Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Baby-boomers, remboursez votre dette !

Baby-boomers, remboursez votre dette !

La dette publique française a augmenté, sans aucune raison qui puisse le justifier, de mille milliards d’euros en vingt ans. Cela c’est ce qu’on voit. Mais il existe en plus une accumulation qui fait que ce que les baby-boomers ont volé à leurs enfants, c’est beaucoup plus !

"Les jeunes générations devraient faire un procès en lâcheté et en laxisme à ceux qui ont laissé courir la dette." François Bayrou, le 24 janvier 2007

Et bien c’est parti ! Baby-boomers, vous figurez aujourd’hui sur le banc des accusés. Accrochez-vous : les charges retenues contre vous sont nombreuses et graves.

 

En plus des mille millards d’euros de dette financière que les baby-boomers doivent à leurs enfants voici les autres dettes non comptabilisées pour l’instant.

1/ Le papy-krach

On le sait depuis longtemps, les baby-boomers arrivant à un âge avancé vont peser sur les dépenses publiques, sur les impôts de leurs enfants, moins nombreux qu’eux, d’abord par les retraites que nous allons leur verser puis par le coût de leurs soins médicaux que l’on paiera. Ceci aurait dû les amener à mettre des sommes énormes de côté pour préparer l’avenir. Ils ne l’ont pas fait, j’estime pourtant qu’ils nous le doivent.

Le coût à venir des retraites a déjà été estimé à quasiment mille milliards d’euros. Celui des soins médicaux, qui explosera plus tard, sera probablement supérieur (plus de détails sur www.nonaladette.fr).

Je vous réclame donc, chers baby-boomers, au nom de la génération suivante, deux mille milliards d’euros au titre du papy-krach.

2/ La dette environnementale

L’insousciance des hommes et des femmes du XXe siècle a conduit à une pollution sans précédent de nos milieux de vie. Nos villes sont irrespirrables, bruyantes et encombrées. Nos nappes phréatiques sont polluées et en voie de tarrissement. Notre atmosphère remplie de gaz à effets de serre se réchauffe de plus en plus vite. Les rendements agricoles, suite à la surexploitation, vont plafonner voire décroitre à l’avenir.

Vous nous devez de nous rendre cette planète, au même titre que les finances publiques françaises, dans l’état où vous l’avez trouvée ! Je vous demande donc, au nom de ma génération, de diviser votre consommation d’énergie par quatre. Troquez vos 4x4 pour des vélos, vivez dans des logements plus petits et mieux isolés. Partez moins en vacances à l’autre bout du monde.

Et pour les dégâts déjà causés, vous ajoutez mille millards pour compenser le délabrement de nos conditions de vie.

3/ La dette du chômage

Les politiques économiques que vous avez choisies ont conduit à un blocage du marché du travail en fermant à double tour les portes d’entrée. Quand vous étiez jeunes, vous trouviez du travail où vous vouliez. Aujourd’hui, seule la minuscule fraction des diplômés de grandes écoles voit les portes de l’entreprise s’ouvrir à elle. Les autres galèrent et quand ils trouvent un job minable, ils sont considérés par leurs aînés comme, vous savez, "ah la jeunesse d’aujourd’hui !". Ceci se traduit évidemment dans les salaires des jeunes d’aujourd’hui, nettement inférieurs, en moyenne, à ceux de leurs parents au même âge, et, cela va sans dire, à ceux de leurs parents aujourd’hui, même retraités !

Vous nous devez de nous rendre l’ascenseur social en état de marche, ou alors vous nous donnez mille millards supplémentaires pour compenser.

4/ La dette du logement

Compte-tenu de l’envol des prix, le pouvoir d’achat immobilier a été considérablement réduit pour un jeune (-20% rien que sur 1999-2006) : pour qu’on puisse acheter une surface équivalente à ce que vous avez acheté à notre âge, il faut plus d’années de salaires. Pour compenser cela, vous nous devez mille milliards.

 

Chers baby-boomers, l’addition est salée, vous nous devez donc six mille millards d’euros, 3 ans et demi de PIB. Bonne nouvelle, vous pouvez les payer ! "Selon une étude de l’Insee, le patrimoine des ménages français a augmenté de 82 % entre 1995 et 2003, atteignant 6 351 milliards d’euros à cette date" (source). Depuis, la valeur de vos maisons et de vos actions a continué d’augmenter, vous devez donc bien avoir 8000 millards d’euros de côté.

On ne vous en demande que 6000...

Nono Ladette

www.nonaladette.fr


Moyenne des avis sur cet article :  3.25/5   (32 votes)




Réagissez à l'article

46 réactions à cet article    


  • jak 2 mai 2007 11:33

    Voyez-vous c’est le discours de JMLP, qui fustige, non sans raison parfois, la bande des 4, responsables des maux d’aujourd’hui.


    • Argo Argo 2 mai 2007 12:01

      Aujourd’hui, les plus volontaires ou les mieux armés d’entre nos jeunes quittent la France et s’installent au Royaume Uni, aux USA... De plus en plus en Asie. Certains forment des rêves étranges et merveilleux où ils deviennent hauts fonctionnaires. Les étudiants descendent en masse dans la rue pour manifester contre le CPE. Comme d’autres mettent le feu à leurs banlieues... Formes diverses du même cauchemar, refus de l’assistanat et de la précarité, rejet du même système... Ironie du sort, leur lutte les oppose aux nantis du baby boom et autres soixante huitards gâtés par la vie, parangons d’égoïsme promettant à leurs enfants la pauvreté de leurs parents. Tristes post révolutionnaires, droits dans leurs bottes dorées, tartuffes d’une charité trop bien ordonnée dont la devise et la contribution à l’histoire pourraient se résumer à une formule : prenons nos désirs pour la réalité et après nous le déluge !

      Réduire le poids des transferts sociaux, certainement, la dette, oui. Mais que les intégristes de la réduction à tout crin n’en profitent pas pour différer encore et encore les réformes dont la jeunesse a besoin : systèmes de retraite et de santé, système bancaire (qui ne leur prête pas un rond), éducation supérieure, etc.

      Bon courage


      • jef88 jef88 2 mai 2007 12:16

        Avez vous connu la France des années 60 ?
        - Combien de voitures par habitants ?
        - Quel équipement électro-ménager ?
        - Quelles vacances ?

        On a travaillé parfois 60 heures par semaine pour améliorer notre bien-être et celui de nos enfants. Alors si vous voulez bien vivre, faites comme nous bossez et bougez vous !

        Nous ne voulons pas, nous ne pouvons pas être tenus responsables des actes des politicards qui bradent la France et surtout son économie depuis prés de 30 ans


        • Nono Ladette Nono Ladette 2 mai 2007 14:56

          Non j’ai 22 ans.

          A part ceux qui sortent des grandes écoles, les jeunes aujourd’hui ne trouvent pas de job dans lesquels ils peuvent travailler 60h par semaine, même s’ils le veulent. Tout est bloqué !

          L’identification des coupables n’est pas chose aisée. Ceux qui ont voté pour des politiques creusant le déficit public sont néanmoins complices.

          Pour cette raison j’aurais du mal à ne pas voter blanc dimanche...


        • La mouche du coche La mouche du coche 2 mai 2007 20:27

          « les jeunes aujourd’hui ne trouvent pas de job dans lesquels ils peuvent travailler 60h par semaine, même s’ils le veulent. Tout est bloqué ! »

          Quelle mauvaise foi smiley

          Mets-toi à ton compte, jeune homme ! smiley

          Votez bien smiley


        • Nono Ladette Nono Ladette 3 mai 2007 18:24

          Merci pour la caricature (le rap, les tags). La même qu’on retrouve dans les médias pour décrire les « jeunes »...

          Je vous parle d’un problème entre une génération et une autre et vous me posez des questions sur moi. Je vais donc rapidement clarifier cette question : dans mon article j’ai précisé qu’il n’y a qu’une catégorie de « jeunes » qui s’en sortent : ceux qui ont fait les grandes écoles. J’ai de la chance, j’en ai fait une, et j’ai un bon job. J’ai donc la chance de contribuer au financement de vos retraites et de vos hopitaux à hauteur de 2000€ par mois (cotisations salariales + patronales), je vous laisse ajouter l’IR et la TVA perçue sur mes dépenses. Bref, j’aurais vite remboursé ce que j’ai coûté à l’éducation nationale si vous voulez présenter les choses ainsi.

          Je répondrai à toutes vos questions par une autre question : qui va payer vos retraites et vos docteurs et infirmières au cours des 40 prochaines années ? Je rajouterai, avez-vous eu le sentiment de payer beaucoup pour ces mêmes services pour vos parents ? Pensez-vous que nous paierons moins ?

          De plus, vous prétendez donc que vous nous transmettez une éducation nationale qui marche, des services publics efficaces, bref une France en bon Etat ? Et de l’espoir, vous nous en laissez combien ?

          Je dis juste une chose : vous auriez dû faire tout ça, mais avec 6000 milliards de moins !


        • jef88 jef88 3 mai 2007 21:26

          - qui va payer vos retraites et vos docteurs et infirmières au cours des 40 prochaines années ? Je rajouterai, avez-vous eu le sentiment de payer beaucoup pour ces mêmes services pour vos parents ? -

          Quand j’ai commencé à travailler l part de charges salariales sécu sur ma fiche de paye était de 6%

          je suis en retraite depuis 2 ans et je pensze avoir bien donné


        • Nono Ladette Nono Ladette 4 mai 2007 14:53

          Merci !

          Mes cotisations salariales représentent 25% de mon salaire brut et le reste, les cotisations dites « patronales », encore 50%.

          Ca n’a été multiplié que par 4, c’est tout à fait dérisoire bien sur...


        • quote 19 juillet 07:56

          @jef88

          J’aime bien le « parfois ».
          Thug life.


        • Hub. Hub 2 mai 2007 12:26

          Sur le fond vous avez raison mais le problème, et il est de taille, est que cet argent il va falloir que les jeunes générations aillent le chercher car les baby-boomers ne le leur apporteront pas sur un plateau. Bien au contraire, ils s’accrocheront bec et ongle à ce qu’ils considèrent aujourd’hui comme un dû, dans un contexte historique donné, considérant qu’ils ne l’ont pas volé.

          Les dernières politiques successives sont évidemment à l’origine de cette situation et je ne vois pas comment, en dehors de mesures autoritaires et anti-démocratiques, on pourrait obliger une catégorie de la population à renoncer à leur niveau de vie sous le prétexte que les générations suivantes n’auront pas le même. Donc, plutôt que de vouloir récupérer l’argent des baby-boomers pour pouvoir les imiter, il serait peut-être temps que les jeunes générations imaginent autre chose qu’une socièté basée sur la surconsommation en laissant leurs anciens s’éteindre avec leurs illusions boulimiques...


          • Nono Ladette Nono Ladette 2 mai 2007 15:05

            C’est exact, ils considèrent leur richesse comme un mérite, pas comme un détournement. Peut-être ma contribution orientera les opinions dans le sens inverse...

            Par ailleurs, le fait que les plus de 60 ans aient voté à 45% pour Sarkozy (bref pour la baisse des impôts et des solidarités en général), je prends ça comme un affront. C’est eux qui ont tout : le patrimoine, les revenus (regardez la tête du client moyen dans un restau haut de gamme moyen). Et ils ne nous donneront rien !


          • Nono Ladette Nono Ladette 3 mai 2007 18:11

            Non, c’est faux, et c’est ce que je dénonce. Les babyboomers profitent non seulement des fruits de leur travail mais aussi d’une partie détournée qui aurait dû revenir à leurs enfants.

            6000 milliards.


          • Jason Nicolas 2 mai 2007 12:51

            @ l’auteur,

            Je vous cite : « La dette publique française a augmenté, sans aucune raison qui puisse le justifier, »

            Avant de vous prononcer si catégoriquement, avez-vous regardé de quoi le budget se composait et les diverses dotations ces dix dernières années ? Non ? alors, allez-y vite voir.

            Quant à l’antienne des jeunes générations dont le futur est plombé en raison de la dette de l’état, ajouté à la polémique de la dette, cela a été discuté ad nauseam sur ces pages. A croire que vous êtes débarqué hier matin d’une autre planète. Pas d’école, pas de santé, pas d’infrastructures, pas de financements divers, bref, pas de... Vous seriez un homme issu de la génération spontanée, que cela ne m’étonnerait pas. Je ne souhaite pas lire le reste de votre article.

            Vive la liberté au sens métaphysique, vous ne devez rien à personne, c’est merveilleux. Vos propos me font penser à la définition que Diderot et les encyclopédistes donnaient de l’homme : « Être qui se déplace librement à la surface de la terre », et j’ajouterais, hédonisme en plus.


            • Nono Ladette Nono Ladette 2 mai 2007 15:06

              Si vous n’avez pas lu mon article, ayez l’obligence de ne pas répondre à côté.

              Vous n’en avez pas compris le sens.


            • jef88 jef88 3 mai 2007 21:28

              Bien sur on est tous des cons !


            • bulu 2 mai 2007 13:44

              Quelque part, l’auteur a raison.

              Mais il oublie l’essentiel, autre epoque, autre paradigme.

              L’avenir, c’est la decroissance pour tout le monde car :
              - peak oil
              - papy boom
              - crise de l’ecosysteme

              Donc, cher auteur, fais comme tout le monde, profite pendant qu’il est encore temps, car nos lendemains ne chanteront pas.


              • Stephane Klein Stephane Klein 2 mai 2007 14:36

                @Nicolas : que neni, j’ai uen autre lecture de l’origine de la dette :
                - sphere publique sous productive ne rendant pas ou trop peu de compte, ce qui se revele d’une revendication au toujours plus de moyen et jamais mieux de moyens.
                - defus de la reforme (administration fiscale notemment).
                - le RMI (6 milliards distribues, 6 milliards pour le fonctionnement)
                - les 35 heures
                - emplois djeun’s (fermeurs de porte de RER, agent de securite qui ne securisent rien, agent d’ambiance.....), tous des emplois improductifs.
                - et bien sur les differentes depenses de prestige et projets mal geres.

                Non, la dette est due a l’incurie de nos politicien, la veulerie d’autres et le clientelisme d’un grand nombre.


                • Nono Ladette Nono Ladette 2 mai 2007 15:10

                  @ Stéphane :

                  je suis d’accord sur le diagnostic, mais vous expliquez pourquoi les dépenses publiques représentent 55% du PIB en France aujourd’hui, pas pourquoi la dette en est où elle en est.

                  On pourrait avoir autant de dépenses publiques sans dette si on avait des hommes politiques responsables qui mettraient les prélèvements publics au niveau des dépenses publiques, comme en Suède ou au Danemark par exemple.


                • Doctor Feelgood Doctor Feelgood 2 mai 2007 20:11

                  «  »"le RMI (6 milliards distribues, 6 milliards pour le fonctionnement)
                  - les 35 heures«  »"

                  Tu en as pas marre, Klein de débiter de telles inepties !

                  Le RMI = 6 milliards. Le parchute doré de Forgeard = 8 milliards !

                  Cherchez l’erreur, ou est l’escroquerie !!!

                  Un peu d’humilité et de solidarité s’il vous plaît !


                • Yannick J. Yannick J. 3 mai 2007 10:42

                  ho !!!! le parachute doré il est mille fois plus petit ! 8.5 MILLIONS....c’est gigantesque, soit mais faut pas pousser quand même....relis tes sources....


                • Max 2 mai 2007 15:12

                  La dette est un horrible fardeau que nous laissons aux générations futures.

                  C’est un scandale que de vivre avec de l’argent que devront gagner nos petites enfants et arrières petis enfants.

                  François Bayrou l’avait compris, dommage qu’il n’ait pu faire passer le message à Ségolène Royal.


                  • Doctor Feelgood Doctor Feelgood 2 mai 2007 19:58

                    «  »« L’identification des coupables n’est pas chose aisée. Ceux qui ont voté pour des politiques creusant le déficit public sont néanmoins complices. »«  »

                    Jeune homme expliquez-moi quels sont les politiques qui ont contribué à creuser la dettes et en quoi nos aînés en tant que simples citoyens sont responsables de la mauvaise gestion du Pays depuis trente ans ?

                    J’ai cinquante ans et je n’oserais même pas demander des comptes à mes aînés !

                    Idem pour les retraites je cotise pour les actifs en espérant qu’il en sera de même pour les générations suivantes !

                    Quelle est cette mentalité de demander des comptes aux citoyens qui n’ont aucune responsabilité sur l’ingérence de leur Pays !

                    C’est vrai que vous le 6 mai, vous êtes sûr de faire le bon choix à l’élection présidentielle et il en sera ainsi pour les vingt années à venir !

                    Vous n’êtes pas sans savoir que vos aînés à qui vous demandez des comptes ont bénéficié d’une conjoncture économique exceptionnelle d’aprés guerre appelé les « trentes glorieuses »...

                    Faut-il souhaiter une nouvelle guerre mondiale pour effacer la dette et reconstruire, C’est à vous de juger !

                    A part cela, bien malin celui qui peut prédire l’avenir !

                    de plus la France n’est pas plus endettée (environ 60%) que la plupart des pays Européen.

                    Arrêtez de vous lamenter et bougez-vous le cul !


                  • Doctor Feelgood Doctor Feelgood 2 mai 2007 20:01

                    Au fait, Bayrou est dans la politique depuis trente ans et dans les gouvernements successifs depuis vingt ans et il a toujours cautionné ces politiques !!!


                  • Nono Ladette Nono Ladette 3 mai 2007 10:32

                    « Jeune homme expliquez-moi quels sont les politiques qui ont contribué à creuser la dettes et en quoi nos aînés en tant que simples citoyens sont responsables de la mauvaise gestion du Pays depuis trente ans ? »

                    Elles sont innombrables mais se résument en 3 catégories : augmenter les dépenses publiques sans augmenter les impôts, diminuer les impôts sans diminuer les dépenses publiques, attendre que la croissance arrive comme par magie suite à l’application de son programme génial.

                    « J’ai cinquante ans et je n’oserais même pas demander des comptes à mes aînés ! »

                    En effet, il vous ont laissé un pays reconstruit, prospère et sans dette.

                    « Idem pour les retraites je cotise pour les actifs en espérant qu’il en sera de même pour les générations suivantes ! »

                    Vous êtes 5 pour cotiser pour chaque retraité. Nous serons 2. Devrons-nous cotiser 2,5 fois plus que vous ?

                    « Quelle est cette mentalité de demander des comptes aux citoyens qui n’ont aucune responsabilité sur l’ingérence de leur Pays ! »

                    N’avez vous jamais voté pour ceux qui ont accumulé ces déficits ?

                    « C’est vrai que vous le 6 mai, vous êtes sûr de faire le bon choix à l’élection présidentielle et il en sera ainsi pour les vingt années à venir ! »

                    Non, je n’en suis pas sûr.

                    « Vous n’êtes pas sans savoir que vos aînés à qui vous demandez des comptes ont bénéficié d’une conjoncture économique exceptionnelle d’aprés guerre appelé les »trentes glorieuses« ... »

                    Justement, pourquoi nous ont-ils laissé une France endettée alors ?

                    « Faut-il souhaiter une nouvelle guerre mondiale pour effacer la dette et reconstruire, C’est à vous de juger ! »

                    Les guerres creusent la dette au contraire, cf la dette de la France en 1918 et 1945.

                    « A part cela, bien malin celui qui peut prédire l’avenir ! »

                    Exact.

                    « de plus la France n’est pas plus endettée (environ 60%) que la plupart des pays Européen. »

                    La France était, derrière le Luxembourg, le pays le moins endetté d’Europe jusqu’en 1993. Aujourd’hui on a été rattrapé par la moyenne et on continue à glisser vers les cancres...

                    « Arrêtez de vous lamenter et bougez-vous le cul ! »

                    Puis-je faire les deux ?


                  • Plus robert que Redford 2 mai 2007 21:26

                    Je comprends la hargne et la rancoeur de l’auteur qui voit surtout son avenir bloqué... Mais, ne pouvant réagir que comparativement à un vécu, donc un passé que l’auteur ne possède pas, je ne suis pas pessimiste. J’assume totalement ma babyboomeritude, etant en plus un pur produit de l’ascenseur social (et républicain !) des années 60-70. J’ai dans les années 50, vu mes parents, pas riches (père : ajusteur chez Schneider, mère : au foyer), mais pas malheureux, déjà contents d’être sortis vivants et pas amochés de la tourmente 39-45 ! Mes vacances : la colo chez M. le Curé, Mon Noël : 2 oranges et une panoplie de Davy Crockett (la queue de toutou annelée dans le dos : un Must en 59 !) On vivait à 4 dans un F3 en HLM et c’était déjà une sorte de privilégiature ! Mes copains : les fils d’immigrés Ritals ou Polacks de l’immeuble, et y avait pas de racisme : on faisait les mêmes conneries ensemble alors forcément, ça créé des liens... Je n’ai su qu’après combien mes parents s’étaient privés pour que je fasse des études. J’ai fini avec un Doctorat à Bac+7, profession libérale à la clé, que je dois à l’Ecole Républicaine, si j’en compare le coût avec ce qui se pratique à l’étranger (Cela dit, j’ai pas de scrupules parce que, depuis 30 ans, rien qu’en impots sur le revenu, Marianne a bien récupéré 4 ou 5 fois la mise initiale de ma formation !!)

                    Enfin, bref, ne croyez pas jeunes gens que nous avons toujours vécu dans le luxe, les ipodes et autres téléphones portables si indispensables aujourd’hui. On vient de pas bien haut, et personnellement, ça me fait pas peur d’y retourner...

                    Alors secouez-vous, visez autre chose qu’un « emploi salarié en CDI » et si on vous fait tant chier que ça, refoutez-nous au mouroir ! On est vieux et pas bien costauds, ça devrait pas vous être trop difficile...


                    • Nono Ladette Nono Ladette 3 mai 2007 10:33

                      Merci pour ce témoignage !


                    • jltisserand 3 mai 2007 02:42

                      @ l’auteur,

                      A mon avis il y a raison aux 4 chapitres que tu évoques (je te dis tu car tu pourrais être mon petit fils) juste l’ordre doit etre repensé :

                      1/ Papy-krach : franchement nous n’y sommes pour rien Il conviendrait de s’adresser à nos peres revenus des guerres lointaines (ou tres proches)après de longs mois (années ?) de privations.

                      2/ Le chomage de maintenant, effectivement vous nous le devez car nous avons fait venir des travailleurs des pays mediterranéens pour effectuer le travail que nous ne voulions faire (nous prenions le temps de preparer nos voyages aventuriers vers l’orient en 2 CV ou 4L surchargées)et puis nous avons découvert le sexe libre, la pillule et la méthode Ogino ce qui fait que vous êtes plus assez nombreux.

                      3/ Concernant l’environnement, c’est la conséquence du chapitre 2 à savoir que nous avons beaucoup fumé, commencé de percer le trou d’ozone et puis pendant notre absence, les émigrés (Algériens, Espagnols, Italiens, Maltais etc... ont beaucoup travaillé, TROP fait chauffer les usines et voilà ...)

                      4/ Le logement c’est le vrai problème. En mai 68 , nous avons révolutionné un peu en France, cassé quelques routes et le gouvernement de l’époque a fait la promesse tenu ce discours : « Ne cassez plus rien, cessez cette violence, nous avons compris, dorénavant nous vous prenons en charge à 100 %, nous vous donnerons à manger, boire et dormir (parfois même, votre délégué politique (député ?) viendra vous faire la bise sur le front avant que vous ne vous endormiez. »

                      Ben NOUS AVONS CRU tout ça ! C’est pas notre faute si on nous a menti.

                      Bon mais vous avez pas trop à vous plaindre car franchement, à part ça : QU’EST CE QU’ON VOUS A GATES

                      Bien sincèrement


                      • Nono Ladette Nono Ladette 3 mai 2007 10:36

                        Bonjour,

                        « 1/ Papy-krach : franchement nous n’y sommes pour rien »

                        C’est la faute à qui alors ? Le fait qu’une génération est particulièrement plus nombreuse que la suivante aurait dû l’inciter à mettre des sommes considérables de côté pour financer son grand âge.

                        Sur le reste, j’apprécie que vous acceptiez la responsabilité de votre génération. Sauf que tout n’est pas la faute des étrangers (leur reprocher de polluer parce qu’ils travaillent, vous n’êtes pas gêné !)


                      • Yannick J. Yannick J. 3 mai 2007 10:50

                        euuuhh jeune homme si vous ne l’avez pas compris ce commentaire était au second degré.... après tout ces commentaire, je n’en ferai qu’un... vous semblez en vouloir à du monde t vouloir absolument trouver un coupable... soit, mais au lieu de pleurer à cause de la maison qui brule aller éteindre le feu... euuhh bon je reprends, plutot que de vous lamenter sur la dette qui de toute façon ne sera pas remboursé par ceux qui l’ont causée, il vaudrait mieux que vous trouviez une solution, premièrement pour vous personnellement et ensuite si vous le voulez pour les autres de votre génération, en d’autre termes bougez vous !


                      • Nono Ladette Nono Ladette 3 mai 2007 18:25

                        Merci, c’est précisément ce que je suis en train de faire !


                      • jef88 jef88 3 mai 2007 21:37

                        Nous avons financé les retraites de nos anciens qui n’avaient rien cotisé avant 1949.

                        Nous vous avons permis d’étudier alors que pour nous le BEPC était déja un must.

                        Nous avons aussi fait des erreurs en votant mais la gauche et la droite ont creusé le même trou.


                      • Nono Ladette Nono Ladette 3 mai 2007 21:56

                        Faux, c ce que je dénonce : vous avez créé des écoles mais sans les payer intégralement. Emprunter pour construire des écoles, c’est les faire payer par les écoliers, plus tard.


                      • finael finael 3 mai 2007 12:59

                        Dites-moi, vous payez des impôts, des cotisations sociales ?

                        J’ai 55 ans, je travaille et paie les retraites des anciens.

                        Je paye aussi votre instruction, vos études ... et c’est beaucoup plus cher que les retraites

                        La dette ? Quelle dette ? Ce sujet a déjà été traité sur Agoravox : http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=22100

                        Mais on oublie de la comparer au patrimoine de chacun, qui a explosé depuis la guerre.

                        L’environnement ? Mais encore une fois combien de destructions, combien d’énergie pour votre habitat, vos transports, vos loisirs, votre éducation ? Mon loisir préféré c’est la randonnée, vous venez avec moi pour faire 200, 300 500km à pied sur des sentiers que votre génération laisse à l’abandon ?

                        Le logement, mais je suis travailleur et SDF, je vis dans un mobil-home dans un camping et vous osez vous plaindre ?

                        Et si, au lieu de vos vociférations de propagande vous calculiez un peu :

                        ==== extrait d’une analyse pertinente mais quelque peu iconoclaste ======= - Les retraites :

                        "On nous rebat les oreilles avec un soi-disant problème des retraites. Plus de vieux, moins de jeunes pour les faire vivre, la catastrophe est là !

                        C’est une totale absurdité.

                        D’abord, c’est oublier que les jeunes ont un coût. Entre le moment où ils naissent et celui où ils produisent, il faut les élever et les éduquer, ce qui est d’autant plus cher que l’on souhaite une éducation de plus en plus poussée, donc que l’arrivée dans la période productive est plus tardive. Il faut donc chiffrer l’économie due à la diminution prévisible du nombre de jeunes due à une natalité en baisse, et comparer cette économie avec le surcoût dû à l’augmentation du nombre des retraités.

                        Ensuite, c’est oublier qu’une personne en âge de travailler sur dix est au chômage aujourd’hui. Contrairement aux affirmations du patronat, la main d’œuvre ne manque pas. Mais ces messieurs préfèrent les immigrés, qu’on paye avec un lance pierre et qui ne peuvent pas rouspéter. Ou mieux : les chinois à 70 euros par mois ! Vive la mondialisation.

                        Enfin, c’est oublier que la productivité du travail humain croît de plusieurs % par an, ( 4% depuis plus de cinq ans) en tous cas, bien plus vite que la charge des retraites : elle double en moins de vingt ans ! C’est cette augmentation de productivité, amorcée il y a un siècle et demi avec la révolution industrielle, qui justifie et justifiera encore plus dans l’avenir le moindre besoin de travail humain à égalité de production, donc la réduction du temps de travail étalée sur une vie entière.

                        Parlons chiffres, maintenant.

                        En supposant qu’aucun progrès ne soit fait en matière de consommation et de production, le Produit Intérieur Brut, le PIB, c’est à dire la totalité de ce qui est produit dans le pays, qu’il s’agisse de biens ou de services, n’augmentera que de 2% par an, (ce qui est très inférieur à l’augmentation de la productivité, donc risquerait d’accroître le chômage si nous ne prenions pas des mesures comme celles préconisées ci dessus). L’augmentation du PIB de l’an 2000 à l’an 2035, soit sur 35 ans, sera de 100%. C’est à dire que le PIB doublera d’ici 2035. Dans le même temps, la population augmentera au maximum de 0,25% par an, immigration comprise. Elle se sera donc accrue de 9,5% en 35 ans. Le PIB pour chaque habitant aura donc crû de 83%, c’est à dire de plus des 3/4.

                        Il passera de 24000 euros annuels à 44000 euros .

                        Si nous avions été plus optimistes sur la croissance, 3%, et plus pessimistes sur la population, 0,1%,les 100% d’augmentation du PIB seraient devenus 181%, les 9,5% d’augmentation de la population, 3,6% et le PIB par habitant aurait crû, non plus de 83%, mais de 171%, c’est à dire qu’il serait plus de deux fois et demi plus grand. Il passerait de 24000 à 65000 euros par an. L’augmentation aurait été deux fois plus forte que dans la précédente hypothèse : 41000 euros au lieu de 20000. Ces résultats ne doivent pas nous surprendre. Ils ne sont que la continuation de ce que nous connaissons depuis des décennies.

                        Continuons à faire des suppositions.

                        Soyons très pessimistes. Si le départ à la retraite continue à se faire à 60 ans pendant 35 ans, et que la fécondité, c’est à dire le nombre des naissances, reste basse, au lieu d’un retraité pour trois actifs (38,3%) en 2000 , il y aura deux retraités pour trois actifs (70,8%) en 2035, soit une augmentation de 85%, presque le double. C’est à dire que les cotisations devront passer de 1 à 1,85. Chacun des 60 millions de français moyen, selon l’INSEE, payait à peu près 3200 euros par an pour la retraite en 2000. Si on suppose que le niveau de vie des retraités suit celui du pays, leurs retraites vont augmenter comme le PIB de 83% dans le cas pessimiste, de 171% dans le cas optimiste. . Chaque français payera donc 3200 x 1,83 x 1,85=10800 euros en 2035 dans le cas pessimiste. Il payerait 3200 x 2,71 x 1,85 =16000 euros dans le cas optimiste. Cela paraît exorbitant, mais regardons les choses d’un peu plus près.

                        Dans le cas pessimiste, après paiement des cotisations, la part de PIB restante par habitant était de : 24000 - 3200 =20800 euros en 2000.

                        Il lui restera : 44000 -10800=33200 euros en 2035. Cela veut dire que non seulement les retraites auront suivi l’accroissement du PIB, mais que, malgré cela, la part de PIB de chacun sera augmentée de plus de moitié . Refaisons ce calcul pour le cas optimiste. En 2000 il restait à notre français moyen 20800 euros . En 2035 il lui restera 65000-16000=49000 euros , c’est-à-dire plus du double de ce qu’il avait en 2000.

                        Il n’y a donc aucun problème de financement des retraites, à la condition que l’augmentation du PIB ne soit pas détournée par une minorité, avec accroissement de l’indice de GINI, comme c’est le cas aux États Unis en ce moment. L’indice de GINI mesure les inégalités de répartition des revenus dans une population. Il est de 0 si tout le monde a le même revenu, de 1 si une seule personne reçoit tous les revenus. En France, sa valeur moyenne est d’environ 0,3. Il atteint 0,5 aux États Unis, beaucoup plus inégalitaires que nous, et ne cesse d’augmenter là bas. Or les salaires ne représentent pas la totalité des revenus, loin de là, même si 91,3% des français sont salariés. Et les revenus non salariaux croissent beaucoup plus vite que les salaires . Ils absorbent une part de plus en plus grande de l’augmentation du PIB. Ce qui veut dire que si aucune mesure n’est prise, les salaires croîtront moins vite que le PIB et le prélèvement pourrait être plus douloureux. Et cela, les libéraux le savent bien mais n’ont aucune envie qu’on limite la croissance de leur part de gâteau, les revenus non salariaux, au profit des salaires.

                        Mais n’oublions pas cependant que seule une consommation importante de produits non soumis à la TVA, ou une évasion massive d’argent à l’étranger, pourraient poser des problèmes. C’est à surveiller et à contrôler, mais il faudrait que ces détournements soient vraiment énormes pour que le paiement des retraites soit compromis."

                        ========

                        Alors vous feriez mieux d’apprendre à lire, au lieu de vous contenter de slogans.


                        • Nono Ladette Nono Ladette 3 mai 2007 18:36

                          Vous aussi vous êtres très intéressé par ma vie ?

                          Comme écrit ci-dessus, je paie entre 2500 et 3000€ de prélèvements obligatoires par mois, de par mon travail.

                          « J’ai 55 ans, je travaille et paie les retraites des anciens. »

                          Quand j’aurai 55 ans, je paierai les retraites de combien d’anciens DE PLUS ??

                          « Je paye aussi votre instruction, vos études ... et c’est beaucoup plus cher que les retraites »

                          Et moi, je ne paierai pas pour l’éducation de mes enfants ?

                          Le lien que vous citez est une pure caricature d’extrème gauche.

                          Vivant à 2 dans un 2 pièces tout électrique, nous consommons 35€ d’electricité par mois. Et vous ? Je vais au travail en train ou en vélo. Et vous ? Oui, mes amphis de facs étaient chauffés. Et les votres ? La randonnée pourquoi pas mais je préfère le vélo personnellement.

                          Vous citez encore une caricature (le coût de l’enseignement, alors que c’est le moteur de la productivité et donc de la croissance).

                          Expliquez-moi plutôt pourquoi le solde de la branche vieillesse se dégrade d’un milliard par an depuis plusieurs années, et ce de manière très régulière et - excusez moi de vous le dire - irreversible si vous ne changez pas tout de suite d’état d’esprit.


                        • lyago2003 lyago2003 3 mai 2007 20:10

                          Vous manquez pas de culot vous les petits jeunes qui osez vous plaindre alors que pour la majorité d’entre vous passez votre temps à glander, fumer des joints, s’alcooliser, parasiter le domicile de vos parents, vandaliser etc,, toutes les incivilités d’une jeunesse de paumés car nourris au biberon d’argent !

                          Oui nous les vieux avons des tords, tord de vous traiter en enfants pourris et gâtés !

                          Il y a 300.000 emplois vacants qui vous attendent mais vous risquez pas d’avoir des ampoules aux mains car là ou c’est dur les glandeurs ne sont pas preneurs !

                          Moi je n’ai jamais fait de reproches à mes parents alors que j’ai bosser depuis l’âge de 13 ans et demi , je faisais 10h/jour + les heurs sups et 6 jours sur sept !

                          Je me suis tapé l’algérie , a bouffer du « singe » tous les jours en opérations alors que vous les efforts vous ne connaissez pas, c’est vous les profiteurs du système qui ont mis notre pays a genous et on accuse les immigrés qui se tapent le boulot que vous ne voulez pas faire !

                          Alors merde pour tout ce que j’ai trimer, pour laisser à mes gosses un patrimoine !


                          • Nono Ladette Nono Ladette 3 mai 2007 22:06

                            Caricature, encore ! Décidément, « vous les vieux », vous avez une vision très TF1 des jeunes...

                            Vous remarquerez qu’aujourd’hui un jeune de 13 ans ne peut pas travailler, même s’il le veut. Avant 18 ans c’est pratiquement impossible, on est trop « protégés » par la loi. Et même après, les entreprises gérées par les tempes grisonnantes, ne veulent pas faire confiance aux jeunes, en particulier une certaine catégorie d’entre eux.

                            Je crois même que c’est 500 000 emplois qui ne trouvent pas preneur. Mais ce ne sont pas les jeunes qui les refusent, mais plutôt ceux qui touchent le RMI ou l’ASS qui s’en contentent, les « chômeurs professionnels ». Les jeunes « glandeurs », au moins, ne pompent pas sur les finances publiques.


                          • La mouche du coche La mouche du coche 4 mai 2007 09:35

                            Au boulot Nono ! smiley

                            Votez bien smiley


                          • Nono Ladette Nono Ladette 4 mai 2007 12:20

                            Caricature d’extrème gauche, encore !

                            Il y a bien plus de 2 erreurs dans votre article !

                            Ce sont les dépenses publiques qui ont augmenté (45.5% du PIB en 1980 ; 53.4% en 2004 source http://www.vie-publique.fr/decouverte-institutions/finances-publiques/approfondissements/depenses-publiques-depuis-siecle.html). Les prélèvements obligatoire ont augmenté moins vite.

                            Bien sur la France n’est pas en faillite, ce n’est pas le problème. Le problème c’est qu’on était, jusqu’en 1993, le pays le moins endetté d’Europe (hormis le Luxembourg). Et on a pris une bien mauvaise pente.

                            Lisez les commentaires de Taline, mj357, JG, Voltaire, ils replacent les choses dans l’ordre.

                            « La dette n’est qu’un moyen de financer les dépenses de l’Etat, cela pourrait être l’impôt, c’est donc un choix politique... et qui a l’avantage de procurer une rente aux catégories les plus aisées. »

                            Faux, c’est un choix politique qui permet que des dépenses d’aujourd’hui soient payées par nos enfants quand on ne sera plus là. Les plus aisés achètent plutôt des actions dont le retour sur investissement est de 7-8% en moyenne que des obligations du trésor à 3-4%.

                            Pour réduire la dette il y a 2 options : réduire les dépenses ou augmenter les impôts, ne l’ignorez pas. Ce n’est donc pas une idéologie libérale. En conséquence, nous pensons tous les deux qu’une hausse de la TVA, modulée en fonction du caractère polluant de la consommation, serait nécessaire. J’y consacrerai un article bientôt.


                          • finael finael 4 mai 2007 12:32

                            Désolé, mais le logiciel refuse que je laisse un commentaire sur votre réponse.

                            Alors je cite :

                            « Comme écrit ci-dessus, je paie entre 2500 et 3000€ de prélèvements obligatoires par mois, de par mon travail. »

                            Eh beh !

                            3 fois mon salaire. Vous faites donc partie de la tranche la plus favorisée et vous osez encore réclamer ! smiley

                            Mais ce n’est même plus de l’égoïsme, mais de l’avidité !

                            « Quand j’aurai 55 ans, je paierai les retraites de combien d’anciens DE PLUS ? ? »

                            Et l’éducation de combien d’enfants DE MOINS ?

                            « Le lien que vous citez est une pure caricature d’extrème gauche. »

                            Si c’est de la citation dont vous parlez, l’auteur sera pour le moins surpris smiley

                            « Vivant à 2 dans un 2 pièces tout électrique, nous consommons 35€ d’electricité par mois. Et vous ? Je vais au travail en train ou en vélo. Et vous ? Oui, mes amphis de facs étaient chauffés. Et les votres ? La randonnée pourquoi pas mais je préfère le vélo personnellement. »

                            C’est ce que je paye en gaz pour la cuisine, vous devez travailler pour EdF alors ? Mes amphis (en école d’infénieur) étaient délabrés, nous vivions dans des préfabriqués et le chauffage était ... aléatoire. Au lycée nous étions 40 par classe et jusqu’à 80 en école d’Ingénieur.

                            Habitant en province à 23km de mon lieu de travail, sans transports en commun je suis obligé d’utiliser une voiture mais cela grêve sérieusement mon budget, quand je vivais à Paris je n’avais pas de voiture et me déplaçais à pied en métro et RER.

                            « Expliquez-moi plutôt pourquoi le solde de la branche vieillesse se dégrade d’un milliard par an depuis plusieurs années, et ce de manière très régulière et - excusez moi de vous le dire - irreversible si vous ne changez pas tout de suite d’état d’esprit. »

                            Entre autres à cause des 40 milliards dûs par le patronat.

                            Quant à l’état d’esprit je prefère, et de loin, le mien à votre égoïsme forcené à très courte vue. smiley


                            • Nono Ladette Nono Ladette 4 mai 2007 14:48

                              Vous voyez mal ce que je réclame. Je réclame à court terme une hausse de la TVA, seul moyen de remettre en deux ans les comptes publics à l’équilibre (voir Allemagne 2005-2007). Cette mesure me pénaliserait directement.

                              Mais, bien que vous ayez du mal à le voir, je ne vous parle pas de moi, je vous parle d’une génération !! C’est-à-dire des millions de personnes !

                              Vous apportez peu de recettes fiscales à la collectivité, vous émettez énormément de CO2 par vos 50Km quotidiens et par votre consommation de gaz. Remettez vous en question un peu ! Si vous pensiez aux autres, vous déménageriez dans un logement plus petit, mieux isolé et plus proche de votre boulot. C’est ce que j’ai fait il y a 2 mois. Cette évidence face au changement climatique n’a pas encore été perçue en France.

                              « L’éducation de combien d’enfants de moins » ? Vous plaisantez ? D’abord vous ne répondez pas à ma question pusique je démontre une évidence et ensuite la natalité est beaucoup plus forte aujourd’hui que dans les années 80 et 90 et la tendance est à la hausse.

                              De plus vous ne m’avez pas expliqué la dégradation d’un milliard par an du solde de la branche vieillesse (pensez-vous comme le cynique Sarko que les retraites sont financées jusqu’en 2020 ?).

                              « Les 40 milliards dûs par le patronat » Vous retombez dans la caricature d’extrème gauche. Relisez vous avant de cliquer sur « envoyer ».

                              J’ai « très courte vue » ? Je vous parle de l’avenir dans 40 ans et j’ai très courte vue ? Je vous parle du sort d’une génération et je suis « égoïste » ? Je crois rêver...

                              Si je me trompe quelque part dans mon raisonnement, j’aimerais que vous me le démontriez.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès