Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Attention ! déflation droit devant !

Attention ! déflation droit devant !

Après l’inflation dans laquelle nous sommes installés, malgré les propos lénifiants de Madame Christine Lagarde, sommes nous menacés à présent par la déflation ?

Mais qu’est ce que la déflation ?
Il ne faut pas la confondre bien sur avec la désinflation, laquelle suit logiquement l’inflation, et qui exprime un retour « à la normale ».
Ce dont nous sommes bien loin.

La déflation est tout à fait autre chose.
« La déflation est un mouvement persistant à la baisse, au fil du temps, du prix moyen des biens et des services, c’est à dire du coût de la vie. »
C’est la définition donnée par Wikipédia.

Que l’on comprenne bien, il ne s’agit pas de la baisse du prix d’un bien, ou même des prix d’un secteur particulier d’activité, mais bien de la baisse de l’ensemble des prix.

La déflation est autrement plus dangereuse que l’inflation, car elle peut conduire à ce que les économistes appellent « la spirale déflationniste »

L’économie ralenti progressivement, et la demande de consommation est moins pressante, malgré la baisse régulière des prix.
L’un entraînant l’autre, la croissance est freinée d’autant.

Les périodes de déflations sont bien connues et l’on n’a pas oublié la grande dépression des années 30, période au cours de laquelle l’emploi baissa de 16% en trois ans, provoquant un recul des salaires de plus de 40%, avec les conséquences sociales faciles à imaginer.
 
Nous étions alors en pleine spirale déflationiste.
Pour faire court, la baisse des prix mène à une réduction générale de la production, provoquant une baisse des salaires, un recul de la consommation, et donc de la demande, accroissant ainsi la baisse des prix…et ainsi de suite…
 
Or, pour les économistes, nous venons de rentrer dans une période de déflation.
La seule manière d’enrayer cette spirale serait de baisser les taux d’intérêt et en augmentant la masse monétaire.
 
Malgré tout, il est possible que cela n’arrête pas la spirale dans sa folle course en avant.
Ce que nous constatons aujourd’hui c’est l’apparition d’une situation de dépression économique, une chute des prix à la consommation, une accélération de la chute des prix dans l’immobilier d’environ 20% suivant les régions, une poursuite de la tendance à la baisse du prix des matières premières.
 
En un mot comme en cent, pour la plupart des économistes, le pire est devant nous.
Aucun des problèmes à l’origine de la crise n’a été réglé.
La « bulle de crédit » a continué de grossir en Europe a un rythme de plus de 10% par an, touchant après la consommation des ménages, celle des entreprises et les différentes institutions financières.
 
Devant cette situation, on peut s’interroger sur le peu d’intêret que soulève chez nos gouvernants les nouvelles tendances développées par les « objecteurs de croissance », dont Paul Aries est l’un des porte-parole (la décroissance, un nouveau projet politique/ éditions Golias).
 
Cette autre façon de construire un avenir durable pour les générations à venir rencontre pourtant les suffrages de nombreux courants de pensée, dont celui des alter mondialistes et de bien d’autres.
 
Au moment ou la Droite et la Gauche partagent le même catastrophique bilan économique et écologique, plongés qu’ils étaient les uns et les autres dans un productivisme sans espoir, il serait temps que les Chefs d’état se décident à changer leur façon d’imaginer un autre avenir.
 
Mais comme disait un vieil ami africain :
« La pintade que tu essayes de capturer a sa case sous mes aisselles".
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.17/5   (29 votes)




Réagissez à l'article

48 réactions à cet article    


  • FR-ank FR-ank 17 janvier 2009 14:07

    Merci pour se rappel de la deflation.
    "La seule manière d’enrayer cette spirale serait de baisser les taux d’intérêt et en augmentant la masse monétaire." : Je crois que la c’est plus possible pour les USA : taux d’interet a pratiquement 0 ( 0 a 0.25 ) et augmenter la masse monetaire, c’est deja fait et beaucoup trop.
    Ce qui me surprend ( et me fait peur ) c’est la capacite des gens a ne pas s’en preoccuper et a se dire ca ira mieux demain !!!
    Il est temps de se faire entendre.


    • olivier cabanel olivier cabanel 17 janvier 2009 14:14

      Frank
      préparez vous a des tempetes à la suite de cet article,
      les capitalistes de tout crin vont se ruer pour commenter, et votre aide ne sera pas superflue !
      il est évident pour moi, et pour vous manifestement, que nous ne pouvons pas continuer comme çà,
      il faut repenser le système afin que nous puissions , pauvres ou riches, continuer d’exister dans un monde plus citoyen, plus fraternel...plus équilibré


    • Yvance77 17 janvier 2009 14:22

      Petit rapel salutaire. L’homme a toujours un problème récurrent ... l’amnésie sélective. Il est incapable de retenir les erreurs des années appartenent au passé. Et voilà qu’on y revient.

      Le fond est sensiblement le même c’est ce système qu’il faut changé point barre. Mais toute les voix mement à un partage équitable des ressources sont des lettres mortes.

      L’ordre mondial règne pour et par certains c’est cela qu’il faut combattre et tuer. Paradis off shore et fiscaux, redistribution des masses sur-capitalisées, developpement de la proximité etc ...

      Il faut une révoltion rien de moins, c’est assez maintenant.

      A peluche


      • olivier cabanel olivier cabanel 17 janvier 2009 17:18

        Yvance77

        une révolution , rien de moins, dites vous...
        à l’évidence, c’est une solution radicale et peut etre nécessaire,
        il faut au moins qu’elle soit bien menée, afin de ne pas permettre aux memes erreurs de recommencer.


      • FR-ank FR-ank 17 janvier 2009 14:48

        plus qu’une Revolution ( qui ne sera jamais totale et reprimee severement puis discredite au + haut niveau par nos medias si integres !!! )
        c’est une Evolution qu’il faut, des mentalites, du rapport a l’argent, a la possession, a la solidarite entre-nous ( On est de la meme espece si je ne m’abuse ), arettez d’avoir peur de son voisin ( grandement relaye par nos politiciens )...
        Sommes-nous pret pour l’ecosocietalisme ? ( mettant l’homme en premier avant ce foutu argent-roi ) ???
        l’histoire nous le dira...trop tard...


        • olivier cabanel olivier cabanel 17 janvier 2009 17:35

          d’accord avec vous,
          il faut que l’homme change de mentalité,
          il faut qu’il arrette de se considérer comme le centre du monde,
          qu’il respecte ce qui l’entoure, plantes, animaux, et ses proches,
          quel que soit l’état de richesse de ceux ci, quelle que soit leur origine,
          il faudrait que le mot fraternité ne se limite pas a etre sur le fronton d’une mairie,


        • gimo 17 janvier 2009 19:28

           l’argent au service de homme et non l’homme au service de l’argent


        • olivier cabanel olivier cabanel 18 janvier 2009 07:20

          merci pour cette belle expression,
          j’adhere et je la range dans mes docs, au cotés de mes proverbes africains !
          l’argent au service de l’homme et non le contraire.
          bien vu.


        • bek 18 janvier 2009 19:54

          olivier
          "qu’il respecte ce qui l’entoure, plantes, animaux, et ses proches,
          quel que soit l’état de richesse de ceux ci, quelle que soit leur origine"

          Demander à des monstres qui appuient une entitée belliqueuse et guerrière qui tire sur une population civile au phosphore de respecter les fleurs et le cactus !!!!
          il faut demander la lune comme même ;)


        • bek 18 janvier 2009 19:56

          sorry
          il faut PAS demander la lune comme même ;) 


        • olivier cabanel olivier cabanel 18 janvier 2009 21:28

          bek,
          bien sur, il faut demander la lune,
          comme disait un vieil ami africain,
          "si tu veux obtenir un peu, il faut demander beaucoup"...
          ceci dit, ton commentaire sort un peu du cadre,
          ce qui n’empeche pas d’en parler,

          j’ai cru comprendre que c’etait le conflit israélo-palestinien qui était évoqué ?

          je pense que pour qu’une paix durable s’installe, il faut qu’une armistice acceptable par toutes les parties soit mises en place, que personne ne se sente lésé... sinon, c’est la spirale infernale.

          je pense en écrivant celà que si la guerre de 14/18 avait eu une finalité acceptable par les deux parties en présence, la guerre qui a suivi n’aura pas eu lieu.
          prendre pour des decennies un état à la gorge, en lui faisant payer quasi à l’infini des impots de guerre ne pouvait que déboucher un jour ou l’autre sur une nouvelle guerre,

          c’est ce qui s’est passé.

          pour israel et la palestine, pareil.
          tant qu’un pays (la palestine) sera pris en otage par un autre (frontières controlées, blocus et cie) le pays quasi assiégé ne trouvera pas d’autres alternatives qu’une action violente,
          le coup d’état du hamas a précipité les choses,
          personne sur terre ne peut accepter de recevoir pendant 7 ans des missiles qui tombent un peu partout,
          et les palestiniens sont pris en meme temps en otage par des extrémistes, planqués bien à l’abri dans les sous sols, conscients que leur frères et soeurs sont exposés...

          il n’y a pas de solution dans un cas comme dans l’autre, tant qu’une coexistence pacifique, laïque, n’aura pas été acceptée de part et d’autre.

          excuse moi de cette digression, mais ton commentaire implicitement l’a provoqué.


        • bek 19 janvier 2009 00:55

          merci Olivier, et grand merci de garder mon commentaire qui est "hors sujet."
          c’était plus fort que moi


        • olivier cabanel olivier cabanel 19 janvier 2009 08:07

          Bek,
          pas de quoi,
          même hors sujet, il était tout à fait interessant,
          à bientot


        • JL JL 17 janvier 2009 15:15

          @ Olivier Cabanel : Si je suis d’accord sur le fond, je conteste la formulation suivante :

          "" Que l’on comprenne bien, il ne s’agit pas de la baisse du prix d’un bien, ou même des prix d’un secteur particulier d’activité, mais bien de la baisse de l’ensemble des prix."… L’économie ralenti progressivement, et la demande de consommation est moins pressante, malgré la baisse régulière des prix.""

          La théorie économique est réductrice à souhait … pour les plus aisés d’entre nous. S’il est aisé pour certains ménages de différer un achat de confort, en revanche il faut dire que la consommation des biens de première nécessité est quasiment incompressible pour tous. C’est pourquoi, en cas de déflation, ces produits deviennent une valeur refuge pour ceux dont les appétits financiers sont frustré par l’étiolement des marchés lucratifs de l’économie du "toujours plus."

          Et ces produits des pauvres, à l’inverse des produits des riches auraient plutôt tendance à l’inflation. En période de guerre, cela peut aller on l’a vu, jusqu’au marché noir.

          Dans ce jeu de yoyo auquel nous soumet la globalisation, les pauvres sont alternativement conduits à se convertir au capitalisme dans les périodes fastes, et sont broyés quand la crise survient.

          "La misère c’est la pauvreté sans les moyens de subsistance" C’est ce que disaient aujourd’hui Majid Rahnema auteur de "Quand la misère chasse la pauvreté" et coauteur avec Jean Robert de La Puissance des pauvres" qui étaient les invités de Ruth Stégassy dans sa formidable émission Terre à terre, pour parler de cet ouvrage.

          Extrait : "Dans son précédent ouvrage, Quand la misère chasse la pauvreté, Majid Rahnema entendait montrer que l’économie moderne, en éradiquant la pauvreté conviviale – un mode de vie millénaire –, a eu une part prépondérante dans la multiplication de nouvelles formes de misère. .. Dans cet essai, Majid Rahnema et Jean Robert s’emploient à dresser un état des lieux et à rechercher les causes profondes des malaises qui rongent toutes les sociétés de marché. Pour eux, si la pauvreté continue d’être codifiée en termes d’aide ou de calculs économiques abstraits, des formes toujours plus pernicieuses de misère élargiront sans cesse l’abîme entre nantis et miséreux. Aussi bien, les voies de l’espérance passent par la redécouverte par chacun de sa propre puissance d’agir. (Présentation de l’éditeur )

           

          Cordialement

           


          • olivier cabanel olivier cabanel 17 janvier 2009 17:41

            JL,
            vous etes tout a fait légitime a contester cette formulation,
            elle n’émane pas de moi, mais d’une explication d’authentiques économistes, et l’on peut lire ce genre de commentaire sur plusieurs blogs de spécialistes, y compris sur wiki pédia...
            pour le reste de votre commentaire, je l’approuve, évidemment.


          • gimo 17 janvier 2009 19:55

             il faut que l’homme sache quel est le poison de ce mal ... tout simplement l(e vide de la nature)
             passer le niveau du besions vital même confortable  le reste est le phénomène de la pathologie de
            "la non construction "" du moi donc un vide une insuffisance faiblesse de soi d’une valeur de soi
            qui fait de lhomme cherche dans l’argent ce manque pour se valorisé le pauvre imbecile y croit
             par ce que un autre imbecile faible le convoite et lui enboite le pas et c’est cette maladie qui est tres rependu sur cette société de nains et pour conclure seul la valeur intérieure de homme est valable


          • olivier cabanel olivier cabanel 18 janvier 2009 07:23

            gimo,
            certains évoquent même la solution interressante de revenir au troc,
            ou d’un commerce de partage, comme le sel, par exemple,
            ce qui est certain c’est que le milieu bancaire devrait etre ’"moralisé", ou en tout cas "mis sous haute surveillance", en fixant des règles déontologiques un peu plus humanistes.


          • Frabri 17 janvier 2009 16:04

            Sur internet le livre de Paul Ariès arrive en tête des "nouveaux projets politiques".

            On peut voir sur internet également un film sur la décroissance et la simplicité volontaire où sont interviewés les principaux théoriciens de la décroissance dont paul Ariès, a partir du site suivant.

            http://www.utopimages.org/index.php


            • Marc Bruxman 17 janvier 2009 16:16

              La "simplicité volontaire", à croire que tu ne cotoie pas d’être humain pour y croire. Personne n’en veut ou presque. C’est tout au plus un moyen pour ceux qui sont dans la merde de rendre leur merde moins insupportable en se disant que c’est volontaire. Après tout si tu as une vie de merde vaut mieux se dire que c’est un style de vie plutot qu’un truc forcé. 

              Cette idéologie servira peut être politiquement à rendre la crise supportable pour ses victimes, pas plus ! Ceux qui gagneront du fric malgrés la crise continueront de consommer, ils épargneront une partie au cas ou, investiront leur épargne comme cela a toujours été. Durant les troubles, une nouvelle classe moyenne se créera, chacun prendra sa nouvelle place, et puis ca repartira comme avant. Avec des riches, des pauvres et une classe moyenne. 

              En tout cas, pour rester à flot, soyez prévoyants !


            • olivier cabanel olivier cabanel 17 janvier 2009 17:43

              Frabri,
              merci de ces liens supplémentaires,
              ne pas oublier non plus d’évoquer le merveilleux livre de Naomi Klein (la stratégie du choc) que j’ai évoqué déjà a plusieurs reprises sur d’autres articles,
              et qui est l’objet récent d’un article sur av,


            • olivier cabanel olivier cabanel 17 janvier 2009 17:47

              Marc Bruxman,

              bien sur il y aura toujours des riches, des pauvres, et des classes moyennes,
              si au moins on pouvait imaginer un monde plus solidaire,
              avec des écarts de salaires acceptables,
              et une autre façon de vivre, de consommer,
              consommer malin, utiliser les productions locales, boycotter les marchands d’illusion qui envahissent le marché avec des produits dangereux...

              au fait, vous avez un lien de parenté avec le guitariste ?


            • antireac 17 janvier 2009 20:17

              @Olivier
              Tu cites encore cette célébrissime economiste que je connaissais pas .Mais j’ai lu un peu les critiques sur cette nouvelle Madone des gauchistes .
              Le moins qu’on puisse dire que cette noami est bien klein tant dans son comportement que dans ses analyses economiques.
              Je te conseille Fridemann voir même Keynes (plus proche de ta sensibilité) economistes qu’elle critique et ont pourtant réussi puisque ces deux economistes sont toujours d’actualité dans les economies de nombreux pays du monde.
              La klein quant à elle se contente d’un verbiage creux et sans envergure n’hesitant d’attaquer les personnes dans ses analyses l’histoire de se faire mousser un peu.

              Non décidement le militantisme rend les gens aveugles.


            • Frabri 17 janvier 2009 20:28

              @ Marc Bruxman
              Si sur internet "la décroissance " est en tête des" nouveaux projets politiques", ce n’est sans doute pas par hasard ou par erreur, c’est que cela correspond a un besoin.

              Pas suffisamment de gens s’ntéréssent a la simplicité volontaire, c’est sûr , mais il y en a de plus en plus et j’en cotoie dans certaines associations écologiques comme "les amis de la terre", ou d’autres associations comme les SEL (Système d’Echange Local) ou des groupes de réflexion sur la décroissance ou la majorité des participant-te-s ont moins de 30 ans.
              De plus en plus de jeunes comprennent qu’il ne peut pas y avoir de croissance infinie dans un monde fini.

              Le mouvement de la décroissance n’existe que depuis 7 ou 8 ans. On peut, en ce début d’année et en ce début de siècle lui souhaiter une bonne année et un grand avenir.



            • Redj Redj 18 janvier 2009 02:35

              .@antireadc,
              Tu te permets de critiquer quelqu’un sur des on dit car tu le dis toi même tu ne la connais pas. Comment veux-tu qu’on te prenne au sérieux. Evite de te fatiguer, et met un lien vers le figaro, cela évitera à tout le monde de perdre du temps en te lisant


            • olivier cabanel olivier cabanel 18 janvier 2009 07:26

              j’ai eu le bonheur d’assister l’an dernier à une conférence de Paul Aries,
              j’encourage tout le monde à l’inviter,
              il est pédagogiquement très convaincant, et passionnant,


            • olivier cabanel olivier cabanel 18 janvier 2009 07:30

              antiréac,
              vous ne pouvez pas écrire une énormité pareille,
              Naomi Klein a fait dans son dernier livre un travail remarquable,
              c’est une véritable "bible" d’informations, toutes étayées, recoupées,
              un vrai travail d’investigation,
              chaque journaliste professionnel ou amateur devrait s’en inspirer,
              il y a dans "la stratégie du choc" des quantités d’informations capitales, que la plupart d’entre nous ignoraient,
              qu’elle en soit remerciée,
              en tout cas elle est tout, sauf ce que vous affirmez.


            • antireac 18 janvier 2009 09:10

              @Redj
              Ici c’est un debat ce qui veut dire en clair qu’on peut avoir des opinions divergeantes sinon pas la peine de debattre.
              Quant au Figaro je te le signale que lui aussi accépte des opinions divergeantes non si tu voulais m’indiquer
              un journal qui ne l’accepte pas ce bien l’huma.
              Pour en revenir à la klein j’ai effectivement pas lu ses ouvrages mais je doute qu’il en ait beaucoup sur ce forum qu’il l’on lu et encore moins compris.
              Tout simplement j’avais les critiques de tous bords et je me suis forgé une bonne idée je le pense.
              Enfin comme disait Olivier sur un autre forum on a pas besoin d’être technicien pour interpreter les données scientifiques (à propos du nucléaire)


            • antireac 18 janvier 2009 10:07

              @Fabri
              Tu racontes des enormités
              Bien sûr que la croissance n’est peut-être pas infini mais ce n’est pas les agitateurs du dimanche (que tu cites) qui peuvent le savoir.
              En tout cas ce qui est sûr on a devant nous de nombreuses années de croissance.

              Un petit rapel en mai 68 des étudients infantiles proposaient la croissance zéro cela leur paraissaient raisonable.
              Heureusement personne ne les a écouté sinon tu ne serai pas là pour raconter de telles absurdités
              Car l’ordi perso ne serait pas inventé quant à la décroissance il faudrait que tu en parles aux SDF ou aux méres seules avec deux ou trois marmots et qui se debattent avec un SMIC je suis sûr que tu seras très bien compris avec coup de pied au c...


            • Marc Bruxman 17 janvier 2009 16:09

              Les économistes ne sont aujourd’hui pas trop d’accords entre eux, ils hésitent entre hyperinflation, inflation et déflation. Je crois que personne ne sait. Une chose est sure, on est en crise. 

              En tout cas la baisse des taux d’intérêts concerne les banques et comme celles ci sont hyper dans la merde, elles ne le répercutent que peu. 

              On arrive surement à la fin d’une bulle du crédit qui a été trop utilisé ces dernières années. Effectivement cela va fortement réduire la masse monétaire en circulation et donc on pourrait pencher pour une forte déflation. Cela parait logique.

              Mais d’un autre coté, on a une bulle de la dette publique qui va aussi créer de la masse monétaire. Le crédit privé est remplacé par le crédit public. Mais cette bulle la sera de courte durée vu que les états sont déja sur-endéttés. 

              Or, il y a du crédit parce qu’il y a des gens qui investissent leur cash disponible dans ce crédit. Si ces gens trouvent que cela ne rapportent plus assez ils investiront leur cash aileurs, dans une consommation immédiate de biens de luxe par exemple. (Ce ne sont pas les pauvres qui achétent des bons du trésor). Ce qui va faire rentrer de la masse monétaire dormante dans le système et risque de créer de l’hyperinflation. 

              C’est de l’équilibre entre ces deux forces que viendra la tendence résultante entre déflation et hyperinflation. Et bien malin qui a ce stade peut prévoir. Tout dépendra aussi des conséquences géopolitiques de la crise qui seront énormes. 







              • letuyauteur 17 janvier 2009 20:26

                 Quand vous dites" tous les economistes sont d’accord " , Est-ce les memes qui n’ont rien vu venir , les memes qui ont crees ce systeme , les memes qui y participent ?
                Franchement etre economiste me semble un metier semblable a meteorologue . Ils font de leur mieux pour predire , mais ne pourront jamais detourner une trajectoire d’ouragan , au mieux l’annoncer et prier .


              • Yohan Yohan 17 janvier 2009 21:23

                Tessier ou économiste, quelle difference ?


              • Yohan Yohan 17 janvier 2009 21:28

                Il n’est pas besoin d’être du métier pour craindre un effet domino, Une fois les multiples plans de sauvetage s’étant montrés inefficaces à enrayer la spirale, tout peut arriver, même ce que les économistes ne se risqueraient pas à pronostiquer.


              • olivier cabanel olivier cabanel 18 janvier 2009 07:34

                politoblog,
                non, votre analyse ne fait pas l’unanimité,
                il suffit pour s’en convaincre d’aller sur internet,
                tapper le mot déflation,
                et visiter tous les blogs évoquant ce sujet,
                la quasi totalité, voire meme l’unanimité, ne va pas dans votre sens,
                désolé.


              • olivier cabanel olivier cabanel 18 janvier 2009 07:36

                yohan,
                vous avez totalement raison, et je partage votre analyse,
                la spirale est bel et bien enclenchée


              • olivier cabanel olivier cabanel 19 janvier 2009 08:14

                le tuyauteur,
                très bon ce parrallele entre les économistes et les tuyauteurs,
                la météo, au dela de trois jour, c’est du domaine d’élisabeth teyssier, ou de paco rabanne...

                ceci dit, il faut absolument voir la courte vidéo "pétrole et écran de fumée"
                d’éminents économistes, d’une indépendance et franchise à toute épreuve y ont assené il y a près de deux ans quelques vérités qui se vérifient totalement aujourd’hui

                je n’ai pas le lien sous les yeux,
                il suffit de taper "pétrole et écran de fumée" sur google vidéo, pour le visionner : 20 minutes passionnantes.


              • gimo 17 janvier 2009 20:22

                 comment peut’on parler des h pour rien et parler des ecomonistes qui se sont tous plantent en disant la chose et son contraire
                pour se donner des airs de savants linflaion a profiter à la dette et le contraire à rien alors on a
                invanter des produits aussi vereux que eux même le mansonge ne dur pas c’est la fin dun systeme
                 la pauvreté est crée par les injustices des hommes malade de pouvoir et d’argent le dirigents des pays
                sont les complices de ce systeme
                petite note de jj rousseau contrat social sur la propriéte mais de vouloir toujours plus
                Le remords s’endort durant un destin prospère et s’aigrit dans l’adversité.


                • Yohan Yohan 17 janvier 2009 20:57

                  Assez d’accord sur le pronostic que l’espère contredit. J’ai bien peur qu’on y aille tout droit. En matière de salaires, la déflation pourrait avoir commencé son oeuvre susbrepticement


                  • ReD 17 janvier 2009 21:00

                    Alors ça fait 30ans que ça a commencé smiley


                  • Yohan Yohan 17 janvier 2009 21:05

                    Peut être pas 30 ans, mais effectivement et de manière inégale selon les secteurs. Le social et la santé ont trinqué tandis que les banques ou le BTP ont revalorisé les salaires


                  • ReD 17 janvier 2009 21:17

                    Pour ces deux secteurs d’activité l’augmentation des salaires est liée à une pénurie de main d’oeuvre. L’un avait un départ massif en retraite tandis que l’autre peinait à faire rêver les jeunes quant à monter du parpaing avec une température de 5°C ou sous une pluie batante pour un salaire de misère. Ces deux secteurs ont clairement était obligé d’aller à contre courant (réduction des coûts et donc des salaires au profit des actionnaires).

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès