Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Alerte aux zombies économiques !

Alerte aux zombies économiques !

Entre un P’S’ au pouvoir qui semble vouloir dépasser par la droite la majorité précédente, certains pays alternatifs, logiquement, dans une situation délicate, le centre de gravité politique semble bien dériver à droite, comme le montrent les déclarations de Le Maire, Macron ou l’évolution de la Chine.

 
L’attaque des morts vivants néolibéraux
 
Les crises à répétition (pas moins de 4 en à peine deux décennies : 1987, les pays émergents dix ans plus tard, 2001 puis 2008), l’explosion des inégalités et la difficulté à sortir de la dernière crise, le néolibéralisme devrait être au moins mis à la retraite, si ce n’est mort et enterré. Mais après une courte période de remise en question en 2009, il semble que nos sociétés s’obstinent à vouloir soigner le mal néolibéral par plus de ce même mal, comme on le voit bien en Europe, avec l’agenda qui a mené les résultats que l’on sait depuis des années. Jacques Généreux, dans son livre majeur, la Dissociété, avait décrit le phénomène psychologique à l’œuvre ici, et qui semble malheureusement s’accentuer dans les prochaines années, jusqu’au futur krach financier global, nourri par les politiques monétaires actuelles.

Bruno Le Maire, suivant le vent, a ainsi proposé de « privatiser pôle emploi  », une idée qui n’était même pas venue à une partie de la droite de la droite. On lui rappellera la conséquence de la libéralisation des services publics des dernières années, avec l’explosion des prix notamment. Emmanuel Macron, qui veut arracher les parents à leurs enfants le dimanche pour permettre aux riches Chinois de faire des courses, a commis une nouvelle petite phrase caricaturale, que l’entrepreneur que j’ai été qui en connaît les risques, à laquelle je ne peux souscrire car il ferme les yeux sur les innombrables licenciements douloureux (avec proposition de partir en Roumanie ou ailleurs) ou déconstruction de maigres droits sociaux. Mais bon, c’est ce visage du capitalisme qui est sans doute le plus populaire aujourd’hui.
 

Comme le décrivait François Lenglet, nous connaissons des cycles. Mais nous ne sommes pas encore sortis du cycle libéral, qui semble même se renforcer en Chine, dont les dirigeants parlent de politique de l’offre… La dernière crise n’a pas achevé de le décridibiliser. Espérons que la prochaine y parviendra.


Moyenne des avis sur cet article :  3.8/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • JL JL 21 janvier 10:11

    ’’ il semble que nos sociétés s’obstinent à vouloir soigner le mal néolibéral par plus de ce même mal,’’


    C’est ce que j’ai appelé l’homéopathie à doses massives.

    La propagande néolibérale dans les médias industriels comme les appelle Chomsky, n’a rien à envier à celle de Kim Jon Un. La différence, c’est que les consommateurs (nous ne sommes plus considérés autrement) occidentaux ne sont pas convoqués comme les Coréens à manifester publiquement leur adoration. 

    Quoique ... Charlie ...

    • zygzornifle zygzornifle 21 janvier 11:30

      faut ressortir le Giscard alors on aura déjà le corps .....


      • colere48 colere48 21 janvier 11:31

        La prise de conscience que nous sommes réduits à notre état de « consommateurs » est très lente à s’imposer dans l’esprit des citoyens !

        Pourtant la puissance dont chacun dispose avec « ses achats » est colossale !
        Bien plus puissant que le « vote » illusoire.
        Notez que le « boycotte » est un sujet tabou qui fait peur à tous les tenant du système établi.
        Les grandes multinationales ne résisteraient pas à des boycottes de l’ordre de 10 à 30 %
        Elles seraient alors contraintes à composer...

        Puisque le fric est roi devenons régicide à nouveau !


        • lsga lsga 21 janvier 19:08
          1. Il y a eu plus de 200 crises économiques majeur depuis le début du 19ème siècle. La crise de 1870 ayant été une des plus violentes. Rien de nouveau : le Capitalisme (et non pas le « libéralisme ») produit des crises à répétition à cause de la baisse tendancielle du taux de profit. 
           
          2. Le « libéralisme » (enfin la fin du néo-colonianisme) a grandement diminué les écarts de « richesse » à l’échelle de la planète. Si au lieu de s’appuyer sur les pseudo-sciences financières bourgeoises qui nous parlent d’argent virtuel qui n’existe pas, on s’appuie sur les richesses physiques et bien matérielles, on s’aperçoit que le niveau de vie dans les pays en voie de développement s’est considérablement accru grâce à l’optimisation mondiale de la production (relocalisation, etc.). L’écart entre le niveau de vie des castes moyennes occidentales et celui des populations du tiers monde a grandement diminué, et la misère extrême dans le monde également.
           
          Conclusion : vous vous obstinez à vouloir soigner un mal qui n’existe pas (le « libéralisme »), au lieu de vous attaquez directement à la propriété privée. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès