Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Après le « rêve américain », le « mythe allemand »

Après le « rêve américain », le « mythe allemand »

Après le « rêve américain », voici venu le « mythe allemand ». Et si, au lieu de nous gaver d’illusions, nous revenions aux fondements de notre modèle républicain français et l’inspirions du modèle social nordique ?

Il y avait « le rêve américain » (American dream), un mythe fait de l’idéalisation du « self-made man », de la réussite à la portée de tous, d’un succès dont les symboles sont essentiellement ceux de l’avoir et du paraître, la richesse matérielle, la fortune et aussi la notoriété, le vedettariat (Star system, pipolisation). Un modèle qui justifie les inégalités car elles sont supposées répondre logiquement à une sélection darwinienne de la loi du plus fort, les pauvres ne récoltant que ce qu’ils méritent. Un modèle où on fait la charité aux pauvres, par le bon vouloir des riches qui s’achètent une image de bienfaiteur de l’humanité, plutôt que par redistribution républicaine par l’impôt. Un mythe, car les espoirs et les croyances en ce modèle sont nourris d’illusions, comme je l’ai démontré dans une précédente analyse en février 2009, reprenant l’étude OCDE de fin 2008 et l’analyse de Jacques Mistral publié dans son livre « La troisième révolution américaine » en Août 2008 (avant la faillite de Lehmann Brother qui a enchaîné la grave crise financière) : Le Modèle Américain.

 Je disais en conclusion :

« Le modèle américain, dans sa configuration actuelle en tout cas, basé sur la recherche du profit et sur l’illusion de la croissance pour tous et sur le mensonge de l’égalité des chances, est bel et bien générateur d’inégalités et a même accru la pauvreté, bien plus que dans les pays européens à niveau de vie similaire, pourtant dans le même contexte de mondialisation. Les politiques publiques à l’égard de l’enseignement et de la fiscalité, ainsi que la privatisation croissante du système de santé et de retraite, sont la cause de l’accroissement de ces inégalités.

Nicolas Sarkozy nous conduit progressivement au modèle américain qu’il admire tant, la France risque donc de reproduire ce creusement d’inégalités et de pauvreté. C’est la traduction malheureusement de sa politique actuelle : bouclier fiscal, suppression de droits de succession, franchises médicales et report des frais de santé de plus en plus vers des assurances privées, financement du RSA par les classes moyennes et pas les plus aisées, suppression de la carte scolaire (encore plus ghéttoïsante, néfaste pour l’égalité des chances)… »

 Nous avons vu les folies du système américain, responsable à la fois des causes profondes du dysfonctionnement d’un modèle de financiarisation de l’économie, de plus en plus déconnectée de l’économie réelle, et du déclenchement de la crise financière, qui a contaminé la planète dans le contexte de globalisation financière et de mondialisation économique. Nous avons vu aussi ses conséquences sociales, notamment sur les classes moyennes et défavorisées, surtout du fait de ses faibles « amortisseurs sociaux ». Nicolas Sarkozy, qui enviait le modèle américain et nous avait vanté en avril 2007 le système américain des crédits hypothécaires rechargeables, gagés sur le bien immobilier acheté (autrement dit des subprimes), évite à présent d’en parler … Je signale que parmi les candidats à la présidentielle 2007, seul François Bayrou avait alertés sur les dangers de ce modèle, qui est en contradiction avec notre modèle républicain français. Il avait opposé les valeurs prônées ou sous-entendues par Nicolas Sarkozy dans son projet présidentiel aux valeurs humanistes, républicaines et démocrates qui sont les siennes. François Bayrou avait même justifié qu’il ne voterait pas Nicolas Sarkozy au second tour précisément pour ces raisons.

 Maintenant nous entrons dans une nouvelle étape : celle du mythe allemand. Nicolas Sarkozy nous montre le succès économique allemand comme un modèle à suivre :

- sur le coût du travail, la durée du travail, les retraites,

- sur la fiscalité,

- cela commence aussi sur l’éducation (rythmes scolaires réduits)

 Il est vrai que les Allemands se sont serrés la ceinture pendant les dix dernières années, sans augmenter leurs salaires. Il est vrai que le taux de prélèvements obligatoires (impôts +charges sociales contraintes) est bien moindre en Allemagne (37% en 2007) qu’en France (43%), la moyenne de l’UE se situant à 40%[1], notamment moindre sur les charges sociales patronales, supposées expliquer une meilleure compétitivité des entreprises allemandes, notamment à l’exportation. Il est vrai que les Allemands ont mis en place une « TVA sociale », reportant une partie des charges sociales patronales en 2007 sur la TVA, en l’augmentant de 3% (une partie seulement de ces 3% était du report de charges), ayant pour effet de renchérir le coût des importations et d’opérer une « dévaluation compétitive » baissant le coût des exportations (mais leur TVA est passée de 15 à 19%, donc s’est alignée quasiment à la France et à la moyenne de l’UE).

Cependant, Nicolas Sarkozy avait justifié le bouclier fiscal (le seuil passant de 60% sous le gouvernement précédent à 50%) en citant l’Allemagne, qui l’avait mis en place, mesure censée retenir les riches créateurs d’emplois sur le territoire. Vérification faite (par la Cour des Comptes notamment), ceci s’avère faux. Ce bouclier fiscal n’existe pas en Allemagne, de même que s’avère faux la croyance que la mesure allait faire revenir les riches expatriés ou empêcher le départ des riches, ce qui a été prouvé. Faux également de prétendre que le critère de résidence des riches est déterminant pour la localisation des emplois, car les actionnaires peuvent investir dans des entreprises situées en dehors de leur pays de résidence ! Loin de se déjuger, Nicolas pousse l’audace et l’aplomb jusqu’à justifier maintenant l’abandon programmé du bouclier fiscal, sous la pression populaire et politique y compris dans ses propres rangs, en nous disant que les Allemands eux-mêmes y ont renoncé (ce qui prouve par là son précédent mensonge !).

Maintenant attachons-nous à la réalité, aux chiffres, sur le coût du travail. Dénonçons les fausses idées circulent sur le coût du travail, la productivité et la compétitivité comparés entre la France et l'Allemagne.

Voici une étude chiffrée récente (résumée sur 4 pages) comparant La France et l'Allemagne (ainsi que d'autres pays de l'OCDE) en coût de main d'oeuvre et de prélèvements obligatoires, charges sociales et impôts. Il s'agit d'un rapport à la Commission des comptes de la Sécurité sociale qui date de juin 2010 :
http://www.securite-sociale.fr/comprendre/dossiers/comptes/2010/ccss201006_fic-07-1.pdf

Les salaires bruts sont 34% en moyenne plus élevés en Allemagne qu'en France. En net de charges et d'impôt sur le revenu, l'écart se réduit car les prélèvements sont plus élevés en % en France, mais restent encore 6% supérieurs. La réduction de l'écart tient à l'importance relative plus grande des prélèvements patronaux en France et de l'impôt sur le revenu en Allemagne. Au final, le niveau supérieur du salaire moyen et du coût annuel du travail en Allemagne ne semble pas justifié par une productivité supérieure du travail et n'est que partiellement lié au nombre d'heures travaillées (d'après l'OCDE, le PIB par heure travaillée est plus élevé en France qu'en Allemagne (96,2% du niveau des Etats-Unis pour la France contre 91,4% pour l'Allemagne).

L'article comprend un passage intéressant sur la politique allemande de compétitivité et la dévaluation compétitive opérée par le transfert d'une partie des charges sociales sur la TVA en 2007 (+3%). Ce coût a été transféré des entreprises vers les ménages, ponctionnant donc leur pouvoir d'achat. Mais l'Allemagne partait d'un taux de TVA beaucoup moins élevé que le nôtre (16%) et arrive maintenant à 19%.

 En conclusion :

- le coût du travail est plus élevé en Allemagne, en brut commet en net,
- les charges sociales patronales sont plus élevées en France mais les charges sociales salariales sont plus élevées en Allemagne et donc au final les salaires allemands sont plus élevés en moyenne pour permettre aux salariés de payer leur couverture sociale, avec aussi plus de recours à des complémentaires privées santé et retraite,
- les prélèvements obligatoires sont plus élevés en France en % du PIB mais la part des prélèvements sociaux et de l'impôt sur le revenu dans le coût du travail est supérieure en Allemagne (52% contre 49,3%),
- la productivité (PIB/heure travaillée) est en moyenne meilleure en France qu'en Allemagne,

- ajoutons que malgré le succès économique de l’Allemagne en termes de croissance et d’exportations qui soutiennent cette croissance, les chiffres du chômage ne sont pas bons (7,3% en 2008, au 20ème rang, contre 7,8% pour la France).

- ce qui justifie le succès incontestable des entreprises allemandes à l’exportation, surtout vers les pays émergents dans le secteur spécialisé des machines outils, ceci malgré le renchérissement de l’Euro face au dollar et au Yuan, donc malgré la cherté relative des marchandises, c’est une expertise industrielle, c’est la haute qualité des produits, peu sensibles à la concurrence.

Dans la mesure où Nicolas Sarkozy veut faire baisser les charges sociales au motif que nos entreprises sont moins compétitives que les entreprises allemandes de ce fait, je pense que ces chiffres sont très éclairants et qu'il faut d'abord combattre les fausses idées !

Là aussi François Bayrou nous a avertis sur ces fausses idées au sujet de l’Allemagne, dans son discours au Congrès du Mouvement Démocrate du 12 décembre 2010, que je vous invite à lire ou à écouter. Il nous dit :

 « Il y a une campagne en cours qui objecte que les Allemands réputés vertueux n'ont pas augmenté leur coût du travail depuis 10 ans, alors que chez nous, c'est près de 30 pour cent d'augmentation du coût du travail que nous avons eu depuis 10 ans. Je prends ces chiffres avec précaution, car je crois, comme disait Disraéli qu'il y a trois degrés dans le mensonge : le mensonge, le satané mensonge et les statistiques !

Mais il y a une campagne en cours. Avant-hier, il y avait pas moins de trois articles de fond sur ce sujet dans les journaux économiques qui disaient cela avec des courbes qui montraient le gouffre qui était en train de se creuser. On expliquait que c'était pour cela que l'on perdait tout.

En réalité, quand on fouille, et je vous propose de vérifier cette objection, on s'aperçoit que le coût du travail français reste du même niveau ou légèrement inférieur à celui du travail allemand. Il est vrai que, en France, les cotisations patronales sont supérieures à ce qu'elles sont en Allemagne, mais le salaire direct, celui que perçoit réellement le salarié est inférieur chez nous. Au total, le coût d'une heure de travail est donc plus bas en France qu'en Allemagne, aux Pays-Bas, au Royaume-Uni, au Danemark, en Suède et au Luxembourg. Et la productivité est supérieure chez nous puisque nous avons, à l'heure de travail, la plus haute productivité du monde !
 »

 

Maintenant examinons la fiscalité allemande comparée à la France.

Il y un mois, Nicolas Sarkozy expliquait aux Français qu’il fallait copier la fiscalité allemande. Avec ce but : rester compétitif et éviter les délocalisations. François Fillon a constitué un groupe de réflexion sur ce thème. Le 8 décembre sur France Inter, au 5/7 avec Audrey Pulvar, Romain Gubert, journaliste au Point, revient d'Allemagne et fait part des fausses idées de N.Sarkozy sur la fiscalité allemande et de l'étonnement des Allemands. Voici le lien sur sa chronique : Le modèle de la fiscalité allemande, pour le meilleur et pour le pire.

Romain Gubert nous dit que les Allemands étaient très étonnés des déclarations de Nicolas Sarkozy vantant la fiscalité allemande. Leur système est très compliqué, la déclaration d’impôt que remplissent chaque année ses concitoyens fait 24 pages. « Chaque land, chaque commune, peut faire à peu près ce qu’il veut en matière fiscale. Savez vous que les propriétaires de chien en Allemagne payent une taxe ? Savez vous qu’à chaque fois que vous buvez une bière, c’est une taxe spéciale ? Et le tout à l’avenant. D’ailleurs, un Allemand sur deux utilise les services d’un « conseiller fiscal » pour l’aider à s’y retrouver. C’est dire ! ».

« - Mais tout de même, il n’y a pas d’ISF en Allemagne, ni de bouclier fiscal. Et c’est pour cette raison que Nicolas Sarkozy regarde vers l’Allemagne.

C’est exact. Les Allemands n’ont ni ISF, ni bouclier fiscal depuis une dizaine d’années. Et d’ici le mois de juin, Nicolas Sarkozy rêve de se débarrasser de ces deux boulets politiques en créant une taxation supplémentaire sur les revenus du capital.

Problème : les impôts français sont, avant la réforme, plus élevés ici qu’Outre-Rhin. Nos prélèvements obligatoires sont supérieurs. Notre TVA est plus élevée. En fait, de leur coté, nos amis allemands n’ont aucune envie d’harmoniser leur fiscalité avec la nôtre. Ils ne veulent pas entendre parler de convergence. Comme si finalement, le rêve de Nicolas Sarkozy était à sens unique.  »

J’en viens maintenant à l’éducation, surtout après la parution de l’étude PISA le 7 décembre dernier qui montre que la France est située au 22ème rang et a nettement rétrogradée depuis l’an 2000 (voir cet article du Monde). En compréhension de la lecture, les élèves français chutent de 9 points et de 6 places, passant de la 12e à la 18e places en dix ans. La France est en chute sur les mathématiques. L’école ne joue plus son rôle d’ascenseur social. L'Allemagne, derrière nous il y a dix ans, s'est ressaisie et nous passe devant en lecture, en sciences et aussi en mathématiques. J’ai lu la semaine dernière que Luc Chatel voulait s’inspirer de l’Allemagne en progression, remarquant notamment que leur rythme scolaire est très différent, les Allemands consacrant la matinée aux cours et l’après-midi aux sports, aux arts, aux activités culturelles et aux loisirs. Il se trouve que au même moment, les Allemands veulent se rapprocher du modèle français, car ils se sont rendu compte que ce rythme nuisait à l’égalité des chances et à l’ascenseur social : alors que les familles modestes envoient leurs enfants faire du foot l’après-midi, les familles aisées profite du temps libre pour faire donner à leur enfants des cours de soutien scolaire, qui sont onéreux. Il s’ensuit une différence notable de niveau des enfants selon leur origine sociale.

Sur l’éducation, l’Allemagne n’est donc pas forcément le meilleur modèle, même s’il est indéniable que nos rythmes scolaires trop chargés, trop soutenus, saturent les esprits de nos enfants et sont peu propices à l’épanouissement personnel et culturel…

Cependant, ces observations n’ont pas pour but de dénigrer le modèle allemand, car certains aspects de ce modèle sont à leur envier. Le dynamisme de leurs entreprises, le tissus industriel de leurs nombreuses PME qui maillent le territoire, la décentralisation territoriale et l’équilibre des régions, la puissance des syndicats et de la négociation entre le patronat et les partenaires sociaux, l’importance des corps intermédiaires et enfin leur modèle politique bien plus démocratique qu’en France en termes de représentation des partis (50% de proportionnelle pour les élections des députés pour les partis ayant obtenus plus de 5% des voix). Le capitalisme rhénan est aussi intéressant et assez proche de notre modèle français (sauf sur l’aspect syndical). Il se caractérise par (cf Wikipedia) :

  • un rôle important des grandes banques et une relativisation du rôle de la bourse dans le financement des entreprises,
  • une vision à long terme appuyée sur ce mode de financement et sur un système de partenariat avec les clients, fournisseurs et employés,
  • un partenariat entre de puissants syndicats patronaux et salariaux qui limite aussi bien les conflits du travail que les interventions directes de l'État dans la vie des entreprises,
  • un système de protection sociale très développé,
  • une politique de stabilité monétaire gérée indépendamment des gouvernements.

Après ces observations sur le rêve américain et le mythe allemand, je vous propose de revenir au modèle républicain français et aussi de regarder attentivement le modèle social nordique, combinant lien social, civisme et performance économique, comme l’atteste l’intéressante étude ODIS, qui vient de paraître(voir cet article de LaCroix), le rapport sur « l’état social de la France », comparé aux pays de l’UE et aussi entre régions françaises, et qui sera l’objet de mon prochain billet.



[1] voir ce rapport du Sénat qui doit dater de 2007 et aussi extrait du rapport fait dans le cadre de la PLF2010 : http://www.performance-publique.gouv.fr/fileadmin/medias/documents/ressources/PLF2010/RPO2010.pdf


Moyenne des avis sur cet article :  3.86/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • LOKERINO LOKERINO 20 décembre 2010 10:14

    conclusion seule et unique a retenir

    quel visionnaire ce Bayrou !

    dommage juste qu’il n’ait pas une très bonne vision de sa propre destiné politique et de celle de son parti
    ce serait toujours cela d’économisé !


    • Kalki Kalki 20 décembre 2010 11:09

      L’argent ne se mange pas

      Votre économie du travail disparait, l’économie disparait. Votre blabla du jour, est encore du blabla

      Le travail disparait ( pas par magie, par la technique est a cause de la volonté économique )
      :Que ce soit pour les métiers manuel

      Ou intellectuels

      Ou créatif

      Votre article aurait pu être généré par une machine.

      C’est pas beau ?

      Dites moi ?

      Vous voulez un robot industriel humanoid multifonction pour 4000 euro ?

      les entreprises, toutes les entreprises OUI
       :)

      4000 euro par robot

      C’est à dire en terme comptable( pour reprendre le domaine de l’article ) : 3 ou 4 ou 5 fois moins qu’un SMIC.

      Et pour chaque robot : il y a une force de travail minimum 3 fois supérieur, étant donné qu’une personne ne travail « que 8 heures ». ( au minimum, biensur la machine est et sera beaucoup plus efficace ).

      On chiffre le gain alors hum : en terme de capital un gain par 12 ?

      « une croissance de 120 % » en un ans je parle

      Et ca ne fais que commencer


    • Kalki Kalki 20 décembre 2010 11:20

      http://owni.fr/2010/11/14/le-« journalisme-artificiel »-est-en-ligne/

      L’entreprise Heartland Robotics annonce la production de son robot ’humanoïde’ ’industriel’ multifonction, avec des capacités de prise d’objet précise et en douceur, pour « 4000 euro ».

      http://translate.google.com/transla...

      Chose convenu : l’économie va reprendre, l’automatisation la robotique, et l’intelligence artificielle : elle aussi

      LE travail NON.

      David author : http://www.popsci.com/technology/ar... (professeur en économie au [1]) a redémontré que la classe moyenne disparaît en grande partie parce que la technologie a rendu des compétences de la classe moyenne obsolètes

      CE SONT JUSTE DEUX ETUDES D’ECONOMISTE

      Vous savez les chiens, les esclaves du travail ( qui aiment ca en plus certains, c’est de l’idéologie hein) , ca ne paye plus d’être un chien : votre esperance de vie en tant que chien est inférieur a 5 ANS ...

      Continuez les chiens allez y


    • Vilain petit canard Vilain petit canard 20 décembre 2010 10:48

      Nous avons déjà eu le Défi américain, dans les sixties... Puis le modèle suédois, le modèle danois, le retour du modèle américain, un peu du système chinois, un court moment de réussite à la française, puis l’exemple anglais tant vanté par Sarkozizi, et maintenant c’est le mythe allemand. Pfffouuuu...

      C’est bien la preuve qu’en France, on n’a plus d’idées...


      • Tassathée Tassathée 20 décembre 2010 11:37

        On a celle (d’idée) de prendre (ou de se faire imposer) les mauvaises des autres.


      • Vilain petit canard Vilain petit canard 20 décembre 2010 12:09

        Oui, on passe un peu trop de temps à béer devant ce que font les autres. Surtout que franchement....


      • jullien 20 décembre 2010 13:29

        @Vilain petit canard
        Vous avez juste oublié le modèle japonais, le modèle italien, le modèle coréen, l’exemple néo-zélandais (de politique libérale dans l’agriculture)... Et il ait possible que j’en ai oublié. Sans compter à l’extrême-gauche le modèle soviétique, le modèle chinois (avant la mort de Mao) et le modèle cubain.
        Et on ose prétendre que les Français sont chauvins ?


      • jullien 20 décembre 2010 13:32

        Vous avez juste oublié le modèle japonais, le modèle italien, le modèle coréen, l’exemple néo-zélandais (de politique libérale dans l’agriculture)... Et il ait possible que j’en ai oublié.
        Je confirme : j’ai oublié l’exemple canadien.


      • Vilain petit canard Vilain petit canard 20 décembre 2010 13:38

        Oui je me suis cantonné aux exemples vaguement bien-pensants, mais il y a également le modèle albanais, le miracle taiwanais, l’expérience abkhaze, etc. smiley


      • foufouille foufouille 20 décembre 2010 11:24

        un oubli : hartz IV


        • Dzan 20 décembre 2010 12:34

          Quand je suis rentré chez Renault en 1968, nous avions des machines outils françaises.Tours Ernault Somua, Cazeneuve, Fraiseuses Rouchaud , machines transfert ( mulitifonctions ) Renault. ect...
          Quand je suis parti à la retraite en 2000, ToursBohringer, tailleuses, Liehber, machines à mesurer Klindelberg, tous made in Germany. = tours Mitsui, centres d’usinages Japonais.

          Et où sont poassées nos industries du cycle, de la moto, du « gardening » avec les tondeuses,les motobêches à moteur Bernard, dont certeins tournent depuis 60 ans ???

          Nos gouvernements successifs de droite comme de gauche ont tout bradé.

          L’allemagne à 110 milliards d’euros d’exédents à l’exportation.
          Cherchez l’erreur..


          • Marianne Marianne 20 décembre 2010 12:54

            Merci Dzan pour vos observations réelles. Oui, le problème est là. On a laissé filé cette base industrielle qui pourtant produisait des machines de qualité.
            Tiens justement, les moteurs Bernard, c’était dans ma famille, une de mes tantes avait épousé un Bernard.


          • Kalki Kalki 20 décembre 2010 13:15

            « on a laissé filé »

            non je reformule : on a mis a délocalise les usines, et les machines a l’étranger pour des profits a cour terme

            oui cour terme, vous avez drétuit vos nations, et VOS PROPRES CHANCES

            ca adam smith , vous voyez :)

            Mais acceptez que vous avez des erreurs, et c’est cette génération « de martine aubry, a sarkozy » qui a délocalisé POUR DU FRIC


          • Kalki Kalki 20 décembre 2010 13:17

            Adam smith en avait parlé , oh tient
             :
            mais vous ne lisez pas et ne comprenez rien

            en fait : il faudrait encore croire a des menteurs récidivistes , ou c’est juste une très, très très grande incompétence, et inconscience

            Et dans ce cas il faut aussi VOUS VIRER

            mon cul c’est du jambon ?


          • ARMINIUS ARMINIUS 20 décembre 2010 13:02

            Meilleurs que nous sur les chiffres de l éducation, du chômage, de l’économie et surtout de l’exportation, il y a plus miteux comme mythe. Bien sûr tout n’est pas idéal en Allemagne mais il y a de bonnes idées à prendre , surtout en matière d’économie...certaines entreprises françaises ont déjà emboité le pas, d’autres peuvent jouer à« en attendant Bayrou » il est à craindre qju’elles attendent longtemps...


            • Kalki Kalki 20 décembre 2010 13:11
              Allemagne : Le SPD inscrit le Revenu de Base dans son programme
              Après l’annonce à Genève par Samuel Bendahan de l’inscription de l’Allocation Universelle dans le programme du PS Suisse, c’est le SPD qui inscrit ce principe dans son programme politique officiel (Si comme moi vous ne lisez pas l’Allemand, vous pouvez consulter la traduction automatique de Google). Dans ce document pdf le SPD se positionne sur 800 € / mois pour un adulte et 500 € / mois pour un mineur.

            • Kalki Kalki 20 décembre 2010 13:12

              Vous voyez ca : ca doit faire partie de ce que marianne, sa clique,

              sarkozy, les finances, la droite, la bourgeoise mondial

              ne veux pas

              d’ou l’interet de critiquer l’allemagne !

              hein marianne, ou ou ...

              ouf ouf


            • zelectron zelectron 20 décembre 2010 18:44

              @Dzan
              Certains sur ce site n’ont jamais senti l’odeur du fer ou de l’acier usiné mais ce n’est rien a comparer aux députés, sénateurs et autres hauts fonctionnaires de tous poils qui n’ont rien compris, n’entravent que dalle et ne choperont toujours que fiffe dans l’avenir.


            • ddacoudre ddacoudre 20 décembre 2010 15:04

              bonjour marianne

              notre modèle se meurt,et tous les jours se construisent les conditions de son changement.
              je disais souvent que nous avions le cerveau gelé. connaissant les effets délétères de l’organisation US, nous pensions que ses effets nocifs s’arrêteraient à nos frontières comme le nuage de Tchernobyle. encore heureux que notre système social est servi de tampon, mais plus on le mettra à mal plus les symptômes du mal US apparaitront, et l’Allemagne y succombera aussi, elle résiste par syndicalisme puissant qui pèse sur les gouvernants pour ne pas laisser filer ses industrie, jusqu’à quand.

              a mon sens F Bayrou devrait plutôt que d’espérer trouver des solutions dans un modèle moribond, il devrait essayer d’envisager l’avenir, en quelque sorte trouver une sortir du système capitaliste servile.

              cordialement.


              • agent orange agent orange 20 décembre 2010 17:54

                Pour « vivre » le rêve américain il faut dormir !


                  • Marianne Marianne 20 décembre 2010 19:44

                    Ce n’est pas de la propagande. Ce sont mes convictions et quand je les fais partager, c’est sur des analyses de fond, sur les idées. Je ne suis aucunement payée et n’attends aucun poste en retour. Tous ceux qui me connaissent le savent.


                  • ffi ffi 20 décembre 2010 20:09

                    Pourquoi limiter l’inspiration à la période républicaine, qui sont 200 années de pratique politique assez inégales, alors que la France existe depuis 1 millénaire (avec quelques heures glorieuses sous Colbert) ?

                    Comparez le patrimoine de l’ancien régime, dont la qualité est reconnue et fait l’attrait touristique du pays, avec les banlieues de la république.

                    Mieux vaut nous inspirer de ce qu’il y a de mieux chez nous, car c’est ce que l’on comprend le mieux, plutôt que de fantasmer sur de soi-disant paradis lointains dont on ignore tout.


                    • Ferdinand_Pecora 20 décembre 2010 20:38

                      La vraie Amérique, c’est celle de Franklin Delano Roosevelt, qui eut les tripes de s’attaquer frontalement à Wall Street avec la Commission PECORA et le GLASS-STEAGALL.
                      Aujourd’hui, c’est Lyndon LaRouche, là-bas, et Jacques CHEMINADE, en France, qui portent ce combat, par delà les calomnies.


                      • Robert GIL ROBERT GIL 20 décembre 2010 23:47

                        pour comprendre ou nous allons a ce rythme a vouloir absolument mettre nos pas dans ceux des americains, voici un petit article sur le fameux reve americain

                        http://2ccr.unblog.fr/2010/11/21/modele-americain/

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès