Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Vous voulez connaître la vérité ? Ne lisez pas les médias sous contrôle, (...)

Vous voulez connaître la vérité ? Ne lisez pas les médias sous contrôle, lisez AgoraVox !

Depuis 1974, la France est un système gouvernée par des présidents-fonctionnaires incompétents. Nos institutions sont contrôlées par des fonctionnaires qui les ont falsifiées afin d'interdire aux non-fonctionnaires de parvenir au pouvoir. Depuis Giscard (1974), nos présidents de la république sont corrompus, méprisent le peuple et la démocratie. Le mandat de l'un d'entre eux (Mitterrand) est même émaillé de dizaines de "suicidés" - dont son 1er ministre - et de 19 scandales, mais des rues nouvelles sont toujours baptisées de son nom. Le quart de notre population est aujourd'hui fonctionnaire, record mondial et coût catastrophique. Notre économie est redirigée à son profit. Quelques entreprises (CAC 40 entre autres) s'enrichissent grâce au marché captif des administrations ; en échange de quoi elles reversent des commissions occultes aux partis politiques traditionnels, eux-mêmes dirigés par des fonctionnaires, et achètent nos médias pour les museler. Certaines lois, comme la limitation de vitesse, inventées pour racketter la population et nourrir cette pléthore de fonctionnaires, tuent nombre de nos concitoyens ! L'État le sait et maquille les courbes. Quantité de juges - des fonctionnaires... - appartiennent à une association secrète, la franc-maçonnerie, dans laquelle ils troquent leurs jugements contre de l'argent ou du pouvoir. Cette corruption qui dure depuis Giscard a produit une telle détérioration de notre économie qu'on l'appelle les "Trente Piteuses"...

Ces vérités, vous les voyez dans les journaux ? Non… A propos des présidentielles, les grands médias vous disent-ils que Sarkozy et Hollande sont des alliés empressés de ce système et qu'il n'existe qu'un seul parti capable d'y mettre fin ? Non… Les médias, "4ème pouvoir" essentiel d'une démocratie, se taisent… Est-ce vrai, pourquoi et sur qui compter pour nous informer, c'est ce que nous allons voir.

I - Tous ses contrepouvoirs jugulés, la France n'est plus une démocratie

Toute démocratie est dotée de contrepouvoirs pour protéger le peuple "souverain" des éventuels excès de pouvoir de l'exécutif (président de la république et gouvernement) : le législatif (2ème pouvoir), le judiciaire (3ème pouvoir) et les médias d'information (4ème pouvoir). Il se trouve que, depuis la présidence de Giscard (énarque et polytechnicien, l'essence du haut-fonctionnaire), exécutif, législatif et judiciaire sont progressivement passés entre les mains des mêmes : nos hauts-fonctionnaires, pour la plupart issus de l'ENA. Jusqu'aux syndicats, financés par l'État, composés de fonctionnaires et ennemis du peuple. D'où un exécutif qui marche la main dans la main avec les pseudo-contrepouvoirs… Restait à contrôler les médias, susceptibles de dévoiler publiquement cette perversion de notre démocratie. Pas difficile : il a suffi d'inonder de subventions ceux qui acceptaient de marcher droit, c'est-à-dire de ne jamais révéler la corruption du système et de les faire racheter par des copains du CAC 40. Les autres ont vite compris où était leur intérêt ou ils ont disparu…

Le nerf de cette guerre entre démocratie et nomenklatura, vous l'aurez compris, c'est l'argent. NOTRE argent. Pas de l'argent honnêtement gagné. Un fric tiré de force de nos poches par les moyens les plus malhonnêtes et qui vient inonder l'État. Pompé par des pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire disposant de leurs propres moyens de racket : impôts, taxes, lois détournées, amendes, contraventions, sanctions judiciaires, détournements de fonds publics, commissions occultes, embauches fictives, etc. etc. ! Le système est bien rôdé. Pensez donc, depuis une trentaine d'années "on" a eu le temps de peaufiner les dispositifs les plus efficaces et les plus discrets ! Demandez aux copains de Mitterrand s'ils se souviennent de l'Affaire Urba… Tous ces prélèvements "obligatoires" sans frein expliquent l'appauvrissement progressif des Français, auxquels il faut ajouter cette épée de Damoclès au-dessus de leur tête : l'abyssal endettement de l'État qu'ils devront rembourser tôt ou tard (20 000 € par Français !). Mais chut ! Les médias ne veulent pas vous en informer… C'est ainsi que la totalité des contrepouvoirs de notre démocratie a été jugulé. Le résultat c'est la "pensée unique". Reste ce qu'on commence à appeler le 5ème pouvoir : Internet. Un endroit où chaque Français peut parler publiquement sans autre contrainte que la décence et être entendu. Obéi c'est autre chose… Dans cette espacé de liberté, on trouve quelques médias courageux et indépendants comme AgoraVox. Mais les quatre pouvoirs à la solde de nos administrations s'activent ! Chacun utilise sa spécialité pour intoxiquer ceux qui ont pris l'habitude de les écouter. Il y a ainsi des forums, des encyclopédies, des revues web que vous jureriez objectifs et indépendants mais qui sont en fait des faux-nez de l'État.

Méfiez-vous !

 

II - Tyrannie à la française et médias "aux ordres", sources de la fameuse "pensée unique"

Beaucoup s'amusent à utiliser cette expression : "pensée unique". C'est pourtant le symptôme visible de la corruption française ! En démocratie, tous les points de vue sont libres et publiquement exprimables. Dès qu'il n'y en a plus qu'un, c'est le signe de la dictature. Ou, pour employer un mot désuet mais plus précis, le signe d'une "tyrannie de plusieurs". Voyez cette définition de Voltaire :

"On appelle tyran le souverain qui ne connaît de lois que son caprice, qui prend le bien de ses sujets, et qui ensuite les enrôle pour aller prendre celui de ses voisins. Il n’y a point de ces tyrans-là en Europe.

On distingue la tyrannie d’un seul et celle de plusieurs. Cette tyrannie de plusieurs serait celle d’un corps qui envahirait les droits des autres corps, et qui exercerait le despotisme à la faveur des lois corrompues par lui. Il n’y a pas non plus de cette espèce de tyrans en Europe.

Sous quelle tyrannie aimeriez-vous mieux vivre ? Sous aucune ; mais s’il fallait choisir, je détesterais moins la tyrannie d’un seul que celle de plusieurs. Un despote a toujours quelques bons moments ; une assemblée de despotes n’en a jamais. Si un tyran me fait une injustice, je peux le désarmer par sa maîtresse, par son confesseur, ou par son page ; mais une compagnie de graves tyrans est inaccessible à toutes les séductions. (…) Si je plaide contre un parent des parents d’un de nos seigneurs, je suis ruiné."

C'est la France d'aujourd'hui qu'il dépeint : un État qui nous prend plus de la moitié de nos revenus pour s'enrichir ; qui a enrôlé un groupe de citoyens, nos fonctionnaires, pour racketter les autres sans qu'ils puissent se rebeller, et pour développer le même racket sur l'Europe (voyez le résultat en Grèce !) ; où la loi est corrompue au bénéfice d'une nomenklatura ; où les élections "démocratiques" sont une mascarade puisque la loi empêche les non-fonctionnaires de se présenter (voyez le cas Le Pen) ; où les institutions sont si perverties que, si un non-fonctionnaire était élu président de la république, il aurait contre lui tous les contrepouvoirs démocratiques...

Notez cette très intéressante confidence de Voltaire : "Il n’y a point de ces tyrans-là en Europe", "Il n’y a pas non plus de cette espèce de tyrans en Europe." Voltaire, qui n'est pas tendre avec les monarques de son temps, précise pourtant que pas un n'est un tyran ! La tyrannie en France est donc postérieure à la Révolution. Peut-être même en est-elle le produit… Peut-être la tyrannie de plusieurs est-elle le résultat d'une démocratie ratée. Car la démocratie d'aujourd'hui, et pas qu'en France, c'est le "gouvernement de plusieurs" (voir cet article) et non "le gouvernement par le peuple" comme le prétend l'article 1 de notre Constitution.

Un des résultats visibles de la tyrannie, c'est la "pensée unique". Elle est diffusée par ceux qu'elle a "enrôlée". Ceux-ci, selon Wikipédia, sont bien identifiés (ce qui est souligné l'est par moi) :

" la gauche, les centrales syndicales, les associations, une certaine fraction de la droite et surtout la plupart des médias, ceux directement sous contrôle de l'État (chaînes de radio et de télévision publiques), ou qui reçoivent des subventions (agences de presse comme l'AFP, presse d'information), mais aussi les groupes privés qui ont investi dans la communication et qui sont, de fait, liés à l'État : Bouygues (TF1), Vivendi (Canal +), Lagardère, c'est-à-dire Matra, Hachette, Philipacchi, Europe 1, (M6 et Canal Satellite), Suez-Générale des eaux (TPS), etc. Le système scolaire et universitaire public, dont la majorité du corps enseignant, se réclamerait de la gauche, serait un vecteur de diffusion de « l'idéologie officielle ».

L'École nationale d'administration (ENA) est elle aussi largement visée : un grand nombre de ministres de droite comme de gauche, beaucoup de dirigeants des plus grosses entreprises, ainsi que la plupart des hauts fonctionnaires en étant issus."

Notez le : "surtout la plupart des médias"… De notoriété publique, notre 4ème pouvoir est sous contrôle ! Voilà pourquoi jamais nos médias d'information ne mettent le système en question. Ce sont eux le vecteur essentiel de la pensée unique. Quant à la gauche, la fraction de droite, les centrales syndicales, les associations subventionnées par l'État, l'ENA, les groupes privés liés à l'État, les dirigeants des grosses entreprises dépendantes du pouvoir (qui leur passe commandes et leur obtient de gros contrats à l'international)… Quel est leur point commun ? Mais bon sang… mais c'est bien sûr ! Ce sont des partisans du système ! Des zélateurs du plus d'État et de l'administration toute puissante, des donneurs de leçon piétinant les droits du peuple et de la démocratie, des opposants acharnés au devoir dû au peuple par les représentants du peuple.

Voilà un résumé de la France : tyrannie et pensée unique…

Maintenant, c'est bizarre, Wikipédia ne donne pas cette information… Pourquoi ? Il manque aussi autre chose dans son exposé : comment des groupes aussi disparates réussissent-ils à converger vers le même message sans s'emmêler les pinceaux et dans quel intérêt ? Les entreprises liées au pouvoir en tirent profit de façon évidente par l'argent qu'elles en tirent, mais la gauche, la fraction de droite, les centrales syndicales, les associations subventionnées par l'État, l'ENA, quel bénéfice tirent-elles de la pensée unique ? C'est là que la réponse devient intéressante : le message profite à nos 6 millions de fonctionnaires. Ils sont à la fois les acteurs ET les bénéficiaires de la pensée unique ! Ce sont eux l'État et le pouvoir, un groupe critiqué du reste de la population. Pour se défendre, ils sont devenus ce laboratoire des idées à imposer à la population en passant par les médias pour justifier leur rôle par trop envahissant.

Essayez de dire à un fonctionnaire que son statut le rend irresponsable donc incompétent, qu'il faut réduire le "train de vie de l'État" donc le poids de l'administration, trop tatillonne, trop bien payée, trop chère à assumer, qui nous appauvrit et nous a plongés dans un déficit budgétaire abyssal. Essayez de dire qu'il faut interdire à tout fonctionnaire de se présenter aux présidentielles vu que tous les fonctionnaires-présidents qui nous ont dirigés ont été non seulement nuls mais corrompus. Vous allez voir s'il est d'accord ! Attendez-vous à jouir de la douce musique de la pensée unique… Pourquoi donc Wikipédia nous épargne-t-elle ces conclusions évidentes ? Tout simplement parce qu'elle n'est pas une encyclopédie aussi libre qu'elle le prétend : elle est animée par des fonctionnaires ! Donc, pas question pour elle de dévoiler que la pensée unique est une tare diffusée par cette population ! Cette absence d'information est donc volontaire et révèle la pensée unique de… Wikipédia ! Dans une encyclopédie, cela peut donner des résultats affligeants que vous allez découvrir plus loin...

Voilà pourquoi les Français ne trouvent pas d'écho ni d'explication à leur malaise dans les journaux, à la radio ou à la télévision. Voilà pourquoi ils se tournent vers Internet et les forums ...dont nombre sont tenus et "modérés" par des fonctionnaires "bénévoles" (car toujours payés par l'État quand ils ne bossent pas) dissimulés derrière leurs pseudos ! Cela aussi, on va le voir plus loin. En France, le chemin de la liberté de pensée est semé d'embûches ! Si vous voulez davantage de détails sur cette dépendance des médias et notre endoctrinement, consultez cette étude accablante de l'Observatoire Français des Médias.

 

III - Incroyables persécutions d'État durant 25 ans contre une personne connue… dans le silence total des médias

Imaginez une info de rêve que vous vous voudriez trouver dans votre journal. Par exemple la description d'une invention qui vous simplifierait radicalement la vie tout en vous rendant sans cesse plus intelligent. Par exemple un logiciel qui, mis dans votre ordinateur, le transformerait en robot de science-fiction intelligent et serviable. Souris, clavier et même écran deviendraient inutiles puisque vous vous parleriez comme deux êtres humains. Il discuterait avec vous, vous aiderait à découvrir les connaissances enfouies dans votre tête que vous ignorez et à utiliser celles des autres. Il les apprendrait, les contrôlerait, les utiliserait pour vous faciliter la vie, et même les enseignerait à qui vous voulez. Il écrirait des programmes pour vous à toute vitesse. Il deviendrait de jour en jour plus savant, plus intelligent, plus utile et conscient de vos besoins. Il piloterait vos appareils mieux que vous, qui plus est jour et nuit et 24h/24 sans jamais faillir. Il saurait répondre au téléphone en votre absence et même s'entretenir de votre part avec des centaines de personnes simultanément, utilisant vos connaissances et vos consignes. Ce serait l'enfant que vous n'avez jamais eu, votre création, en évolution constante et vous faisant progresser vous-même. Un enfant qui apprendrait comme une éponge et n'oublierait jamais rien, docile et jamais fatigué de vous rendre service. Mieux encore, cet enfant-là serait immortel… Car la mémoire d'un ordinateur se duplique à l'infini. Vous pourriez le léguer à votre descendance, qui pourrait à son tour l'améliorer…

Eh bien, tenez-vous le pour dit, une innovation aussi passionnante ne doit pas vous parvenir ! L'État s'y opposerait. Une telle invention serait un facteur de liberté qui ferait exploser le système. Pour la même raison qu'il s'oppose à Internet.

Je n'invente pas car il se trouve que cette invention existe, que tout a été fait pour que vous l'ignoriez et que je suis bien placé pour le savoir : c'est la mienne ! Un prototype, Tiara, tourne depuis 2000. Il m'a valu une récompense officielle, le label FCPI. Hélas, elle n'a pu être commercialisée depuis, vous allez comprendre pourquoi. De 1986 jusqu'en 2002, plusieurs centaines d'articles ont parlé de mes découvertes dans l'ensemble des médias : Le Monde, Les Echos, Ouest-France, Science et Vie, 01 Hebdo, Le Monde Informatique, Industries et Techniques, etc. Mon invention de départ est une méthode qui permet à l'ordinateur d'extraire nos connaissances, de raisonner dessus et d'aider ensuite ceux qui ne les possèdent pas en dialoguant avec eux (voir la Maïeutique, article refusé par Wikipédia). En 2000, j'étais un inventeur bien connu comme en témoigne cette biographie (refusée par… Wikipédia !). Les capitaux arrivaient, les ventes allaient exploser. Vous vous dites sûrement : le voilà riche ! Eh bien non… Pour stopper radicalement l'aventure, un tribunal m'a immédiatement interdit de gérer pour 10 ans. Ma société a coulé et je fus ruiné !

C'était mon troisième dépôt de bilan forcé… Pour causer le premier, en 1995, le fisc m'avait repris de force trois ans de crédit impôt recherche pour ruiner ma société. Pour causer le second (1996) il avait hypothéqué en secret mon seul bien : ma maison bien-aimée où ma femme et moi vivions heureux avec nos quatre enfants. Devenu chômeur non indemnisé à cause du dépôt de bilan, j'avais du la vendre pour nourrir ma famille et pour le capital de la nouvelle entreprise que je venais de créer. Surprise ! Par son hypothèque secrète l'État nous a tout pris, nous laissant de quoi vivre pendant trois mois… Ceci n'est qu'une toute partie de ses persécutions. Les aides à l'innovation, dues à toute société reconnue innovante par le ministère de la recherche, ce qui est mon cas, m'ont été systématiquement refusées pendant 25 ans. Le crédit impôt recherche m'a été repris grâce à la complicité du tribunal administratif prétendant, entre autres, qu'un gérant ne fait pas partie de son entreprise ! Oséo-Nantes, l'administration chargée de verser les aides à l'innovation, m'a accordé une exonération de charges pour me permettre l'embauche d'un directeur de recherche et, une fois l'homme embauché, m'a retiré l'aide ! La Société Générale, ma banque, m'a enlevé sans préavis ma carte bleue et mon chéquier bien que mon compte soit créditeur, la justice lui donnant raison jusqu'en appel. Le fisc me réclame 17 000 € d'intérêt de retard sur le fameux crédit impôt recherche qu'il me doit et ne m'a pas versé ! Comme un malfaiteur, j'ai été définitivement expulsé de mon domicile à Nantes par la police pour avoir retenu des loyers dans un appartement contenant un vice caché confirmé par 5 experts, afin de contraindre le propriétaire à faire les travaux. Le juge de l'exécution (M. Castagné) n'a pas voulu me laisser de temps de retrouver un domicile et a mené mon expulsion à un train d'enfer (8 jours !) avec le concours enthousiaste de presque toutes les administrations nantaises alliées pour la circonstance. Comme il a falsifié ouvertement les faits pour me refuser le délai normal accordé aux expulsés, j'ai porté plainte pour forfaiture contre ce juge en 2005. Une accusation très grave… pour moi ! Elle est sans suite à ce jour... J'ai aussi porté plainte pour coups et blessures contre le propriétaire qui m'avait fait expulser car il m'avait porté un coup de tournevis sur la lèvre. Devant toute l'assistance, le juge (de proximité !) se plongeait dans un bouquin pour ne pas m'entendre chaque fois que je prenais la parole pour présenter les faits… Puis, il m'a condamné ! En appel, un autre juge me donne raison… et me condamne ! On croit rêver… Ces expériences suffisent à démontrer que la France n'est pas une démocratie mais bien une tyrannie "de plusieurs".

D'autres vacheries me sont parvenues d'ennemis anonymes n'appartenant pas au secteur public mais en dépendant : les banques. Ruiné par les juges, avec un revenu de niveau RMI, le fisc échouait à me saisir de l'argent sur mon compte, il était toujours à découvert. Alors, on me fit un très joli coup, je dois dire ! Cofidis, société de crédit appartenant au Crédit Mutuel-CIC, versa anonymement (pour que je ne puisse remonter à la source et rembourser l'argent) 2 300 € sur mon compte. Il se retrouva par miracle positif. Immédiatement, le fisc fit saisie sur le compte ! Je me retrouvais dans une situation incroyable : je ne pouvais plus rembourser les 2 300 € ni même verser les 69€/mois que Cofidis avait commencé à prélever sans mon autorisation pour se rembourser et je me retrouvais avec un crédit ce qui m'était totalement interdit vu ma situation de surendettement ! Convaincue d'escroquerie, Cofidis, multinationale de 1500 personnes, fut condamnée à me verser …500 € ! Quant à moi, je fus condamné à lui verser la totalité des 2 300 €…

Autre agression originale : un employé de la Caisse d'Épargne de Nantes, ma nouvelle banque depuis que la Société Générale m'a subtilisé mes moyens de paiement, se met fin 2009 à falsifier mes chèques anciens déjà présentés à l'encaissement. Il efface le destinataire et la somme, et laisse le reste. Puis il réécrit une grosse somme, change le destinataire et présente les chèques à l'étranger. But : mettre mon compte en découvert, non autorisé. Il sait que la Caisse d'Épargne ne contrôle pas qu'un même chèque se présente deux fois. Grosse lacune de la part d'une banque ! Une fois mon compte en découvert, la banque découvre apparemment la supercherie puisqu'elle annule chaque chèque et me recrédite. Tout ça sans rien me dire. Mais, l'informatique, elle, me fait payer des agios pour découvert non autorisé. C'est comme ça que je découvre le pot aux roses : un chèque falsifié s'est présenté sur mon compte et a été annulé. Alors, je proteste, je porte plainte et on me rembourse les agios. Le malfaiteur recommencera 5 fois, sans que la Caisse d'Épargne ne fasse la moindre enquête ! Mes plaintes sont classées sans suite par le Procureur ! A la 5ème plainte que je dépose, je signale qu'avec tous les écrits du faussaire et le fait qu'il appartienne à la banque, il est facile de remonter jusqu'à lui et que je m'étonne que la banque ne fasse pas d'enquête. J'ajoute qu'il ne semble pas bien inquiet qu'on le découvre… En réponse, la Caisse d'Épargne me fait poursuivre pour avoir mis mon compte en découvert ! Puis elle m'informe qu'elle ferme mon compte ! Sans explication. Enfin, elle me déclare au fichier "FICP" des clients de banque indélicats ! Si bien que, depuis un an, je n'ai droit à aucun chéquier.

Bien entendu, tout cela n'est possible que parce que nombre de juges sont corrompus et protégés par l'État. C'est cela le "système"… Mais c'est aussi possible à cause du refus systématique des médias de faire connaitre ces agressions, ce qui leur permet de continuer. Ce sont des agressions d'État, vous comprenez, la pensée unique veut qu'on se taise.

Pourquoi une telle hargne ? Mon invention dérangeait en haut lieu… Tout est parti des universitaires informaticiens, qui se sont senti humiliés qu'un vulgaire vendeur découvre en quelques mois ce qu'eux n'avaient pas trouvé en 15 ans avec tous leurs moyens tirés de nos impôts, qui plus est en partant de leurs recherches ! Ensuite, quand il est apparu que mon invention allait faire disparaître les informaticiens, donc les formations à l'informatique universitaires et leurs programmes de recherche devenus dépassés, la guerre a été déclarée contre moi. Les autres administrations ont suivi gaiement cette fatwa car, en tant que patron et avec mon nom aristocratique, je fleure bon la droite ce qui fait de moi l'ennemi désigné des fonctionnaires… Mettez-vous à leur place : "Ils n'ont quand même pas fait la révolution pour rien !"

Alors, depuis 2009, je mène un combat contre l'État, tentant de rendre publique sa corruption. J'ai adressé plusieurs fois à l'ensemble des médias, radios et télévisions incluses, Canard Enchaîné inclus, un dossier impliquant une vingtaine de juges de l'Ouest.  Silence. Même pas un accusé de réception ! Apparemment, le public a "droit de savoir" ou "droit de réponse" (deux émissions de télévision) tant que des juges ne sont pas impliqués. Seul un journal satirique nantais va accepter de communiquer sur mon affaire : la Lettre à Lulu ("Liquidator. L’homme est un louche pour l’homme", "Descente délit. Ce n'est qu'un débit, le combat continue"). Son courageux rédacteur en chef, Nicolas de La Casinière, paiera son refus de la pensée unique d'un licenciement pour faute grave de la part de M. Hutin, PDG de Ouest France, un média bien connu... Une faute que M. Hutin n'a pu motiver. Mais peu importe : son but était de sauvegarder la pensée unique véhiculée par son journal…

Puisque les médias refusent de jouer leur rôle de 4ème pouvoir, je suis parti à l'attaque du système par mes propres articles, cherchant mille façons de publier par Internet. Si vous cherchez mon nom sur le web (Jean-Philippe de Lespinay), vous verrez comment j'y suis parvenu. J'ai d'abord rédigé un blog de 300 pages relatant chaque persécution, année par année, depuis 1986. Il était chez CanalBlog, un hébergeur français bien connu, qui l'a brutalement supprimé sans me consulter ni me fournir d'explication ! J'ai du le faire héberger aux États-Unis. CanalBlog est donc un média web "aux ordres" de l'État, qui plus est tout à fait irrespectueux de sa clientèle donc de la démocratie. Depuis deux ans que mon blog est aux US, aucun souci ! Encore une démonstration du contrôle des pouvoirs publics français sur le web, cet "espace de liberté"… Mais mon plus joli coup, c'est cet article paru dans Les Échos il y a quelques mois : L'ordinateur intelligent, une invention française bloquée depuis 20 ans", écrit par un journaliste… qui tient à rester anonyme ! Lui aussi n'a suscité aucune réaction des médias…

 

IV - L'encyclopédie Larousse, relai officiel de la pensée unique !

Dans mes pérégrinations de journaliste amateur, j'ai constaté qu'il n'y a pas que les journaux et les télévisions nous intoxiquant à la pensée unique. Bien des forums sur Internet et des encyclopédies web "libres" sont en fait des véhicules cachés de la pensée unique. Ceux-là sont la plupart du temps animés par des fonctionnaires ou dépendent de l'État d'une façon ou d'une autre.

Commençons par l'encyclopédie Larousse, le cas le plus évident de diffusion de la pensée unique. Mi-2011, Un collectif d'auteurs a écrit ma biographie et l'a publié dans Wikipédia puis dans Larousse. Chez Larousse, elle s'ajoutait à deux articles déjà écrits par moi-même depuis 2008 sur l'intelligence artificielle, qui ont reçu la meilleure note possible de la part des modérateurs. Voilà le mail - anonyme - que m'adresse Larousse par la suite (21/10/2011). Ce qui est souligné l'est par moi :

Bonjour,

Nous vous remercions pour vos contributions sur larousse.fr (JP Lespinay, Maïeutique, Intelligence artificielle). Cependant, nous ne pouvons les accepter car elles s’éloignent de notre objectif encyclopédique (voir charte). En effet, les contenus encyclopédiques doivent être neutres et universels, c’est-à-dire partagés par tous. Ce qui n’est pas le cas de vos articles : pour une majorité d’informaticiens, l’intelligence artificielle est un concept et non une technologie aboutie ; le mot maïeutique n’a jamais eu cette acceptation « officielle » dans nos ouvrages.

Les contributions sur larousse.fr ne peuvent pas non plus servir à l’autopromotion ou faire office de tribune.

Merci de votre compréhension.

MODERATION LAROUSSE

Larousse vient magistralement de se déclarer officiellement pour la pensée unique : son encyclopédie ne contient que des infos "officielles", "partagées par tous" ou par une "majorité". Son but n'est pas de vous faire découvrir la connaissance encyclopédique ! Et pas une information qui vous changerait la vie si elle indispose un groupe de professionnels. Larousse ignore que, non seulement une encyclopédie c'est TOUT le savoir de l'humanité, mais qu'elle n'a d'utilité que si elle présente au lecteur ce qu'il ignore. Je réponds à l'anonyme "modération Larousse", lui démontre l'inanité de son point de vue et lui demande de revenir sur sa décision. Pas de réponse... Ma biographie est effacée. Je proteste. Pas de réponse…

La pensée unique est à sens unique.

 

V - Wikipédia, la "tyrannie de plusieurs"

Rappel de son principe de fonctionnement

Maintenant, passons à Wikipédia. C'est une encyclopédie dite "libre". Chacun d'entre nous peut théoriquement y contribuer, de façon anonyme qui plus est. Cet anonymat est censé garantir la tranquillité des contributeurs, qui n'ont pas besoin de se battre sur ce qu'ils sont pour faire accepter ce qu'ils écrivent. La réalité est tout autre ! D'abord il y a plusieurs Wikipédia (voyez cette page). Ce qui est écrit dans l'une doit être réécrit dans les autres puis accepté par les autres. Le plus important en nombre d'articles et consultations est le Wikipédia anglophone. Puis vient la version allemande et enfin la française. Selon Larry Sanger, américain co-fondateur de cette encyclopédie - qui l'a quittée pour en fonder une autre - ce média présente un défaut crucial qui la rend non crédible : son anti-élitisme, qui se traduit par l'agressivité de ses animateurs envers les contributeurs experts reconnus et les dégoûte de persévérer. Attitude bien humaine, hélas, inspirée par la jalousie. Il faudrait simplement ne pas accorder de pouvoir à ces gens-là. Ce n'est pas la politique des Wikipédia.

Le Wikipédia français, c'est le pire ! En France, l'anti-élitisme est un des messages principaux de la pensée unique, l'élite reconnue appartenant le plus souvent au secteur privé. L'ennui, c'est que notre pays a les moyens de l'imposer plus que n'importe quel autre pays... Dans Wikipédia France, quelle recette utilise-t-il ? Posez-vous cette question : quels "bénévoles", en France, disposent de temps et acceptent d'assumer un travail non rémunérateur en plus du leur, pour la bonne raison qu'ils sont payés de toute façon ? Je vous laisse chercher… Nos fonctionnaires ! Soit l'âme du système... Ce sont eux qui ont le temps dans notre économie et, du coup, s'expriment majoritairement dans les forums. Grâce à leur nombre, ils font bannir ceux qui ne pensent pas "droit". Toujours la "démocratie" à la française, conçue au profit de quelques uns… Les autres travaillent, pas de chance pour eux. En ce qui concerne Wikipédia, qui travaille sur le savoir humain, les bénévoles sont tout naturellement… des universitaires ! Et voilà ! Le piège est refermé sur cette élite qu'est le contributeur expert.

Vous savez combien les fonctionnaires français aiment leur anonymat… L'encyclopédie est pain béni pour eux. Eux, ils se connaissent, mais pas les autres. Au sein de cette administration, cette communauté peut s'exprimer librement sans risque de sanction du monde réel. C'est par l'anonymat des membres et administrateurs que le "business model" Wikipédia pêche fondamentalement. Autant l'anonymat protège le contributeur qui apporte des vérités pas toujours acceptées de tous, autant il dissimule la mafia grenouillant au sein de l'encyclopédie à des fins pas toujours altruistes. C'est ainsi que chaque nouvel article, chaque modification d'article, est contrôlé par de nombreux enseignants et universitaires qui n'ont apparemment rien d'autre à faire. Tout naturellement, ils écartent ce qui leur déplaît... Et s'il y a de la résistance, ils déboulent à plusieurs et le contributeur est démocratiquement piétiné ! Ce qui leur déplaît est simple. Ce sont les connaissances qui s'opposent aux publications universitaires, les données historiques que le monde universitaire ignore, les découvertes faites par les chercheurs privés ("seuls les universitaires ont le droit d'être des chercheurs"), les biographies sur les patrons du privé (pas de publicité envers ces ennemis de classe, rien qui puisse augmenter leur pouvoir !), les articles montrant la corruption du système français, ceux qui démontrent que les fonctionnaires sont le système…

Bien entendu, là encore je sais de quoi je parle. Wikipédia m'a déjà viré trois fois…

 

Récit de ce qui peut arriver à chacun de vous

Cette histoire est racontée dans l'article L'ordinateur intelligent, une invention française bloquée depuis 20 ans". En 2008 les fonctionnaires informaticiens de Wikipédia France m'ont interdit de compléter l'histoire de l'intelligence artificielle, que je connaissais bien pour l'avoir vécue, car mon nom s'y trouvait. Comme mes censeurs ne pouvaient avouer telle perversion, ils ont cherché un prétexte : "vous ne pouvez publier dans Wikipédia ce qui n'a pas déjà été publié dans une revue scientifique officielle". Traduisez : universitaire… C'était bien trouvé. Comme les universitaires n'ont jamais voulu parler ni de mon invention ni de moi, ils étaient tranquilles… Science et Vie l'ayant fait en 1991 ils ont balayé l'argument d'un "bof, cette revue c'est de la vulgarisation !" Ils ont finalement décidé d'effacer l'intégralité de mes apports, même ceux parlant d'un des leurs (Jean-Louis Laurière), même ceux n'ayant aucun rapporta avec moi comme l'expérience japonaise ratée d'ordinateur de 5ème génération basé sur un langage français universitaire (Prolog) ! A ma grande stupeur, ils ont remis l'article dans l'état de nullité (selon eux-mêmes !) où il était auparavant. C'était stupide mais, en fait, ils n'avaient pas le choix : même mon pseudo devait disparaître de l'historique des articles auxquels j'avais contribué ! Et tant pis pour le lecteur de Wikipédia qui parcourt cette encyclopédie pour comprendre ce qu'est l'intelligence artificielle…

En 2011, un collectif d'auteurs décide d'écrire ma biographie dans le Wikipédia anglais (donc en anglais). Un responsable anglais de l'encyclopédie, qui connaît bien l'Intelligence Artificielle, les amène à revoir plusieurs fois leur copie puis, finalement, l'article est accepté et publié, avec ses félicitations. Je suis tout content. Mais, hélas, fort de ce succès et de la caution du plus sérieux des Wikipédia, les auteurs commettent une erreur : ils traduisent la biographie en français, dans le Wikipédia français. Bien que le titre de l'article manque de discrétion puisque c'est mon nom, le responsable Wikipédia qui les contrôle est ravi de cet apport et leur suggère même d'écrire un autre article, décrivant cette fois mon invention. C'est ce qu'ils font... Alors, déboulent les mêmes agresseurs qu'en 2008 ! D'abord une espèce de fou, "Sylenius", qui se dit chercheur universitaire en informatique, puis ses copains, de plus en plus nombreux. Tous universitaires "membres" de Wikipédia, disposant de pouvoirs spéciaux interdits aux autres. Ils contestent l'intérêt de la biographie, puis de l'invention. Ils mentent, manipulent, falsifient même en catimini certaines parties du texte pour le rendre impubliable ! Les auteurs, éberlués par tant de hargne, réclament plusieurs fois l'intervention d'un arbitre, démarche normale dans Wikipédia. Personne ne vient

Un "administrateur" de l'encyclopédie se mêle cependant anonymement au débat… pour se joindre au concert des critiques ! Le fameux "Hégésippe Cormier" ! Je ne résiste pas au plaisir de vous citer quelques appréciations de ses collègues lors de son élection comme administrateur : "a fait fuir des contributeurs méritants et experts", "fait des demandes de suppression en douce", "instable", "autoritaire, agressif et dominateur dans ses échanges, avec un goût prononcé pour la rhétorique et la polémique.", " beaucoup de conflits", "fait fuir les nouveaux venus", "tyrannique et péteur de plombs", "diffamatoire", "fouteur de merde tatillon notoire", " Irascible. Rancunier. Caractériel. Cyclothymique", etc. ! Comme vous voyez, un homme avec qui on peut discuter ! Dans une entreprise, il serait viré depuis longtemps. Mais là, on est dans une administration... En dépit de ce concert de louanges, il fut élu administrateur ! Il est donc à l'image de cette encyclopédie. Cet individu si affable enrage de la résistance trop intelligente du responsable des auteurs, qui ne veut pas consentir à l'effacement de son travail. Alors, il le bannit pour une semaine ! Ce qui évidemment a pour effet de l'empêcher de s'exprimer. Pendant ce temps, les opposants passent à un vote et se déclarent contre les deux articles. Ils sont supprimés...

C'est ainsi que la connaissance encyclopédique est "votée" dans Wikipédia pour rester conforme à la pensée unique qui nous intoxique. La vérité historique n'y a pas force de loi.

Restaient les articles anglais… Là, la démocratie à la française n'avait pas force de loi. Alors c'est la dictature qui s'est exprimée ! Forts de leur réussite en France, la secte universitaire débarque dans les deux pages anglaises et réclame leurs suppressions. Les auteurs exigent un arbitre. Là encore, il ne viendra jamais… Finalement, sans même passer à un vote, les deux articles sont supprimés par un américain informaticien qui passait par là. Grâce à ses superpouvoirs il bannit l'ensemble des personnes ayant soutenu l'article ! Il me bannit moi aussi, bien que je ne sois pas intervenu ! Comme ça, impossible de protester.

Pour la petite histoire, il reste quand même une trace du travail de ces courageux auteurs. C'est dans le Wikipédia anglophone. Ils ont réécrit totalement - avec mon concours - l'article sur les "systèmes experts" (le seul domaine de l'Intelligence Artificielle qui fonctionne réellement). Cet article est un très beau travail, le seul probablement de son genre dans ce domaine vu que personne n'y comprend rien. Il montre l'évolution progressive des techniques de l'Intelligence Artificielle depuis les années 50 jusqu'à aujourd'hui. Bien entendu, comme il citait mes découvertes de 1986 à 2002, cette partie fut radicalement supprimée ! Si bien qu'aujourd'hui, comble du ridicule, l'histoire des systèmes experts s'arrête officiellement en 1985 dans l'encyclopédie anglaise ! Quant au reste de l'article, remarquez les banderoles vengeresses qui réclament la modification du texte, vivement "contesté" (par qui ?). Mais, depuis 4 mois, personne ne s'est présenté... Il semblerait que, tel quel, il ait ses défenseurs…

 

VI - Les Echos, roi de la censure et du parti-pris pro-système

Passons maintenant aux Echos. Un quotidien économique de bonne réputation. Vous voulez lui proposer un article ou des infos nuisibles au pouvoir actuel ? Pas la peine. Par leur propriétaire LVMH et son patron Bernard Arnaud, ami de Sarkozy, ce sont des alliés de notre président ! Rien ne parait dans leurs pages qui lui soit nuisible.

Les Échos font partie des médias qui ont publié des articles sur mon invention, en 1986 et 1987. C'est donc tout naturellement que je leur propose fin 2011 mon premier article résolument politique : PRÉSIDENTIELLES ET CONSTITUTION EUROPÉENNE : REFLETS DE LA TYRANNIE. Cet article démontre la corruption des présidents Giscard, Mitterrand, Chirac et Sarkozy, ainsi que la falsification des lois électorales destinée à empêcher les non-fonctionnaires de se présenter. Il est sèchement refusé, pour "diffamation". Je demande des explications à un rédacteur en chef, Ludovic Desautez, lui rappelant que je n'ai fait qu'exprimer des faits accessibles à tous, qui n'ont rien de diffamatoires. Voilà ce qu'il répond : "Les passages concernant notamment les présidents Giscard, Mitterrand et Chirac posent par exemple problème. Jamais vous ne lirez dans Les Echos un article ou une tribune avec la formule "Chirac Super Menteur". Trop drôle ! L'expression Chirac Super Menteur remplit des centaines de pages sur le web ! C'est le nom d'une marionnette des Guignols de l'Info. Elle est même devenue si courante qu'on l'écrit souvent en un seul mot : Chirac Supermenteur… Par ailleurs, remarquez bien, M. Desautez, très conscient qu'il exerce une censure (c'est lui qui m'en parle le premier), évite soigneusement de parler de Sarkozy. A moi de comprendre... Mais je ne veux pas comprendre ! Ce qu'il n'a pas compris (vous avez compris ?).

Docilement, j'enlève la référence à Chirac. Mais le rédacteur refuse toujours l'article : "merci pour ces adaptations. Malheureusement d'autres passages posent encore problème". Sans me dire lesquels... Je rectifie encore une fois en adoucissant mon propos mais ça ne lui plaît toujours pas : "A défaut d'une adaptation spontanée de votre texte, je préfère en effet ne pas donner suite à votre proposition" finit-il par me dire, évitant toujours de me dire en quoi mes modifications ne sont pas "spontanées" alors qu'il ne me suggère rien. Je propose donc cet article au Post, qui l'accepte in extenso. Par la suite, je propose systématiquement mes articles d'abord aux Echos pour voir leur réaction. Ils sont immédiatement refusés, quelle qu'en soit la teneur, sans que le rédacteur se donne désormais la peine de s'expliquer. Les Echos censurent donc bien l'information ! Même l'article politiquement neutre "L’Education Nationale, une administration à réformer totalement" (finalement paru chez AgoraVox) est refusé d'emblée. C'est moi désormais qui suis devenu persona non grata. Une décision prise par des ennemis anonymes, comme d'habitude. Sachez-le, vous ne serez jamais informé des turpitudes de notre président actuel dans les Echos !

Finalement, je transmets mes articles au Post, qui les accepte tous (LA CONSTITUTION FRANÇAISE, MERE DE LA CORRUPTION FRANÇAISE, CRITÈRES D'UNE CONSTITUTION MODERNE ET RÉELLEMENT DÉMOCRATIQUEPROJET DE CONSTITUTION DÉMOCRATIQUE). Mais hélas, il vient d'être racheté par le Huffington Post qui, comme par hasard, ne fait écrire ses articles que par des journalistes professionnels. Fini, la liberté d'expression dans ce média aussi ! C'est comme cela que je suis finalement arrivé dans un "média citoyen" : Agoravox.

 

VII - Les forums informatiques Auto-Plus, Commentçamarche, Developpez.com.

J'ai beaucoup d'estime envers la revue Auto-Plus, une revue automobile qui fait des études sérieuses et se montre non politiquement correcte, n'hésitant pas à signaler les turpitudes du pouvoir en matière automobile. Alors, quand je suis destinataire d'un mailing me proposant de participer à une pétition "Non aux radars pièges !" je m'y rends joyeusement. D'autant plus que j'ai là-dessus une position aussi claire que facile à démontrer : la limitation de vitesse tue par somnolence et perte d'attention due à une vitesse trop basse (voir l'article PRETENDANT "SAUVER NOS VIES" SUR LES ROUTES, L'ÉTAT NOUS TUE POUR DE L'ARGENT). Je me retrouve à participer au forum associé et affiche deux courbes d'État imparables : l'une de la Sécurité Routière qui montre que le nombre de morts a augmenté pendant plusieurs années quand la limitation de vitesse a été instaurée et l'autre retouchée par un comité ministériel de la sécurité routière pour faire disparaître cet effet de la courbe… C'est une bombe ! Curieusement, aucun des participants ne réagit mais on commence déjà à m'insulter. Comme j'accumule les dénonciations des pratiques de l'État, un nombre croissant d'adversaires vient m'agresser, certains fouillant ma vie privée sur Internet (puisque mon nom et en clair dans le forum). La modération demeure muette… Je me rends facilement compte que j'ai affaire à des fonctionnaires "qui n'ont que ça à f…" et le leur dit. Alors, ne pouvant plus cacher leur appartenance, ils débarquent en nombre, m'accusant d'un nombre impressionnant de maladies mentales ! Bien entendu, il n'y a plus de débat. C'est ce que souhaitent nos amis fonctionnaires. La modération m'interdit de dire que mes adversaires sont fonctionnaires mais ne leur interdit pas de m'insulter. Comme ils persistent à me proposer l'asile, je persiste à leur dire que leur aliénation vient de leur statut de fonctionnaires. La modération, dont la sympathie pour ces fonctionnaires est évidente depuis le départ, me bannit ! Je vous invite à regarder cette page à l'endroit de l'intervention du posteur "VTT63" (10-06-2011 à 13:03:47).

Explication : la modération connaît par cœur mes opposants. Ils se servent du forum pour leurs échanges quotidiens personnels. Ce sont des gens très gentils, entre eux. Mais, quand un étranger vient troubler cette harmonie en présentant des arguments qui ne leur plaisent pas mais qu'ils ne peuvent pas contrer, peu importe ce qu'il dit, c'est un ennemi et on le vire pour revenir à l'harmonie. Dans ce forum, les modérateurs sont des alliés objectifs de la mauvaise foi et des insultes. C'est comme cela qu'un média "privé" est pollué par des gens du public et que la pensée unique, le rôle bienfaisant de l'État, demeure préservée… J'ai écrit une lettre de doléances à AutoPlus, qui n'a jamais répondu. Depuis, cette revue a bien baissé dans mon estime…

En tout cas, grâce à ce forum, j'ai découvert un travers que j'ignorais de la part des fonctionnaires et qui s'est moult fois répété par la suite : quand ils sont incapables d'opposer un argument valable aux vôtres, ils passent à l'agression en vous accusant de diverses maladies mentales…

Passons au site Copmmentçamarche, dédié aux échanges sur l'informatique. Dans un forum sur l'intelligence artificielle de ce site, je suis venu discuter sur cette technique et présenter mon invention. Serge Boisse, un universitaire qui a écrit un gros bouquin sur cette technique intervient anonymement en se fichant de moi, proposant carrément à mes interlocuteurs d'aller plutôt sur son site pour découvrir ce qu'est la "vraie" intelligence Artificielle… Comme je lui demande des explications, c'est un modérateur qui répond à sa place pour le protéger, profitant de son anonymat. Mais je devine rapidement qu'il s'agit d'un modérateur alors il m'insulte carrément, puis mon forum est fermé… Si vous voulez vous régaler en lisant nos échanges abscons, lisez cette page… Grâce à cette pollution du modérateur du site Copmmentçamarche, le vrai sujet, l'intelligence artificielle, n'a pu être abordé que superficiellement. Du coup, je me suis demandé pourquoi. Qui donc est le patron de commentcamarche ? Et là, j'ai découvert que c’est un universitaire ! Il travaille au ministère de l’Éducation Nationale et s’appelle Jean-François Pillou. Il a créé son site à 29 ans, profitant des moyens de l’université, donc à mes frais entre autres. Et sa société a droit à une page dans Wikipédia ! Pas la mienne. Le pataquès entre son site et moi s’explique enfin : entre universitaires, on se soutient. Serge Boisse, de l’Éducation Nationale, est protégé par un site dont le patron est de l’Éducation Nationale... Il pouvait donc tout se permettre.

Terminons par le site developpez.com, destiné aux échanges entre informaticiens. Je suis intervenu dans un forum pour y présenter ma technologie, m'attendant bien à rencontrer quelques difficultés de la part de mes ennemis héréditaires : les développeurs informaticiens… Quelques uns se sont montré intéressés mais, il est vrai, très vite, j'ai eu droit à la traditionnelle attaque psychiâtrique du fonctionnaire : "Effectivement Internet nous apprend beaucoup de choses sur l'initiateur de cette discussion : Il semble surtout être un spécialiste de l'auto-promotion et des discussions sans compromis : Pour finir j'ajouterais que la tendance particulière de J-P. de Lespinay à ressentir l'existence d'un complot. ontre lui de la part du monde universitaire (auquel je n'appartiens pas), ainsi que sa conviction d'avoir fait une découverte majeure non reconnue à sa juste valeur, le rapprochent dangereusement des symptomes de la paranoïa. Disons à 60%, c'est une certitude ;)"

 

Pour l'autopromotion, il n'a pas tort… Avec des médias muselés, comment faire autrement ? Puis d'autres viennent me ridiculiser :

comment marcher ? un pied devant l'autre
comment mettre un pied devant l'autre ?
pied gauche à terre => lever le pied droit
pied droit à terre => lever le pied gauche

Ou encore :

   pour l'instant, pas une seule de vos explication n'a pu rendre la chose claire. à croire que   ce n'est pas vous qui postez les messages, mais un de vos programmes."

Pendant que je tente de ramener ces rigolos à une vraie discussion, chacun me donne une note négative : j'en suis à -48 ! Voyez cette page, que le site a effacé ! Heureusement, chez developpez.com, il y a au moins un rédacteur honnête. Il ne peut rien faire contre sa direction mais il vient me soutenir le moral : Il n'est pas normal que votre note soit négative et que vous deviez essuyer des attaques personnelles. Je suis obligé de faire intervenir la modération sur votre fil de discussion.(…) je déconseille fortement de verrouiller le sujet, ça serait interprété comme de la censure.

Et pourtant le sujet va être verrouillé. C'est bien de la censure… Plus tard, il revient me soutenir le moral : "Pour ne rien vous cacher ça se présente plutôt mal. (…) hier la modératrice en chef m'a répondu et elle n'avait pas l'air particulièrement alarmée par votre situation. Elle aurait au moins pu censurer les psychiatres auto-proclamés pour hors-sujet, impolitesse, diffamation mais rien du tout."

Il m'apprend alors quelque chose de très drôle : plus les membres du forum m'insultent, plus ils me notent mal, mieux ils sont eux-mêmes notés !

"Le pire c'est qu'on fonctionne comme un "_forum d'entraide_". C'est-à-dire que celui qui poste le premier message est censé demander de l'aide (donc il ne peut pas gagner de points sauf si on lui délivre un carton vert). Et ceux qui lui répondent sont censés "aider", ils gagnent 1 point à chaque message, et ce même s'ils ne font que vous insulter". Celui qui postait le 1er message, c'était moi…

 

Un autre rédacteur ajoute de façon imagée :

"de toute façon, comme ça a démarrer, quelle que soit la démarche qu'on adoptera, ça ne peut plus que partir en sucette, ce sont juste quelques frustrés de la vie qui viennent se défouler sur lui, on y peut rien, ça n'est pas à toi de gérer le bazard, laisse Caro gérer ça à sa sauce" Caro, c'est la modératrice en chef. Et les frustrés de la vie, on ne m'ôtera pas de l'idée que ce sont des fonctionnaires. En effet, qui d'autres a tant de temps à consacrer à un forum et tant envie de se défouler sur moi en particulier ?

Mon ami rédacteur revient pour me citer la réaction de la modératrice Caro à mon "lynchage" :

"et enfin... le meilleur,... le plus énorme de tout :
---Citation---
si on réprimande les lyncheurs, ils vont râler
---Fin de la citation---"

"Bref beaucoup de monde s'accorde à dire que vous ne méritez pas le traitement que l'on vous inflige mais personne ne veut prendre les mesures idoines."

Finalement, exaspéré par le traitement qu'on m'inflige et l'absence de modération dans son site, il se lâche :

  • oui, sur DVP on est pas trop bon en communication par contre on est fort sur les brimades ;)
  • Oui, c'est ce que j'appelle la modération "à la louche". Ça ne s'explique pas, il faut le vivre une fois pour comprendre que Caro n'est pas là pour vous servir la soupe :lol :
  • La direction de DVP n'a jamais eu l'ambition d'une éthique sans faille.
  • L'intérêt supérieur du site c'est de trouver des annonceurs pour les bannières et les encarts publicitaires.
  • comme je suis rédacteur je n'ai pas accès aux forums cachés de la modération. Les modérateurs, eux, n'ont pas accès aux forums cachés de la rédaction. Et presque personne n'a accès aux forums cachés du comité de direction. C'est aussi cloisonné qu'un service de contre-espionnage.

Pendant nos discussions, ma note passe à -62 ! Puis mon forum est supprimé… Vous n'en trouverez plus trace. Ce serait trop dommageable à l'image de Developpez.com. Encore un média du web dans lequel on n'est pas libre d'intervenir si l'on s'oppose à l'opinion commune… Vive le progrès !

 

VIII - Médias jugulés = tyrannie et recul technologique

Ce que j'ai vécu, et continue à vivre, la plupart de ceux qui me lisent ne l'ont jamais rencontré et auront du mal à le croire. Mais, le jour où vous aurez quelque chose d'original à vendre ou à communiquer susceptible de déranger l'establishment, vous verrez… Car je ne suis ni le premier ni le dernier. Le nombre d'inventeurs et de chefs d'entreprise français partis écœurés en Angleterre ou aux États-Unis témoigne de la tyrannie régnant dans notre pays. 

La France actuelle dominée par des fonctionnaires, c'est une société dirigée par des spécialistes de la dépense et du recrutement à tout va, des énarques bombardés à des postes qui les dépassent dès leur sortie de l'école, sans aucune expérience en entreprise. Notre justice qui donne le plus souvent raison au fort et tort au faible, qui se vend au plus offrant, n'a finalement pour rôle que de maintenir le statu quo dans notre société : ceux qui ont acquis une position dominante - très souvent malhonnêtement - y sont maintenus, les autres restent en bas. Or, le progrès n'est possible qu'en inversant les rôles.

Nos médias, qui sont complices de ce système, mériteraient qu'on les boycotte. En ne signalant pas la corruption qui nous gangrène (la France est aujourd'hui le 24ème pays mondial à l'indice de la transparence derrière l'Uruguay et ne cesse de reculer), ils sont coresponsables de notre recul économique et de notre souffrance. Les Français sont connus comme un peuple malheureux, ce sont "les pires touristes du monde" depuis des années, ce qui est bien le signe d'un mal être. 

Les présidentielles approchent. C'est le moment de ne pas voter pour le système, de nous donner une chance de créer l'électrochoc salutaire dont nos compatriotes ont besoin : la prise de conscience commune que ça ne va pas du tout en France, qu'on est toujours dirigé par les mêmes incompétents menteurs et manipulateurs et qu'on peut changer ça grâce au suffrage universel, le seul dispositif qui permet d'élire qui on veut... à la condition que les maires aient assez de courage pour soutenir des candidats anti-système !

C'est donc le moment de communiquer, et pas dans les médias scélérats à la solde du pouvoir. Agoravox est exactement le type de média dont nous avons besoin pour faire circuler l'information. C'est la voix du peuple. Son site a son siège à Bruxelles pour éviter les pressions trop insistantes… Il a été fondé en 2005 par Carlo Revelli et Joël de Rosnay pour permettre la publication d'informations inédites, détectées par les citoyens et écrites par les citoyens. On peut dire que mon article est en plein dans cette thématique ! J'y ai d'ailleurs mis les liens permettant d'accéder à la totalité de mes articles. Il présente donc la totalité de mes points de vue iconoclastes refusés par les autres médias. Et pourtant, vous êtes en train de le lire…

Merci AgoraVox !


Moyenne des avis sur cet article :  3.09/5   (67 votes)




Réagissez à l'article

78 réactions à cet article    


  • MKT 7 mars 2012 16:38

    Je comprends que l’on puisse être amer quand dans son pays, la reconnaissance vous est interdite.
    Néanmoins, vous avez « inventé » selon votre article un logiciel qui permettrait à n’importe quel ordinateur d’apprendre.

    Si vous avez écrit les lignes du programme informatique qui correspond à ce logiciel ; vous en êtes l’auteur et nul ne peut vous enlever « en droit français » cette production.

    Le monde est vaste. La France refuse de reconnaitre votre valeur, d’autres seront sensibles à votre invention.

    Vous devriez sans doute pouvoir la valoriser au delà de nos frontière et tant pis pour la France.
    N’est il pas dit que : « Nul n’est prophète en son pays ».

    Bien à vous.


    • @lespinay

      MONSIEUR LE MARQUIS

      on ne vous insulte pas

      mais on vous conseille de prendre plutot comme cible les élus (650000 )ET LE RESULTAT EST LAMENTABLE

      -n’insultez pas mes collègues infirmièreS.. médecins de l ’assistance PUBLIQUE

      VOUS VOULEZ SUIVRE L’ AGCS A LA LETTRE.. L’ OMC.COMME LA DROITE POPULAIRE UMP/FN...........................les mafieux de la republique que vous vénérez.....

      650000 ELUS...UNE TRES BONNE CIBLE POUR LES SENILO-FACHISTES...ANTI -FONCTIONNAIRES


    • JP de Lespinay JP de Lespinay 7 mars 2012 17:11

      Merci, MKT, de votre soutien. En effet, il existe une protection française du logiciel, mais elle est complètement inutile : elle vous interdit de recopier servilement des lignes du programme. Si un concurrent réécrit le même programme à sa façon, il n’y a plus copie ! La vraie protection, c’est la protection de l’idée, qui n’existe qu’aux USA (à ma connaissance). La seule protection de l’idée admise partout dans le monde, c’est le « copyright » qui s’applique au contenu des livres. Pour en bénéficier, j’ai donc publié un livre sur La Maïeutique, avec son n° d’enregistrement... que je n’ai pas vendu ! Pas si bête ! 


      Bien entendu, je me suis intéressé à la vente de mon idée à l’étranger mais cela se heurtait à deux difficultés : j’ai quatre enfants avec leur vie en France et l’Etat m’a tellement ruiné que je ne peux envisager des voyages en avion et des RV à l’étranger... Mais j’y arriverai bien un jour - si le bon dieu me prête vie ! - l’idée plaide pour moi.

      • epicure 7 mars 2012 18:34

        « voir l’article PRETENDANT »SAUVER NOS VIES« SUR LES ROUTES, L’ÉTAT NOUS TUE POUR DE L’ARGENT) »

        oui c’est vrai article très convainquant, en regardant le bon graphique, on voit que les mesures dénoncées ont un effet : celui de diminuer la mortalité par excès de vitesse.

        http://medias.lepost.fr/ill/2012/01/05/h-20-2673908-1325758082.jpg

        Ce qui contredit tout le propos de l’article.
        bravo !!!!!!!!

        sinon pour le propos général de ton article, on est dans une tyrannie à plusieurs qui se met en place de façon explicite avec les différentes mesures prises par l’Europe, surtout avec les derniers traités en cours établis par la droite, avec le MES, le TSCG, ou le traité de Lisbonne voté contre la volonté du peuple, pour établir un système économique qui profite avant tout à une minorité (1% de la population).

        L’état prélève peut être 50% de la richesse, mais c’est pour la répartir ou l’utiliser pour l’ensemble de la population normalement.
        L’argent qu va dans les caisse de la sécurité sociale profitent à tout le monde.
        Les allocations sont redistribuées dans les poches des gens qui en ont besoin.
        le travail de nombreux salariés de l’état et des collectivités locales profite à tout le monde (sécurité, éducation, routes etc...).
        Beaucoup de gens sont gagnants dans ce jeu sans le savoir, car ils ne pourraient pas bénéficier de tous ce qu’ils bénéficient s’ils devaient tout payer avec leurs revenus.

        Ce n’est pas comme la tyrannie oligarchique économique qui détourne le système pour concentrer dans ses poches les richesses des pays à leur seul profit. Et qui maintenant n’hésite plus à utiliser le pouvoir politique pour mettre à mort de fait la démocratie, en soumettant les décisions politiques à leurs seuls besoins.

        Donc il n’y a pas de comparaison possible entre un état qui est dépossédé de ses pouvoirs depuis 30 ans, d’un côté et une oligarchie qui prend de plus en plus le pouvoir politique effectif depuis 30 ans.

        Sarkozy n’est pas un fonctionnaire, mais un avocat au service de l’oligarchie économique, donc déjà les prémices de ton articles sont faux.
        Tu oublies de mentionner la loi de 73 qui oblige l’état à emprunter sur les marchés privés avec des taux d’intérêts non nuls.

        Donc dans le pourcentage de richesse prélevées, une partie sert à payer les intérêts pour les intérêts privés bancaires, et non au service d’une nomenclatura de fonctionnaire.
        Et cette valeur ne fait qu’augmenter d’année en années, et accroit en fait le déficit.
        Sans cette loi , l’état aurait moins de dettes, et donc les politiques n’auraient pas à justifier des lois qui vont renforcer encore les banques.


        • Martin sur AgoraVox Martin sur AgoraVox 7 mars 2012 19:32

          Le mot « démocratie » a été en effet en France vidé de sa signification véritable. Ceux qui s’intéresse à la question de la véritable démocratie pourront lire l’article « Où est la démocratie ? ».

          Concernant « l’abyssal endettement de l’État qu’ils devront rembourser tôt ou tard (20 000 € par Français !) » ceux que cela intéresse pourront lire l’article « La dette publique : qui en profitera, qui en pâtira et qui en est responsable ? ».

          En ce qui concerne l’affirmation « Dans cette espacé de liberté, on trouve quelques médias courageux et indépendants comme AgoraVox  » il convient de modérer l’enthousiasme : la liberté d’expression est limitée en France y compris sur AgoraVox. Cela concerne les faits qui contrarient et les opinions qui pourraient être gênantes.

          AgoraVox fait partie du système qui sélectionne ce qui peut ou ne peut pas être exprimé. Cliquez sur « Qui sommes nous » et vous pourrez y lire : « Fondation AgoraVox, reconnue d’utilité publique. Ses principales missions sont l’information à l’égard du public et le soutien à la liberté d’expression. ».

          Malgré cette affirmation AgoraVox n’est pas un garant de l’information librement diffusée.

          L’attitude des médias « mainstream », qui délibérément s’autocensurent sur certains sujets, peut parfois être observée sur AgoraVox  : les articles qui exposent certaines vérités que la rédaction d’AgoraVox considère gênantes, ne sont pas publiés par AgoraVox. Malgré les déclarations d’intention la liberté d’expression est dans les faits limitée …

          Par exemple, si vous avez publié quelques articles sur AgoraVox alors vous avez le statut de « rédacteur » d’AgoraVox et alors vous avez accès aux articles qui sont en attente de validation.

          Dans ce cas vous pouvez constater dans la rubrique « Actualités / Société » que l’article qui depuis le 30 janvier 2012 est bloqué à la validation par la rédaction d’AgoraVox a pour titre « L’avenir des races humaines ». Cet article est depuis plus d’un an régulièrement refusé par AgoraVox avec la mention : « Nous avons en effet reçu de très nombreuses propositions d’articles ces derniers temps, que nous n’avons pas pu toutes traiter dans un délai satisfaisant. Veuillez nous en excuser. Toutefois, si votre article est encore d’actualité ou peut être actualisé, n’hésitez pas à le proposer de nouveau. Il sera traité au plus vite. ». L’article est peut-être refusé parce qu’il expose des vérités qui dérangent certains.

          Et dans la rubrique « Actualités / Europe » attend depuis le 8 février 2012 l’article « L’identité des Européens, le nationalisme, l’européanisme et le régionalisme ». Dans cet article il est question d’identité et de civilisations ce qui explique peut-être pourquoi depuis plus d’un an cet article aussi est régulièrement refusé par AgoraVox (toujours avec la même mention : « Nous avons en effet reçu de très nombreuses propositions d’articles .... Toutefois, si votre article est encore d’actualité ou peut être actualisé, n’hésitez pas à le proposer de nouveau. Il sera traité au plus vite. ») …


          • JP de Lespinay JP de Lespinay 8 mars 2012 00:34

            Très intéressant votre commentaire, Martin. Il m’amène à réfléchir sur AgoraVox. Ceci dit, la modération vous a laissé citer les liens litigieux dans votre commentaire, ce qui est tout de même une preuve d’ouverture. Vous avez bien le moyen de publier quelque part vos deux articles que je puisse les lire ? Ca m’intéresserait de me faire mon opinion sur leur dangerosité réelle ou supposée.


          • MONSIEUR L AUTEUR
            GROSSE ERREUR DANS UN ARTICLE BEAUCOUP TROP LONG

            SARKO N A JAMAIS ETE FONCTIONNAIRE.

            L’ANTI FONCTIONNAI PRIMAIRE QUE VOUS ETES est il partisans de l agcs ’accord general sur le commerce des services« 
            bientot la sécu privée mis en place par SARKOZY ET SES AMIS ASSUREURS ET BANKSTERS CNP...MM MALAKOFF MEDERICEK..CAISSE DES DEPOTS
            idem pour la retraite et la dépendance...

            LES HOPITAUX PUBLIC VENDUS A LA GENERALE DE SANTE..

            MONSIEUR AVEC VOTRE PLUME ATTAQUEZ VOUS DONC AUX 650000 ELUS QUI GREVENT NOTRE BUDGET...35 MINISTRES A 17 MILLIONS D EUROS AN....600000 CONSEILLERS MUNICIPAUX.... 36600 COMMUNES ET TANT DE DEPUTES ET SENATEURS QUI TRAVAILLENT AU BLACK COMME LOBBYSTES...DES GRANDS GROUPES DE MARCHANDS D’ARMES ET DE LABOS MEDICAUX..............

            AU MOINS VOTRE PLUME SERVIRAIT A AUTRE CHOSE QUE DE JETER LE DISCREDIT SUR TOUS LES FONCTIONNAIRES
            VOUS ETES PEUT ETRE NOTABLE ET ELU

            ou adepte de la secte  »POUR VOUS DEBARASSER DE VOTRE CHIEN (ou fonctionnaire) ACCUSEZ LE D AVOIR LA RAGE...POUR L ABATTRE"


          • @L AUTEUR

            mille excuses monsieur le marquis...donc vous etes noble et vous n’avez jamais pu etre maire...député ...sénateur....voir ministre ???

            et pourtant la droite populaire FN/UMP adore les candidats a particules..

            NON AGORA VOX NE PEUT PAS TOUJOURS DIRE LA VERITE SI C EST CELLE DE MONSIEUR DE LESPINAY...LE MORALISATEUR QUI A DANS LE SANG BLEU....DE NOUS INFANTILISER
            CA IRA...CA IRA LES ARISTOCRATES A LA BASTILLE....ET LES ELUS


          • JP de Lespinay JP de Lespinay 7 mars 2012 19:42

            Epicure, il faut réfléchir avant de critiquer ! On apprend ça aux enfants... La courbe que vous avez retenue dit la même chose que toutes les autres dans mon article et ce que tout le monde sait : le nombre de tués baisse inexorablement depuis les années 1970. Ce que je démontre, c’est que l’Etat n’y est quasiment pour rien et en tout cas certainement pas la limitation de vitesse, qui augmente le nombre de tués pendant les années suivant une répression, le temps que les automobilistes s’adaptent. Ça se voit très bien sur la 1ère courbe de la Sécurité Routière présentée dans mon article. 


            Pour le reste, je ne pense pas que vous ayez pris le temps de lire mon (long) article avant de le critiquer. Dans une société, c’est le corrupteur qui est responsable de la corruption, pas le corrompu. En France, le corrupteur c’est l’Etat, donc le haut-fonctionnaire, donc la fonction publique. C’est elle qui nous impose et arrose les entreprises pour les corrompre. Elles n’ont pas le choix ! Si elles refusent la prébende, c’est leurs concurrents qui s’enrichiront et elles couleront. Je suis absolument convaincu que toute entreprise « normale » (càd fournissant une valeur ajoutée) déteste verser 10 % de son contrat à une mairie (donc à un parti politique) pour ne pas perdre l’affaire et préfère de très loin être soumise à la concurrence. Seuls les médiocres préfèrent la tromperie.

            Quant à « l’Etat dépossédé de ses pouvoirs » ça ne tient absolument pas debout ! Tout l’Etat est entre les mains de nos fonctionnaires, qui lui ont donné une telle puissance que même nos candidats aux présidentielles ne peuvent qu’être fonctionnaires ! Vous confondez avec la démocratie. C’est la démocratie française qui a été dépossédée de ses pouvoirs

            Sarkozy n’est pas un fonctionnaire, en effet, mon article le reconnaît bien, mais c’est un avocat. Un quasi-fonctionnaire habitué à la tchatche et à la tromperie, qui peut défendre le coupable comme l’innocent. Il a sympathisé avec les barons du gaullisme, eux tous fonctionnaires quasiment de père en fils car sa mentalité est la même : les Français sont des cons et nous ont leur prend le pouvoir... De fait, c’est un allié inconditionnel de nos fonctionnaires, tout son quinquennat le démontre. 

            Quant à la loi de 73, là encore il faut réfléchir ! C’était une loi sous Pompidou, un président intègre, intelligent et ex-patron dans le privé. A son époque, le déficit de l’Etat initié ensuite par Giscard était impensable et il fallait juguler l’inflation. Cette loi a parfaitement fonctionné. Par la suite, lors de l’agrandissement de l’Europe, la loi a été abrogée ...puis reprise telle quelle ! Car elle arrange nos hauts-fonctionnaires pour financer le déficit public qui nourrir les fonctionnaires et tous les parasites de l’Etat. 

            • Jola 8 mars 2012 09:12

              Pourquoi ne pas s’être tourné vers un modèle ouvert, type communautaire, open source ?
              L’état ne veut pas de votre projet, tant pis, faite autre chose et dans votre coin faites germer l’idée a une communauté. Vous ne pourriez pas être une cible si vous n’étiez pas unique.


            • Croa Croa 7 mars 2012 20:23

              Le titre est juste mais ce papier va trop loin sur de nombreux aspects. Le monde politique est pourri mais les fonctionnaires, quoi que puisse en penser l’auteur, font ce qu’ils peuvent avec les patrons qui leurs sont imposés ! Il y en a d’ailleurs de moins en moins et les pires mauvais coups ne sont plus préparés par des fonctionnaires mais par des cabinets privés généralement liés de manière occulte aux entreprises qui en profiteront. Quant aux juges il suffit d’aller assister aux audiences publiques pour voir à quel point la « justice » est débordée et ceci explique cela !

              Bref, ce article n’est que médisances contre la fonction publique. Je n’approuve pas son passage sur Agora Vox mais bon pourquoi pas : Les lecteurs sont assez grands pour être juges de ces propos après tout !  smiley

                


              • JP de Lespinay JP de Lespinay 8 mars 2012 00:55

                " les fonctionnaires, quoi que puisse en penser l’auteur, font ce qu’ils peuvent avec les patrons qui leurs sont imposés !" Oui, Croa, bien d’accord, mais c’est un peu trop commode. Il y a des fonctionnaires à qui on ne peut rien reprocher car ils font leur travail pour le bien commun (enseignants, militaires, secteur hospitalier, ...). Mais il y a les autres, les exécutants qui terrorisent et pillent la population sans pitié, sans qu’aucun de leurs collègues ne les dénonce. Et il ne faudrait rien dire ? Il faut, par pitié pour le petit peuple des fonctionnaires, cacher au reste de la population ce qu’il fait contre elle ? 


                Par ailleurs, où sont les fonctionnaires qui se plaignent de ce système qui les fait agir contre la morale ? Quand un gendarme vous arrête pour excès de vitesse et que vous lui expliquez qu’il participe à un racket, mortel qui plus est, il se doute bien que ce n’est pas faux mais il n’est pas gêné. Plutôt furieux ! En représailles à votre point de vue respectable de citoyen, il va simplement doubler votre contravention... 

                Pour prendre une comparaison brutale : si des gens honnêtes s’engagent dans la mafia, il ne faut pas leur en vouloir ? Dans la vie on a toujours le choix... si on est responsable !

                Je dénonce le système, dans lequel les fonctionnaires sont le bras armé et consentants...

              • JP de Lespinay JP de Lespinay 8 mars 2012 01:03

                La licence libre ? Lol ! La licence libre c’est donner son idée ET son programme au monde entier pour que tous - surtout les plus gros - puissent s’en emparer ! C’est la mort de l’inventeur ! C’est cela que vous me proposez pour vivre ?


                La licence libre n’est utile que dans le secteur concurrentiel pour occuper un marché face à des quasi-monopoles faisant payer leurs logiciels, dans les domaines que tout le monde connaît et où tout un marché est demandeur. La licence libre fait payer le service qui va autour du logiciel gratuit. J’en suis très loin.

              • Yaltanne 8 mars 2012 11:16

                [JP de Lespinay] une invention qui vous simplifierait radicalement la vie tout en vous rendant sans cesse plus intelligent […]

                Super ! un truc pour le plus grand bien du plus grand nombre donc


                [JP de Lespinay] Vous vous dites sûrement : le voilà riche […]

                … euh… O.O
                Ah pardon… C’est ça le but ? -_-

                Evidemment, dans ce cas… :(
                Vous souscrivez à l’état d’esprit dominant (main stream « ils » disent) normal que vous vous y trouviez confronté, aussi.

                [Actias] Bah ... et la license libre ?
                [JP de Lespinay] Lol ! La licence libre c’est donner son idée

                Bien sûr.

                Si vous voulez un monde meilleur, donnez la votre invention. C’est le moyen d’en faire profiter tout le monde ET de l’améliorer au passage (vous ne pouvez pas avoir tout inventé au mieux)

                Mais vous c’est plutôt « Ma thune sinon rien » :D
                Vous jouez au salaud parmi les salauds*… Venez pas pleurer smiley
                 
                 
                 
                 
                 
                 *acception Sartrienne
                 
                 
                 
                 

                N’empêche que si vous avez le moyen de soulager, aider, participer de l’amélioration de la vie de centaines de milliers de gens à travers le monde et les générations, le garder jalousement, ben…
                C’est moche. Et en plus ça ne vous aide même pas vous.

                Vous voici devenu aigri et rancuneux à cause d’une bête erreur de raisonnement : vous croyez que recevoir est plus que donner. C’est le contraire, c’est une vieille chose qui vous le dit, et d’expérience encore.


              • Gasty Gasty 7 mars 2012 22:37

                Je n’aime pas les victimes proclamés !


                  • JP de Lespinay JP de Lespinay 8 mars 2012 01:14

                    Excellent discours d’un rabin, qui explique qu’il ne faut pas confondre judaïsme et sionisme. Le judaïsme est plusieurs fois millénaire et est plutôt paisible. Le sionisme est, lui, plutôt guerrier Il est le fait des gouvernements d’Israël depuis un siècle qui, en effet, ne cessent d’envahir les territoires palestiniens par de nouveaux colons, profitant de leur technologie occidentale. Votre propos est proche du mien : la démocratie n’est probablement pas non plus respectée en Israël car on imagine mal que sa population soit pour la guerre et pousse ses gouvernements à susciter tant de haine et de conflits. 


                  • JP de Lespinay JP de Lespinay 8 mars 2012 01:21

                    Voilà une info de dernière minute qui confirme la tutelle du pouvoir sur les médias : http://www.voltairenet.org/La-France-retablit-la-censure.

                    19 militaires français ont été fait prisonniers en Syrie il y a plus d’une semaine et les médias n’en parlent pas ! Ça nuirait au prestige de la France ou à celui de Sarkozy, notre candidat UMP aux élections présidentielles ?

                    • Mmarvinbear Mmarvinbear 8 mars 2012 03:48

                      Bon, encore un plaignoux, qui se targue d’avoir inventé la huitième merveille du monde, qui se dit victime de tous et de toutes et qui ne se donne même pas la peine de prouver ses dires.

                      J’adore son soi-disant site ( un vulgaire blog ) ou il ne prouve et n’illustre rien. On est à la limite de la mythomanie, je trouve.

                      J’ aime aussi les commentaires sur son article wiki supprimé...

                      Je vous met le meilleur...

                      " Le contributeur principal de ces deux articles affirme qu’il existe « des centaines » de sources concernant ces deux sujets. J’attends qu’il en cite quelque unes pour juger de l’admissibilité des deux articles. En l’état les plus de 25 références placées dans l’article sont de simples mention dans la presse, publiées sur le site de JP de Lespinay, et qui n’apportent aucune information valable qui permettrait d’en faire un article encyclopédique.

                      Le contributeur principal affirme que l’article en anglais a été sévèrement contrôlé. L’historique montre qu’il a été refusé plusieurs fois pour les mêmes raisons qu’évoquées ici. Il a fini par trouver un reviewer qui l’a placé dans l’espace général en le catégorisant Artificial intelligence articles needing expert attention. La PDD du contributeur principal montre que la personne qui s’y est collée a fait de nouveau les mêmes remarques. Sa conclusion finale en apprenant l’existence de la présente procédure est : "I am not getting involved any more. Grenier simply ignores Wikipedia’s guidelines and wastes people’s time. His intentions are certainly not to improve Wikipedia. Admins have been slow to intervene on this one."(ici). Lanredec (d) 23 septembre 2011 à 11:08 (CEST)


                      • JP de Lespinay JP de Lespinay 8 mars 2012 09:17

                        « encore un plaignoux, qui se targue d’avoir inventé la huitième merveille du monde, » Tiens ?! Encore un fonctionnaire mécontent d’un article qui le dérange et qui tente d’ensevelir des vérités sous un monceau de mauvaise foi...


                        Mmarvinbear, vous n’avez même pas du lire le titre de cet article ! Sinon vous auriez compris qu’il traite de la désinformation dans les médias. Sans oublier le chapitre entier sur « Wikipédia, la »tyrannie de plusieurs« que vous n’avez pas lu, ou pas voulu lire...

                        Votre mauvaise foi est évidente mais, pour ceux qui nous lisent et pourraient être tentés de croire que je suis un escroc, je vais vous répondre :
                        1) Veuillez lire »L’ordinateur intelligent, une invention française bloquée depuis 20 ans« cité dans l’article, il y est question dans le chapitre Wikipédia, morne plaine... des agressions répétées de Wikipédia.
                        3) A propos des prétendus 25 articles sur mon invention, les quatre (pas plus) fonctionnaires-membres de Wikipédia qui ont discuté avec les auteurs pour mener à l’effacement de leur biographie se sont bien ridiculisés car ils ont d’abord demandé des références concrètes. Les auteurs en ont ajouté une dizaine dans leur article. Puis ils les ont mis au défi d’en trouver plus. Alors les auteurs lui ont transmis une liste de 75 articles ! Alors les fonctionnaires membres de Wikipédia se sont plaints d’avoir été inondés, disant que ça ne prouvait rien ! Puis ils se sont mis à effacer subrepticement des références dans l’article pour qu’il perde en crédibilité : »JE VOIS AUSSI QUE QUELQU’UN S’EST PERMIS D’EFFACER LA PLUPART DES RÉFÉRENCES DE L’ARTICLE LA MAIEUTIQUE ET D’EN RETIRER DEUX PARAGRAPHES SUR QUATRE« dit M. Grenier, le responsable des auteurs, furieux ! Puis celui-ci est banni pour s’être plaint de ce traitement ! En fait pour l’empêcher de démolir chaque argument des fonctionnaires-membres et préparer en commun la contre-attaque : le »vote« . Etc. etc. Si vous voulez juger de la mauvaise foi de ces quatre fonctionnaires-membres de Wikipédia, lisez cet extrait de la discussion (voir surtout à la fin la savoureuse intervention de pd75, un lecteur scandalisé par l’agression faite aux auteurs). Vous devinerez entre autres qu’il faut être fonctionnaire pour avoir tant de temps à perdre chaque jour rien que pour démolir le travail des autres...

                        Dans cette discussion, vous noterez la tonne d’arguments successifs  »contre« avancé par la bande des quatre, démolis un à un par M. Grenier, pendant qu’ils se concertent dans son dos dans d’autres pages de discussion pour trouver d’autres angles d’attaque. C’est ça la preuve de la mauvaise foi : un seul argument fort aurait du suffire pour montrer que cette bio n’avait pas sa place dans l’encyclopédie, mais ils n’en trouvaient pas...

                         »L’historique montre qu’il a été refusé plusieurs fois pour les mêmes raisons qu’évoquées ici« Encore un qui prend ses vessies pour des lanternes ! L’article anglais, dans le Wikipédia anglais, a subi des contrôles successifs qui ont obligé les auteurs à revoir plusieurs fois leur copie pour augmenter la qualité de leur article, ce n’est pas pareil. Encore un mensonge de votre part, Mmarvinbear ! C’est la procédure normale, surtout pour un article présentant un sujet aussi révolutionnaire. Le »reviewer" était un informaticien spécialiste de l’intelligence artificielle (programmeur en Prolog) et il ne voulait pas que mon invention paraisse dans Wikipedia. Pourtant, sa qualité finale - avec les nombreuses références des médias - le firent accepter par les administrateurs et publier.
                         

                      • Mmarvinbear Mmarvinbear 8 mars 2012 13:36

                        "Tiens ?! Encore un fonctionnaire mécontent d’un article qui le dérange et qui tente d’ensevelir des vérités sous un monceau de mauvaise foi..."

                        Mon pauvre abruti... Je ne suis même pas fonctionnaire.

                        Je vois le genre de personne que tu es. tellement aigri par ses échecs et son incapacité à faire se prosterner les autres devant toi que tu en es venu à penser à l’existence d’une sorte de complot visant à empêcher la reconnaissance de ton génie.

                        C’est pathétique.

                        Tu me parle de désinformation des médias en prenant pour exemple des soldats français qui seraient prisonniers en Syrie après avoir foiré une opération commando.

                        Mais d’ou cela sort ?

                        La seule mention est un article du Daily Telegraph, un journal anglais qui n’a personne sur place ! Ils se contentent de reprendre une brève d’un canard libanais qui ne donne AUCUNE RÉFÉRENCE !

                        Maintenant, fait marcher ta tête, si cela est possible : si cela était vrai, pourquoi le pouvoir syrien ne fait pas des gorges chaudes de cette affaire, pour prouver l’implication étrangère dans la rébellion ?

                        N’est-ce pas étrange que damas ne publie rien, aucun texte, aucune photo ?

                        N’est-ce pas étrange que parmi les brèves qui en font mention, le nombre de soldats ait varié entre une dizaine et une centaine ?


                      • Aldous Aldous 8 mars 2012 15:28

                        On est à la limite de la mythomanie, je trouve.


                        Je crains que la limite ait été largement dépassée, malheureusement.
                        L’auteur est persuadé être victime d’une répression concertée de tout le monde, état, banques, médias etc.
                        La façon dont il vous accuse d’en être aussi montre qu’il ne s’agit plus d’un problème de création étouffée, ce que c’était peut être au départ, mais d’un problème de paranoïa.



                      • JP de Lespinay JP de Lespinay 8 mars 2012 16:05
                        Aldous m’accuse d’avoir « un problème de paranoïa ». Tiens ? Voilà l’injure suprême typique du fonctionnaire ! Je le disais justement dans l’article lui-même : "  j’ai eu droit à la traditionnelle attaque psychiâtrique du fonctionnaire"... Il y a beaucoup de propos haineux dans ce débat je trouve ! De la part de gens qui n’ont jamais le courage de s’avouer fonctionnaires mais détestent ceux qui disent du mal de cette population... avec raison. 
                        Pour ceux qui nous lisent en tentant de cerner le vrai du faux, c’est la démonstration qu’en France elle est LE problème.


                      • AUSSI HAINEUX SONT VOS ECRITS CHER MARQUIS

                        CA IRA...CA IRA

                        LAISSEZ BALDOUS ECRIRE .AVEC VOUS ON NE L AURAIT JAMAIS APPRIS A ECRIRE ET A

                        VOTER


                      • franc tireur 8 mars 2012 09:44

                        Article intéréssant bien que fastidieux .
                        A lire « l oligarchie des incapables » de Sophie Coignard
                        Et la « France aveuglée par le socialisme » de Philippe Némo


                        • JP de Lespinay JP de Lespinay 8 mars 2012 11:01
                          Oui, c’est bien le même message. De toute façon, dès qu’on analyse le problème, il n’y a qu’une seule conclusion possible... Némo a aussi écrit « La double oligarchie de la Ve République »présenté comme « un court essai de référence sur les fonctionnaires et les syndicats qui nous dictent leur loi ». Et Sophie Coignard déclare à France Info : « Jusqu’à il y a 20, 25 ans les hauts fonctionnaires s’occupaient de l’intérêt général. Aujourd’hui ils sont happés par le monde de l’argent. (...) Ils se servent de l’Etat pour aider leurs amis, fabriquent des lois sur mesure pour leur bon plaisir et laissent le pays aux mains de bandes rivales. »

                          De tout cela, il faudra se souvenir en mai le jour de l’élection de notre futur président. Un seul parti représente la solution car il ne vit pas de nos impôts et n’est pas composé de fonctionnaires, ce qui l’a amené à produire le seul programme intelligent en lice : le FN.


                        • franc tireur 9 mars 2012 06:27

                          Oui Némo définit une double oligarchie,de hauts fonctionnaires et de syndicats , qui courcircuitent le vote au suffrage universel, qu ils qualifient de "populiste.La conduite de la France doit leur appartenir , pas un peuple ignard
                          Je regrette que les livres de Coignard et de Némo n aient pas été plus mis en valeur dans les émissions de grande ecoute style ruquier

                          Le FN ne semble pas compromis dans ce système,mais je reste assez dubitatif quand a sa capacité a refonder un pacte.S il arrivait au pouvoir, ce qui n arrivera pas dans l immediat, on peut imaginer que nombre de ces hauts fonctionnaires et administrateurs démissionnent d eux meme


                        • musashi 8 mars 2012 13:38

                          C’est vrai que les médias français sont souvent affligeants....


                          • Traroth Traroth 8 mars 2012 13:44

                            Ah, les fonctionnaires, quelle horreuuur !

                            Concernant Wikipédia, sujet que je pense maitriser plutôt bien après 6 ans de participation, et sur lequel j’émets mes propres critiques, je peux affirmer sans me tromper que l’auteur de l’article raconte n’importe quoi. Je connais bien à un niveau personnel un grand nombre de Wikipédiens, et je peux donc dire avec certitude que, non, les fonctionnaires ne sont pas majoritaires parmi eux. Il y a des gens de tous les horizons, en France dans d’autres pays francophones (si on parle de la Wikipédia francophone) et même un peu partout dans le monde, issus de la fonction publique (beaucoup d’universitaires, en fait), du privé, des chômeurs, des retraités...

                            « il n’existe qu’un seul parti capable d’y mettre fin » : Mais quel est donc ce parti ? Le suspense est en train de me tuer ! -D

                            Bref encore un article basé sur des salades qui fait de la propagande frontiste...

                            Poubelle. Suivant !


                            • JP de Lespinay JP de Lespinay 8 mars 2012 16:09

                              Ah, les fonctionnaires, quelle horreuuur... 


                            • je ne savais pas qu’il y avait DES PERROQUETS CHEZ LES SANGS BLEUS AIGRIS.............

                              JE SAIS OU JE VOUS AI VU A LA CHAPELLE EXPIATOIRE DE MARIE ANTOINETTE DANS LE 8ème VOUS ETIEZ ENTOURES DE PRETRES REFRACTAIRE ET DE FAUX PAYSANS AVEC FAUX ET FOURCHES........................

                              EN 2011............AFFLIGEANT


                            • Le matou 8 mars 2012 14:01

                              A l’auteur

                              J’avoue ne pas avoir pris le temps de lire intégralement votre « article » (soyons gentil).
                              En effet, dès les premières lignes, vous assenez des mensonges et des contre-vérités tellement grotesques qu’il apparaît très clair que ce qui suit sera du même tonneau.
                              Je vous cite par exemple :
                              « la France est un système gouvernée par des présidents-fonctionnaires ».
                              François Mitterrand était avocat. Nicolas Sarkozy est également avocat. Les avocats ne sont pas des fonctionnaires. Seul Jacques Chirac a véritablement eu une carrière de haut fonctionnaire.

                              « Le quart de notre population est aujourd’hui fonctionnaire »
                              La France compte 65 millions d’habitants, dont 5 millions de fonctionnaires, soit moins de 10 %. Même ramené à la population active (40 millions environ) votre chiffre est complètement bidon !! C’est grave.

                              « record mondial »
                              L’Etat français prend en charge beaucoup plus de dépenses que dans la plupart des autres pays (ex : dépenses de santé). Il est donc normal qu’il y ait davantage de fonctionnaires. De plus, nous avons la natalité la plus élevée des pays de l’OCDE (et de très loin : France 2,0, Allemagne et Italie :1,3 par exemple). La majorité des fonctionnaires sont des enseignants. La France comptant beaucoup plus d’enfants et d’adolescents que ses voisins européens il est normal (et sain) que l’on ait davantage d’enseignants.

                              « et coût catastrophique »

                              L’Espagne, l’Italie, les Etats-Unis, et même le Royaume-Uni qui a pourtant connu Thatcher, sont dans une situation budgétaire et d’endettement pire que la France. La Suède qui elle a les dépenses publiques les plus élevées au monde, est elle en excédent budgétaire et a connu 4 % de croissance en 2011...
                              Enfin rappelons que 33% de la dette publique de la France a été creusée sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy (avocat d’affaires, et non fonctionnaire). Si on prend en compte en plus la période où celui-ci était ministre des finances, on doit arriver à environ 50 % de la dette publique dont il est co-responsable (le déficit public a fortement augmenté chaque fois que N. Sarkozy a été en charge du budget et des finances publiques).

                              Voilà, désolé, je n’ai pas le courage de perdre mon temps à répondre aux autres délires que j’ai pu lire dans votre premier paragraphe...
                              Votre « analyse » ne tient pas la route. Il est probable que vous ne soyez pas fonctionnaire en effet, car pour être fonctionnaire, il faut passer des concours qui jaugent votre capacité à comprendre un problème, et à trouver des solutions acceptables pour le résoudre. Contrairement au privé où pour faire sa place, l’important n’est pas d’être compétent, mais de savoir se construire un réseau de relations...

                              PS : Je ne suis pas fonctionnaire...


                              • JP de Lespinay JP de Lespinay 8 mars 2012 17:27

                                Vos commentaires sont de la propagande basique de fonctionnaire, celle qui nourrit justement la pensée unique dont parle mon article. Je prends vos arguments un à un :


                                1) Wikipédia : « François Mitterrand, né le 26 octobre 1916 à Jarnac en Charente et mort le 8 janvier 1996 à Paris, est un avocatéditeur de pressehaut fonctionnaire et homme d’État français. » A ma connaissance, il n’a jamais exercé comme avocat. Quant à Sarko, oui, il n’est pas fonctionnaire. J’ai simplifié dans l’introduction, bien conscient que quelques fonctionnaires de mauvaise foi me crucifieraient là-dessus. Mais, c’est tout comme ! Il est l’allié inconditionnel de la caste des fonctionnaires. Sa façon de faire passer la constitution européenne en douce avec les députés l’a démontré ainsi que l’ensemble de son quinquennat tout axé vers l’augmentation des impôts et taxes. 

                                2) « La France compte 65 millions d’habitants, dont 5 millions de fonctionnaires » : ouh le tricheur ! Il confond population active et population totale. « Ce rapport de la Cour des comptes de 2009 confirme les chiffres de l’iFRAP en évoquant + 36 % d’augmentation des effectifs publics entre 1980 et 2008. Nous avons en France 20 % d’agents publics dans la population active là où l’Italie en a 14 %, la Suisse 11 % ou le Royaume-Uni 9,5% » (IFRAP). Mais c’était en 2009... On s’accorde à dire qu’il y en a beaucoup plus, l’Etat ne sachant pas lui-même combien il paie de fonctionnaires ! Autre citation : « Selon le rapport annuel de la fonction publique, la France comptait 5,3 millions de fonctionnaires fin 2009, soit 5.000 de plus qu’en 2008. Ils représentaient 20,4% de l’emploi total en France, précisent Les Echos jeudi 6 octobre qui dévoilent les résultats de ce document » (Challenges)

                                3) « L’Etat français prend en charge beaucoup plus de dépenses que dans la plupart des autres pays (ex : dépenses de santé) » Ça, c’est de la pitoyable gestion à la fonctionnaire ! Plus les sommes manipulées sont grandes, plus il faudrait de salariés ? Le trou de la Sécu, que vous citez comme exemple de bonne gestion, jamais entendu parler ? Et pourquoi l’Etat refuse-t-il à des organismes privés de se mettre en concurrence avec la Sécu afin d’offrir aux Français un service plus efficace, moins cher et, qui plus est,rentable pour ces sociétés ? Parce que l’argent des Français est détourné en partie par les fonctionnaires vers les partis politiques, l’enrichissement personnel et le paiement des fonctionnaires. Le système doit demeurer !

                                4) « La majorité des fonctionnaires sont des enseignants » ! Un mensonge de plus ! Il y a environ 800 000 enseignants et 6 millions de fonctionnaires...

                                5) Vous contestez le « coût catastrophique » de la gestion de nos présidents-fonctionnaires, alors lisez ça (source INSEE) : « La France est le 19e pays le plus endetté au monde,(...) Dit autrement, il y a 107 pays moins endettés que la France » ! Ceci dit, d’accord avec vous sur l’incroyable augmentation du déficit creusée par Sarkozy : 50 % pendant son quinquennat !

                                6) « je n’ai pas le courage de perdre mon temps à répondre aux autres délires que j’ai pu lire  » Moi, j’ai pris mon temps de répondre à vos délires.

                                La suite dans le prochain commentaire...

                              • JP de Lespinay JP de Lespinay 8 mars 2012 17:29
                                7) Cerise sur le gâteau : votre perception de fonctionnaire de ce que sont le privé et le public et de ce qui est utile à la société : « pour être fonctionnaire, il faut passer des concours qui jaugent votre capacité à comprendre un problème, et à trouver des solutions acceptables pour le résoudre. » C’est justement là ce qui en en fait un parfait incompétent !  Etre fonctionnaire c’est avoir été un bon écolier. J’ai justement écrit un article là-dessus qui démontre scientifiquement que cette forme de sélection produit des autistes : L’ÉDUCATION NATIONALE, ÉCHEC D’UNE « ÉDUCATION » CONDUITE PAR DES ASOCIAUX. Le concours n’est que de la récitation d’une pseudo-connaissance prise dans des bouquins écrits par des fonctionnaires, qui eux-mêmes la reprennent d’autres bouquins écrits par d’autres fonctionnaires. La vraie connaissance, celle qui est issue du privé n’a sa place qu’avec 30 ans de retard (et encore !). Et je sais de quoi je parle ! Il suffit de lire la prose universitaire sur l’intelligence artificielle, dont je suis un expert reconnu, qui n’a pas varié depuis 25 ans !

                                Je continue à vous citer : « Contrairement au privé où pour faire sa place, l’important n’est pas d’être compétent, mais de savoir se construire un réseau de relations... » Plus stupide comme jugement, tu meurs ! Le privé est le royaume du savoir-faire. Donc de la compétence. Non seulement on y sait faire mais on innove. Tout en étant soumis à une concurrence féroce qui pousse à l’excellence. Ce n’est pas comme dans la fonction publique, un monopole refusant la concurrence... à nos frais et qui nous coûte les yeux de la tête. Quant à cette idée naïve de « réseau de relations », vous confondez avec votre secteur le public (franc-maçonnerie, copinage, renvois d’ascenseur...) . Demandez aux ouvriers s’ils ont trouvé leur travail par relation. Demandez aux cabinets de recrutement s’ils ne sont qu’une façade au recrutement par relations... Dans le privé, c’est la valeur personnelle qui prime. Pas le choix d’ailleurs...

                                8) « PS : Je ne suis pas fonctionnaire... » MDR ! Ca, j’en doute fort ! Surtout au vu du point précédent. Ayez au moins le courage de vos opinions, gros matou !

                              • Le matou 9 mars 2012 06:00

                                1) En gros vous reprochez aux présidents de la République française démocratiquement élus d’être issus de l’ENA. C’est un reproche qui est assez souvent fait par une partie de la population « ils ne sont pas comme nous ». Pourquoi pas ?
                                Notez que Sarkozy qui n’a pas fait l’ENA (pas fait d’études brillantes du tout d’ailleurs), est le plus mauvais président de la 5e République ! Comme quoi !!
                                2) Vous êtes un sacré manipulateur. Vous dites d’abord dans votre article : 1/4 de la population française est fonctionnaire. Maintenant vous dites 1/4 de la population active (ce qui n’est plus du tout la même chose). Et enfin vous citez votre source qui donne elle 20 %. Bref vous avez un problème avec les arrondis et la rigueur intellectuelle.
                                3) Le trou de la Sécu n’existe pas !! Il est dû au fait que l’Etat ne verse pas à la Sécu les taxes qu’il lui doit (taxes sur les cigarettes par exemple). Enfin, les systèmes d’assurance privés que vous vantez sont particulièrement ruineux et inefficaces (renseignez-vous sur les dépenses de santé des E-U, l’espérance de vie, le taux d’endettement privé, le taux de population non couvert, et comparez avec la France pour vous en convaincre).
                                4) Allez-y ! Dites moi quelle catégorie de fonctionnaires est majoritaire alors.. Vous faites exprès de confondre majorité relative et absolue. On va bien rire !

                                5) Ce classement n’a pas de signification importante. Le Japon est le pays le plus endetté au monde. La Russie l’un des moins endettés. Pourtant je préfèrerai vivre (et de très loin) au Japon plutôt qu’en Russie ou en Estonie (pays très peu endettés). Les Etats-Unis sont l’un des pays les plus endettés au monde (dette publique + privée = 370 % du PIB !! Et c’était en 2009 !! Les Etats-Unis sont-ils un pays où il y a trop de fonctionnaires ?

                                6) Je ne suis pas fonctionnaire,en effet :)

                                7) Votre propos traduit une méconnaissance étonnante du privé. Pour un « petit poste », le diplôme est suffisant la plupart du temps. Mais pour les bons postes, les relations aident beaucoup. Et si vous n’avez pas de diplôme, ou un mauvais CV, cela aide encore plus !


                              • JP de Lespinay JP de Lespinay 10 mars 2012 02:01

                                Je ne vais pas discutailler éternellement avec vous, c’est du temps perdu. Vous ne voulez pas entendre raison, vous avez même complètement perdu mon article de vue, tout occupé à la défense de votre secteur. Car, vous pouvez toujours dire que vous n’êtes pas fonctionnaire, je ne vois qu’une chose : vous vous gardez bien de me dire votre métier !

                                « Votre propos traduit une méconnaissance étonnante du privé ». C’est probablement la remarque la plus stupide de ce forum ! Surtout pour quelqu’un qui est censé avoir lu mon article décrivant 25 ans de carrière. Je répète que c’est vous qui ignorez visiblement tout du privé, pensant que l’on y est embauché et promu « par relation », niant mon expérience du privé qui se sent pourtant à 100 lieues à la ronde (si on du flair !). Je suis dans le privé depuis 1973. Et pas comme financier ou administratif, comme vendeur payé à la commission. Le métier le plus « privé » qui soit ! Et le plus difficile. On n’y est pas jugé par ses relations mais par ses résultats. J’ai été embauché dans une dizaine de sociétés privées (jamais par « réseau relationnel »), gravissant les échelons jusqu’à directeur commercial (jamais par relation). Jusqu’au jour où j’ai créé et dirigé mon entreprise (sans relationnel). Là, j’ai vendu mes produits dans des grands groupes privés, quelques PME privées et quelques administrations, dans l’adversité puisque j’étais devenu l’ennemi d’universitaires anonymes puis un ennemi de l’Etat dont vous dépendez. Et on en revient à mon article.

                                Alors, quand vous niez doctement mon expérience du privé en privilégiant la vôtre, vous vous couvrez de ridicule ...et vous démontrez votre mauvaise foi pour tout le reste de vos commentaires.

                                Le relationnel est un atout dans la vie comme dans toute carrière, en commençant par le relationnel avec son patron, puis avec ses collègues, et enfin avec ses collaborateurs. Pour le vendeur, il faut ajouter le relationnel avec ses clients. Pour le patron, il faut ajouter le relationnel avec les fournisseurs et avec... les administrations ! « Service » public qui se charge de tout compliquer pour justifier son existence. C’est vrai que, dans le privé, le relationnel est poussé au plus haut point contrairement au public, mais ce n’est pas pour truander ! 

                                Le « réseau » relationnel, lui, est un concept de haut-fonctionnaire et de politicien (franc-maçonnerie, mafias des anciens élèves des grandes écoles préparant à la fonction publique, partis politiques, syndicats, etc.). Il postule que la valeur personnelle est insignifiante dans une carrière par apport à ses relations. C’est faux dans le monde réel mais exact dans l’administration française où c’est le diplôme qui compte et non l’expérience. Ce principe génère automatiquement le truandage. Résultat : l’administration française est une des plus corrompues des pays développés au monde, derrière l’Uruguay ! « Comme en 2010, la France arrive au 25ème rang [à l’indice de la transparence] et demeure ainsi derrière de nombreux Etats européens tels que la Suède, les Pays-Bas, l’Allemagne et le Royaume-Uni. » (source : transparence-france.org). Elle est le lieu où des fonctionnaires s’échangent les pouvoirs que le peuple leur a confié, en toute impunité puisque les juges sont aussi fonctionnaires... Tout cela explique le malaise des Français, les Trente Piteuses, la gestion calamiteuse du secteur public et les fantastiques déficits de la France... Vous voyez, tout se tient très bien, gros matou !

                              • serviette 8 mars 2012 15:10

                                Mais lol ! En tout cas votre site est très joli, j’ai bien ri :)

                                www.tree-logic.com/

                                C’est ca le résultat révolutionnaire ?? Je connais un chercheur en IA qui développe justement des systèmes experts, c’est autrement plus impressionnant !

                                Pas étonnant que personne vous fasse confiance, et si en plus vous êtes facho :P


                                • Aldous Aldous 8 mars 2012 15:32

                                  Quid de l’invention de la connerie artificielle ? smiley


                                • grandvince 8 mars 2012 16:44

                                  Hum, on tient un champion du monde là.

                                  Néanmoins celui-ci nous permet de noter une étrange pathologie. En effet il semblerait qu’une grande majorité de frontistes soient atteints d’un « complexe » de persécution intense.

                                  Bien que ce phénomène reste pour le moment assez mal compris par la communautée scientifique, il est globalement admis qu’il entre dans la catégorie des « Le Penophrènie » .

                                  Un « Le Penothon » sera prochainement organisé dans le but de réunir des fonds afin de lutter plus efficacement contre ce mal, qui à l’heure actuelle touche près de 20% de la population de notre beau pays.

                                  Bon je me sauve avant de me faire traiter de fonctionnaire à la solde des méchants énarques corrompus (y’aurait pas comme des relents fétides de crétinisme dans les parages ?). 


                                  • JP de Lespinay JP de Lespinay 8 mars 2012 17:36

                                    " une étrange pathologie« , »complexe de persécution intense« , » Penophrènie« , » relents fétides de crétinisme« ... Tout le monde notera cette particularité du fonctionnaire : il ne sait pas argumenter. Il injurie à l’aide de termes psychiatriques. C’est exactement ce que je disais dans mon article : » j’ai eu droit à la traditionnelle attaque psychiâtrique du fonctionnaire"..  




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

JP de Lespinay

JP de Lespinay
Voir ses articles







Palmarès