Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > A-t-on les moyens de se passer de 100 000 emplois ?

A-t-on les moyens de se passer de 100 000 emplois ?

Notre pays a officiellement 3,2 millions de personnes au chômage. Notre pays ne crée plus d’emplois pérennes. 

La lutte contre le chômage en France consiste plus à lutter contre les statistiques du chômage à coût d’emplois aidés ou de radiations administratives, que d’une réelle politique entrepreneuriale qui elle seule est a même de créer des vrais emplois créateurs de richesse.

La gravité des chiffres officiels de novembre sont terrifiants.

Catégorie A : en hausse de 6% sur un an.

Catégorie B : en hausse de 8,7% sur un an.

Catégorie C : en hausse de 8,5% sur un an.

L’ensemble des catégories A/B/C ramènent à 5 182 500 chômeurs exactement. 5,8 millions avec les catégories D et E.

60 000 entreprises ont disparues cette année. Elles ont générées un nombre de licenciements économiques impressionnant. Pendant 1 an, les licenciés économiques sont considérés comme « stagiaires de la formation professionnelle », hors chiffres ils n’en restent pas moins demandeurs d’emplois.

Nous sommes à plus de 6 millions de personnes sans emploi.

Le nombre des offres d’emploi collectées par Pôle emploi est en chute de 8,0% sur un an. Les offres d’emplois en CDI et CDD de plus de six mois sont également en baisse de 1,9%. Seules les offres d’emplois minimalistes, les « moins d’un mois », sont en légère progression.

Chaque emploi aidé coûte en moyenne au contribuable 21 000€. La France emprunte a partir du 15 octobre de chaque année, le budget étant épuisé. Nous n’avons absolument aucun moyen de les payer hors mis par de la dette sur les générations suivantes. C’est une charge qui pèse sur des Français de toutes catégories.

Nous venons d’apprendre que malgré des pourcentages plus élevés sur l’impôt société, celui ci va rapporter 4 milliard de moins que les prévisions. La TVA, que chacun contribue indirectement à alimenter va rapporter 5 milliards de moins au budget 2013. L’impôt sur le revenu et l’ISF vont rapporter 7,6% de moins malgré des augmentations de début d’année vertigineuse.

Pire le gouvernement qui n’a rien compris à la courbe de Laffer va en remettre une louche au premier janvier 2014 en augmentant les pourcentages de TVA burlesquement, avec la conséquence déjà écrite par l’effet pervers de Laffer de ramener moins d’argent en valeur absolue, les gens s’adaptant à ces augmentations et changeant leurs comportements. Pas besoin d’être devin pour prévoir une augmentation logarithmique du marché noir par substitution.

Chacun doit comprendre que les « petits » artisans ou commerçants sont remplis de bonheur pour collecter cette augmentation de TVA sachant qu’elle bénéficiera principalement aux grosses entreprises leurs concurrentes directes. Le futur Crédit d’impôt pour les toutes petites entreprises, ne leur servira à rien, mais rendra leurs prix de facturation aux particuliers plus élevés.

Non seulement les petits patrons en plus de devenir percepteur de TVA qui finance le CICE pour le compte des multinationales en monopole comme EDF ou la Poste, vont voir en plus au premier janvier voire leurs cotisation RSI augmenter, mais considérés comme des TNS (travailleurs non salariés) par cet organisme, le Crédit d’impôt basé sur les salaires ne concernera pas même pas leur revenus personnels.

Le pire du pire, le gouvernement par le CICE a décider d’aider en priorité les 8% de grandes entreprises Françaises publiques et privée. Seulement 8% des entreprises françaises comptent plus de 20 salariés. Nous devons aux TPE/PME 80% des créations d’emplois. Il faut comprendre que ce gouvernement amplifie vers la catastrophe une situation que l'ancien a semé, nous allons vers plus de chômage.

Voici donc exposé la situation du pays.

Et bien par dogmatisme les gauchistes syndiqués veulent interdire la création de 100 000 emplois par l’ouverture du commerce le dimanche.

Au Canada, l’emploi a augmenté de 3,1 % dans le commerce de détail à la suite de l’ouverture des magasins le dimanche, et même de 12 % dans les provinces où la libéralisation a été la plus forte. Aux États-Unis, la hausse a été de 2 % à 6 %.

Appliqué à la France, pays où 1,7 million de personnes travaillent dans le commerce de détail, une telle hausse signifierait la création de 100 000 emplois au minimum.

La caractéristique de notre pays est d’avoir l’une des concentration de grandes surfaces les plus élevées du monde. Elles ont déjà détruit le petit commerce dans les années 70. Le petit commerce n’existe plus réellement en France, mais c’est transformé en commerce organisé indépendant ou intégré autour des centres commerciaux dans les années 90. Les résultats économiques d’une ouverture le dimanche seraient même plus spectaculaires en France compte tenu de la densité de surface commerciales par rapport aux USA ou Canada.

A chaque intervention sur un marché il y a toujours un effet pervers. Une étude du Credoc de 2008 ayant estime que 15 000 emplois seraient détruits, les grandes surfaces cannibalisant le commerce moins organisé.

Laisser ouvrir le dimanche amènerait donc 100 000 emplois en France de plus et 15 000 de détruits soit un solde positif de 85 000 emplois. Pouvons nous dans la situation actuelle nous en passer ?

Fermer le dimanche comme le propose le rapporteur ancien dirigeant fonctionnaire d’entreprise en situation de quasi monopole Jean Claude Bailly qui n'a dans sa vie jamais connu le besoin, va créer un effet de licenciement de 5000 personnes qui en vivaient par les dérogations administratives, principalement dans les magasins d’ameublement. Ceux qui travaillent le dimanche actuellement vont bientôt se retrouver à Pôle emploi. 

Les syndicats Français dans cette affaire se sont montrés archaïques. Les syndicats représentatifs sont censés défendre les intérêts matériels et moraux des salariés. Ils imposent au contraire un totalitarisme doctrinaire a des salariés de ne pas travailler. Les travailleurs de la distribution sont de simples travailleurs ou étudiants qui ont un besoin vital d’emploi. A 30 ans un jeune sur deux n’a jamais connut de CDI. C’est fou.

Dans une époque de plein emploi détruire 5000 emplois et se passer de 85 000 emplois est il raisonnable alors que cela correspond a des besoins assumés de salariés et de clients ?

En avons nous les moyens en ­cette période de crise ? Certains n’ont pris conscience de la conjoncture délétère de l’emploi.


Moyenne des avis sur cet article :  1.84/5   (67 votes)




Réagissez à l'article

125 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 3 décembre 2013 10:07

    non il faut creer des emplois et justement,  pour donner un ordre de grandeur, les trois milliards que se sont partagés, rien que sur les revenus de leur capital, les 100 personnes les plus riches de France représentent de quoi créer prés de 200 000 postes dans la fonction publique ! Les pisses froids vont me dire que ce n’est pas 200000 mais....100 000 c’est sur ! Et en creant des emplois dans la fonctions publics c’est aussi
    quelques dizaines de milliers d’emplois induits dans le privé, c’est également moins de précarité, moins de pauvreté, et moins de délinquance........

    voir : CREER DE L’EMPLOI FACILEMENT ET …GRATUITEMENT !


    • Robert GIL ROBERT GIL 3 décembre 2013 10:10

      il n’y a que les bobos et les BdB qui croient qu’en ouvrant le dimanche on cree des emplois vu que le protemonnaie du client n’est pas extensible. Et rappellez vous les 2,7 milliards de cadeaux aux restaurateurs qui n’ont crees ...aucun emploi !!!

      voir :


      • Ollisters Ollisters 5 décembre 2013 07:09

        Oui, je suis bien d’accord.

        De plus un problème non-évoqué par l’auteur, c’est la zombification de la population, les gens considèrent de plus en plus les grand magasin comme un parc d’attraction ou lieu de promenade si vous préférez et délaissent de plus en plus la nature et leur proche , le dimanche est le dernier jour de la semaine ou les gens sont obligés de sortir un minimum de leur consumérisme fou.

        Mesure illusoire qui pour peu d’emploi créer si tant est que cela en créer réellement, fera plus de mal à la société que de bien sur le moyen et long terme...

        Ah société du paraitre et du bling-bling illusoire quand tu nous tiens...


      • jako jako 3 décembre 2013 10:15

        Bonjour Spartacus, je profite de votre station en salle d’attente aéroportuaire pour suggérer un point important, la tva restauration a été baissée contre promessessss de baisses des prix et embauchesss mais nada... alors il faudrait une sorte de contrat avec les magasins ouvrants le dimanche genre si pas d’embauches on revient à avant, d’autre part pourquoi uniquement en france ?


        • Mania35 Mania35 3 décembre 2013 10:24

          Je ne crois pas au « volontariat » dans un certain nombre de commerces ou pour certains postes, volontariat pour les vendeurs mais quid des manutentionnaires, des vigiles, etc on ne leur demande pas forcément leur avis, c’est plutôt la règle du chantage à l’emploi.

          Si vous généralisez le travail du dimanche ou de nuit, les salaires ne seront plus majorés, c’est le cas de nombreux emplois du dimanche : restauration, transports....Les revendications de quelques individus égoïstes peuvent aggraver les conditions de travail de l’ensemble des salariés d’où l’hostilité logique des syndicats. Les revendications actuelles sont d’ailleurs soutenues, provoquées ?, par le MEDEF qui finance toute la logistique des manifestants de Marionnaud, Leroy Merlin and co.

          Quel est l’intérêt du consommateur ? les magasins qui pratiquent le travail du dimanche avec salaire majoré répercute ces majorations sur les prix, la justice voudrait que cette majoration des prix ne s’applique que le dimanche ou la nuit mais pas en semaine. De plus, ce qui est acheté le dimanche ne le serait-il pas en semaine ou le samedi si le magasin ferme le dimanche ?


          • gilbert18 gilbert18 3 décembre 2013 10:51

            Encore un exemple de calcul simpliste et faux (on croirait du Copé ou du Lellouche). Les gens qui travaillent le dimanche dans les grandes surfaces sont pour l’essentiel des salariés qui récupèrent. En cas d’ouverture 12 fois par an, ou de diminution des dimanches travaillés pour certains magasins, il n’y aura quasiment pas de création ou de perte d’emplois. Et puis, l’ouverture le dimanche n’augmente pas le pouvoir d’achat des clients !


            • spartacus spartacus 3 décembre 2013 12:25

              @Gilbert18

              Le pouvoir d’achat des clients n’augmente peut être pas, mais ceux des salariés dans les surfaces de vente il augmente terriblement. 
              Mais peut être que pour vous ils ne comptent pas ?

            • Renaud Delaporte Renaud Delaporte 3 décembre 2013 11:01

              Bientôt, une étude prouvera que travailler gratuitement la nuit créera plus d’emploi que cela n’en détruira.
              Donc je vote pour le travail gratuit de 22h à 5 h du matin sur la base d’un volontariat obligatoire.


              • JL JL 3 décembre 2013 11:06

                Tout n’est pas faux dans cet article, mais, chassez le naturel ...

                spartacus écrit : ’’60 000 entreprises ont disparues cette année.’’

                De tous temps, des entreprises ferment, d’autres se créent. C’est un phénomène complexe dépendant de nombreux paramètres. Cet énoncé relatif aux seules entreprises qui ferment relève ici de la manipulation.

                Il en est de même des 100 000 emplois hypothétiques qui seraient créés le dimanche : combien d’emplois disparaitront ? Les commerces ne vendront guère plus qu’aujourd’hui. Le croire relèverait de la pensée magique : la bourse des consommateurs n’est pas une corne d’abondance. Les commerces vendront davantage le dimanche, et moins en semaine. Résultat ? Ils auront besoin de moins de personnel en semaine, et à certaines heures.

                Comme ils ont fait pour les 35 heures : ils feront l’ouverture le dimanche, mais ’à effectifs constants’, sauf pour ceux qui tailleront des croupières à leurs concurrents. Des entreprises fermeront, et spartacus viendra à nouveau pleurnicher.

                 smiley


                • spartacus spartacus 3 décembre 2013 12:15

                  @JL

                  Des chiffres extrapolés ne satisfont jamais personne. Néansmoins l’article essaye d’être le plus au près des réalités.

                  Explication des chiffres :
                  -Le chiffre de 60 000 faillites est un arrondi de prévision de la société d’assurance risque SFAC EULER HERMES. Le chiffre exact est de 62 200. 

                  -Le chiffre de 100 000 personnes est assez logique. La France dispose de la première industrie au monde de distribution. C’est aussi la première densité de grandes surfaces, elle est aussi l’une des première fréquentation touristique du monde. Éléments que ne possède pas le Canada. Un résultat de croissance d’emplois arrondi supérieur a ce que cela a été au Canada est admettable avec la libéralisation des dimanches. 

                  -Le chiffre 15000 emplois détruits par la mise en place des dimanches vient du Credoc. C’est un arrondi de l’étude de 2008. Le Credoc donne une fourchette de 6800 à 16200 emplois. En réalité, il même possible que moins d’emplois soient détruits. 




                • zelectron zelectron 4 décembre 2013 12:36

                  Spartacus dixit « Chaque emploi aidé coûte en moyenne au contribuable 21 000€ »
                  Un fonctionnaire coûte en moyenne 3,5 millions d’Euros*, du début de sa carrière à la fin de sa vie, à nous autres travailleurs, travailleuses et exploités du secteur privé.
                  *chiffre officiel de la cour des comptes, président Didier Migaud, parti socialiste.


                • Bulgroz 3 décembre 2013 11:09

                  Il y a aussi le logement,la promesse phare de Hollande, c’est pas mal le logement grâce à Duflot.

                  A fin Octobre 2013 sur 12 mois :

                  Autorisation de logements à construire : -15,4% dont -18,8% pour le secteur du logement collectif.

                  Logements commencés : -9,0% dont -8,4% pour le collectif.

                  http://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/fileadmin/documents/Produits_editoriaux/Publications/C hiffres_et_statistiques/2013/chiffres-stats467-logements-201310-novembre2013.pdf

                  Du jamais vu !!! Pour la première foisl, le BTP va perdre 50 000 emplois cette année.


                  • Renaud Delaporte Renaud Delaporte 3 décembre 2013 13:40

                    Pathétique ignorance ?

                    L’affectation de logements vacants à des sans-logis leur procure provisoirement un toit, personne ne le conteste.
                    Imaginer que cela puisse résoudre le problème de fond, qui est très complexe, est aussi une façon d’avouer son ignorance de certaines réalités.
                    Construire plus de logement reste la meilleure solution pour loger plus de personnes. Les lois et règlements qui dissuadent les petits investisseurs (et même certains gros ! ) dont on voit déjà les dégâts, conduisent les plus fragiles à devoir se tourner vers des solutions provisoires.
                    Mais bon, ce n’est pas le sujet ici.


                  • Robert GIL ROBERT GIL 3 décembre 2013 11:18

                    pour en revenir aux sources, au depart l’implantation de ces grandes surfaces s’est souvent faite aux moyens de montages financiers plus ou moins opaques, en achetant des terrains agricoles via des sociétés écran et ensuite en déclarant constructibles ces terrains. Dans un deuxième temps, la collectivité finance les routes d’accès, les ponts, les ronds point,… etc. La viabilisation, eau, électricité, tout à l’égout, sont également financés par nos impôts. Cela s’appelle une escroquerie !

                    D’autre part, le commerce de proximité crée plus d’emplois que la grande distribution pour la même surface de vente. La disparition de ces milliers de petits commerçants a engendré des milliers de chômeurs, qui n’ont pas pesé lourd face à la grande distribution.......

                    voir : GRANDE DISTRIBUTION ET GRANDE ILLUSION


                    • aimable 3 décembre 2013 20:04

                      et ces magasins ne créent aucune richesse , puisque ce sont des pompes a fric !

                      les produits qu’ils vendent , ils viennent d’où , de l étranger pour la majeur partie !!


                    • Taverne Taverne 3 décembre 2013 11:20

                      J’ai l’impression que la France est devenue championne en découragements de toutes sortes et, par suite, fossoyeuse d’emplois « nationaux ». Les petits patrons trop ponctionnés et freinés dans leur initiative, avec une loi qui change tous les jours, les emplois de plus en plus pourvus par des travailleurs européens à bas coût avec la bénédiction de l’Etat.

                      J’ai l’impression que le « laisser-faire » n’a jamais été aussi fort qu’avec Hollande président.

                      J’ai l’impression que l’Etat se retranche derrière la possibilité de créer des emplois aidés pour s’exonérer de favoriser les conditions d’une reprise et des créations et des maintiens d’emplois.

                      On comprend bien qu’une certaine législation est nécessaire pour éviter les abus et conséquences néfastes sur les salariés du travail dominical. Mais, de là proposer la fermeture de magasins alors que l’on peut créer des emplois (vrais ceux-là...), je ne comprends pas.

                      Pour moi, il paraît évident que l’ouverture le dimanche aurait forcément une incidence sur la consommation. Le pouvoir d’achat n’est pas extensible ? Certes. Mais celui-des riches l’est, d’autant plus que leur fortune augmente exponentiellement et qu’ils optimisent leurs impôts. Beaucoup ne savent même plus quoi faire de leur argent ! Et il y a les autres : les touristes incité à venir plus nombreux, les personnes qui n’ont pas pu faire du lèche-vitrine en semaine et , de manière générale, tout consommateur conditionné à consommer et à céder au désir d’acheter ce que l’on étale sous ses yeux.


                      • Bulgroz 3 décembre 2013 11:23

                        Comparaisons des rythmes mensuels d’accroissement des nombres de chômeurs entre la moyenne des 60 mois de Sarkozy (Juin 2007 à Mai 2012) et la moyenne des 17 premiers mois de Hollande (Juin 2012 à Octobre 2013)

                        Catégorie A : +41,2%
                        Catégorie B : +119,6%
                        Catégorie C : +29,9%
                        Catégorie D : +75,5%

                        Ensemble A,B,C : +47,2%


                        • Renaud Delaporte Renaud Delaporte 3 décembre 2013 11:53

                          Le seul argument en faveur du travail du dimanche est la possible augmentation à la marge de dépenses touristiques qui ne peuvent être reportées à cause du départ du pays. Toutefois, après avoir vérifié les chiffres, ça aussi c’est de la foutaise puisque les touristes étrangers sont restés en moyenne six jours et demie en 2011. Cela leur donne largement les moyens de s’adapter aux coutumes indigènes.

                          Tous les autres achats sont des achats qui auraient pu se faire en semaine et qui ont été décalés au dimanche. Zéro richesse supplémentaire.
                          Soit on assiste à un achat prévu en semaine mais plus facile à faire le dimanche (chéri, je voudrais refaire la chambre de la petite...).
                          Soit on constate un effet d’aubaine auprès d’un consommateur plus facile à séduire parce que moins stressé. C’est à dire que le marchand suédois de meubles chinois va bénéficier d’une vente impulsive au détriment d’un projet d’achat d’appareil photo japonais dans une enseigne aux capitaux britanniques, qui se trouvera reporté ou simplement annulé. Je ne vois vraiment pas où se trouve la création d’emploi !
                          Par contre, je vois clairement quelque exaspération de la part du proprio de la première enseigne qui va prouver, chiffre vérifiable à l’appui, le surcroît de chiffre d’affaires dont il bénéficie lorsqu’il ouvre le dimanche quand le second ne dispose d’aucun moyen pour connaître son manque à gagner et, à fortiori, de le chiffrer avec précision.
                          Ensuite, on additionne la colonne des profits sans pouvoir mesurer celle des pertes. On considère donc qu’elles n’existent pas... et voilà pourquoi votre fille est muette !

                          On créerait plus facilement cent mille emplois en procurant aux touristes quelques arguments qui les inciterait à rester ne serait-ce qu’un jours de plus. Là, c’est tout de suite 5 milliards d’euros qui rentrent dans les caisses.


                          • spartacus spartacus 3 décembre 2013 12:32

                            @Renaud delaporte.

                            Et le pouvoir d’achat des gens qui travaillent dans les surfaces de vente ? Ils ne comptent pas ?
                            Est ce que parce que votre richesse perso n’est concernée, que celle des autres a moins de valeur ?

                          • Renaud Delaporte Renaud Delaporte 3 décembre 2013 12:51

                            Et le pouvoir d’achat des gens qui travaillent dans les surfaces de vente

                            Pure hypocrisie ! Personne ne nie la nécessité de rémunérations qui permettent à chacun de vivre dignement de son travail. Mais du coup, qu’accepte-t-on ? On accepte que le personnel de la distribution soit sous-payé durant dans la semaine afin de l’obliger à offrir sa main-d’œuvre le dimanche au détriment de l’équilibre familial. Il est vrai que l’argument de l’équilibre familial ne pèse plus rien face à des milliards d’euros à déplacer dans quelques poche, mais je ne mange pas de ce pain-là.

                            Progressivement, le surcoût du travail le dimanche sera englouti par sa généralisation. C’est d’ailleurs le but de la manœuvre. Vous pensez à court terme contre des personnes qui accumulent des fortune considérables parce que, elles, elle savent qu’elle vous auront jusqu’à l’os sur le long terme.

                            Quant à mes revenus, c’est une attaque personnelle assez vaseuse... dont j’aurais apprécié qu’elle puisse être justifiée quelque part.


                          • spartacus spartacus 3 décembre 2013 13:29

                            @renaud delaporte

                            Ou avez vous vu que le personnel est systématiquement « mal payé » ???
                            C’est mieux que certaines autres industries sans être parfait. 
                            La distribution est une des industries qui offre le plus à ses salariés un assesseur social.

                          • Renaud Delaporte Renaud Delaporte 3 décembre 2013 13:58

                            C’est marrant, parce que votre lien renvoi aux salaires de l’encadrement qui, lui, n’a pas forcément besoin de travailler le dimanche (et qui, de plus, sera obligé de travailler gratis selon son statut et l’aura déjà dans l’os).
                            Par contre, votre lien n’indique pas - ou je n’ai pas fouillé en profondeur - les salaires des précaires que l’on peut appeler à tout moment de la semaine pour venir travailler deux heures au SMIC.

                            Ceux-là sont à la recherche de tout ce qui peut les aider à finir le mois. Je subodore même que si on leur proposait des vacations à heure fixe dans la semaine, d’une durée convenable, avec un tout petit mieux sur le salaire, au lieu de devoir plaquer la famille le dimanche pour une somme égale, ils ne seraient pas forcément opposé. Je tiens cette confidence de quelques proches très directement concernés...


                          • spartacus spartacus 3 décembre 2013 14:12

                            Quand bien même, et ce n’est pas le cas.


                            C’est quoi ce mépris des emplois au Smic et des gens qui ont dégoté quelques heures.
                            Ce n’est pas parque qu’un emploi ne correspond pas a vos critères élitistes qu’ils n’en restent pas moins des emplois. 

                            Ce ne sont pas des emplois qu donnent lieu a des régimes spéciaux comme dans la fonction publique, ni a 11 semaines de congés annuels comme à la mairie de Paris, ni la retraite à 54 ans comme à EDF, ni à des abattements fiscaux comme les journalistes, effectivement.


                          • Renaud Delaporte Renaud Delaporte 3 décembre 2013 15:33

                            Vous tombez dans l’invective ! J’évoque, de loin, le mépris (parfois très violent) dans lequel sont tenues les petites mains taillables et corvéables de la grande distribution, et vous me reprochez de couvrir ce comportement !

                            Pour être court, offrir à des précaires de sacrifier leur vie familiale pour sortir de leur précarité est rien de moins qu’un vieux réflexe esclavagiste.

                            C’est dommage, parce que votre article commence par défendre beaucoup de points sur lequel nous sommes d’accord. Mais la conclusion selon laquelle la personne précaire pourra sortir de sa précarité en l’exaspérant au détriment de sa vie de famille n’est pas recevable.

                            Ce fil est intéressant parce que vos reproches sont complètement symétriques à ceux de Démosthène plus haut qui pense qu’il suffit d’envoyer les précaires dans des logements vacants pour résoudre le problème des sans abris !

                            Entre lui et vous, je devrais travailler le dimanche et vivre dans un logement provisoire pour que vous alliez mieux dans votre tête. A L’EXPÉRIENCE, messieurs, qui, ni l’un ni l’autre, n’avez connu de près ces situations, vos raisonnements sont à chier. Ils annoncent une société d’une violence inouïe, dans le droit fil de ce que l’on observe depuis des années.

                            Car, ma situation personnelle, cher monsieur, vous la présumez. Et c’est bien là le problème ! Dès que vous sortez de la réalité des chiffres, vous présumez du reste. Vous offrez ainsi à vos adversaire un biais dans lequel il est leur est si facile de s’engouffrer que quelque réalité* que vous pourriez évoquez par ailleurs, il leur restera à jamais étranger.

                            * je ne parle pas de ces cent milles cdd précaires et jetables qui sortent d’un chapeau fébrile.


                          • Renaud Delaporte Renaud Delaporte 3 décembre 2013 15:37

                            Edit : Vous offrez ainsi à vos adversaire un biais dans lequel il est leur est si facile de s’engouffrer que quelque réalité* que vous pourriez évoquer par ailleurs, votre discours leur restera à jamais étranger.


                          • spartacus spartacus 3 décembre 2013 17:31

                            C’est vrai que refuser le travail qu’en il est possible qu’en y’a 6 millions de personnes qui dépendent de pole emploi du RSA ou autre dispositif social, c’est logique. 

                            Excusez moi.

                            Vous avez raison, je m’imaginais que donner un emploi a des précaires allait leur faciliter la vie. 
                            Excusez moi. 

                            Vous avez raison, Un CDD c’est de la merde faut le refuser pour quelqu’un qui n’a pas de travail, un emploi au SMIC faut le refuser pour quelqu’un qui galère au chômage. 
                            Excusez moi. J’avais oublié que les gens en galère on leur offre tous les jours 10 000€ net l’emploi à vie.

                            J’avais oublié que tous les employeurs privés étaient des esclavagistes. 
                            J’avais oublié que tous les matins pour gagner un salaire, les employés avaient des obligations et devraient faire un « travail ». Beaucoup sur ce fil n’imaginaient pas cette dure réalité. 

                            Et qu’en on a pas d’emploi, et qu’on vous en offre un il vaut mieux le refuser, « parait il que tous les patrons d’hypermarchés mangent tous les matins 2 p’tit gondolliers au p’tit dej ». Risquer de se faire manger par des horribles Boss de supermarchés habillés avec des hauts de forme et fumant des Havanes de 30 cms. 

                          • Renaud Delaporte Renaud Delaporte 3 décembre 2013 20:15
                            Vous divaguez complètement. Je dis que le travail du dimanche ne créera pas d’emploi, vous me rétorquez qu’il faut accepter un emploi précaire et renoncer à l’emploi pérenne dans la semaine si l’on veut garder son boulot. Vous en étiez à dire que le travail du dimanche allait créer cent mille emplois, vous dites maintenant il faut accepter un job précaire. Que signifie ce charabia ? Signifie-t-il que les fameux emplois du dimanche dont vous parlez sont du vent ? Ça, je veux bien le croire.

                            « parait il que tous les patrons d’hypermarchés mangent tous les matins 2 p’tit gondolliers au p’tit dej ». Risquer de se faire manger par des horribles Boss de supermarchés habillés avec des hauts de forme et fumant des Havanes de 30 cms.

                            Dire qu’une caissière est taillable et corvéable à merci, ce n’est rien d’autre que rapporter un fait. Deux heures ici, deux heures là, ça existe ! Le dénoncer ici fait de moi un gauchiste. J’ai, autour de moi, deux personnes qui ont quitté la distribution à cause de l’ambiance de merde dans laquelle elles vivaient. Ça fait de moi un gauchiste ? C’est juste idiot. Elles ont trouvé un job précaire, elles ont pu en sortir ensuite parce qu’elles sont mieux armées que d’autres qui se retrouvent à faire la queue aux restos du cœur. C’est une réalité vraie. Dire ça fait de moi un gauchiste ?
                            Si l’on n’est pas d’accord avec vous, c’est que l’on est un horrible gauchiste, de même que si l’on n’est pas d’accord avec un gauchiste sur ce site, c’est que l’on est un horrible capitaliste.
                            C’est tout simplement de cette absence de tout débat que l’on crève.

                            Transformer un emploi pérenne pendant la semaine en emploi précaire le dimanche, c’est détruire l’emploi, m’sieur. Ce n’est pas en créer, m’sieur. Dans dix/quinze ans, le dimanche sera un jour où il sera obligatoire d’être volontaire pour travailler deux fois deux heures, au SMIC, sans rab, m’sieur. Calmez vous. Respirez un bon coup. Ainsi vont les choses.

                            J’ai assisté à la naissance de plusieurs supermarchés Leclerc, dans les années 70. Les patrons s’étaient endetté jusqu’au cou, travaillaient chacun 80 heures par semaine, prenaient ce qu’ils pouvaient comme salaire, mais il respectaient leurs salariés. Ce temps-là est fini. Leur banquier a pris le pouvoir dans l’entreprise. Allez leur demander comment se passe un rendez-vous avec le banquier. « Vous n’avez pas assez de flexibilité dans votre masse salariale, je ne peux vous accorder ce prêt. - Mais vous l’avez accordé à mon concurrent ! » Eh oui, l’autre a compris plus vite, il a pu s’agrandir plus tôt. Ainsi vont les choses.

                            Vous me faites parfois penser à tous ceux à qui j’avais dit que les 35 heures allaient détruire plus d’emploi qu’elles n’allaient en créer.
                            Depuis, les emplois industriels ont quasiment quitté le pays, et, malgré les chiffres en guise de lunettes (qu’ils brandissent eux-même pour tout autre sujet), ils continuent à nier que les RTT, c’est du boulot pour la concurrence (sans compter le prix exorbitant de cette mesure qui est un des gros tabous du moment). Si ça ne répond pas en France, on appelle en Allemagne et en Italie, m’sieur ! Là aussi, c’est comme-çà.

                            L’emploi du dimanche obéit à la même logique. Quand les barrières sont franchies, il n’y a plus de limite.


                          • L'enfoiré L’enfoiré 4 décembre 2013 11:25

                            « Le seul argument en faveur du travail du dimanche »


                            Non, mais j’hallucine, voilà qu’on parle du travail le dimanche... 
                            Mais est-ce vraiment votre problème majeur en France ?
                            Le dimanche c’est un jour de la semaine comme un autre.
                            Le jour de repos, pour le juif, ce sera le samedi, pour celui de confession musulmane, le vendredi.
                            Alors, quoi ? comme dit quelqu’un.... 

                          • JL JL 4 décembre 2013 12:01

                            L’enfoiré, je crois que vous n’avez pas compris que la République est laïque.

                            Ou bien vous ignorez ce qu’est la laïcité ?

                            Ce n’est pas une question de religion, c’est une question de choix de société, de vivre ensemble et de consensus : nous voulons un jour chômé dans la semaine, le même pour tous et c’est tout naturellement le dimanche, puisque l’école de la République est fermée ce jour-là.


                          • spartacus spartacus 4 décembre 2013 12:10

                            C’est qui « nous » ?

                            Non vous ne représentez pas tout le monde. Par contre vos choix sont des entraves a la liberté individuelle des autres de travailler parce qu’ils le désire ou en en on besoin.

                          • L'enfoiré L’enfoiré 4 décembre 2013 12:22

                            « Ce n’est pas une question de religion, c’est une question de choix de société, de vivre ensemble et de consensus »


                            Mais mon cher, JL, tout évolue aujourd’hui en fonction de conjonctures.
                            Je peux vous dire, si vous permettez l’expérience des autres, que les affaires se font plus le jour du seigneur, que pour les pensionnés, souvent, le dimanche est un jour mort, pendant lesquels ils sont bêtement devant la télé à attendre le lundi, le jour où ils pourront aller dans le monde et dans les magasins.
                            Car, voyez-vous JL, la famille n’a plus toujours les moyens de se déplacer pour eux. C’est leur jour, où ils pourront faire ce qu’ils n’ont pas pu, c’est à dire la lessive et tout le reste.
                            Vous oubliez aussi, que beaucoup de professions comme les coiffeurs par exemple, ont la compensation de leur samedi, sur le lundi.
                            Non, tout cela vous n’avez pas pensé.


                             

                          • JL JL 4 décembre 2013 12:28

                            ’’les pensionnés, souvent, le dimanche est un jour mort, pendant lesquels ils sont bêtement devant la télé à attendre le lundi, le jour où ils pourront aller dans le monde et dans les magasins.’’ (l’enfoiré)

                            Devant un tel argument, je baisse les bras !

                             smiley


                          • zelectron zelectron 4 décembre 2013 12:42

                            Spartacus, ce n’est pas cette mesurette « commercicide » qui aidera les PMI/ETI manufacturières des secteurs industriels et agri-agroalimentaires sortir des ornières où les ont plongé ce gouvernement et les 5 ou 6 précédents depuis Mitterrand (du temps de Giscard la croissance n’était pas de son fait ni de ses prédécesseurs d’ailleurs)


                          • gogoRat gogoRat 3 décembre 2013 12:31

                            Tous des faux-culs !

                             La vérité c’est qu’il n’y a plus, et qu’il n’y aura plus jamais assez d’emploi (au sens classique) pour tous les Français ... et c’est tant mieux !
                              Au lieu de s’en désoler, il serait grand temps d’arriver un jour à voir que c’est, paradoxalement, une grande réussite ... que l’humanité à toujours recherchée !!
                             
                             Par contre, ce qui fait défaut, ce n’est pas l’emploi : c’est l’honnêteté ( honnêteté intellectuelle = honnêteté tout court ! ) , et c’est la justice .

                             Un démocrate devrait courir après l’égalité en droit bien avant de courir après une méritocratie, ou pire une égalité « des chances » ...
                              ( La société à certes besoin de favoriser l’efficacité ... mais reste à éviter les quiproquos sur les valeurs que l’on voudrait efficaces : valeurs pécuniaires ... ou humaines ? )

                             « Il n’est de richesses que d’hommes » 
                             ... et je ne connais aucune démonstration permettant de démontrer dans l’absolu qu’un quelconque citoyen contribue plus qu’un autre à l’adaptation ou à la survie de notre espèce.
                              Partant, il n’est pas seulement humain et sentimental de vouloir une répartition minimale des richesses matérielles : c’est aussi une question logique (à la limite valable même dans une optique ’égoïste’) .

                             Au lieu de vouloir un partage du « travail », il serait beaucoup plus cohérent de vouloir un partage équitable des corvées ! Pourquoi personne ne veut envisager les choses sous cet angle ?
                             ( On peut se faire une idée plus précise de cette notion de ’corvée’ en se remémorant le « Service Militaire » , que l’on peut voir comme un sous-ensemble des ’corvées’ envisageables : 
                            cela permet de se rendre compte que le partage des corvées est une question éminemment politique ... et très épineuse ! ... 
                             Ex. entre autres ... : il fut une époque où des enrôlés fortunés, tirés au sort, arrivaient à acheter l’accord d’un infortuné pour se faire remplacer ... )

                              Si l’on veut avoir le droit (moralement) de continuer à revendiquer « Liberté, égalité, fraternité »
                             il est indispensable non seulement d’accepter l’effort de garantir à chaque citoyen (sans condition) un revenu décent ... mais il faut, en plus, le vouloir vraiment.
                             ( a minima : que chacun puisse vivre décemment !
                             On pourrait vouloir, de plus, davantage de justice humaine -notamment en interrogeant la pertinence de certains statuts anti-démocratiques ... On pourrait vouloir s’opposer à l’explosion de fortune indécentes ... 
                             Mais il est clair que ce qui est absolument indispensable - pour la stabilité, à terme, de tous - c’est que chacun puisse simplement vivre 
                            )

                             ( Quand on croit vraiment aux valeurs démocratiques, il est clair que, ne serait-ce que par ’calcul’ bien compris, cette attitude est plus pertinente et efficace qu’une compétition individualiste à tous crins )




                            • Pepe de Bienvenida (alternatif) 3 décembre 2013 12:43

                              Dans le cerveau concentrationnaire de spartacus et d’autres maniaques du chiffre, il n’y a pas de place pour la vie sociale. Si le repos dominical existe, c’est bien justement pour que les familles et les amis aient un point de rencontre temporel. Mais pour en revenir aux données numériques si appréciées des psychopathes, ont-ils inclus dans leurs calculs la baisse de fréquentation, par ces travailleurs du dimanche et leur entourage, des lieux de loisirs, cafés, restaurants etc. ?


                              • spartacus spartacus 3 décembre 2013 13:01

                                La vie sociale commence par pouvoir se l’offrir et par l’emploi. 

                                L’emploi permet une reconnaissance sociale, donne l’autonomie, permet de s’affranchir, de créer ou faire vivre sa famille, de s’acheter ou louer un logement décent, permet la liberté de se déplacer, de choisir, de ne pas être en dépendance. C’est le fondement premier de la vie sociale.

                                Les chiffrages permettent de ne pas tomber dans la démagogie. Il permettent de montrer la réalité aux utopistes et aux simplistes. Ils démontrent l’irresponsabilité des bonimenteurs, la préservation du futur et son anticipation. 

                                Pour la baisse de fréquentation des restaurants éventuellement induite, l’exemple du vendredi démontrerait plutôt le contraire. Le vendredi est un jour de forte fréquentation des grandes surfaces, mais aussi des restaurants. L’un n’est pas l’antagonisme de l’autre. 

                              • JL JL 3 décembre 2013 13:20

                                spartacus,

                                que pensez vous de l’allocation d’un Revenu Universel inconditionnel ?


                              • spartacus spartacus 3 décembre 2013 13:37
                                @JL
                                Utopie.
                                Autant je suis pour des bons d’accès régaliens pour bénéficier des droits naturels minimums comme l’éducation ou la justice, autant je pense que le revenu est le fruit du travail. 
                                Mais c’est pas le sujet.

                              • Robert GIL ROBERT GIL 3 décembre 2013 13:48

                                c’est souvent le fruit du travail des autres....

                                voir : LES VOLEURS DE PLUS VALUE

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès