Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Baisse de l’immobilier : A quand la fin des mensonges (...)

Baisse de l’immobilier : A quand la fin des mensonges ?

Des prix de vente exorbitants et non une crise du crédit.
 

Après nous avoir abreuvé d’arguments malhonnêtes, que la réalité vient démentir de façon cinglante (« les prix de l’immobilier ne vont pas cesser de grimper » puis « les prix vont connaître un simple atterrissage en douceur »), les professionnels de l’immobilier relayés par la plupart des grands médias, invoquent aujourd’hui à l’unisson la crise du crédit pour expliquer la chute dramatique des ventes de logements, la baisse des prix et la crise générale dans le secteur du bâtiment. Presque aucune trace d’une explication pourtant frappée au coin du bon sens : les prix de l’immobilier sont tout simplement trop chers !!

Ces dernières années ces prix ont flambé de manière vertigineuse (doublement des prix en dix ans), obéissant à un phénomène largement spéculatif et volontairement entretenu par une offre de crédit bon marché. Ce n’est pas la raréfaction actuelle du crédit mais des prix trop élevés (et c’est un doux euphémisme) qui expliquent, pour l’essentiel, le retournement auquel nous assistons. Les prix avaient, en effet, atteint un niveau inacceptable, en déconnection totale avec les fondamentaux économiques (le PIB et les revenus des français) et la valeur intrinsèque des biens mis en vente. Le durcissement des taux et conditions d’emprunt n’est que la traduction de cette situation. Autrement dit, le resserrement du crédit n’est que la conséquence d’une insolvabilité croissante des ménages et non la cause de cette insolvabilité. C’est notamment la prise en compte du risque d’insolvabilité directement liée à des prix excessifs et l’anticipation d’un retournement devenu inévitable qui ont, en effet, conduit la BCE à rehausser progressivement ses taux (n’oublions pas que la hausse des prix de l’immobilier est aussi une forme d’inflation contre laquelle elle entend lutter) puis les établissements bancaires à restreindre, dès 2007, l’accès au crédit immobilier. La crise financière et économique actuelle n’est qu’un facteur aggravant et accélérateur. Le marché de l’immobilier devait immanquablement être apuré de ses excès ; le mouvement est désormais bien engagé et la baisse des taux de la BCE, qu’elle soit ou non répercutée par nos banques, n’y changera rien.

Laurent BAJET


Moyenne des avis sur cet article :  4.48/5   (54 votes)




Réagissez à l'article

51 réactions à cet article    


  • HELIOS HELIOS 3 janvier 2009 11:32

    Que du bon sens.... et pas que pour l’immobilier !


    • Asp Explorer Asp Explorer 3 janvier 2009 11:36

      Mais non mais non, voyons, les prix ne sont pas du tout trop élevés ! C’est parfaitement normal qu’on s’arrache les studios à 6000 euros du mètre carré porte de la Chapelle ! Et c’est tout à fait sain qu’on s’endette sur cinquante ans pour se loger, parce que sinon, c’est jeter l’argent d’un loyer par la fenêtre ! Et puis il faut acheter maintenant parce que demain, ça sera trop tard, vu que les étrangers raflent tout.

      LOL.


      • Internaute Internaute 3 janvier 2009 12:06

        Un homme seul construit un pavillon en deux ans. La vraie solution consiste à acheter une caravanne bon marché et à vivre dedans pendant qu’on construit. C’est vrai que pour un studio au 5eme étage, c’est pas trés facile. smiley


      • Asp Explorer Asp Explorer 3 janvier 2009 22:50

        Au fait, vous vous souvenez des légendaires anglais qui raflent tout ? Mais si, ces mythiques rosbifs pleins de fric qui achètent des bicoques en ruine sur tout le littoral ouest ! Enfin, c’était ce qu’ils étaient sensés faire. D’après les agents immobiliers. Bref...

        LOL.


      • appoline appoline 4 janvier 2009 13:29

        A quand l’endettement sur 3 générations ?


      • Hakim I. 3 janvier 2009 12:38

        La solution commencerait déjà par l’application des lois anti-trust, ou plus clairement appliquer les interdiction d’entente entre les agences immobilières qui bloquent les prix du marché au niveau actuel.
        Je suis désolé pour les gens qui ont acheté leur gourbi à plus de 200 000 euros, mais qu’ils sachent que par étage, finition comprise, une construction coûte environ 50000 euros. Le reste c’est de la marge, ou de la valeur purement spéculative.


        • Asp Explorer Asp Explorer 3 janvier 2009 14:15

          Exact, purement spéculatif. Et c’est amusant de voir des gens qui ont acheté des 60 m2 à 300 000 euros "pour se loger" venir râler contre ces salauds eud’spéculateurs eud’wolstritte qui font qu’à s’en foutre plein les poches en rien faisant. Ouais. Et t’espérais pas revendre ton gourbi à 500 000 peut-être ?


        • gkikoz 4 janvier 2009 11:01

          ..et le foncier (le terrain), la viabilisation.... c’est gratis ?
          on ne peut pas ramener la prix d’un logement uniquement à son prix "de construction"


        • Asp Explorer Asp Explorer 4 janvier 2009 11:41

          Le prix du foncier n’est en rien la conséquence d’un travail, en conséquence de quoi, il n’est que pure spéculation. Quant au coût de viabilisation, c’est en général fort modeste. J’en veux pour preuve que pour viabiliser un hectare sur les pentes de l’Everest, ça coûterait fort cher car le terrain est accidenté et loin de toute infrastructure, à l’inverse, viabiliser un hectare en Ile de France ne coûte pas grand chose. Maintenant, quel hectare coûte le plus cher à l’achat ?


        • nightflight nightflight 3 janvier 2009 13:14

          On pourrait ajouter que peu de gens ont noté que la croissance de ces dernières années était tirée par l’immobilier.

          C’est bien joli qu’un indicateur économique se porte bien, mais lorsqu’en une décennie on voit les durées de remboursement des prêts augmenter aussi allègrement, il faut bien finir par constater que le système lèse largement la masse des consommateurs.

          Sans exagérer, on peut affirmer que ce phénomène relève d’une irresponsabilité politique.


          • lolet lolet 3 janvier 2009 13:51

            Bon article : clair, simple et limpide !

            Encore une fois, Agoravox enfonce des portes ouvertes ... 

            ...ce que ne font pas les médias étatiques, qui viendront pleurer du manque de lecteurs/auditeurs/télespectateurs ....
            Et tous ces abrutis (vendus, collabos) vont reprendre en coeur que sur internet, il y a tout et n’importe quoi et qu’il faut se méfier !!!

            Au-moins, grâce à internet, je m’aperçois que beaucoup de gens pensent et cela me fait beaucoup de bien !

            Merci encore !

            Au fait, un petit lien vers un excellent forum qui a dénoncé bien en avance ce qui allait se passer ...
            http://www.bulle-immobiliere.org/drupal/


            • claireopale claireopale 3 janvier 2009 15:10

              la flambée des prix de l’immobilier orchestrée par des spéculateurs est une honte.
              Ceux qui se sont laissés prendre par ce piege en acceptant des demeures à des prix gonflés le regretteront bien vite....
              Le français n’a pas compris, qu’il faut, face à des spéculateurs, à des gens peu scrupuleux à s’enrichir faire front et ne pas repondre à leur appel....il fallait faire diminuer la demande en faisant une opposition nette à tous achats.....malheureusement il n’y a aucune solidarité et surtout aucun regroupement pour lutter face à ses escroqueries honteuses....et on pourrait reporter ceci, sur le montant des locations saisonnières et autres....une vraie arnaque !!!! de ce fait on diminue les vacances pour se louer une minable semaine au prix parfois d’un mois de salaire......personne ne proteste, comme des moutons on accepte...
              tout le monde râle, personne ne reagit....parfois je me demande à quoi serve ces associations pour défendre les consommateurs !!!! j’attends d’eux plus de mobilisation !!!!!
              on descend bien dans les rues pour des conneries parfois !!


              • jjwaDal marcoB12 3 janvier 2009 16:19

                Vous en oubliez de détailler un des plus grands détournements de fonds de l’histoire humaine.
                Car enfin ceux qui comptaient débourser 150000€ pour un logement et ont dû acquitter une facture
                proche de 300000€ se sont mis sur les reins non seulement le surcoût spéculatif de la maison mais
                aussi les intérêts sur 20/25 ans pour payer ce surcoût fictif.
                Si vous aviez 100000€ vous auriez emprunté sur 10 ans 50000€ et là vous avez emprunté sur 25
                ans 200000€...
                Avec des salaires qui n’ont pas arrêtés de perdre du pouvoir d’achat depuis près de 20 ans et
                vont encore le faire, à part transmettre la dette à nos enfants je vois mal le salut.
                Le système s’est tranché la gorge car l’argent que nous allons claquer pour nous loger ne servira
                pas à la sacro-sainte consommation.
                Nous sommes condamnés à la frugalité ou aux heures supp (à l’américaine).
                Reste l’espoir que ce troupeau aveugle et sourd aie encore un bout de cerveau en activité pour
                comprendre ce qu’on lui a mis (profond)...


                • claireopale claireopale 3 janvier 2009 17:08

                  je suis bien d’accord avec vous, de toute façon on pourrait ainsi développer plein d’exemples...
                  On nous arnaque jusqu’au fond...
                  La solidarité n’est plus ce qu’elle a été...chacun pour soi et marche ou crève
                  et après on nous fait des leçons de tolérance....
                  Puis j’en reviens à ces défenseurs de consommateurs .....ils sont pieds et mains liés aux même spéculateurs !!! comme d’hab on nous endort en faisant de temps en temps des coups de tempête.....qui retombe bien vite....


                • herve33 3 janvier 2009 16:58

                  Rassurez vous , dans un article du Monde paru le 26 Novembre dernier , on nous laisse entendre que la baisse pourrait dépasser en moyenne les 50 % d’ici 2011 . Sur France Info , un expert parlait d’au moins 30% dans les 3 prochaines années .

                  Evidemment cela ne fait pas la une les journaux de 20 H . .

                  Les baisses sont encore plus importantes pour les logements mal placés ou d’une qualité médiocre comme certains de Robien . Encore de belles arnaques en perspective avec ces programmes qui ont été construits au beau milieu de la campagne et qui ne trouveront aucun acquéreur , ou locataires .

                  Cela va etre particulièrement déprimants pour les primo accédants qui ont acheté en 2006 2007 sur 25 ou 30 ans , et qui vont devoir rembourser un prêt pour un bien qui voit sa valeur fondre au soleil .


                  • Canine Canine 3 janvier 2009 17:10

                    @ L’auteur.

                    Article plein de bons intentions, qui passent complétement à coté de la réalité.

                    En fait, cet article est typique des gens qui s’intéressent au problème, (et sont au demeurant sans doute honnète dans leur approche) mais qui ont de grosses grosses lacunes en économie.

                    Il y a une contradiction évidente dans votre propos, que vous ne percevez pas, vraisemblablement tsubjectivé par votre soucis de justice sociale.

                    Comme vous le dite vous même avec raison, la BCE et les banques devraient remonter leur taux puisque mécaniquement, les taux remontent quand les prix de l’immobilier chuttent, et les prix de l’immobilier chuttent, quand les taux remontent.

                    Plutôt qu’une longue explication sur les mécanismes de l’immobilier (que vous trouverez dans le détail si le coeur vous en dit dans un article sur le sujet dans mon profil), je vous propose un petit exemple illustré, toujours plus simple à comprendre.


                    Application pratique :

                    Un appartement de 100 000 euros. Aujourd’hui, un très bon taux selon le baromètre de meilleurtaux.com, ça serait 5,15 sur 25 ans, mettons 5,35 avec assurance, ce qui nous donne un cout total pour l’opération à terme de 181548 euros, avec des mensualités de 605,16 euros, soit la nécessité d’un salaire mensuel de 1816 pour tenir sous le plafon légal d’endettement de 33% des revenus.

                    Admettons maintenant une baisse des prix de 20% sur deux ans, et une hausse des taux corrélative de 3 points (en sachant qu’avant la récente correction de la BCE, juste quand les prix ont commencé à stagner sans baisser, les banques les ont relevé d’un point en un an). L’appartement coute désormais 80000 euros, et le très bon taux est à 8,35 avec assurance sur 25 ans. Soit, un cout total de 190834 euros (+9286) et des mensualités de 636 euros (+29), soit la nécessité d’un salaire de 1908 euros (+92).

                    (Pour la règle générale, en gros, 10 % de baisse des prix sera mangé par 1 point de hausse des taux, et dépassé par une hausse de 1,5 point ).

                    On peut tirer conclusion assez facilement de cet exemple.
                    Cette baisse des prix ne va pas profiter à ceux qui n’ont que leur salaire pour acheter, elle va profiter à ceux qui ont beaucoup de capitaux, ou d’épargne, et qui peuvent acheter cash sans faire de crédit. Êtes vous bien sûr qu’il s’agisse là de la majorité des français, et que cette baisse va donc "reconnecter totalement avec les fondamentaux économiques (le PIB et les revenus des français)" avec l’immobilier ?




                    • lolet lolet 3 janvier 2009 22:20

                      @ Canine

                      "Article qui passe à côté de la réalité " ....

                      200 000 roros (soit 1,3 million de francs) pour la plus petite bicoque ???
                      Je crois, cher monsieur, que c’est vous qui êtes à côté de la réalité !!!  smiley

                      vous parlez aussi de " gens honnêtes dans leur approche" ... et je ne suis pas certain que vous l’êtes.
                      Je vous cite " comme vous le dites vous-mêmes avec raison, blablabli, blablabla ... et vous citez une phrase que n’a pas dit l’auteur !!!! smiley

                      Quelle manipulation flagrante et basique ....
                      où l’auteur dit que "la BCE et les banques devraient remonter leur taux " ?????

                      question à 1000 balles !
                      (Je rappelle le titre : à quand la fin des mensonges ?)


                      comme si les manip’ des journaleux ne suffisaient pas .... seriez vous journaleux ????
                      Bon, je plaisante, je n’ai pas voulu vous insulter ....



                      quant à ceux qui ont du cash, c’est sûr, ce sont les mieux placés pour acheter ... mais ils n’achètent pas : ce ne sont pas des pigeons, ils savent eux .... ils attendront quleques années que le marché se reprenne : à mon avis, ce n’est pas pour demain ...
                       


                    • T. 3 janvier 2009 22:52

                      La difference que vous oubliez de mentionner entre vos deux scenarios est que l’on peut renegocier un taux de credit alors qu’evidemment on ne peut pas renegocier le prix d’achat... Il est donc evidemment preferable d’acheter a un prix bas et taux eleve que le contraire.


                    • Canine Canine 4 janvier 2009 02:54

                      @ Lolet

                      "Quelle manipulation flagrante et basique ....
                      où l’auteur dit que "la BCE et les banques devraient remonter leur taux " ? ? ? ? ? "


                      Ici :

                      "C’est notamment la prise en compte du risque d’insolvabilité directement liée à des prix excessifs et l’anticipation d’un retournement devenu inévitable qui ont, en effet, conduit la BCE à rehausser progressivement ses taux (n’oublions pas que la hausse des prix de l’immobilier est aussi une forme d’inflation contre laquelle elle entend lutter) puis les établissements bancaires à restreindre, dès 2007, l’accès au crédit immobilier."

                      L’article n’est pourtant pas long, vous auriez pu faire l’effort de le lire. Qui plus est, même sans lire l’article, et en tant que postulant journaleux, je vais vous donner un scoop : le but d’un banquier dans la vie, c’est de gagner de l’argent. Mécanisme de base, si un banquier prête à taux constant, sur des prix qui baissent, il va perdre de l’argent (ça me semble relativement simple à comprendre ça, non ?).

                      @ T

                      On m’a toujours appris que "un tiens vaut mieux que deux tu l’auras", je préfère acheter moins cher possible de suite, qu’espérer une hypothétique baisse de taux en renégociant ultérieurement.


                    • Philv 3 janvier 2009 18:16

                      Un doublement en 10 ans c’est une augmentation de 7 % par an.Comparé à d’autres investissements cela ne parait pas complétement démesuré.

                      Les problémes sont multiples, pour l’accroissement démographique on est aussi dans une exponentielle à 0.54 % / an et pour l’inflation c’est égallement une exponentielle 2% / an officiellement.

                      L’inflation, dont les chiffres officiels son à mon avis sous-estimés, à permis de diminuer le niveau de vie en france de maniére à rendre l’union européene un peu plus homogène et ce n’est pas fini. 

                      Le problème c’est que la terre n’est pas exponentielle(il n’augmente pas de x%/an) , les ressources sont limitées tant les terrains que certains matériaux de construction, il est donc normal qu’une population en croissance face à des ressources limitées se batte pour ces resources.
                      Dans nos sociétés occidentales, l’arme la plus utilisée c’est l’argent, les ressources vont donc aux plus riches (sans jugement de valeur, ca peut être le plus escroc, le plus malin ou le plus magouilleur).
                       
                      La crise que nous rencontrons est à ce titre intéressante car une fois passé l’impact initial, dans les mois qui suivent, il va y avoir une prise de concience que les chose ne se rétablissent pas d’elle même.
                      Ensuite viendrons les stimulus, les transfusions et les chimio économiques qui créeront une légere relance mais temporaire car dés que la relance permettera la surexloitation des matiéres premiéres (surtout du pétrole), les prix s’envoleront et une autre crise suivra.
                      Tant qu’un nombre en croissance exponentiele de personnes voudront habiter une surface limitée, les prix resteront en croissance.Pour l’immobilier, l’épisode de replis que nous rencontrons aujourd’hui avec la crise n’est que passagé, il pourrait même créer les prémices d’un nouveau boom immobilier car pas mal de projets sont annulés ou en attente or les gens font tjs des enfants, il y a toujours des expatriés supplémentaires bref il y a 400.000 personnes de plus chaque année à loger.
                      Et si le pouvoir d’achat des francais moyens ne permet plus de devenir propriétaire, l’augmentation des locataire tirera les loyers vers le haut ce qui poussera les riches à investir dans l’immobilier (et qui donc poussera les prix de vente vers le haut).

                      En bref a mon avis si vous pouvez acheter un bien immobilier à quelqu’un pressé de vendre et prés à faire un rabais, c’est sans doute un bon placement à long terme.

                      Le seul risque c’est qu’une guerre, une grande épidémie ou une baisse soudaine de la fécondité inverse la croissance de la popullation mondiale (et française). Où alors que la France devienne si invivable qu’on assiste à un exode massif. Bref des risque limités.









                      • c.d.g. 4 janvier 2009 20:04

                        l argument de l augmentation de la population qui justifie l augmentation des prix est aussi limite
                        en ffet le gros de l augmenation est du a des divorces
                        or si un divorce cree une demande de logement supplementaire, elle est aussi source d appauvrissement (ne serait ce qu a cause de l absence d economie d echelle)
                        donc plsu de demande mais de gens de plus en plus pauvre

                        quand au immigres qui viennent en france c est :

                        - soit des misereux du 1/3 monde (-> pas solvable)

                        - soit des retraites (mais la concurrence, le maroc ou l espagne c est moins cher que la france et plus ensoleillé) et par ex la livre sterling c est effondré

                        et apres vous avez les francais qui quitte la france car ils n y ont aucun avenir. et il s agit la de jeunes. donc a terme un baisse de primo accedant et de famille avec enfants

                        pour finir, avec le papy boom, on va avoir une augmentation des besoins financiers du 3 eme age
                        au debut ca va se traduire par une rapacite encore plus grande des proprietaires car ceux ci vont essayer de faire payer leurs couts de sante par le locataire (hausse de loyer ou non reparation du logement) mais a terme ca va degager un flux de vente. donc d ici 20 ans l immobilier va entre nettement oriente a la baisse


                      • ash ash 5 janvier 2009 11:36

                        Heu, désolé pour le ras des paquerettes, mais sachons revenir aux choses simples : pourriez vous argumenter votre "7% par an sur 10 ans n’était pas démesuré" ? A la vue de la dégringolade générale, apparemment si, ça l’était : en plus du fait que les derniers ’bons’ rendements financiers s’appuyaient sur des postulats pourris, il me semble aussi périlleux d’extrapoler les performances d’un secteur de l’activité sur les autres. Or le marché immobilier étant immédiatement relié aux revenus de tout un chacun : mon salaire (je ne suis ni joueur, ni rentier, désolé) lui, n’a pas augmenté de 7% par an... C’est bête, mais apparemment ca aura échappé à certains.

                        Un ’léger fossé’ s’étant creusé entre l’offre et la demande véritable (ie : pas les fous aveuglés par des promesses de gains mirobolants d’un ’investissement rentable’). on a créé des passerelles de cordes à l’aide d’offres de crédit épouvantables, mais cela n’aura duré qu’un tout petit temps avant qu’elles ne se transforment en cordes à pendre...

                        Tout le monde s’est gavé à court terme, et tant pis pour demain, tant pis pour nos concitoyens... L’absence d’empathie envers son prochain étant amha un signe de prédisposition, le pognon a achevé de rendre certains franchement très très cons.

                        Ha ce que j’adorerais lire : désolé pour ceux qu’on a foutu dans la mouise, nos enfant, les votres. on a fait n’importe quoi, et on le regrette smiley, mais ceci expliquant cela : doutons que cela arrive.


                      • oncle archibald 3 janvier 2009 18:33

                         Je n’ai jamais cru aux prix de ces dernières années qui n’étaient que le résultat de spéculations qui ont permis à certains de s’en mettre plein les poches sans travailler beaucoup… Je pense que l’immobilier est une valeur très sure, qui monte régulièrement de quelques pour cent par an… En moins de dix ans « on » a doublé les prix alors que normalement cela prend 20 à 25 ans…

                         

                        Résultat ? Quelques malins ont spéculé en vendant leur habitation bien au dessus du prix et en en construisant une autre, parfois même plusieurs fois, ils ont gagné au loto. Pour ceux qui ont acheté au plus haut il va falloir attendre environ 20 ans à pour pouvoir revendre leur bien sans pertes (les divorces vont faire des trous dans les bas de laine !). Pour les autres qui ont acheté il y a longtemps rien de particulier. Les prix vont revenir à la normale, tout simplement.


                        • Vince 3 janvier 2009 19:21

                           Bonjour canine,

                          J’ai lu votre raisonnement imparable et correcte. Néanmoins vous tirez vos conclusions d’hypothèses et de pseudo lois (ça monte, ça baisse) qui vous arrangent pour démolir ce que vous avez perçu de l’article. Réalité vous dites ? Les mécanismes de l’immobilier (la belle blague, il y aurait des mécanismes, excellente celle là) donc :

                          Une baisse de 30% de l’immobilier et un taux au alentour de 5,5% vous renvoient de facto dans votre lucarne en appliquant votre simple raisonnement. Badaboum suivant !

                          Pourrait-on savoir dans votre grande science de la réalité ce par quoi vous êtes vous même aveuglé ?

                          Cependant comme vous je pense que cash is king bien entendu. Pas besoin de sortir de l’ENA pour le savoir.







                          • Canine Canine 4 janvier 2009 02:57

                            Même réponse qu’à Lolet, si les prix sur lequels les prêt sont appliqués baissent, et que les banques maintiennent les taux au même niveau, elles vont perdre de l’argent (ce qui est, je suis désolé, parfaitement mécanique). Après, on peut rèver que la profession de banquiers regorge de personne altruistes, mais j’ai des doute.
                            Par ailleurs, si vous tenez à débattre des mécanismes de l’immobilier, je vous retrouverais avec plaisir sur ce fil : http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=45132


                          • T. 3 janvier 2009 22:58

                            Nous avons chercher activement a acheter au printemps dernier (25 visites). Nous n’avons visiter que des logements de qualite tres moyenne (70 m2, banlieue correcte mais sans plus de paris) a 320000 euros (soit 25 annees de 40% de nos salaires). Mes collegues (salaires comparables) qui ont achete au meilleur moment possible vivent dans de reelles maisons (120/130 m2). Bref, ils ont achete a taux eleves mais a prix bas et c’est VISIBLE que cela est bien mieux. Je pense qu’il faut etre reellement fou pour quitter une location aujourd’hui pour acheter.


                            • gimo 3 janvier 2009 23:08

                              pour repondre a canine les speculateurs ( miroir) espejo en espagnol sont des matheux
                              les mathes c’est un calcule froid et juste mais le probleme c est les données qui sont des variable

                              si les gens  serait moins con alors ils seraient gangnants .Il est vrai que si un con se vendrait à lui même il serait en équation nulle (donc le miroir ) ce-ci es un raccourci de 1 h de bla bla bla le probleme c’est il y aura toujours des filous à cours terme vente -achat revente mais ils ne font que profiter des conneries des autres peureux 
                              qui croient que les arbres montent au ciel sans fin
                              Alors les gens doivent comprendre une fois pour toute ils sont le plus grand des pouvoirs dans ce monde c’est l’achat ,comme disait coluche si ont achète pas ça ne ce vend pas, 
                               c’est déjà le moteur de la bourse ça baisse et monte .... bref.. pour faire cour si quand la baisse sera le coût alors c’est mornal
                              el restant c’est de la connerie humaine les banques suivront ne jamais perdre de vue de les riches le sont c’est grace aux pauvres


                              • goc goc 4 janvier 2009 06:33

                                dans cet article, excellent au demeurant, vous oubliez de parler d’un facteur determinant sur l’evolution du marché, c’est la location. Il ne faut pas oublier que si la moitié des francais est proprietaire, l’autre est locataire

                                n’oubliez pas que si l’immobilier a augmenté, les prix a la location ont aussi suivi, avec un peu de retard, mais suivi quand meme.

                                Or avec la crise, on assiste a une demande plus importante pour la location, ce qui fait que de ce coté, rien ne baisse, ca pourrait meme etre le contraire.

                                si demain le prix de l’immobilier s’effondre, on va se retrouver avec les prix a l’achat en baisse et des prix a la location toujours trop haut. On pourrait meme voir une remonté de la demande d’achat a cause justement de la meilleur rentabilité de la location.

                                donc bien malin sera celui qui poura predire l’evolution dans l’immobilier, surtout si la sortie de la crise mondiale passe par un retour a l’inflation à 2 chiffres, ce qui permettra un re-equilibrage entre salaire et credit/location.


                                • ssense 4 janvier 2009 08:23

                                  @ Canine

                                  C’est bien vous qui êtes à côté de la plaque. Sans entrer dans les détails, il n’est nullement besoin d’avoir de hautes compétences en économie pour comprendre que c’est plutôt VOTRE application pratique qui est tout simplement déconnectée de la réalité.

                                  Avec un taux à 8,35%, assurance comprise, plus aucune banque n’accordera de prêts sur 25 ans. Quand à la valeur du bien encore aujourd’hui affichée à 100 000€, je ne prend pas de risque à estimer son prix de vente plus proche des 50 000€ dans les mêmes conditions d’emprunts.


                                  • Canine Canine 10 janvier 2009 01:07

                                    @ Ssense

                                    Vous avez parfaitement raison Il est évident qu’à 8,25, les banques préteront sur des durées plus courtes.
                                    Et qui dit durée plus courte, dit mensualité plus importante, donc besoin d’un salaire plus important pour rester sous le plafond d’endettement légal.

                                    Je crois que vous n’avez pas du tout compris mon propos, je n’ai jamais dit que les prix n’allait pas baisser, j’ai dit, et je le maintiens d’autant que votre propos le corrobore, que la baisse des prix va profiter à ceux qui peuvent acheter en cash, ou qui ont une grosse capacité d’épargne, et certainement pas à ceux qui nont qu’un salaire normal.


                                  • Canine Canine 10 janvier 2009 01:12

                                    Et "sans entrer dans les détails, il n’est nullement besoin d’avoir de hautes compétences en économie pour comprendre" qu’une crise financière n’est jamais, et n’a jamais été historiquement parlant, profitable aux moins fortunés.
                                    Cette idée que cette crise économique pourrait être une sorte de retour de baton, de robin des bois systémique, si ça ne partait pas d’un bon sentiment, ce serait incroyablement navrant.


                                  • finael finael 4 janvier 2009 10:57

                                     Pour moi le scandale le plus criant dans l’immobilier c’est qu’il y a en France près de 1 million de logements vides !!

                                     Certains de mes amis ont acheté 2 voire 3 appartements qu’ils ont mis en location, dans la plupart des cas les appartements en question sont déjà remboursés ce qui leur fait un revenu complémentaire loin d’être négligeable (parfois même supérieur au revenu de leur travail).

                                     Ces gens ne sont pas d’horribles malhonnêtes assoiffés d’argent mais considèrent, comme la grande majorité de la population que l’argent doit "faire des petits". Bien entendu, le fait qu’ils aient pu acheter grâce à papa-maman, ou à leur amitié avec un banquier, ... ne rentre pas en ligne de compte dans leur vision des choses qui leur fait laisser leurs appartements vides tant qu’ils n’ont pas trouvé un "bon" locataire !

                                     Car pour se protèger des aléas de la vie, rien ne vaut un "placement sûr" : des locataires fonctionnaires aux parents fonctionnaires par exemple. Sans enfant de préférence, avec la bonne couleur de peau, ...

                                     Mine de rien cela revient à prendre des assurances en se reposant sur autrui et à exclure une bonne partie de la population de la possibilité de se loger.

                                     Et toutes ces personnes oublient qu’une maison vide se dégrade naturellement au point de devenir inhabitable au bout d’une dizaine d’années. Combien de ces maisons ruinées ais-je pu voir au cours de mes périgrinations !

                                     J’ai l’impression que c’est cela qui cause l’impossibilité pour des centaines de milliers de personnes de se loger dignement et la spéculation immobilière n’est pas seulement le fait d’une poignée de professionnels mais aussi, et peut-être surtout, de milliers de "petits" propriétaires qui n’ont pas conscience d’alimenter ainsi la hausse des coûts.


                                    • foufouille foufouille 4 janvier 2009 12:25

                                      moi aussi j’ai vu la meme chose.
                                      des proprios cingle qui louent hors de prix a la bonne personne
                                      souvent des taudis
                                      ou encore avec le proprio acote, sans chauffage, avec un "petit" loyer si on renove la vieille grange en gite.....
                                      la plupart restent vident de annees, un pigeon arive....... puis s’en va


                                    • Asp Explorer Asp Explorer 4 janvier 2009 13:34

                                      Et vous noterez que ce sont les mêmes qui considèrent comme immorale la spéculation sur les produits financiers. Sauf que les actions Total, quand j’en achète, je n’en prive personne. Si elles montent, je suis content d’en avoir, mais personne n’est obligé de me les louer à prix d’or. Et quand elles se cassent la gueule, je ne vais pas brailler chez le député du coin pour que le contribuable me rembourse mes pertes à coup de prêt à taux zéro et autres déductions fiscales.


                                    • foufouille foufouille 4 janvier 2009 14:36

                                      pas forcement
                                      ils sont plutot haineux envers ceux qui n’ont pas reussi
                                      seul une partie est de gôche........ l’autre, la plus grande est de "droite"
                                      presque tous ceux que j’ai rencontre sont des gros bobos avec des oeilleres
                                      et tous couine sur les impots


                                    • gimo 4 janvier 2009 15:36

                                      je pense que dans cette société se qui manque c’est moult recule avoir globalement les choses pour avoir une vue claire

                                      de cette monumentale embrouille ou tout est imbriquée et de parler c’est toujours une parcelle des choses et qui trouvera toujours une raison pour le faire le problème c’est que cette raison est courte et rattrapé par une autre (ce qui vrai ne est plus après réflexion) je pense qu’il y a des solutions simples et concrètes

                                      Mais il faut cesse d’être des moutons de panurges afollés ( en perdre la raison)

                                      on peut parler des heures et des h sans faire avancer le probème

                                      car le recule bien souvent est noyer dans des sentiments

                                      obscurs et peu avoues C’est le serpent qui se mord la queue Nous craignons toutes choses comme mortels et nous désirons toutes choses comme si nous étions immortels.L’angoisse est

                                      la disposition fondamentale qui nous place face au néant.

                                      ce qui manque c’est une vraie intelligence non une formatée par les hte études

                                      Il y a trois sortes d’intelligence : l’intelligence humaine, l’intelligence animale et l’intelligence militaire.

                                       

                                      Le désir est manque d’être . l’existence du manque dans l’être de la réalité humaine.

                                      Boire sans soif et faire l’amour en tout temps, madame, il n’y a que ça qui nous distingue des autres bêtes.

                                      ET pour CONCLURE

                                      Le monde tout entier aspire à la liberté et pourtant chaque créature est amoureuse de ses chaînes. Tel est le premier paradoxe et le noeud inextricable de notre nature.

                                      alors il est temps de changer et les choses changeront.


                                      • Jason Jason 4 janvier 2009 17:12

                                        Le logement, sujet d’actualité brûlante. Le débat semble tourner en rond entre taux d’intérêts et financements d’une part, et prix de l’immobilier de l’autre.

                                        Quelques rappels et autres pistes :

                                        1. Si le prix des logements augmente et double en dix ans, c’est que l’indice de la construction (déterminé par l’INSEE) augmente en moyenne de 5,5% par an. Quelqu’un a souligné plus haut que 7% par an d’augmentation faisait en intérêts composés un accroissement du double du capital en dix ans. On y est presque.

                                        2. Qu’en est-il de la maison à 100.00€ annoncée à grande publicité en 2008 ? Les professionnels du bâtiment semblent peu intéressés : trop peu lucratif. Donc, le gouvernement et le clientélisme électoral ambiant ont fait que l’idée a été abandonnée.

                                         Quant au foncier, si l’Etat prélève un impôt sur les plus-values des terrains, le vendeur répercute ce prélèvement sur son prix de vente. C’est l’Etat qui profite et le consommateur qui perd. La vieille affaire des taxes discrètes mais bien lucratives pour tout le monde. Si le prix de vente augmente, le financement doit augmenter : les banques se frottent les mains. Et l’Etat lève les bras au ciel en invoquant les lois du commerce, commerce dont il tire un parti politique et financier.

                                        3. Le paramètre qui maque dans cette discussion, c’est le ratio entre revenu moyen des ménages et le poste logement dans leur budget (30 à 50% suivant les cas). Là, l’Etat arbitre clairement en faveur des marchés, mot magique qui fait le bonheur de deux professions : La Fédération Française du Bâtiment, et les banques. L’Etat, en la matière se défaussant par une sorte de laiser-faire cynique.

                                        4. Ce qu’il faut faire, c’est que l’Etat régule le marché du logement, non pas en octroyant des prêts bonifiés plafonnés qui jettent de la poudre aux yeux et qui font le bonheur des prêteurs et des constructeurs, mais en brisanrt le cercle vicieux d’un marché sacro-saint (et le ping-pong constructeurs-banquiers) très libéral.

                                        5. Il y a bien arbitrage de la part de l’Etat, et c’est le résultat que l’on voit aujourd’hui. La ligne d’horizon qu’aucun homme politique ne veut considérer, c’est bien le ratio entre revenus et coût du logement. Car en diminuant le poste logement dans le budget des ménages, il y aurait vraiment augmentation du pouvoir d’achat, cette baisse permettant une consommation dans d’autres domaines. Mais, braves gens, il faut travailler plus, pour payer ceux qui vous grugent, politiquement et financièrement !


                                        • gimo 4 janvier 2009 18:50

                                          La société de consommation a privilégié l’avoir au détriment de l’être. Et, le jour où l’avoir ne progresse plus, le roi se sent tout nu.


                                          • LA MACHINE A ECRIRE le bec-troadec ch. 4 janvier 2009 19:29

                                            Des prix trop élevés, cela ne veut rien dire dans un système capitaliste !

                                            La raréfaction du crédit est bien la base de l’explosion de la bulle immobilière. Cela étant dit, cette crise n’est ni immobilière, ni même économique, c’est bien une crise systémique à laquelle nous avons à faire face.
                                             
                                            Le système capitalisme arrive au terme de sa logique : gagner toujours plus en faisant toujours baisser les coûts de production. En réduisant la main d’oeuvre, puis en délocalisant la main d’oeuvre, les financiers ont amassé des fortunes, mais en même temps qu’ils généraient une crise écologique majeur (surproduction, pollution, surexploitation des ressources), ils ont dans le même temps créer une crise sociale sans précédent. 
                                            Les vrais gens, ceux qui produisaient jusqu’ici pour un salaire acceptable ont commencé par voir leur rémunération baisser, leurs horaires augmenter, puis bientôt ils ont vu leurs emplois partir vers le soleil levant !

                                            Maintenant qu’ils sont pauvres, et qu’ils perdent leurs maisons, c’est autour des financiers de voir les fortune non pas fondre, mais cesser de croître !

                                            <script type="text/javascript" src="http://shots.snap.com//client/inject.js?site_name=0"></script> <script type="text/javascript" src="http://shots.snap.com//client/inject.js?site_name=0"></script>

                                            • thomthom 5 janvier 2009 12:08

                                              Les prix de l’immobilier sont trop élevés par rapport à leur tendance historique, par rapport au pouvoir d’achat des ménages et aux revenus du travail.

                                              En réalité, il ont fait bien plus que doubler en 10 ans... on est plus vers +140% ou +160%.... du délire quand on sait que pendant le même temps, les statistiques les plus optimistes parlent de +25% au niveau des revenus.

                                              Et ce n’est pas la raréfaction du crédit qui désolvabilise les acheteurs potentiels : c’est au contraire l’exces de crédit de ces dernieres années qui a engendré un exces de solvabilité des acheteurs, ce qui dans un marché histroriquement tendu a engendré une augmentation délirante des prix (sans augmentation du "pouvoir d’achat immobilier", bien au contraire).

                                              Ce qui se passe aujourd’hui est simplement le début d’un retour à la normale.... inévitable et indispensable si on veut que notre société puisse loger décemment ses habitants et les générations futures.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès