Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > 5 banques américaines supporteraient 80% des risques liés aux contrats (...)

5 banques américaines supporteraient 80% des risques liés aux contrats dérivés

Suivant un rapport récent, la concentration des risques liés au support des marchés dérivés est inquiétante.

Une agence de notation financière internationale : Fitch Ratings Ltd, a récemment étudié les comptes de 100 sociétés en s’attardant sur leurs contrats dérivés.

Ces contrats sont souscrits généralement dans le but de se protéger de risques divers et variés comme l’insolvabilité d’un créancier, les variations d’une monnaie étrangère, ...

Exemple : prenez le cas d’un constructeur Européen qui vendrait à un client Américain 300 unités de sa production contre un certain montant en dollars US. Pour se prémunir contre une baisse du dollar sur l’euro, entre la conclusion du contrat et le paiement final, le constructeur Européen décide de souscrire une "police d’assurance" qui couvre ce genre de risque.

La révélation du dernier rapport de Fitch est de constater que, sur les 100 sociétés étudiées, 80% de leurs contrats dérivés ont été conclus avec les cinq plus grandes banques américaines pour un total d’environ 300 billions de dollars :

  • JP Morgan Chase : 81,70 billions de dollars

  • Bank of America : 80,00 billions de dollars

  • Goldman Sachs : 47,80 billions de dollars

  • Citigroup  : 31,50 billions de dollars

  • Morgan Stanley : 39,30 billions de dollars

Cette indication de la concentration des risques, même si elle n’est illustrée que par les 100 sociétés suivies par Fitch, ne devrait pas déboucher sur une euphorie démesurée.

 

Source : Five Firms Hold 80% of Derivatives Risk, Fitch Report Finds
Auteur : David M. Katz
Site : www.cfo.com
Date de publication : 24/07/2009

Pour aller plus loin sur les produits dérivés : Wikipédia

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.56/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • Alpo47 Alpo47 30 juillet 2009 11:00

    Gros souci,et en même temps .... pas vraiment. Ce sont précisément ces banques là qui « tirent toutes les ficelles » , contrôlent la FED et le GVT US ...
    Gageons que les décisions à venir, comme les précédentes, seront totalement en leur faveur et que le contribuable comblera les trous ... De quoi affaiblir encore plus l’économie réelle.

    Mon analyse, je ne suis cependant pas du tout économiste, est que nous sommes dans l’oeil du cyclone, et que la deuxième vague va bientôt arriver ...


    • plancherDesVaches 30 juillet 2009 13:14

      A l’auteur : méfiez-vous lorsque vous utilisez le terme billion. Pour être plus clair, il vaut mieux parler en milliards.

      Soit.... 300 milliards pour seulement 100 sociétés..... Et je ne vous raconte pas au niveau des particuliers...
      Et sachant que tout le monde se « ré-assure » en chaine (salut les maillons...), un écroulement général est tout à fait envisageable.


      • nandayo 30 juillet 2009 14:11

        D’après l’article cité comme source, il s’agirait de 296 000 milliards (trillions en anglais), donc effectivement des billions en français.

        Imaginez ce qu’un taux de défaillance même faible (genre 5%) peut impliquer comme somme (dans l’exemple, 15000 milliards soit un an de PIB américain).
        Et après on vous dit que la crise est finie...


      • plancherDesVaches 30 juillet 2009 14:17

        Gloups... et ben, du coup, c’est moi qui est interverti... Merci de la précision apportée, Nandayo.


      • Marc Bruxman 30 juillet 2009 14:30

        Il ne s’agit de ni plus ni moins que d’une assurance !

        Et donc les sommes signifie juste « ce qu’il faudra payer en cas de désastre ». Axa fait ca depuis des lustres.

        Et je peux même vous dire si il y a un tremblement de terre dans le sud en France, une poignée d’assureurs vont devoir payer des sommes énormes. C’est comme cela. Entre temps, ils empochent la prime !


        • nightflight nightflight 30 juillet 2009 16:30

          Si l’information est statistiquement correcte, cela signifie qu’au 21ème siècle, et bien après que nous ayons été plongés dans une l’incroyable crise, dont l’origine est tout aussi incroyable (Car totalement stupide), l’économie mondiale vogue toujours sur un vieux rafiot pourri arborant fièrement un pavillon de complaisance.

          Si notre monde est ensorcelé par l’argent, le marabout est donc bien Américain !


          • Forest Ent Forest Ent 30 juillet 2009 20:24

            Cela est vrai, mais on ne peut pas dire que ce soit une découverte, puisque nous avions attiré l’attention là-dessus il y a deux ans.

            Le gros problème des dérivés, c’est qu’ils créent implicitement de la monnaie par risque de contrepartie (tout assureur s’endette auprès de ses assurés), que ces risques n’étaient couverts par aucun ratio prudentiel, et qu’il n’y avait aucune chambre de compensation qui permettait la mesure de l’exposition globale d’un établissement.

            Le problème n’est effectivement pas résolu, mais ne se manifestera qu’en cas de sinistre, c’est à dire quand l’économie réelle enchaînera les faillites qui contraindront aux remboursements. C’est pour cela que les états pompent l’économie, pour ne pas avoir à dénouer le noeud gordien. Leur espoir est que le soufflé retombe doucement, que ces contrats arrivent à échéance naturelle. Ca va coûter très cher, mais ça évite de payer tous les pots cassés. On achète le temps, quoi...

            Pour le résultat, on verra bien ...


            • plancherDesVaches 30 juillet 2009 21:27

              « les états pompent l’économie »

              Heeeuuu... non, Forest.
              Ils creusent leur endettement au point que notre petit pays est passé en 3 ème position.....
              (sachant que SEULS la moitié des 30 milliards derniers est dû à la crise (dixit la Cour des Comptes))

              Et cela s’appelle la nationalisation des pertes.... avec privatisation des profits, naturellement. Les gros organismes financiers peuvent reverser des bonus royaux, on les comprend.

              Jusqu’à ce que....

              Remarquez les chutes de bénéfices des grands groupes qui sont largement plus graves qu’une simple baisse d’activité de « seulement » 30%.................

              Sont’ils, comme les banques qui ne veulent plus prêter, en train de provisionner pour des plans « sociaux ».... ??

              On pourrait presque le penser.

              Sinon : une donnée fiable : 550 000 nouveaux inscrits au chômage aux US. Comme dit la FED : la situation se stabilise.


            • Forest Ent Forest Ent 30 juillet 2009 22:25

              Je me suis mal exprimé. Je voulais dire « les états créent de la monnaie à toute vapeur et ils l’envoient dans l’économie ». Ils « pompent vers » l’économie quoi... Désolé.

              Mais je crois que nous sommes d’accord sur le constat. On convertit une dette privée insolvable en dette publique insolvable et on attend de voir ce qui se passe...


            • PhilVite PhilVite 31 juillet 2009 00:22

              "...C’est pour cela que les états pompent l’économie, pour ne pas avoir à dénouer le noeud gordien. Leur espoir est que le soufflé retombe doucement, que ces contrats arrivent à échéance naturelle..."

              C’est curieux comme certaines phrases peuvent produire des images mentales qui n’ont absolument rien à voir avec leur sens initial.
              Quoique, à bien y réfléchir...


            • fonzibrain fonzibrain 30 juillet 2009 23:13

              lol

              la révolution

              • tonton raoul 31 juillet 2009 06:46

                Il va falloir vous dépêcher de pondre vite les dernières conneries du genre car la reprise économique est vraiment à notre porte maintenant. Car du côté de la bourse, on réinvestit de + en +, et ça, c’est autre chose que de blablater dans l’anonymat, action qui ne coûte rien en cas d’erreur.


                • leon 31 juillet 2009 09:44

                  c’est sur elle monte et elle redescend, c’est bien de la spéculation, en gros ils nous refonf les mêmes conneries. Cela prouvent qu’ils n’ont rien compris. 

                  Attendez la rentrée, cela va être chaud trés chaud.

                • tonton raoul 31 juillet 2009 09:54

                  encore des promesses ...

                  c’est depuis l’automne dernier déjà qu’on nous dit ici que le dollar, la livre, les USA et le monde capitaliste sont au bord du gouffre de l’abîme...
                  et qu’est-ce qu’on a vu de tout ça ?
                  nada ... comme dab ...

                  et puis maintenant, ce sera pour la rentrée, et puis ce sera pour noël et puis pour pâques et puis la rentrée 2010 ...
                  et boum boum tsoin tsoin ! continue de faire l’orchestre du village ... sauf que dans 20 ans, elle aura l’air moins fraîche votre majorette youplaboum !



                • Internaute Internaute 31 juillet 2009 08:28

                  Et pendant ce temps, pour refléter la bonne santé de l’économie américaine, Wall-Street monte, monte, monte.


                  • tonton raoul 31 juillet 2009 09:57

                    pas compliqué la bourse ...

                    tu regardes les graphes prévisionnels des économistes-citoyens en mettant ton écran à l’envers sur le bureau, et puis tu passes à la caisse smiley

                  • Internaute Internaute 31 juillet 2009 13:38

                    Si c’est assez compliqué. Aprés avoir analysé les analystes pendant un certain temps je me suis rendu compte que personne n’y comprend rien. Gagnent à tous les coups ceux qui ont le droit de commettre le délit d’initié, comme Goldman Sachs. A part cela, les meilleurs analystes ont raison à 51% et les plus mauvais à 49%. Le mouvement brownien est tel qu’il lamine la plupart des investisseurs.

                    Prenez FE. Il prédisait le crach bancaire et il a eu raison mais il prédisait aussi que la Chine serait durement touchée ce qui n’est pas le cas. Prenez les spécialistes du « Le Revenu » et ils se trompent encore plus. Les cadors des grandes banques ont tous coulés leurs clients, sauf GS comme d’habitude.

                    Le mieux est encore d’avoir sa petite méthode personnelle, sans rien demander à personne et de s’y tenir quoi qu’il arrive. Le plus difficile est toujours d’agir au bon moment. Donnez-nous le top pour retourner l’écran.


                  • Forest Ent Forest Ent 1er août 2009 16:20

                    Quote : il prédisait aussi que la Chine serait durement touchée ce qui n’est pas le cas

                    Je demande à voir. :(

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès