Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Avril 2005 une « semaine du micro crédit » en France - premier (...)

Avril 2005 une « semaine du micro crédit » en France - premier bilan

L’Adie a organisé, au sein de l’Année mondiale du micro crédit, une opération médiatique en Avril, pour « aller à la rencontre du grand public ». L’association donne un premier bilan lors de son Assemblée générale du 11 mai.

2005 a été décrétée Année mondiale du micro crédit par l’ONU, et de nombreuses manifestations font connaître cette technique de financement. En France, Maria Nowak a pris la présidence d’un comité qui regroupe les organisations les plus concernées. Parmi les manifestations, une Semaine du micro crédit a été organisée en Avril, qui avait pour but de faire connaître l’action de l’Adie au grand public. De fait, la partie médias est réussite, puisque l’Adie recense une cinquantaine d’article dans la presse nationale, 20 passages télé et 30 passages radio sur la période.

Une demande d’appui parmi le grand public ?

La deuxième question traitée était la suivante. L’Adie soutient depuis des années qu’il y a, parmi le grand public, une demande d’aide et d’appui en matière de création d’entreprise. Alors que de nombreux professionnels émettent des réserves en disant que c’est l’offre de prêt de l’Adie qui crée la demande. La réponse tient dans ce type de médiatisation grand public : elle fait remonter des demandes d’aide au projet (plus ou moins formulées) en grand nombre. Pour la Semaine d’avril : 34 000 connections au site mis en place ; 50 000 contacts et 7 000 projets traités par les délégations Adie... et quelques centaines de prêts dans les semaines qui ont suivi.

Un message complexe à faire passer au grand public : l’exemple d’Atac

L’autre versant de cette semaine est tout aussi intéressant. Les supermarchés Atac avaient décidé de s’associer à cette Semaine du micro crédit en proposant à leurs clients de faire don de leurs « points Atac » (des remises liées à des cartes de fidélité) à l’Adie, pour aider l’association à preter.

Au total, Christophe Mulliez directeur du développement durable d’Atac, a fait un chèque de 57 000€ à l’association : ce qui n’est pas négligeable. « Pendant cette semaine d’Avril, dit il, 10 millions de clients sont passés dans les caisses des 400 magasins Atac, et ont été sensibilisés par les hôtesses de caisses à ce thème ».

Mais le bilan global de l’opération est nuancé sur deux points :

- c’est très difficile de sensibiliser le grand public à un thème complexe. Proposer aux clients de donner pour « des malades » (contre le cancer, etc.), ça passe. Leur proposer de donner « pour des chômeurs », ou « pour une association qui aide les chômeurs à créer leur emploi » c’est beaucoup plus difficile. Il y a un débat immédiat, qui crée une réticence parmi les clients.

- L’opération a d’autant mieux marché là ou les bénévoles de l’Adie venaient dans les magasins pour l’expliquer ; surtout auprès des caissières, en contact direct avec le grand public. Ailleurs, l’incompréhension dominait.

Mais l’opinion des patrons de magasins est très majoritairement positive, constate Christophe Mulliez, qui voudrait bien que l’Adie aille créer des entreprises près des magasins les plus exposés, dans les quartiers sensibles. Au total, cette opération montre bien que la création d’entreprise peut devenir un thème réellement grand public, et que « les gens », les clients de supermarchés, sont disponibles. Si on leur fait une proposition qui a « du sens », une partie d’entre eux s’en empare aussitôt.

Benoît Granger


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (1 vote)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès