Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Agences de notation : responsables mais pas coupables ?

Agences de notation : responsables mais pas coupables ?

Les agences de notation sont dans le collimateur des gouvernements. La dégradation brutale de la note du Portugal par Moody’s a déclenché la colère des États et un soupçon de collusion avec les spéculateurs : une dégradation de quatre niveaux d’un coup, avec passage en catégorie spéculative, sans aucun élément factuel nouveau, au moment même où le pays venait d'adopter un plan de rigueur exigeant, cassant ainsi ses efforts de redressement. Cette note détaille les accusations contre les agences ainsi que leur argumentaire en défense. Il décrypte également les principales propositions de réforme : mise en place d'un régulateur fort en charge du service public de la notation financière, création d'une agence de notation publique européenne, modification du système de rémunération des agences de notation actuelles, renforcement des obligations de transparence et d'éthique professionnelle...

Sévérité et brutalité injustifiées des abaissements de notes, prophéties autoréalistrices entraînant des paniques de marché, soupçons d’incompétence et de collusion avec les spéculateurs… Les relations des Etats avec les agences de notation, déjà tendues avec la crise financière, ont atteint le point de rupture avec la crise de la dette souveraine.
 
Les reproches contre les agences de notation sont nombreux :
 
- Une situation malsaine d’oligopole.Il n’y a que trois agences internationales pour se partager le marché de la notation (même s’il existe plusieurs centaines d’agences locales ou régionales) : Moody’s, Standard and Poor’s, Fitch.
 
- Un secteur largement dérégulé. Pour faire bref, les agences de notation peuvent faire à peu près ce qu’elles veulent, tant dans leur méthodologie, leur mode de financement ou leur niveau de transparence. La crise financière a toutefois permis une première évolution : le passage d’une logique d’autorégulation par les acteurs vers une forme minimale de réglementation (Dodd Franck Act aux Etats-Unis, régulation européenne des agences de notation).
 
- Un problème de business model : des conflits d’intérêts structurels, la tentation permanente du « délit d’initiés ». Les agences de notation sont payées par l’émetteur du titre qu’elles notent. Le conflit d’intérêts est structurel. Pire, les agences détiennent une information – l’évolution d’une note – qui aura un impact crucial et connu sur les cotations de marché et tous leurs clients sont par ailleurs des acteurs de marché. Comment ne pas soupçonner, par exemple, que la dégradation brutale de la note portugaise par Moody’s, qui n’est justifiée par aucun élément factuel nouveau, n’obéisse pas à d’autres logiques…
 
- Un biais autoréalisateur et procyclique : les « pompiers pyromanes ». Hors environnement de crise, les investisseurs pondèrent les avis des différentes sources d’information. En période de crise, à l’inverse, chaque information négative tend à renforcer la crainte des investisseurs et chaque dégradation de notation a donc un impact fort. Cet effet « pompier pyromane » est par ailleurs directement lié aux méthodologies utilisées pour la notation, et en particulier à la très forte pondération de la « flexibilité financière », c’est-à-dire la capacité à se refinancer, dans la notation des souverains. Il y a là un mécanisme de cercle vicieux purement autoréalisateur : les conditions de financement sur les marchés se durcissent, entraînant la dégradation des notes des agences de notation, qui provoquent elles-mêmes un durcissement des conditions de financement… Enfin, l’effet « pompier pyromane » peut être renforcé par les pressions politiques. Il est difficile pour les agences de notation de dégrader des Etats souverains, même quand elles l’estiment justifié, car elles savent que cela aura de fortes répercussions sur les économies. Les agences ont donc souvent la tentation de décider d’une dégradation une fois que le marché est déjà à la baisse, renforçant ainsi la spirale à la baisse.
 
Les agences de notation ont toutefois quelques contre-arguments légitimes à faire valoir.
 
Les agences ont beau jeu de dire que leurs notes ne sont que le thermomètre d’une situation critique. Casser le thermomètre ne fera pas partir la fièvre. Certes. Mais ce n’est pas ce qu’on leur reproche : le thermomètre est accusé de faire augmenter la fièvre, voire de tuer le malade. A leur décharge, les agences ont raison de souligner que le problème est moins dans leurs notes que dans l’utilisation qui est faite de leurs notes.
 
- Une utilisation laxiste. Les analystes des grandes institutions financières ont trop facilement délégué leur responsabilité aux agences.
 
- Une utilisation fautive. Les agences évaluent la solvabilité à long terme d’un emprunteur (remboursera-t-il sa dette aux échéances ?). Or leurs notes sont utilisées pour juger de la liquidité à court terme du titre sur le marché.
 
- Une utilisation, surtout, défaillante car systématique. Il y a quinze ans, les notations faisaient partie d’un panel d’indicateurs et de travaux d’analyse, internes et externes, utilisé par les investisseurs financiers pour faire leurs choix. Or les ratings des agences sont devenus ultra-dominants, pour ne pas dire exclusifs, dans les choix d’investissement. Pire, ce rôle est devenu automatique : ils ont été intégrés dans les programmes informatiques des investisseurs pour la composition de leur portefeuille. Pour un portefeuille d’investissements sans risque, par exemple, la dégradation de la notation d’un titre entraîne non seulement la cessation de tout achat mais aussi la revente immédiate de l’intégralité des titres en portefeuille, alimentant ainsi la spirale à la baisse. Même la Banque centrale européenne utilisait initialement un seuil de notation pour accepter de prendre en pension (repo) des titres. Cela avait entraîné une défiance des marchés sur la dette grecque : les opérateurs, anticipant la chute de la notation en-dessous du seuil, se débarrassaient des titres de dette grecs auprès de la BCE, de peur de ne plus pouvoir le faire. Pire encore, la prise en compte des ratings a été rendue juridiquement obligatoire : les notations des agences ont été intégrées dans les exigences de fonds propres de la régulation « Bâle 2 ».
 
Des réformes profondes et urgentes sont nécessaires.
 
- Il faut un régulateur fort. La réforme est en cours, avec l’obligation pour les agences de s’enregistrer auprès du CESR, le Comité européen des régulateurs. On peut aller plus loin et transformer le secteur en service public (il est au cœur du financement de l’économie), en en confiant la responsabilité d’organisation au CESR. Les agences seraient alors des délégataires de service public, soumises aux régulations du CESR.
 
- L’idée de créer une agence de notation publique, adossée au FMI ou à la BCE, en complément des agences privées, est séduisante. Cette proposition, en débat depuis plusieurs mois au niveau de la Commission européenne, permettrait de créer les conditions d’une plus grande concurrence, de lutter contre le problème de business model – le financement proposé pourrait reposer sur une cotisation obligatoire de la part de toutes les entreprises européennes cotées ou émettant des obligations –, tout en permettant de contrôler les baisses de rating et d’émettre sur le marché un avis alternatif à celui des agences « traditionnelles ».
 
- Organiser davantage de concurrence parmi les agences serait bienvenu. C’est le sens des propositions faites récemment par le Commissaire français Michel Barnier. Elles laissent toutefois sceptiques, tant il serait en pratique difficile pour un nouvel acteur privé de casser l’oligopole et se créer une réputation ex nihilo sur le marché.
 
- La modification du système de rémunération des agences de notation est une piste essentielle. Les agences sont aujourd’hui payées par les émetteurs et les entreprises qu’elles notent. Une manière de lever ce soupçon serait d’établir en Europe un financement de ces agences par une taxe sur l’ensemble de l’économie et/ou du secteur financier, indépendamment de leurs courses aux mandats.
 
- Les obligations de transparence et d’éthique professionnelles doivent être renforcées. La Commission européenne mettra sur la table cet automne de nouvelles règles pour imposer aux agences plus de transparence sur leur méthodologie. En cas de non-respect des règles, elles doivent pouvoir être sanctionnées financièrement et/ou se voir interdire l'exercice de leur profession pendant un certain temps.
 
- Autre piste : créer une responsabilité civile des agences en cas de fautes manifestes d’appréciation entraînant des conséquences néfastes et majeures sur les économies et les entreprises. Cette piste, inspirée du « statut d’expert » de la loi américaine Dodd Franck, fait également partie des propositions de la Commission européenne pour l’automne.
 
- Dernière proposition : prévoir la possibilité de suspendre la notation d'un pays qui fait l'objet d'un plan de soutien. Cette piste fait également partie des propositions de la Commission européenne que Bruxelles discute en ce moment avec le Fonds Monétaire International.
 
Consultez la note intégrale ici

Moyenne des avis sur cet article :  2.12/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • Alpo47 Alpo47 22 juillet 2011 13:08

    Terra Nova, ou comment aménager le libéralo-capitalisme en vigueur ... pour lui permettre de se maintenir.
    Au fait, vous qui assénez vos « vérités » sans jamais vous donner la peine de venir répondre aux commentateurs ... vous savez que vos « analyses », tout le monde s’en fiche ?


    • JL JL 22 juillet 2011 13:13

      Pas mieux que Alpo47.

      Ceci peut-être : « Dernière proposition : prévoir la possibilité de suspendre la notation d’un pays qui fait l’objet d’un plan de soutien »


       smiley  smiley  smiley


      • ottomatic 22 juillet 2011 14:21

        « mise en place d’un régulateur fort en charge du service public de la notation financière »


        Vous qui avez organisez la destruction des services publiques utiles au français, vous osez parler de créer « un service publique » en offrant un thermomètre financier bien inutile...

        Je me demande pourquoi terra novo ordro seclorum se fait encore publier ici... vous ne glanerez aucun électeur par ici...

        • rosa luxemburg 22 juillet 2011 15:12

           TERRE NOVA LA TETE PENSANTE DU NOUVEAU FASCISME MONDIAL.

          C’est des gens comme vous qui nous ont conduit ou nous sommes c’est à dire en plein esclavagisme , mais tout se paye un jour ,comme vous faites partie du passé ,je ne désespère de vous voir diparaître prochainement...


          • ottomatic 22 juillet 2011 15:23

            Ou de les voir paraitre une dernière fois, se balançant au bout d’une corde...


          • rosa luxemburg 22 juillet 2011 16:34

             Mais ils se pensent utiles à terra nova ,ils n’ont pas encore compris ,que la plèbe du 21èmè siècle sait lire et écrire ,c’est bien la différence avec l’antiquitè de l’empire romain et l’antiquitè de maintenant.

            Ils sont dans une cage dorée par le fiel de leur vanitè et si nous ne les réveillons pas ils vont mourir étouffer les pauvres ,nous ne sommes pas si cruel qu’eux quand même !

            Je crois qu’une bonne féssée déculottée en pleine place publique et une teuteute pour les réconforter de cette humiliation,teuteute qu’ils devront payer en travaillant dans les mines d’or à la pelle et à la pioche ,leur fera peut être comprendre ce qu’ils nous font subir par leurs pensées contre révolutionnaires !

             


            • trazibule 22 juillet 2011 17:39

              Si l’Europe crée sa propre agence de notation, il ne faut pas oublier que :

              Si elle est réellement indépendante, elle risque d’arriver aux mêmes résultats que les autres (si elles le sont réellement bien sur)

              Si elle dépend trop de l’Europe, cette dépendance la rend non crédible, elle ne servira à rien.

              Dans tous les cas une agence de notation mesure la valeur d’une société que dans sa capacité à rapporter à ses actionnaires ses propriétaires, il serait temps de remplacer ceci par une notion d’utilité sociale de l’entreprise, non ? Toute la planète s’en porterait mieux.

              Mais pour cela il faut penser autrement l’économie, or ce ne sont pas les experts actuels qui sont capables de cela, ayant passé toute leur vie à apprendre, ils ne peuvent se renier à ce point !


              • gaijin gaijin 22 juillet 2011 19:14

                les agences de notation sont a foutre au feu

                cela dit le système de gestion par l’endettement que ce soit au niveau des nations où des individus est une absurdité totale
                la logique de l’ endettement c’est moins tu peut payer plus tu paye ........

                a part de manière ponctuelle c’est stupide

                je ne suis pas économiste mis c’est du bon sens paysan !


                • Proudhon Proudhon 22 juillet 2011 19:24

                  Quand on lit le résumé de Terra Bora Bora :
                  "Terra Nova est un think tank progessiste indépendant ayant pour but de produire et de diffuser des solutions politiques innovantes, en France et en Europe. "

                  Terra Bora Bora c’est plutôt un fuck people anti-progressiste dépendant de la finance internationale ayant pour but de pérenniser le système capitaliste ultra-libéral , des solutions politiques archaïques et dépassées, à diffuser dans notre galaxie, voir l’univers entier.

                  Terra Bora Bora, c’est une explosion de vieilles idées dont vous sortirez irradiés , lobotomisés pour l’éternité.


                  • Axel de Saint Mauxe Axel de Saint Mauxe 22 juillet 2011 21:24

                    Quelle blague !


                    Les agences de notation donnent un avis c’est tout !

                    Il n’y a pas de problème avec les agences de notation. S’il y a un problème, il est chez ceux qui les utilisent ! S’il y a un problème.

                    • 65beve 22 juillet 2011 22:47

                      C’est pas Sarkozy qui avait instauré une agence de notation de ses ministres ?


                      • paoum 23 juillet 2011 03:25

                        mauvaise solution pour le citoyen lambda, comme d’habitude, larbins !

                        cessez de nous donner tant de stress de savoir que des gens peuvent écrire sérieusement ce que vous écrivez...vous êtes des ennemis du peuple et vous serez traités comme tels, cessez tant que vous le pouvez, l’auteur, avant que quelqu’un ( que je bénis d’avance !) vous fasse cesser de force. smiley


                        • Alexis_Barecq Alexis_Barecq 23 juillet 2011 11:31


                          Système mort. Pas réformable.

                          Il faut faire du neuf au lieu de mettre des rustines... ce qui ne sert qu’à justifier.


                          • Bulgroz 23 juillet 2011 12:01

                            Il faut aussi interdire le guide Michelin qui influence les clients sur les choix des restos.

                            qui influence ceux qui veulent bien être influencés.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès