Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Atterré par les économistes

Atterré par les économistes

La parution du livre de Laurent Mauduit "les imposteurs de l'économie" est l'occasion d'un salutaire débat sur la place de ces experts médiatiques dans l'opinion publique française.

On peut, en toute légitimité, se poser la question suivante : leurs (multiples) activités ne signifient-t-elles pas des conflits d'intérêt, déontologiquement inacceptables ?

Car ces experts sont en général des fonctionnaires payés par l'Etat pour donner des cours dans les grandes écoles françaises. Leur salaire de fonctionnaire ne représente qu'une part minoritaire de leur revenu. Un professeur d'Université gagne, net, entre 50 000 et 80 000 euros par an. Or, l'un de ces "grands" économistes, accusés par Mauduit d'en gagner 2 millions par an, grâce à ses revenus d'administrateurs et d'actionnaires de grande entreprise, se défend en (r)assurant n'en gagner que 200 000 euros.

Restons sur ce chiffre et mesurons-en les conséquences. Avec un revenu pareil, un citoyen français -économiste de son état- n'a pas besoin de la solidarité nationale pour se payer une femme de ménage pour son appartement parisien, il n'a plus besoin de la solidarité nationale pour payer une aide-ménagère pour sa vieille mère impotente, il n'a plus besoin de la solidarité nationale si, par malheur, son grand fils se retrouve au chômage, il n'a plus besoin de l'Education Nationale pour sa fille cadette, il peut lui payer une école privée. 

Avec 200 000 euros par an, on peut en mettre un quart de côté chaque année. En les plaçant avec intelligence (c'est-à-dire avec un bon avocat fiscaliste) on peut s'assurer, dans quelques années, un revenu qui va dépasser sa retraite de professeur d'université.

Or, quand nous écoutons d'une oreille distraite, nos économistes sur-médiatisés, que disent-ils ? "Nos" impôts sont trop élevés, "nous" payons trop de charges sociales, ...

Nous les approuvons souvent par paresse intellectuelle : car, nous ne comprenons pas qu'ils défendent leurs intérêts propres. Ils n'ont pas besoin de la solidarité nationale car leurs revenus leur permettent de s'en affranchir.

La déontologie des fonctionnaires est claire : ils sont au service de l'intérêt général. Ils doivent défendre l'intérêt de la majorité de leur concitoyens. Or, quand ces économistes défendent la baisse des charges sociales, ils défendent des politiques qui vont avoir pour conséquence la réduction des retraites, des allocations chômages, de l'assurance-maladie, distribuées au plus grand nombre. Ils défendent donc des politiques qui vont à l'encontre de l'intérêt général. Clairement, leur position les met dans une situation de conflit d'intérêt qui devrait les amener à choisir entre leur travail de professeur d'université et celui d'experts au service de grands groupes économiques. 

Aujourd'hui, quand un fonctionnaire "normal" veut intervenir quelques heures, hors de son service, il doit remplir une autorisation de cumul, qui peut être refusée par sa hiéarchie. Normalement, ces activités annexes doivent le rester et ne peuvent représenter une importance comparable à l'activité principale du fonctionnaire.

Mrs Cohen, Pastré et consorts, remplissez-vous une autorisation de cumul ? Faut-il une loi pour exiger de vous que vous choisissez entre vos activités "publiques" et vos activités "privées" ?


Moyenne des avis sur cet article :  4.79/5   (132 votes)




Réagissez à l'article

97 réactions à cet article    


  • André-Jacques Holbecq André-Jacques Holbecq 10 avril 2012 08:50

    Je ne pense pas qu’il puisse y avoir d’économiste neutre, mais je pense qu’ils doivent « annoncer la couleur de leurs liens »

    Ca me rappelle Marc Fiorentino qui a écrit un article intitulé "Le 7 mai, la France sera attaquée" il y a quelques mois, dans lequel il écrivait en introduction

    "
    Scénario-fiction  ? Dés le lendemain de l’élection présidentielle, une fois François Hollande à l’Elysée, la finance se vengera. Et ce n’est que quand le nouveau président fera un discours « pour rassurer les marchés financiers », et qu’il suppliera Angela Merkel de l’aider en lui promettant de ne pas toucher aux traités que l’Allemagne interviendra.
    Ecartons tout d’abord le volet politique de cette anticipation. Je n’ai aucune arrière-pensée politique. Je ne milite pour personne, ni contre personne. Je voterai blanc. Mais c’est une réalité. Le 7 Mai la France sera attaquée. Et mise à genoux.
    "

    Je répondais à l’époque à quelqu’un qui m’avait envoyé ce papier de Fiorentino en me demandant ce que j’en pensais :

    "Que voulez vous que dise d’autre Marc Fiorentino qui est certainement économiste, mais surtout banquier et financier ?
    " Diplômé d’HEC en 1982, Marc Fiorentino a œuvré pour des banques d’affaires américaines en Europe durant seize ans (dont Bank Of America et Salomon Smith Barney), puis en 1999, cet ancien professeur à l’Essec, créa sa propre société de Bourse, Euroland Finance, et en 2007, un site de conseil en investissement financier, Allofinance.com.
    "


    • silversamourai silversamourai 10 avril 2012 15:24

      il est donc intéressant de savoir que « Alternatives Economiques » fonctionne en SCOP !


    • bigglop bigglop 10 avril 2012 19:37

      Bonsoir à tous,

      Pour une fois Fiorentino a raison en parlant de la mise en place par Eurex (détenu par Deutsche Boerse), d’OAT sur la dette française ?

      Une nouvelle arme de destruction massive va être donnée aux spéculateurs  :
      la création d’Obligations Assimilables du Trésor (OAT) sur la dette française pour le 16 avril 2012.
      Eurex, avec l’accord plus ou moins explicite des politiques, de l’UE et de la BCE, va donc lancer un nouveau moyen d’arbitrage des dettes souveraines, basé sur le principe des future du Bund allemand. 

      Le but, en théorie, serait de réduire le « spread » entre la France et l’Allemagne. Dans la réalité, il s’agit de l’une des dernières torpilles de Sarkozy pour nous couler un peu plus, et nous allons nous faire saigner par des prises de positions spéculatives de ventes à découvert (et à nu) à la baisse sur la dette française, entraînant une méfiance des marchés et mécaniquement une hausse des taux pour le financement de notre dette.

      En fait, tous ceux qui spéculeront sur la dette française seront les arbitres de notre capacité à rembourser la dette (donc à emprunter).

      Il n’y aura plus besoin des agences de notation. 

      Les politiques et autres décideurs ne veulent toujours pas se souvenir des leçons du passé, notamment comment George Soros a coulé la Livre et le Franc.

      Tout le monde pourra acheter ou vendre à découvert des emprunts d’état français avec un effet de levier de 20. Avec 50 000 € vous pourrez négocier à découvert jusqu’à 1 million d’euros d’emprunts d’état français et cela sans avoir recours à l’achat de CDS (Credit Default Swap).

      Pour une étude détaillée : http://www.les-crises.fr/speculatio...

      Il n’y a pas de crise de l’Euro, mais une crise systémique des banques et institutions financières



    • chantecler chantecler 11 avril 2012 10:01

      La vente à découvert pour la spéculation a directement entrainé la crise de 1929 .


    • celui qui maugréé celui qui maugréé 12 avril 2012 14:38

      « Je ne pense pas qu’il puisse y avoir d’économiste neutre, mais je pense qu’ils doivent »annoncer la couleur de leurs liens«  »


      oui je suis entièrement d’accord , c’est d’ailleurs vrai aussi concernant les journalistes, juges et quelques autres corporations. Cela n’empêche pas de les écouter et d’apprécier mieux encore leur neutralité si ils y arrivent. Mais cela permet de prendre pleinement en compte leur discours dans le contexte de leur pensée.

      Mais cela reviendrait a rendre l’esprit critique et l’analyse aux gens ... peut être une mauvaise chose aux yeux de nos chères élites.


    • Romain Desbois 10 avril 2012 08:59

      L’économie n’est pas une science « dure » et il est impossible de détacher l’analyse de l’idéologie.

      Je décerne le pompon à Emmanuel Lechypre qui sur BFM a dit qu’il fallait diviser le SMIC par deux pour permettre aux entreprises d’embaucher plus facilement.

      Il aurait pu aller jusqu’au bout de sa réflexion et proposer le travail sans salaire. ansi les entreprises n’auraient aucune difficulté à embaucher.


      • kemilein 10 avril 2012 15:42

        bas la course a la « concurrence »d’avec les bosh, puis ensuite d’avec les chinois puis ensuite d’avec le malien, on trouve toujours moins cher ailleurs, c’est donc une course a l’esclavage.


      • robin 11 avril 2012 09:52

        « L’économie n’est pas une science »dure« et il est impossible de détacher l’analyse de l’idéologie. »

        Rien n’est une science dure, il suffit pour ça d’y exercer suffisamment de pression politique financière ou « familiale » pour les plus durs de la feuille.


      • ObjectifObjectif 12 avril 2012 14:27

        Il faut seulement avoir conscience que quand vous avez accepté de vendre votre travail ou vos biens contre une monnaie que d’autres créent dans votre dos, vous acceptez juste de vous faire avoir.

        Pour mieux comprendre :
        http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/pour-un-systeme-monetaire-112936

        Mais vous n’êtes pas obligé d’accepter, on vous le fait juste croire....


      • jourdan 10 avril 2012 09:44

        C’est marrant que chez les économistes, on ne nous propose jamais de diviser par deux les salaires et rémunérations des gens qui vivent sur le dos du système, et qui sont finalement une belle pompe à impôts.
        Quand touchera t’on aux rémunérations et régimes spéciaux des députés, sénateurs, hauts fonctionnaires cumulards, gratte papiers Bruxellois etc... il y aurait pourtant de belles économies à faire....

        Au lieu de cela on dresse les pauvres contre les moins pauvres et vice versa... et ça marche !

        J’attend le jour ou Mélenchon proposera un truc en ce sens... je crois que je peux attendre longtemps.


        • Christoff_M Christoff_M 10 avril 2012 20:59

          Ils ne risquent pas de s’imposer eux mêmes !!

          Je ne sait pas si vous l’avez remarqué mais depuis 2007 les riches grands patrons et autres rentiers de ce pays nirvana et vache à lait pour placements de gens de l’élite mondialiste...

          Sont largement défendus par des lois scélérates votées par cette droite mafieuse d’avocats d’affaires UMP les Copé, Lagarde, Woerth et cie, NKM, Bertrand n’est pas mal nonplus pour faire fructifier les affaires des grands labos pharmaceutiques...
          Chattel et la petite punaise blonde fille à papa de service, sont la aussi pour favoriser une certaine élite dans le domaine de l’éducation et la formation...

          Tout est de plus en plus cher, il existe bien des formations intéressantes et des créneaux valables mais ils sont réservés au fils et filles à papa de l’élite actuelle...

          Ne parlons pas du domaine de l’art ou du spectacle ou la aussi les plus riches captent les aides et ne payent pas d’impôts !! le pompon étant bien sur les millions versés par l’Europe au métiers de l’agro alimentaire, aidant ceux qui fournissent les grandes surfaces avec de la bouffe de merde et de l’agriculture intensive tout en empêchant tout « petit » ou vraiment bio de survivre... miss NKM n’a t elle pas fait adopter une loi qui empêche les associations de moins de 2000 adhérents de s’exprimer et d’avoir un site sur internet...

          Encore une fois on favorise les plus gros et les établis du système et l’Europe ne fait que renforcer cela avec des discours de façade allant à l’opposé carrément des lois ou des actes sur le terrain...

          Nous n’avons pas fini de payer les pots cassés de mister Sarkozye et ses sbires, pour la plupart avocats et conseillers au service de la finance mondiale et anti français !!

          Nous devrions exiger un bilan de leur fortune et de leurs biens et certains tomberaient de haut au lieu d’écouter les discours trompeurs et moralisateurs de ceux qui se servent sciemment dans les caisses de l’état et des régions !!

          Idem pour les retraites grosse facture pour les plus pauvres et retraites au bout de cinq ans pour les nantis du système et il n’y a pas que des traders !!

          Quand est ce que les français vont ouvrir les yeux et arrêter de trimer et d’etre les vaches à lait d’une certaine élite dorée et mondialisante qui s’auto attribue tous les avantages en se goinfrant ouvertement partout, tout en nous faisant des discours de curés sur la rigueur à la manière des faux culs de première du système style Fillon, Copé, Pecresse...


        • appoline appoline 11 avril 2012 12:57

          @Jourdan


          C’est pourtant bien par là qu’il faut commencer car le gouvernement ne peut demander décemment aux français de se serrer la ceinture, sans revoir ces « salaires » injustifiés et totalement abusifs.

        • ObjectifObjectif 12 avril 2012 14:28

          Il faut seulement avoir conscience que quand vous avez accepté de vendre votre travail ou vos biens contre une monnaie que d’autres créent dans votre dos, vous acceptez juste de vous faire avoir.

          Pour mieux comprendre :
          http://www.agoravox.fr/actualites/e...

          Mais vous n’êtes pas obligé d’accepter, on vous le fait juste croire....


        • Scual 10 avril 2012 10:00

          IL faut différencier la science économique et la religion néolibérale... une fois ce travail fait on peut distinguer les économistes des propagandistes ou des curés.

          En tout cas les vrais économistes sont très intéressant et nous avons besoin d’eux. Il ne faut pas tirer sur toute la profession, le problème c’est le neolibéralisme. C’est un problème politique, pas économique.


          • combien d’avocats d’affaires ou fiscalistes aussi de gérants de sci font le cumul avec un mandat de

            député ou sénateur a L UMP ???

            VAMIRELLA NKM DEVRAIT LES COMPTER


          • Dolores 10 avril 2012 19:16


            La « science économique » n’existe pas. Ses diagnostiques et pronostiques sont aléatoires. Elle s’apparente plus aux prédictions d’une voyante qu’a la sciences.

            Mais les « experts », qui n’ont pas même su prévoir la crise avec toute leur « science », voudraient faire croire que leur paroles est parole d’évangile, alors qu’ils défendent en réalité une politique ultra libérale qui fait leurs choux gras.

            Quand il n’y a pas de problèmes et qu’une demande d’augmentation du smic se fait jour, ils poussent des cris d’avertissement, d’après eux on ne peut le faire sans déstabiliser les entreprises.
            Si les temps sont plus incertains, ils éructent parce qu une augmentation ferait fermer les entreprises et transformerait ces privilégiés de smicards en chômeurs.
            Qui tire profit de ces élucubrations ?
            Ils tiennent à peu près le même raisonnement pour parler d’embauche.

            Ceux qui parlent le plus fort de la compétitivité des entreprises du coût du travail et l’abaissement du smic savent très bien qu’ils n’en souffriront d’aucune manière.
            Tout comme les politiques qui s’estiment courageux quand il s’agit de baisser les retraites, d’augmenter la TVA et les redevances en tous genres.
            Aucun n’a les mains rendues calleuses par le travail.
             

            Les députés, sénateurs, les gouvernants et tous ceux qui tournent autour ont-ils envisagé une seule seconde de revoir leurs émoluments à la baisse ?
            Que nenni !
            Ils les estiment pratiquement insuffisants pour vivre , mais ils pensent qu’il est normal que le peuple se contente d’un smic -ou moins- et qu’il doit s’en s’en satisfaire car ils n’ont pas la moindre idée de la façon dont on peut vivre avec si peu, eux qui ne ne connaisse pas le prix de la baguette ou du ticket de métro. 

            Bref ! les « experts »...à la lanterne !!!!!


          • Scual 11 avril 2012 10:43

            Désolé mais vous vous trompez.

            Bon sur les experts, on est d’accord à 100%. Mais sont ils vraiment économistes ?

            La science économique existe. Il ne s’agit pas d’une science totalement exacte comme les math et tout ça. Il s’agit juste d’appliquer à l’économie la méthode scientifique. Donc elle existe. Elle n’est pas sure à100% mais bien bien à95% tranquille.

            Le problème c’est que ceux qui se prétendent économistes ne le sont pas. Rien de ce qu’ils disent n’est basé sur l’observation des faits, qui leur donne tort à chaque fois. Bref ils ne sont pas vraiment des économistes. On ferait mieux de se demander comment leurs élucubration a pu leur permettre d’avoir un diplôme dans ce domaine alors que 20 minutes de travail de recherche suffit à démonter l’absurdité de leur discours.

            Vous savez je comprend qu’on croit qu’on peut généraliser, car ceux qu’on voit, l’infime minorité, appartiennent tous à ce clergé absurde, mais il ne faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain. A d’autres époques on fustigeait les lettrés parceque c’était tous des lettrés dans la classe dominante... le problème n’était pas là, le problème c’était qu’ils étaient des salauds, des charognes et des incompétents. Vous voyez comme on les retrouve aujourd’hui ? Cachés derrière d’autres titres, métiers et corporations ? Quand à ces métiers, il y a dedans des gens biens, sincères et compétents. Gardons le à l’esprit, quand on foutra les incompétents dehors, on saura qui parmi la relève fera sont travail à sa place et pour de vrai cette fois-ci.


          • Dolores 12 avril 2012 17:09

            A supposer que la « science économique »existe, elle fait partie des sciences humaines comme la Littérature, la Psychologie, la Philosophie...

             De même la partie diagnostique de la médecine est une science Humaine (le diagnostic peut se révéler faux), seule la partie analyse de laboratoire est une science exacte (on peut renouveler l’expérience autant de fois qu’on le désire et avoir la même réponse à chaque fois).

             Se servir de calculs mathématiques pour faire des prévisions ne signifie pas qu’ils ont été employés à bon escient et ne garanti en rien leur exactitude . Et encore 99,9% des "experts ne sont pas capables de prévoir quoi que se soit !
            Leurs expertise est du domaine de la foi !


          • Iren-Nao 15 avril 2012 10:41

            Scual

            Je crois que vous avez raison, il doit bien exister des gens propres et compétents, même en politique.

            Mais ne s’agira plus de foutre les salauds dehors, mais bien de les éliminer physiquement après confiscation de leurs biens.

            Ça s’appelle une révolution et ce n’est jamais joli joli, mais il le faut et qu’on les trques jusque dans leur chiottes.

            Bonne chasse.

            Qu’un sang impur abreuve nos sillons.

            Iren-Nao


          • jourdan 10 avril 2012 10:56

            A ce sujet, je recommande très vivement l’écoute en ligne de la matinale de france culture de ce matin

            http://www.franceculture.fr/emission-les-matins-la-democratie-a-t-elle-le-mal-de-ses-elites-2012-04-10

            Voici la présentation : (copié/collé)

            « La démocratie a-t-elle le mal de ses élites ? »

            A douze jours d’un rendez-vous pour le moins crucial pour la France, un constat quelque peu glacial s’impose : 32% des français seraient prêts à s’abstenir, tandis que 30% d’autres n’ont pas encore fait leur choix parmi les 10 candidats…

            Le renouvellement de nos plus hauts représentants – Président de la République et membres de l’Assemblé Nationale, excusez du peu ! – désintéresse, ennuie, agace, on ne sait pas exactement, mais le fait est que beaucoup de français ne seront pas au rendez-vous dimanche 23 avril.

            C’est pourquoi nous nous sommes demandés au Matins si les français n’étaient pas – pour le dire pudiquement – en froid avec leurs élites… Ah, l’élite, voilà justement un terme que l’on n’apprécie peu en France, et ce n’est certainement pas un hasard si on le voit ressurgir dans les discours en période électorale… Toutefois, si l’élite a des liens de parenté avec l’élection, il n’en reste pas moins un concept confortablement flou et fort pratique pour insulter ses concurrents, ce que n’ont pas manqué de faire les candidats ces derniers jours…

            Nous remonterons ce matin aux sources des tensions entre l’élite et l’idéal démocratique en compagnie de la politologue Olivia Leboyer, qui publie Elite et libéralisme (Cnrs éditions) et du philosophe Serge Audier qui publie Néo-libéralisme(s) - Une archéologie intellectuelle (Grasset, 3 mars 2012). "


            • Epiméthé 11 avril 2012 15:21

              Déjà rien que le titre de leur émission est trompeur. Nous ne sommes PAS dans une démocratie, mais dans un régime de gouvernement représentatif, c’est à dire que ce n’est pas le peuple qui gouverne, mais ses représentants. 

              C’est en bonne partie à cause de la professionnalisation de la politique que les représentants finissent par s’attacher à leur fonction, parce qu’elle les nourris,. Ils se désintéressent alors de l’intérêt général parce qu’ils cherchent d’abord à se faire réélire. Il est donc normal qu’on en ai marre d’élire nos maitres qui ne représentent pratiquement plus nos intérêts, sauf pour une ou deux idées de leur programme....

              Quand aux économistes, bien évidemment que ceux-ci défendent un modèle d’organisation des échanges de la cité (au sens large) qui va dans leurs intérêts. Ce qui fait que le peuple souffre, c’est que les hommes politiques au pouvoir ont adopté comme manuel de décision, celui de l’économie libérale et néo-libérale. Ils sont tous pour le marché, la libéralisation, la dérégulation à grande échelle afin que les entreprises puissent trouver des débouchés et des « relais de croissance » partout dans le monde. C’est la compétition à l’échelle planétaire, et cela fait 2 siècles que les banquiers et affairistes aidés par les hommes politiques s’échinent à faire prospérer le système. Ils ont donc besoin que les hommes politiques, qui ont le pouvoir de faire et de voter les lois (l’éxécutif et le législatif ne sont plus séparé depuis bien longtemps) votent des lois qui légitimes leurs actions. A ce titre, Montesquieu se retournerait dans sa tombe si il voyait l’aberration que représente le pouvoir pour le législatif de disposer d’une grande partie du pouvoir réglementaire sans aucun contrôle grâce aux décrets et circulaires (pour paraphraser EC)
              Les hommes politiques ne sont donc pas des élites, mais les plus mauvais, ce sont ceux qui veulent le pouvoir et qui espèrent le garder pour eux-même. 
              Pour la démocratie, la vraie celle digne de ce nom, il faut regarder du côté du tirage au sort, de l’amateurisme politique, de la rotation des charges, du non cumul des mandats et surtout de l’assemblée constituante tirée au sort.


            • ZEN ZEN 10 avril 2012 11:26

              Bonjour, 

              Il est en effet plus que temps de s’interroger sur les économistes d’influence, qui forgent la doxa.
              Heureusement, d’autres économistes critiques, même de leur propre pratique, viennent contrebalancer le poids dominant de ceux qui hantent les médias de manière souvent très intéressée...mais ils sont rarement invités et leurs voix ont tendance à se perdre dans la cacophonie des ondes et des images.



              • VAMPIRELLA NKM PORTE PAROLE DU BOUFFON

                cette grande bourgeoise aime s’encanailler..avec les CANAILLES DE L UMP sarko...hortefeux ..copé et ses amis gaubert et takkiedine...trafics d’armes et fait nouveau...super villas en colombie
                et après partouze dans la piscine...avec cocaine

                ils étudient pour savoir si la drogue rapporte plus que les armes


              • aberlainnard 10 avril 2012 11:53

                « Ils » nous répètent sans cesse que les charges sociales et les impôts en France atteignent des niveaux insupportables et portent atteinte à notre compétitivité, qu’il faut donc nécessairement faire des coupes sombres dans les budgets des services publics aussi importants que sont la santé, l’éducation et les dépenses de solidarité.

                Le problème ne serait-il pas plutôt, qu’ailleurs, une part insuffisante de la richesse produite n’y soit consacrée ?

                Quel modèle la collectivité humaine doit-elle se donner ? Ramener les conditions de vie de l’ensemble des citoyens à celles que connaissent les peuples qui fabriquent nos biens à bon compte ou, au contraire, les élever à celles des pays les plus avancés dans le domaine social.



                • lemouton lemouton 10 avril 2012 12:32

                  à aberlainnard..
                  assez d’accord avec votre écrit.. et je relève quelques points..
                  les charges sociales

                  — > ce terme est faux, il s’agit de « cotisations sociales »..

                  Le problème ne serait-il pas plutôt, qu’ailleurs, une part insuffisante de la richesse produite n’y soit consacrée ?

                  — > exact
                  mais ne pas oublier que la France est saignée annuellement de 49 000 miilions d’euros donnés directo aux banques
                  et cette somme est prévue comme 1ère dépense bidgétaire de la France en 2012..ne pas oublier... smiley


                • Romain Desbois 10 avril 2012 13:29

                  lemouton

                  Je pense que vous voulez dire MILLIARDS !!!!


                • Romain Desbois 10 avril 2012 13:31

                  oups pardon j’ai répondu trop vite... ; à moins que jepense encore en francs. Pour ma grand mère c’est encore pire elle est restée aux anciens francs


                • lemouton lemouton 10 avril 2012 13:32

                  49 000 millions = 49 milliards ... smiley


                • Emmanuel Aguéra LeManu 12 avril 2012 07:50

                  Pourquoi faire simple quand on peut tout compliquer ? La prochaine fois, l’ovin, autant parler de 4900000000 de centimes d’euro.


                • lemouton lemouton 10 avril 2012 12:37

                  Je ne peux m’empêcher de faire encore allusion à mon économiste préféré

                  Michel Godet..

                  bon c’est vrai que devant Mélenchon, il a été un peu minable.smiley

                  évidement cela le changeait des complaisants de « C dans l’air. » smiley..
                   Il n’avait pas l’habitude le pauvre...


                  • Romain Desbois 10 avril 2012 14:10

                    lemouton

                    Michel Godet !!!!!

                    Le mec qui mélange les carottes et les lapins ? ll a des fois des idées justes et puis il part en vrille, dans le pire des poujadismes.

                    J’avais déjà remarqué que lorsqu’on lui démonte un de ses arguments, il répond sur d’autres choses.


                  • lemouton lemouton 10 avril 2012 14:31

                    oui.. oui... Romain des bois..

                    c’est bien lui... le bouffeur de fonctionnaire.. ces salauds de privilégiés... smiley
                    parasites de la nation qui font obstruction au libéralisme moderne, par leur corporatisme égoïste d’enfants gâtés.... smiley

                    euh.. attention.. je déconne là , je Godé-ise .. et j’avoue que c’est jouissif, ce jeu de rôle.. smiley


                  • OUI GODET FERAIT MIEUX DE COMPTER LE NOMBRE D ELUS DIX FOIS TROP FORT
                    MINISTRES DEPUTES SENATEURS ET MAIRES ET ADJOINTS....
                    COMBIEN SONT INELIGIBLES ETANT CUMULARDS OU AVOCATS D AFFAIRES OU FISCALISTES GERANTS DE SCI...
                    surtout a l UMP....
                    il est fatigant et borné...il ressasse toujours contre les fonctionnaires...les mes fadaises...


                  • Dolores 10 avril 2012 19:56

                    J’adore Michel Godet !

                    Ou plutôt j’adorerais lui botter le train chaque fois qu’il ouvre la bouche.

                    Il n’a jamais personne face à lui pour le contredire,


                  • jef88 jef88 10 avril 2012 12:50

                    Les profs d’économie ne connaissent que des (belles ?) théories....
                    Ils mélangent causes et effets d’une façon remarquable

                    Exemple  : « pour qu’une entreprise se développe il faut qu’elle investisse »
                    C’est faux : « pour qu’une entreprise se développe il faut qu’elle ait des produits et des clients »
                    On n’investit qu’au moment ou on a la certitude d’amortir l’investissement sinon ? Dépot de bilan.....

                    Mais cela passe très haut ! nos grosses têtes ne captent pas !!!!


                    • John_John John_John 10 avril 2012 13:06

                      " On n’investit qu’au moment ou on a la certitude d’amortir l’investissement sinon ? "

                      C’est faux. Une composante fondamentale de la vie, et de l’économie, c’est le risque. On ne peut JAMAIS être certain de quoi que ce soit, toute création d’entreprise, toute création de nouveau produit est une prise de risque, un pari sur l’avenir, donc une spéculation. Quand on innove, on n’est pas sur d’avoir des clients, encore moins des clients solvables. Mais on investit quand même, parce qu’on y croit et parce que derrière toute avancée il y a une prise de risque. 
                      Pour qu’une entreprise se développe, il faut qu’elle fassent plusieurs paris simultanément, en espérant que la somme de ceux qui réussissent soit supérieure à la somme de ceux qui échouent. Et c’est là que la direction joue son rôle : si les patrons sont bons, l’investissement sera rentable (ex Post-It chez 3M), sinon l’entreprise sera mise en difficulté (ex : Blackberry). 

                      Bref, c’est bien vous qui inversez causes et effets, l’investissement est une condition nécessaire mais pas suffisante à la réussite et à la rentabilité d’une organisation. 

                    • jef88 jef88 10 avril 2012 13:51

                      Et c’est « grace » à ces paris que notre industrie s’est écroulée
                      CQFD.............


                    • John_John John_John 10 avril 2012 14:17

                      A nouveau, vous montrez votre incompréhension profonde des dynamiques industrielles. Notre industrie va revenir, et dans pas longtemps. Mais elle n’embauchera personne. 



                    • jef88 jef88 10 avril 2012 14:46

                      Une industrie sans personne ?
                      Vous lisez trop de BD de SF................. !!!!!!!!!


                    • Le printemps arrive Le printemps arrive 10 avril 2012 22:00

                      @John-John :
                      si je suis votre raisonnement :
                      les entreprises n’auront plus d’employé (enfin presque plus), il faudra donc taxer les produits du travail des machines pour que le peuple puissent enfin vivre ! Sinon faudrait-il l’éliminer ?

                      Il faut, face à l’automatisation des tâches (pénibles qui plus est) qui supprimera des emplois, que l’on forme pour des emplois plus qualifiés, et pour cela il faut un système éducatif performant.
                      Donc, il faut prendre l’argent là où il est, mettre le paquet dans le circuit de formation (public,cela va de soit).
                      Il faut, à la tête de l’état des gens convaincus de cela et qui ont un programme pour, si, en plus on trouve les moyens de chercher en direction d’un dévelloppement écologique, durable (à bas l’obsolescence programmée à nous asservir au salaire de misère que l’on nous promet) qui sera bon pour tout le peuple, puisque c’est la base du peuple qui trinque en premier.

                      Cette architecture que je viens de résumer, ceux qui ont fait l’effort d’aller voir le sites de tous les candidats (en se séparant de ses préjugés) verront qu’un seul a fait une proposition cohérente.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès