Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > A ceux qui s’opposent au retour au franc

A ceux qui s’opposent au retour au franc

Un commentateur de mon blog m’a mis un lien vers un long papier du blog Solutions Politiques s’adressant à ceux qui prônent un retour au franc et à ceux qui manquent d’arguments pour leur répondre. Etant visé à travers mon article sur la Tchécoslovaquie, voici ma réponse.

La monnaie unique en question

De manière intéressante, j’ai l’impression qu’il y a des points importants d’accord entre nous, que ce soit sur les ravages du libre-échange pour les pays développés ou de la financiarisation. Certaines des solutions qui sont proposées sur ce blog sont intéressantes. En revanche, bizarrement, les questions monétaires sont évacuées comme n’ayant « pas beaucoup d’importance ». Outre un rejet de la politique de facilité qu’elles représenteraient, les dévaluations seraient vaines si tout le monde faisait pareil.

Et c’est curieusement là que l’auteur ne voit pas que l’euro provoque exactement cette politique de déflation compétitive qu’il dénonce pour les dévaluations. Justement, l’euro pousse les pays qui l’ont adopté à des politiques de désinflation compétitive salariale suicidaire, l’Allemagne ayant malheureusement montré l’exemple du fait de son entrée dans la zone euro avec des coûts salariaux 25% supérieurs à la moyenne. Bref, la monnaie unique pousse les salaires à la baisse.

Ce qui est un peu dommage dans cet article, c’est qu’il fait l’impasse sur la critique de l’euro en lui-même, son niveau trop élevé (qui pousse Airbus à choisir ses composants aux Etats-Unis), la politique de désinflation compétitive qu’il entraîne et le fait qu’une politique unique ne peut pas convenir à des réalités nationales aussi disparates. Le papier ne défend pas l’euro mais critique des comparaisons hâtives et les dangers d’un retour au franc. Revenons sur ces objections.

Comparaisons et raisons

Le cas Argentin est suffisamment complexe pour que je le traite dans un prochain papier. Il faut noter que la crise avait commencé dès 1999, justement à cause du lien rigide entre le peso et le dollar et que la coupure de ce lien en 2002 et la dévaluation (de 72%) ont permis à l’économie de fortement repartir dès 2003, même si tout n’a pas été un long fleuve tranquille.

L’exemple tchécoslovaque est intéressant dans la mesure où l’auteur montre justement que depuis la partition, l’écart de richesse (mesuré en PIB par habitant) s’est réduit, signe que le fait d’avoir deux monnaies avait du sens. Mais l’auteur ne revient pas sur le principal argument issu de cet exemple : le fait que plus de 70 ans de vie commune n’avait pas fait de ce petit pays une Zone Monétaire Optimale, ce qui augure mal pour une zone euro beaucoup plus grande et diverse.

Plus que le Royaume Uni, où le poids de la finance complique l’analyse (car l’explosion de la bulle financière a été violente), le cas de la Suède est particulièrement intéressant car ce pays a utilisé la dépréciation de la couronne pour relancer son économie (plus de 4% de croissance) sans inflation. Enfin, il faut noter que la monétisation ne provoque pas forcément d’inflation comme le montre le cas Etasunien, où le Quantitative Easing est équilibré par le désendettement des acteurs privés.

Comment financer la dette ?

Le deuxième angle d’attaque du papier, est que soit nous faisons défaut comme l’Argentine, soit, en abrogeant la loi de 1973, nous cédons à la facilité de la monétisation, qui devrait provoquer une hyperinflation. Cette critique est légitime. En effet, il est probable que les marchés réagiraient assez mal dans un premier temps, même si on peut soutenir qu’après coup, il n’y aurait pas de raison qu’ils nous traitent plus mal que la Grande-Bretagne si les finances publiques sont bien gérées.

Dans l’intervalle, la monétisation nous protègera de toute envolée des taux. Et elle ne sera pas inflationniste car les montants en jeu ne le sont pas. La masse monétaire se montant à 1900 milliards d’euros, 100 milliards de monétisation n’en représente que 5%, soit une croissance raisonnable. En outre, à partir du moment où l’Etat rembourse, il y a destruction de monnaie qui compense en partie la création. D’ailleurs, l’inflation n’a pas dérapé aux Etats-Unis malgré le Quantitative Easing.

Bref, les reproches faits par l’auteur peuvent être contestés et je note qu’il ne répond pas aux critiques qui sont portées à la monnaie unique et les mécanismes pervers qu’elle entraîne. Je reviendrai demain plus en détail sur le cas Argentin.


Moyenne des avis sur cet article :  3.73/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

43 réactions à cet article    


  • plancherDesVaches 23 décembre 2010 11:58

    Vous prendre le « cas » argentin ou même le Japon, c’est la même chose.

    Ce n’est pas comparable car nous sommes dans une crise économique MONDIALE.

    Certes, vous êtes souverainiste et on ne peut que comprendre votre populisme qui s’appuie sur les nostalgiques du Franc ainsi que les gens qui constatent que leur pouvoir d’achat baisse.
    Mais quelque soit la monnaie, il y a une crise mondiale.

    Soros qui attaque la Livre en 1993 a fait sortir l’Angleterre du SME. Je suppose que vous voulez oublier ce gentil épisode...

    Il nous FAUT rester dans l’Euro pour l’instant. Euro qui, d’ailleurs, a une utilisation de plus en plus mondiale. Alors que le Franc...

    Arrêtez de nous prendre pour des idiots.


    • plancherDesVaches 23 décembre 2010 11:59

      Vous POUVEZ prendre..
      Pardon, à l’heure du midi, je bouffe mes mots.


    • kiouty 23 décembre 2010 15:19

      Arrêtez de nous prendre pour des idiots.

      A vous écouter, on se demande commet un pays fait pour exister quand il n’a pas l’euro, dites donc... Bref, les prévisions apocalyptiques des européistes paniqués par l’anti-européisme qui nait est très rigolote à regarder. Surtout quand on se met à traiter les autres d’idiots parce qu’ils ne sont pas d’accord : c’est le manque d’argument fort qui vous pousse à déplacer la discussion sur la confrontation verbale ?


    • rastapopulo rastapopulo 23 décembre 2010 15:47

      Culture générale, est ce que l’Angleterre avait un système de crédit publique pour que Soros réussisse à attaquer la livre ?


    • bob 24 décembre 2010 11:37

      @ plancherdesvaches,

      Que savez-vous de l’économie en tant que lycéen ???
      Le seul pécule que vous n’ayez jamais touché est celui des étrennes lors des grandes occasions ainsi que des marques que vous exigez de vos parents à chaque rentrée.
      Vous parlez de mondialisme alors même que vous ètes protégé et choyé par vos parents. Epargnez-nous vos leçons de morale et revenez commenter lorsque vous aurez plus de maturité ( et quand vous serez en âge de voter)


    • DANIEL 23 décembre 2010 12:15

      au delà du nom de la monnaie (franc, euro, dollar...) c’est d’indépendance qu’il s’agit.
      les pays scandinaves sont hors euro, et alors ?
      ils font comme nous jadis, ils convertissent leurs monnaies pour régler certaines factures comme l’Angleterre, la Suisse et d’autres.
      l’euro nous coûte cher en emploi et tout ce qui en découle.
      nous ne jouons pas avec les mêmes règles contre les U.S, la Chine...
      dumping fiscal et social nous ratatinent.
      maitrisons notre monnaie et nos frontières (protectionnisme) 


      • Pie 3,14 23 décembre 2010 12:36

        Ah oui ? et comment allez-vous doper les exportations avec une politique protectionniste ?

        Que pèserait le franc dans un retour aux monnaies nationales et une guerre des monnaies comme il y avait naguère ?

        Votre programme aurait des conséquences immédiates : exportations en berne car bien entendu nos partenaires prendraient des mesures protectionnistes à l’égard de nos produits, dévaluation du franc, renchérissement du coût de nos importations.
        Voulez-vous payer le carburant deux fois plus cher, votre ordinateur aussi ?

        Dans ces situations, les gouvernements font toujours la même chose : une politique monétairiste ( afin de sauver la monnaie) qui étrangle la croissance, l’emploi et les revenus.

        La situation actuelle n’est pas bonne et la politique monnétaire limite la croissance mais au moins elle ne pénalise pas nos échanges à l’intérieur de la zone Euro qui représente l’essentiel de nos exportations.


      • plancherDesVaches 23 décembre 2010 13:36

        Top top top... Pie.
        Dans le traité européen est inscrit que nous nous interdisons TOUT protectionnisme vis-à-vis des pays hors Euro.
        ALORS QUE TOUS LES PAYS DU MONDE FONT DU PROTECTIONNISME !!!

        Ce que nous pouvons juste faire est du dumping, ce qui nous coûte la PEAU DES FESSES.

        Il faut que l’Europe fasse du protectionnisme. Mais avec une palanquée de pays individualistes, que veux-tu faire. ???
        Lorsque deux entités sont sous la même monnaie, détruire l’autre est se détruire soit-même.

        C’est le SEUL argument qui serait valable pour sortir de l’Euro. Mais à priori, ça commence à ouvrir les yeux. Par obligation d’une petite crise économique mondiale qui serait une « rumeur »...

        Quelqu’un en a entendu parler, de cette soit-disant crise... ???

        Bon chômage à tous et mort aux pauvres. smiley


      • Cogno2 23 décembre 2010 12:49

        A lire des défenseurs de l’Euro, on se demande si le temps ou il n’existait pas n’est pas qu’une légende oubliée.

        Ah oui ? et comment allez-vous doper les exportations avec une politique protectionniste ?

        Faut voir s’il n’y a pas moyen de rediriger une partie vers le marché intérieur, au lieu de tout importer ou presque, j’en sais rien, mais on n’exporte pas plus avec l’Euro à ce qu’il semble, donc bon.


        • Pie 3,14 23 décembre 2010 13:22

          Plus de 80% de nos exportations se font dans la zone Euros dont les deux tiers avec l’Allemagne. L’absence de barrière douanière et la monnaie unique sont un énorme avantage.

          Quant à rediriger les exportations vers le marché intérieur, vous rêvez. L’économie française est extravertie, ouverte sur l’extérieur, elle a un besoin vital d’importations et d’exportations ( près d’un quart du PIB).

          Un protectionnisme européen et limité peut, à l’extrême limite se défendre, un retour aux barrières nationales ferait des dégâts énormes car, à la différence de l’Allemagne nos exportations sont fragiles, trop peu spécialisées et très concurrencées.


        • rastapopulo rastapopulo 23 décembre 2010 15:53

          « a l’extrême limite »... pour des anti-nations de culture impérialiste !

          Sinon le protectionisme social européen est obligatoire pour les citoyens de base.

          Et rien n’empêche d’instaurer une parité.

          Si le crédit publique est vraiment productif, tout ira bien.


        • bob 24 décembre 2010 11:54

          @ Pie 3.14,

          Qui parle d’exportations ? La force de la France est son marché intérieur, elle se différencie de l’Allemagne ou du Japon dans la structure de son économie, l’exportation n’est donc pas vraiment d’une grande importance, à moins de financer des trafics douteux d’armes et d’autres marchés aussi juteux que opaques.

          Vous confondez protectionnisme ( protection du marché national) et autarcie ( fermeture rigide des frontières). Votre argumentaire s’en trouve nécessairement affecté.


        • DANIEL 23 décembre 2010 13:14

          il faudrait faire l’opération suivante : ou en sommes nous de la balance commerciale avec les US et la Chine ?
          demain TGV, AIRBUS, ARIANE ...seront construits en Chine...avec de la matière grise Chinoise...tout bénéf pour les multinationales et les banques, qui nous revendront NOS produits d’origines. Conséquences sur l’emploi, les salaires, la sécu, les retraites, les services publics ... ???
          les US et la Chine se protègent comme personne. Ils nous imposent leurs règles fiscales et sociales.
          faudrait voir d’arrêter de subir sans broncher.
           


          • DANIEL 23 décembre 2010 13:32

            nos échanges avec l’Allemagne étaient déjà à ce niveau...avant l’euro.
            une Europe confédérale basée sur la coopération entre états indépendants n’empêche en rien l’échange mutuellement avantageux tout en respectant les « us et coutumes » de chacun.


            • Georges Yang 23 décembre 2010 13:42

              Sortir de l’Euro ?

              Pour voir des dévaluations en cascades comme en Argentine
              Pour payer plus cher le pétrole en $
              Pour rester en vacances en France
              Pour exporter quoi en dehors des produits de luxe, notre industrie étant peu performante
              Pour une inflation à deux chiffres

              Seul intérêt, l’afflux de touriste à monnaie forte


              • plancherDesVaches 23 décembre 2010 14:12

                Bien vu.

                Et encore... au niveau tourisme, vu ce qui se passe de façon identique ailleurs, les touristes, ça va devenir une denrée rare...

                Pour ceux qui n’auraient pas capter que des manifs sont de plus en plus fréquentes et pas seulement en zone Euro, ouvraient les yeux, les gars.
                Depuis début 2009, TOUS les gouvernements ont renforcé leur sécurité intérieure.
                Vous croyez que c’est pour le plaisir.. ???


              • LE CHAT LE CHAT 23 décembre 2010 14:52

                Et avec les années de vaches maigres que le FMI va faire subir à la planète , qui va encore avoir les moyens de faire du tourisme à part quelques nantis ?


              • rastapopulo rastapopulo 23 décembre 2010 15:57

                Vous n’avez pas de vision dynamique d’une nation. Le problème n’est pas € ou pas mais quelle sont les règles de financements publique et comment la nation le dépense.

                La dépense peut très bien être productive donc non-inflationniste.

                Si il faut sortir de l’€ pour restaurer une dynamique national soit.


              • Georges Yang 23 décembre 2010 17:34

                La Chine exporte grâce à une monnaie sous-évaluée car elle a quelque chose à exporter
                La France avec une monnaie dévaluée n’exporterait pas beaucoup plus de cognac et de foie gras ou alors il faudrait dévaluer, sans augmenter les salaires malgré l’inflation pour devenir compétitifs sur des produits actuellement plus chers en prix de revient que les équivalents chinois, indiens ou autres
                Les Allemands exportent malgré un euro fort et des salaires décents car ce qu’ils ont à vendre est de qualité et non trouvable ailleurs à qualité égale

                Sortir de l’euro est un apauvrissement garanti pour la France


              • rastapopulo rastapopulo 23 décembre 2010 23:21

                dit mon petit gars, l’€ est fort pour nous mais faible pour les allemands...

                Si l’€ meurt le deutsmark va devenir impayable. 

                Pour le reste, tout est dû à l’UE.

                La France était à la pointe dans les machines outils et maintenant... tout est allemand !


              • kéké02360 23 décembre 2010 15:16

                Oui il faut sortir de l’euro et de l’europe ( Asselineau vaut ce qu’il vaut mais il est un des rares à avoir le courage de le dire , de le proposer !!! )

                Le système ultra-libéral s’écroule et c’est une bonne nouvelle pour tous les peuples du monde !!!!!

                Seuls les profiteurs , les nantis ,celles et ceux qui sont entré(e)s en religion à l’UMPS ect ... , ......tentent de défendre encore le système !!! 

                Le système a déclaré la guerre aux peuples , les peuples n’ont plus rien à perdre et préfèrent éviter la guerre civile , ils prennent consciences qu’ils peuvent décider de leur avenir sans les pourris des partis politiques et syndicats complices !!!

                Réduire notre consommation au maximum , pratiquer la révolution du bas de laine le Bank run ( le Crédit Agricole est en chute libre ..... ) sont autant de moyens pour les peuples d’accéler le processus ..... pour retrouver nos libertés et droit à l’autodétermination !!!!!

                http://www.pouruneconstituante.fr/spip/spip.php?article349 

                http://uneplacepourtous.midiblogs.com/archive/2010/11/29/islande-1000-articles-pour-un-volcan-aucun-pour-une-election.html

                http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/peuples-d-europe-soulevez-vous-85318

                http://www.dailymotion.com/video/xg6t37_lyallemagne-est-souveraine-puisque-le-mark-cyest-lyeuro_news

                 l’argent virtuel c’est pas pour les peuples , c’est pour quelques privilégiés qui jouent au monopoly avec l’argent , la sueur des peuples !!!!

                http://www.moneyweek.fr/20101244435/conseils/economies/cds-dette-france-inflation/

                Alors , au diable l’europe , l’euro et tous les torches culs du libéralisme !!

                J’ai encore enlevé quelques milliers d’euros du circuit hier pour mettre dans le bas de laine, et je recommence à la fin du mois !!! ) smiley

                Bientôt les guichets seront fermés , le système n’en a plus pour longtemps ,

                Bonnes fêtes de fin damnés !!!! 

                un résistant smiley


                • Mmarvinbear Mmarvinbear 24 décembre 2010 00:29

                  Tu es au courant, quand même, que sans le système bancaire actuel, les billets n’ont aucune valeur ?

                  ça sert à quoi de planquer quelques centaines de morceaux de papiers rectangulaires si après l’implosion du système ils ne servent plus à rien ?

                  Si encore tu retirais du liquide pour le changer en pierres précieuses ou en petits lingots, à la rigueur, je comprendrais...

                  Mais ce n’est même pas le cas...

                  Ah lala... Il faut tout leur apprendre...


                • Georges Yang 23 décembre 2010 15:18

                  L’ALLEMAGNE pourrait sortir de l’Euro, mais préfère un euro A et un euro B pour les PIGS et la France, c’est une solution avantageuse pour eux, pas pour nous


                  • pastori 23 décembre 2010 15:51

                    le lieu n’est pas propice à de longues analyses économiques car au delà de 10 lignes le lecteur ne lit plus les posts.

                    on ne peut donc procéder qu’à coups de serpe.

                    en quelques mots, la sortie de l’euro est impossible pour l’instant sauf à nous appauvrir encore plus. nous n’avons plus d’industries, d’usines, de matières premières, de savoir faire. tout est parti ailleurs. délocalisé par ce libéralisme sauvage qui nous a ligoté.

                    que ceux qui pensent le contraire nous expliquent concrètement comment on sort, et quelles seront les conséquences avantageuses pratiques.

                    et qu’on vienne pas nous seriner avec des slogans comme indépendance, maîtrise...des mots sans contenu réel bons pour les politichiens.

                    • rastapopulo rastapopulo 23 décembre 2010 16:02

                      C’est la remarque la plus juste et pourtant ce n’est pas un obstacle à la sortie de l’€.

                      Il faut simplement revenir à une nation compétente dans tout via son tissu économique privé guidé par un plan incitatif exactement comme pendant les 30 glorieuses !

                      La spécialisation est une vielle technique impérialiste pour dominer ses colonies. toi du coton, moi des vêtement, toi des épices, toi de l’opium, toi des esclaves,.... ne vous rappelle rien ? 


                    • ddacoudre ddacoudre 23 décembre 2010 16:23

                      bonjour laurent

                      je vais essayer de résumer ; euro fort l’on achète à l’extérieur, euro faible l’on produit ses achats, le reste n’est que déclinaisons.
                      la question est comment trouver une source de revenu si j’achète tout à l’extérieur, ou si je produit tout, réponse modifier la notion de valeur travail sur laquelle repose nos existences.
                      ce n’est donc pas une question de mécanismes, mais une question philosophique.
                      tous les systèmes clos conduisent au suicide altruiste.
                      cordialement.


                      • pastori 23 décembre 2010 16:26

                        en réalité, la plupart de ceux qui veulent revenir au franc, ont l’espoir de retrouver le café à 5 Frs, la baguette à 2 frs, les croissants à 2 frs, le plat garni à 35 frs......


                        le plat garni au snack, c’est 15 € minimum, soi 100 frs !.

                        ou en tous cas ils pensent mieux pouvoir mieux comparer et se rendre compte des prix.

                        toutes ces choses dont les prix ont été multipliés par 4 ou 10 par les commerçants qui ont joué sur l’innocence des gens face à ce qu’ils croient être un petit prix.... 10 euros, c’est pas dix francs, mais 65 frs !

                        et rien ne le justifiait ! qui s’en est plaint ? les commerçants se sont gavés,les consommateurs  se sont appauvris car les salaires n’ont pas bougé.

                        Ça ça ne changera pas ! nous continuerons à payer le steak 200 frs le kilo, comme aujourd’hui ! ou plus avec l’inflation.



                        • romain blachier romainblachier 23 décembre 2010 16:27

                          Et comme le niveau de l’euro est haut, il faut quitter le navire au lieu de réformer ?


                          • Laurent Herblay Laurent Pinsolle 23 décembre 2010 16:49

                            @ Pie 3,14


                            L’augmentation des exportations sera mécanique avec la baisse du franc par rapport au mark et au dollar (c’est comme cela que les Etats-Unis ont dynamisé leurs exportations en 2008, ou la Grande-Bretagne et la Suède en laissant leur monnaie se déprécier par rapport à l’euro cher).

                            Mais tout le monde est protectionniste, à commencer par les grands exportateurs que sont la Chine, le Japon ou la Corée du Sud. Dans ces pays, plus de 95% des voitures vendues sont produites localement du fait de leur protectionnisme. Cela ne les empêche pas d’exporter...

                            @ Daniel, Rastapopulo, Cogno 2

                            D’accord.

                            @ Georges

                            C’est une caricature. Et la Grande-Bretagne ? Ils ont laissé la livre se déprécier de plus de 20% par rapport à l’euro et ils ont 3% d’inflation. Le cas de l’Argentine est extrême, mais c’est un pays qui a dévalué de 72%. Ce ne serait pas le cas de la France. Même ceux qui cherchent à présenter la sortie de l’euro comme une catastrophe reconnaissent que le franc ne se déprécierait pas par rapport à l’euro (ce qu’il perdrait sur le mark serait gagné sur la lire, la peseta, la drachme....)

                            @ Pastori

                            C’est parfaitement possible. Vous trouverez dans mon papier « Euro, le jour d’après » des réponses concrètes à comment cela se passerait.

                            Je réitère ma réponse précédente. Il n’y aurait pas d’appauvrissement au niveau Français car le franc ne baisserait pas par rapport à l’euro.

                            @ Romain Blachier

                            Ce n’est uniquement parce que l’euro est surévalué, loin de là. J’ai traité le sujet en détail dans le papier « Faut-il quitter l’euro ? » et il y a deux raisons fondamentales :
                            - la baisse des salaires induite par l’euro pour gagner en compétitivité
                            - le fait qu’une politique monétaire unique ne peut pas convenir à un ensemble aussi disparate (l’euro est en partie responsable des bulles Irlandaises et Espagnols)

                            @ Kéké

                            Il y a surtout DLR qui défend la sortie de l’euro monnaie unique (nous souhaitons le conserver comme monnaie commune) et qui a été le premier à lancer une campagne spécifique sur ce thème.

                            • Georges Yang 23 décembre 2010 17:55

                              Oui, mais les Anglais n’ont quasiment pas de couverture sociale ni d’état providence, c’est un bon moyen de limiter l’inflation, mais qui ne plairait pas aux Français


                            • kéké02360 23 décembre 2010 21:58

                              @ Pinsolle

                              A vrai dire les peuples d’europe qui souffrent n’en ont rien à battre de la monnaie unique dans le sens où elle est comme son nom l’indique à sens unique et va toujours dans les mêmes poches !!

                              << Il y a surtout DLR qui défend la sortie de l’euro monnaie unique >> << surtout DLR >> ne dites pas çà car vous avez déjà les mêmes réflexes politiciens que les autres partis dont vous dénoncez les pratiques , il n’y a pas de << surtout >> ,d’autant que c’est faux puisque Asselineau pour ne citer que lui est beaucoup plus clair sur cette proposition de quitter l’euro et en plus de quitter l’europe !!! Tant mieux pour vous si vous vous plaisez dans cette europe là !!

                              Quand à savoir qui a été le premier à lancer l’idée les Français n’en ont rien à cirer de ces considérations infantiles à côté des graves difficultés présentes et à venir !!!

                              DLR fait parti du système que vous le vouliez ou non, DLR accompagne la crise mais ne s’y oppose pas, DLR n’a pas pris la mesure de l’effondrement du système ultra libéral,de l’europe , ne les combat pas , DLR ne demande pas la sortie de l’europe, çà veut tout dire !!

                              DLR propose de tripatouiller la v ème république , il ne propose pas d’enclencher la vl ème en nettoyant une bonne fois pour toute la v ème république que les français exècrent !!!!!

                              En un mot DLR est de droite , une droite molle et est loin du compte question alternative ...

                              Au demeurant vous êtes bien sympathique mais çà suffit pas , en 2012 vous aurez contribué ( faute de vous différencier nettement des autres politiques ) à maintenir le sytème mafieux en france . Bon courage .............


                            • pjf971 23 décembre 2010 18:14

                              On n’a pas besoin de s’opposer au retour du franc : on ne retournera pas au franc !


                              • Laurent Herblay Laurent Pinsolle 23 décembre 2010 23:01

                                @ Kéké


                                Nous sommes les premiers à avoir lancer une campagne spécifique sur l’euro mais il est vrai que l’UPR est le seul à demander une sortie de l’UE. Nous ne proposons pas la même chose. L’UPR n’est pas plus clair que nous, elle a une position différente.

                                Nous ne faisons pas partis du système puisque nous sommes complètement indépendants, y compris financièrement. Nous dénonçons le système depuis longtemps, que ce soit les conséquences délétères du libre-échange en matière de chômage et de pouvoir d’achat ou de la financiarisation de l’économie.

                                • kéké02360 24 décembre 2010 08:04


                                  @ Pinsolle

                                  Ah enfin tu reconnais que vous n’avez pas une position claire << L’UPR n’est pas plus clair que nous, elle a une position différente >> , tu progresses , c’est encourageant !!!

                                  Il vous suffirait de lire le post de Rabosky ci dessous et de vous en inspirer pour entrer vraiment en résistance et faire le plus vite possible alliance avec Asselineau et d’autres , de proposer la déconsommation et de vider les Banques , Bank run pour précipiter la chute du sytème ( l’Etat a déjà renfloué une fois les banques sans notre avis avec notre argent, le crédit agricole continue à aller très mal ) !!!!

                                  Mais pour prendre cette position il faut être couillu !!!!!!

                                  Non vous allez continuer DLR à temporiser , dire que vous faites pas parti du système jusqu’à ce que l’europe ait saigné ses peuples à blanc !!!!

                                  Plus on attend pour rompre avec l’euro et l’europe, plus ce sera douloureux pour les peuples d’europe ..........mais l’europe au final va disparaitre avec l’euro et très certainement nous plonger dans des conflits graves car rien de ce qui s’est décidé et se décide n’est démocratique !!!

                                  Les Islandais sont plus réalistes et surtout courageux que nous, ils n’ont pas renfloué leurs banques et travaillent à la démocratie .......

                                  http://www.pouruneconstituante.fr/spip/spip.php?article349 

                                  http://www.dailymotion.com/video/xg6t37_lyallemagne-est-souveraine-puisque-le-mark-cyest-lyeuro_news


                                  http://www.moneyweek.fr/20101244435/conseils/economies/cds-dette-france-inflation/




                                • Jean d'Hôtaux Jean d’Hôtaux 23 décembre 2010 23:12

                                  @ l’Auteur :

                                  Contrairement à toute votre argumentation, un retour au franc serait une catastrophe, non seulement pour l’UE, mais surtout pour la France !

                                  Le marché européen est une réalité, que cela vous plaise ou pas. La mondialisation est une réalité, certes crainte et avec raison, mais c’est une réalité !

                                  Abandonner l’Euro ferait régresser la construction européenne et la France de 30 ans !

                                  Pourquoi ? Tout simplement parce que quitter l’Euro implique l’abandon des critères de stabilité et de croissance, c’est-à-dire le volet technique des accords de Maastricht. Si par malheur, la France quittait l’Euro, elle ne serait plus contrainte d’appliquer ces accords dont l’objectif est de lutter contre les déficits publics (budget de l’Etat et dette publique). Tout gouvernement serait alors tenté de laisser les déficits budgétaires s’accroître, tout simplement parce qu’il est plus facile de satisfaire l’opinion publique en lui laissant l’illusion qu’une dette ne coûte rien et qu’il suffit de dévaluer pour régler le problème. Or il n’en est rien !

                                  En dévaluant, on fait marcher la planche à billets en créant de la monnaie, donc de l’inflation. Et puis le dette n’est pas gratuite, l’Etat devra quand même emprunter et ces emprunts seront frappés de taux d’intérêt qui dépendront eux-mêmes des marchés financiers internationaux. Ces taux sont appliqués en fonction des risques encopurus pour les créanciers, car la banque est un métier de gestion des risques !

                                  En France, depuis 30 ans environ, aucun budget n’est équilibré ! Cela signifie que non seulement la France vit à crédit depuis plus de 30 ans, mais qu’en plus, la dette publique se creuse chaque année davantage. Aujourd’d’hui les temps sont durs pour tout le monde et notamment pour le budget de l’Etat. Il est donc difficilement imaginable d’équlibrer un budget par les temps qui courent. Oui, mais avant la crise lorsque tout allait bien, les budgets n’étaient pas davantage équilibrés. Alors .... ?

                                  Non, le problème n’est pas l’Euro, les problèmes ce sont les déficits publics !

                                  Non, l’Euro n’est pas surévalué comme on peut le lire dans plusieurs commentaires, ce serait même plutôt le contraire.
                                  Que ceux qui se persuadent (nombreux sur votre fil) que le cours de l’Euro pénalise les exportations françaises se posent la question de savoir pourquoi la balance commerciale de l’Allemagne est positive alors que celle de la France est négative. Pourquoi la France importe plus qu’elle n’exporte, ceci avec la même monnaie que l’Allemagne, c’est-à-dire un Euro identique, avec la même parité ?

                                  C’est un sophisme que de tenter d’expliquer que la France s’en sortirait mieux avec un retour au franc ...

                                  Comment fait l’Allemagne avec le même Euro, ceci est la seule question qui vaille, ou presque !


                                  • Jean d'Hôtaux Jean d’Hôtaux 23 décembre 2010 23:15

                                    Avec mes excuses pour la coquille :

                                    « Ces taux sont appliqués en fonction des risques encourus par les créanciers, ... »


                                  • rastapopulo rastapopulo 23 décembre 2010 23:29

                                    Et les 30 glorieuses gros malin ?

                                    Certain objection sont juste mais l’ensemble est faux.

                                    84=Maastricht que tu adore

                                    Maastricht = annulation du Glass Steagall = début des to big to fail = un détail ?

                                    Maastricht = fin du crédit publique sans intérêts = un plus même si ça empêche les dépenses publique productive ? vraiment ? même dans l’orthodoxie anglosaxonne les dépenses productives sont a encouragé alors pourquoi les taxer d’un interêts alors ?

                                    La vérité, c’est que tu es anti-nation dans ton raisonnement. C’est ton droit et c’est très à la mode mais ne vient pas donner des conseils aux nations alors.

                                    Tu prend juste les parties de l’histoire qui t’intéresse. C’est trop facile d’oublier que la nation est un rempart contre l’impérialisme. 


                                  • Jean d'Hôtaux Jean d’Hôtaux 24 décembre 2010 14:17

                                    @ Rastapopulo :

                                    Dans votre tirade vous omettez de répondre à une question fondamentale à mes yeux, question posée dans mon commentaire précédent : 

                                    A votre avis et puisque selon vous l’Euro serait la cause de tous les maux, pourquoi la balance commerciale de l’Allemagne est-elle positive et celle de la France négative ?

                                    J’attends votre réponse et vos arguments avec beaucoup d’intérêt !

                                    Quant au reste, m’accuser d’être « anti-nation », etc., ce ne sont que des contre-feux, autrement dit un écran de fumée destiné à masquer votre vacuité analytique en économie ...

                                    Mon commentaire précédent se limitait à une analyse technique et non politique de la situation. Par conséquent je souhaiterais que vous me répondiez avec des arguments techniques, sans vous laisser aller à des invectives qui n’apportent rien au débat.

                                    Merci !


                                  • rastapopulo rastapopulo 24 décembre 2010 19:32

                                    Détacher l’économie de la politique est déjà en soit anti-nation ! C’est une manière de voir, rien de plus, et surtout pas un mode de pensée supérieur parce qu’innocent de tout parti pris comme vous avez l’air de croire.
                                     
                                    Soit passons, 2 choses.

                                    1° d’abord mes reproches à l’UE sont circonstanciés. Si dans votre école l’abandon du crédit publique est « magnifique », j’ai bien argumenté sur le fait qu’aucune distinction n’a été faites entre crédit pour des dépenses de fonctionnement et des dépenses productives, ce qui est un non sens total... sauf si c’est pour priver la nation d’un rôle dynamique. Reconnaissez au moins que votre école n’aime pas que la nation joue un rôle dans l’économie même via des dépenses non-inflationnistes. Faut pas s’étonner d’être traiter d’anti-nation alors.
                                    Encore plus grave, l’annulation du Glass Steagall dont tout les économistes sérieux demandent le retour !!!!! C’est l’UE qui a créé les to big to fail en annulant cette loi commune aux USA, à la France et à la Belgique pendant des dizaines d’années sans crises financières (puisqu’avant si une banque coulait c’était sans les dépôts).
                                    Voilà 2 arguments « TECHNIQUES », peut être trop pour vous ceci dit. Prenez déjà uniquement l’abandon du Glass Steagall pour vous former. 

                                    2° Osez me tendre une perche aussi monumentale que le cas de l’Allemagne, faut le faire ! L’€ est trop fort pour NOUS... mais trop FAIBLE pour l’Allemagne. Tout le monde le sait sauf vous. Le jour où l’€ meurt, le DM grimpera sans arrêts. En plus, Marie France Garaud (conseillère de Mitterand sur le sujet) nous a bien dit que c’est l’Allemagne qui voulait l’€ contrairement à la légende (encore une inversion de l’histoire). Et pour quelle raison ? Pour établir un empire allemand sur sa zone géographique historique ! Bam tout est dit. Faut être assez stupide comme les français pour abdiquer sa souveraineté quand l’Allemagne ne le fait pas et puis s’étonner qu’il y ai plus de cohérence chez eux. Et oui l’Allemagne est resté souveraine et subordonne toujours tout traité européen. C’est vraiment pas un bon exemple d’angélisme apolitique au contraire. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès