Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Analyse du marché de l’argent

Analyse du marché de l’argent

Suite à la correction du cours de l’argent depuis son sommet d’Avril 2011, beaucoup ont annoncé la fin du marché haussier. La performance de l’argent depuis début Janvier 2012 leur donne tort et je vais en expliquer les raisons.

Comme c’est également le cas pour l’or, dans ces analyses « grand public », aucun travail sérieux d’analyse n’est effectué, on se base simplement sur la valorisation de l’or ou de l’argent en euros pour tirer des conclusions sans analyser les ratios de long terme qui eux seuls permettent de rester confiant lorsque des phases de correction se produisent.

Une des bases dans l’analyse de la valeur réelle d’un actif est d’éliminer le facteur monétaire, et de mesurer les actifs entre eux plutôt qu’en terme de monnaie, puisque dans l’état actuel des choses le pouvoir d’achat des monnaies « papier » est détruit par les politiques inflationnistes. La croissance d’un actif mesuré en euros ne veut pas forcément dire qu’on gagne réellement de l’argent.

Une progression d’un actif en euros peut être trompeuse si dans le même temps le pouvoir d’achat de la monnaie est détruit en raison de l’inflation. C’est la raison pour laquelle beaucoup ont cru s’enrichir avec l’immobilier ces dernières années alors que l’immobilier n’a fait que répliquer l’inflation gigantesque rendue possible par la plus grosse bulle du crédit de l’histoire.

La cas de l’argent : mise à jour

Le ratio or/argent :

Ce ratio permet de déterminer comment est valorisé l’argent par rapport à l’or.

Aujourd’hui il se situe aux environs de 1/40, autrement dit une pièce d’or permet d’acheter 40 pièces d’argent.

Historiquement, le ratio s’est situé à 1/16 pendant 873 ans (de l’an 1000 à 1873), une pièce d’or permettait d’acheter 16 pièces d’argent.

Dans les 100 dernières années ce ratio a touché 2 fois le niveau de 1/16.

L’argent est donc aujourd’hui sous évalué par rapport à l’or et il se rapprochera des 1/16, voire certainement des 1/10 dans les 10 années à venir car la quantité d’argent produite depuis dans toute l’histoire est à peine 10 fois supérieure aux quantités d’or extraites. Il serait donc parfaitement logique que le ratio atteigne le niveau de 1/10.

 Il n’y a aucune raison pour que l’argent reste à ce point sous évalué par rapport à l’or (l’or étant lui même un actif sous évalué par rapport à la quantité de monnaie papier en circulation).

Le cours de l’agent ajusté du niveau d’inflation réel

En 1980 le cours de l’argent a atteint un somment historique à 50 dollars l’once. Ajusté du taux d’inflation réel depuis 1980, le cours de l’argent devrait aujourd’hui se situer à 400 dollars l’once étant donné l’augmentation de la masse monétaire depuis cette date.

Pénurie d’argent physique :

Il y a un manque important d’argent physique pour satisfaire la demande industrielle. Presque toute la production d’argent physique est consommée au niveau industriel, n’en laissant que très peu pour satisfaire la demande dite d’investissement.

L’argent est utilisé dans des milliers de produits (ordinateurs, appareils photos, panneaux solaires, etc), il n’est pas recyclé (car utilisé en petite quantité dans chacun de ces produits) et donc disparaît.

La liste des fondamentaux permettant de justifier d’un cours de l’argent beaucoup plus élevé est importante, je pourrais avancer d’autres arguments, mais elle ne suffit pas à expliquer pourquoi le cours se situe aujourd’hui à 30 dollars l’once.

Etant donné ces éléments fondamentaux qui plaident pour un cours beaucoup plus élevé, pourquoi le cours de l’argent est il si bas aujourd’hui ?

De mon point de vue on ne peut pas comprendre le marché de l’argent (et donc supporter une volatilité aussi important sur ce marché) sans prendre conscience que c’est un marché manipulé par certaines banques et des intérêts financiers puissants via des positions « short » qui viennent créer une offre virtuelle colossale d’argent « papier » que des investisseurs achètent en pensant qu’il détiennent réellement d’argent physique.

Deuxièmement il faut comprendre que l’argent, tout comme l’or, sont les ennemis déclarés du système monétaire actuel basé sur des monnaies « papier » non convertibles en actif tangibles. (Lire ici mon précédent article sur le rôle stratégique/politique de l’or pour comprendre mon point de vue)

La banque JPM Morgan a une position dite « naked short » ou position vendeuse à découvert, équivalente a 122,5 Million d’onces d’argent. La banque a vendu à découvert des millions d’onces d’argent qu’elle ne possède pas et qu’elle devra racheter un jour sur les marchés quand ses clients en demanderont la livraison physique, faisant exploser les cours.

Ces positions « short » créent une offre virtuelle d’argent qui vient déprimer les cours car l’offre devient supérieure à la demande. Tant que les investisseurs acceptent d’acheter des certificats « papier », il n’y a pas de pénurie d’argent et les fondamentaux cités plus haut ne peuvent s’imposer dans la détermination du cours de l’argent.

 Le cas des ETF et des certificats Argent est aussi suspicieux à mon sens car ces instruments financiers permettent également de créer une offre d’argent « papier » supplémentaire mais virtuelle, qui contribue à détourner la demande massive des investisseurs de l’argent « physique ».

Il n’y a pas de preuve irréfutable prouvant que ces ETF et émetteurs de certificats « argent » possèdent réellement les quantités d’argent physique qu’ils prétendent avoir. Il suffit de lire en détail les contrats de ces émetteurs d’ETF et certificats pour s’apercevoir qu’en cas de « problème » ils se réservent le droit de rembourser leurs clients en euros ou dollars, bref en monnaie « papier ».

(Si tous les détenteurs de parts, titres, certificats demandaient la livraison physique de l’argent qu’ils possèdent, je doute que tous les investisseurs puissent récupérer de l’argent physique.)

Or à mesure que les investisseurs et individus perdent confiance dans le système monétaire actuel (destruction du pouvoir d’achat des monnaies, plans de renflouement, faillites bancaires, cas MF Global etc) le mouvement vers les actifs tangibles s’accélère et se matérialise par une ruée sur l’or, l’argent physique et d’autres actifs tangibles.

Le cas récent de la faillite de MF Global, un des plus gros broker US, est révélateur. Tous les clients de cette société qui pensaient avoir investi dans l’or et l’argent via l’achat de certificats ou contrats futures (pour les convertir en livraison physique à terme) ont tout perdu. 

S’ils avaient détenu directement des quantités physique d’or et d’argent en nom propre ils n’auraient pas subi ce risque de défaut de contrepartie.

C’est cette tendance d’une défiance globale envers tout ce qui n’est pas tangible, qui fera exploser les cours à la hausse.

Quand plus personne ne voudra investir dans l’argent via des certificats, ETF, ou comptes métaux, qui ne garantissent pas la détention directe d’argent physique, alors la hausse exponentielle de l’argent (et de l’or) débutera. Car rappelez vous, la situation sur le marché de l’argent physique est extrêmement tendue.

Cette analyse est aussi valable pour le marché de l’or physique, le cours de l’or ajusté de l’inflation (et compte tenu des différentes formes de manipulations qu’il subit également) devrait être beaucoup plus élevé qu’il ne l’est aujourd’hui.

Fabrice Drouin Ristori

FDR Capital

source : https://fr.goldbroker.com/news/analyse-marche-argent-physique-manipulations-cours-44.html


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • Kobayachi Kobayachi 23 janvier 2012 15:03

    Crash JPM... buy silver.
    Je me souviens bien de cette action menée par Max Keiser. Cela avait assez bien marché avec un cours qui était monté à 50$ avant que les régulateurs ne commences a manipulé ouvertement ce marché en demandant des marges de plus en plus importantes.
    Le problème c’est qu’il y a plein de gens pour vous dire quand il faut acheter, mais personne vous vous prévenir quand il faut vendre.
    Même chose sur l’or.
    Je suis assez d’accord avec les arguments fondamentaux (marché très petit avec une grosse demande industriel), si c’est pour du très long terme, acheter de l’argent physique semble être une opération très sure pour conserver son patrimoine et se protéger contre l’inflation (à venir).
    De plus, le cours des pièces de collection en argent sont corrélé au prix de l’argent, cela permet au petit porteur de spéculer sur le cours de l’argent tout en investissent aussi dans des pièces de collection.
    Par contre l’argument du ratio or/argent ne tient pas amha. Qui peut dire avec certitude que c’est l’argent qui est sous-évalué ? Peut-être est-ce simplement l’or qui est surévalué.


    • Fabrice Drouin Ristori Fabrice Drouin Ristori 23 janvier 2012 15:34

      L’argument du ratio or/argent fonctionne parfaitement et confirme que c’est bien l’or qui est sur évalué par rapport à l’argent.


      Si l’on observe ce ratio sur le long terme, l’or est sur-évalué par rapport à l’argent quand 1 once d’or permet d’acheter plus de 15 onces d’argent, c’est largement le cas aujourd’hui puisqu’il en achète 52...

      L’or achète plus de quantité d’argent que ce qu’il ne devrait pour respecter la tendance historique.

      (Attention je n’ai pas dit que l’or était sur-évalué en euros, bien au contraire, ajusté de l’inflation son cours devrait être beaucoup plus élevé)

      cdt

      FDR



    • Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 23 janvier 2012 20:07

      Bonjour l’auteur,

      Merci pour cet article très clair qui confirme ce que beaucoup soupçonnaient, à savoir la manipulation des cours par la vente à découvert.

      Il serait intéressant de savoir l’étendue des positions « naked short » de toutes les banques confondues. Une telle donnée nous y ferait vraiment voir clair et permettrait de mesurer par anticipation la violence du retournement. Sauriez-vous où trouver de telles informations ?


      • Fabrice Drouin Ristori Fabrice Drouin Ristori 24 janvier 2012 09:17

        vous pouvez me contacter en privé > ceo@goldbroker.com




      • easy easy 24 janvier 2012 11:59

        Vous faites de l’exigence de la contrepartie physique, la pierre angulaire de votre démonstration.

        S’il est un fait que concernant les métaux, le pétrole, le maïs et l’immobilier, la contrepartie physique peut toujours être envisagée « à réclamer » (ce qui provoquerait des secousses importantes) ces contreparties ne sont dans les faits que rarement exigées.

        Nous nous sommes de plus en plus habitués à la représentation, plus pratique à manipuler

        D’autant que ça fait des lustres qu’il existe des valeurs jamais matérialisables. Par exemple les actions ou part des entreprises.

        Allez donc réclamer une part physique d’Orange



        Par ailleurs, vous estimez qu’il ne faut pas juger de la valeur de l’argent par l’aune de la monnaie au motif qu’elle n’est pas une toise absolue
        Et vous proposez alors de juger de la valeur de l’argent ./. à celle de l’or et posez implicitement que l’or est non seulement la toise absolue mais que sa cote est actuellement la bonne. 
        Il suffirait que vous vous trompiez sur la vraie valeur de l’or pour que vous vous trompiez également sur celle de l’argent

         

        Dans tous les cas, l’or restera, en dehors de ses utilités industrielles, une matière d’échange.
        Non une matière d’utilisation finale.

        Le blé, le riz sont des matières d’utilisation finale et ultime.
        L’or, parce qu’il est monnaie, est pratique et on s’est régulièrement battu à mort pour lui. Mais seulement dans la mesure où, par ailleurs, la nourriture est abondante. En cas de famine, jamais les gens ne donneront 100 kilos de riz contre un kilo d’or alors que l’inverse peut être vrai.


        Tout l’échafaudage de valorisation que vous montez sur les métaux rares peut être ridiculisé par la survenue d’une perspective de disette mondiale durable ou insoluble.





        • Fabrice Drouin Ristori Fabrice Drouin Ristori 24 janvier 2012 12:29

          Bonjour


          « Tout l’échafaudage de valorisation que vous montez sur les métaux rares peut être ridiculisé par la survenue d’une perspective de disette mondiale durable ou insoluble. »

          Les métaux précieux ont été à la base des systèmes de valorisation les plus stables depuis des siècles, cela n’avait rien de ridicule contrairement à l’étalon « papier » qui est utilisé actuellement.

          Si je peux me permettre, vous mélangez « réserve de valeur », « utilité dans les échanges » et « matières d’utilisation finale » 

          Il est inconcevable d’utiliser du riz ou du blé comme réserve de valeur à long terme. Vous baseriez la stabilité d’un système monétaire sur un étalon putrescible ?

          cdt

          FDR

          ps : L’inde vient de décider de payer ses importations de pétrole Iranien en or : http://www.commodityonline.com/news/india-to-pay-gold-instead-of-dollars-for-iranian-oil-45424-3-1.html


           


        • easy easy 24 janvier 2012 14:45

          «  »«  » Si je peux me permettre, vous mélangez « réserve de valeur », « utilité dans les échanges » et « matières d’utilisation finale »  «  »«  »

          Je ne les mélange pas puisque je rappelle précisément leurs rôles différents.

          Et je persiste à dire que les valeurs d’échange ne valent que pour autant que les valeur d’utilisation finale sont abondantes.
          Le jour où ce sont les valeurs d’utilisation finale qui ressortent rares, elles supplantent les valeurs d’échange

          En cas de famine, j’en ai connu, celui qui a du riz l’échange de préférence contre un cochon que contre de l’or 

          Quand il suffit d’un kilo d’or pour commercer de 10 000 tonnes de pétrole, l’or ressort plus commode
          Quand le pétrole devient plus rare que l’or, c’est l’or noir qui devient la valeur d’échange de l’or jaune.

          Ce que je dis sur ce fil (la relation or/riz) peut ressortir trop prématuré tant il nous semble que ce n’est pas le riz mais l’or jaune qui est rare.
          Mais s’il est vrai que pour l’instant nul ne voit de famine se profiler, en tous cas pas au point de stocker des pâtes, ce principe agit constamment sur nos échelles de valeur et depuis la nuit des temps. C’est pour cela que malgré sa rareté et sa beauté, l’or ne vaut pas si cher que ça ou que sa valeur reste limitée.

          Et encore ici parlé-je de la nourriture, qui, bien que périssable, est tout de même solide.
          Or il se pourrait qu’un jour, des valeurs immatérielles, telle la tendresse, deviennent si rares qu’elles supplanteront or et riz
          Là j’évoque la tendresse qui est un de nos sentiments et dont personne ne disputerait l’intérêt
          Mais il y a plus bête ou basique encore : Parler
          Oui, parler à quelqu’un pourrait un jour, nous apparaître plus indispensable et rare que l’eau

          C’est donc en réalité tout un ensemble de valeurs essentielles (la bouffe, le lit, le toit, la force de travail, le talent gestuel, les caresses, les contes, les câlins, les mots doux) qui constituent la base sur laquelle sont posées les toises des monnaies (billet, métal, corail)


          Si Liliane Bettancourt a donné 1,2 tonnes d’argent à Banier pour entendre des mots doux ou distrayants c’est que pour elle, c’était devenu denrée très rare.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès