Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Vol de fachos en Bretagne

Vol de fachos en Bretagne

La Bretagne a, depuis les années 70, développé un modèle identitaire original fortement ancré à gauche et qui a aboutit en 2004 à l’élection au Conseil Régional de trois membres de l’Union Démocratique Bretonne. Il serait exagéré de prétendre que les relations entre le Parti Socialiste, qui tient la présidence de région sont perpétuellement au beau fixe – ici comme ailleurs l’union est un combat et des groupuscules nationalistes comme le MRC ou l’ineffable Parti Ouvrier Indépendant essayent parfois de faire parler d’eux. Dans l’ensemble, cependant, progressisme, identité et écologie font bon ménage à l’ouest du Couesnon.

Naturellement, cela ne plaît guère à une extrême-droite qui réalise ici ses plus mauvais scores – moins de 3% aux dernières élections législatives. Non seulement la Bretagne est pour elle une terre de mission mais, plus grave encore, elle démontre qu’on peut être enraciné sans sombrer dans des délires racialistes ou islamophobe.

On comprend que l’extrême-droite ait essayé, à plusieurs reprises, de mettre un terme à cette exception bretonne en détournant à son profit le militantisme culturel. Le moins que l’on puisse dire c’est que cela n’a pas été un franc succès.

Ce manque flagrant de réceptivité aux thèses xénophobes ne l’empêche cependant pas de persévérer. Deux de ses initiatives – par ailleurs indépendantes l’une de l’autre – ont récemment fait parler d’elles.

La première a été la constitution à Guerlesquin, dans le Trégor, d’un groupe qui se fait appeler "Jeune Bretagne" mais qui n’est, en fait, que la branche locale des Identitaires. Pour ceux qui ne seraient pas adeptes de la groupusculologie fascistoïde, les Identitaires, mouvance qui regroupes les Jeunesses Identitaires et le Bloc Identitaire, ont été créés après l’attentat de Maxime Brunerie contre Jacques Chirac en 2002. L’organisation à laquelle il appartenait – Unité Radicale – a été dissoute et une partie de ses membres ont constitué autour de Guillaume Luyt une organisation qui allait devenir le Bloc et les Jeunesses Identitaires.

Nous sommes là à la droite de l’extrême-droite, dans le monde des croix celtiques et du grand méchant look. L’organisation développe des thèses ouvertement racialistes et ruralistes. Ils veulent une Europe unie autour des "Patries Charnelles", Europe blanche, cela va sans dire. Leur discours se teinte parfois d’un gauchisme qui peut un temps faire illusion mais qui retombe très vite dans le refus de l’autre et l’islamophobie qui, de Riposte Laïque aux Soraliens est devenue la marque de reconnaissance de la droite dure, affichée ou non.

Le groupe s’est fait remarquer dans le passé en organisant des distributions de soupe au cochon aux sans-abris, histoire d’être bien sure que seuls les "vrais français" en profiteraient. A Saint-Brieuc, ils ont scandé "30,000 expulsions c’est la honte, il en faut 300,000" devant une assistance clairsemée et passablement hostile.

A Guerlesquin, ils ont créé une sorte de centre culturel et associatif dans un ancien moulin et tenté de s’implanter dans les associations locales. Heureusement ces tentatives ont fait long feu. La gauche s’est mobilisée et c’est désormais une franche hostilité qui monte des campagnes avoisinantes.

L’espérance de vie de ce groupuscule sera probablement imitée, d’autant plus qu’ils ont choisi de s’installer au coeur de la Bretagne Rouge, dans le Tégor où l’UDB est fortement implantée et où le Parti Communiste a longtemps été dominant.

Plus dangereuses sont les tentatives du groupuscule d’extrême-droite Adsav pour se racheter une virginité politique. Contrairement aux Identitaires, qui sont des pièces rapportées, Adsav est une création locale, même si la plupart des locaux s’en seraient volontiers passés.

Adsav est né en 2000 lorsque Patrick Montauzier, un ancien membre du FLB a quitté le POBL, un petit parti nationaliste de droite, pour fonder sa propre organisation. Adsav était dés le départ beaucoup plus radicale que les groupuscules droitiers mais soucieux de respectabilité qui l’ont précédé. Il a naturellement sacrifié au folklore des marches en forêt et des serments aux flambeaux et s’est ouvertement réclamé de l’héritage du PNB collaborationniste des années 40.

Depuis le parti a changé de président et son nouveau dirigeant suprême Frederic le Boulder, ayant compris que le folklore scout nuisait à sa popularité a adopté un discours apparemment plus modéré. Bien sûr cette modération n’est qu’apparente. Lorsqu’on lit sa dernière interview sur le site de l’Agence Bretagne Presse on y retrouve tous les poncifs et toutes les références de l’extrême-droite, depuis les "patries charnelles" – jamais vous ne verrez un homme de gauche utiliser ce genre de vocabulaire – jusqu’à la célébration de la mémoire d’Olier Mordrel, le vieux chef collaborationniste compagnon de toutes les extrêmes-droites, du Kelc’h Maksen Wledig au GRECE.

Adsav a décidé de présenter un candidat à l’élection cantonale partielle de Redon, sans doute pour affirmer sa présence face aux Identitaires qui, s’ils n’ont pas le même style, chassent sur les mêmes terres. Les autonomistes démocrates ont semble-t-il décidé de le contrer et de renvoyer définitivement cette relique des années 30 dans les poubelles de l’histoire. C’est l’intérêt de tout le monde qu’ils y parviennent.


Moyenne des avis sur cet article :  3.2/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • Bois-Guisbert 1er mai 2009 23:37


    DE toute manière, le militantisme culturel de la gauche est l’arnaque des arnaques, puisque personne de sensé ne voit comment on peut défendre son identité tout en tolérant l’installation de hordes d’alterculturels.

    Une expérience de type plus ou moins semblable a été testée par les Serbes au Kosovo, par les Indiens aux Etats-Unis et par les Anatoliens dans ce qui n’était pas encore la Turquie, on sait ce qu’il reste, respectivement ne reste plus, des uns et des autres.


    • Ibitoki 2 mai 2009 17:27

      On ne peut plus moinsser ? J’ai plussé alors que je voulais faire le contraire !


    • Bois-Guisbert 2 mai 2009 19:43

      T’as bien fait, il paraît que le 13 porte malheur smiley)))))


    • La Taverne des Poètes 2 mai 2009 09:54

      Comme un vol de fachos hors du charnier natal,
      Exaltés de porter la Bretagne hautaine,
      Jeunesses Identitaires comme Jean-Marie Le Pen
      Partaient, ivres d’un rêve héroïque et brutal.


      • Damien Perrotin Damien Perrotin 2 mai 2009 12:18

        Une petite bretonne sort d’une boulangerie et un couple de parisiens s’en offusque... franchement quand on voit ce genre de bêtises on aurait presque envie de faire sécession.


      • Fergus fergus 2 mai 2009 13:12

        Le commentaire de Pasou est à gerber !


      • Bulgroz 2 mai 2009 11:34

        Un article du Wall Street Journal du 23 Avril 2009 parle sans la moindre censure de l’état de l’Europe et de sa dérive à droite à cause de l’immigration, musulmane en particulier. A New York, contrairement à la France bien pensante de gauche, on n’est pas tenu au politiquement correct :

        http://online.wsj.com/article_email/SB124043553074744693-lMyQjAxMDI5NDIwOTQyMzk1Wj.html

        L’article explique notamment pourquoi en Europe, les partis de gauche n’ont aucune chance de gagner une quelconque élection par incapacité à répondre à l’attente première des électeurs : l’arrêt de l’immigration, l’arrêt de l’Islamisation et de ses dégats.


        • La Taverne des Poètes 2 mai 2009 11:49

          Il n’est pas besoin de virer facho pour reconnaître et promouvoir les identités locales ou gérer la question de l’immigration. Seule une « naïveté » trop longtemps entretenue justifierait cela ! Mais on n’en est pas là et l’on peut encore traiter avec sang-froid et humanité ces sujets et surtout sans les exploiter électoralement de façon éhontée


        • Bois-Guisbert 2 mai 2009 12:36

          L’article explique notamment pourquoi en Europe, les partis de gauche n’ont aucune chance de gagner une quelconque élection par incapacité à répondre à l’attente première des électeurs : l’arrêt de l’immigration, l’arrêt de l’Islamisation et de ses dégats.

          Ce n’est pas pour me vanter, mais il y a cinq ans que je répète cela dans des discussions portant sur l’ation et l’avenir du parti socialiste, on ne m’a jamais opposé que des invectives et, dans l’intervalle, la situation s’est encore aggravée au détriment des gauches.

          Il m’étonnerait que le Wall Street Journal ait plus de succès que moi… Maintenant, il reste à travailler à la prise de conscience de l’électorat qui doit comprendre que la droite sarkozyenne n’est pas plus efficiente sur ce problème crucial.


        • Bois-Guisbert 2 mai 2009 12:43

          Mais on n’en est pas là et l’on peut encore traiter avec sang-froid et humanité ces sujets et surtout sans les exploiter électoralement de façon éhontée

          Disons, pour être complet, avec sang-froid, humanité et vaseline.

          Comme a dit Céline :

          Beaucoup de vaseline, encore plus de patience
          Eléphant encugule fourmi...

          On comprend implicitement que c’est aussi sur la patience de la fourmi que le succès de l’opération repose...


        • Fergus fergus 2 mai 2009 13:24

          Bonjour, Damien.

          J’ai bien apprécié cet article assez fouillé, mais néanmoins clair pour un sujet très complexe.

          Une remarque cependant : si le Parti National Breton est effectivement devenu collaborationniste dans les années 40, c’est contre l’avis de certains de ses membres qui l’ont quitté. Rien ne prédisposait dans les années 30 le PNB à devenir collabo, ses valeurs étant alors centrées sur la seule défense de la culture bretonne.

          Il est vrai que l’identité bretonne a été, à cette époque, largement détournée au profit de la collaboration comme le montre par exemple le choix du nom de l’abbé Perrot (qui n’avait de son vivant rien d’un traître potentiel à la nation française) pour l’unité de combat dite Bezenn Perrot.


          • Damien Perrotin Damien Perrotin 2 mai 2009 13:41

            En fait c’est en 1931 qu’a eu lieu la coupure entre - pour faire simple - les fédéralistes et les nationalistes d’extrême-droite autour de Debauvais et Mordrel. C’est le second courant que représentait le PNB, maintenant c’est vrai que certains de ses membres ont choisi la résistance - je pense à Martray ou au groupe Liberté - mais ce n’est jamais de ceux-là que se réclame Adsav et cie, toujours de Mordrel qui était idéologiquement nazi.

            Pour Perrot, c’était tout sauf un gauchiste mais il ne collaborait pas et je doute fort qu’il eut approuvé la dérive criminelle de Lainé et de sa Bezenn. Maintenant les gens qui se réclament de lui aujourd’hui sont clairement d’extrême droite


          • Adsaver 6 mai 2009 15:13

            Oui exectement entre 10H32 et 10H38 , le 21 juillet 1931 que le PNB est devenu fasciste. smiley))

            Concernant Adsav M. Perrotin divague tout autant que sur le chapitre PNB. Voici la position d’Adsav :

            « ADSAV ! se refuse à condamner ceux qui ont combattu pour l’indépendance bretonne avec sincérité et droiture, quelles que soient l’époque et les circonstances. »

            C’est pourtant clair. Adsav soutient tous les combattants de la Cause, de tous temps et quelque soient leurs opinions POURVU qu’ils se soient battus avec sincérité et droiture. Peut-on en dire autant de ceux qui soutiennent tout ce qui est « marxiste » sans jamais faire le tri entre des personnes dignes et les pires tortionnaires ?

            Concernant la personne d’Olier Mordrel il est AVEC TANT D’AUTRES l’une des grandes figures du nationalisme breton. La fixation sur Olier Mordrel semble forte chez M. Perrotin. A l’inverse, lorsqu’on regarde le menu du site d’Adsav ou celui de la revue War Raok les références sont variées

            http://www.adsav.org/bretagne.php
            http://war-raok.site.voila.fr/index.jhtml

            Pourquoi M. Perrotin s’acharne-t-il alors qu’Olier Mordrel n’ était pas plus raciste qu’un De Gaulle ou qu’un Churchill (relisez leurs écrits) et certainement pas « nazi » (il avait justement pris ses distances avec l’Allemagne en 1940) ? Du fait de sa carrure intellectuelle ? Sans cela gageons qu’il ne s’en servirait pas comme d’un spectre.

            M. Perrotin ne semble finalement pas aimer le nationalisme breton. C’est son droit. Mais pourquoi s’attaquer aux personnes mortes depuis longtemps ? Par manque d’arguments ? 
             
            Qui remet sans cesse le sujet sur le tapis ? Voici un bon exemple :

             http://www.agencebretagnepresse.com/fetch.php?id=14929

            Ce qu’on reproche aux Adsaverion c’est surtout de ne pas baisser leur froc devant les tabous que la France veut imposer aux Bretons. La culotte de la France pourtant est vraiment sale.




          • phiconvers phiconvers 2 mai 2009 14:02

            Arrêtez de crier au loup. vous nous faites ch... avec vos fachos. La menace, en France, n’est certainement pas celle du fascisme.

            La Bretagne, avec sa bonne conscience gluante, gâche son capital de sympathie au fur et à mesure de ses abandons et de l’exaltation grotesque de ses particularismes, que ce soit par la gauche ou par la droite.


            • Bois-Guisbert 2 mai 2009 18:51

              Ce qu’a voulu souligner Pasou, c’est que des Parisiens, qui n’en peuvent plus de croiser du hijeb et du boubou à longueur de journée, imaginaient, peut-être pour s’y réfugier, que la province bretonne était encore épargnée et que Kofi Miam-miam n’était qu’un accident émigré au Togo.

              Du coup, tomber sur une Subsaharienne en pleine Bretange, a été pour eux une douche qu’on peut carrément qualifier d’écossaise, une déception phénoménale et une révélation terrifiante.

              Un peu comme apprendre d’un coup d’un seul, qu’on a un fils homosexuel et qu’il est atteint du sida, alors qu’il était, depuis deux ans, fiancé à la fille du notaire... Un de ces trucs qui, en trois secondes, bousillent une existence.


            • ASINUS 2 mai 2009 20:19

              nous les travailleurs les bretons de gauches avont été trahis deux fois par
              un intelligenstia et clique politique afffublées du manteau de Jaures , cette gauche est passée avec armes et bagages « straus khan delors ect ;; ; » du coté du liberalisme apatride du patronnat sans nation Aubry a servit dans le privé Notat ect... TOUT CEUX
              censer nous représenter nous defendre sont aller a la soupe mondialisatrice dans le meme temps ils ont laissé le pays etre envahis car c etait utile au patronnat et aussi a leur bonne conscience intenationaliste devoyée ils ont joué les belles ames a peu de frais vus que eux les emigrés ils n en connaisse que les éduqués et surtout pas des compétiteurs avec eux , moi ,nous ils nous ont laissé vivre en bas chaque fois qu on as reguimbés on as eu droit au procés en sorcellerie raciste voir faschistes .Je ne crois pas ma culture et mes référents superieurs a ceux des immigrés non assimilables juste ils sont différent et desormais j entend que sur le territoire que l histoire et la nature m ont impartit ils priment , des grands mots peut etres mais nous sommes desormais quelques uns a ne plus vouloir nous payer de mots et apprenons a nos descendant des choses utiles dans le « combat » pour la survie culturel et ethnique vous en pensez ce que vous voulez mais ils y gros a parier que le prochain clash sera autant identitaire que social /politique vous decouvrirez alors que pour tous ceux que vous defendez vous n etes que betail comment disent ils déja ? des sous-chiens .Je n ai aucun mépris pour eux ils jouent leur partie c est la regle, par contre la classe eduquée française a qui nous devont d etre une majorité invisible et inaudible sur son territoire cette classe j attend avec impatience quelle finisse a sa place :dans les poubelles de l histoire .


              • Emile Red Emile Red 2 mai 2009 21:57

                Où on voit la racaille sortir de l’eau pour montrer le visage de la putréfaction.

                Les enflures qui sortent du bois pour asséner leurs haines, chiens de meute avilis dans leur boue nauséabonde.

                La France a depuis longtemps compris que les Pasou et les BoisGuibert sont à l’humanité ce que la vérole est à la peau, rebus de fausse couche, lisier de la vermine nazie. L’odeur du purin en comparaison est un doux parfum, ces immondices de la nature se nourissent de leurs propres déchets, raclures de fosses, ils sont la lie la plus abjecte de ce que peut être l’animal dans sa plus basse expression.

                Ces crevures sont voués à disparaître dans l’oubli du puisard le plus insalubre de la pensée terrestre. 


                • Bois-Guisbert 2 mai 2009 23:26

                  Toi, c’est pas demain la veille que tu vas échapper à l’aliénation de la Pensée unique et du politiquement correct pour demander ton affiliation à la Confrérie des Hommes libres...

                  Le perdant, c’est donc toi.


                • ASINUS 2 mai 2009 22:48

                  « Où on voit la racaille sortir de l’eau pour montrer le visage de la putréfaction. »

                   je suis de la racaile qui as vu les acquis sociaux de ses peres vendus a l encant par le ps « straus khan a liquidé les mutuelles en les obligeants a s ouvrir au pognon par exemple, » je suis la racaille dont les fils ont 8 langues différentes en classes , je suis la racaille qui a reçu sa lettre de licenciement parceque l europe et les lois UMPS
                  permet a mon patron de se casser en roumanie avec la tune et les machines c etait le sponsor des deputés socialistes du coin je suis la racaille en concurence avec la main d oeuvre misereuse et bon marché que les belles ames invitent a rester sans papier ici mais sur mon palier hein pas sur le leur hein , je suis la racaille qui n a plus aucun droit dans sa propre ZUS toleré par les barbus a condition de baisser les yeux et de les fermer sur l economie souteraine qui me vaut 3 4x4 rutilants sous les fenetres de voisins insolvables pour les loyer hlm et les factures electriques , je suis la racaille qui ne peut payer le voyage au usa de son fils mais sait que l association de grands freres de la cité
                  touche 12750e par mois de subvention municipale pour que les« 4 grands freres » maintienne un calme acceptable dans la ZUS, je suis la racaille qui il y 5 ans a vu le consul d algerie intervenir pour que police secour soit autorisé a penetrer dans la cité
                  elle continue la racaille ? ce monde s écroule un autre arrive soyez assuré qu il ne sera guere meilleur je gage meme que les temps deviennent difficiles pour les moralistes democrates libres penseurs


                  • lisca lisca 26 mai 2009 17:33

                    Les monuments aux morts de la grande guerre portent des noms FRANCAIS. L’apport africian est parfaitement anecdotique. Les Africains étaient d’ailleurs fiers et heureux (et prospères) de servir dans une si belle armée, comme ils sont fiers et heureux de faire des tas de guerres actuellement en Afrique, provoquées ou non par des éléments extérieurs. L’esprit guerrier, c’est historique, c’est masculin, c’est éternel. Par ailleurs les exactions commises par les troupes coloniales sur les Italiennes, les Allemandes et même les Normandes et Lorraines sont peu connues, mais répertoriées et archivées. Une horreur. Des vidéos existent, bourrées de photos historiques et de témoignages d’époque, dans des jugements d’époque (avec exécutions).
                    Trois fois plus de Bretons tués que la moyenne des Français. Ils sont les véritables héros et combattants de la grande guerre.
                    Notre histoire n’est pas la vôtre, peuples africains. Notre pays n’est pas le vôtre.
                    et du reste, soit il devient un mêli-mêlo infernal (à personne d’autre qu’à quelques riches sans foi ni loi), soit il restera français, après bien des peines.
                    Insulter stupidement les « identitaires’ c’est à dire ceux qui aiment LEUR pays ne fait que révéler l’état d’étranger de celui qui parle, qu’il ait ou non les papiers. Quand on voit la France comme une vache à lait, c’est qu’on n’en est pas, qu’on n’y comprend rien, qu’on n’ en fait pas partie, que ce soit biologique ou culturel.
                    Marre à la fin de ces faux Français qui nous haïssent dans les colonnes d’Agoravox, et qui se masquent derrière de sirupeuses leçons de morale gauchisante, en apparence seulement. Agents de propagande ? Niaiseux sincères ?
                    Quant au mot »facho", doctrine disparue de l’histoire et inconnue des gens de moins de 90 ans, regardez-vous, trotskards tortionnaires et goulagueux, et cachez-vous !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès