Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > 2007, année grise ?

2007, année grise ?

Le présent article est rédigé le lundi 5/03/07 au soir et constitue en ce sens une gageure, car il est difficile de chroniquer en temps pas trop différé l’actualité boursière en regard des délais normaux de parution. Je prie le lecteur de bien vouloir m’excuser de n’avoir pas pris la peine habituelle normale de citer les sources des informations. Pour une part, il s’agit d’informations facilement accessibles partout sur le Net, pour le reste, il s’agit de pronostics personnels. Je compte sur les lecteurs avertis pour bien vouloir signaler les erreurs les plus flagrantes et les pronostics les plus fantaisistes.

Il est probable qu’en 2007 la croissance mondiale prenne un sérieux coup de frein, après deux années de vaches plutôt grasses.

La fin de la croissance US était prévisible depuis longtemps, mais la FED espérait un « soft landing », exercice délicat s’il en est. Depuis un an, la courbe des taux US et EU s’était aplatie, jusqu’à s’inverser par moments aux Etats-Unis.

Mr Bernanke répète depuis l’été dernier que ceci ne présage pas de récession, que l’économie américaine est solide et que la crise de l’immobilier est surmontée. Cet excellent article du 19 janvier sur Agoravox montrait toutefois que la solvabilité des ménages continuait à se dégrader.

Les bourses chinoises ont presque doublé l’an dernier. La prime de risque avait pratiquement disparu sur les marchés émergents. Les marchés ont été saturés de liquidités provenant du recyclage de l’excédent commercial chinois et de « carry » japonais. Ceci a favorisé de gigantesques LBO comme ceux sur HCA et Texas Pacific, ce dernier étant « leveragé » à 3 pour un.

Dernier indice : le relèvement de plus en plus brutal des taux de la FED ces derniers temps, alors que les actions et la pierre étaient à des sommets.

Bien sûr, c’est toujours plus facile à dire après. Tout le monde savait que les bulles allaient crever, mais quand ?

Le déclencheur a été la décision des autorités chinoises de renforcer le contrôle des marchés d’action face à ce qui apparaissait de plus en plus comme une bulle spéculative. La bourse de Shangai a perdu près de 9% en une journée.

Les catalyseurs ont été les suivants : Mr Greenspan, retraité de la FED, a enfin prononcé le mot « récession », dans une sorte de partage des rôles permettant à Mr Bernanke d’enchaîner sur un discours rassurant sur l’économie US, et il y a eu de mauvaises statistiques sur les commandes de biens durables US en janvier.

Le Dow a perdu 3,4% en une journée, et presque tout le reste du monde a suivi. Après un rebond technique le lendemain, la chute s’est poursuivie vers -5% en une semaine. Aujourd’hui, la descente a repris. Par ailleurs, le yen s’est apprécié et le Japon semble renouer avec la déflation. Les « porteurs » de yen en dollars semblent s’être retirés, ce qui diminue la liquidité des marchés. Plus généralement, les primes de risque semblent revenir vers la normale.

Il est impossible aujourd’hui de savoir si l’on va vers un vrai krach, ou juste une correction brutale. Mais dans tous les cas le paysage va changer.

Les valeurs chinoises vont en prendre un coup. Ce n’est pas nécessairement grave dans la mesure où cela peut ne pas affecter l’économie chinoise en profondeur, car elle est finalement peu dépendante des marchés d’actions. Sauf si cela entraîne en cascade des corrections plus fondamentales. Le gouvernement n’a pas nécessairement la latitude sociale de réévaluer le yuan comme le demande le Trésor US. Mais cela diminuera certainement au moins un peu la croissance chinoise et US. Le seul effet positif pourrait être d’alléger provisoirement la tension sur les matières premières.

Il y aura moins de liquidités sur le marché et le prix du risque va augmenter significativement. La principale conséquence sera une chute de l’immobilier aux US, avec peut-être une contagion en Angleterre. Les insolvabilités vont augmenter. Ceci donnera un coup d’arrêt aux mises en chantier et aura sur la croissance un impact négatif. Entre l’immobilier, la Chine et le crédit cher, l’économie US sera quelque temps en légère récession ou en croissance très modérée.

Il y aura probablement contagion en Europe, par exemple via l’Allemagne, assez exposée via ses exportations aux US, et fragilisée en ce moment par l’impact temporaire direct de la hausse de TVA. Si c’est le cas, la France sera touchée ensuite via ses exportations vers l’Allemagne.

Globalement, la conjoncture 2007 devrait être assez grise, et cela pourrait se prolonger en 2008 si la correction dure. Le prochain gouvernement français, quel qu’il soit, ne devrait pas hériter d’une situation facile, après deux ans de croissance mondiale plutôt élevée.

Bien sûr, il y a toujours aussi la possibilité d’un effet systémique et d’une année franchement noire, mais à chaque jour suffit sa peine.


Moyenne des avis sur cet article :  4.7/5   (66 votes)




Réagissez à l'article

35 réactions à cet article    


  • fredm fredm 6 mars 2007 11:01

    On parle aussi d’un repli de la Chine sur ses investissements intérieurs (y a de quoi faire).

    Or la Chine est le principal détenteur de la dette américaine. Que va-t-il se passer si la Chine ne finance plus les emprunts américains au moment où le coût de la guerre et celui des récentes intempéries ne cessent de faire exploser les budgets ?


    • LE CHAT LE CHAT 6 mars 2007 12:09

      la bourse c’est comme ça , il y a des hauts , il y a des bas , moi ça m’empechera pas de dormir mes 18 heures vu que j’ai ni action ni obligation ni que dalle..

      Les ultracapitalistes jouent en bourse comme s’il étaient au casino et les gens ils s’en foutent ! smiley


      • le mave 6 mars 2007 12:15

        Moi de même , et je me marre quand la bourse chute de voir les nigauds se faire rétamer une fois de plus . Et ne me dites pas que la bourse est le reflet de l’économie d’un pays ,elle n’est que le reflet de spéculations moutonniéres ,le fruit d’une propagande bien menée ,un peu comme la politique .


      • (---.---.185.253) 6 mars 2007 16:16

        Moi je suis un petit joueur de bourse et je me marre toujours autant de lire vos commentaires a croire que vous ne savez pas ce qu’est la bourse.

        1-> Les obligations ne baissent pas comme comme les actions car elles correspondent a un pret d’etat (en general) et donc des taux longs

        2-> Les ultracapitalistes ne jouent pas comme au casino, ca ce sont les speculateurs et eux se delectent quand un marche baisse car ils vendent a decouvert et sont a l’origine des grand mouvements de chute. Les ultracapitalistes eux ont des positions longues et un choc est negligeable sur le long terme : CAC40 = +8% sur un an malgre ce choc

        3-> J’ai choisi la bourse plutot que l’immobilier car l’immobilier me parait surcote en ce moment et je ne vais pas faire dormir mon argent sur un compte a 2% qui ne profite a personne, mais plutot investir sur l’eolien, la biotech, le recyclage, le transport. Ca ne fait pas de moi ni un riche (mon patrimoine est financier au lieu d’etre immobilier), ni un profiteur (je finance les projets qui me tiennent a coeur) mais quelqu’un qui pense qu’il vaut mieux placer sa retraite a 8% quand on est jeune.


      • Toins (---.---.205.124) 6 mars 2007 17:11

        D’accord mais d’une part combien de spéculateurs choisissent leurs investissements sur des critères « éthiques » et d’autre part quelle garantie avez-vous sur la bonne gestion, sur des critères d’une certaine logique sociale et environnementale, des entreprises sur lesquelles vous placez votre argent ?


      • Philippe MEONI Philippe MEONI 6 mars 2007 22:59

        Bonsoir Toins ;

        je suis dans le mème cas que l’interlocuteur précédent et je gagne ma vie par le « Day Trading »...

        j’ai une mise de fond de 1000 euros que je remets en « jeu » et peux potentiellement perdre chaque jour.

        Dans cette configuration, nous n’attachons aucun intérêt à l’entreprise qui supporte l’action car seule l’analyse compte pour savoir quel sera l’écart entre le prix entre l’ouverture et la fermeture d’un marché.

        Cordialement


      • Jade Jade 7 mars 2007 19:08

        le chat : tout a fait d’accord avec toi en resteignant aux spéculateurs mangeur de graphique... quoique je me demande si finalement ce n’est pas eux qui vont en profiter en rachetant quand la bourse sera plus basse pour se faire une rente bien grasse au moment de la remontée de la bourse...


      • Kelsaltan Kelsaltan 6 mars 2007 12:33

        Toujours un plaisir de vous lire, Forest Ent.

        J’apprécie particulièrement votre mise en garde, au début de l’article, qui indique au lecteur que vous maintenez un certain recul par rapport à vos propres opinions.

        Je vais suivre attentivement la contradiction qui vous sera apportée sur ce sujet que je suis loin de maitriser.


        • ZEN zen 6 mars 2007 13:27

          Bonne analyse qui nous fait toucher du doigt les périls qui menacent l’économie mondiale toute entière...car la dette abyssale US ne peut durer éternellement.


          • Stephane Klein (---.---.19.227) 6 mars 2007 13:47

            So what ? effectivement on est au debut d’un mouvement qui peut n’etre qu’une consolidation passagere avant une nouvelle progression ou alors virer vers la recession de plus longue duree, personne ne peut le dire si ce n’est les cassandres qui se rejouissent du melheur d’autrui de la prochaine fin du capitalisme....


            • Forest Ent Forest Ent 6 mars 2007 15:40

              La fin du capitalisme n’est à mon avis pas pour demain. smiley

              L’économie, ça monte et ça descend. Aujourd’hui, ça descend. Ca remontera demain.


            • Forest Ent Forest Ent 12 mars 2007 22:15

              Il y a quand même bien un risque immobilier majeur aux US. La seule chose que l’on ignore encore, c’est s’il est systémique ou pas :

              http://fr.biz.yahoo.com/12032007/202/prets-risque-la-chute-de-new-century-agite-nouveau-wall.html

              « New Century, l’une des principales sociétés américaines de crédits immobiliers à risque, a indiqué lundi que ses banques créancières allaient cesser de la financer, faisant chuter en Bourse les autres titres du secteur. (...) Les chercheurs du Center for American Progress se montraient néanmoins beaucoup plus alarmistes. »Wall Street craint une crise imminente« , relevait Almas Sayeed dans un rapport lundi. »Jusqu’à 2,2 millions de ménages pourraient perdre leur logement dans les années qui viennent« , notait-il, ajoutant que »plus de 1,2 million de biens hypothéqués ont été saisis en 2006, 42% de plus qu’en 2005« , aux Etats-Unis. »


            • toto (---.---.17.117) 6 mars 2007 14:19

              un excellent article qui est paru aujourd’hui :

              http://www.europe2020.org/spip.php?article402&lang=fr


              • ZEN zen 6 mars 2007 14:45

                Merci, Toto, pour ce lien trés informé , qui m’a appris beaucoup.


              • ExSam (---.---.54.53) 6 mars 2007 14:47

                Bof..

                Petite synthèse d’infos éparses qu’on avait déjà piocher par-ci par-là. L’auteur n’infère pas grand-chose à part une touche de pessimisme que tout le monde ressent.

                Quand à découvrir une prospective réelle sur l’année, basée sur un examen approfondi, on attendra qu’il lève son nez du guidon, s’il le peut.


                • Forest Ent Forest Ent 6 mars 2007 15:45

                  Tout à fait d’accord. C’est une simple juxtaposition d’infos facilement accessibles. Je trouvais dommage qu’il n’y ait pas d’article ici sur qui me semble quand même un évènement significatif.

                  Pour le pronostic, je n’ai pas fait dans l’apocalyptique en disant que la croissance mondiale va baisser en 2007. smiley

                  Pour la récession aux US, la FED annonce une probabilité de 30%, et je suppose qu’elle dispose de bons outils pour cela. Mais même sans récession, la croissance fin 2006 a été réestimée de 3,4% à 2,4%, et les prévisions 2007 baissent continument de 3% à 2%. Elle peut descendre encore un peu.


                • ZEN zen 6 mars 2007 15:44

                  @ Forest, bonjour

                  « . Ce n’est pas nécessairement grave dans la mesure où cela peut ne pas affecter l’économie chinoise en profondeur, car elle est finalement peu dépendante des marchés d’actions.... », dis-tu.

                  Si je t’ai bien suivi,permets moi de te dire que je trouve ce jugement un peu hâtif, quand on connait l’importance énorme des dépôts chinois en bons du Trésor US, qui dopent artificiellement la consommation , permettant à la Chine d’écouler (via Wall-Mart essentiellement) une grande partie de sa production. Les économies sont tellement imbriquées qu’elles ne pourront pas ne pas s’affecter mutuellement en cas de crise.


                  • Forest Ent Forest Ent 6 mars 2007 15:49

                    Oui, mais le recyclage de l’excédent chinois en bons du trésor repose sur la production et la croissance chinoises. Celle-ci ne repose que peu sur les marchés d’action car il y a peu d’entreprises cotées en Chine. Il n’est donc pas certain que même un écroulement des valeurs cotées ait un effet récessif significatif. Par contre, un choc monétaire aurait lui un impact fort.


                  • ZEN zen 6 mars 2007 15:50

                    @Forest

                    Comme je me réfère souvent à ton excellent blog, que je recommande vivement aux lecteurs (pub. non payée smiley,en contre-partie, je te renvoie à un de mes articles approfondissant ce que je viens de dire...Les critiques sont bienvenues.

                    http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=12980

                    A l’occasion, tu m’expliqueras le mystère de ton pseudo...


                  • LE CHAT LE CHAT 6 mars 2007 16:17

                    @zen

                    salut mon chtibuddha , il faut avoir lu Tolkien dans le texte pour connaitres les fabuleux ents des forêts....

                    Bien à toi


                  • Forest Ent Forest Ent 6 mars 2007 17:58

                    @zen

                    Tout ce que tu écris dans cet excellent article me semble vrai. J’y ajouterai aussi un côté idéologique.

                    Les US pensent que si la Chine commerce et s’enrichit, elle finira par se débarrasser de son régime dictatorial et sera une source de danger en moins. Donc elle achète des produits chinois. Les revenus viennent pour beaucoup se réinvestir aux US (mais pas dans des secteurs stratégiques quand même), ce qui lie les dirigeants chinois au monde occidental.

                    Les US ne voient pas de menace à la croissance chinoise tant que les chinois ne disposent pas d’une armée crédible, apte à revendiquer du contrôle de ressources naturelles.

                    Durant les tensions de la semaine dernière, la Chine a annoncé augmenter de 20% ses dépenses militaires. Il s’agit en fait de sommes ridicules. Mais c’est une manière de discuter.


                  • Forest Ent Forest Ent 6 mars 2007 19:48

                    Désolé. Je n’ai aucune activité aéronautique, et seule une personne ayant vécu ce projet de l’intérieur pourrait témoigner précisément de ce qui s’est passé. Appel aux volontaires. smiley

                    Vu de l’extérieur, il y a quelques éléments bizarres dans la carrière de Forgeard :

                    http://fr.wikipedia.org/wiki/No%C3%ABl_Forgeard

                    Il avait des soutiens politiques et s’entendait mal avec les allemands. L’A380 était son projet, et sa personnalité a pu jouer dans l’histoire.

                    Il faut rappeller que le développement de cet avion a coûté environ 14 milliards d’euros. Pour l’expérience que j’ai de grands projets industriels, il s’agit d’un projet énorme, dont la bonne réalisation requiert une vision réaliste et une bonne maîtrise des risques, une organisation sans faille tournée vers l’identification et la résolution rapides des problèmes, un reporting complètement transparent. A contrario, ça supporte mal les erreurs de management, les bisbilles et la politisation des débats, et le surinvestissement personnel en termes d’image de marque.

                    Mais bon ce n’est peut-être pas du tout ça ... ?


                  • Le furtif (---.---.26.120) 6 mars 2007 23:05

                    Merci pour le lien...Je n’ai pas encore cet automatisme (aller sur Wiki)

                    Le prix iznogoud super.

                    Je vais régulièrement sur ton site . Je remarque que l’on n’y trouve pas la recette du poulet basquaise....Ouf !Ton imperfection te rend humain.

                    Encore merci

                    Le furtif


                  • docdory docdory 6 mars 2007 17:52

                    @ l’auteur

                    La bourse , c’est le tiercé du riche . Lors du méga-krach boursier du 11/9/2001 , je n’ai personnellement pas perdu un centime ! Seuls ont eu à s’en mordre les doigts les gogos qui pensaient se financer une retraite par capitalisation ! Les déboires boursiers n’influent en rien le sort du citoyen moyen ...


                    • Forest Ent Forest Ent 6 mars 2007 18:05

                      « Les déboires boursiers n’influent en rien le sort du citoyen moyen ... »

                      Parfois si. Par exemple, si les actions perdent de leur intérêt, les investisseurs reportent leurs sous disponibles sur la pierre. Alors le prix des logements monte, et des gens ont du mal à se loger. Quand le prix est trop monté, des fois il baisse brutalement, comme en 1992. Alors les gens n’achètent plus de nouvelles maisons, donc les maçons n’ont plus de travail, et cela n’aide pas le chômage.


                    • arthur (---.---.43.22) 7 mars 2007 01:04

                      Oui, et n’oublions pas que lorsque le cours d’une grande entreprise baisse trop en bourse, ce sont souvent entre 10 et 30% des effectifs qui en font les frais.


                    • Aurelien Veron 13 août 2007 16:49

                      Heureusement que toutes les entreprises dont le cours baisse de 10 à 30 % ne licencient pas comme vous l’avancez. Lorsque cette baisse est due à un mouvement général, l’entreprise n’est pas spécifiquement visée.

                      En revanche, si un cours particulier baisse de 30 % alors que les autres stagnent ou montent, c’est qu’une inquiétude réelle émerge, fondée sur des faits graves. Une réorganisation doit alors être envisagée : cession d’actifs, reprise du contrôle interne, externalisation d’activités (effectifs réduits ici, augmentés là).

                      Cela ne vous parait-il pas relever du bon sens ?


                    • Aurelien Veron 13 août 2007 17:00

                      Une bourse (elles sont très nombreuses de par le monde) est un espace bien conçu pour échanger des titres de propriété rapidement et sans frais de transaction excessifs. Les acteurs principaux de ces échanges sont des fonds de retraire et d’épargne collective, et non pas les riches comme vous semblez naïvement le penser (d’ailleurs, quel est votre seuil pour distinguer le « riche » des autres ?).

                      En favorisant la fluidité des échanges, les bourses constituent un vrai moyen d’allocation rapide de l’épargne, bien plus aisée et liquide qu’en rachetant une entreprise par un investissement direct. Cette allocation facilitée du capital explique les progrès de pouvoir d’achat et de niveau de vie de nos contrées. Nos pays sont riches parce qu’ils ont une tradition capitaliste.


                    • Internaute (---.---.125.206) 7 mars 2007 11:00

                      Bien que je partage en gros votre analyse je suis extrêmement sceptique sur les analyses financières qui englobent une part de politique. Malheureusement, la presse spécialisée et les banques sont pleines de gens qui sont payés pour faire des analyses tous les jours. Il faut absolument qu’ils trouvent une bonne explication à tout ce qui se passe, quitte à dire n’importe quoi. Ainsi, j’ai déjà vu de doctes analystes expliquer que le Cac40 baisse parceque l’Euro s’est fortifié ce jour là face au dollar et nous expliquer trois semaines plus tard que le Cac40 baisse parceque le dollar monte. Autrement dit, la même cause produirait des effets contradictoires. Il en est de-même pour les variations du prix du baril qui quelque soit leur sens, justifient l’évolution de la bourse ce jour là. Un jour la bourse monte parceque le baril monte, le lendemain la bourse monte parceque le baril baisse.

                      C’est comme ce pouvoir maléfique que l’on donne aux fonds de pension. Les fonds de pension sont des caisses de retraites gérées par des gens sérieux. On n’imagine pas le patron de l’Agirc acheter des Warrants à découvert cautionnés avec les sous des retraités. Une telle idée est tout simplement ridicule. Malgré cela, beaucoup de gens continuent à mélanger les fonds de pensions et les fonds spéculatifs. Les investissements des fonds de pensions sont liés à des fondamentaux économiques réels et solides.

                      Le plus difficile dans ce domaine est de garder la tête froide et ne pas se laisser guider par ses pulsions. L’Europe a un PER de 13 contre 15 ou 16 pour les US et 42 pour la Chine. Donc, on n’est pas cher. La plupart des sociétés sont moins endettées qu’il y a deux ans et les résulats sont en nette amélioration. En conséquence, 2007 ne devrait pas être catastrophique. La Chine et l’Inde continuent à pomper les matières premières ce qui devrait orienter le pétrole et les métaux de base à la hausse. La meilleure façon de tirer son épingle du jeu est de limiter le commerce international. Il n’y a aucune raison de dépendre de la valeur du dollar ou du bon vouloir des chinois pour avoir sur nos table une râpe à fromage. C’est de la pure politique, je l’avoue, mais c’est bien elle qui conditionne notre avenir à tous.


                      • Forest Ent Forest Ent 7 mars 2007 11:49

                        Merci beaucoup pour ces précisions intéressantes.

                        Mon pronostic pessimiste n’est pas basé sur les nouvelles du jour, mais sur deux fondamentaux.

                        Le premier est que l’inversion de la courbe des taux a toujours annoncé une récession à 12/18 mois. Et ça fait 12 mois que la FED dit qu’il n’y aura pas de récession, avant de commencer à ... Il est probable que Greenspan et Bernanke ont voulu précipiter une correction avant un vrai krach. Reste à voir la suite.

                        Le second est moins objectif et consiste à penser que la pierre reste très surévaluée et que la crise immobilière aux US est encore devant nous.

                        Tout à fait d’accord sur les mutual funds, mais l’essentiel du marché en 2006 était le fait de hedge funds. Si l’argent pas cher disparait, leur activité va en prendre un coup. Y a t il ou pas un risque systémique avec les hedge funds ? On ne le saura qu’en cas de baisse très sévère.

                        Pour les PER, ils traduisent les perspectives de croissance d’une place, et il est normal qu’ils soient plus élevés en Chine. Mais 40 est clairement spéculatif, donc la correction s’imposait. Par contre, 13 à 16, c’est à mon avis du bruit de fond.

                        Pour les liens politiques, je souscris entièrement à l’idée de restreindre le commerce international. Mais il ne faut pas oublier la politique monétaire : la courbe des taux en euros est très plate aussi. La BCE devrait avoir une mission de croissance économique et pas seulement de stabilité des prix.


                      • Forest Ent Forest Ent 12 mars 2007 22:16

                        Il y a quand même bien un risque immobilier majeur aux US. La seule chose que l’on ignore encore, c’est s’il est systémique ou pas :

                        http://fr.biz.yahoo.com/12032007/202/prets-risque-la-chute-de-new-century-agite-nouveau-wall.html

                        « New Century, l’une des principales sociétés américaines de crédits immobiliers à risque, a indiqué lundi que ses banques créancières allaient cesser de la financer, faisant chuter en Bourse les autres titres du secteur. (...) Les chercheurs du Center for American Progress se montraient néanmoins beaucoup plus alarmistes. »Wall Street craint une crise imminente« , relevait Almas Sayeed dans un rapport lundi. »Jusqu’à 2,2 millions de ménages pourraient perdre leur logement dans les années qui viennent« , notait-il, ajoutant que »plus de 1,2 million de biens hypothéqués ont été saisis en 2006, 42% de plus qu’en 2005« , aux Etats-Unis. »


                        • Marsupilami Marsupilami 16 mars 2007 13:14

                          @ Forest Ent

                          Ton excellent article « L’empire contre attaque », publié aujourd’hui, a disparu il y a un quart d’heure pendant que je luis répondais par un commentaire.

                          Que s’est-il passé ? Bug ou censure ?


                          • (---.---.217.183) 20 mars 2007 22:56

                            La minorité des appelées puissants par d’autres semi-puissants font un jeu avec l’immobilier et tous les autres thèmes mondiaux. Leurs sratégies sont spéculatives au point que l’environnement et la masse des populations mondiales sont considérées comme minimes. L’aveuglement de leur puissance et pouvoir ne laisse aucune place à leur coeur. L’harmonie, est-ce un mot qu’ils comprennent ? Ils n’ont pas de sensibilité et ce qui compte c’est leurs amusements néfastes. Ils ont l’art d’embrouiller les esprits et de les égarer. Ce qui compte c’est le chiffre et leurs leviers pour y arriver par quelques lois bien pensées pour satisfaire leur pouvoir et patrimoine. La supercherie de certaines de leurs lois est de faire croire à la masse populaire qu’elle est faite même pour les puissants.Certains de cette masse populaire profitent encore de ces puissants mais le temps est compté. L’équilibre basé sur la répartition et le respect est aujourd’hui violé avec une force ...... Ce commentaire sera peut être mal compris et peut être vu comme un abus, mais si tel est le cas alors excusez-moi de vous avoir froissés.


                            • etienne :-) (---.---.255.195) 30 mars 2007 14:10

                              Bravo Agoravox : tres interressant, plus que dans la plupart des journaux financiers « classiques ». Une question ne semble toutefois avoir ete oubliee... En cas de crise systemique, tout baisse ? Non, en general un actif remonte brusquement. Alors, lequel ca pourrait etre cette fois ci ? L’or ? Le Yen ? L’euro ? Les actions europennes ?

                              C’est un peu la question a 1 million de dollars !!!


                              • Forest Ent Forest Ent 30 mars 2007 23:40

                                Très bonne question. smiley

                                Toute la difficulté de la situation actuelle est qu’il n’y a pas de « refuge » évident. Les actions et la pierre sont surévalués simultanément. En cas de crise systémique (prions quand même pour qu’elle n’arrive pas), la première victime du crash serait le dollar, mais il entrainerait une récession généralisée. Pas de salut dans les matières premières, dont la demande mollirait.

                                Peut-être les métaux précieux ? Il faut en tout cas chercher des fondamentaux peu conjoncturels...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès