Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Apologie pour un fédéralisme et pour une union politique dans la zone (...)

Apologie pour un fédéralisme et pour une union politique dans la zone euro

Les bourses européennes de ce Jeudi 18 Août se sont clôturées sur de fortes chutes. Malgré le sommet franco-allemand de cette semaine, les craintes des marchés sont toujours là. La crise Grecque était-elle un avertissement pour fédérer la zone Euro, ou une simple conséquence des caprices du marché ?

Les prêts du FMI et de la BCE ne sont que des solutions transitoires. Une histoire de prêts qui commença déjà l'an dernier afin d'aider la Grèce et d'éviter que la crise n'atteigne le Portugal et l'Espagne. 

Les pays de la zone euro et le FMI avaient alors conclu un accord le 2 mai accordant un prêt de 110 milliards d'euros. Six mois après, c'est pour l’Irlande qu'un plan de sauvetage est mis en place avec le Fonds européen de stabilité financière accordant un prêt de 80 à 90 milliards d'euros. Cet été la question s'est reposée, pour mettre en place un second plan de sauvetage de la Grèce qui s'élève a 160 milliards d'euros...

La zone euro n'est-elle alors qu'un éternel recommencement de plans d'aides et de sauvetage ?

Le risque de contagion de la dette publique : pourquoi cette crainte ? 

Nos dirigeants européens craignent la propagation de la crise de la dette publique grecque à l'Espagne, l'Italie, le Portugal, voire même à la France. Le point commun de ces pays, souvent mis en avant, est le manque de compétitivité de leur économie. Pourquoi ? Parce que c'est une économie désindustrialisée qui a détruit les classes moyennes constituant leur principale source de consommation. 

 L’ampleur de la baisse de salaire pour que les pays puissent de nouveau s'industrialiser serait inimaginable. Il est donc inutile de vouloir lutter contre la marche de l'Histoire en réindustrialisant un pays qui est naturellement plus doué pour une économie de service. 

La fin de la crise de l'Euro et de la dette publique rimera, tôt ou tard, avec fédéralisme.

La construction de l'Union européenne n'est pas finie et doit s'ouvrir sur une organisation plus fluide, pouvant anticiper et réparer les crises avec aisance. Elle peut alors prendre exemple sur le fonctionnement de certains pays comme l'Italie qui opère, par un impôt national, un transfert de revenu de la région Nord à celle du Sud [1].

Citons également l'Allemagne - pays le plus réticent aujourd'hui à l'idée d'une union politique dans la zone euro - qui interdit constitutionnellement qu’une région ait un revenu bien inférieur au revenu moyen du pays [1]. 

La politique de redistribution est une alternative raisonnable qui permettrait de mettre fin à cette politique de rafistolage de dernière minute. Elle suppose la solidarité entre les Etats qui depuis 2010 se vérifie de plus en plus en question d'économie. L'Union européenne ne fait donc que transposer les problèmes de partage des richesses que connaît chaque pays à une échelle plus grande. 

 Le sommet franco-allemand de ce mardi 17 août s'est soldé par l'annonce d'une série de mesures, parmi lesquelles la mise en place d'un "véritable gouvernement de la zone euro" ou encore d'une taxe sur les transactions financières. Ceci est un pas en avant qui n'a pourtant pas rassuré le secteur bancaire car il faudra, tôt ou tard aller plus loin, et c'est toujours par le chamboulement des évènements que l'Histoire avance et que la zone Euro se consolidera et sortira plus forte encore de cette crise. 

 

[1] Conférence de Patrick Artus sur le thème "Quelles solutions pour les pays désindustrialisés de la zone euro" dans le cadre d'un colloque international à Sciences Po d'Aix-en-Provence les 27 et 28 Mai 2011 sur "Le financement du long terme : acteurs publics et investisseurs privés aux nouveaux besoins d'investissement"


Moyenne des avis sur cet article :  2.18/5   (34 votes)




Réagissez à l'article

40 réactions à cet article    


  • jako jako 19 août 2011 08:28

    Bonjour , l’ampleur de leur crise est telle qu’il ne faut plus utiliser le vocabulaire d’avant 1980.
    Aujourd’hui le peuple constate par les faits que la gestion globale de leurs régions Européennes ne conduit pas du tout au bohneur de tous mais à l’enrichissement sans bornes de quelques uns avec la cômplicité honteuse des politiks et merdias.
    C’est cela qui se voit comme le nez au milieu du visage.
    J’ai bien peur qu’il n’en résulte de grand désordres tant que les « dirigeants » seront de-synchronisés du peuple et de sa réalité quotidienne....
    Même les plus Euopéistes comme VGE reconnaissent que cette Europe a été construite à l’envers, il y a eu un grand oubli (bien sûr volontaire) celui d’égaliser d’abord la fiscalité et la protection sociale, égaliser bien sur sur le mieux disant


    • Le taulier Le taulier 19 août 2011 10:04

      Bonjour jolie Elidie ! Pourquoi tu ne te cantonnes à écrire des papiers sur ce que tu maitrises (Saint Augustin, Kant, Sartre) au lieu de t’aventurer sur des sujets que tu ne maitrises pas.

      3 exemples :

      1- "Le point commun de ces pays, souvent mis en avant, est le manque de compétitivité de leur économie. Pourquoi ? Parce que c’est une économie désindustrialisée« 

      L’a part de emplois dans l’industrie est plus élevé en Italie qu’en France ou au Luxembour ou en Angletterre !

      2- »Elle peut alors prendre exemple sur le fonctionnement de certains pays comme l’Italie qui opère, par un impôt national, un transfert de revenu de la région Nord à celle du Sud« 

      Ta phrase ne veut rien dire, il y a aussi des transfert en Paris, l’Alsace vers la Corrèze, les Allemands de l’Ouest ont fait et font des gros transferts vers l’Est, les Flamands vers la Walonie aussi ainsi que la Catalogne vers le reste de l’Espagne....

      3- »Le sommet franco-allemand de ce mardi 17 août s’est soldé par l’annonce d’une série de mesures, parmi lesquelles la mise en place d’un « véritable gouvernement de la zone euro » ou encore d’une taxe sur les transactions financières..."

      Do you speak French ? Ce sommet ce sommet s’est soldé par rien du tout. Juste de belles intentions qui n’engage personne.


      • Emmanuel Aguéra LeManu 19 août 2011 14:35

        Faute de syntaxe dès le titre... ou lapsus (si je puis dire)... ? Ne vouliez-vous pas dire « plaidoirie pour... » ?

        Quant au reste, aucun risque, c’est le desastre habituel, le désert intellectuel, le non-article. Des chiens écrasé ou même un rubrique nécrologique mériteraient plus de place sur Agoravox.

        Elidie, pourquoi ne vous essayez-vous pas dans l’astrologie ? Vous m’avez l’air douée dans l’art de remuer le vent, ce qui pourrait attirer les âmes en perdition.

        Au reste, n’êtes-vous pas là pour ça ?


      • clercobscur clercobscur 19 août 2011 10:04

        « L’ampleur de la baisse de salaire pour que les pays puissent de nouveau s’industrialiser serait inimaginable. Il est donc inutile de vouloir lutter contre la marche de l’Histoire en réindustrialisant un pays qui est naturellement plus doué pour une économie de service. »

        Heureusement que j’avais fini de boire mon café quand j’ai lu cette phrase...

        Il ne s’agit pas de baisser les salaires, ce qui serait une ânerie monumentale, mais de retrouver nos frontières et mettre en place un protectionnisme intelligent.
        Nous faisons du libre-échange avec la Chine, qui elle applique une politique protectionniste, mais enfin ça n’a pas de sens !!!

        Contrairement à ce que vous pourriez penser, je ne suis pas anti-européen, bien au contraire. Plus de fédéralisme ne fera qu’accentuer encore nos problèmes, comment pouvez-vous faire confiance en cette europe devenue moribonde et surtout anti-démocratique ?C’est une autre europe qu’il nous faut, respectueuse des nations. Je vous ferais remarquer qu’il n’y a pas eu besoin d’un état fédéral ni même de l’euro pour bâtir les projets ariane ou airbus.

        Les économies des pays europées sont différentes, très différentes. On a déjà fait l’erreur de mettre en place une monnaie commune, arrêtons-là les frais !


        • dup 19 août 2011 10:30

          La construction de l’Union européenne n’est pas finie et doit s’ouvrir sur une organisation plus fluide

          vous êtes bien mal informée . On joue l’acte final d’une très mauvaise pièce . Il y aura pas prolonguation ni suite. ça fait 60 ans qu’on joue à ce jeu de con et l’europe existe toujours pas. les americains se tapent sur les cuisses. Ils ont des reveurs naifs en face d’eux . assistez aux cours de François Asselineau,un grand bonhomme qui vous montre comment on se joue de vous

          http://www.u-p-r.fr/

          http://www.u-p-r.fr/liste/dossiers-de-fond

          http://www.youtube.com/results?search_query=francois+asselineau&aq=f











          • zakari 19 août 2011 10:49

            bonjour Elidie

            j’ e n’arrive pas encore a définir ce qu’est l’Euro

            Par contre question de fédéralisme , je vois ici et là certaine famille réapparaitre dans les réseaux sociaux , alors que mon existence n’avait aucune réalité dans cette zone Euro


            • bretagne 19 août 2011 11:44

              Quelle connaissance sensée de la vie la charmante Elidie peut-elle avoir , vu son trés jeune âge, et son parcours de vie - disons assez théorique ?

               


              • Antoine Diederick 19 août 2011 15:16

                Bonjour Elidie,

                J’ai lu votre article en vitesse ce matin.

                Le fédéralisme européen est un thème actuel et je pense que nous allons encore en attendre parler.

                Bien sûr, comme souvent concernant , le projet européen il sera présenté comme la solution ultime , le Saint Graal, en effet puisque rien ne marche autant essayer quelque chose que l’on n’a pas encore tenté et on verra bien....

                Vous écrivez :

                « La zone euro n’est-elle alors qu’un éternel recommencement de plans d’aides et de sauvetage ?La zone euro n’est-elle alors qu’un éternel recommencement de plans d’aides et de sauvetage ? »

                C’est bien juste, cela patauge, cela chipote, cela s’agite ....

                Vous ajoutez en question :« Faut-il aller plus loin  ? »

                Eh bien, je dois avouer , que je me suis aussi posé cette question comme citoyen européen, belge de surcroit qui vit dans un pays fédéral ( un pays fédéral dans lequel aucun citoyen normal ne pourrait vous dire quel est l’organisation de l’Etat, tellement c’est compliqué. Moi même, m’en désintéresse complètement. Mais cela c’est la Belgique et ce fédéralisme là, il est celui du communautarisme).

                Faut-il fédéraliser l’Europe ? Vous voulez mon avis sincère :« Au secours, fuyons ! » Et j’ajoute :« Et loin ! »

                Et comme la planète est de plus en plus ronde et donc petite :« Fuir, oui mais où ? »

                Or donc et sans tourner autour du pot et la baratte :« Non ! »


                « Quoi, vous seriez frileux de sentiments, n’auriez vous pas compris qu’il faut sauver l’Europe ? »

                « Non »

                « Comment, mais vous vous opposez au bonheur de tous »

                « Non »

                « Quoi, encore,regardez tout ce que nous faisons pour vous »

                « Non »

                Le projet européen n’est plus un projet pour le bien commun en l’état des choses.

                Voilà, tout.

                Note de la rédaction :

                Voudriez-vous prendre un chemin de traverse, un sentier ,tenter une flânerie créatrice, nous ne pourrons plus.

                L’idéologie est la suivante : Pas de chemin de traverse.

                Ex :
                Discutant il y a quelques années avec une personne fonctionnaire Europe, je devais comprendre (injonction silencieuse du regard) que de toute façon, c’était irréversible, pas question de revenir en arrière, interdit, verboden«  et puis le geste du revers de la main qui voulait dire : » Je balaie sans hésitations vos doutes"

                Il y a une autre Europe à faire que celle proposée...et puis nous sommes pas des gosses.


                • Antoine Diederick 19 août 2011 15:34

                  Je vais m’autoriser de faire une proposition que j’aurai retenue si j’étais encore journaliste ( essayer de rester neutre et objectif, bref déontologie ) et aussi parce que cela pourrait donner à penser que je milite ou suis encarté, ce qui n’est pas le cas.

                  Allez voir la démonstration de Monsieur Asselineau, oubliez la politique, concentrez - vous sur ses explications de type économiques, sur la politique monétaire comme régulatrice économique etc...
                  bref sur ce quasi cours de gouvernance classique...et la courbe import/export...etc

                  C’est imparable, pas besoin de grands discours....

                  A partir de ce moment là, imaginons que chaque pays européen se trouve dans un « quasi optimum économique » en créant de la richesse et que nous allions en respectant nos spécificités, imaginez quelle Europe nous aurions. Il y aurait de nouveaux surplus ....

                  Pour le moment « on pète » de la thune...et pourquoi ?


                • Antoine Diederick 19 août 2011 15:38

                  correction : nous nous allions....


                • Antoine Diederick 19 août 2011 16:40

                  Kerjean,

                  Question : que pensiez-vous de l’Eurrope, il y a 20 ans ?


                • Antoine Diederick 19 août 2011 19:56

                  A Kerjean

                  Ben oui, moi aussi....je pensais la même chose tout comme vous....

                  et aujourd’hui, pfuiiittt....quelle bêtise..

                  Orwellien, autoritaire et de plus en plus bureaucratique, avec ses petits règlements à deux sous...

                  (enfin parfois, quelques directives intéressantes ).

                  Il faudra encore me convaincre à l’avenir....

                  Si elle ne parvient pas à régler cette crise d’ici 1 ou 2 ans et c’est être patient ...alors « Bye, bye...Europe »


                • loire42 loire42 19 août 2011 20:20

                  Je ploussoie a votre argument.

                  Ma guillotine est prete, mais je prendrai bien un de vos pique


                • Antoine Diederick 19 août 2011 20:43

                  a Kerjean,

                  perso, j’ai un parti pris qui me sert bien, j’essaye jamais plus, mais plus jamais de juger quelqu’un pour ses idées politiques, parce que les idées politiques, c’est l’emballage du paquet de beurre....

                  Je veux gouter au beurre....c’est à dire en manger. Je veux savoir, ce que pensent vraiment les gens, pas l’étiquette dont ils pourraient s’affubler....je veux tâter la marchandise comme un bon vendeur de bestiaux.....en politique aussi....dites nous ce que vous voulez et comment allez vous faire....


                • Antoine Diederick 19 août 2011 16:50

                  "Le sommet franco-allemand de ce mardi 17 août s’est soldé par l’annonce d’une série de mesures, parmi lesquelles la mise en place d’un « véritable gouvernement de la zone euro » ou encore d’une taxe sur les transactions financières. Ceci est un pas en avant qui n’a pourtant pas rassuré le secteur bancaire car il faudra, tôt ou tard aller plus loin, et c’est toujours par le chamboulement des évènements que l’Histoire avance et que la zone Euro se consolidera et sortira plus forte encore de cette crise. "

                  Le véritable gouvernement de la zone euro comme a écrit Monsieur Pinsolle, c’est du flan. Personne n’y croit. En revanche , je vois bien quelques hommes politiques belges qui s’y verraient.....cela permet d’’acheter des cravates, à pois pour aller en Allemagne, chez Sonia Rykiel pour aller en France...et des Saxone pour aller à Londres.

                  Ok je plaisante....

                  Autre exercice à faire : ( je suis un pilleur, cela m’est suggéré par la conférence de Monsieur Asselineau), flexibilité et mobilité du marché du travail et fédéralisme....

                  Jusqu’à présent , ni la flexibilité et la mobilité n’est apparue en Europe, n’a pas créer plus d’emploi et de la valeur ajoutée....(forcé cela ne marche bien qu’en période de forte industrialisation et de compétences peu spécialisées, en revanche les entreprises , elles se cassent)


                  • Antoine Diederick 19 août 2011 16:54

                    si quelqu’un pense la contraire, qu’il réagisse...


                  • Antoine Diederick 19 août 2011 16:53

                    Comme l’Europe se targue de faire une union par le biais économique, il suffit de démontrer par l’économie, que cela va pas... ;et c’est fini !

                    Maintenant, si nos coeurs sont épris d’un vrai système politique européen, alors c’est autre chose...
                    Sinon, c’est une Europe des marchands.....

                    Je souhaite l’Eurrope, mais pas celle-ci.


                    • Antoine Diederick 19 août 2011 16:54

                      Bien je dois quitter.

                      Adios.


                      • 1984 19 août 2011 17:55

                        Naïveté ? Stupidité ? Que répondre à un perroquet ? Pourquoi ce pseudo raisonnement a-t’il passé la modération ?


                        • Antoine Diederick 19 août 2011 18:04

                          parce qu’il faut laisser à la jeunesse le temps de se faire et que si nous ne n’échangeons pas ....

                          le vin doit toujours bonifier...si on secoue, c’est raté.


                        • Antoine Diederick 19 août 2011 18:00

                          Autre question (après je dois vraiment me tailler)

                          Quels sont les secteurs économiques qui auraient créé de l’emploi et de la valeur de manière complémentaire et durable en Europe au niveau transnational ?

                          Si oui, il y en a, faut-il des institutions européennes pour cela ?

                          (a part Airbus qui est tout de même un cas très particulier)

                          Ensuite :

                          Monsieur Delors aurait dit hier qu’il faut des euro-bonds sous peine de voir la zone euro disparaitre et ne plus être alors qu’une simple zone de libre échange....en quoi ceci serait une catastrophe.

                          L’Europe se veut une zone de libre échange...la je comprends plus. Mais nous parlons bien de Démocratie libérale, parlons nous de Démocratie sociale ?

                          De quoi parlons-nous.

                          Et pour terminer, d’accord pour les euro-bonds si cela permet de nous sauver tranquillement en étalant dans le temps la dette et de modifier les taux au fil des émissions (si j’ai bien compris cet unième artifice). Et de mutualiser cette fichue dette...encore que ....
                          Mais, cela change en rien la question de fond....


                          • Pie 3,14 19 août 2011 20:11

                            Merci d’avoir osé un article favorable à l’Europe.

                            Le populisme ambiant veut nous faire croire qu’un retour au protectionnisme et aux monnaies nationales sont des solutions économiques ( Asselineau, Dupont-Aignan, le FN et d’autres...).

                            Je pense comme vous qu’il faut au contraire plus d’intégration économique, plus d’union financière, plus de solidarité et au final plus de fédéralisme.

                            La crise actuelle peur y concourir ou au contraire nous faire perdre beaucoup de temps.

                            Wait and see.


                            • Pie 3,14 19 août 2011 20:12

                              Peut pardon, est-ce un lapsus ?

                              Cela dit, le r est à côté du t .


                            • Pie 3,14 19 août 2011 20:56

                              Pas besoin d’un S à crétinisme à moins que vous ne vouliez participer ce qui, compte tenu de vos propos me paraîtrait parfaitement justifié.

                              Comparer l’UE à la Corée du Nord est en effet légèrement hyperbolique et pour tout dire complètement crétin.


                            • loire42 loire42 19 août 2011 20:15

                              Votre carriere dans la fonction publique est toute tracée. Vous serez parfaite, anonnez les conneries de vos superieurs sans les comprendre.

                              Vous ferez Appliquer scrupuleusements les directives Européennes qui écrasent votre peuple.

                              Je me demande d ailleurs si en ecrivant cet article, vous ne vous entrainez pas a un concours. Avec EUX vous aurez la moyenne vous avez tout compris. Sur ce SITE vous serez recalé. A vous de voir ou est la vraie vie ....


                              • Pie 3,14 19 août 2011 20:29

                                Et ce commentaire plein de mépris, très con, est-ce la vraie vie ?

                                Ce n’est pas l’UE qui décide des politiques nationales, si nous étions logés à la même enseigne, tous les pays seraient dans une situation identique, or ce n’est pas le cas.

                                Demandez d’abord des comptes à vos élus nationaux et arrêtez ces majuscules insistantes et vindicatives ridicules.


                              • Pie 3,14 19 août 2011 20:46

                                Quel fiel dégueulasse, vous n’avez pas honte de cracher sur une pauvre jeune diplômée qui aura dix fois plus de mal pour trouver un travail que vous ne l’avez eu ?

                                Elle parle de solidarité et de fédéralisme et vous n’avez que le vieux cliché « ultra-libéral » à la bouche.

                                Vous êtes un vieux bourricot qui avez oublié votre jeunesse ; Je préfère miser sur l’étudiante qui va payer votre retraite.


                              • Antoine Diederick 19 août 2011 20:50

                                a Pie,

                                moi aussi, aucune raison de tirer les boulets rouges....cool


                              • Pie 3,14 19 août 2011 21:25

                                Cher Kerjean,

                                Si je résume vos derniers commentaires, je suis crétin, ignorant, obscurantiste, débile, ravis de la crêche, gland, fédéraste, ma bêtise sans argumentation mérite des pains dans la gueule...

                                De votre côté, le seul argument que j’ai pu relever affirme que 80% de notre vie quotidienne relève de l’UE, ce qui est un cliché totalement faux, rabâché par les anti-UE qui affirment avec plus de de sens de la mesure que vous que 80% de nos lois sont issues de l’UE.

                                Je vous rappelle que le parlement européen est composé d’élus, par ailleurs l’article réclame plus de fédéralisme et donc plus de démocratie au sein de l’Europe.

                                Vous réclamez de la justice et de la dignité mais êtes plein de rage et de haine, c’est votre problème, pas le mien. Insulter vous défoule mais ne résoud rien.

                                Quant à ma retraite, elle est encore très lointaine, c’est dommage, j’aurais adoré savoir que vous payez pour moi.


                              • Antoine Diederick 19 août 2011 21:29

                                jeune homme, fédéralisme ne signifie pas plus de démocratie automatiquement....

                                mais vous avez raison , jeunes et moins jeunes ont le droit de s’exprimer sans être réprimandés, sauf dans les mêmes classes d’âge....


                              • Antoine Diederick 19 août 2011 21:29

                                surtout sur des sujets pareils.....


                              • Pie 3,14 19 août 2011 21:48

                                Le fédéralisme est par définition un système politique qui respecte d’abord les pouvoirs locaux et ne délègue à l’échelon supérieur que les pouvoirs jugés nationaux ou supra-nationaux dans le cas de l’Europe, à savoir : la monnaie, la diplomatie, l’armée.

                                Dans le cas de l’UE, seule la monnaie existe, la diplomatie est fantomatique et l’armée inexistante. L’UE n’a rien d’une fédération, c’est tout juste un espace économique bancal.
                                Ceux qui voient en elle une dictature délirent, la crise montre au contraire un poulet sans tête.

                                L’espace européen est la première puissance économique du monde, il ne le restera qu’avec plus d’intégration, de fédéralisme garant de la démocratie.


                              • Antoine Diederick 19 août 2011 22:06

                                le fédéralisme suppose , comme en Belgique, des accords de coopération fédéraux....qu’il faudrait comme en Belgique négocier au début de chaque législature.....par rapport au système us ce n’est je crois pas identique comme procédé....

                                sinon, cela va foirer....

                                reste que, faire de l’harmonisation fiscale et économique, ce n’est pas gagné car il faut automatiquement des transferts des régions riches aux régions moins riches et surtout une loyauté fédérale... ;sinon , c’est pas la peine. Or, voyez ce qui se passe en Belgique.....


                              • Antoine Diederick 19 août 2011 22:10

                                donc, au vu de l’expérience belge, la démocratie peut être non respectée, si jamais la loyauté fédérale venait à être caduque.

                                Et donc le verdict des urnes pas respecté à partir du moment ou un partenaire vainqueur refuse de d’assumer sa victoire et désire rompre le lien fédéral.

                                Vous voyez....


                              • Antoine Diederick 19 août 2011 22:12

                                la Belgique est actuellement dans une situation ( mais c’est typiquement belge) non constitutionnelle.

                                Et donc, je pense, que pour avoir le fédéralisme, il faut une autre constitution que le TCE, une constituante etc.....

                                Vous savez quoi, nous vivons sur du vent .....


                              • Pie 3,14 19 août 2011 22:24

                                Vous avez raison, la belgique est un mauvais exemple mais le fédéralisme fonctionne en Allemagne, aux USA et dans d’autres pays.

                                De plus, le fédéralisme à la sauce UE ne sera jamais trop centralisateur car les histoires nationales sont très diverses. Dans le meilleur des cas, nous aurons un truc à l’allemande, dans le pire des cas un truc à la belge...


                              • Pie 3,14 19 août 2011 22:25

                                En somme un bordel démocratique.


                              • BA 20 août 2011 00:03
                                Récession aux Etats-Unis et en zone euro : l’horizon s’assombrit.

                                Les banques JPMorgan Chase et Wells Fargo ont abaissé leur prévision de croissance des Etats-Unis, la première avertissant que les risques de récession restaient « élevés », selon une note publiée vendredi.

                                Les analystes de la banque d’affaires JPMorgan Chase estiment que le produit intérieur brut (PIB) américain progressera de 1 % au quatrième trimestre, contre une prévision précédente de 2,5 %.

                                Pour le premier trimestre 2012, ils attendent une hausse de 0,5 %, contre 1,5 % auparavant.

                                « La confiance des consommateurs a chuté et le revenu des ménages s’est détérioré », souligne JPMorgan Chase, qui déplore par ailleurs la faiblesse du marché immobilier et la fragilité des petites entreprises.

                                Au total, « pour les quatre prochains trimestres, nous ne pensons pas que la croissance soit plus forte que celle du premier semestre » de 2011, écrit la banque.

                                Malgré la baisse des prix de l’énergie, « les risques d’une récession sont clairement élevés », prévient la banque.

                                Wells Fargo a également révisé ses prévisions de façon importante, même si les changements sont moins drastiques que chez sa consoeur.

                                Les analystes de la banque de San Francisco (ouest) tablent désormais sur une croissance du PIB des Etats-Unis de 1,6 % en 2011 et 1,1 % en 2012, contre respectivement 1,7 % et 1,9 % précédemment.

                                « En l’absence d’une intervention appropriée de la Banque centrale européenne, de la Réserve fédérale et de l’Etat américain, il est complètement possible que la spirale à la baisse actuelle dans l’économie et les marchés financiers ne se renforce elle-même », observe John Silvia, de Wells Fargo.

                                Ces notes suivent de peu celle d’une autre banque d’affaires américaine, Morgan Stanley, qui a abaissé jeudi ses prévisions de croissance pour l’économie mondiale et a vu les Etats-Unis et la zone euro « dangereusement proches de la récession ».

                                • bretagne 20 août 2011 10:41

                                  Et qu’est ce qu’on dit à une « jeune » qui vient d’avoir un « mastéééére » en « sciences(? ??) humaines » à l’université ?

                                  Hummmm ????

                                  On lui dit « un big mac , une grande frite et un coca light , s’il vous plaît » .

                                  lol

                                  Et dire qu’on manque cruellement d’infirmiéres pendant ce temps là....


                                  • bretagne 22 août 2011 02:14

                                    et en plus , amateur de censures pour quelques taquineries .. quand on veut s’occuper de politique , il faut avoir un peu plus de nerfs que cela , jeune demoiselle

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Elidie

Elidie
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès