL EST TOUT A FAIT EVIDENT QUE LES FILMS DE LA TV ONT UNE INFLUENCE SUR CERTAINS CARACTERES D’ENFANTS ! A QUOI SERVENT CES FILMS DE VIOLENCES ????? A RIEN SI CE N’EST DE SEMER LA MORT DANS CERTAINS CAS. OU EST L’INTELLIGENCE DES PRODUCTEURS, DANS LEURS CHAUSETTES ET ENCORE ? PRODUISEZ DES FILMS D’ECUCATIONS QUI SERVIRONT PEUT-ETRE AUSSI A PLUSIEURS PARENTS INCONSCIENTS. MAIS CELA N’A PAS LA MEME AUDIENCE ? BIEN ENDENDU.


                                            • Yoann Yoann 15 février 2011 10:36

                                              Je réagis à ce viel article qui n’a (malheureusement) pas pris une ride ...
                                              La télé conditionne les gens sans qu’ils s’en rendent compte, cf le neuromarketing par exemple ...
                                              Je réagis par rapport aux marques ... Puma, adidas, nike ....
                                              Ma femme est institutrice, un jour elle a fait une séance de placement des enfants à l’intérieur d’un groupe, ils se sont naturellement classés entre ceux qui portaient des chaussures ou vêtements de marque et les autres ...
                                              Quand elle leur a posé la question du pourquoi, les enfants portant des marques ont répondu que les autres étaient des loosers et des pauvres ... 9ans et déjà conditionnés par les marques ... C’est triste ...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

emilie5


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès