Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Al Qaida créateur d’emplois et de points de croissance

Al Qaida créateur d’emplois et de points de croissance

Certes, ce ne sont pas les quelques djihadistes qui se font exploser aux quatre coins de la planète en gueulant Allah Akbar qui vont endiguer le chômage endémique en France et inverser la récession. Il ne s’agit là que de quelques CDD à durée très limitée, pas même des intérimaires. Merah n’était en fin de compte qu’un petit artisan. Mais la peur panique irraisonnée ou non de l’attentat qui a envahi la planète depuis une vingtaine d’années, mais surtout depuis le 11 Septembre, a développé des réactions de protection souvent symboliques et inefficaces comme le plan Vigipirate, mais aussi toute une industrie du matériel sécuritaire, de la protection des individus et de la protection de l’espace public. Cette crainte du terroriste supposé barbu a permis de voir fleurir toute une série de compagnies spécialisées dans la fouille, la détection d’armes, d’explosif ou de colis suspects, la surveillance des lieux publics et de certains établissements sensibles susceptibles d’être pris pour cible. Que l’on soit en France ou aux Etats-Unis, à Londres, à Nairobi ou à Kampala on ne peut désormais échapper au contrôle corporel et de ses sacs ou bagages et plus seulement dans les aéroports. Partout dorénavant, la fouille est systématique avant l’accès dans les bâtiments officiels, les musées, les administrations et dans certains pays, cela s’étend aux bars, dancings, discothèques et même aux supermarchés et aux centres commerciaux. A Kampala, cette vigilance concerne même les pork joints, ces petits restaurants populaires où l’on se délecte de brochettes de porc accompagnées de bière fraiche. C’est bien connu, les islamistes n’aiment pas les mangeurs de cochon ! Un vigile avec un détecteur de métal vous fait sonner à la moindre clé et parité oblige, il existe aussi des fouilleuses pour les dames ; une femme en hidjab ne se laissant pas palper par un mâle à l’entrée d’un magasin ou d’une banque.

Voltaire avait amplement raison quand il fit dire au Docteur Pangloss, « A quelque chose, malheur est bon  » car si Christophe Colomb n’avait pas découvert l’Amérique, nous n’aurions certes pas eu la vérole en cadeau, mais non plus le chocolat. Le chocolat du péril islamiste s’appelle création d’emplois dans la sécurité et le développement du matériel de prévention (détecteurs de métaux ou d’explosifs, portails automatiques, caméras de surveillance et autres scanners). Derrière chaque portique, chaque écran, chaque entrée surveillée, il y a un homme ou une femme, c’est-à-dire un salarié. Sans Al Qaida, voilà des milliers de travailleurs sur le carreau et des chômeurs supplémentaires se retrouvant au Pôle Emploi. A l’échelle de la planète, cela devient un marché énorme. Alors on a envie de dire, merci Monsieur Ben Laden, papa à enfin un boulot !

La peur de l’attentat fait que les mesures de sécurité deviennent de plus en plus astreignantes sans pour autant être efficaces, mais cela occupe du monde et rassure les naïfs. La poudre aux yeux fait office de poudre à canon et les gogos se sentent rassurés alors qu’un individu et a fortiori un petit groupe décidé peut faire un carnage en quelques minutes sans que les forces de sécurité puissent s’y opposer ; on a vu le résultat avec Breivik et les multiples massacres sur des campus américains. Pourtant, vous les avez tous remarqué ces militaires patrouillant Gare du Nord, l’arme bien visible, déambulant au milieu des voyageurs. En fait, si deux ou trois terroristes, islamistes ou non, nous refaisaient le coup des Japonais à l’aéroport de Lod et sortaient brusquement des armes automatiques d’un sac de sport pour arroser la foule, ces militaires qui sont loin d’être de tireurs d’élite, (les tireurs aguerris sont dans les forces spéciales, au RAID ou préparent les Jeux Olympiques. Ils ne patrouillent pas dans les rues. Ceux qui y sont seraient totalement inefficaces, paralysés par la peur de commettre une bavure en abattant des civils courant partout dans l’affolement, s’ils étaient confrontés à une situation critique. Ce n’est pas les quelques centaines de balles tirées au mieux par an à l’entrainement sur cible fixe par ces militaires en patrouille qui en font des tireurs d’élite. Et puis, tirer au milieu d’une foule sur des cibles mouvantes sans se payer un passant lambda, ça ne s’improvise pas. Le plan Vigipirate est donc une coûteuse démonstration de force totalement inopérante et inadaptée. Ce n’est pas la propagande qui protège contre un lanceur de grenade, mais des tireurs expérimentés fondus dans la foule, en civil et non paradant en uniforme avec des chargeurs dans le treillis et non engagés pour une riposte immédiate. Le temps de charger un Famas et il y a déjà une dizaine de corps au sol ! La militarisation de l’espace urbain n’a jamais protégé du terrorisme, en France ou ailleurs.

La lutte contre le terrorisme, c’est avant tout le renseignement en amont, l’infiltration, pas des mesures de visibilité pour rassurer les gens dans les gares, aéroports ou devant les grands magasins. Mais revenons à la création d’emplois induite par la crainte du terrorisme. Les complotistes peuvent très bien imaginer, qu’Al Qaida n’existant pas, un lobby industriel du matériel de sécurité qui au niveau planétaire brasse des milliards et génère des millions de profit puisse commanditer de temps en temps un petit attentat à la bombe ou au colis piégé pour continuer à faire pondre la poule aux œufs d’or. On peut le subodorer quand les revendications sont écrites en mauvais arabe avec des références erronées ou inappropriées au Coran. Le but inavoué de cette engeance serait de mettre tous les habitants des pays riches en gilet en kevlar et de multiplier les détecteurs de métaux et les caméras dans les lieux publics. Selon le SNES, le marché de la sécurité présentait un chiffre d’affaires de 5.3 milliards d’euros en 2009 pour 147.000 salariés, ce n’est pas une paille ! Dans quelques années, il y aura plus d’agents de sécurité privé et de vigiles que de policier et de gendarmes (250.000). Et il est fort probable que les chiens renifleurs soient plus efficaces sous les jupes des femmes qu’au milieu d’une foule à la recherche de terroristes. Mais, crise économique et dette abyssale aidant, (Vigipirate coûtant environ un million d’euro par jour en période calme), avec la nécessité de faire des économies, le gouvernement va peut-être être obligé de revoir sa politique de sécurité en dépensant moins et mieux, en favorisant le renseignement, qui s’est montré piteux en amont lors de l’affaire Merah, plutôt que de continuer les patrouilles, les gardes statiques et les fouilles systématiques qui coûtent fort cher sans garantie probante. Ne rêvons pas, que le terrorisme islamiste soit une menace réelle en France ou simplement un fantasme, le domaine professionnel de la sécurité a un bel avenir devant lui, d’autant que l’opinion publique, sensibilisée par les médias demande de plus en plus à être sécurisée et rassurée. Et nous continuerons à dépenser des centaines de millions sans aucune garantie de parade face à une action déterminée bien organisée. Il va donc falloir là aussi produire français pour ne pas déséquilibrer la balance commerciale en achetant du coûteux matériel américain, israélien ou chinois. Combien de stand de fabricants français à la foire internationale de la sécurité ? Voilà une question à laquelle devraient répondre Sarkozy, Hollande et surtout Bayrou.

PS : faute de temps, je n’ai pas illustré mon article de photos de drones, d’armes de guerre ou de portail de détection avec une fille en bikini en compagnie d’un Russe qui ressemble à s’y méprendre à Viktor Bout, d’autres s’en sont déjà chargé à ma place. J’aurais pu cependant tenter le téléphone Thuraya, un bel objet !


Moyenne des avis sur cet article :  2.74/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • LeGus LeGus 30 avril 2012 10:36

    Docteur Yang découvre l’eau tiède bravo !
    Dommage que dans votre post-scriptum vous nous infligiez encore votre obsession monomaniaque.


    • Georges Yang 30 avril 2012 11:13

      Merci séide aux ordres pour votre intervention sur commande !


    • subcommandante subcommandante 1er mai 2012 07:29

      Le terrorisme existe belle et bien et s’appel le salafisme ! regardez donc par vous meme ici : salaf


    • Vipère Vipère 30 avril 2012 13:09

      Bonjour Georges

      Angle de vue intéressant sur la politique sécuritaire à l’échelle planétaire, en guise de réponse à de potentielles attaques d’Al Quaida !


      Thuraya ? ....


      • Pyrathome Pyrathome 30 avril 2012 14:41

        Toubib Yang, faut vous faire soigner......vous êtes la honte de la profession !!


        • Georges Yang 30 avril 2012 17:44

          Merci second séide larvaire, Morice envoie ses sbires !


        • Spip Spip 30 avril 2012 16:03

          Habitant une région frontalière, je confirme le tableau. Quand Vigipirate vire à l’écarlate, toujours le même spectacle : des bidasses à l’ancienne douane avec leur Famas sous le bras, l’air de s’em... profondément, bien conscients de leur inutilité (pour des raisons évidentes de sécurité, l’arme n’a pas de chargeur engagé ou il est vide...) Idem à l’aéroport et à la gare. Comme le dit l’auteur, un militaire lambda n’est pas efficient dans un rôle de policier mais c’est censé rassurer. Pas moi, en tout cas.

          Pour ce qui est des sociétés de surveillance, ce n’est pas toujours évident : http://www.ladepeche.fr/article/2012/04/25/1339002-neo-securite-au-bord-de-la-faillite-5-000-salaries-menaces.html

          Quant à notre supposé déficit technologique, c’est relatif aussi : http://www.pcinpact.com/news/69547-libye-deep-packet-inspection-france.htm

          Sur le fond, d’accord : la peur est politiquement et économiquement rentable, donc il faut tout faire pour que ça dure. La sécurité c’est autre chose, faut pas confondre...


          • Al West 30 avril 2012 18:01

            Moi j’ai bien aime l’article de Yang.

            Quand on voit que les Anglais mettent des lanceurs de missile sur les toits des habitations, Vigipirate ce serait presque de la dinette smiley


            • Abou Antoun Abou Antoun 1er mai 2012 09:02

              S’il est vrai qu’ Al Qaïda sponsorise les professions liées à la sécurité, cette organisation donne aussi un petit coup de pouce à certaines autres branches de l’activité :

              • Pompes funèbres
              • Chirurgie réparatrice
              • Bâtiment
              • Industrie chimique (explosifs)
              Les journalistes aussi devraient lui être reconnaissants. Al Qaïda permet de combler les ’trous’ , cela permet d’alterner avec les régimes minceurs.

              • gnarf 1er mai 2012 15:38

                La creation forcee d’emplois de securite ne genere pas de croissance, au contraire c’est une perte de croissance et de niveau de vie pour tous.


                Je m’explique : quand l’Etat decide d’investir dans ce qu’il sait bon pour l’avenir (genre ecole, infrastructure, ca arrive), il facilite la vie des citoyens et leur fait gagner du temps pour faire ce qu’ils veulent, assure un meilleur niveau d’education, ou de sante. Autant de choses qui permettent a la societe d’etre un petit peu plus efficace, et les retombees continuent dans l’avenir.

                Mais l’Etat est oblige par les delires des extremistes d’utiliser tout cet argent pour multiplier par 10 le personnel de securite et les temps d’attente dans les aeroports. Ca fait du bien a ces nouveaux employes effectivement donc voila un bon point.

                Mais il y a deux mauvais points bien plus negatifs sur la croissance, car ils concernent tout le monde :
                - cet argent n’a pas ete investi comme prevu dans des choses qui profitent a tous comme l’education ou la sante ou les infrastructures...donc l’ensemble des retombees positives sur l’avenir de tels investissements est a enlever.
                - cela complique la vie des citoyens, des employes qui doivent voyager, cela ralentit le rythme de travail et/ou fait perdre des journees de travail.

                En resume vous avez echange un investissement qui profite a tous, contre un investissement qui profite a quelques-uns aux depens de tous les autres. C’est nettement perdant.

                • Georges Yang 1er mai 2012 16:15

                  Disons que la sécurité crée un marché qui profite à un certain nombre d’entrepreneurs et que les fonctionnaires et autres vigiles font parti des « emplois aidés » c’est négatif au niveau de la dette, mais ça réduit le chômage

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès