Les plates-formes de partage (YouTube, DailyMotion, Flickr) font fureur. Les réseaux sociaux se développent. Le plus gros réseau social connu est MySpace qui aurait dépassé les 130 millions d’utilisateurs. Moins connu mais très influent, Orkut.com dispose aussi d’une version française. Plus récemment, on peut citer Ziki et mybloglog. Il y a aussi des réseaux spécialisés pour les familles ou les associations, pour les personnes âgées, pour les étudiants, pour rencontrer l’âme sœur, pour trouver du boulot, pour retrouver des anciens copains.

Le Web de proximité est en train de voir le jour. On peut citer trois services : Peuplade, Kestendi, Convillial. Peuplade est sans conteste le réseau social de proximité le plus implanté et le plus ancien en France. Peuplade a plus de 55 000 utilisateurs, Kestendi en annonce 2800, Convillial en compte moins de 1000 mais c’est le plus jeune des trois. Le concept de Peuplade est né à Paris en 2003, le site est administré et développé depuis novembre 2005 par la SARL " Les ingénieurs sociaux ". Ouvert à tout Paris depuis septembre 2006, il est déjà très implanté dans des grandes villes et en banlieue parisienne. Jérémy Chouraqui, interviewé le 4 mars par J.-F. Ruiz, annonce la sortie prochaine d’une nouvelle version de Peuplade et présente les nouveautés attendues.

Peuplade permet des « rencontres » mais au sein d’une entité géographique restreinte. Chaque école de Paris dispose d’un espace réservé dans Peuplade pour permettre aux parents d’organiser des sorties, de gérer des problèmes de garde, etc.

Quel est l’avantage de la proximité alors que nous sommes sur Internet ? Ces sites permettent un premier contact par le Web, une prise de contact sans risque, mais qui peut se poursuivre dans la vraie vie, d’autant plus facilement que la logique est ici la proximité. C’est sur une carte, lors de l’inscription que l’on repère les autres membres inscrits et qui habitent les rues adjacentes. Des rencontres et des évènements ont lieu toutes l’année. Peuplade parle de cinq cents rendez-vous par mois. Ces sites proposent aux internautes d’échanger des services. Tous les prétextes sont bons pour favoriser des rencontres et des activités en commun. Des actions de solidarité sont même proposées. Peuplade propose de s’appuyer sur les commerçants de quartier (dépôt d’affichettes, de tracts), ce qui a pour effet de dynamiser aussi le commerce de proximité.

Ce type de réseau est appelé à se développer. Il a toutes les chances d’être soutenu par les municipalités. Paris et Grenoble soutiennent Peuplade. Pour un élu, ce type de site encourage la cohésion des territoires, ces territoires dont dépend leur élection. Ces sites sont pour l’instant intergénérationnels mais on peut imaginer que certains gardent l’aspect proximité géographique en se spécialisant sur des tranches d’âge.

Au sein de ces sites portails, des prestations de partenaires privés peuvent être proposées. On peut également penser que ces sites puissent intégrer des services publics, des modules d’information personnalisés. Ces derniers permettraient aux membres du portail d’accéder directement à l’information dont ils ont besoin sans devoir consulter les portails nationaux spécialisés. A une époque où les rapports sociaux sont tendus, c’est une nouvelle façon de découvrir les autres, de construire un Web solidaire et convivial, un Web qui n’enferme pas et qui favorise les rencontres en présentiel.