Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Acheter son logement principal : bilan des pertes depuis deux ans (...)

Acheter son logement principal : bilan des pertes depuis deux ans !

L’immobilier rapporte à long terme… uniquement en valeur faciale. C’est de manière confirmée un excellent produit de protection contre l’inflation dans la mesure où il a démontré depuis un siècle une aptitude à conserver en l’état votre capital investi.



Comme le montre le graphique ci-dessus, depuis 130 ans, l’immobilier américain n’a jamais créé de valeur hors inflation, à part entre 2000 et 2005. A noter que cette création de valeur est violemment en cours de correction actuellement… et que tout va rentrer dans l’ordre en 2011 par rapport aux normes historiques.

En France, l’immobilier est régi par la même mécanique, en dehors du fait que la seconde guerre mondiale a plus fortement impacté les prix et qu’un rattrapage à la hausse a été nécessaire à partir des années 50.

Mais bon, tout le monde s’accorde à dire que l’immobilier ne fait que monter à long terme.

En attendant, du fait que je suis provocateur dans l’âme, je vous propose de chiffrer les pertes de ceux qui ont acheté un logement principal de la catégorie qui monte tout le temps à long terme…

Prenons un appartement dans une grande ville de province à 160.000 euros. Acheté en 2008.

Il faut compter une dépense chez le notaire et l’agent immobilier en moyenne de 16.000 euros, frais incompressibles dans le cadre d’une transaction classique.

Ensuite, vient la chute des prix des m². Disons 20.000 euros pour une vente rapide qui permettrait de retrouver sa mise. Oui, je connais le discours de mes détracteurs : tant qu’on n’a pas vendu, on n’a pas perdu. Sauf qu’on n’a pas vécu non plus un an en Thaïlande ou ailleurs avec le même argent qui a disparu…)

Ajoutons les deux taxes foncières de 900 euros, soit 1800 euros de frais.

Plus subtil, analysons les frais bancaires de remboursement d’emprunt (nous partons du principe que 100% a été financé par la banque, car dans le cas contraire, le locataire devrait bénéficier d’un capital placé pour assurer une comparaison équitable). 176.000 euros empruntés exigent assurance décès incluse, autour de 1150 euros de remboursement, à 4,65% de taux.

A surface identique, dans des villes comme Rennes, Toulouse…, on trouve des biens équivalents pour 600 ou 700 euros de loyer mensuel. Nous avons donc là une dépense supplémentaire de 500 euros, à multiplier par 24 mois. Nous obtenons un surcoût de 12.000 euros, duquel il faut retirer la prime sarko qui permet de déduire les intérêts.

En face, en tant que locataire, vous avez une dépense de loyer de 15.000 euros environ pour deux ans. Il s’agit du fameux argent jeté par la fenêtre… dans la poche de votre propriétaire.

15.000 euros d’un côté en tant qu’andouille de locataire contre 47.000 euros en tant que nouveau propriétaire avisé d’un bien qui ne fait que monter à long terme…

Techniquement, comme annoncé dans de nombreux éditos depuis 2008, les personnes qui ont choisi la location peuvent se permettre de partir vivre un an au soleil sans travailler, compte tenu de l’économie réalisée. En revenant, ils pourront acheter à leur tour un logement principal et se retrouver au même niveau financier que les propriétaires, heureux si j’ose dire, de 2008. C’était le cas en 2008. C’était le cas en 2009. 2010 ?

La décennie 2010 – 2020 va modifier considérablement les règles du jeu patrimonial en place depuis les années 60. Attention à ne pas vous faire avoir comme la génération japonaise des années 80 dont tous les actifs sont partis en fumée. Même si vous considérez que la France et le Japon sont des situations différentes, les chiffres sont formels : il faut détenir un bien pendant au moins dix ans, dans un marché immobilier qui monte chaque année de 3 ou 4% pour compenser le surcoût des frais financiers, des frais de notaires et d’agence immobilière. Toute vente prématurée coûte de l’argent et surtout, toute année où les prix ne montent pas, se révèlent désastreuses au niveau de l’aspect financier d’un achat de logement principal.

Charles Dereeper

Article extrait de la lettre « VOTRE ARGENT : gagnez +10% par an »
 

Moyenne des avis sur cet article :  3.63/5   (35 votes)




Réagissez à l'article

72 réactions à cet article    


  • yoananda 16 mars 2010 11:26

    Bravo, il faut tordre le coup a cette idée reçu de « je loue, je jette mon argent par les fenêtres » ... bien ancrée dans les psychisme des classes moyennes et supérieures.
    Ils oublient vite que pour la plupart, au lieu de louer un appart, ils louent une somme d’argent (qui a servi a acheter le logement à crédit), et donc au final, c’est effectivement l’augmentation de la valeur du bien qui joue. Augmentation toute virtuelle en période de bulle.

    D’autre part, a cause du nouvel environnement énergétique (pic oil) et donc, de la fin de la croissance, il n’est plus possible de tabler sur une hausse de l’immobilier tel qu’on en a connu ces dernières années.

    Les taux sont artificiellement bas en ce moment, ce qui fausse la donne a cause d’un effet loupe temporaire. Mais, comme la France est sur la sellette et que la note de ses bons aux trésors risque d’être dévaluée bientôt, les taux vont remonter, et a ce moment la, ça va faire mal !


    • Romain Desbois 16 mars 2010 18:51

      je ne suis pas d’accord du tout.

      Etre propriétaire de sa résidence principale reste toujours rentable que de payer un loyer.
      L’on achète non pas pour spéculer à la base mais pour se loger.Même si l’achat se fait à crédit (dont une bonne part des intérêts sont déductibles de l’IRPP), au bout il reste quand même le bien. (je modère néanmoins mon propos du fait des impôts fonciers, impôts scandaleux)

      Alors qu’au bout de 60 ans de loyer payé à un propriétaire, il ne reste rien voire on se fait virer bien avant.

      A moins de vivre à l’Hotel , luxe réservé à quelques privilégiés ou enfer réservé à des sans logis (colorier les étoiles svp), nous avons tous besoin d’un toit. Autant que ton toit soit à toi smiley


    • Romain Desbois 16 mars 2010 19:14

      et j’oubliais les cautions que l’on ne revoit plus qu’à la mort ou au départ. Trois mois pour les locataires avant le réforme Fillon qui passe à un mois pour les nouveaux locataires.

      D’autant que les propriétaires peuvent faire fructifier les cautions de leurs locataires, alors que la somme rendue n’est pas réévaluée.


    • yoananda 17 mars 2010 09:57

      Rahh c’est fou !!!
      Y en a qui refusent de penser, tout bonnement.
      Contrairement à ce que tu crois, le locataire n’a pas « rien » a la fin, mais un capital.
      Il existe des calculateurs sur internet pour comprendre ce qui se passe.
      Mais bon ... au moins avec des gogos comme toi, les agences immobilières ont de beaux jours devant elles. lol
      Enfin, heureusement, tu es de moins en moins nombreux, comme le prouve cet article. Il y a un changement en cours, les gens commencent à se rendre compte que quand d’autres pensent à leur place, c’est pas forcément dans leur intérêt !


    • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 17 mars 2010 11:20

      laissez tomber, j ai deja tente d expliquer que, hors periode speculative type 2001-2007 et hors , louer et acheter c est la meme chose et que donc en toute logique, les acheteurs de logement a credit etaient des speculateurs (ce qui n’a RIEN de negatif)


      ici
      et
      la


    • Romain Desbois 17 mars 2010 11:24

      yoananda

      tu fais partie de ceux qui croient que celui qui n’a pas le même avis est con !

      Figure toi que je suis propriétaire depuis vingt ans et cela fait cinq ans que je paie plus de crédit. Du coup ce que je donnais ou donnerais à un propriétaire comme loyer (déduction faite des impôts fonciers) c’est tout bénef.
      Je sais tenir mon budget et je peux te dire qu’il n’y pas photo. Je ne suis jamais a découvert et n’ai aucun crédit à la consomm.

      Mais bon c’est vrai que les loueurs perdent de l’argent , c’est connu. Ils louent par philanthropie.

      Je ne vous traite pas de gogo... même si je le pense smiley


    • Romain Desbois 17 mars 2010 11:29

      eleusis

      Mais vous n’avez que la spéculation en tête. Je vous parle de ceux qui achètent pour être chez eux !

      Perso je me fous que ma maison prenne ou pas de la valeur, j’ai remboursé mon crédit de l’achat par des mensualités 200 euros de moins que ce que je donnais en loyer à mon escroc de proprio qui avait profité de la loi méhaignerie pour nous mettre le couteau sur la gorge.

      En achetant j’ai moins payé de crédit (intérets compris) que si j’avais un loyer.

      Faut arrêter de prendre les gens pour des imbéciles.


    • jondegre jondegre 16 mars 2010 11:33

      en complément de l’article au demeurant fort intéressant , une petite visite sur bulle immo s’impose pour comprendre l’arnaque immobilière actuelle, des prix qui ont plus que doublé en dix ans pour des salaires flat et une précarité du travail qui s’étend, mais comme ya bcp de monde qui en croque, chut...


      • piroliat 16 mars 2010 12:36

        le petit comptable nous la joue madame irma
        lui qui voulait taxer les retraites ;
        retourne à ton boulot  !


        • « O » 16 mars 2010 12:38

          Article mensonger qui racole pour le site commercial de l’auteur. Ce n’est pas du journalisme citoyen c’est de l’arnaque.


          • sleeping-zombie 16 mars 2010 12:57

            En un mot : Enfumage.

            Prendre l’exemple d’une crise immobilière et bancaire, qui « frappe » doublement les nouveaux propriétaire et en conclure sur la « sagesse » de la location, c’est fallacieux.
            La seule chose que tu prouves, c’est qu’il valait mieux acheter en 2009 qu’en 2008, mais ça change rien au fait que le locataire jette son argent par les fenêtre.

            Grosse parenthèse :
            L’investissement immobilier est effectivement une grosse idiotie quand on doit prendre un crédit pour ça. Ca reviendrait à dire « je suis plus compétent qu’une banque pour faire fructifier de l’argent ».
            Mais de toute façon, un mec qu’a pas d’argent (vu qu’il emprunte) et qui espère vivre sans rien produire (j’achète-je loue-je revends : où est le service la dedans ?), il mérite de se retrouver la gueule au sol.
             Et l’argenté qui veut faire pareil mérite de perdre son capital, mais hélas ça arrive pas.

            L’immobilier ne devrait être vu comme un investissement financier que quand il y a une réelle utilité sociale. C’est à dire la construction, et rien d’autre.


            • Daniel Roux Daniel Roux 16 mars 2010 13:08

              Il y a au moins un poste que l’on ne peut pas ajouter sans fausser le résultat final sur la valeur d’achat d’un bien, c’est le coût de l’emprunt.

              Le taux du crédit ne concerne que l’argent emprunté. Il s’agit de 2 postes budgétaires différends. C’est comme si vous écriviez que le coût de la voiture, c’est le prix de l’objet + les intérêts de l’emprunt.

              Vous empruntez souvent pour le premier bien, mais beaucoup moins sur le second financé en grande partie par la vente du premier et il vous reste même du cash quand vous achetez plus petit au moment de la retraite.

              Un autre point : Se loger est un besoin primaire. Les locataires, qui n’ont que leur salaire pour vivre, sont à la merci des hausses de loyers plus ou moins égales au taux d’inflation mais aussi du propriétaire qui peut récupérer son bien à la fin du bail de 3 ans. S’il n’a pas de chance, le locataire devra payer un déménagement et des frais d’agence tous les 3 ans, sans compter le soucis d’en trouver un autre.

              Acheter son logement, c’est à la fois préserver son capital de l’inflation, (inexorable d’une année sur l’autre de perpète les oies jusqu’à aujourd’hui) et s’assurer un toit.

              Une dernière remarque : Quoique vous achetiez, actions, pétrole, café, or ou logement, si vous l’achetez au plus bas cours pour le revendre, 1 ou 2 ans plus tard, au plus haut, vous subirez une perte et adieu vos vacances en Thaïlande.


              • boris boris 16 mars 2010 13:09

                D’autant plus qu’à crédit, c’est la banque qui reste proprio, vive la location !

                Excellent article.


                • le naif le naif 16 mars 2010 13:14


                  @ l’auteur

                  Votre calcul est erroné , non seulement parce que vous n’intégrez pas toutes les charges inhérentes à la location ( on paye la taxe d’habitation en tant que locataire), mais surtout, lorsque vous écrivez : " 15.000 euros d’un côté en tant qu’andouille de locataire contre 47.000 euros en tant que nouveau propriétaire avisé d’un bien qui ne fait que monter à long terme…" le bon calcul c’est 47.000 - 15.000 = 32.000 car le futur propriétaire ne paie pas de loyer, par conséquent c’est la différence entre cout d’acquisition et cout de location qu’il faut prendre en compte.


                  • plancherDesVaches 16 mars 2010 13:36

                    Une chose par contre sûre est qu’il y a de plus en plus de maisons à vendre aux US.
                    Et notamment des maisons 3 chambres pour 1 (un) dollar....

                    J’en pleurerais presque pour ces propriètaires qui exploitent les locataires alors qu’ils vont bientôt ne plus trouver de locataires... :/-(

                    Déjà que les sociétés de location-gérances de résidences de vacances ont quelques soucis...


                    • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 16 mars 2010 15:10

                      Si elles sont bien situées, j’en achèterais 1000 d’un coup et puis je le revendrai à 1000 dollars pièce sur Ebay !


                    • plancherDesVaches 16 mars 2010 15:24

                      Fais, Alois, fais.

                      Même les banques américaines qui ont récupéré ces maisons préfèrent les détruire...

                      CONsommation, quand tu nous tiens...


                    • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 16 mars 2010 17:18

                      Le terrain, il vaut quand même plus qu’un dollar non ?

                      Pourrais y planter des patates ou y faire paitre des moutons ...


                    • plancherDesVaches 16 mars 2010 21:08

                      Fais, Alois, fais.

                      Si tu n’es pas milliardaire, tu te feras toujours rouler.

                      Fais , Alois.

                      Et... ça ne te gène pas de faire la pute... ???

                      Moi, si.


                    • pallas 16 mars 2010 14:57

                      Que dires des loyers impayer par des locataires indélicats qui squattent les logements, auquel la police ne les déloge pas, ruinant le petit propriétaire qui lui n’a que ses yeux pour pleurer, face a des délinquants, protéger de surcroit par l’etat.

                      Que dire de la proposition de quelques elus de gauche voulant encore accentuer cette injustice ?.

                      Que dire des squatteurs qui rentrent illégalement dans un logement, et qui au bout de 48 heures sont protégé par la loi française, crée par la gauche.

                      Les délinquants peuvent squatter avec le consentement de l’etat.

                      Comment un petit propriétaire peut louer si l’etat ne le protege pas un minimum ?.


                      Les petits propriétaires, paie des impots, double peine, alors que le squatteur est au frais du contribuable.

                      Apres ont dit que la France est au bord de la faillite économique ? faut assumer ces choix et ces responsabilités.


                      • plancherDesVaches 16 mars 2010 15:20

                        Effectivement, Pallas.

                        Tant qu’à faire, autant avoir le beurre et l’argent du beurre.

                        (en principe, si tu veux du fric, il faudrait tout de même assumer ta part de risque, non.. ???)


                      • pallas 16 mars 2010 15:51

                        J’en est strictement rien a faire des gens qui ce victime pour justififie pour squatter des logements a des petits proprietaires, il n’y a aucunes excuses a agir de la sorte.

                        Le vieu refrain communiste ou soit disant socialo, je m’en contre fiche epperdument.

                        Un petit proprietaire a le droit d’acheter et par cette egard d’etre proteger par l’etat.

                        Ne confond pas les gros proprietaires foncié et les simples petits proprio qui sont ecrasé sous les chargres et impots.

                        La France va mal ? ah oui tien donc, il n’y a plus bcp de recettes, vu que la classe moyenne est laminé, dur dur pour renflouer les caisses de l’etat ?.

                        La victimisation ne marche pas, de plus rien ne justifie qu’un squatteur au bout de 48 soit soit proteger par loi, cela est de l’injustice.

                        La societe française est corrompu et forcement, la societe entiere s’ecroule, le cas de la Grece est suffisement Eloquant il me semble pour y reflechir.

                        Je peut aussi parler de l’injustice que font par les Notaires lors de l’achat d’un bien immobilier, la commission donné est bien trop grande, les Notaires sont aussi un fléau.

                        La societe est corrompu du bas de l’echelle, du petit délinquant, jusqu’au politique, financiers, banque, au final, le travail de la classe moyenne s’ecroule, et donc la societe s’ecroule.

                        Bienvenu dans la realité economique, a force de jouer avec le feu ont se brule, la Grece en est l’exemple, mais la France arrive au meme point que la Grece, cela s’appel l’ecroulement de l’etat, bienvenu dans la Phase 2 de la crise, la Faillite des Etats.

                        A bon entendeur, salut !!!


                      • plancherDesVaches 16 mars 2010 16:22

                        Effectivement : « rien à faire des gens... »

                        Et c’est ainsi que la montée de l’individualisme a permis de mettre au pouvoir un fléau de droite.

                        Je ne sais plus quelle association du droit au logement a constaté que le nombre de logements total en France permetterait de loger tout le monde...

                        Tant que le rentier existera, il devra exploiter un moins riche. C’est d’ailleurs son but dans la vie. Et c’est ce qui donne la joyeuse crise actuelle avec ses cohortes de chômeurs.
                        Merci aux rentiers et divers exploiteurs.

                        Sinon, Pallas, vous avez raison de faire de la victimisation. Ce sont toujours ceux qui ont le plus qui se plaignent le plus. Un réflexe, sans doute. smiley


                      • Romain Desbois 16 mars 2010 19:08

                        Renseignez vous il existe à Assurance pour les Risques Locatifs .


                      • titi 17 mars 2010 07:53

                        Comme vous dites « il existe des assurances »...

                        IL existe des assurances contre les impayés, contre le vol, contre les tags, contre le vandalisme, contre le chomage contre ceci contre celà... tout ce qui est du ressort régalien de l’Etat : assurer la sécurité des revenus, des biens de l’activité.

                        Et après vous vous étonner que ces mêmes bailleurs ne veulent plus financer un état qui ne sert à rien...


                      • foufouille foufouille 17 mars 2010 14:08

                        le pass-grl est deductible des impots
                        99pc des bailleurs sont des marchands de sommeil


                      • Deneb Deneb 16 mars 2010 16:15

                        La propriété est un leurre.


                        • plancherDesVaches 16 mars 2010 16:23

                          Non, Deneb.

                          C’est l’excés de propriètè qui se tue par lui-même.

                          Comme tout excés d’ailleurs. Je ne fais que ré-inventer l’eau chaude en écrivant cela.


                        • Romain Desbois 16 mars 2010 19:10

                          Deneb

                          je ne sais pas si vos vêtements sont votre propriété ou si ils doivent être à la collectivité. Dur à gérer.

                          On ne peut pas avoir leurre et l’argent du leurre smiley


                        • pallas 16 mars 2010 16:39

                          Faut arreter de déliré, avec le communo socialisme a deux francs.

                          Si tu justifie le squat d’un bien immobilier d’un petit proprietaire, alors tu justifie toutes les formes de délinquances, il y a toujours des excuses pour les délinquants, ce sont eux qui e victimise.

                          Maintenant ne te plain pas de la délinquance, assume les conséquences de tes choix, jusqu’au bout, et crois moi tu va les assumer, et sa sera bon grée ou malgré, mais tu aura de quoi te plaindre.

                          Tu pourra toujours pleurer envers l’etat, mais celui ci n’a plus d’argent, vu que les gens que tu méprisent sont ruiné, plus de sécu, plus de forces de police, délinquence partout, une anarchie partout, bienvenu dans ce monde que tu désire tant.

                          Tu pourra toujours expliquer les responsabilités a tes enfants hein ?


                          • plancherDesVaches 16 mars 2010 17:16

                            Je m’excuse de vous demander pardon, Pallas, mais chute du système actuel, je ne le pleurerai pas. Car je gagne de l’argent en BOSSANT. Et non en étant rentier à exploiter des locataires.
                            Et, perso, je suis même fier d’avoir inculqué ça AUSSI à mes enfants.

                            Ce sont par contre les rentiers et accumulateurs de richesse qui sont responsables de la crise actuelle.
                            Et les états ont été OBLIGES de les suivre (ou plutôt, de se soumettre)
                            A cause des « petits » proprios.

                            Ne pas venir me dire que je défends les squatters. Mais... plutôt se poser la question : POURQUOI y-t’il des squatters ?
                            Certainement parce que le système marche « trop » bien, non.. ???


                          • fifilafiloche fifilafiloche 16 mars 2010 16:46

                            Je suis toujours étonné lorsqu’on aborde le sujet du logement comme véhicule « d’investissement ». Il s’agit avant tout d’un besoin primaire. 


                            Comme précisé par l’auteur, avec ses frais d’entrée et de sortie exhorbitants, sa nature dégradable, sa liquidité minimale, son manque de diversité, un logement ne peut être qu’un investissement de pauvre qualité par rapport à l option de capitaliser ses excédents de trésorerie sur des supports liquides, aux frais nuls, détaxés, diversifiés comme l assurance vie par exemple, tout en payant un loyer.

                            L ’investissement pierre se raisonne de manière différente, comme la nutrition. Il s’agit d’un investissement sur le long terme en santé et bien être. Et là aussi, l’option de la location, de par la flexibilité qu’elle autorise, semble la meilleure option. Un changement de vie professionnelle, un départ à la retraite, un enfant en plus ? La location laisse une liberté totale au locataire de s’adapter à ses cycles de vie, alors que la propriété rend la mobilité coûteuse et stressante.

                            Vous l’aurez compris, je suis un locataire heureux ;o)

                            • plancherDesVaches 16 mars 2010 17:21

                              C’est aussi ce que se disent les Gens du Voyage.

                              Et cela arrange bien AUSSI les financiers : lorsque l’on est obligé de bouger pour raison professionnelle : on est obligé de refaire un crédit si l’on veut acheter et cela rapporte un maximum aux banques.

                              Un rentier peut dormir sur ses deux oreilles. La flexibilité, il s’en tape. Celle des autres lui rapporte bien.


                            • Asp Explorer Asp Explorer 16 mars 2010 22:37

                              Un aspect important de l’acte d’achat est la pression sociale. La jeune épousée qui apprécie un homme « qui s’engage » pour au moins trente ans. Les parents qui sont si contents d’aider le petit « qui s’installe ». Les collègues qui sont persuadés que si on n’a pas un crédit sur le dos à trente ans, on a quand même un peu raté sa vie.


                            • Renato 17 mars 2010 10:42

                              Salut fifilafiloche ,

                              La ou je te rejoint c’est qu’une acquistion doit faire partie d’un projet de vie et qu’il doit être fait en conscience comme tu le fais .

                              Par contre dire que la location est la meilleure option n’est pas objectif , cela dépend de ton projet de vie, de ta sensibilité etc....

                              J’ai quelques exemples autour de moi.

                              Bienvenue dans la confrérie des locataires heureux


                            • Canine Canine 16 mars 2010 18:16

                              Une simple question :

                              "Techniquement, comme annoncé dans de nombreux éditos depuis 2008, les personnes qui ont choisi la location peuvent se permettre de partir vivre un an au soleil sans travailler, compte tenu de l’économie réalisée. En revenant, ils pourront acheter à leur tour un logement principal et se retrouver au même niveau financier que les propriétaires, heureux si j’ose dire, de 2008. C’était le cas en 2008. C’était le cas en 2009. 2010 ?"

                              1)Pourquoi voudraient-ils devenir propriétaire en revenant, alors que vous venez d’expliquer longuement que c’était une mauvaise idée ?


                              • pseudo 16 mars 2010 20:56

                                A la question vaut il mieux être propriétaire ou locataire ?

                                Ils sont rare les propriétaires qui rêvent de devenir locataire ! 
                                Mais ils existent + 50 % des Français qui sont locataire forcer par leur revenu ou par choix. 
                                Les avantages du locataire sont la mobilité, aucun souci de travaux et d’entretient, de taxe foncière, de dégradation, de sinistre, de revente.
                                Les avantages du propriétaire sont de pouvoir capitaliser un patrimoine, de pouvoir bricoler, d’avoir une assurance vie en cas de décès par le remboursement du prêt, de pouvoir rembourser son prêt un jour et posséder son logement. 

                                • Asp Explorer Asp Explorer 16 mars 2010 22:34

                                  Moyennant quoi deux millions de francs, c’est cher payer la joie de pouvoir faire des trous dans les murs de votre trois-pièces parisien.


                                • foufouille foufouille 17 mars 2010 14:11

                                  "Les avantages du locataire sont la mobilité, aucun souci de travaux et d’entretient, de taxe foncière, de dégradation, de sinistre, de revente."

                                  cool la vie du locataire
                                  il est ou ton bailleur ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès