Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Vivons-nous encore en démocratie en France ?

Vivons-nous encore en démocratie en France ?

Les Indignés se lèvent pour crier leur colère partout en Europe et dans le Monde. Partout ? Non. Un pays résiste encore et toujours à l’indignation. Le pays des droits de l’homme, de la révolution, etc

Six points pour étudier notre Démocratie Française à moins d’un an de l’élection présidentielle. Devons nous aussi nous indigner ou pas ?

La primaire socialiste se profile, sur fond de crise boursière, le tout dans l’objectif d’une élection présidentielle exemplaire qui ENFIN changera la vie du tout un chacun.

Pendant ce temps les « indignés » se réveillent partout (sauf chez nous justement) en demandant notamment à ce que leurs droits et leurs pouvoirs de décision leur soient rendus, pour qu’un autre avenir se profile.

Pendant ce temps la jeunesse des pays Arabes se réveille, trop compressée sous l’étau d’un gouvernement qu’ils ne reconnaissent plus comme étant le leur, ils initient un feu de brousse que plus rien n’arrête.

Election, résistance ou révolution… en France nous avons déjà tout eu. A croire qu’on a déjà tout vu… et fier comme des paons d’habiter dans le pays des droits de l’homme nous ne regardons même plus quelle démocratie est la notre et surtout ce qu’on en fait au quotidien. Mais sommes-nous seulement encore en démocratie ?

Selon la définition de démocratie [récupéré sur le-dictionnaire.com, très semblable à celle du Larousse ou du petit robert], il s’agit d’un « régime politique dans lequel les citoyens exercent leur souveraineté et dispose du pouvoir », ou bien, « d’un régime politique dans lequel le peuple élit ses représentants. ».

Examinons ensemble 6 points qui, au regard des évènements actuels, posent la question de savoir si nous sommes encore dans une démocratie.

 

1. Un gouvernement légitime ?

Si on reprend les statistiques d’abstention :

· Présidentielle de 2007 : 16% au premier tour (83.77% de participation)

· Législative de 2007 : 39.6% au premier tour et 39.7 au second tour

· Régionale de 2010 : 53.65%

· Cantonale de 2011 : 55% d’abstention

 

On se rend compte que cette abstention ne cesse de croitre. Alors évidemment, les enjeux ne sont pas les mêmes pour chacune de ces élections, et il faudra attendre les élections de 2012 pour voir ce qu’il en est lors d’un scrutin majeur.

Toujours est-il qu’en regardant ces chiffres ce qui est le plus intéressant (à mon sens) c’est qu’à tout moment, les abstentionnistes auraient pu faire basculer ces scrutins dans un sens ou dans l’autre !

A quand un candidat avec l’étiquette abstentionniste ?!

Quand un gouvernement ne doit sa place qu’au désintérêt d’une majorité, peut on dire qu’il est légitime ?

Lorsque Jacques Chirac en 2002 avait été élu avec plus de voix de la gauche au second tour qu’avec des voix de droite, tout en appliquant une politique de droite, peut on dire qu’il était légitime ?

Question subsidiaire, est ce vraiment un désintérêt de la vie politique ? ne pourrait on pas parler de dégout, désillusion, désenchantement, ou « x »x autres synonymes signifiant que les gens n’y croient tout simplement plus ? Ou encore que le tout un chacun ne trouve pas chaussure à son pied et préfère ne pas voter par défaut alors que son sentiment profond le pousse à voter par conviction ?

 

2. Un peuple souverain ?

Cela dit, on se demande comment on pourrait croire que nos voix comptent et que la volonté du peuple souverain compte lorsque sa volonté est prise à revers.

A mon sens un référendum est une magnifique preuve de gouvernance du peuple. Des représentants élus, demandent (normalement sans a priori ni parti prit) l’avis de leurs concitoyens pour prendre la meilleure décision. Ou si ce n’est la meilleure au moins celle qu’ils veulent !

Lors du référendum de 2005 sur le traité de constitution européenne, 69 % de votant, et 55% de NON. Sauf erreur, non n’est pas un mot si difficile à comprendre que ça. C’est ce mot qui permet, selon Freud, de construire le Surmoi qui fera de l’enfant plein de pulsions et de désirs quelqu’un de raisonnable capable de se contrôler en fonction de normes et de règles.

Ce « non » n’a pas été entendu, et le bon peuple Français a été traité comme un gosse mal élevé qui ne sait pas ce qui est bon pour lui.

Selon wikipédia « Depuis 1958, le référendum est reconnu, avec le mode représentatif, comme l'une des deux modalités d'expression de la souveraineté nationale »

Et bien non, c’est un fait nous ne sommes pas souverain dans notre propre pays.

 

3. Les représentants du peuple ?

Pour en revenir à notre définition première de démocratie : le peuple élit ses représentants. Sauf erreur majeure, un représentant est quelqu’un qui représente : triste lapalissade, dans le cas présent. Lorsqu’on regarde notre gouvernement et plus largement nos élus, nous représentent-ils ? Ou bien question plus pertinente, sont-ils représentatif de la société Française ?

Sont-ils issus de la classe moyenne, des classes défavorisés, ou ont-ils plutôt tendance à naître du bon coté du portefeuille ?

Parlons-en de ces tendances lorsque Jean Louis Debré écrit un livre vantant les « Dynasties Républicaines ». Ne devrait-on pas plutôt se navrer qu’il n’existe plus de système de promotion sociale et que finalement, les postes clés de la gouvernance politique se transmettent de père en fils. J’avais cru comprendre que nous avions fait la révolution contre ce système. Belle réussite !

 

Cela dit, il ne faut pas désespérer, peut-être aurons nous un jour un ministre issu des minorités visibles (comme c’est si souvent dit), qui sera placé ailleurs qu’au sport, à la jeunesse, ou à l’intégration des minorités ou un autre équivalent.

Sans doute, un matin nous aurons un ministre raciste comme un bon dixième de notre population… ah non, je retire, nous avons déjà eu.

Ceux qui font des abus de bien sociaux ? On a aussi…

Des adeptes du népotisme ? Ça aussi on a…

 

Quelle belle représentation du peuple français !

Je ne sais pas vous, mais très très personnellement, je ne me sens pas représenté par l’actuelle classe politique (ou devrait on parler de Caste politique ?)

 

4. Trois pouvoirs bien distincts ?

Presque uniquement pour le plaisir, trois citations de Montesquieu :

Il n'y a point encore de liberté si la puissance de juger n'est pas séparée de la puissance législative et de l'exécutrice (De l'esprit des lois)

C'est une expérience éternelle que tout homme qui a du pouvoir est porté à en abuser ; il va jusqu'à ce qu'il trouve des limites. (De l'esprit des lois)

Il faut que par la disposition des choses, le pouvoir arrête le pouvoir (De l'esprit des lois)

Ces citations parlent d’elles-mêmes et grâce à ce mode de pensée en France, le législatif est séparé de l’exécutif qui est séparé du judiciaire.

Si ce n’est que l’argument de campagne des législatives de 2007 a été : « vous nous avez élu, pour qu’on puisse faire ce qu’on a dit, il faut que le parlement soit de notre coté ». En conséquence, on a aujourd’hui un législatif complètement sous le joug d’un exécutif débordant de pouvoir.

Heureusement, la justice est là pour réguler le tout et mettre en balance l’exécutif. Si ce n’est qu’elle est lente à agir, qu’elle hésite à attaquer les gens de pouvoir et que lorsqu’elle le fait c’est sous les pressions et les menaces.

Mr Strauss Kahn aurait il seulement été inquiété une seconde si les faits qui lui sont reprochés s’étaient déroulés en France ?

En dehors des réalités mesurables, l’impression généralement ressentie est qu’il existe une justice à « x » vitesses, « x » représentant les actifs financiers ou le pouvoir politique et relationnel du présumé innocent.

 

5. Tous égaux dans nos voix : une voix, un vote ?

On assiste en ce moment à une démarche des Richissimes concitoyens qui dans un élan d’altruisme merveilleux demandent au gouvernement de les taxer plus de façon exceptionnelle ?

Je n’ai pas mémoire, mais peut-être Alzheimer m’atteint, que l’état ai attendu ma permission pour m’imposer un impôt…

Sans tomber dans le sarcastique ou l’ironie soldée, il faut reconnaitre l’abnégation dont sont capables toutes ses grandes fortunes après qu’on leur ait offert le bouclier fiscal, qu’on envisage une baisse / suppression de l’ISF, alors même qu’ils peuvent embaucher les Rois des Comptables pour diminuer la note via de sombres magouilles lorsque les Impôts tombent.

D’ailleurs, ce n’est pas :

- Comme si la crise durait depuis 2008

- Comme s’ils n’étaient pas largement à l’abri du besoin, des surendettements qui ont augmenté de 11% cette année etc

- Comme si la crise n’était pas due à une sphère économique immorale et pensant à court terme, sphère sur laquelle ils se sont largement appuyés pour construire leurs richesses

La question au point où on en est, est plutôt, pourquoi ne les a-t-on pas taxés plus tôt ? Est ce que la sphère politique attendait leur permission ? Bel exemple de souveraineté nationale !

Un naïf et idéaliste électeur se demanderait si le pouvoir n’est pas entre leurs mains plutôt que dans les siennes, si petites qu’elles ne peuvent porter qu’une seule voix lors d’un vote.

 

6. Le pouvoir appartient-il à un peuple éduqué, capable de jugement critique !

Quand on regarde les élections, on peut se dire, tant pis pour les abstentionnistes, s’ils veulent exercer leur pouvoir qu’ils le fassent. Mais parlons des votants. Depuis que notre Omniprésident est au pouvoir, qui n’a pas entendu « ah j’ai voté pour lui, mais je le regrette maintenant ! », ou « j’aurai su, j’aurai voté pour quelqu’un d’autre » ou d’autres formules du même ordre ?

D’une certaine façon, et si cela ne concernait qu’eux, on pourrait dire un « bien fait », qui aurait le mérite de soulager, parfois. Mais est-ce vraiment bien fait ?

Dans une démocratie idéale, un monde parfait qui pour une fois ne serait pas celui des Bisounours ou des Télétubbies,  nous serions des citoyens, votants, capables de jugements critiques, d’aller rechercher l’information, d’approfondir cette information, et même de la comprendre (j’ai bien dit idéalement J). Nous serions des citoyens au fait de la complexité du monde, de ses enjeux, des tenants et aboutissant de ses actes etc.

A la place, comme le disait si bien Georges Frêche avant d’être élu : « En France il y a plus de cons que de gens intelligents, alors moi je fais campagne pour les cons ! » le fait qu’il ait été élu en dit long.

 

D’une certaine manière nous sommes tous coupables. Mais, n’est-ce pas le gouvernement qui programme une bonne part de notre éducation ? Pour mieux conduire un troupeau dans le sens que l’on souhaite, n’est-ce pas plus simple si tout le monde suit, sans réfléchir, sans se poser de question ?

« Ah les bons cons » doivent-ils parfois se dire une fois leurs fesses prestigieuses posées sur un siège d’élu !

Sans devoir appeler Mulder ou Scully pour rechercher la vérité, il y a sans doute de quoi s’inquiéter un peu. Non ?


Moyenne des avis sur cet article :  4.74/5   (136 votes)




Réagissez à l'article

185 réactions à cet article    


  • Roosevelt_vs_Keynes 25 août 2011 10:33

    @l’auteur

    Offrir du concentré d’impuissance en période de guerre... la pire des choses.

    Parmi ceux d’« en haut », certains rompent avec le système : Eric Verhaeghe (ex-MEDEF, ex-APEC), un sénateur démocrate (USA) et aux plus hauts niveaux.

    Soyez au moins à la hauteur de ceux que vous critiquez....


    • Walden Walden 25 août 2011 14:35

      Pas d’accord avec ce commentaire - pour autant que j’aie bien compris ce concentré d’ellipses et de références absconses smiley : l’article ne manque pas d’arguments, et dénoncer le dévoiement d’un système n’est pas nécessairement un aveu d’impuissance.

      Argument supplémentaire pour étayer le point 4. Trois pouvoirs bien distincts ? qui cite Montesquieu (De l’esprit des lois) « Il n’y a point encore de liberté si la puissance de juger n’est pas séparée de la puissance législative et de l’exécutrice »  :

      Il faut bien aussi faire état de la soumission actuelle de l’autorité judiciaire à l’exécutif, notamment via le rôle du Procureur, celui-ci étant devenu le relais étroit de son Ministre de tutelle, le Garde des Sceaux, presqu’au même titre que le Préfet représente le Ministre de l’Intérieur.

      Alors qu’il est censé représenter l’intérêt public au sein de l’appareil judiciaire (d’où son appellation de « Ministère Public »), le Procureur, chargé de « l’action publique » mais inféodé hiérarchiquement au pouvoir central, ressemble davantage à un administrateur local des orientations politiques du moment, plutôt qu’au garant des libertés qu’on serait en droit d’espérer (sauf à marquer individuellement son indépendance au risque de sa carrière).


    • Roosevelt_vs_Keynes 25 août 2011 16:40

      L’article termine ainsi :

      « Sans devoir appeler Mulder ou Scully pour rechercher la vérité, il y a sans doute de quoi s’inquiéter un peu. Non ? »

      1) Les populations ont largement passé le seuil du « il y a de quoi s’inquiéter un peu ».
      2) Pas l’ombre d’un début de solution dans cet article.

      Pourquoi je taxe cet article d’impuissance ? Parce que M. Jacques Cheminade a
      1) expliqué lors des présidentielles de 1995 pourquoi et comment ce système tomberait en ruine, alors qu’à l’époque PERSONNE ne se préoccupait de savoir comment fonctionnaient les produits dérivés ! ; et a
      2) proposé les seules solutions viables à l’échelle d’un système international.
      3) 2012 ...

      Il n’est pire aveugle que celui qui ne veut pas voir. Et en période de guerre, c’est criminel.


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 26 août 2011 00:08

      Si on veut SERIEUSEMENT penser a une démocratie, ce que je ne crois pas, on pourrait commencer en lisant ce texte.



       PJCA



    • Ruut Ruut 25 août 2011 10:51

      S’indigner ne sert a rien.
      Seule la présidentielle a venir peut faire bouger les choses dans notre pays.
      Mais aurons nous des programmes a la hauteur, c’est a souhaiter.


      • Roosevelt_vs_Keynes 25 août 2011 11:02

        « Mais aurons nous des programmes a la hauteur, c’est a souhaiter. »

        De ce projet, celui de Jacques Cheminade, vous n’en entendrez jamais parler avant que le bonhomme ait les 500 signatures.

        Vous n’en entendrez jamais parler parce qu’il est le cauchemar des intérêts oligarchiques depuis 1995.


      • Attilax Attilax 26 août 2011 01:26

        Le problème est que la présidentielle ne changera rien. Avec le système de vote majoritaire, l’UMP et le PS sont quasi-sûrs de se faire réélire. Les purs et durs ou les hypocrites. Seul vrai challenger : le FN ! Triste 2012... Et à côté, des imposteurs ou des gens n’ayant aucune représentation médiatique. Il n’y aura pas de sauveur, hélas, et nous allons nous fracasser dans un mur que nous avons nous-même construit.


      • Axel de Saint Mauxe Axel de Saint Mauxe 25 août 2011 11:23

        Vous êtes de plus en plus nombreux à dénoncer les méfaits de la démocratie... je suis globalement d’accord avec ce que vous écrivez.


        Vous démontrez merveilleusement bien que le démocratie ne fonctionne pas, pire qu’elle est un mauvais système favorisant les médiocres et les bourgeois.

        Dommage que vous n’alliez pas au bout de votre démarche en proposant une alternative, par exemple libertaire.

        • Roosevelt_vs_Keynes 25 août 2011 11:35

          Vous, les sophistes, n’avez pas changé d’un iota depuis 2500 ans... :) Heureusement, ce n’est pas vous qui faites l’Histoire  !


        • Axel de Saint Mauxe Axel de Saint Mauxe 25 août 2011 11:45

          J’ai au moins la satisfaction de garder une certaine hauteur de vue, et d’éviter de salir mon esprit sublime avec la boue infecte des folies intellectuelles qui n’ont pour effet que de maintenir l’humanité dans la fange.


        • vost 25 août 2011 15:35

          Vous parlez de l’histoire relative aux : dans le désordre, deux guerres mondiales, Vietnam, Indochine, Nicaragua, Irak, Afghanistan, Algérie, Libye Chili est autres parties de plaisir ?


        • miha 25 août 2011 16:32

          SVP, ne dites pas « vous » ou alors vous pensez qu’il n’y a pas de quoi s’indigner ?

          Dites « nous ».

          Quelle alternative proposer ? Réfléchissons-y ensemble.

          Les indignés, ce n’est pas un parti politique avec un programme, avec des candidats à une élection. Ce sont des citoyens qui aspirent à une réelle démocratie. Si vous en faites partie, dites « nous ».

          Certains pensent qu’il faut une nouvelle constitution.

          Une constitution rédigée par des citoyens, pas par des élus.

          Une constitution permettant au peuple d’exercer un contre-pouvoir à la classe politique et à la finance.

          C’est en train de se faire en Islande.

          Les français n’en seraient-ils pas capables ?

          Qu’en pensez-vous ?


        • Roosevelt_vs_Keynes 25 août 2011 16:45

          @vost

          Non, je parle de la véritable Histoire (création des écoles, invention de la machine à vapeur, l’eau potable, l’exploration spatiale, les compositions de Bach ou Beethoven, les transports en commun, la fission et la fusion nucléaire, la création de la première banque nationale par Hamilton, etc.) pas des divertissements oligarchiques (Areva, guerres, catastrophes naturelles, épidémies, partouzes dans les écoles...)


        • ffi ffi 26 août 2011 01:44

          Il semble néanmoins que la majorité peine à voir la réalité en face.

          La démocratie est un principe non-fonctionnel, elle n’aboutit en rien à laisser le pouvoir au peuple. Il doit y avoir un problème quelque part dans le concept...

          Déjà à Athènes, la démocratie, période assez courte, fut celle de la perdition. Athènes se livra à toutes sortes de guerres - la guerre du Péloponnèse. Athènes s’effondra.

          A Athènes, aux temps démocratiques, l’or de la ligue de Délos fut détourné pour guerroyer et asservir les autres nations. C’est pourtant dans des assemblées populaires que tout se décidait, mais il semblerait que ces assemblées soient assez manipulables.

          Le peuple, mal au fait des choses du pouvoir, car il doit travailler pour vivre, s’en remet en général à des expertises. L’oligarchie rentière a donc toute facilité de propager ses expertises pour « orienter » le peuple à se ranger à ses vues. Aujourd’hui, avec les médias, c’est tellement facile. Les médias inventent des opinions pour le peuple. L’exécutif sert ces opinions imaginaires. Mais les médias sont tenus par les oligarques. Même la science est frelatée (l’économie, par exemple).

          Bref, la démocratie ne fonctionne pas, elle n’aboutit pas à ce qu’elle désigne. Dès son élection, l’exécutif est autonome, il n’a pas besoin de se référer au peuple, sauf quand cela l’arrange, pour faire sa publicité.

          Pompidou n’a-t-il pas bazardé la souveraineté monétaire du pays par décret ?

          Dès lors, tout repose sur l’exécutif et sur les principes qu’il suit. Aujourd’hui, l’exécutif n’a aucun principe, juste des contraintes légales. Un véritable exécutif aurait des principes moraux.

          L’alternative, si l’on accepte de voir en face l’échec, c’est de revenir à la source des erreurs politiques passées : la révolution. La situation qu’elle a produit a durablement affaiblit le pays et produit des millions de travailleurs pauvres au XIXème siècle.

          Le plus logique, pour la France, c’est de réinstaurer un régime de Roy très chrétien. Cela permet de profiter à plein de notre patrimoine historique. C’est un régime que l’on connaît et dont les oeuvres ont porté le pays à une prospérité sans égale à l’époque : on reconnait l’arbre à ses fruits.

          Le Roy très chrétien est l’assurance d’un régime non tyrannique et moral. Le Christ ne disait-il pas, aux apôtres lui demandant : comment savoir qui est le plus grand ?

          - Que le plus grand soit comme le plus petit,
          - Que celui qui commande soit comme celui qui sert.

          C’est l’oligarchie qui a créé la République, afin de pouvoir compéter librement au pouvoir, dans un véritable retour aux guerres féodales. Et c’est donc cette oligarchie que la République sert. L’oligarchie a peur d’un Roy, car, comme au temps de la féodalité, le Roy ne tolérera pas que sa prééminence ne soit mise en danger et mettra au pas ses concurrents.

          L’alliance d’un Roy avec son peuple, voilà la seule proposition efficace pour l’avenir.

          -> Royauté au niveau national, démocratie directe au niveau local.


        • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 26 août 2011 06:42

          @ Axel de Saint-Maure


           Voici une alternative et elle n’est pas libertaire


          Pierre JC Allard

        • Synkaris 26 août 2011 09:00

          Visiblement tu as une connaissance ce l’histoire assez sélective.

          -Concernant la démocratie athénienne, elle n’était dirigée que par les seuls citoyens (qui étaient minoritaires à Athènes).

          -Le fait que la démocratie telle qu’elle existe ne fonctionne pas ne veut pas forcément dire que la démocratie elle-même est vouée à l’échec, mais que les institutions et les mécanismes de notre République doivent être totalement corrigés.

          -Ce n’est pas la Révolution elle-même qui a produit des travailleurs pauvres, ils existaient déjà avant.

          -Enfin, c’est bien connu, le Roy très chrétien a toujours respecté les plus humbles, ne les a jamais exploité, n’a jamais abusé de son pouvoir, a toujours gouverné dans l’intérêt du peuple, a toujours été moralement irréprochable etc (c’est ironique bien sur).


        • ffi ffi 27 août 2011 22:00

          Enfin, bon, le dernier dirigeant à avoir demandé ses doléances au peuple Français,... n’est-ce pas le roi très chrétien Louis XVI ?


        • JPhilippe 25 août 2011 11:23

          En Egypte : 1 Million de personnes dans la rue, et le gouvernement tombe
          En France 2 Millions de personnes dans la Rue, et la réfrome passe quand même.

          Y a-t-il un Problème ?


          • Renaud Séchiant 25 août 2011 14:14

            Disons qu’en France les force de l’ordre et les CRS sont tous derrière leur mentor ! Ils sont nombreux, organisés, impunis et les gens sont déjà fichés au cas ou un soulèvement d’ampleur se créerait. Et la population est déjà psychologiquement prête pour envoyer l’armée dans les banlieus. Car si révolte il y a : Elle commencera dans les quartiers. Il suffira alors de stigmatiser les racailles, beurs et musulmans (on amalgame le tout ça va plus vite) pour que les gens ne suivent pas le mouvement et laisse s’instaurer le couvre feu. Un peu façon émeutes en Grande Bretagne qu’on diffuse au péquin Français pour tester son opinion sur la manipulation ainsi crée. Le bon vieux diviser pour mieux reigner. Les manipulations sont tellement flagrantes que je me demande comment certains font pour n’y voir que du feu et foncer tête baisser dedans.

            On dit merci qui ? merci Mme Segurane !


          • Jean-paul 25 août 2011 14:51

            Y a t il un probleme ?
            Simple ,trop de manifestations tuent la manifestation .
            Bizarre pas de manifestations en Juillet Aout .


          • simir simir 25 août 2011 15:05

            J’ajoute en 1990 ils étaient 10000 dans les rues de Prague et le gouvernement est tombé ; Ou est la dictature ?


          • oncle archibald 25 août 2011 18:44

            Aucun problème : en Egypte il n’y a aucun autre moyende se faire entendre qu’en descendant dans la rue, en France il y a une représentation nationale et des bulletins de vote .. Ce que tous les Egyptiens bien intentionnés nous envient ... C’est la différence entre une dictature et une démocratie ... 

            La démocratie se meurt de ne pas être utilisée .. C’est très exactement le contraire que pour les piles Wonder de mon enfance qui ne s’usent que si l’on s’en sert .. Qui est coupable sinon l’opposition qui ne joue pas son rôle ?? Son role était de préparer du neuf, du solide, du bien étudié, du chiffré, de l’irréfutable .. Et elle nous a préparé quoi ?? du hou qu’il est méchant, la prochaine fois il faudra voter pour nous .. Pauvre France !

          • jef88 jef88 25 août 2011 11:25

            la différence entre un homme politique de droite et un de gauche ?????

            L’homme de droite met son portefeuille dans la poche droite de son veston celui de gauche à gauche...

            Mais attention ! Il y en a qui cherchent à tromper le monde !


            • mac 25 août 2011 12:24

              Vivons nous encore en démocratie ?

              Pour y répondre il suffit de se référer à une seule chose : le référendum de 2005.

              Tout le reste n’est que littérature.Tous les trollers qui sévissent ici et ailleurs, payés ou non pour le faire, afin de distiller la pensée unique, celle qui domine le plus souvent dans les hautes sphères européennes, ne peuvent avoir que des arguments caduques face au fait qu’ on a contourné la volonté des électeurs à ce sujet.

               CQFD.


              • oncle archibald 25 août 2011 18:47

                Totalement d’accord avec vous et honte à ceux qui ont entériné la « directive » contre la volonté du peuple !

                Il s’agit d’un véritable déni de démocratie, que l’on doit à ceux qui sont censés nous représenter !! Impensable !! Ces gens là on dit en quelque sorte, le peuple n’y connait rien, c’est nous qui allons décider non pas en son nom mais à sa place !! C’est fou ça !

              • Darim 25 août 2011 23:53

                juste, pour mémoire....
                il me semble que dans le programme de notre Nain 1 er il était question de ratifié le traité de Lisbonne NON ?
                donc en votant pour Lui, les Français on donc ratifier le traité ??? non ????
                pour une fois qu’Il fais ce qu’Il a promis....
                 :)


              • mac 26 août 2011 09:28

                @Darim

                Pour mémoire aussi, lorsque le président actuel à présenté la ratification du traité de Lisbonne, il l’a qualifié de « traité simplifié » alors qu’il n’en était rien puisqu’il reprenait l’essentiel du traité constitutionnel précédent. On peut donc légitimement considérer que le terme « simplifié » à servit de subterfuge pour ratifier le traité de façon tout aussi simplifiée c’est à dire en passant par la voie parlementaire au lieu de la voie référendaire.
                On a donc bien contourné la volonté des électeurs à ce sujet.


              • Le citoyen engagé asse42 26 août 2011 10:32

                Oui personne ne peut décemment dire que nous vivons dans une démocratie respectueuse de la souveraineté du peuple. Bien au contraire ce système est mis en place pour asseoir la domination d’une élite vendue à l’impérialisme anglo-saxon.

                Peuple de France on détruit ton âme !


              • Gillesdd Gillesdd 26 août 2011 12:21

                Tout a fait d’accord,
                mais si cette forfaiture s’est produite, c’est bien que le terrain est libre par absence d’implication des citoyens qui laissent faire.
                Nous avons ce que nous méritons.


              • mac 26 août 2011 14:51

                @Gillesdd
                Les citoyens auraient dû réagir car on ne peut décemment pas accepter, en démocratie, qu’un vote ne soit pas respecté, mais force est de constater que les gens se mobilisent plus facilement pour une coupe du monde de football que lorsqu’on s’assoit sur leur vote. Il faut rajouter à cela une opposition quasi-inexistante qui dans le fond est d’accord sur l’essentiel et avalise à qui mieux mieux tous les projets visant à démanteler l’état au niveau européen et au niveau planétaire par le biais d’institutions comme le FMI ou l’OMC, souvent sans que l’ électeur lambda ne le sache.
                Si des gogos croient encore qu’en votant socialiste ils vont être mieux préservés du carcan néolibéral, ils se mettent très probablement le doigt dans l’oeil jusqu’au coude mais visiblement il y en a encore beaucoup qui croient au père Noël !




              • NON...UN MOT DE TROP EN DISCUTANT AVEC UN ELU...ET LA POLICE ET OU LES GENDARMES VOUS RENDENT VISITE LE JOUR APRES..

                si on hausse le ton.....c’est la prison


              • Darim 1er septembre 2011 00:46

                vi je sais ke le Nain1er a bien manigancé son cout...mais j’aime bien remuer le couteau dans la plaie... smiley


              • Daniel Roux Daniel Roux 25 août 2011 12:55

                La réponse à votre question est NON.

                Nous ne sommes dans l’illusion démocratique, tout du moins, pour une majorité de nos concitoyens. Pour les autres, il s’agit d’une « dictature molle ».

                La démocratie est un système politique qui ne fonctionne que lorsque la population qui forme la cité entretient des rapports sociaux réguliers et apaisés, se fréquente dans les rues, discute des problèmes de la cité, est informée des ressorts sous tendent les propositions des uns et des autre, est suffisamment instruite pour comprendre les enjeux, est consciente que la solidarité donne sa force à la cité, et surtout que les droits et les devoirs du citoyens sont indissociables.

                La démocratie est détruite par les citoyens eux-mêmes convaincus par des démagogues, futurs tyrans ou dictateurs, que les devoirs sont des charges et qu’ils méritent plus de droits que les autres. Nous y sommes d’une certaine façon.

                La France est une confédération de cultures ethno-sociales aux histoires différentes comme l’ont montré les travaux d’Emmanuel Todd et nous sommes bien trop nombreux pour nous connaitre et discuter le bout de gras. De plus, l’information et le mode de sélection des dirigeants politiques sont confisquées et manipulées par l’oligarchie qui s’assure de gagner à coup sûr les élections quelque soit le résultat final et le parti au pouvoir.

                Reste la représentation parlementaire. C’est évidemment une farce bien commode mais insoutenable. Nos parlementaires ne représentent qu’eux mêmes, mettent leur carrière, la solidarité de classe et de parti bien au-dessus du bien de leurs électeurs.

                Cela explique pourquoi un type comme Sarkozy est monté si haut, a pu ruiner le pays et porter moult coups de couteaux dans le dos des français. Cela explique aussi qu’il soit soutenu quoiqu’il décide par ceux qui sont chargés de le contrôler. Tout le monde se souvient de ses déclarations à l’emporte pièce sur la publicité à la télé ou la Taxe Professionnelle.

                Au minimum, il aurait dû être marginalisé à l’Élysée après le hold-up de son élection. Il aurait été plus judicieux qu’il soit débarqué voire juger pour ses mensonges éhontés, ses trahisons, ses atteintes à l’indépendance de la Justice, ses infractions à la Constitution, dont la moindre n’est pas la nouvelle présentation et la ratification du Traité de Lisbonne alors que le peuple l’avait rejeté par référendum.

                On ne peut parler de démocratie, car le coup de Jarnac de la ratification par le Congrès s’est fait avec la complicité hypocrite des socialistes sous la direction de leur premier secrétaire de l’époque, HOLLANDE.

                Théoriquement, nous pourrions changer les choses en votant pour ceux qui préconisent un changement de Constitution, des élections à la proportionnelle, une lutte acharnée contre la corruption et la délinquance fiscale. Mais, et ce n’est pas un hasard, ceux là ne passent pas souvent à la télé.

                Ne votez plus pour vos ennemis.


                • Gorg Gorg 25 août 2011 15:34

                  @Daniel Roux
                  -Vous avez parfaitement raison.
                  "On ne peut parler de démocratie, car le coup de Jarnac de la ratification par le Congrès s’est fait avec la complicité hypocrite des socialistes sous la direction de leur premier secrétaire de l’époque, HOLLANDE"
                  -C’est pour cela, entre autre, que le PS est aussi méprisable que l’UMP.


                • bigglop bigglop 25 août 2011 18:27

                  Bonjour,
                  RUE89 permet de poser des questions à la Reine du Poitou-Charentes, auxquelles elle devrait répondre. Faisons-nous plaisir !!!

                  Il faut absolument abandonner ce régime présidentiel de la Vème République qui viole la Constitution et lui permet de la modifier selon son bon vouloir.
                  Mettre en oeuvre une Assemblée Constituante dont seraient exclus au moins les politiques ayant eu des postes gouvernementaux ou des mandats électifs (députés, sénateurs) par un débat public et citoyen.
                  Proposer une nouvelle Constitution équilibrant par des contre-pouvoirs ceux du Président (si on le conserve), de l’Assemblée (députés), du Judiciaire...votée par référendum.
                  Instaurer la proportionnelle pour que toutes les sensibilités soient représentées.
                  Instauration du référendum obligatoire pour toutes les décisions économiques, financières, de société. Ces décisions ne pouvant être annulées que par un autre.
                  Le vote blanc sera inclus dans le décompte des voix exprimées pour le calcul des résultats.
                  Supprimer la Cour de Justice de la République.
                  Les infractions pénales commises dans le cadre d’un mandat électif relevant de la Correctionnelle devraient être requalifiées en crimes et relèveraient du Tribunal d’Assises.
                  Enfin, créer une Université Républicaine qui formerait les citoyens de toutes les classes sociales à l’exercice d’un mandat pour assurer la représentativité des citoyens dans toute les institutions de la République.


                • Yann Patin De Saulcourt Yann Patin de Saulcourt 25 août 2011 23:22

                  J’ai particulièrement apprécié votre synthèse, avec sa conclusion.. La question est désormais de savoir ce qui pourrait déclencher la situation de changement souhaitable, c’est à dire une constituante..


                • Daniel Roux Daniel Roux 26 août 2011 09:45

                  Contrairement aux hommes politiques au pouvoir, la majorité des français sont des démocrates. et je doute que le pouvoir se saborde ou même se réforme. Il n’y a qu’à écouter les discours convenus et formatés des principaux chefs de l’opposition ou de la majorité pour s’en persuader.

                  Il n’y a que Montebourg et Joly pour évoquer les évolutions souhaitables de notre société. Ce n’est pas un hasard que les médias tentent de les marginaliser. Qu’elles sont leurs chances d’accéder un jour aux responsabilités (et surtout d’y rester) dans l’hypothèse où l’ultra droite serait battu ?

                  Je suis donc assez pessimiste pour l’avenir démocratique de notre pays.


                • anty 25 août 2011 12:56

                  Pourtant la démocratie est le moins mauvais système de gouvernance .
                  On peut critiquer le système démocratique pour ses insuffisances car il y en a pas mal
                  mais en général ces insuffisances se résorbent avec le temps car c’est le système qui veut.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Carreau G


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès