Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > 4e licence : la foire d’empoigne des (nombreux) candidats

4e licence : la foire d’empoigne des (nombreux) candidats

Alors que l’ARCEP doit rendre sa décision sur les modalités de l’attribution de la 4e licence de téléphonie 3G, petit rappel des candidats en lice, déclarés ou non. Et un constat : il y a plus de monde que ce qui est généralement admis !

Ayant assez peu de temps en ce moment pour approfondir mes (petites) enquêtes sur la 3G, voici tout de même de quoi alimenter le débat. Aujourd’hui, donc, petit point sur les candidats en lice pour l’acquisition de la 4e licence. J’avais évoqué précédemment les cas de Bouygues, de Free, mais il faut arriver à voir derrière la partie émergée de l’iceberg. Le 30 septembre, l’ARCEP doit rendre son verdict quant aux modalités de l’appel d’offres, notamment en ce qui concerne le lotissement de la 4e licence, et l’on sait déjà qu’un découpage en plusieurs petits lots sous certaines conditions permettrait à certains d’entrer sur ce marché très prometteur.

Les historiques : Bouygues, Orange et SFR. Aucun scrupule à les ranger dans le même sac, avec Free en embuscade pas loin, mais son cas est légèrement différent. Les trois grands opérateurs de téléphonie mobile sont à la fois détenteurs de licence 3G (depuis 2001 pour Orange et SFR et 2002 pour Bouygues) et candidats potentiels : l’ARCEP pourrait découper les lots de la 4e licence de manière à réserver quelques fréquences aistockphoto_5061098-competition.jpgux historiques, histoire qu’ils ne se sentent pas complètement lésés par l’arrivée d’un éventuel 4e opérateur. Les trois acteurs font feu de tout bois pour contrer cette arrivée qui briserait leur monopole, et leurs ententes sur les prix.

Le cas de Free. Complètement particulier, on ne peut plus considérer le groupe de Xavier Niel comme un "petit" au vu de sa présence dans l’ADSL (rachat d’Alice cet été), de sa communication tapageuse (les fameux "1 000 euros" d’économie, etc.), mais ce n’est pas tout à fait un "gros" non plus, n’étant présent que sur l’ADSL pour le moment. Free, déjà débouté l’année passée sur le même dossier, a déjà beaucoup dépensé, et pourrait être débordé entre la stratégie de groupe des historiques et la réactivité des "petits".

Les petits acteurs. C’est ce qui m’intéresse le plus, car la surprise pourrait venir de ce côté-ci. On en trouve un certain nombre, déclarés ou non, je vous les présente de manière exhaustive car l’appel d’offres pour un marché de la taille de la 3G laisse beaucoup de place à la communication... et rien ne garantit qu’un "déclaré" ira réellement à la bataille, ni qu’un "retiré" ne s’aligne pas sur la grille de départ.
Nous trouvons donc dans cette catégorie d’acteurs de petite taille, mais très intéressés :


Kerteloedipe et le sphinx_2.gif, déclaré intéressé à la fin du mois d’août. A rempli la consultation publique de l’ARCEP dans laquelle on sent une forte volonté d’acquérir un lot de cette 4e licence si les conditions sont favorables. Trop petit ? L’histoire des marchés, de la finance, est pleine de ces acteurs apparemment pas assez armés... et qui finissent par tout rafler. Pour rappel, le chiffre d’affaires de Free avant son entrée dans l’ADSL était comparable à celui de Kertel... quand un trublion finit par chasser l’autre. Pour le cas de Kertel, nous avons même droit à un Oedipe version numérique, Kertel étant une ancienne filiale de... Free. "Tuer le père", comme on dit ! Et avec 18 millions d’utilisateurs de cartes prépayées en France, Kertel , le spécialiste de ce type de cartes, possède une expertise intéressante à faire valoir sur la 3G.


Numéricâble, officiellement "retiré", mais les jeux de communiqués et de rumeurs ne permettent pas de considérer que le groupe s’est retiré pour de bon d’un appel d’offres qui n’a de toute façon pas encore lieu. Attendons de voir. En janvier, Numéricâble était toujours perçu comme le principal adversaire potentiel de Free, et comme le groupe n’a pas réussi à racheter Free, il n’a plus le choix, stratégiquement : la 4e licence ou un rachat prochain...


Virgin, fort d’un million d’abonnés sur le mobile, a déjà croisé le fer avec Free, et refuse d’être considéré comme hors-jeu. Après avoir démonté le calcul des 1 000 euros d’économie de Free, Virgin a aussi su contrer les attaques de Free sur la non-rentabilité des MVNO. Virgin s’est déclaré favorable à l’attribution d’une 4e licence.


Bolloré est également un candidat possible. Unique détenteur d’une licence Wimax nationale, le groupe a dû savourer son coup quand l’Union internationale des télécoms a décidé que le Wimax était désormais un standard de la téléphonie 3G... Bolloré a donc une carte à jouer !

Les candidats sont donc très nombreux et, contrairement à ce qu’estime Free qui s’est auto-proclamé seul candidat officiel en lice, la partie sera probablement beaucoup plus animée qu’un simple duel "historiques vs. Free".


Moyenne des avis sur cet article :  2.81/5   (31 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Tcheub 25 septembre 2008 13:04

    Ok, vous n’aimez pas Free, ça on l’a compris.

    Mais

    "Le 30 septembre, l’ARCEP doit rendre son verdict"

    Vous êtes à côté de la plaque. L’ARCEP a déjà rendu son verdict. Allez donc sur le site de l’ARCEP pour vous en convaincre.

    "et l’on sait déjà qu’un découpage en plusieurs petits lots sous certaines conditions permettrait à certains d’entrer sur ce marché très prometteur."
    Les membres de l’ARCEP ont unanimement rejeté cette solution. Selon eux, ce serait la pire des situations.

    "Free en embuscade pas loin, mais son cas est légèrement différent"
    Vous vivez dans le même monde que nous ? Je crois rêver.

    "Bolloré est également un candidat possible. Unique détenteur d’une licence Wimax nationale"
    Non ! C’est faux. L’unique détenteur d’une licence Wimaw nationale en France est Free. Bolloré détient plusieurs licences régionales, qui couvrent presque tout le territoire.

    "Ayant assez peu de temps en ce moment pour approfondir mes (petites) enquêtes sur la 3G"
    Je pense que vous devriez y accorder plus de temps. C’est une honte de débiter autant de conneries dans le même article.
    Vous devriez être interdit de poster sur le sujet.



    • stephanemot stephanemot 26 septembre 2008 02:08

      papier effectivement assez comique.

      par ailleurs, ce sont les jeux d’alliances qui sont interessants a observer sur ce type de projets, en particulier avec des acteurs non mentiones dans cette caricature de liste.


    • Plum’ 25 septembre 2008 13:26

      Bolloré unique détenteur d’une licence Wimax nationale ? Je croyais que c’était Free... Et une petite recherche me le confirme : http://www.pcinpact.com/actu/news/44256-Bollore-Telecom-licence-WiMAX-nationale.htm


      • ragoa 25 septembre 2008 16:14

        @l’auteur

        Bjr
        étonnant votre article, étonnant du fait qu’il est en droite ligne avec le désidérata du Gvt... après et malgré les préconisations de l’Arcep. De là à imaginer une vulgaire opération de com, ou une initiative d’un obscur zélé, affecté à l’un des ministères concernés, un pas que je ne franchirais pas évidemment ...mais bon. Beaucoup trop de désinformations pour être honnête.
        adessias


        • Stéfan Stéfan 26 septembre 2008 13:00

          Article intéressant mais contenant plusieurs informations inexactes.

          La première erreur (et la plus importante à mon sens) est que l’ARCEP a déjà rendu ses conclusions, contrairement à ce que vous indiquez. Et le verdict de l’ARCEP, c’est qu’il faut que les fréquences soient attribuées à un 4ème opérateur national, nouvel entrant sur le marché de la téléphonie mobile. L’idée du découpage en lots ou encore la possibilité de donner les fréquences aux opérateurs en place est donc rejetée par l’ARCEP. Il faut maintenant attendre la décision du gouvernement. Vous trouverez le communiqué de presse sur le site de l’ARCEP, à la date du 22/09 : http://www.arcep.fr/
          Hypothèse : vous avez rédigé l’article avant le 22/09 - mais plus de 3 jours pour qu’un article soit validé par Agoravox, ça me paraît étrange par rapport à mon expérience personnelle où les articles ont à chaque fois été publiés le lendemain de leur proposition.

          Deuxième erreur : Bolloré n’est pas l’unique détenteur d’une licence WiMAX nationale. Bolloré n’est même pas détenteur d’une licence WiMAX nationale puisqu’il lui manque 10 régions sur 22. Le seul détenteur d’une licence de boucle locale radio nationale permettant de déployer un réseau WiMAX en bande 3,5GHz sur l’ensemble de la France est Free, qui a hérité de cette licence de diverses transactions datant d’avant le processus d’attribution qui a désigné les titulaires de licences régionales.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès