Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Vote blanc pour les Nuls ?

Vote blanc pour les Nuls ?

Le jeudi 22 novembre 2012 sera à marquer d'une pierre blanche dans la glorieuse histoire parlementaire de la Ve République. En effet, dans son assemblée nationale où la gauche et la droite se disputent férocement et s'injurient souvent au point de devoir quitter les séances avant d'en venir aux mains, on a procédé, en ce jour mémorable, à un vote UNANIME.

Cette journée est même doublement mémorable comme va le voir, d'abord par cette stupéfiante et rarissime unanimité et ensuite par l'anniversaire qu'il marque pour une décision dont le seul précédent, dans notre histoire, doit être recherché il y a plus de 214 ans. Je m'expliquerai le moment venu.

Un amendement visait, en effet, à faire reconnaître le vote blanc dans tous les scrutins de notre belle république française qui, à la différence de la plupart des autres démocraties, jette les blancs et les nuls dans la poubelle des suffrages non exprimés, ce qui est pour le moins étrange !
 
Belle contradiction d'ailleurs ; laissons de côté les bulletins nuls car ils forment une catégorie très hétéroclite (les causes de nullité sont diverses) mais parfois électoralement bien utile. Je me souviens de l'époque où, dans certains départements d'outre-mer comme en particulier la Réunion, certains scrutateurs, lors des dépouillements, avaient, dans la poche, une pomme de terre épluchée. Ils y posaient discrètement le pouce avant d'examiner un bulletin du parti adverse, de façon à y imprimer une marque qui rendait aussitôt le bulletin nul. L'UMP est-elle au courant de cette pratique si commode dans les votes serrés ? Toujours les bons conseils gratuits d'Usbek Consulting & ;Co.
 
Considérer les votes blancs comme des suffrages non exprimés est tout de même un paradoxe politique extraordinaire ; on assimile par là celui ou celle qui, sans vouloir choisir, pour diverses raisons qui sont les siennes, a pris la peine de venir au bureau de vote et de mettre dans l'urne un bulletin blanc, à celle ou celui qui est resté chez lui à regarder la télé ou qui est allé à la pêche ou choisit de jouer aux boules. Il est difficile de trouver plus hypocrite en la matière.

Notre assemblée, unanime en ce jour solennel, a donc pris une décision qui fera date dans l'histoire de notre démocratie, puisque les bulletins blancs seront désormais des suffrages exprimés.

Mais non mes pauvres et chers amis ! Vous n'y êtes pas !

Ils seront SEULEMENT décomptésséparément des nuls au moment du dépouillement et la présentation des résultats électoraux fera expressément mention de leur nombre, distinguant, de ce fait, les bulletins blancs des bulletins nuls au lieu de les réunir dans la précédente formule qui était "bulletins blancs et nuls".

Foutre ! C'est ENORME !

J'ajoute qu'une autre décision, tout aussi importante, a été prise aussi ; sera considéré comme un bulletin blanc, non seulement le carré ou le rectangle de papier blanc (un bulletin vierge, mais gris très pâle est-il blanc ou nul ? Voilà qui va occuper pour dix ans au moins les constitutionnalistes) glissé dans une enveloppe (ce qui est le cas actuellement) mais (et c'est la réforme capitale) une enveloppe vide simplement glissée dans l'urne, sans contenir quoi que ce soit. N'allez surtout pas écrire sur votre bulletin blanc « Merde pour celui qui lira" car, de ce fait, exclu de la noble catégorie des bulletins blancs, il tombera dans l'ignominieuse poubelle les bulletins nuls.

Le plus pittoresque dans cette histoire réside dans les déclarations faites à propos de cette farce par des hommes politiques majeurs (les femmes plus sages se sont tues) comme le président de notre Assemblée nationale qui, au nom du PS, a qualifié cette réforme "de progrès démocratique majeur" (ce qui est pour le moins un oxymore) et Jean-Louis Borloo, récent fondateur-président de l'UDI, qui y a vu, lui aussi, « une avancée démocratique majeure » (décidément nos hommes politiques manquent de vocabulaire), mais surtout une réforme qui répondrait aux attentes de 69 % des Français. Il a simplement oublié de préciser que ce qu'attendent les Français qui, en nombre de plus en plus grand, votent blanc, vous l'aurez sans doute observé, est non pas que l'on se borne à séparer les bulletins blancs des nuls dans les résultats, mais que les bulletins blancs constituent, comme c'est logique et normal, des suffrages exprimés. Ils sont même plus exprimés, si je puis dire, que les votes pour tel ou tel candidat, car si l'on peut espérer par son vote, dans ce dernier cas, une incidence quelconque sur le résultat, on n'en attend aucune de la part d'un vote blanc ce qui rend ce choix d'autant plus méritoire et significatif.

Je vous avais promis un second élément d'ordre historique ; il tient à ce qu'à l'époque révolutionnaire, "le 18 ventôse de l'an 6" pour être tout à fait précis et en croire J.J. Urvoas, le président PS de la commission des Lois, donc le 8 mars 1798 (cette hypothèse est, en revanche, de moi, donc SGDG), l'assemblée nationale (et non le parlement !) avait autorisé le vote blanc, sans que cette mesure soit toutefois maintenue dans la suite ; en revanche, le principe de confondre bulletins blancs et bulletins nuls est moins glorieux et remonte à Badinguet, février 1852, ce qui est tout un programme en matière de démocratie, comme le diraient Messieurs Bartolone et Borloo.

Ce qui est le plus intéressant dans toute cette affaire car rien ne change bien entendu, c'est, pour une fois, la belle et TOTALE unanimité de notre Assemblée nationale, non pas sur le plan de sauvetage de notre économie, en perdition dans les circonstances actuelles, mais sur une mesure totalement bidon qui établit une distinction, aussi stupide que vaine, entre les bulletins blancs et les bulletins nuls.

Peu importe la distinction qu'on fait entre eux puisque, de toute façon, ils finiront dans la même poubelle, celle des suffrages non exprimés. Ils expriment pourtant, de plus en plus clairement et de plus en plus fort, un sentiment que nos politiques ne veulent UNANIMEMENT pas entendre.

Moyenne des avis sur cet article :  4.06/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Radix Radix 24 novembre 2012 13:18

    Bonjour

    Je crois que cette réforme « fondamentale » ne portera aucun préjudice aux marchands d’articles de pêches !

    Donc inutile de descendre dans la rue pour protester contre cette mesure !

    Radix


    • picpic 24 novembre 2012 14:17

      En Belgique le vote est obligatoire et le vote blanc va à la majorité...
      Donc, on nous présente Blanc bonnet et bonnet blanc et il FAUT obligatoirement choisir.
      En Belgique il est impossible d’exprimer un : Je ne veux aucun des deux.
      Après ça on vous explique qu’il faut assumer nos choix.


      • usbek 24 novembre 2012 16:32

        Donner le vote blanc à la majorité dans les décomptes des voix est doublement idiot et Coluche en aurait fait une histoire belge ! Cela dit, il est aussi scandaleux d’en faire un suffrage non exprimé et la preuve que nos politiques sont des faux-culs est justement que, pour une fois, ils sont unanimes.

        C’est scandaleux aussi quoique sans rapport, mais je viens d’apprendre d’un opticien qui a un client sénateur que ceux ci sont INTEGRALEMENT remboursés de leurs frais d’optique. C’est bien normal pour ces pauvres sénateurs qui s’ennuient tant au Palais du Luxembourg (quand ils y sont et n’y dorment pas !) qu’il faut bien qu’ils lisent. Usbek

         

         


      • YVAN BACHAUD 24 novembre 2012 17:14

        que l’auteur de l’article réponde a mes questions simples :

        Je voudrais pour bien, pour en comprendre les conséquences pratiques, que vous m’indiquiez ce qui se passe dans les deux cas suivant.

        Elections européennes.

        Supposons que dans une ou des  « circonscription » le vote blanc arrive en tête, ce qui est très possible avec # 60% d’abstention.

        Les meilleurs candidats présentés par les partis sont écartés ?

        Quels avantages pour les électeurs ?

         

        Pour les législatives.( # 43% d’abstention en 2012.)

        Que se passe-t-il dans les circonscriptions où le vote blanc arrive en tête ? 

        Les candidats sont écartés pour un 1er tour bis ?

         Merci de bien vouloir simplement répondre à cette situation simple.

        Pour les autres conséquences selon le niveau du vote blanc il suffit de revoir les seuil pour se maintenir, fusionner etc on peut se baser sur le nombre d’inscrits ce n’est pas un problème.

        Cordialement

        Ce qui est important c’est le VOTE PRÉFÉRENTIEL qui existe dans 18 pays sur 27 de l’UE qui permet de choisir ses représentants.. ! par exemple en modifiant les N° d’ordre quand il y a des listes.

        Pas un parti ne l’a jamais proposé sauf le R.I.C www.ric-france.fr MODES DE SCRUTIN


        • usbek 25 novembre 2012 10:02

          Cher Monsieur Bachaud,

          Il est agréable d’avoir un commentaire qui concerne le texte proposé et qui ne contient ni des injures (ou à peu près !), ni les obsessions d’un commentateur qui, de toute façon et quel que soit le sujet, y racontera ce qu’il envie de dire (c’est le cas le plus fréquent).

          Je réponds donc simplement à vos questions simples.

          Les deux hypothèses que vous formulez se fondent sur l’observation de l’importance, dans les dernières élections, de l’ensemble que constituent les abstentions, les bulletins blancs et les bulletins nuls. C’est effectivement un total tout à fait impressionnant qui en général avoisine les 50 %.

          Considérer le vote blanc comme un suffrage exprimé a pour avantage essentiel de lui donner un sens et de le distinguer des bulletins nuls qui peuvent tout à fait, comme dans des élections du style de celle de l’UMP toute récente, procéder de l’annulation, volontaire et frauduleuse, d’un bulletin du parti adverse ; le nul peut aussi marquer, d’une façon ou d’une autre, une forme d’exaspération (du style « merde pour Copé » ou « pour Fillon » ou pire encore... ) ; reconnaître le bulletin blanc comme suffrage exprimé le distingue surtout de l’abstention qui peut résulter de mille causes diverses. En distinguant le bulletin blanc du nul et des abstentions, on lui donne un véritable sens politique qui est probablement celui de la contestation, soit de l’élection elle-même (type élection au parlement européen dont on sait très bien qu’il ne sert à rien, sinon à entretenir, sur un grand pied , quelques centaines de margoulins, souvent des "has beens", arrivés là on ne sait comment ou on ne le sait que trop ... quand il s’agit par exemple d’un Harlem Désir), soit de la classe politique elle-même quand les gens en ont assez de voter, depuis 30 ans, pour les mêmes têtes qui ont, depuis longtemps, démontré leur incapacité et qui ne sont maintenus que par leur position dans un appareil politique, lui-même totalement dépassé.

           

          Je ne comprends pas comment notre Assemblée nationale unanime a osé voter pareille décision, sans comprendre que, par la, elle se déconsidérait encore un peu plus, ce qui, il faut bien dire, est assez difficile, surtout quand on voit ce qui se passe au sein des deux principaux partis en matière d’élections internes, au PS il y a quelques années, à l’UMP ces jours-ci. Il y a là en effet de superbes exemples de démocratie et d’honnêteté. Avec Désir et Copé nous avons les Thémistocle et les Miltiade que nous méritons.

           

          Pour les problèmes que vous posez

          Elections européennes il faudrait, évidemment et en premier lieu, quel que soit le sort fait à l’inutile parlement que, comme le suggère, un commentateur, on puisse modifier la place des candidats dans les listes voire les panacher pour éviter qu’une fois de plus, les appareils politiques nous imposent des battus, des crétins voire des repris de justice. Ce ne sont donc en rien les « meilleurs candidats » qui sont présentés par les partis comme vous semblez le suggère. S’il n’y a pas de majorité de votants ou si les blancs sont majoritaires au premier tour, on fait un deuxième tour avec, comme on le suggère, la possibilité de changer l’ordre des candidats. Serais-je membre du parti socialiste que j’aurais scrupule à voter pour une liste comportant Monsieur Désir en tête de liste !

           

          Législatives ;  il en est à peu près de même pour les législatives.

           

          Je pense que, dans un cas comme dans l’autre, faire du vote blanc un suffrage exprimé conduirait sans doute à des choix différents de la part des électeurs et surtout amènerait à réfléchir sur d’éventuelles améliorations du système particulièrement mauvais dans le cas des européennes qui conduisent au parlement de Strasbourg des médiocres, des inconnus ou des battus ; ils sont imposés par les partis qui ne savent comment les entretenir et clairement ils n’ont rien à faire dans une instance qui ne sert à rien  (je crois que, si je me souviens bien, Laurent Fabius qui avait été élu (devinez pourquoi ?) y est allé trois fois durant toute la durée de son mandat, tout en encaissant bien sûr, les grasses indemnités et en bénéficiant des privilèges liés à ce mandat. Je crois que cela conduirait à réfléchir sur le vote lui-même pour éventuellement en changer les modalités.

          Une simple anecdote pour finir ; il y a au parlement européen (je me refuse aux majuscules) un élu de Marseille, Monsieur Karim Zéribi qui, lorgnant sur une place éligible dans la liste PS des dernières européennes, avait été finalement placé derrière Vincent Peillon, parachuté en tête par Solférino car il avait dû céder sa place éligible dans le Nord-Ouest. Grosse colère de Monsieur Zéribi qui en quitte le PS et passe chez les Verts (tout en gardant sa place antérieure derrière Peillon sur la lise d’un PS qu’il a quitté). Point final amusant de la chose, Peillon démissionne puisqu’il est devenu ministre, et Zéribi, tout en n’étant plus socialiste depuis des années, n’a pas scrupule à se retrouver député européen en lieu et place d’un vrai socialiste pour sa position sur la liste initiale du PS. Certes bon à prendre mais vive le Père Ubu !

          Bon dimanche.


        • Fergus Fergus 24 novembre 2012 17:54

          Bonjour, Usbek.

          Eh oui, une belle unanimité pour un foutage de gueule de l’électorat français. Les « blancs » non comptabilisés dans les « exprimés » n’auront pas une once de poids supplémentaire dans les scrutins car ces bulletins ne pourront modifier les qualifications des candidats.

          Les élus continuent de nous prendre pour des demeurés que l’on peut sans difficulté rouler dans la farine. Ils ont raison puisque nous les reconduisons à chaque nouvelle échéance !


          • Alexis_Barecq Alexis_Barecq 24 novembre 2012 18:41


            La démocratie, c’est le pouvoir exercé par le peuple.

            Le vote, c’est la délégation du pouvoir à des gens qui, par métier, exerceront ce pouvoir en confortant les intérêts de ceux, peu nombreux, qui auront financé les élections.

            Le vote, c’est le contraire de la démocratie.


            • fides 24 novembre 2012 21:02

              Le SERMENT DE CITOYEN DEMOCRATE LIBRE ET DIGNE

               Exprime les 10 volontés du peuple.

               

               

              C’est le seul document venant du citoyen vers les politiques qui chaque jour réduisent la démocratie, la liberté et la dignité des citoyens, bien réfléchi, sans angélisme béat ni naïf et immédiatement applicable.

               

              C’est le seul document avec lequel les politiques doivent compter ou se démettre ou être démis  !

               

              Non, ne pas voter, voter blanc ou nul n’est pas le renoncement de son droit de vote, mais l’expression de son mécontentement et la volonté de ne pas accorder la légalité aux représentants du peuple, payés par le peuple et devenus les patrons du peuple utilisant tous les moyens y compris la force publique contre le peuple s’il manifeste son désaccord.

              Non, nos élus n’ont pas la légitimé du peuple et ne sont pas légalement élus au regard de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, ce Citoyen trompé tous les jours.


              Si vous en avez assez des pratiques actuelles qui détruisent la cohésion de la famille et de la société, le bien-être et la sécurité de chacun, acceptez les dix volontés exprimées dans le Serment de Citoyen.

              //C:\DOCUME~1\home\LOCALS~1\Temp\msohtml1\01\clip_image001.gif" height="2" width="578">La Démocratie, la Liberté et la Dignité, personne ne doit les voler au Citoyen


              REVOLTEZ –VOUS !

              cliquez ou recopiez ce lien :

              http://sermentdecitoyenlesdixvolontes.20minutes-blogs.fr/archive/2012/11/01/serment-de-citoyen-les-dix-volontes.html

               


            • herope herope 24 novembre 2012 22:32

              Le seul poids qu’a le peuple sur les élections s’appelle l’abstention !

              Le reste n’est que leurre ! Ceux qui croient que les élections vont changer leurs vies sont de doux rêveurs pas comme actuellement en tout cas !

              www.fa-heropelyon.fr.gd

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès