Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > 10 raisons pour lancer votre boîte en période de crise !

10 raisons pour lancer votre boîte en période de crise !

Plus de place pour les frileux. La crise est révélatrice de la force de caractère, mais elle est aussi et surtout épuratrice des fournisseurs dont on s’aperçoit qu’on peut très bien se passer…

Ainsi, cette longue période de crise est une opportunité extraordinaire pour les petites structures à faible coût de fonctionnement et à réactivité rapide.

Si vous ne faites pas partie du problème mais de la solution, alors vous allez surfer sur la crise !

Voyons ensemble les 10 raisons qui devraient vous pousser à vous lancer en pleine période de crise.

  1. BRECHE
    Vos “gros” concurrents sur le marché ont les ailes coupées par leurs conseils d’administration et leurs actionnaires affolés. Une porte s’est entr’ouverte pour vous.
  2. TAILLE
    Vos clients potentiels sont désespérément à la recherche de nouveaux fournisseurs plus petits, plus inventifs, qui feront “mieux, plus malin, et moins cher”.
  3. FOURNISSEURS
    Vos futurs fournisseurs subissent aussi la crise de plein fouet : leurs prix sont au plancher. Vous pouvez commencer une activité en mettant tous les fournisseurs en concurrence de manière intransigeante.
  4. FRAICHEUR
    Vos clients potentiels sont très gênés vis-à-vis de leurs fournisseurs habituels : désolé, plus d’argent. Ils sont donc ravis de rencontrer de nouvelles têtes qui arrivent sans a-priori, avec une approche neuve.
  5. OPPORTUNITES
    Si l’idée ne vous rebute pas, vous pouvez bénéficier de la chute d’entreprises autour de vous. Exemple : obtenir une voiture sans down-payment auprès d’une boîte qui n’arrive plus à payer le leasing. Mais vous pouvez aussi récupérer ainsi pour 1 euro des entreprises en totale faillite.
  6. RESSOURCES HUMAINES
    Beaucoup de personnes talentueuses viennent de se retrouver sans emploi. C’est le moment de faire travailler en freelance des talents que vous n’auriez jamais pu vous payer en période normale ! Et même pas besoin de prendre de risque inconsidéré : envoyez-les vers Links Conseil, et le tour est joué !
  7. AIDES
    Les diverses aides dont vous pouvez bénéficier en tant que créateur d’entreprise sont parfaites pour vous permettre de pratiquer des prix défiants toute concurrence… Ainsi vous attaquez votre marché avec un avantage concret et qui peut s’avérer décisif.
  8. IMAGE
    Votre image personnelle auprès des futurs clients et des éventuels employés ou consultants (cf. 6) sera extrêmement positive : alors que tout le monde ferme le rideau, vous créez de nouvelles opportunités ! Ce sera un atout fort en management interne comme en commercial auprès des prospects
  9. RELATIONS PUBLIQUES
    Votre communication externe sera grandement facilitée par sa différence : vous aurez des succès à raconter en plein période de débâcle généralisée. Ainsi, votre histoire intéressera facilement les médias.
  10. IDEES
    Enormément de bonnes idées ne seront pas développées par les opérateurs habituels sur votre marché. La crise étouffe les R&D. Mais vous… votre petite taille vous permet de vous saisir immédiatement de toute bonne idée et de la développer. Ce qui aurait été sans espoir en période normale - puisque les “gros” vous seraient passés devant - devient facile en ce moment. Exploitez vos idées !

Un lien incontournable : l’ACPE.


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (30 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • Calito 3 mars 2009 12:29

    "RESSOURCES HUMAINES
    Beaucoup de personnes talentueuses viennent de se retrouver sans emploi. C’est le moment de faire travailler en freelance des talents que vous n’auriez jamais pu vous payer en période normale ! Et même pas besoin de prendre de risque inconsidéré : envoyez-les vers
    Links Conseil, et le tour est joué ! "

    Le but de l’article était de coller un lien vers cette boite ?
    La mentalité de l’auteur est d’ailleurs bien résumée par cette phrase :
     
    "C’est le moment de faire travailler en freelance des talents que vous n’auriez jamais pu vous payer en période normale "

    en gros, vous nous dites, "la crise c’est chouette car les gens sont moins payés et on peut les exploiter pour faire plus de fric car ils ont peur. Allez donc voir ma boite !, viendez les petits petits !"



    • plancherDesVaches 3 mars 2009 12:34

      J’abonde dans votre sens, Calito.

      J’ai déjà du mal à conserver un CA avec mes fournisseurs et, contrairement à ce que l’auteur veut faire penser, les acheteurs n’ont pas besoin d’une crise pour commencer à mettre en concurrence.


    • plancherDesVaches 3 mars 2009 12:43

      De plus, l’auteur doit avoir des intérêts à ce que ce soit à partir de son site que les internautes accédent à ceux de l’apce et du link-truc...
      C’est ce qu’on appelle : se faire payer au clic. On redirige...


    • vincent p 3 mars 2009 13:00

      10 fausses raisons de faire n’importe quoi même en période de crise !

      Je plains tous ces jeunes gens naifs que l’on poussent continuellement à monter des boites en vitesse, et qui pour la plupart ne pourront jamais faire face à toute les charges courantes, qui leur retomberont dessus juste
      après. On voit que certains n’ont jamais réellement eu affaire aux RSI, avec parfois des courriers et dossiers en retard sur plusieurs semaines voir plusieurs mois si ce n’est un an pour certains, que de tracas supplémentaires je vous assure surtout dans le contexte actuel.

      Alors faites bien attention aux belles promesses de lune même en période de crise...



      • Internaute Internaute 3 mars 2009 13:28

        Il semble que le statut d’autoentrepreneur soit le plus économique pour ceux qui mettront du temps à développer leur activité. Quand on commence sans avoir un contrat en poche, le plus important est de n’avoir aucune charge tant qu’il n’y a pas de revenu. 


      • eugène wermelinger eugène wermelinger 3 mars 2009 13:28

        Bravo M. Denis Florent pour vos résultats tout à fait remarquables, mais que les autres ne rêvent pas trop, n’est pas Florent qui veut !!!

        Chiffres clés de Links Conseil
        Links Conseil est devenue un acteur significatif du marché du Conseil et de la Formation.

        Date de création : Juin 1998.
        Chiffres d’affaires 2006 : 25 millions d’Euros.
        Effectifs : 1000 professionnels salariés, consultants et formateurs.
        Missions : 12 000 entreprises clientes ont fait appel à Links Conseil depuis 1998.
        8 Implantations en France : Paris, Lille, Lyon, Mulhouse, Nantes, Rennes, Toulouse, Aix-en-Provence.

         

        Activités 2006

         

        Contacter Accueil :
        Tel : 01 56 54 82 00
        accueil@links-conseil.net
        1-3, rue du Départ - Montparnasse
        75014 Paris

        • Internaute Internaute 3 mars 2009 13:39

          Le portage salarial est un ineptie donc la justification ne réside pas dans un quelconque service économique mais uniquement dans l’inadequation des lois du travail à la réalité économique. Que la loi change et l’industrie du portage salarial ferme du jour au lendemain.

          Parceque les députés interdisent aux gens de travailler en pointillé tout en payant leur quote part de charges, des petits malins on trouvé l’idée de faire semblant d’en embaucher d’autres et de leur payer un salaire. Ils ne font que servir d’intermédiaire avec les Assedic et l’Urssaf. Ils jouent un rôle mais c’est débile et dispendieux. Leur marge est quasiment celle des sociétés de services mais ces dernières prennent à leur charge tous les frais commerciaux de prospection et de gestion des missions ce que ne fait pas une société de portage.


        • plancherDesVaches 3 mars 2009 14:21

          J’ignore quels sont les résultats extraordinaires de l’auteur, mais ce faire payer un click, c’est qu’on a vraiment besoin d’argent, tellement c’est bas.

          Autoentrepreneur... : génial : on peut se faire dégager du jour au lendemain. Ca a tout de même un avantage indéniable : toutes les sommes en liquide que je reçois sont exonérées d’impôts.


        • fredleborgne fredleborgne 3 mars 2009 13:45

          Un bon article, afin de lutter contre le marasme.
          J’adhère.
          J’ai d’ailleurs personnellement un projet.
          Et je donne, sous forme de fiction (j’ai changé quelques éléments) mon parcours.
          Il faut dire que j’ai eu l’ Idée.
          "Comment s’en sortir quand on n’est ni con ni pleurnichard

          http://www.inlibroveritas.net/lire/oeuvre22070.html

          Et bientot, ma boite ;o)


          • LeGus LeGus 3 mars 2009 13:59

            Le gros pipo marketing, sur l’air du sortez vous les doigts du cul.
            Il se trouve que j’ai été tenté par la création d’entreprise dans le domaine IT,
            mais pour cela il faut soit être déjà financierement aisé ou etre bankable.
            Les bonnes voire tres bonnes idées ne suffisent pas.
            Insiter les gens à se lancer vu la conjoncture est à la limite de l’escroquerie intellectuelle.


            • Traroth Traroth 3 mars 2009 18:25

              Je ne suis pas d’accord. Au contraire, je pense que c’est un des domaines qui nécessite le moins d’investissement : quelques postes de travail (un par collaborateur, ce qui veut dire peu, au lancement, habituellement), un ou deux serveurs, et ça roule. Surtout de nos jours, avec les logiciels libres : environnement de développement, logiciels serveur, API, frameworks, outils de test, de monitoring, on trouve tout en libre. Ca diminue fortement le coût de lancement du service !


            • LeGus LeGus 3 mars 2009 21:33

              Ok, c’est sur que c’est moins chere que la conception d’un avion de chasse.
              Néanmoins chiffrez ces dépenses sur disons 2 ans de dev.
              Sans compter qu’il faut toujours manger et se loger pendant ce temps
              Sans patrimoine, la banque te dis MERDE.


            • Yann Takvorian 3 mars 2009 14:55

              Partiellement raison.

              1- se lancer en période de crise est très difficile parce qu’il faut du crédit ou de la R&D, c’est à dire, du temps ou des ressources. C’est le mauvais moment pour les deux : le temps coute cher et les ressources demandent du crédit que les banques refusent.

              2- les TPE qui ont peiné à percer les marchés ou les prix étaient arrogants en pleine prospérité, vont avoir des portes ouvertes en grand nombre ! En période de crise, les budgets fondent et les fournisseurs à prix cassés qui peuvent assurer une marge seront gagnants. Les gros fermeront boutique par l’impossibilité de réduire les prix sans licencier, sachant que le licenciement entraine une perte de confiance, de motivation, de rendement et de qualité, au final. Pour une grosse structure, qui peut le plus ne peut pas nécessairement le moins. Achèteriez-vous à une boite qui licencie à tour de bras ? Dans la tempête, qui du chêne ou du roseau s’en tire ?

              3- les agences de portage sont une escroquerie et à éviter absolument ! Préférer payer un comptable/fiscaliste qui s’occupera de vous mieux que ces agences (ps : si vous n’êtes pas capable de gérer un RSI et un logiciel comptable, allez vite vous réfugier à l’ANPE !)

              4- La crise va faire baisser la consommation de presque tous les secteurs. Cette tendance baissière va perdurer. Ceux qui sauront produire le juste produit au juste prix et s’ouvrir aux pays émergents s’en sortiront.

              5- C’est la fin de l’arrogance des prix et des salaires. La déflation ne fait que commencer. Les entreprises qui l’auront compris et s’adapteront tiendront le coup. Celles qui réclament des milliards pour continuer d’exister (et donc, s’endettent) tomberont.

              6- La faillite de Chrysler et GM pour le printemps donnera une idée de ce qui tient et ce qui tombe, parce que l’onde de choc va ébranler tout un réseau de PME et TPE. Une véritable épreuve-du-feu pour l’industrie. La prochaine génération de TPE et PME en tireront de bons enseignements, comme pour les constructions anti-sismiques, post tremblement de terre. Cela sera aussi vrai pour l’Europe.


              • Traroth Traroth 3 mars 2009 18:41

                La fin de "l’arrogance des salaires", c’était il y a bien longtemps. Et la fin de l’arrogance des prix, c’est pas pour tout de suite, si on en croit les dernières nouvelles...


              • Lisa SION 2 Lisa SION 2 3 mars 2009 17:26

                David Vincent,..heu...pardon Denis Florent,

                Sage leçon, je prends note.

                D’ailleurs, je suis justement à la recherche de quelques collaborateurs et j’apprécierais qu’ils aient récemment fui le continent Britton avec la caisse de la bourse de LONDON en faillite. Je souhaite étendre un concept à mon origine, visant à installer des exploitations complètement autonomes en milieu isolé, totalement indépendantes du réseau Erdf, mais simplement équipées d’une antenne Wifi permettant de gratuitement raccorder dix propriétaires à un seul payant l’abonnement Adsl vingt quatre kilos. J’ai aussi conçu un mode de transport adaptable à tout terrain et ultra léger. son principe repose sur un chassis tube entièrement rempli de piles rechargeables en quelques minutes, alimentant des moteurs de roues aux pneus extensibles, qui pèse en tout le double de son poids de charge utile. Mais, pour monter une telle entreprise, il ne faut absolument pas l’inclure dans le giron administratif sous peine de batons dans les roues, ce mode de transport lui-même est incompatible avec l’actuel roulant. Dans l’immédiat, je vous offre gratuitement mon concept d’autonomie suggestive, accordez moi en échange,de ne pas me déclarer.

                Pour tout contatc, http://lagrandmaison.free.fr/chambres.htm .


                • iris 3 mars 2009 18:37

                  sauf quelorsque une petite boite ou un secteur devient rentable ou fait de la marge, les entreprises du cac 40 s’y interesse et les engloutissent.


                  • Marc Bruxman 4 mars 2009 01:42

                    Ben dans ce cas la le fondateur de la petite boite reçoit un gros chèque de la grosse et il a gagné son pari. Se faire racheter souvent c’est le but : Tu montes un projet, ca marche, si un gros te fait un gros chèque, tu empoche le magot et tu recommences. 

                    Le but n’est plus de passer une boite a ses enfants et arrières petits enfants, le but est de faire du fric ! ! !

                    Et effectivement démarrer en temps de crise n’est pas une mauvaise chose car si l’idée est bonne, on le saura au moment de la reprise et la les gros auront du fric et pourront racheter cher.


                  • donino30 donino30 3 mars 2009 23:46

                    Article très sympa et totalement véridique bravo, ça rafraichit de voir qu’au milieu des pleureuses attendant tout de l’état certains savent encore ce que c’est qu’entreprendre. nh.


                    • nephilim 4 mars 2009 09:59

                      La putin de sale mentalité^^
                      c’est vous là, l’auteur de l’article qui avec vos idées de rentabilité, de pognon, de marge et j’en passe qui mettez notre société dans la merde^^
                      pauvre type !!!! pauvre article !!!


                      • freedom2000 freedom2000 4 mars 2009 10:39

                        Attention, à ceux qui croient que le talent ou l’intelligence ou l’ idée ou le travail acharné SEUL suffit pour réussir en affaires ou dans la vie, permettez moi quelques exemples pour les aider à redescendre sur terre .

                        Le fondateur de Micromania (aujourd’hui + de 200 magasins en France !) s’était il y une dizaines d’années fendu d’une interview dans un journal économique : il aurait démarré son premier magasin en 1988 avec 20 000 F (VINGT mille FRANCS) dans une boutique du Forum des Halles... (sachant qu’un petit PC le moins cher valait alors 30 000 F ) et qu’une ouverture aux Halles nécessite au bas mot le paiement d’un droit au bail de 2 millions de Francs...et le stock nécessaire pour attirer le chaland...

                        Priceminister, flamboyant succès du net, a été crée par Pierre Kusciosko Morizet... et avec une dizaine de millions d’euros au départ.

                        les EBay, Dell, Amazon et autres success story ne sont pas dûs qu’au seul talent de leur fondateur, loin de moi l’idée d’amoindrir leurs mérites mais je déteste la propension des interviewés à.. grossir leurs mérites en donnant l’impression qu’ils ont tous démarré avec 5 000 dollars en poche.

                        A tous les naïfs :

                        S’il suffisait d’être la plus jolie pour devenir Miss France, cela se saurait depuis le temps.
                        S’il suffisait d’être le plus intelligent pour être riche...
                        S’il suffisait d’avoir son seul talent pour devenir une star du ciné ou de la chanson (encore faut savoir coucher dans le BON lit auparavant)

                        oubliez vos rêves,

                        non, croyez moi, pour réussir en ce monde, le travail seul ne suffit pas pour réussir , il faut aussi disposer au départ d’ un bon capital (pour tenir pendant le long processus de démarrage) , d’un bon carnet d’adresses et de la ... chance.

                        Les Zidane, Schumacher, Tiger Woods et autres Michael Jordan seraient encore dans leur cité ou villa de papa, à glander si des sponsors n’avaient pas misé sur eux. (D’autres meilleurs qu’eux attendent encore de se faire connaitre ou ne connaitront jamais la gloire, faute de chance)


                        Des longues études en ophtalmologie ou en pharmacie ne vous autoriseront qu’à devenir employé dans une pharmacie à 2000 euros mensuel ou chez Grand optical ou Alain Afflelou, si vous n’avez pas ensuite les 300 ou 400 000 euros minimum nécessaires pour vous permettre de vous lancer à votre compte.

                        Et à ceux sont tentés par l’aventure à l’étranger, des tas de gars ont bien réussi en partant avec 5000 dollars en poche, oubliez aussi vos illusions :

                        L’an dernier, par l’entremise de ma soeur, j’ai vécu dans la somptueuse demeure d’un français vivant aujourd’hui en Bulgarie. En 2003, Il avait quitté la France à la suite de déboires financiers et s’était retrouvé avec en tout et pour tout 8 000 euros dans un pays totalement inconnu.

                        En 2008, il est à la tête d’un petit patrimoine de 6 millions d’euros.

                         Comment est ce possible ?

                        Profitant du faible coût de la main d’oeuvre locale, et de l’entrée du pays dans la CEE, il s’était lancé dans l’achat de terrains et construction de maisons pour les exilés bulgares rentrant au pays.

                        Mais comment avec 8 000 euros ?? après une longue conversation bien arrosée, j’ai appris que son oncle est le ..vice-PDG d’une grosse banque espagnole et que sa femme est la nièce de l’actuel ministre des transports du pays ! Ca aide parfois !

                        Vous ou moi avec 10 000 euros à l’étranger, ça ne durerait pas plus de 3 mois et on rentrerait ensuite au bercail.

                        L’argent c’est la liberté , Oui. Mais en quantité raisonnable.

                        Je plains sincèrement les Warren Buffet et autres milliardaires qui vivent dans le souci permanent de voir leur fortune fondre et sans jamais de véritables moments de liberté : certes ils peuvent s’offrir du caviar au petit déjeuner (quelel horreur !) ou se payer le plus gros yatcht, mais sont ils vraiment si heureux ?

                        Ce n’est pas tant la possession de l’argent que l’usage qu’on en fait qui compte : pour faire le bonheur autour de soi.




                         



                        • foufouille foufouille 4 mars 2009 13:47

                          sauf que en bulgarie, pour 10000 tu as une maison
                          le salaire moyen etant de 200-250€, tu peut donc y vivre assez longtemps avec 10000€
                          hors des tres grandes villes comme sofia ou varna quand meme
                          si tu parle bulgare, avec 100000 en obligation tu fais rentier

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès