Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Assurance chômage : La CFDT osera-t-elle fragiliser le mouvement du 29 (...)

Assurance chômage : La CFDT osera-t-elle fragiliser le mouvement du 29 janvier ?

Il est vraiment attendu le mouvement de grève générale lancé par toutes les centrales syndicales. Attendu par les salariés qui n’en peuvent plus mais aussi par le gouvernement et la majorité présidentielle qui souhaitent à l’instar du Président prouver que "maintenant lorsqu’il y a une grève en France plus personne ne s’en rend compte".

Les organisations syndicales CGT, CFDT, CFTC, Force ouvrière, Unsa, Solidaires, FSU et CFE-CGC se sont d’ailleurs réunies lundi matin au siège de la CFE-CGC, à Paris, pour élaborer ce texte décrit par Gérard Labrune, secrétaire général du syndicat des cadres, comme le "fondement" de la mobilisation ... / ... "C’est un espoir pour les salariés et pour le syndicalisme qui sait trouver son unité dans les moments graves", a pour sa part estimé Jean Grosset, son homologue à l’Unsa, interrogé sur cette unité exceptionnelle, malgré les divisions actuelles sur la réforme de l’assurance chômage. Source L’Express

De quelle divisions parle Jean Grosset ?

Il s’agit de la valse hésitation de le CFDT sur la signature de la nouvelle convention de l’assurance chômage.

Le 24/12/2008 , Philippe Réau écrivait sur le site de la CFDT :

Après dix-sept heures de négociation, les partenaires sociaux ont achevé leurs discussions dans la nuit du 23 décembre sur la convention Assurance-chômage sur un texte que la CFDT soumettra au Bureau national le 8 janvier. Ce texte présente « une avancée, une réserve et deux regrets », a commenté en fin de négociation Gaby Bonnand, le chef de file CFDT. Côté avancées, l’objectif de la CFDT de faire rentrer plus de monde dans le système d’indemnisation, notamment les plus précaires et les personnes ayant eu des carrières accidentées, est atteint avec la création d’une filière unique donnant droit à indemnisation après 4 mois travaillés sur une période de référence de 28 mois pour une indemnisation maximum de 24 mois selon le principe “ un jour travaillé entraîne un jour d’indemnisation ”. La CFDT estime que le nouveau système permettrait de faire entrer de 200 000 à 300 000 demandeurs d’emploi supplémentaires dans le régime d’indemnisation. Parmi les points positifs, les saisonniers ne sont plus soumis à la règle de limitation à trois ans. Pour les plus de 50 ans, les mesures actuelles sont maintenues avec 36 mois d’indemnisation. Selon les chiffrages CFDT, ce sont entre 500 M€ et 1 Md€ qui seront versés en plus aux chômeurs ... / ...

Côté réserve, Gaby Bonnand ne cache pas sa déception de ne pas avoir obtenu de dispositif de droits capitalisables pour tous, ce qui entraîne « une perte de lisibilité du système ». La CFDT regrette également que l’on n’ait pas obtenu d’amélioration pour ceux qui n’auront pas cotisé les 4 mois nécessaires à l’indemnisation, alors que la prime pour les jeunes, pourtant prévue par l’accord Modernisation du travail, a été refusée par le patronat.

Concernant la CRP (Convention de reclassement personnalisé), le nouveau texte fait passer la durée d’indemnisation de 8 à 12 mois, mais elle reste dégressive. La CFDT déplore que ce dispositif n’ait pas été intégré pour les fins de CDD et d’intérim dans les bassins les plus en difficulté. Enfin, la baisse des cotisations, qui était le principal cheval de bataille du Medef, pourra éventuellement intervenir chaque semestre sous condition. À noter que, contrairement aux précédentes conventions qui duraient trois ans, celle-ci serait conclue pour deux ans.

Sans surprise, la CGT estime que le texte « n’est pas à la hauteur de la crise ». L’ensemble des organisations syndicales soumettront le texte à la signature de leurs instances début janvier. Mais d’ores et déjà, François Chérèque précise que « la CFDT ne signera pas seule  »

Or nous sommes le 8 janvier et comme nous l’apprend Viva Presse : "Après la Cgt la semaine dernière, Force ouvrière a annoncé qu’elle ne signera pas le protocole d’accord sur l’assurance-chômage. La centrale syndicale considère que ce texte ne fait que concéder quelques droits aux uns – indemnisation plus précoce des chômeurs –en les faisant payer à tous – avec une moindre durée d’indemnisation –, les employeurs s’en sortant avec un mécanisme de baisse des cotisations. La Cfdt prendra position dans la journée, la Cftc et la Cfe-Cgc suivront d’ici au 20 janvier. La signature d’une seule confédération syndicale (sur 5) suffirait à permettre l’application de cet accord. Source Viva Presse

Il semblerait (au dernières nouvelles) que la CFTC et la CFE CGC inclineraient pour le même choix (La CFTC se prononcera le 12 et la CGC le 20). Ce qui techniquement comme l’indique Viva Presse met François Chérèque en position de valider l’accord à lui seul. Bien que celui-ci ait précisé qu’il ne signerait pas seul, les français ne sont pas à l’abri d’un "geste" de la part du gouvernement en direction de son syndicat qui, rappelons cogère actuellement l’UNEDIC.

Il ne faut pas non plus oublier de rappeler, il s’agirait du dernier texte pouvant être signé par un seul syndicat avant la mise en place de la représentativité syndicale


Quels sont les points positifs et négatifs de cette nouvelle convention ?

Actu chomage nous donne le détail de ces points :

Positif : Les syndicats ont gagné la bataille de la « filière unique » : comme certains d’entre eux le souhaitaient, il s’agit de simplifier les règles et d’élargir la couverture à un plus grand nombre de chômeurs. Ainsi, 100.000 (de source syndicale) à 300.000 (de source patronale) allocataires supplémentaires pourront bénéficier, après 4 mois de travail au lieu de six, d’une indemnisation selon le principe d’« un jour cotisé, un jour indemnisé ». De même, la durée maximale d’indemnisation est portée à 24 mois, contre 23 actuellement. Néanmoins, rien de neuf pour les chômeurs ayant retrouvé un emploi et qui, comme avant, devront cotiser 6 mois pour rouvrir de nouveaux droits.

Négatif : Si, pour les uns, ce système est plus souple que le précédent, il réduit la couverture de beaucoup d’autres. Tel un gâteau de taille inchangée duquel il faut obtenir davantage de parts, celles-ci seront — forcément — plus petites. « On va sortir énormément de personnes indemnisées, et beaucoup plus rapidement, vers les minima sociaux », a déploré le négociateur de la CGT Maurad Rabhi ... / ... Selon le patronat, cette "largesse" équivaudra à un surcoût de 270 à 700 millions d’euros pour l’Unedic, une allégation fallacieuse : en effet, si « 200 à 300.000 » privés d’emploi — des chiffres, claironnés par le Medef et sa copine la CFDT, jugés « totalement fantaisistes » par la CGT — pourront toucher une allocation deux mois plus tôt, ils seront nettement plus nombreux à sortir plus tôt du régime (la CGT avance que 63% des chômeurs indemnisés verront leur durée d’indemnisation amputée de 1 à 9 mois, suivant les cas) ... / ...

Positif : Les seniors semblent vaguement épargnés : les 50 ans et + conservent une durée d’indemnisation spécifique maximale de 36 mois, même si la période cotisée augmente (36 mois d’activité contre 27).

Négatif : Mais le texte prévoit par ailleurs de reculer progressivement, de 60 ans et demi actuellement à 61 ans début 2010, l’âge à partir duquel l’indemnisation chômage peut être maintenue jusqu’à liquidation de la retraite à taux plein, au plus tard à 65 ans. Ce qui augmente le risque de se retrouver sans allocation en attendant la retraite.

Positif : Epargnés aussi les travailleurs saisonniers : les dispositions qui les pénalisaient dans la dernière convention de janvier 2006 sont abrogées, et le seuil des 3 saisons au terme desquelles ils ne pouvaient plus bénéficier de l’assurance-chômage est supprimé.

Positif : Quant à l’indemnisation de la CRP (convention de reclassement spécialisé, dispositif considéré comme peu efficace et destiné aux victimes de licenciements économiques dans les entreprises de moins de 1.000 salariés, soit 25% des licenciements actuels), elle est considérablement améliorée puisqu’elle sera maintenue à 80% du salaire brut antérieur durant les 8 premiers mois au lieu de trois dans son ancienne version, puis à 70% durant les quatre mois restant. .../ ... Intégralité du texte sur Actu chômage

Du côté du patronat : Le patronat a obtenu une baisse des cotisations, même s’il a dû renoncer à ce qu’elle intervienne dès le 1er janvier. La baisse interviendra à partir du moment où l’assurance-chômage aura un excédent de 500 millions d’euros sur un semestre. C’était d’ailleurs une revendication claire depuis décembre : Le chef de file de la délégation patronale, Patrick Bernasconi (Medef), a plaidé que réduire les cotisations est « un besoin vital dans la situation de crise que traversent les entreprises »

Or, Selon le Bureau confédéral de FO, ce dispositif "est d’autant plus choquant que le patronat a obtenu un report de l’augmentation de la cotisation retraite, ce qui fait perdre à la caisse nationale d’assurance vieillesse 1,8 milliard d’euros par an" Source GOOGLE AFP

En fin de compte, le mouvement unitaire du 29 janvier risque-t-il d’être mis en danger par une seule signature ? Non, si l’on s’en tient à ce qu’a déclaré François Chérèque pour l’instant.

Néanmoins, il faut rappeler à l’hésitante CFDT qui continue à croire (et faire croire) que le syndicat réformiste est une voie équitable, que le MEDEF et le gouvernement ont pour seule préoccupation l’injection massive de capitaux dans les banques et le soutien aux grandes entreprises. Nous sommes loin du concept d’entreprise citoyenne et de la responsabilité sociale brandis par la même CFDT.

Seulement, cette fois-ci, il va falloir choisir entre donner quitus au MEDEF et au gouvernement ou se positionner clairement auprès des salariés. Sinon, à quoi bon s’afficher le 20 janvier aux côté de ceux qui veulent vraiment éviter que la crise soit payée uniquement par le monde du travail.

Un peu de clarté et de courage Monsieur Chérèque ... si vous le pouvez ou le souhaitez. Mais n’oubliez pas que le "réformisme" c’était avant la crise financière et économique !!!

Vous avez écrit "Si on me cherche". Les salariés aimeraient bien vous trouver ... à leurs côtés, cette fois.


Moyenne des avis sur cet article :  4.69/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

28 réactions à cet article    


  • Jean Claude BENARD Jean Claude BENARD 8 janvier 2009 16:13

    DERNIERE MINUTE - Source le JDD

    Après le refus de la CGT et de FO, la CFDT a décidé jeudi de signer la nouvelle convention d’assurance-chômage, ouvrant la voie à l’entrée en vigueur de nouvelles règles d’indemnisation des chômeurs pour deux ans ... / ...

    Le réformisme d’avant crise a encore gagné ... Rendez-vous quand même le 29 janvier


    • gaelec 8 janvier 2009 17:12

      Hé hé hé !! Le CHEREQUE aurait-il touché son CHEREQUE ???


    • Alpo47 Alpo47 8 janvier 2009 18:06

      A quoi bon poser la question ? Bien entendu, que la CFDT va signer... Ces dernières années, elle a signé (quasi) tous les textes proposés par le MEDEF ou, encore mieux, par le gouvernement..
      Juste un peu de "cinéma" pour laisser supposer aux bênéts que c’était difficile.. ; que l’on signe, mais... que l’on n’a pas d’autre choix ... que c’est mieux que rien... et "HOP", c’est signé.
      Des "jaunes" ...


    • carnac carnac 9 janvier 2009 16:17

      et CARICATURE la CGT n’a signé AUCUN ACCORD DEPUIS DES ANNEES ... a-t-elle mieux réussi ? que lui doit on ?? le MEDEF adore la CGT qui est tellement prévisible ...


    • non666 non666 8 janvier 2009 17:29

      Que voyons nous dans cet article ?

      Une diabolisation , une fois de plus.
      "Avec nous ou contre nous".
      Etre avec le medef (le diable) ou du coté des gentils....
      Nous n’en sortirons jamais de cette caricature entre syndicats qui ne sont "representatifs" que parce que la Loi le dit, et surement pas a cause de leur audience...
      20 % de salariés qui estiment qu’il y a une raison de se deplacer pour les Prudhomme, cela signifie que pour 80 % cette election se fait entre bonnet rouge et rouge bonnet....

      L’effondrement de l’audience syndicale est tristement representative de notre "democratie" ou la aussi, nous n’avons plus le choix, de fait qu’entre les eux partis auto-proclamés "de gouvernement" qui ont reussit a verrouiller tout accès aux elections (500 signatures, control du CSA, conseil constitutionnel aux ordres....)

      Meme si je conchie Sarkozy, il m’est devenu impossible de vous accorder la moindre confiance , tant vous me paraissaient ausi caricaturaux que l’autre nabot .

      Un Salarié qui n’a pas voté.


      • Fergus fergus 8 janvier 2009 17:40

        Petite précision : les élections prud’homales ne concernent pas les salariés de la fonction publique.


      • Fergus fergus 8 janvier 2009 17:36

        Cette attitude désolidarisée de la CFDT ne fait que confirmer le penchant récurrent de ce syndicat (depuis Nicole Notat) pour un réformisme opportuniste qui, faisant largement fi de sintérêts des travailleurs, ne vise qu’à donner au patron de la centrale un statut de ministrable.

        Cette décision pourrait, si elle met en péril l’action unitaire du 29 janvier, entraîner de nouveaux départs de la CFDT vers SUD ,comme cela avait été le cas en 1995 lorsque Notat avait approuvé des deux mains le plan Juppé. 


        • ficelle 11 janvier 2009 15:13

          Ce que je fais derechef, assez attendu !!!


        • Yohan Yohan 8 janvier 2009 19:41

          De toute façon, même avec ce qui apparait comme une petite avancée aux yeux de quelques syndicats, le Pôle Emploi tombera à bras raccourci sur les chômeurs pour tenter d’en radier un max, pour la bonne et simple raison que ces gens ont une calculette à la place du cerveau et rien à offrir en terme de service et d’accompagnement aux chômeurs. Je parie ma chemise que le Pöle emploi va tenter de récupérer le petit bout qu’il vient de concéder aux syndicats


          • vivelecentre 8 janvier 2009 20:30

            Le syndicat " cfdt " est le seul et dernier espoir d’avoir en France , comme dans la plupart des pays européens, un ou des syndicats modernes et progressistes !!

            les autres sont désespérants de conservatisme et de dogmatisme d’un autre âge...


            • pointal pointal 8 janvier 2009 22:24

              Si moderne et progressif ça signifie valider tous les retours en arrière au niveau social (sécu, retraites, etc), je préfère finalement les syndicats "dogmatiques" qui essaient de défendre les intérêts des salariés.

              Ce n’est pas parce que qu’il y aurait des choses à faire et que le MEDEF/Gouvernement propose une réforme qu’elle est nécessairement bonne.
              Et concernant les syndicats "modernes et progressistes" dans les autres pays,

              • ils ont quoi comme type de patronat en face d’eux ?
              • quelles sont les règles de fonctionnement au niveau négociations et représentativité ?
              • quelles sont les règles d’adhésion aux syndicats (1) ?
              C’est toujours tellement mieux ailleurs...


              (1) J’ai oui dire que dans certains pays l’adhésion à un syndicat était obligatoire pour avoir accès à certains droits sociaux comme le chômage - ça change pas mal la donne...

            • K K 9 janvier 2009 12:22

              Vous avez bien entendu : en Suede, ce sont les syndicats qui gerent directement les caisses de chomage et les retraites complementaires. L’adhesion syndicale n’est pas obligatoire mais facilite beaucoup les choses.
              Les syndicats participent aussi aux conseils d’administrations avec droit de vote (et non seulement consultation comme en France). Cela change de beaucoup la donne et les employeurs arrivent avec des propositions comprenant aussi des contreparties lorsqu ils veulent negocier un changement de regle. Ainsi, le passage a la retraite a 68 ans dans l industrie papetiere suedoise est passe avec des modifications substancielles des conditions de travail et obligation contraignante de modifier l ergonomie des postes de travail.


            • Gasty Gasty 9 janvier 2009 13:08

              Il va falloir que quelqu’un fasse le résumé de tous ce que nous avons perdu depuis l’avenement de Sarkosy que ce soit au niveau social qu’à tout les autres niveaux de la démocratie dans le pays, la structure, la justice , la protection.

              Et que de leur côté, les Sarkosistes convaincus nous fasse le résumé de tout ce que nous (ils)avons (ont) gagnés au niveau du progrès social et qui va de pair avec la démocratie.

              il est malheureux de constater à nouveau aujourd’hui qu’un pauvre type qui va voler un pain sera méprisé et montrer du doigt comme la pire racaille de la société parce qu’il n’aura pas supporter d’avoir à demander la charité et de l’autre......plein de crétins en admiration devant l’étalage des richesses de tout ce qu’on leur aura volé en prétextant que c’est normal. Des gens comme Tapie, c’est normal et des crèves la faim qui ne veulent même pas de notre charité, c’est pratiquement un scandale, pourtant comme ils ont raison. On s’offusque de la dignité que peuvent avoir ses gens et on applaudit les saloperies de tous ces voleurs sans scrupules.


              On ricanne dans le dos des gens comme Besancenot et on s’abaisse devant les plus puissants salaud.

              Toutes coiencidences ou similitudes avec des personnages ne peut etre que le fruit d’une honteuse vérité.


            • ficelle 11 janvier 2009 15:19

              Pour ce qui concerne la belgique, si ce n’est pas obligatoire, en tout cas, ça accélère les traitements administratifs.


            • wesson wesson 9 janvier 2009 00:00

              @ l’auteur,

              bah, t’inquiète pas, si il y a une grève générale, soit sarko nous refait le coup de l’annonce de son divorce, soit on apprendra qui est le papa de Zohra Dati ...


              • loco 9 janvier 2009 03:31

                 La CFDT....... nous étions en conflit, national, avec un enjeu d’importance, et quand nos sections sur le terrain ont rempli leur rôle, c’est à dire mener la lutte comme le voulaient leurs mandants (car les élus syndicaux ne sont nullement les contremaîtres des adhérents, mais leurs représentants chargés de mettre en oeuvre leurs revendications, délégation élective démocratique dont nos députés nous ont fait quelque peu perdre le sens), et bien ces sections ont tout simplement été exclues . 
                 Allons, la lutte a été victorieuse, nous y avons travaillé sans démériter de la confiance de nos électeurs et amis, mais nous avons appris ce que le réformisme de Nottat avait comme projet de sociètè : le "chérèque " en blanc au pouvoir en place, pas le politique qui n’est qu’un masque changeant au gré du carnaval, mais le réel, celui des patrons, des affaires et de l’argent.
                 


                • vivelecentre 9 janvier 2009 07:13

                  C’est bien ce que je disais, désespérant ....

                  Il y en a encore (malheureusement) nombreux qui confondent syndicalisme et lutte des classes...

                  Toujours contre le patronat, jamais "à coté" ou dans un but commun...

                  Et pourquoi ces éternels donneurs de leçon ne créent ils pas leur entreprise modèle ? pourquoi ne démontrent ils pas comment un "patron" devrait se comporter avec leur propre entreprise ?

                  quand aux acquis...... qu’est ce que cela veut dire en 2008 ? rester pétrit dans un modèle déposé ? décider une fois pour tout de ne pas préparer l’avenir ? Rester arc bouté sur chacun de ses petits priviléges sans réfléchir a des évolutions possibles ?

                  Evidement dans le modele communisme, il y avait nombre d’acquis ! on sait ou cela les a ammenés...

                   


                  • wesson wesson 9 janvier 2009 09:40

                    @vivelecentre

                    "Rester arc bouté sur chacun de ses petits priviléges sans réfléchir a des évolutions possibles ?"

                    comme par exemple le smic à 15 € ... par mois !

                    ViveLeCentre, le contributeur qui ferait passer Sarkozy pour un gauchiste rouge !


                  • K K 9 janvier 2009 12:32

                    @vivelecentre, le mal nomme :

                    Lorsque des entreprises font des benefices enormes mais "ajustent" leurs couts fixes par reduction de personnel en surchargeant de travail le personnel restant, il semble normal que les salaries chercent au moins a conserver leurs avantages. Ce qui est flagrant lorsqu on regarde les resultats financiers des entreprises (via les rapports des experts comptables ou les rapports de commisaires aux comptes), c’est que la part redistribuee aux actionnaires augmente alors que la part redistribuee aux employes baisse.

                    L’industrie n’est plus geree par des industriels de formation (qui demandaient des retours annuels sur capital investi de 5% ou 6 %) mais par des financiers (qui reclament eux 15 a 16 %). Si les objectifs de rentabilite a deux chifres ne sont pas atteints, l’entreprise est fermee progressivement et ses actifs vendus.


                  • nephilim 9 janvier 2009 11:05

                    Je me demande bien par quel moyen le medef et/ou l’etat arrivent à museler la CFDT ? Chantage ?


                    • foufouille foufouille 9 janvier 2009 11:31

                      une grosse enveloppe de l’IUMM


                    • bobbygre bobbygre 9 janvier 2009 12:36

                      Et puis je prédis une excellente carrière à Chereque aprés son syndicat (comme N. Notat, aujourd’hui PDG d’un institut de sondage, logique, non ?)


                    • Jean Claude BENARD Jean Claude BENARD 9 janvier 2009 15:51

                      @ bobby

                      Nicole NOTAT dirige une agence de notation VIGEO.Vous trouverez une description complète de VIgéo sur leur site.

                      Extrait :

                      Le Groupe Vigeo mesure les performances et le niveau de maîtrise des risques de responsabilité sociale des entreprises et des organisations.

                      Le conseil d’administration - Source VIGEO

                      Pour les entreprises :

                      • BNP-Paribas, représentée par M. Christian Aubin
                      • M. Jean Gandois (Suez)
                      • EADS, représentée par Mme Laurence Dors

                      Pour les gestionnaires financiers :

                      • Caisse Nationale des Caisses d’Epargne, représentée par M. Pierre Dutrieu et M. Erik Pointillart
                      • Crédit Agricole AM, représenté par M. Patrice de Larrard 

                      Pour les organisations syndicales européennes et ONG :

                      • Confédération Française Démocratique du Travail, représentée par M. Gaby Bonnand
                      • M. Luc Cortebeeck, Confédération des Syndicats Chrétiens (CSC), Belgique
                      • Forum Ethibel, représentée par M. Mark Lambrechts (Vice-président du Conseil d’Administration), Belgique
                      Pour les personnalités indépendantes :
                      • M. Bernard Bayot
                      • M. Dirk Dalle
                      • M. Jacques Hintzy
                      • Mme Nicole Notat
                      • Transparency International, représenté par Mme Anne-Marie Ducroux
                      • Pro-Natura International, représenté par M. Guy Reinaud

                       Par ailleurs, un comité des rémunérations composé de Jean Gandois, Pierre Dutrieu, Gaby Bonnand, propose au Conseil d’Administration les rémunérations de la Présidente et des membres du Comité de Direction.

                      Il est à noter que Gaby Bonnand est le n°2 de la CFDT au côtés de François Chérèque. A chacun d’en tirer les conclusions qu’il souhaite




                    • Jean Claude BENARD Jean Claude BENARD 9 janvier 2009 12:01

                      Unité syndicale  : La CFDT continue son cavalier seul

                      De nombreux salariés s’interrogent de plus en plus sur la stratégie de ce syndicat. Nous avons découvert un communiqué qui devrait encore plus rendre opaque aux yeux des salariés les choix de la CFDT. . Nous vous donnons lecture ci-dessous en intégralité d’un texte publié sur le site de l’UMP en date du 6 janvier 2009.

                      L’UMP et la CFDT confronteront leurs conclusions sur la refondation du capitalisme
                      La suite sur Slovar les Nouvelles



                      • carnac carnac 9 janvier 2009 16:04

                        Depuis des dizaines d’année la CGT n’a signé AUCUNE des convention de chomage .
                        de son coté la CFDT les signe toutes ....


                        Quels moyens nos vertueux salariés donnent - ils à l’une et à l’autre de ces deux centrales pour les défendre ?? combien étions nous par exemple dans la rue pour la défense des 35H le 17 JUIN DERNIER c’était pourtant une belle "intersyndicale" et il y avait quelques chances d’inquiéter une assemblée décidément bleue horizon.

                        Les salariés veulent du concret et tout de suite hé bien s’ils connaissaient un peu leur histoire de france ils s’apercevraient que JAMAIS la conquête de droits sociaux ne s’est faite rapidement .

                        On est toujours parti de ce qui était accordé par un patronat on ne peut plus rapia cela c’est une constante ... et l’on a au fil du temps

                        • par l’envoi à l’assemblée de représentants sensibles à la chose sociale (ce qu’on n’a pas fait en 2008 ce me semble - pour qui ont voté les salariés en 2008 ? beaucoup ont voté Sarko y compris des cégétistes dans l’âme exemple Henri Vacquin voir son livre MES DROITS ACQUIS)
                        • par l’amélioration de dispositifs pré existants (ce qui est le cas aujourd’hui même si à l’évidence personne n’est entièrement satisfait de ce texte)
                        • et aussi par des manifs ;
                        • Maintenant CGT et CFDT ferraillent ensemble au sein de la CES à Bruxelles

                        Pourquoi diable faudrait-il tout à coup se priver de l’ensemble des moyens d’action et n’en rester qu’au tour du paté de maison qui à l’évidence n’a guère eu de succès en 2008 et pourtant ce n’est pas les appels à grève qui ont manqué ... avec un essoufflement évident des participants ...

                        "Un tien vaut mieux que deux tu l’auras" dit aussi le dicton : ce logiciel là est toujours d’actualité si l’on en juge par le dispositif carrières longues de 2003 qui a permis le départ anticipé à la retraite de centaines de milliers d’ouvriers qui avaient commencé le travail à 14 , 15 , 16 et 17 ans ...

                        évidemment pour accorder la même espérance de vie à la retraite à un ouvrier et un cadre il faut que le cadre accepte de payer ce départ anticipé à la retraite de l’ouvrier , la CFDT a payé cette défense de l’équité par une baisse de son audience chez les cadres , mais qui peut prétendre que ce n’était pas équitable et que la signature CFDT n’a pas apporté un soulagement réel à ces centaines de milliers d’ouvriers ? Qui plus est en cette période de crise cela a ouvert aux jeunes générations bon nombre d’emplois ...

                        Certains grands défenseurs des "acquis sociaux "ne seraient-ils pas essentiellement les défenseurs de leurs privilèges individuels ?

                        Alors pour mon compte je serais dans la rue le 29 JANVIER d’autant qu’il s’agit d’impressionner l’assemblée nationale bleue horizon pour que les moyens affectés aux chomeurs augmentent et ne diminuent pas en cette période de crise.

                        L’ETAT peut parfaitement amender le texte sur ce point précis comme sur d’autres et les points positifs de l’accord soulignés d’ailleurs par l’article ont de grandes chances d’être validés par le texte final les gagnants à coup sûr en seront LES JEUNES, premiers virés dans les entreprises à l’instar du ptit mousse dans la chanson. Qu’est ce qu’une société qui ne fait pas toute leur place aux jeunes ??

                        On découvrira peut être dans quelques mois que la CFDT avait raison de signer , comme elle a eu raison pour les carrières longues qui sont autant de postes disponibles pour les jeunes aujourd’hui


                        • Jean Claude BENARD Jean Claude BENARD 9 janvier 2009 16:23

                          @ Carnac

                          Vous écrivez

                          Depuis des dizaines d’année la CGT n’a signé AUCUNE des convention de chomage .
                          de son coté la CFDT les signe toutes ....


                          C’est en partie pourquoi la CFDT a perdu des effectifs et connu un résultat moyen au prud’hommales. La CFDT signe à peu près tout ce qu’on lui présente afin d’être en position d’être l’interlocuteur privilégié des pouvoirs publics et du MEDEF.

                          Les salariés veulent du concret et tout de suite hé bien s’ils connaissaient un peu leur histoire de france ils s’apercevraient que JAMAIS la conquête de droits sociaux ne s’est faite rapidement .

                          Vous parlez certainement de l’époque où la CFDT était dirigée par Edmond Maire ? Depuis, hormis se mobiliser pour la fonction publique où est la place de la CFDT dans la conquête de droits sociaux ?

                           
                          "Un tien vaut mieux que deux tu l’auras" dit aussi le dicton : ce logiciel là est toujours d’actualité si l’on en juge par le dispositif carrières longues de 2003 qui a permis le départ anticipé à la retraite de centaines de milliers d’ouvriers qui avaient commencé le travail à 14 , 15 , 16 et 17 ans ...

                          Vous oubliez de citer les CDD seniors ou l’accord sur les retraites que même François Chérèque reconnait aujourd’hui comme mauvais.

                          Alors pour mon compte je serais dans la rue le 29 JANVIER d’autant qu’il s’agit d’impressionner l’assemblée nationale bleue horizon pour que les moyens affectés aux chomeurs augmentent et ne diminuent pas en cette période de crise.

                          J’aurais aimé que vous nous donniez votre sentiment sur les pourpalers du 6 janvier 2009 avec les élus UMP au détriment de l’action unitaire (voir http://slovar.blogspot.com) Par ailleurs, que pensez-vous de la baisse des cotisations chômage obtenue par le patronat ?

                          On découvrira peut être dans quelques mois que la CFDT avait raison de signer , comme elle a eu raison pour les carrières longues qui sont autant de postes disponibles pour les jeunes aujourd’hui

                          Refrain connu. Le syndicalisme "rféormateur" et le dialogue valent toujours mieux que ... Oui mais cela c’était AVANT la crise économique. Vous justifiez l’injustifiable à la façon nostradamus et ça les salariés dans leur très grande majorité ne l’acceptent plus


                        • Liberty 11 janvier 2009 15:00

                          @ Carnac

                          Pourquoi les Français ne sont plus mobilisés c’est très simple :

                          - Après s’être fait repasser par des présidents de droite comme de gauche ils on des hémorroïdes .

                          - A force de voir les "affaires" secouant les syndicats (UIMM etc...) ils n’y croient plus du tout .

                          - A force de voir les syndicats ne défendre que les salariés médiatisés, les fonctionnaires, les salariés se savent seuls.

                          - A force de retrouver des candidats (ou des suppléants) au poste de député à la tête du syndicat local ...

                          - A part les gens de la fonction publique (sncf etc...) qui est syndicaliste ?

                          - A force de voir le nombre de lois votées dans leur dos sans que, ni les députés d’opposition, ni les syndicats ne tirent l’alarme, ils savent qu’ils ont à faire à des vendus (par exemple depuis 2004, dans le cas d’un contrat d’intérim de date à date, la société d’intérim a le droit de licencier le salarié le jour de son accident de travail...Bonjour les conséquences tant pour le salarié que pour les caisses d’assurance maladie)

                          - Qui a encore les moyens de sacrifier un jour de salaire pour aller à une manifestation ?

                          En réalité qui peut avoir confiance en nos politiques ou nos syndicats ?
                          « L’optimisme est une fausse espérance à l’usage des lâches et des imbéciles » - G. Bernanos -


                        • carnac carnac 14 janvier 2009 17:23

                          @ liberty

                          vous avez à l’adresse suivante un commentateur nididju que je trouve tout à fait intéressant sur le thème que vous abordez

                          http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=49772

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès