Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Arcelor n’est plus Français...

Arcelor n’est plus Français...

Si vous avez regardé la composition de la nouvelle direction d’Arcelor/Mittal, vous vous êtes sans doute aperçu qu’il n’y a plus aucun français dans cette équipe. Alors que c’est quand même Usinor, ses installations industrielles et ses équipes qui avaient formé le noyau dur d’Arcelor dont je rappelle qu’elle était la fusion des aciéristes français, espagnol et luxembourgeois.

Un directeur général Luxembourgeois, trois représentants de la famille Mittal dont le fils de Laskmi Mittal aux finances, un autre luxembourgeois et un espagnol. Quant au Conseil d’Administration, il reste présidé par le Luxembourgeois Joseph Kinsch. Le siège social reste également à Luxembourg.

Aucune réaction du gouvernement français qui, pourtant, avait été tout à fait en pointe au moment de l’annonce de l’Opa de Mittal pour faire parler haut et fort son patriotisme économique.

La compétence des personnes choisies ne fait aucun doute et a été le facteur prédominant, je pense, dans ce choix. Il se peut quand même que certains facteurs externes aient influencé un tel choix. Par exemple le fait que le gouvernement Luxembourgeois, contrairement au nôtre qui s’en était dessaisi, possédait toujours une participation de 5 pct dans Arcelor.. Ou le fait que les Luxembourgeois aient été beaucoup plus diplomatiques dans leur expression publique que le gouvernement français. Une revanche sur l’esprit gaulois et notre attitude volontiers "donneurs de leçons" peut être.

Peut être aussi l’attitude du PDG français, Guy Dollé, qui a beaucoup critiqué Mittal, parfois de manière méprisante, pour capituler en fin de compte avec des méthodes un peu limites(externalisation de Dofasco dans une fondation, appel à Severstal). Cette position agressive a bénéficié aux actionnaires (dont lui-même je suppose pour ses stocks options) qui ont vu le prix final de ces actions payé par Mittal sérieusement réévalué mais pas nécessairement aux salariés français.

Il reste des Français dans l’organisation Arcelor Mittal dans le deuxième cercle du pouvoir et peut être faut-il tout simplement attendre que cette génération vienne prendre la relève. C’est tout de même triste de voir que nous n’avons pas pu négocier une représentation plus importante des Français dans les instances dirigeantes du groupe...


Moyenne des avis sur cet article :  3.89/5   (76 votes)




Réagissez à l'article

34 réactions à cet article    


  • Ar Brezonneg (---.---.114.230) 9 août 2006 12:23

    Eh oui, apres ces centres de production vont etre démantelés peu à peu... En laissant de belles friches industrielles... DEs chômeurs en masse.. Une perte énorme du savoir faire, des brevets industriels évanouis dans la nature.... Et quand on voudra avoir ou faire des rails, des bateaux, des chars, des sous marins , des canons, il faudra les acheter en Inde ! Et nos soldats se verront retourner contre eux les aciers inventés par des ingenieurs francais.... C est pas beau ça ?


    • (---.---.22.85) 9 août 2006 15:55

      Euh. Tu as déjà vu démanteler un haut-fourneau ? C’est un peu lourd à déplacer, non ?


    • tartator (---.---.52.177) 9 août 2006 18:41

      j’habite pas loin de Florange (Moselle), et j’ai vu des usines (USINOR, SACILOR...etc) entières démantellées et partir pour la chine, peut importe la taille, quand ça doit partir, ça part, et on se retrouve comme des cons sur le carreau (de la mine, de l’usine, de tout ce que tu veux) tout celà à cause d’une paire d’énarques qui ne voient même pas le bout de leur nez, on va finir par faire des paniers en osier qu’on ira vendre sur le bord de l’A 31 aux touristes du nord qui déferlent vers le sud...et creuver la faim à côté du plus riche pays européen, le luxembourg, le pays des lulus....et du pognon-roi


    • Zermikus (---.---.36.102) 12 août 2006 21:37

      D’abord, une usine métallurgique, il n’y a pas que les hauts-fourneaux ! Il y a même beaucoup de choses autour, vraiment beaucoup... Je peux vous dire qu’en Basse-Normandie (Caen), il y avait des mines de fer, et une aciérie... (Je suis même descendu dans la mine -550 m, on est très en-dessous de la mer). Bref, le minerai normand est devenu trop cher, car il fallait l’acheminer, par train, depuis ... 25 km... L’usine a donc acheté son minerai en Pologne, et la mine à fermé (heureusement que j’étais remonté...). Et puis, même avec le minerai polonais, le kilo d’acier normand est devenu encore trop cher lui aussi, alors, l’usine a fermé. Puis elle a été totalement démontée, batiment par batiment, piece par pièce, puis remontée ... en Chine... Il paraît que là-bas, l’acier est devenu parfaitement rentable...


    • Marceldewendel (---.---.217.108) 14 août 2006 00:38

      Tu oublies une chose, ami de la Fensch, avec la flambée actuelle du prix de l’acier (Chine, Inde...), nos mines seraient de nouveau rentables aujourd’hui, et de la minette, il en reste !


    • tartator (---.---.52.177) 14 août 2006 10:58

      tu as tout à fait raison, mais ce n’est pas moi qui ai oublié que la minette était rentable depuis quelques années déjà, mais bien un gouvernement préoccupé au bradage des outils stratégiques de la france et sa clique d’énarques bien-pensants qui continuent à précauniser l’ennoyage des puits...et le charbon est encore à disposition pour 150 ans minimum...et rien de bouge


    • Marceldewendel (---.---.217.108) 14 août 2006 14:53

      Nous sommes quelques uns à savoir que des sommes colossales ont été attribuées au sauvetage de la sidé lorraine, mais que ce pognon a été investi ailleurs (Marine-Wendel), par le gendre des de Wendel, notre Grand Ami Ernest Antoine Sellières, copain-coquin de la droite au pouvoir depuis trop longtemps.

      Et il se trouve encore à Thionville des connards pour élire un JM. Demange, liquidateur des dernières ressources industrielles du secteur.

      Allez, si on se croise à la Passerelle, je te paye un verre.


    • Jaimz (---.---.101.8) 9 août 2006 12:28

      Etant donné qu’il s’agit d’une entreprise privée, côtée en bourse et dont les actionnaires sont pour majorité des fonds de placement étrangers, je ne vois pas pourquoi une représentation Française serait souhaitable ? D’autant plus que la majorité des activités d’Arcelor ne s’effectuaient plus en Europe où la sidérurgie est en déclin.

      Par contre vous avez raison sur le point où si l’Etat français avait conservé une participation au capital, cela aurait pu justifier ses commentaires et ses pressions qui sont comme vous le dite, restés lettres mortes.

      Il apparaît dès lors très clairement que tout ce remu ménage n’a pas eu d’autre but que de faire relever l’offre Mittal, faire grimper le cours d’Arcelor avant son rachat et ainsi permettre aux cadres français (amis proches de nos ministres) de partir en faisant de beaux bénéfices !


      • Vincent (---.---.73.180) 9 août 2006 12:36

        Arcelor a été racheté à des actionnaires privés, à quelques petites broutilles (états luxembourgeois et belge). Arcelor n’est plus français aujourd’hui, mais il ne l’était déjà plus avant Mittal. On n’est pas français parce que l’on a un pdg français. Pourquoi cette espèce de nationalisme ? Arcelor est encore européen.


        • faxtronic (---.---.127.45) 9 août 2006 12:56

          Qu’est ce que tu entends par « Arcelor est encore europeen » ???


        • Paldeolien (---.---.113.141) 9 août 2006 14:01

          Encore Européen... avec 51% d’actions Etats-Uniennes... Mouarf, j’aurai bien aimé trouver des chiffres de ça, pour voir.

          http://www.arcelor.com/?lang=fr&page=49&tb0=184

          Qu’est ce qu’ils vont déja faire à investir en Turquie ? Ils sont déja Européens la Turquie ?

          J’adore ce passage sur leurs site. Objectif de citoyenneté responsable

          Objectifs * Développer des plans de reconversion professionnelle et de réindustrialisation des sites en cas de fermeture d’unités.

          On pourra pas leur repprocher de pas avoir été prévenu !

          Enfin c’est rassurant, avec les cours des metaux qui grimpent en flèche, c’est bon de savoir qu’on va installer des lignes de production en turquie. Surtout que la turquie, c’est loin du Liban, bien à l’abri de la guerre.


        • JC BENARD (---.---.92.11) 9 août 2006 14:27

          Et oui, le patriotisme d’entreprise sans en avoir les moyens, ça a moins de gueule !!!

          Merci à MM CHIRAC, De VILLEPIN et BRETON de nous avoir une fois de plus montré que « les promesses n’engagent que ceux qui y croient ».


          • Jean Louis Schlesser (---.---.63.34) 9 août 2006 14:38

            Je ne sais pas d’où vient cette idée saugrenue qu’ARCELOR était français. Arcelor était en partie français, en partie luxembourgeois, en partie espagnol. L’état luxembourgeois était le plus grand actionnaire, le président du CA était toujours luxembourgeois, le siège social toujours à Luxembourg. Alors, reprenez-vous les gars !


            • Rage Rage 9 août 2006 15:40

              Une chose est certaine : L’acier n’est plus produit en France, les ouvriers et le savoir faire sont à la porte et surtout, nous n’avons plus aucun contrôle sur l’acier. Nous devenons donc dépendants, et qui dit dépendant dit... exposé à toutes les hausses des cours (et manipulations).

              Et après on viendra nous dire que l’immobilier est cher parce que les matériaux le sont... Normal ! On a tout vendu à d’autres pour qu’une minorité, aidée par le gouvernement puisse partir avec le pactole !

              Là où on pourra se marrer, c’est quand des entreprises du type EDF ou FT se feront racheter et qu’avec l’argent des contribuables ayant construit les centrales nucléaires on soit obliger de payer un opérateur étranger pour une installation payée et située sur notre sol...

              Qui a dit que les histoires de gros sous ça sent mauvais ?


              • (---.---.59.170) 9 août 2006 16:32

                Encore une entreprise dirigé par un Enarque qui se plante..

                En tout cas, le gouvernement s’est ridiculisé !

                De quoi vient-il se méler ? C’est privé, ca ne le concerne en rien, au lieu de donner des conseil degestion (on crois réver !) il ferait mieux de s’occuper de compter ses fonctionnaires dont il ignore toujours le nombre.

                J’espére que lors des prochain départ du CAC40 vers l’étranger, il sera plus discret.

                « Eh oui, apres ces centres de production vont etre démantelés peu à peu... En laissant de belles friches industrielles... DEs chômeurs en masse.. Une perte énorme du savoir faire, des brevets industriels évanouis dans la nature.... »

                Ouin, mais tu as le plus jolie systéme fiscal du monde, et sociale aussi, donc on ne peut pas tout avoir. En plus le départ de cette boite réduit les inégalité en France, c’est statistiquement imparable. Or que veut le plus au monde un franchouillard que la réduction des inégalité ?


                • Herrmes (---.---.171.130) 9 août 2006 16:38

                  Tout à fait d’accord ! Voici un bel échec de la politique de sécurité menée par le gouvernement (en effet la sécurité ce n’est pas uniquement les dépassement de vitesse) , mais c’est aussi l’indépendance du pays en matière d’énergie et de production de matière première nécessaire (fer,acier,aluminium). C’est aussi un échec de l’Europe puisque aujourd’hui il y a un monopole de fait pour l’acier (Mital) et pour l’aluminium (Alcan). Alors quoi faire ? Quitter l’Europe et renationaliser pechiney et usinor ? Mais qui à gauche comme à droite aura le courage de dire que nous nous sommes complètement trompés ? Et quels autres options avons nous quand mondialisation rime avec pauperisation des pays industrialisés et exploitations accentuées des pays du sud.


                  • Internaute Internaute 9 août 2006 18:21

                    J’aimerai que quelqu’un se penche sur l’histoire de la sidérurgie en Europe, maintenant que la page est tournée.

                    Aurait-on pu faire autrement ? Pendant des décennies les bassins de Lorraine et Le Creusot ont eu de graves difficultés économiques. Les socialistes et les communistes ont poussé à la roue pour que tout tombe en faillite. Ce fut la curée sur les Wendel et sur Schneider. Sous Pompidou si ma mémoire ne fait pas défaut on a lancé l’idée de la sidérurgie sur l’eau puisqu’on travaillait surtout à l’export et qu’on pouvait ainsi diminuer les frais de transport. On déplacé la sidérurgie à Fos sur Mer et créé Usinor à Dunkerque.

                    Au final, tout à foutu le camp et cette industrie qui n’a d’européenne que sa boîte aux lettre est passée aux mains de la famille Mittal. Pourquoi les socialistes ne font-ils pas à Mittal le coup qu’ils ont fait à Wendel ?

                    Quelles furent les erreurs à ne pas refaire ? Peut-on en tirer de solides leçons ? Le plus grave est la dépendance dans laquelle nous sommes tombés. Peut-être aurait-il mieux valu avoir une petite industrie nationale, ne vendant rien à l’extérieur de l’Europe et dimensionnée pour satisfaire nos besoins et notre indépendance. Est-ce que Arcelor préfigure les résultats de l’OMC ?


                    • (---.---.59.170) 9 août 2006 19:14

                      « Les socialistes et les communistes ont poussé à la roue pour que tout tombe en faillite. »

                      Complétement faux : les socialo ont arrosé de subventions ces industire (production de 3 fois la consomation réel du pays), subventionné ces regions, évidemenbt en pure perte. La CGT à refusé toute reconvertion, menacer les patrons des nouvelles entreprises (et même cramé l’une d’elle), qui ont finis par déguérpire . Tu m’étonnes qu’il y ait du chomage aprés ! Ca à couté des centaines de milliards, en pure perte évidement.


                    • tartator (---.---.52.177) 9 août 2006 18:33

                      arcelor, un mix luxo-indien ? je dirais plus exactement une grosse histoire de pognon entre mecs qui n’en ont rien à faire de l’acier...pour bien connaitre les lulus (les habitants du luxembourg) je doute qu’il y ait rien de bon à attendre de cette fusion (de ce hold-up serait plus juste), et dans cette histoire, je suis bien heureux de constater que la France (avec un grand F), de sa voix forte et ferme, a fait valoir sa position de défenseur d’une industrie éminement stratégique, comme elle a su la faire entendre lors du démentellement de la sidérurgie...chez moi, les villes se terminent en « ange » et les friches industrielles et les parcs d’attractions où trainaient dans le temps des petits bonhommes bleus à bonnets blancs (les schtroupfs, pas les ouvirers de la sidé) ont remplacé les hauts fourneaux d’où sortait l’excellence d’un métier, qu’on a balancé depuis longtemps dans des rivières d’indifférences...alors lulu ou indien, arcelor, on s’en fout un peu...on finira en réserve naturelle, en zone touristique et en parc à bétail pour les nantis...


                      • Nicolas (---.---.90.138) 9 août 2006 22:12

                        Arcelor n’est plus français ? il va pourtant tourner, produire et rapporter de l’argent aux proprio. Vous croyez que les anciens dirigeants se faisaient du soucis pour les travailleurs ? La France ; ce n’est pas le nombril de la terre. Elle ne fait pas tourner l’économie mondiale , pas même européenne. Alors...., de la dignité dans la défaite.Les plus forts ont gagnés, ils faut leurs faire confiande.


                        • Hermes (---.---.171.130) 10 août 2006 08:51

                          Désolé mais je ne suis pas d’accord. Le droit d’expression est un droit premier. Mais tes moyens d’expression sont en correlation avec ton independance en terme economique (energie et matiere premiere). En gros la braderie (Pechiney-Arcelor) et demain EDF et GDF, signifie que pour la prochaine guerre « Irakienne », nous n’aurons plus les moyens d’exprimer notre opposition. Cela n’a rien a voir avec le fait quelles soient Françaises ou non. La France n’est pas le nombril du monde et on s’en moque. Par contre son droit à s’exprimer, à garantir un minimum de chose à sa population, c’est cela qui est en jeu aujourd’hui.


                        • olivier (---.---.229.136) 10 août 2006 09:47

                          De toute facon la position de la France tout le monde s’en tape et ca c’est la realité. Ca s’est verifié en Irak d’ailleurs et ca se verifie au Liban et au proche orient en general. Une seule position compte de nos jours : celle des americains. Nous, notre position c’est a 4 pattes ou a la rigueur sur le dos ! Et estimons nous heureux que la puissance dominatrice soit un democratie. Un bref retour sur l’histoire doit pouvoir montrer que c’est rarement le cas.

                          Je le regrette prodondemment mais c’est ainsi. Dire le contraire c’est se voiler la face.


                          • (---.---.59.170) 10 août 2006 10:47

                            Surtout on voit pas le rapport entre l’Irak est EDF/GDF/Syez/Arcellor ?????

                            Arcellor est racheter parce que :

                            - Trop d’impôt en France => Les riches ont quité la France.
                            - Pas de fond de pension =>Les investisseurs sont donc majoritairement étranger
                            - Trop de Loi socialiste qui complique énormément le travail, décourage l’investissement et protége trop le salarié => L’air est plus pure ailleur
                            - Dirigé par un Enarque => 50% des énarques ayant fait un passage dans le privé se sont planté et sont redevenu de simple fonctionnaire


                          • nicolas bl nicolas bl 11 août 2006 06:27

                            j habite en nz et bien je peux vous dire que ici les salaries aimeraient bien avoir les memes conditions que ceux de france,ici c est 15 jours de conge payer/an,pas de secu,pas de chomage,pas de charge sociale pour l employeur,en clair l investisseur,donc riche au depart,devient plus riche encore,avec cette argent il investie dans l immobilier,resultat,des prix innaccessibles pour le menage moyen,a cela il faut ajouter l ecole est payante,15 mns au dentiste coute 1 semaine de salaire.ils sont bien les francais quand meme....


                          • ec (---.---.191.128) 10 août 2006 10:36

                            Normal, selon la loi de cause à effet. Il est inadmissible de penser pouvoir manger sans travailler.L’Inde (ou bien un autre pays)nous l’imposera. car les faits sont les faits. Cela a toujours été depuis la splendeur de la Mésopotamie. Le travail ne manque pas dans le monde ..... Il est donc naturel qu’un patron se méfie de certains états d’esprit dans son entreprise : lui est certainement certain de ne pouvoir faire tourner son entreprise avec eux.


                            • (---.---.251.78) 11 août 2006 05:50

                              arcelor était français ?


                              • faxtronic (---.---.183.158) 12 août 2006 11:07

                                Arcelor n’etait pas du tout français, c’est une societe luxembourgeoise avec des capitaux espagnols, luxembourgeois et français. Franchement on s’emmerde pour rien


                              • Serge (---.---.221.127) 12 août 2006 11:32

                                J’ai vendu mes actions Arcelor à Mittal après la deuxième proposition, donc avec quand même une certaine frilosité entretenue par les médias. Pour douze actions vendues je touchais 150 euros et obtenais 13 nouvelles actions du groupe arc-mittal. J’avais 48 actions, sachant que j’avais acheté les actions à 13 euros l’unité ce fut une très bonne opération. Finalement je crois qu’il faut s’ouvrir un peu, après tout on a bien acheté Universal et les américains n’ont pas hurlé à « l’invasion barbare » !


                                • The-Bee (---.---.223.153) 13 août 2006 12:03

                                  Effectivement, tout le monde est inquiet en France de voir une grosse partie du groupe désormais aux main de la famille Mittal, qui pour l’anecdote a précédemment racheté un grand nombre d’usines en asie pour 2 sous espagnols ! L’enjeux chez nous est très différent. En effet, les usines asiatiques fabriquent de l’acier, certes, mais ce n’est que de l’acier de basse qualité dû aux matieres premières utilisées et aux procédés de fabrications qui préfèrent faire du tonnage plutôt que de la qualité, et reservé au marché asiatique, en plein développement. Or l’acier européen est de tres haute qualité, pour répondre aux exigences des clients de l’aéronautique et de l’automobile entre autre, et ceci est une garantie dans le moyen terme en tout cas. Nos usines ne sont pas encore prêtes de fermer. Donc pas de panique, la seule différence que l’on verra sans doute dû à cette « fusion » c’est une réorganisation des grand pontes du groupe. La stratégie de ce nouveau groupe (le plus gros groupe sidérurgique du monde) se calquera normalement sur celle du groupe Arcelor. On ne peut donc pas dire que les principales usines francaises (Dunkerque et Fos) vont fermer en tout cas pas dans les 15 ans à venir.


                                  • tchoo (---.---.152.46) 13 août 2006 15:49

                                    Pas de français dans le staf ! et alors

                                    qu’est ce que cela changerait

                                    rien

                                    il y a longtemps que le patriotisme, national ou européen ne fait plus partie du monde des multinationales Alors les dirigeants d’ Recelor Mitté serait esquimau que cela n’aurait strcitement aucune influence sur la raison d’être de l’hydre !................


                                    • Leo (---.---.85.64) 13 août 2006 18:23

                                      Tout ca pour ca ! Le comportement de nos hommes politiques sur ce coup-la aura ete afligeant ! Quant a Dolle qui critiquait Mittal et sa « monnaie de singe », il aura ete pire que tout. Il a fait monter les encheres pour s’en mettre plein les fouilles et s’est tire les poches pleines. A aucun moment les interets des salaries et de la France n’ont ete pris en compte. Et nous nous sommes fait, une fois encore, ridiculiser ! Maintenant Mittal a les pleins pouvoirs. A aucun moment les dirigeants d’Arcelor et nos gouvernants n’ont, face a lui, fait le poids.


                                      • tartator (---.---.52.177) 14 août 2006 10:57

                                        tu as tout à fait raison, mais ce n’est pas moi qui ai oublié que la minette était rentable depuis quelques années déjà, mais bien un gouvernement préoccupé au bradage des outils stratégiques de la france et sa clique d’énarques bien-pensants qui continuent à précauniser l’ennoyage des puits...et le charbon est encore à disposition pour 150 ans minimum...et rien de bouge


                                        • Frédéric (---.---.151.69) 17 août 2006 09:48

                                          Et Seb qui rachete Supor, le n°1 Chinois des cocotes minutes, il va acheter son acier ou ? ;)


                                          • Antoine Diederick (---.---.231.241) 20 août 2006 22:44

                                            Arcelor n’est plus français soit...mais il n’est plus belge et il n’est plus luxembourgeois soit...

                                            Le France n’avait pas le monopole de l’Arcelor.

                                            Je sais qu’il n’est de bon bec que de France...mais la France n’est pas le nombril du monde...le sachant vous grandirez un peu...la France est essentielle mais pas indispensable...quand elle redeviendra indispensable, nous ne reparlerons....

                                            Ce post pour avoir le mme regret que vous mais ce regret n’est pas français, il est européen, il est plus particulièrement belge pour ma part...

                                            Ceci dit comme vous, je regrette le temps qui court tout du long et j’espère la résurgence d’autres matins plus glorieux...

                                            Mais quoi, avions nous le choix ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès