Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > 2000 – 2010 fut pour nous tous une décennie perdue

2000 – 2010 fut pour nous tous une décennie perdue

Il fut un temps où, dès lors que l’investisseur ou bon père de famille décidait d’acquérir des actions en bourse, il lui suffisait d’attendre car il partait du principe intangible selon lequel toute entreprise bien gérée ne pouvait voir ses titres que s’apprécier… Cet axiome (“Buy and Hold”) ayant fait les années dorées de Wall Street - brillamment illustré par des personnages comme Warren Buffet – préconisait d’acheter pour revendre avec profits après six mois ou après trois ans. 
 
L’indice Standard & Poors 500 n’a-t-il pas ainsi enregistré une progression de près de 170 % (de 124 à 355) entre Août 1980 et Août 1990, soit en l’espace de 10 ans ? Ce même indice n’a-t-il pas poursuivi cette ascension lui ayant permis de s’apprécier de 339 % supplémentaires – jusqu’à 1’471 – durant les dix ans suivants ? Comment ne pas s’incliner effectivement devant un tel investissement ayant rapporté 1’080 % en vingt ans car 100’000 dollars placés en Août 1980 auraient produits 1’080’000 dollars en Août 2’000 ! Le coût de la vie avait certes évolué en vingt ans, 1’080’000 dollars en 2000 ne permettant plus d’acquérir autant qu’en 1980 puisque l’indice des prix à la consommation avait grimpé de 107% aux USA durant ce laps de temps. Pour autant, cet investissement sur l’indice S&P aurait néanmoins été rémunéré à hauteur de 973% déduction faite de l’érosion du pouvoir d’achat ! Comment ne pas être tenté par une telle aubaine qui força ainsi la main et les porte monnaies de la classe moyenne Américaine qui placèrent espoir, économies, argent de la retraite et jusqu’à leurs emprunts en bourse, y compris en direction de capitalisations progressivement plus spéculative ? Le taux de placement boursier auprès des ménages Américains connut donc une ascension de 39% en 1989 à 57% en 2001 ! 
 
Cette date choisie – 2001 – n’étant en rien due au hasard puisque la génération suivante de ces investisseurs fut nettement moins chanceuse que leurs pères et pour cause…l’indice S&P ayant ainsi perdu près de 27% entre Août 2000 et Août 2010. En réalité, les pertes furent encore plus marquées puisque, l’inflation ayant été de 26% sur cette période, les pertes globales et nettes de ces investisseurs se montèrent donc à plus de 52% en cette première décennie de ce nouveau siècle… Pourtant, ce cauchemar boursier qui se développe depuis une dizaine d’années est encore accentué par une analyse brève des salaires des Américains. Selon les données du Département US spécialisé à cet effet (Internal Revenue Service), le salaire moyen du travailleur US a progressé de 140% entre 1980 et 2000, ayant ainsi évolué de 12’850 dollars entre 1980 à 19’875 à 1990 pour atteindre 30’650 en 2000. Chiffre de 140% auquel il convient bien-sûr de déduire une inflation de 107% autorisant néanmoins une amélioration nette du salaire moyen des Américains de l’ordre de 33% en vingt ans. Tendance qui s’est cependant elle aussi inversée – en tout cas considérablement remise en question – à l’orée de ce siècle puisque la progression, nette de l’inflation, de ces salaires ne fut plus que de l’ordre de 3% sur les dix années suivantes… 
 
A l’heure où économistes, analystes et autorités financières s’interrogent de manière quasi existentielle quant à l’opportunité d’appliquer une dose supplémentaire de stimuli. Au stade où nos nations en sont parvenues où l’on évoque de plus en plus le spectre de la déflation « à la japonaise ». Qui aura le courage d’annoncer aux Américains – et par delà eux à l’ensemble des citoyens Occidentaux – que nous sommes déjà en pleine déflation et ce depuis dix bonnes années ?

Moyenne des avis sur cet article :  4.56/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • zelectron zelectron 28 août 2010 09:11

    Une fois de plus un article sans complaisance et une acuité telle qu’on peut avoir même froid dans le dos.


    • plancherDesVaches 28 août 2010 10:41

      Annoncer la réalité à une époque où tout est fait pour garder l’humain bien en face du téléviseur afin d’absorber le maximum de propagande... ??

      Vous faites fort, Monsieur Santi. smiley


      • millesime 28 août 2010 12:16

        cette décennie a permis de aux non initiés de mieux percevoir la situation de nos économies occidentales basées sur un dieu unique : le profit à court terme. (et le banksters sont le premiers à se goinfrer sur le dos de tous avec la bénédiction pour ne pas dire la complicité de nos leaders politiques).
        votre article ne fait que confirmer la situation du monde occidental qui en effet est en déflation.
        Il y aurait qu’une chose à faire mais...la volonté politique n’y est pas... !
        http://millesime.over-blog.com


        • heliogabale boug14 28 août 2010 12:21

          Rien n’a été perdu : d’un point de vue comptable, c’est vrai mais sinon, les gens commencent à prendre conscience de l’illusion dans laquelle ils étaient plongés...et ça, c’est loin d’être rien...


          • kiouty 28 août 2010 14:13

            Oui, et bien ca aurait été bien d’expliquer le mécanisme de cette déflation, pourquoi y a-t-il eu retournement ? Parce que le capitalisme a atteint ses limites depuis longtemps, la dernière étape en date a été de faire acheter des maisons a des américains qui ne pouvaient pas se le permettre, et voila ou nous en sommes, avec un cadavre a qui on souffle dans les bronches, dont le mouvement artificiel ainsi créé donne l’illusion qu’il vit encore.


            • Julien Julien 28 août 2010 14:37

              Encore une fois, M. Santi, vous répétez des chiffres sans prendre du recul.

              Savez-vous qu’en France l’inflation ne prend pas en compte le prix de l’immobilier ?

              Quelques chiffres qui font peur :


              • rastapopulo rastapopulo 28 août 2010 17:53

                C’est normal vu que ça ne favoriserait pas la délocalisation de prendre en compte un bien non-délocalisable.


              • Emmanuel Aguéra LeManu 28 août 2010 15:15

                Article très suisse, rien de surprenant.


                • heliogabale boug14 28 août 2010 18:48

                  On a pendant plus de 30 ans mené une politique monétariste (maîtrise de l’inflation) tout en épargnant aux marchés immobilier et financier de faire le même effort. Voilà tout.


                  • sleeping-zombie 28 août 2010 20:26

                    Hello,

                    ...Combien de fois devra-t-on le répéter ?
                    les pourcentages ne s’additionnent pas !
                    (seulement quand on joue a Diablo, et encore...)

                    Si ton bien s’apprécie de 1000% sur 10 ans et que l’inflation sur cette période est de 100%, le gain final ne sera pas 900% mais de 450%.

                    exemple :
                    valeur initiale en 1980 : 10.
                    valeur en 1990 apres appréciation de 1000% : 110.
                    valeur hors appréciation, mais avec inflation de 100% : 20.
                    appréciation entre 20 et 110 : (110-20)/20 = 450%.

                    Ca reste bien en dessous des salaires, vaut mieux bosser qu’être rentier ^^
                    ++


                    • BA 29 août 2010 00:26

                      Evolution du PIB aux Etats-Unis :

                      - 4ème trimestre 2009 : + 5 %.

                      - 1er trimestre 2010 : + 3,7 %.

                      - 2ème trimestre 2010 : + 1,6 %.

                      http://criseusa.blog.lemonde.fr/files/2010/08/mr1.1281355789.jpg

                       

                      Conclusion : aux Etats-Unis, la reprise est finie.


                      • labulle 30 août 2010 14:46

                        Une décénie qui n’a pas été perdue pour tout le monde !!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès