Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > A l’Est de l’Europe, la crise empire

A l’Est de l’Europe, la crise empire

Les Pays de l’Est feront-ils couler l’UE ? Rien n’est moins sûr. Sauf à le vouloir vraiment.

L’Europe coupée en deux ?

C’est le sentiment donné dimanche 1er mars par le refus des pays de l’UE d’aider ses pays d’Europe Centrale et de l’Est les plus touchés. L’intégration de ces nouveaux pays en 2004 et 2007 a été une aubaine pour les pays occidentaux : élargissement du marché européen, stabilisation de la région et élargissement de la zone d’influence. La crise économique marque-t-elle la fin de cette stratégie d’élargissement ?

La politique d’élargissement, une aubaine pour les économies occidentales

En 2004 puis 2007, 12 nouveaux pays ont rejoint la zone Euro. Principalement les pays de l’ex-URSS. Après plusieurs décennies sous influence soviétique, 15 ans après la chute du mur, ces pays entrent dans la zone d’influence de l’Union Européenne. Leur conversion au libéralisme de marché s’est fait rapidement, les tensions qu’elle a provoquées au début ont été atténuée par les effets bénéfiques de la croissance économique. En 2007, les taux de chômage sont bas, la croissance élevée et le niveau de vie s’élève.

Pour les pays de l’Union Européenne, l’ouverture est une chance. Celle d’accéder à de nouveaux marchés. Les nouveaux pays sont massivement importateurs de biens qui leur servent à se développer, et viennent des pays occidentaux. Ces derniers trouvent également là une main-d’œuvre peu chère, jusqu’à cinq ou six fois moins chères qu’en France ou en Allemagne. Certes la productivité est deux fois moindre que celle des pays occidentaux, mais un rapide calcul montre que le bilan reste positif. A cela s’ajoute la facilité de transporter les biens produits, ce qui a incité certaines entreprises comme Renault à aller s’installer vers l’Est plutôt qu’en Chine.

Les nouveaux pays ont bénéficié de l’aide de l’Union Européenne, via des transferts importants de fonds des Fonds Structurel Européen, pour se développer. En échange, les pays occidentaux ont bénéficié de nouveaux marchés et d’une main-d’œuvre peu chère.

Le bloc des Pays de l’Est n’existe plus

Au fil des années, les pays de l’ancien bloc communiste ont pris des voies très différentes. L’Ukraine est restée en dehors de l’Union Européenne et les problèmes gaziers de janvier ont montré sa place stratégique entre la Russie et l’UE ; la Slovénie, la Slovaquie, Chypre et Malte ont rejoint la zone Euro ; les autres attendent d’y entrer. Certains ont mené une politique budgétaire serrée, à l’image de la Pologne, qui a considérablement réduit son déficit budgétaire, ce qui n’est pas le cas de la Hongrie. La Bulgarie a réduit massivement sa dette publique, etc. Certains pays se sont endettés en Euro, auprès de l’Autriche et de l’Allemagne notamment.

Bref, chaque pays a pris sa propre voie, bonne ou mauvaise et il est difficile aujourd’hui de parler des pays de l’Est tant leurs situations économiques, politiques et sociales sont différentes.

La crise au jeu des maillons faibles

Il est dès lors logique que la crise touche ces pays de façons très différentes. Les trois pays Baltes, qui avaient connu une bulle immobilière, sont sévèrement touchés. De même pour la Hongrie qui s’était beaucoup endettée auprès des pays occidentaux et dont la crise a fragilisé le système financier. Elle a dû cherché l’aide du FMI, comme l’Ukraine.

En Roumanie, Bulgarie, Pologne ou République Tchèque, la production industrielle tournée vers l’exportation est en berne, mais la croissance est toujours au rendez-vous. La différence tenant à ce que leur croissance a été soutenue par un endettement domestique, ce qui les rend financièrement moins dépendants de l’extérieur.

A contrario, il y a la crainte que les banques ayant prêté aux pays les plus faibles, pays Balte, Hongrie et Ukraine ne paient les pots cassés. Dexia par exemple a annoncé des pertes potentielles importantes ; de même pour certaines grandes banques autrichiennes. Le retour de flamme est un risque important pour la cohésion de l’Union Européenne. Et ce d’autant plus que le 1e mars, elle a refusé de mettre en place un plan de sauvetage des pays de l’Est.

En vérité, ce plan a été proposé par la Hongrie, le pays le plus touché, mais n’intéresse nullement la Pologne et les autres pays dit de l’Est qui, on l’a vu, ne sont pas tant touchés. Ces pays n’ont aucun intérêt à être associés à des pays en crise profonde : on les a vus ensuite démentir tout besoin d’aide pour éviter de voir leurs monnaies plongées. Le risque est que ces craintes infondées fassent plonger leur monnaie et deviennent alors justifiées. Le fameux problème des anticipations autoréalisatrices. L’annonce d’une accélération de l’entrée dans la zone Euro participe de la même idée de rassurer les marchés.

Car la position des pays de l’Est reste fragile tant qu’ils ne sont pas pleinement intégrés à la zone Euro. L’UE a adopté des mesures spécifiques pour chacun des pays, en fonction de ses caractéristiques propres. La solidarité ici passe par la différenciation. Mais, l’UE ne peut pas légitimement aider l’Ukraine. Ni intervenir dans les relations commerciales des pays de l’Est avec des pays hors de l’UE. Le FMI et la Banque Mondiale sont ici des partenaires précieux.

L’Europe à l’épreuve des marchés

On l’a vu, ce qui est le plus à craindre, c’est une désaffection des marchés des pays de l’Est, une perte de confiance qui les amène à retirer leurs capitaux rapidement. Il n’y a pour le moment pas de problème réel, mais il pourrait y en avoir un si les marchés réagissaient de cette façon. Or, les marchés ont des réaction collectives, souvent peu rationnelles, ils sont le reflet de ce que l’opinion pense de l’avenir. S’ils doutent que les pays de l’Est appartiennent véritablement à l’UE, qu’ils puissent être sauvés et qu’une cohésion européenne existe, alors tout cela sera vrai. La crise met à jour les sentiments cachés, les pulsions et les peurs refoulées, et c’est à cela que nous allons assisté maintenant.

Les mois à venir nous diront ce que nous pensons vraiment de l’Union Européenne. Au risque d’être surpris. Très surpris.


Moyenne des avis sur cet article :  4.47/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

44 réactions à cet article    


  • Alpo47 Alpo47 13 mars 2009 11:46

    Pour ce qui me concerne, je n’ai pas besoin d’attendre les mois à venir pour savoir ce que je pense de l’UE : C’est une "grande tromperie", organisée, au seul profit des industriels et investisseurs.

    D’abord, il me semble que l’auteur oublie les banques Suisses, notamment l’UBS, très engagée à l’Est,les banques allemandes, italiennes et françaises également..
    Les pays de l’Est ont SURTOUT servi de lieu de main d’oeuvre bon marché, afin que les entreprises de l’ouest puissent améliorer leurs marges. Comme d’habitude.
    Hic ! Les sommes engagées par nos banques sont tellement énormes qu’il n’y a guère de possibilité de s’en sortir.
    Les états de l’Ouest ont donc actuellement le choix entre soutenir les pays de l’Est et entrer dans un engrenage d’endettement gigantesque qui nous emmène dans le gouffre, ou bien les laisser s’effondrer, et voir nos banques s’effondrer avec eux, et nous à la suite.

    La peste ou le choléra ?


    • plancherDesVaches 13 mars 2009 12:48

      Alpo47, ces pays DEVAIENT passer à l’Euro.

      Mais comme vous devez le savoir, on ne change pas aussi facilement de monnaie que de chaussettes.
      Et vous devez être beaucoup trop jeune pour avoir connu le Serpent Monnétaire Européen. Puis l’Ecu, pour adoucir la transition d’abord par cette foutue finance.
      Hé oui... qu’il est facile de critiquer alors que l’Europe, malgré toutes les critiques dont elle est victime, et dont l’idée fût lancée sur un principe de "charbon-acier"...(pour empêcher toute nouvelle guerre) est devenue une zone économique de POIDS.
      Cherchez pourquoi tant de pays sont en train d’essayer de faire la même chose. (et de virer le dollar)

      Parfois, "il est plus dangeureux de connaître le passé que de prédire l’avenir". Mazarin Cardinal haï de tous les Français. Fin politique qui sut se vendre tellement bien, qu’il décut dans la même proportion.
      (toute ressemblance avec un émigré des Pays de l’Est dont la famille perdit sa fortune à cause des Bolchéviques et qui gouverne actuellement un pays encore surnommé "des Droits de l’Homme est complètement fortuite)


    • Alpo47 Alpo47 13 mars 2009 13:10

      Le problème, lorsqu’on parle de l’europe, c’est qu’on ne conçoit jamais la même chose derrière ce terme.

      Pour nous vendre Maastricht, les dirigeants ont parlé de liberté de circulation, de fraternité, de coopération et de paix ... C’est à dire qu’il ont fait appel à notre "fibre émotionnelle" afin de nous inciter à voter "oui". Manipulation.
      La même tentative, malgré le soutien de toutes les "élites" , a échoué une deuxième fois pour le nouveau traité. 

      Or, quasi tout le monde peut adhérer à une europe des peuples, partageant les mêmes valeurs, respectant les droits de l’homme, sauf que ce n’est pas la réalité actuelle, mais un "rideau de fumée" afin de faire passer des mesures de recul des états, d’abandon des droits acquis, de moins disant social, de mainmise des fonctionnaires de la commission européenne sur les députés élus, devenus des potiches surpayés.

      On nous a juste trompé jusqu’à présent sur la réalité de l’europe en construction, toute dévouée au profit des multinationales.

      Stupéfaction la semaine dernière, devant l’immeuble du Palais de justice de ma ville, le drapeau Français a disparu. Ne restait plus que le drapeau européen. Cela veut il dire que la loi Française ne s’applique plus en ce lieu ? Il est vrai que toute réglementation européenne s’impose à la législation des Etats.
      Où est passé notre souvenraineté nationale ?


    • 1984 13 mars 2009 13:15

      Pourquoi donc ces pays "DEVAIENT" passer à cette saloperie d’euro ?


    • Alpo47 Alpo47 13 mars 2009 13:36

      Pour provoquer une flambée des prix ? Non ?


    • plancherDesVaches 13 mars 2009 13:51

      Alpo : vous mélangez Europe et accords signés par Mr Balladur sur la suppression des administrations.

      Par contre, je suis d’accord avec vous sur le fait que l’Europe n’explique pas assez ce qu’elle apporte en positif et surtout, le peu de messages est bloqué par la France...
      En Allemagne, lorsqu’une route ou un pont sont subventionnés par l’Europe, cela est noté dans la même grosseur de caractère que le Land. En France, noté en petit en bas, si ça a la chance d’apparaître.
      Mais bon, concernant la France, déjà qu’elle ne respecte aucune amende en ne payant pas ce qu’elle doit, on est pas surpris.... Ca s’appelle : montrer l’exemple.
      La commission de la concurrence inflige des amendes à des sociétés qui nous truandent en faussant la concurrence : vous croyez que ça existe aux US ???????

      Désolé, mais taper sur l’Europe est facile, mais regarder de façon objective et exhaustive, là, je sais que vous ne le ferez pas.
      Alors si c’est pour rester dans votre subjectivité, je ne vous suivrai pas dans un débat idiot.


    • plancherDesVaches 13 mars 2009 13:53

      Flambée des prix... ?????

      Les prix à la consommation sont bien inférieurs en Allemagne et en Espagne.... Cherchez l’erreur dans votre raisonnement.


    • Alpo47 Alpo47 13 mars 2009 14:04

      Cher ami, chacun de nous est subjectif, celui qui prétend à l’objectivité absolue est .....un farceur (pour le moins).


    • plancherDesVaches 13 mars 2009 14:15

      Certes, pas objectif complètement. Mais recherchant la vérité en sortant de son petit héxagone qui se croit encore un Grand Pays.....
      Grand pays trop étroit pour le Notre Président, d’ailleurs, qui rêve toujours de dominer l’Europe.

      (toute ressemblance avec un conquérant d’il y a 60 ans qui s’est planté en Russie comme Napoléon est complètement forfuite, mais bien fait exprés smiley )

      Tout ça parce qu’il n’aiment pas les Russes (ou les craint, allez savoir smiley )
      Arg... les Russes piquent le fric, faut pas les approcher....


    • appoline appoline 13 mars 2009 20:32

      @ Alpo,
      Il fallait bien se douter qu’avec le retard des pays de l’Est, ils risquaient de nous entraîner dans la chute, vu que nous n’avons pas les reins solides. Heureusement qu’ils ont fait l’ENA sinon, nous serions déjà entrain de faire la marnche. Bon, je sais, ça risque de ne pas tarder.


    • plancherDesVaches 13 mars 2009 21:13

      Appoline : les banques Européennes ont vu dans ces pays des eldarados du fait de leur croissance excessivement rapide. (confirmé par le témoignage ci-dessous et des informations que j’ai pu recroiser).
      Ainsi, si elle craignent tant, c’est parce qu’elles ont fait du subprime auprés des populations de ces états.

      Même cause, même effet.

      Sauf que quand ça explose, ça fait mal...... à ces pauvres banquiers au service des "investisseurs".


    • LE CHAT LE CHAT 13 mars 2009 12:03

      Chypre et Malte ont rejoint la zone Euro 

      ils ont jamais fait partie du bloc de l’est !

      S’ils doutent que les pays de l’Est appartiennent véritablement à l’UE, qu’ils puissent être sauvés et qu’une cohésion européenne existe, alors tout cela sera vrai.

      quand à vouloir qu’on sauve leurs banques , alors qu’il n’ont pas été solidaires de la " vieille europe" et ont suivi le modèle américain tant financier que militaire , ils peuvent croire aussi au père Noël !


      • Internaute Internaute 13 mars 2009 12:31

        Où sont les nouveaux marchés dont vous parlez ? Avec 50 milliards de déficit commercial par an il faudrait mettre des lunettes. L’UE est un énorme mensonge basé sur la dette et l’exploitation des pauvres de l’Europe de l’est au détriment des habitants de l’Europe de l’ouest.


        • philbrasov 13 mars 2009 17:47

          de déficit commercial, largement attenués par les miliards d’euro rapatriés chaque année, dans les économies des pays de l’est des ouvriers, travaillants dans les pays européens de l’ouest.

          Si les européens de l’ouest arrivent à vendre leurs produits en europe de l’est c’est grâce aux devises rapatriés, dans ces mêmes pays.

          L’Europe est un vaste marché, que vous français ne voyaient que la ligne bleue des Vosges...
          sortez de vos frontières un peu....
          visitez NOTRE EUROPE......

          NOTRE SOCLE COMMUN



        • donino30 donino30 13 mars 2009 12:51

          L’UE ne pourra pas résister à la crise et va en effet voler en éclat. Mais cette scission ne se fera pas par le bas, ce sont avant tout les pays qui voient maintenant l’euro comme un boulet, l’Allemagne en tête, qui provoqueront ce démantèlement. Ils n’ont d’ailleurs pas d’alternative. La France, en bon pays de looser comme à son habitude, fera partie des derniers en suppliant la Belgique, l’Italie et la Roumanie de ne pas la laisser seule avec "son" euro qui ne vaudra plus rien.


          • K K 14 mars 2009 10:51

            Donino,

            Contrairement a ce que vous semblez croire, l’Allemagne ne quittera probablement pas l’Euro. Les grands groupes industriels et financiers font des tres grosses economies avec la monaie unique europeenne. Les sommes en jeux representent des millions d’euros.


          • donino30 donino30 14 mars 2009 12:47

            Des millions d’euros, on ne va pas aller bien loin avec ça par les temps qui courent. Vous ne semblez pas prendre la mesure de ce qui est en train de se produire, je vous envie. 

            Ne regardez pas la situation telle qu’elle est au 14 mars 2009, mais telle qu’elle est en train d’évoluer. Les déficits vont littéralement exploser dans tous les pays. Les pays de la zone n’arrivant pas à se mettre d’accord sur des réformes en temps de croissance, il n’y a aucune chance qu’ils y parviennent en temps de grave crise. 
            Chaque pays aura des manières radicalement différentes de réagir en fonction de ses possibilités, son histoire, sa situation politique, ses valeurs. Une monnaie commune ne peut absolument pas supporter de telles divergences, d’un coté des politiques de dépenses/relances de l’autre coté des politiques de restrictions budgétaires/austérité. Certains souhaiteront laisser filer la monnaie pour favoriser leur export, d’autres qui n’exportent plus rien ne le voudront en aucun cas pour ne pas s’enfoncer irrémédiablement. Les crises exacerbent la résurgence des nationalismes, chacun rejettera la faute sur les autres pays. L’euro n’en a plus pour très longtemps, croyez moi. Du moins en tant que monnaie unique. 



          • plancherDesVaches 13 mars 2009 12:53

            Cher auteur. Lorsque vous écrivez :
            "ils sont le reflet de ce que l’opinion pense de l’avenir"

            Tout le monde peut bien se rendre compte que vous vivez pour l’argent et non par....

            Néanmoins, ces pays devez passer à l’Euro une fois le niveau de vie quelque peu relevé. Mais les financiers en ont profité pour faire du sub-prime....

            PEUT-ON LE LEUR REPROCHER. C’est ce qu’ils savent le mieux faire.


            • Hieronymus Hieronymus 13 mars 2009 15:09

              j’ai plusse l’article
              mais l’analyse me semble assez brouillonne

              Est ce que les Pays de l’Est feront couler l’UE ?
              non il n’y a pas de raison particuliere, d’abord leur economie (inegale selon les pays) n’est pas en tellement plus mauvais etat qu’a l’Ouest, ensuite le poids de ces pays est faible, en gros a superficie egale, densite de population 3 fois moindre !
              ne pas confondre pays de l’ex-URSS tels que Etats Baltes, Ukraine et pays dits de l’Est qui faisaient partie du pacte de Varsovie (infeodes a l’URSS mais sans en etre membres)
              main d’oeuvre 5 a 6 fois moins chere, c’etait le cas il y a 10 ans, maintenant c’est 2 a 3 fois moins chere pour une productivite certes plus faible de 20 a 40%
              les pays Baltes plus faibles ? pas vraiment ce sont les pays qui progressent le plus, en Lettonie la crise est severe mais la Lituanie et l’Estonie tiennent bien
              aussi je ne pense que les investisseurs occidentaux qui ont constitue (c’est surtout le cas de l’Allemagne) des poles de production et de distribution importants ds ces pays de l’Est puissent "retirer leurs capitaux" comme cela, si vous avez cree une entreprise, vous devez faire en sorte qu’elle soit florissante, vous ne pouvez pas vous en defaire sauf a la brader et la vous perdez tout ou presque ..

              enfin au global, je ne pense pas que l’UE va se disloquer comme cela, tous ces pays ont toujours vu l’Ouest de l’Europe comme un eldorado en vouant un veritable culte au Deutsche Mark aujourd’hui remplace par l’Euro (vous enlevez l’Allemagne, l’Euro s’effondre !)
              aussi l’idee a la base de l’Europe est une idee philosophique, que l’Europe apres avoir ete au fil des siecles le continent des guerres puisse devenir le continent de la paix, cela on l’oublie trop souvent, ces pays dits de l’Est nous sont tres proches culturellement, bcp plus que ceux du pourtour de la Mediterranee, ce serait une aberration de trahir cet ideal europeen alors qu’il est justement en bonne voie ..


              • philbrasov 13 mars 2009 17:24

                en tout cas en ce qui concerne la roumanie..
                nos usines ultra modernes, construites entre 2000 et aujourd’hui ne sont pas prêtes de fermer leurs portes.

                nous sommes très peu touché , par les subprimes, et la croissance sera encore au RDV cette année.
                1.9% prévue cette année.


                les pays de l’est ont une image malheureusement très négative, surtout en France, alors que NOS CULTURES SONT IDENTIQUES....
                on a oublié l’Europe des cultures communes, et de notre socle commun, au profit d’une vieille europe basée sur la repentanse vis à vis du colonialisme. ( france, hollande, GB)

                Aucun roumain, ne souhaite s’incruster en France ou ailleurs en europe de l’Ouest,... mais souhaite participer au développement de leur pays. Ils ont pris conscience de l’énorme potentialité de celui-ci.
                les différences de salaires s’estompent à la vitesse grand V.... le smic roumain était il y a encore deux ans de environ 80 euro /mois, il est de 180 euro/mois et si nos gouvernements savent rester sage du point inflationiste, le smic devrait passer en leu constant , à environ 300 euro en peu de temps.

                Il faut savoir que 95% des habitants des pays de l’est sont proprietaires de leur logement... et le poids du logement propre aux économies occidentales, ne joue pas.
                la parité du pouvoir d’achat est probablement plus favorable , dans les 5 prochaines années, dans les pays de l’est que dans les pays occidentaux de la CEE.

                la consommation est encore très largement paysanne.... et simple.....
                un écologiste occidental, serait au anges dans nos pays.....
                Nous avons appris à nous débrouiller de tout. 50 ans de pénurie forge n’importe quel individu.
                on jete pas ici...on transforme, on accumule, on répare. on est solidaire... surtout dans les zones de "blocs".

                Autant d’atouts pour affronter n’importe quelle crise.







              • Marc Bruxman 13 mars 2009 16:15

                Au contraire de ce que dit l’auteur, on voit des pays pleurnicher pour rentrer dans l’euro plus vite. Et plus la crise va foutre la merde en périphérie de l’europe, plus vous allez voir les gens chouiner pour rentrer dans un union finalement plus protecteur. 

                Puis ce sont les états nations qui actuellement supportent le gros de l’endettement qui vont venir pleurer pour un plan de sauvetage. Et cela sera le moment de l’établissement politique de l’europe. 

                Parallélement vous allez voir des accords de libre échange et de coopération se mettre en place en asie et en amérique latine. Les états vont devenir des états-continents. Et par la force des choses, ils vont moins investir dans le contrôle de la vie de leur citoyens car un italien n’aimera pas les mêmes lois qu’un Allemand. Le jeu de loi va devenir minimal et ce qui a été commençé il y a maintenant près de 30 ans sera achevé. 


                • antyreac 13 mars 2009 17:05

                  L’Europe de l’Est se porte actuellement netement mieux que juste après l’écroulement du communisme.

                  Des diparités conséquentes entre le Nord et le Sud de l’Est européen mais les économies de ces pays sont plus solides maintenant car beaucoup plus compétitives.

                  Les économies des pays des pays tels la Pologne où la République Tchéque ne sont pour instant qu’assez peu touchées et éspèrent pour la fin de l’année 2009 une progression positive de leurs économies (de l’ordre de 4à 5%)


                • Julius Julius 13 mars 2009 17:48

                  C’est trop optimiste. Ils espèrent maintenant à 1%. Voici ce que j’ai écrit dans un autre commentaire au sujet de l’économie tchèque :

                  Les problèmes de l’économie tchèque d’aujourd’hui :

                  1. La République Tchèque est l’État le plus industrialisé en Europe.
                  2. L’économie est orientée vers l’exportation (et la proportion de l’industrie automobile est grand).

                  Les avantages :

                  1. Son système bancaire est sain. Le crise des banques est passée dans le 90e. Ils ont fait les réformes nécessaires pour stabiliser les banques.
                  2. Les gens n’ont pas de dettes. La culture de la dette n’a pas (encore ?) commencé.
                  3. Les finances de l’etat sont dans une bonne forme. Et le gouvernement ne fait pas les opérations populiste.
                  4. L’économie est très libérale. Les Tchèques se souviennent encore l’économie centralisée. Ils ont essayé Marx, et ils n’ont pas aimé.
                  5. La République tchèque n’a pas Euro. Cela signifie qu’il part de la crise sera amorti par le taux de change.

                • philbrasov 13 mars 2009 18:09

                  plus de 2 milliards de euro de subvention européennes , ne trouvent pas preneur en Roumanie...

                  les roumaines payent cash.. ; et n’aiment pas avoir recourt au crédit......
                  or les subventions européennes sont donnant donnant..... 100 000 euro investi, 100 000 euro subventionnés.
                  tant que les 100 000 euros ne sont pas sur le compte de l’investisseur, le roumain n’investie pas..

                  c’est auss vrai dans d’autres pays de la communautée.
                  la hongrie et la littuanie,sont des cas à part pour des raisons historiques.

                  Que ceux qui pensent que l’Europe de l’Est est un boulet pour l’Europe se trompent du tout au tout....
                  c’est au contraire un exemple..... pour nootre future europe.
                  Savez vous que nous avons deux chaines de musique populaire en roumanie, que nos églises sont pleines, que nous respectons nos ainés....
                  Autant de valeurs que vos occidentaux avaient abandonné..... la solidarité chez nous n’est pas UN VAIN MOT.
                  mais la solidarité entre NOUS...... entre voisins... entre régionaux..... aux identités très marqués.. ; Autant de valeurs qui chez vous seraient taxés d’extrème droitisme.....
                  alors que ce ne sont que des valeurs de bon sens.



                • Alpo47 Alpo47 13 mars 2009 19:01

                  Ah, bon, la solidarité c’est une valeur d’extrème droite, chez nous ?
                  Et bien, aujourd’hui, j’aurais appris quelque chose. Enrichissant AgoraVox ...


                • philbrasov 13 mars 2009 20:47

                  ne déformez pas mes propos svp...

                  je parle de culture commune, de régions de valeurs, la solidarité est un lieu commun à beaucoup de peuples, rassurez vous......et ne déformez pas mes propos.
                  je constate simplement que notre solidarité est réelle, dans nos villes et villages....
                  Chose qui ne se montre pas naturellement en France... désolé......
                  venez chez nous et vous verrez la différence...... elle saute aux yeux..... chez vous NON... fauit la chercher.. même si elle existe....


                  au lieu de repentance vis à vis de vos anciennes colonies, vous feriez mieux de voir sur ce qui à fait votre force, hier aujourd’hui et sans doute demain c’est à dire l’Europe.

                  Nous avons depuis des centaines d’années et des millions de morts en commun.....
                  , un sang commun......et une vision commune, pour laquelle nous nous sommes battus mutuellement.

                  c’est autre chose que la repentance...... AUTRE CHOSE.....




                • bek 13 mars 2009 21:01

                  ah le sioniste néocon philbrasov parle de solidarité et de partage.
                  on voit bien les bienfaits de la crise.


                • philbrasov 13 mars 2009 21:18

                  et l’europe ?


                  vous avez des convictions vous ???? on aimerait les connaitre..........


                • plancherDesVaches 13 mars 2009 22:26

                  Julius :
                  "Les gens n’ont pas de dettes"
                  "
                  L’économie est très libérale"

                  Il va falloir m’expliquer cet antagonisme. Voire cette opposition. Voire cette impossibilité.
                  Le principe même du libéralisme est de créer et entretenir la dette.

                  "S’endetter est avoir confiance en l’avenir" Nicolaï Sarckofsky, discours proche de son élection pour démontrer que ceux qui peuvent préter auraient forcément tous les droits et surtout que ceux qui sont obligés devraient ne surtout pas prévoir que le "système" se prendrait un grand coup dans la figure.
                  Et il se l’ait pris smiley
                  Arg... il ne peut pas se renier, fausse grandeur oblige.


                • plancherDesVaches 13 mars 2009 22:31

                  Philbrasof... laissez tomber.
                  La malhonnêteté donne à ces gens libéraux ce genre de discours faux et creux. Vous valez mieux qu’eux.

                  Si vous ne décidez pas de devenir capitalistes aussi, bien sûr. Le choix vous appartient. Haïr le Communisme ne signifie pas adopter l’inverse...


                • Julius Julius 13 mars 2009 23:02

                  > "Est S’endetter avoir confiance en l’avenir" Nicolaï Sarckofsky

                  1) Cette affirmation peut être vraie, mais ce n’est pas l’avis du libéralisme économique. Je dirais même que la très grande dette est opposé à l’économie libérale. Ce fut Keynes, qui préconisait lourde dette.

                  2) Le nom de notre président est Nicolas Sarkozy.

                  3) N. Sarkozy est loin d’être libéral.

                  Pour en savoir plus sur l’économie libérale, vous pouvez consulter le Blog du président tchèque :
                  http://klaus.cz/klaus2/asp/default.asp?lang=FR&CatID=PvbqyBh9
                  Certaines pages sont en français et ils sont tout à fait accessible.

                  Si vous voulez savoir plus, lire F. Bastiat : http://www.bastiat.net


                • Booz Booz 13 mars 2009 19:02

                  Ancien élève de polytechnique ? Putain ! Cela fait peur et pitié à la fois.


                  "En 2004 puis 2007, 12 nouveaux pays ont rejoint la zone Euro. Principalement les pays de l’ex-URSS. "

                  Non Monsieur ! Seulement 3 pays sont d’anciennes république soviétique (La Lituanie, la Lettonie et l’Estonie) , 8 sont d’anciens membre du Pacte de Varsovie, 1 (la Slovénie et une ancienne république yougoslave) et les 2 (Malte et Chypre) sont des démocraties.


                  Même pas un chiffre cité (genre endettement public ou taux de chômage).
                  On reste surtout sur notre faim car tu ne réponds même pas à la principale question que tu poses "Les Pays de l’Est feront-ils couler l’UE ?"



                  • Alpo47 Alpo47 13 mars 2009 19:05

                    Seulement, tout le monde n’est pas d’accord avec votre analyse optimiste pour l’Est.

                    http://contreinfo.info/article.php3?id_article=2559

                    http://contreinfo.info/article.php3?id_article=2558

                    Les mois à venir nous diront qui a raison, mais dans tous les cas, c’est nous qui trinqueront.


                    • Julius Julius 13 mars 2009 19:28

                      Aaa, ContreInfo, un miracle de l’objectivité.

                      La situation n’est pas aussi optimiste. L’économie tchèque a augmenté de 6% par an, il sera à peu près 1%. Cette prévision est tout à fait pessimiste.


                    • philbrasov 13 mars 2009 20:49

                      nous qui trinquerons ???

                      on aimerait savoir qui est ce NOUS ????


                    • Alpo47 Alpo47 13 mars 2009 21:22

                       "Trinquerons" est ici employé dans le sens "subirons" .
                      Cette crise ne fait que commencer et ce sont, bien évidemment, les peuples qui la subiront le plus durement.
                      Les "élites", qui l’ont provoqué ont de fortes chances de passer au travers. Normal, ce sont eux qui prennent les décisions.

                      Pays de l’Est bien portants ou pas... je ne sais pas... mais les données changent vite, très vite. Très, très peu de pays sont à l’abri, les banques, les entreprises sont interconnectées et le premier pays qui "plonge" va entrainer nombre des autres avec lui...
                      Qu’arrivera t-il si le système bancaire est en banqueroute ? le chaos.

                      De toutes façons, la suite va être très "Rock’n roll" ...


                      • philbrasov 13 mars 2009 21:46

                        qui est "nous" que ce soit subiront ou trinqueront........... vos propos sur un sujet tel que l’europe de l’est et l’euro ne semble pas vous inspirer, au delà du chaos généralisé. d’autres fils sont plus apropriés pour ce genre de reflexions de votre part.

                        des tas de fils sur Av, vous permettront de vous exprimer pleinement, mais de grâce, ne venez pas sur un fil , ou visiblement vous ne semblez pas avoir mis les pieds dans un pays de l’"est, sans parler d’y avoir vécu.

                        c’est du reste DOMMAGE............ les européens meritent de se connaitre............ un minimum.




                      • Mouche-zélée 15 mars 2009 17:06

                        je ne sais pas comment on laisse encore cette ordure de Philbrasov s’exprimer .....
                        L’incitation à la haine raciale c’est un délit pénal.

                        Bravo pour hier d’ailleurs, il faut oser le dire :

                        par philbrasov 								 (IP:xxx.x1.46.64) le 14 mars 2009 à 16H55 				 				
                        				
                        								
                        				
                        					aux vietnamiens, ils sont 30 millions de plus qu’en 70.

                        Combien il seraient sans l’agent orange.. ? encore des bouches à nourrir,pour rien....

                        au fait ils disent quoi les principaux interessés ?


                      • Alpo47 Alpo47 13 mars 2009 22:09

                        Laissez donc au vestiaire votre habituel ton de "donneur de leçons". Je vais où je veux.
                        J’ai pas mal voyagé, mais il n’est nul besoin d’avoir visité tous les pays pour avoir une opinion sur une crise qui est mondiale et nous concerne tous.
                        Une petite maxime pour la route : "Lorsque les riches ont faim, les pauvres meurent".


                        • Montagnais Montagnais 13 mars 2009 22:39

                          A l’auteur.

                          10 fois le mot marché dans votre article qui parle de "crise" qui empirerait chez nos frères de l’Est, mais pas une seule mention du mot "peuple" (il faut attendre Alpo47).

                          "Les Marchés" ? Vieilles lunes dont les monstrueuses instanciations sont subitement parties en fumées, aussi certainement que les milliards de biftons et de cash burnés dans le grand Haulocotéo financier... Même pas eu besoin de trois unités de Spetsnats.

                          Votre article, dans la forme et sur le fond, manque d’esprit critique et de liberté de ton.

                          Maintenant... malheureusement, la "crise", elle va bientôt pousser sa gueule de Léviathan.

                          Sur l’Europe, Alpo47 a raison : de quelle Europe parle-t-on ? Du volumineux traité de commerce qui a livré l’Europe à la BCE et aux fonctionnaires ? De l’empire de Zébulon ou de l’Europe des Nations ?

                          A Philbrasov : J’aime votre nostalgie... Mais "la France" a vécu, écartelée-violée-vendue-perdue-oubliée. A la rigueur, la France survit encore comme une région de l’Esprit, sans distinction de race, de religion, de pays, de couleur, de condition.

                          Fils de vieux paysans et héritier direct de la république des savants, pétri et fort des visions idéalistes des hussards noirs de l’Ecole Publique de l’ancienne France, je pense que l’Europe n’est pas une idée contingente, encore moins un destin asservi à quelques problèmes de fric.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès