Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Yahoo lance un livre blanc pour les élections présidentielles

Yahoo lance un livre blanc pour les élections présidentielles

Yahoo France lance aujourd’hui « la première journée des petites et des grandes questions que l’on se pose tous ». Tout au long de cette journée, les internautes sont invités à s’exprimer sur les grands sujets d’actualité et sur leurs préoccupations quotidiennes.

Cette initiative intéressante, lancée aujourd’hui par Yahoo France en vue des élections présidentielles, couvrira de nombreux thèmes tels que la politique, l’économie, l’environnement, la société, la santé, l’éducation, les médias et la culture. Cette journée-débat se déroulera de 8 heures à 17 heures au Delaville Café, orchestré par Yann Fernandez, journaliste de Sud Radio.
Le principe de cette première journée est simple : les internautes posent leurs questions sur l’outil de partage collaboratif Yahoo Questions/Réponses et Yann Fernandez les transmet aux experts et personnalités présentes. En plus des questions en ligne, des murs d’expression mobiles seront accessibles dans différents quartiers de Paris, sur lesquels les passants pourront inscrire leurs questions.
L’objectif est d’établir une photographie représentant les préoccupations des Français à l’automne 2006. Toutes les questions seront transcrites dans un livre blanc destinés aux hommes politiques.
Cette initiative est plutôt intéressante et semble coller à l’ambiance actuelle que l’on peut ressentir en France : beaucoup de questions sur le présent et l’avenir, les constats quotidiens sur les dysfonctionnements de notre société, l’envie de participer, de faire avancer les choses sans savoir trop comment agir.

Un bémol malgré tout. Une fois de plus, ce type d’initiative conforte les Français dans leur position d’attentisme : posons des questions et attendons que d’autres trouvent des réponses ou des solutions. Il ne fait aucun doute que nous avons tous des idées, bonnes ou mauvaises, susceptibles de répondre partiellement aux questions que beaucoup de personnes se posent. Certains organismes se sont déjà positionnés dans cette perspective, l’Institut Montaigne par exemple. Leurs propositions sont peut-être critiquables, mais ont l’avantage de faire avancer le débat par des réponses concrètes.

Avec la puissance de réflexion que représente AgoraVox, peut-être pourrions-nous également établir un "livre blanc de propositions AgoraVox" qui pourrait fonctionner de la manière suivante :

  • chaque proposition pourrait avoir la forme d’un article soumis au vote des lecteurs d’AgoraVox
  • chaque proposition pourrait alors être « amendée » via le système de commentaires, eux-mêmes soumis aux votes
  • toutes les propositions ayant reçu un nombre de votes positifs à déterminer seraient consolidées dans un livre blanc accessible sur le site d’AgoraVox.

A vous de voir.


Moyenne des avis sur cet article :  4.81/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • yan essal (---.---.129.170) 7 novembre 2006 13:57

    bien évidemment il faudrait qu’agoravox se lance également dans cette récolection de propositions , c’est une excellente idée , il faut la poursuivre !


    • jlhd (---.---.115.247) 7 novembre 2006 14:47

      Bien sur même si cela est en parallèle ce ne peut etre qu’un bien fait et surtout en première proposition que l’état cesse de vivre au dessus de nos moyens


      • thomas (---.---.153.54) 7 novembre 2006 18:37

        C’est bien, mais y en a marre que des « spécialistes »(surtout du nom) daignent donner leur solutions.


        • fawad 7 novembre 2006 23:49

          10000% en accord avec toi Buckshot. Sauf peut-être sur un point, les votes. Je m’explique, il y a ici plus une certaine tendance représentée (j’évite de citer laquelle, ou sinon je risquerais de troller) donc tout article opposé à l’idée de cette majorité serait finalement supprimé.

          J’avais mis en place un site, sur ce principe, il y a quelques mois, mais j’avoue que la communication est difficile (nous n’étions que 3 à y écrire, et ayant le même genre d’idée politique) et qu’il serait mieux qu’un site comme Agoravox qui a une notoriété le fasse, qu’un enieme et multiple petit projet.

          Mais uniquement des propositions, pas de critiques, il faut avancer maintenant. Mais je me demande si cela collerais toujours avec le principe de Agoravox, donc peut-etre qu’Agoravox pourrait lancer une « filliale » d’Agoravox « Vos propositions », afin de fournir des idées de gauche comme de droite, des apolitiques, mais surtout des écologistes, financiers, entrepreneurs, acteurs sociaux. Bref, je ne peux que suivre ton idée.

          J’espère qu’Agoravox t’entendra, et il pourrait devenir un acteur de la prochaine campagne présidentielle.


          • terremereaux (---.---.64.45) 20 novembre 2006 00:09

            Je trouve l’idée plutôt sympathique, très DEMOCRATIE PARTICIPATIVE. Toutefois, je me méfie des « collections d’idées » sous format Livre blanc. Le principe des politiques est de ne retenir qu’une ou deux idées (les moins contraignantes), puis d’affirmer qu’ils ont pris en compte les propositions de l’organisation éditrice du dit Livre blanc. Je crains aussi l’idée du consensus qui débouche généralement sur une logique de « minimum acceptable ». Mais, je serais tout de même partisant d’utiliser AgoraVox pour faire émerger UNE action essentielle, sur un sujet fort, partagé par la communauté AgoraVox et de la détailler de manière très précise. Il s’agit donc de concentrer l’effort pour ne pas se disperser.


            • Galimatias (---.---.195.15) 22 novembre 2006 15:45

              Sommes nous encore une démocratie ou bien seulement le peuple d’un gouvernement d’oligarques ?

              1/ Et qu’en est il de la majorité ? Si une loi est votée par 53% des députés, qui ont chacun été élus avec 53 % des votes exprimés, où 65% ont participé à l’élection, sur les 90% d’inscrits sur les listes électorales, alors, en fait, cette loi a été voté par moins de 16,5% des citoyens.

              Ainsi, ici, la majorité c’est moins de 16,5 % c’est à dire de l’ordre d’une personne sur 6 ! C’est-à-dire que les 5 autres obéissent à ce que décide seule cette sixième !*

              2/ Et ces sixièmes ne sont pas n’importe qui !
              - Qui les choisit ? Moins de 5% du pays ? C’est les partis politiques qui décident qui seront les candidats. C’est-à-dire qu’un groupe de quelques milliers ( ?%) de personnes s’auto- proclament décideurs de qui mérite, en son sein, de recevoir les suffrages (de tous alors) et pour ce pouvoir, chacun des membres du groupe paye un droit : la carte d’adhésion. C’est un pouvoir qui s’achète donc !
              - D’où viennent ils ? De moins de 1 à 2% du pays ? Les aspirants élus, proposés aux suffrages, de droite et gauche sont souvent consanguins. Ils ont souvent fréquentés les mêmes écoles (ex. : l’ENA,...), sortent souvent des mêmes milieux sociaux (ex. : cadre supérieur, profession libérale,...), ont souvent la même profession (ex. : haut fonctionnaire, profession libérale,...), souvent les mêmes croyances (ex. : le libéralisme, c’est-à-dire la loi de la jungle...).

              3/ Séparation des pouvoirs. Il semble convenu que la séparation des pouvoirs « exécutif / législatif / judiciaire / Information » est le socle d’un régime démocratique : le pouvoir arrête le pouvoir. Mais encore faudrait-il pour une telle séparation que les structures aident les hommes. Une évolution du droit semble indispensable pour éviter notamment : une concentration des médias, un cumul de mandats, des dérapages (verbaux et autres de ministre de l’intérieur/ d’administration), une centralisation des décisions.

              4/ Le retard des politiques sur la société civile. L’élection d’un représentant a comme résultat de figer le jeux des forces à l’instant du vote pour toute la durée d’un mandat (? à limiter à 5 ans). C’est comme, afficher la photographie instantanée des équipes en présence, pour illustrer un match de foot. Ce n’est pas vraiment satisfaisant. N’y aurait il pas lieu, ici aussi, d’introduire des procédures de contrôle continu de type « surveiller et punir » : jurys populaires, impeachment, pétition de demande de destitution ?

              * Ceci dit, le décret d’application peut ne pas être signé, ainsi la loi votée « majoritairement » reste dans les limbes par volonté d’un seul homme, un seul mais ici sur les 60 millions ! Souvent le projet de loi est initiée et rédigée par une administration ou un lobby et non par les députés ou le gouvernement, l’absence de décret peut être alors un moindre mal. Un dernier point,le Sénat représente qui ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès