Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Affaire de pots-de-vin chez Alcatel au Costa Rica

Affaire de pots-de-vin chez Alcatel au Costa Rica

L’affaire de corruption d’Alcatel au Costa Rica avait déjà fait parler d’elle en octobre 2004 lorsque Alcatel remercia son patron. L’homme avait avoué avoir versé des pots de vin. Mais, pour sa défense, il dit avoir agi sur ordre de sa hiérarchie. L’information judiciaire est en cours donc depuis la fin de l’an dernier à Paris. C’est Evelyne Picard, juge d’instruction au pôle financier parisien qui enquête sur cette affaire de corruption en Amérique du Sud.

Tout a commencé au début du mois d’octobre 2004, lorsqu’un certain Miguel Angel Rodriguez s’est fait assigner à résidence pour des pots-de-vin présumés qu’il aurait reçu au nom d’Alcatel (il a reconnu avoir perçu 140.000 dollars). Rodriguez a été président de la République entre 1998 et 2002. Et suite au scandale, il a dû démissionner le 14 octobre dernier de son poste de secrétaire général de l’Organisation des États américains.

L’affaire vise pour l’instant trois marchés passés en 2001 et 2002 par Alcatel avec la société d’Etat costaricaine ICE (Instituto Costaricano d’Electricidad), détenant le monopole sur les télécommunications et l’électricité. « Les dirigeants d’Alcatel savaient qu’il s’agissait d’une pratique locale, habituelle et incontournable, mais je ne sais pas dire quelles personnes connaissaient le système » avait déclaré à la police Christian Sapsizian le directeur Amérique latine. Même tonalité de la part de Marc Rouanne, DG d’Alcatel CIT qui affirme que les contrats passés avec les consultants avaient « donné lieu à une approbation de la maison mère ».


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (2 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès