Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Vous me notez, soit, je vous note aussi !

Vous me notez, soit, je vous note aussi !

Le 31 janvier, les enseignants étaient dans la rue. Entre autres raisons ils y contestaient la décision de leur ministre de les soumettre à "évaluation" par leur directeur d'établissement. Ceci veut dire, en clair, qu'ils n'acceptent pas d'être notés par leur supérieur hiérarchique. Mais quels privilégiés croient-ils être pour contester une telle évidence. Aucun autre salarié Français ne peut échapper à la notation par son chef (il faut cesser d'avoir peur des mots, j'emploierai donc le mot chef, bien Français, à la place de tous les néologismes et autres euphémismes) et il n'y a rien de choquant à cela, cela fait partie des moyens d'action normaux des chefs de noter leurs subordonnés.

Les enseignants prétendent que seuls les inspecteurs sont compétents pour les noter et influer sur leur carrière car ils seraient les seuls à dominer suffisamment la pédagogie pour pouvoir les juger. Pensez-vous que dans une usine ou une administration les chefs d'équipe ou de bureau sont compétents personnellement dans toutes les disciplines que pratiquent chacun de leurs subordonnés et pourtant ils les notent, ils influent sur leur carrière et même ils peuvent parfois les proposer au licenciement, malheureusement. Il est évident que toute décision humaine est faillible, qu'attribuer une note à une personne comporte un risque d'erreur et d'injustice et pas seulement pour les enseignants.

Mais comme toujours, pour essayer de limiter ce risque, il faut essayer de se rapprocher des règles démocratiques. En l'occurrence, un pouvoir est reconnu au chef, celui de noter. Si on en reste là le risque d'arbitraire est évidemment flagrant. Il faut à ce pouvoir un contre-pouvoir afin de rétablir l'équilibre. C'est très simple votre chef à le pouvoir de vous noter. Vous n'avez pas le pouvoir de le lui retirer mais qui vous interdit de le noter vous-même ? Bien plus organisez cette notation avec tous vos collègues subordonnés du même chef, à bulletin secret avec édition d'un bulletin de note précisant la moyenne obtenue, éventuellement les notes mini, maxi et l'écart type de notation. Faites signer tous les notateurs remettez en mains propres cette note à votre chef en lui signifiant qu'elle est transmise pour information à son supérieur hiérarchique (l'inspecteur pour les enseignants).

Il ne sera pas inutile de préciser, avec courtoisie, que le pouvoir de notation serait injuste s'il n'y avait pas de contre pouvoir de contre notation. Il ne faut pas envisager cette pratique avec un esprit systématiquement conflictuel, au contraire, cela devrait amener les chefs à plus de considération et de modération.

D'autant plus que si l'on pousse un peu cette logique, il serait normal que vos propres subordonnés (ou les personnes qui profitent de votre travail, par exemple les parents d'élèves ou les élèves pour les enseignants) vous notent à leur tour, vous informent de leur note moyenne et la transmettent à votre chef. Celui-ci pourrait bien se trouver à devoir tempérer la tendance de sa note du fait de celle attribués par vos subordonnés.

Stéphane Hessel nous a invité à nous indigner, invitation salutaire mais s'indigner ne suffit pas il faut réagir et même agir, alors je vous invite à :

  1. noter vos chefs et à les en informer,

  2. inciter vos subordonnés ou "clients" à vous noter et à vous en informer.

En faisant cela vous ferez avancer la démocratie et favoriserez le bon fonctionnement des entreprises et des administrations.

Scribe


Moyenne des avis sur cet article :  2.68/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • francoyv francoyv 1er février 2012 17:11

    @Scribe
    Il est certain qu’un enseignant n’a pas à se considérer différent des autres travailleurs ;
    jusqu’alors je crois qu’ils avaient tendance à ne considérer le chef d’établissement que comme l’un des leurs ayant accepté une tâche administrative, le salaire étant le même plus une prime. Cette administration inamovible de type Mammouth pour paraphraser certain ministre répugne encore à mettre en œuvre une vraie politique du personnel ou DRH comme nous avons tous connu.
    Réciproquement, pourquoi nous autres n’aurions-nous pas pu envisager de nous faire inspecter et noter par un corps d’inspecteurs issus des cadres et ingénieurs en fin de carrière ?
    Après tout leur système des inspecteurs a fait ses preuves.

    Il faut aussi stigmatiser notre éducation nationale qui n’a jamais organisé comme ailleurs dans le monde une présence accrue des enseignants en dehors de leurs cours pour assurer quelques tâches administratives et du conseil/mentorat auprès des élèves quite à les payer davantage. Il est scandaleux qu’aucuns locaux ne soient prévus à cet effet.


    • taktak 1er février 2012 17:43

      Je conteste absolument la nécessité de l’évaluation annuelle. Car au fond, elle n’a qu’un seul but diviser la masse en individu. L’entretien individuel à cela de caractéristique que l’on se retrouve seul à être « noter » par son supérieur qui a par définition le pouvoir arbitrer de décider ce qu’il fait de vous.

      Pour revenir sur le cas des profs, l’inspection par les inspecteur (connaisseur des programmes, des directives ministériels, et de la discipline en cause) a pour but principal de s’assurer de la conformité de l’enseignement, et par un corolaire des plus preignant certes de noter le subalterne.
      La notation par un chef d’établissement, c’est uniquement le pouvoir discrétionnaire du chef, la note de gueule (le pouvoir qu’il a actuellement dans la répartition des classes et des emplois du temps pourris) pour se venger des gêneurs


      • lemouton lemouton 1er février 2012 19:28

        @ l’auteur..

        1- Le chef d’établissement, qui peut être chef d’établissement sans jamais avoir enseigné soit dit en passant, le chef d’établissement disais je donc, note déjà les enseignants chaque année..

        2- Je peux vous assurer que si dans l’avenir sa note prend plus de poids, la moyenne générale des enseignants va augmenter..
        Les enseignants contrairement à leur crainte, seront évalué par une personne au fait de leur difficultés quotidiennes, et pas par un courant d’air venant du rectorat et qui ne s’arrête que deux ou trois heures.. smiley

        3- Evidemment il risque d’y avoir des petits potentats locaux qui voudront jouer leur dictateur, mais les enseignants savent se defendre..

        Pour conclure, bien qu’ayant penser cette proposition de notation scandaleuse, avec le recul et une projection dans l’avenir je pense que les enseignants en sortiront bénéficiaires.... smiley

        Note —> a ceux qui me prendraient pour un sarko fan, qu’ils consultent mes posts précédents avant de cavaler (euh.. non.. smiley ) monter sur leur grands baudets (euh.. . oui .. oui . « baudets » )... smiley


        • lloreen 1er février 2012 23:27

          Juste une question aux professeurs qui me liraient.
          J’ai cru comprendre que les professeurs étaient déjà notés par leur chef d’établissement (corrigez-moi si je me trompe).
          Dans ce cas pourquoi alors supprimer la note de l’inspecteur ?Quel serait son rôle, alors ?
          Et si le chef d’établissement n’ a jamais enseigné, comment peut-il juger du travail d’un professeur ?
          Excusez mon ignorance, mais si vous avez une réponse cela m’intéresserait de le savoir !


          • gaijin gaijin 2 février 2012 06:55

            non non et non !
            en premier lieu poser la question de la note des enseignants sans savoir de quoi il est question ( on va noter quoi ? sur quels critères ? ) est a peu près vide de sens

            en second lieu enseigner n’est pas un métier comme les autres croire que l’on enseigne comme on visse des boulons est une des absurdités qui nous ont conduit dans le marasme actuel

            en dernier lieu ce débat est issu d’un projet de société qui consiste a mettre en place les méthodes de l’industrie dans tout les secteurs. projet issu de l’idéologie de gens qui n’ont jamais travaillé dans l’industrie ......
            au passage c’est précisément les méthodes actuelles de management qui coulent notre industrie
            c’est absurde .......
            on est considérés comme ayant par trente ans de retard par les américains ........c’est dire .....


            • eric 2 février 2012 08:57

              Le droit d’évaluer ce qu’on fait avec notre argent est un droit de l’homme ( Article 14 et 15 de mémoire) Il est typique du surmoi antidémocratique des forces vives de gauche de s’y opposer et qui plus est dans la rue.
              Tous les arguments des profs pour refuser qu’on évalue le résultat qu’ils nous donnent pour un de nos budgets les plus important prend toute sa saveur si on remplace prof par Président de la République..... Ce n’est pas un métier comme les autres... ; Seul des gens l’ayant pratiqué devraient pouvoir l’évaluer..... Il n’est envisageable que les citoyens jugent un président que si lui aussi a le droit de les juger et de les noter...
              Les profs se sont dans l’ensemble remarquablement mis à l’abri de l’évaluation par leur employeur en dernier ressort qui est le peuple. Cela, c’est un vrai déni de démocratie. Il faut évidemment mettre en oeuvre des procedures d’évaluation. On ne voit pas pourquoi en revanche les enseignant devraient conserver le droit qu’ils se sont arrogé qui est d’évaluer le peuple. Or, c’est bien ce qu’ils font. Notamment quand ils lui dénie le droit de les évaluer au nom de son incomptéence....


              • gaijin gaijin 2 février 2012 11:32

                évaluer quoi ?
                comment ?
                sur quels critères ?


              • cathy30 cathy30 2 février 2012 11:06

                lloren
                soulève la bonne question, pourquoi une évaluation ? je vous conseille vivement de vous renseigner scribe.
                evaluation/formation est la bonne réponse.


                • DarkShrimp 2 février 2012 11:32

                  J’adore ce genre d’article ... on sent l’ancien élève qui a été maltraité et qui visiblement ne l’a toujours pas digéré !

                  « Vous me notez ? soit, je vous note aussi » montre bien que le rédacteur ne connait absolument pas ce dont il parle... comparez une classe à une entreprise c’est comparer Mimi Mathy et Carla Bruni... certes chacune a son talent et ses mérites mais la comparaison est complètement dénuée de sens.

                  Une classe, c’est un ensemble complexe d’élèves : des bons, des faibles, des motivés, des rebelles ... c’est un peu comme si on imposait à une entreprise de vendre des produits qu’elle ne maitrise pas, qui sont en bon (ou en mauvais) état .... et c’est ce qui fait la richesse de ce travail et toute la difficulté.

                  L’évaluation par les inspecteurs est stupide bien sûr : en 20 ans j’ai été inspecté 4 fois... 2 fois au début de ma carrière (et parce que j’ai passé le concours) et une fois (11 ans après) l’année dernière... ça c’est bien passé mais que connait l’inspecteur de moi ? que je maitrise ma matière ? super (j’ai quand même quelques diplômes pour cela) que je maitrise ma classe ? (je ne pense pas avoir eu de plainte me semble-t-il), alors oui... j’ai été noté (note qui est mise après concertation de tous les inspecteurs au mois de juin et dont je n’ai pas eu connaissance de façon officielle) mais la note est de toute manière comprise entre X et Y (selon mon age et mon echelon)... alors cela n’a, de toute manière, aucun intérêt.

                  Par contre ce qui n’est pas noté c’est le fait que je donne du temps (comme de nombreux collègues) pour faire du soutien, du tutorat, de l’aide aux devoirs... ce qui n’est pas noté c’est que j’ai 3 élèves en situation de handicap dans ma classe (et que je dois faire 4 versions du même cours pour tout le monde).... ce qui n’est pas noté c’est que je me « paye » réforme sur réforme sur réforme sans concertation, sans explication et sans aide...

                  Et vous savez combien de fois j’ai vu un inspecteur pour travailler sur les programmes en 20 ans ? .... 1 fois il y a 15 ans... alors je n’ai pas peur de l’évaluation, des notes, de refaire mes cours... mais une évaluation par un inspecteur tous les 10 ans alors qu’il n’a jamais daigné nous rencontrer pour travailler avec nous ... c’est comme si je faisais une interrogation écrite à mes élèves sans jamais avoir fait le cours... on peut se poser la question de la valeur de l’évaluation non ?

                  Une évaluation ce n’est pas simplement « jouer au prof », ce n’est pas mettre un joli nombre en haut d’une copie d’un air magistral... je passe du temps pour faire le point avec mes élèves sur ce qu’ils apprécient ou sur ce qui leur pose problème dans la classe... je fais le point avec eux en fin d’année sur ce qui a « marché » et sur ce qu’ils ont trouvé difficile... mais une classe est une classe... comment évaluer le travail d’un professeur alors que celui-ci se passe à (au moins) 50% en dehors d’une classe...

                  noter vos chefs et les en informer ? vraiment ? Bonjour M. l’inspecteur, comme je ne vous ai jamais vu depuis 10 ans, je vous ai mis un 3/20 pour absentéisme et refus de travail... et puis comme vous faites une tête d’enterrement je vous enlève 3 points pour mauvaise humeur... finalement les propositions de l’auteur suffisent à ridiculiser le reste ! smiley Il vaut mieux en rire !


                  • Pat_94 2 février 2012 12:04

                    Le refus de la notation par les profs a une raison évidente : Cela les mettrait en concurrence les uns les autres et favoriserait les meilleurs et cela ils ne le souhaitent clairement pas.

                    L’évaluation par les inspecteurs est une vaste fumisterie, tout le monde le sait et cela arrange bien les profs. Toutes les évaluations sont planifiées largement a l’avance ce qui laisse le temps de préparer et scenariser un cours voir rejouer un cours déjà fait le jour de l’examen. Qu’on ne me dise pas que cela n’existe pas, je l’ai vécu 3 fois sur les 4 évaluations que j’ai pu voir au cours de ma scolarité !

                    Comme n’importe quels autres travailleurs les profs doivent être noté sur leur travail,
                    - par leurs eleves (et pourquoi pas les parents d’élève) qui sont les plus a même d’évaluer leurs performance pédagogique
                    - par un inspecteur au moins 1 fois par an et sans être prévenu a l’avance pour valider que les méthodes d’enseignement sont conforme a ce qui est attendu
                    - par le chef d’établissement qui est leur responsable hiérarchique et les côtoie tous les jours

                    Le but n’est clairement pas répressif, mais ça permettrait au moins de détecter les prof en difficulté (clairement si très mauvaise note des élèves il y a un vrai problème) pour les aider a progresser. Cela inciterais également tout le monde a progresser et fournir un meilleur enseignement.

                    Au cours de ma scolarité j’ai croisé tellement de profs qui n’avait strictement rien a faire dans l’éducation que je ne suis absolument pas surpris des mauvaises performances de l’éducation française. Le probleme n’est en aucun cas la quantité mais bien la qualité.


                    • taktak 2 février 2012 14:20

                      Votre commentaire me déplait. Je vous met 2/20.

                      Améliorez vous.

                      Et vive l’évaluation


                    • Pat_94 2 février 2012 16:19

                      J’accepte ma note, je suis au moins sur de faire mieux la prochaine fois !
                      Merci maintenant de me fournir le résultat détaillé de mon évaluation que je vois sur quels points précis je dois m’améliorer  smiley

                      bye


                    • DarkShrimp 2 février 2012 12:29

                      Mais bien sûr... et vous allez organiser cela comment ? ... vous vous êtes déjà posé la question de savoir combien il y a d’inspecteurs ? de profs ? ...

                      Il faudrait 5 fois plus d’inspecteurs (qui sont BEAUCOUP plus payés que les profs)...

                      Alors la notation par le chef d’établissement c’est déjà fait et cela me parait bien..

                      la notation par les parents ? vraiment ? les élèves ? vraiment ? sur quoi ? le travail donné à la maison ? les notes ? l’accompagnement ? les devoirs ? vous avez une idée de ce que vous demandez ? j’ai une classe de CAP avec 25 élèves... dernière réunion parents-profs... 2 familles... la plupart d’entre elles parlent (à peine) français... vous allez leur demander d’évaluer ?

                      Vous savez combien de familles participent quand il y a une réunion ? quand on leur demande leur avis ?

                      vous semblez confondre (comme beaucoup) notation et évaluation... jugement et évaluation... bref, vous le dites vous même... vous avez eu une mauvaise expérience... c’est bien triste... mais cela ne vous rend pas expert en éducation pour cela.


                      • Pat_94 2 février 2012 15:50

                        La notation n’est que le résumé (a un chiffre) d’une évaluation, il faut vraiment être prof pour s’imaginer que cette notion n’est pas accessible au reste de la population.

                        Les inspecteurs sont je l’ai déjà dit une vaste fumisterie, en mettre 5 fois plus ne changera pas le problème.

                        Pour la notation par les élèves (et pourquoi pas les parents), je maintient j’y suis 100% favorables car ce sont les SEULS capable d’évaluer l’efficacité du travail d’un prof.
                        Pour la méthode, les QCM vous connaissez ? Avec quelques questions ouverte pour recueillir des avis complet. Et il n’est pas nécessaire que TOUT le monde réponde, ce système n’a pas vocation a se résumer a une note unique mais detecter des axes sur lesquels les choses sont a améliorer.

                        Un des meilleurs profs (d’anglais) que j’ai connu faisait passer des questionnaires en début d’année (sur ce qu’on attendait de lui) et en fin d’année (sur ce qu’on avait pensé de son travail ) mais nous demandais la plus grande discrétion a ce sujet, de son propre aveu la méthode n’était pas appréciée de ses collègues.

                        Je vous confirme avoir eut plusieurs mauvaises expériences, le probleme c’est que sur ma generation (jeune trentenaire) on a TOUS eut affaire a des profs totalement incompétents au moins une fois au cours de notre scolarité.


                      • Scribe Scribe 2 février 2012 18:09

                        Réponse à « Crevette sombre » : j’ai exercé pendant 35 ans dans l’industrie électro-informatico-mécanique à divers postes après des études longues à l’université. J’ai eu l’occasion d’enseigner à l’université, dans un IUT et dans un centre de formation professionnel, à temps partiel bien sûr. Je ne crois pas être ignare sur le sujet. Par ailleurs, j’apprécie assez vos commentaires mais il me semble utile de préciser que mon objet n’était pas uniquement de parler des enseignants mais du principe de notation. Ni vous ni moi ni personne ne peut empêcher sa hiérarchie de le noter ou de l’évaluer selon des critères que l’on ne peut que difficilement contester (par le biais syndical). Je pense que nous sommes tous libres de réunir nos collègues au travers de structures syndicales ou autre ou tout simplement de façon amicale corporative, d’élaborer en commun des critères et de noter notre supérieur, puis de lui notifier ce résultat... Et nous sommes aussi libre d’inciter nos subalternes ou nos « cliernts » à nous noter eux aussi d’après les critères qu’ils auront établis entre eux. Nous pourrions dénommer cela « notation-évaluation symétrique ». Si on reprend la notation par les parents, elle pourrait, peut-être, se faire à travers les associations de parents mais à coup sûr par les élèves dès le secondaire, il ne faudra pas leur suggérer deux fois. Leur notation risque d’ailleurs d’être sévère mais je suis certain que cela les intéresse.


                      • Scribe Scribe 2 février 2012 18:28

                        Réponse à Pat 94 : Je crois que nous sommes d’avis assez proche pour ce qui concerne les enseignants mais j’insiste ; mon objet n’est pas de focaliser sur eux, même si je ne néglige pas l’importance de leur fonction. Je souhaiterais que l’esprit démocratique progresse aussi dans les entreprises, les services et les administrations. Tant pis si je me répète : personne ne peut empêcher ses supérieurs hiérarchique de le noter selon des critères difficiles à contester, rendons leur la pareille, ils ne peuvent pas nous empêcher de réunir les collègues qui ont le même chef, d’établir des critères ensemble et de faire une évaluation-notation du chef puis de lui communiquer sa note ainsi qu’à son supérieur. Si cela se fait sous couverture syndicale ce sera mieux mais dans tous les cas ça fera du bruit. Quant à l’inspecteur, ce n’est qu’une mesure exceptionnelle, voire rare, on ne peut pas raisonnablement considérer qu’elle suffit.


                      • gaijin gaijin 2 février 2012 21:25

                        « Pour la notation par les élèves (et pourquoi pas les parents), je maintient j’y suis 100% favorables car ce sont les SEULS......... »
                        sur quels critères ? la discipline dans le cours ? la rapidité d’avancée dans le programme ?
                        a partir de quel age les élèves sont ils compétents pour juger la « performance pédagogique »
                        6ème, CM2, maternelle ?
                        comment définissez vous la « performance pédagogique »comme une performance sportive ou comme une performance artistique ?
                        peut être comme une performance industrielle ?
                        par exemple faire un cours au maximum d’élèves dans un minimun de temps avec un taux de rebuts acceptable ?

                        sur quels critères les élèves du 93 vont ils noter les professeurs ?
                        leurs capacité a faire les cours en rap ? ou leur compétences en self défense et manipulation des armes de poing ?

                        vous avez visiblement un mauvais souvenir de vos professeurs : moi aussi
                        j’aurai certainement mal noté la plupart des rares bons professeurs que j’ai eut ....
                        depuis j’ai grandi


                      •  C BARRATIER C BARRATIER 2 février 2012 13:02

                        C’est une dérive « psychologique »...Les enseignants notent les élèves et dans leur classe sont les infaillibles, les parfaits : Nécessaire, ils ne pourraient plus faire classe si les enfants les notaient (au lycée, à l’université ils sauraient faire).


                        Les inspecteurs ne viennent plus dans une classe depuis des dizaines d’années sans avoir au préalable informé les futurs inspectés qui font alors parfois un cours qui n’a rien à voir avec ce qu’ils font d’habitude. Ce jour là ils arrivent à l’heure, et comme la visite est connue longtemps à l’avance ils ont donné des devoirs et les ont corrigés, le cahier de texte est à jour...

                        Les chefs d’établissements sont des professionnels, ils sont d’abord les chefs d’établissement des élèves, et les chefs d’une action pédagogique, et aussi de relations publiques, de management d’équipe, de contrôle de l’hébergement, des services de bouche, de la situation matérielle de tout l’établissement, ils dirigent les services administratifs et comptables, car les lycées et collèges ont l’autonomie financière. Ils savent noter bien sûr, il est facile d’évaluer les résultats de chaque professeur.

                        Ce que je proposerais serait la seule note de l’Inspecteur, qui arriverait impromptu et sans même avoir informé le chef d’établissement. Qu’il discute après avec lui serait utile...Une inspection sans « cinéma » préparé, ce serait très bon pour les bons professeurs, majoritaires.
                        Les autres, ils faudrait les former pour les améliorer.

                        Ce débat lancé par le pouvoir est ait pour casser les équipes éducatives, pour casser l’école...il y a mieux à faire. Voir dans la table des news :

                        Avenir de l’école : qu’a-t-on fait de la consultation nationale ?

                         http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=156



                        • Annie 2 février 2012 21:32

                          Chez moi, c’est-à-dire en Angleterre, on note les profs mais aussi les hôpitaux. Je vous apprendrai peut-être quelque chose en vous disant que les hôpitaux spécialisés dans le traitement des cancéreux ont des résultats plutôt mauvais par rapport aux autres. Le corollaire est également que les hôpitaux qui ne veulent pas avoir de « mauvaises notes » évitent d’admettre des patients trop malades. Ce qui fait que les hôpitaux qui avaient de mauvaises notes en ont encore de plus mauvaises etc. etc. etc.


                          • Scribe Scribe 3 février 2012 11:40

                            Réponse à Annie,
                            Vous avez raison, il y a aussi des effets pervers à la notation auxquels il faut essayer de trouver des parades. Mais on ne peut pas imaginer de systèmes hiérarchiques sans notation ni évaluation, et il faut bien admettre aussi qu’il est normal que qui est plus utile doit être mieux considéré et mieux traité que qui ne fait pas trop d’effort. Mon propos est de rendre symétrique la notation pour diminuer l’arbitraire.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès