Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > 2010 sera un bon crû pour les cleantechs

2010 sera un bon crû pour les cleantechs

Malgré l’échec de Copenhague, l’année devrait être bonne pour les technologies propres.


L’année 2010 sera un excellent cru des technologies propres comme le rappelle Bloomberg, avec près de 200 milliards de dollars d’investissements de prévus, une somme record en hausse de 50%, qui recouvre aussi bien l’investissement public que privé.

Côté « public », ce sont bien évidemment aux plans de relance « verts » que l’on doit l’apport de près de 60 milliards de dollars (notamment en Asie avec la Chine, mais sans oublier les Etats-Unis d’Obama et sa promesse de 5 millions d’emplois verts). Dans l’investissement privé, on ne compte plus les grandes entreprises qui investissent dans le renouvelable, chacun gardant jalousement ses projets, comme cette major pétrolière indienne qui investit dans le biocarburant algual, Panasonic qui mise 1 milliard dans les cleantechs ou encore la SNCF et ses paris sur les voitures électriques.



TechnoPropres


Moyenne des avis sur cet article :  2/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • oncle archibald 7 janvier 2010 12:32

    oui, bon, l’écolo-business ça n’est pas nouveau et si vous habitiez comme moi dans l’Aude dont la moindre colline est couverte d’éoliennes vous le sauriez .. 

    Pour que tout cela vaille quelque chose, il faudra d’abord supprimer toutes les subventions pour qu’on sache vraiment combien ça coûte et puis laisser au temps le temps de faire le tri entre les concepts vraiment bénéfiques et ceux qui ne servent qu’à enrichir des charlatans

    • Mr.K (generation-volée) Mr.K (generation-volée) 7 janvier 2010 18:17

      « ....combien ça coûte.... »

      pourriez vous approfondir ??quel genre de cout faite vous mention ??


    • rastapopulo rastapopulo 7 janvier 2010 18:22

      Je plussois.

      Si les peuples se rendaient compte de la non-rentabilité énergétique tout comprît de l’escroquerie de l’énergie renouvelable. 

      C’est tout le contraire d’une avancé technologique, c’est même une haine anti-technologique. 

      Comment après les dépense énergétiques basiques (qui vont exploser) dégager des budgets pour la gestion des vrais problèmes (écologiques, entre autres !) sans tailler dans le social ? 

      C’est peut être le but. 

      Et les compagnies d’énergies qui sont à fond dedans pour pouvoir facturer à la hausse.
       
      Dingue ce militantisme anti-science, anti-débat, pro-mondialisme 


    • BA 7 janvier 2010 21:49

      Mercredi 7 janvier 2010, sur le site LE FIGARO.FR :

       

      Tout est en place pour une nouvelle catastrophe économique mondiale, a estimé aujourd’hui Simon Johnson, ancien économiste en chef du Fonds monétaire international.

      Aux Etats-Unis, « nous avons désormais un système financier qui repose entièrement » sur la croyance que l’Etat lui sauvera indéfiniment la mise, comme il l’a fait en septembre 2008 et dans les mois qui ont suivi, a-t-il déclaré sur la télévision CNBC.

      « Toutes les grosses banques qui sont encore là pensent qu’elles sont à l’abri d’une future faillite parce que c’est ce qui s’est passé l’année dernière, et c’est ce que leur ont vendu » le secrétaire au Trésor américain Tim Geithner et Larry Summers, conseiller économique du président américain Barack Obama, a ajouté l’économiste.

      « Une idée reçue veut que deux crises financière majeures ne peuvent pas se suivre de près, mais je pense que nous allons avoir la preuve du contraire », a-t-il prédit.

      Pour lui, « les douze mois à venir pourraient être vraiment passionnants, les gens pourraient être très positifs pendant que nous nous préparons à une catastrophe énorme ».

      Selon lui, les banques n’ont tiré aucune leçon de la crise.

      Si l’on prend « les six plus grosses banques aux Etats-Unis, le total de leurs actifs représente plus de 60 % du PIB américain. Elles ont grossi pendant la crise, dit-il, »et tous les gros sont là, prêts à prendre des risques, comme vous ou moi si nous nous sentions parfaitement protégés".

      Vu la faiblesse des taux aux Etats-Unis, il y a déjà beaucoup d’opérations spéculatives sur écart de rendement consistant à emprunter de l’argent en Amérique pour l’investir dans les pays émergents, qui sont la « nouvelle frontière » pour les investissements comme pour la crise, a ajouté Simon Johnson, qui enseigne aujourd’hui au MIT, à Boston (Nord-Est).

      http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/01/07/01011-20100107FILWWW00720-usa-un-economiste-predit-une-2e-crise.php

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès