Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Baisse de la TVA dans la restauration : le bal des gogos !

Baisse de la TVA dans la restauration : le bal des gogos !

Le 30 juin 2009, Christine Lagarde se rendait en coup de vent dans un restaurant proche de son ministère pour glorifier la plus belle réussite du gouvernement : La baisse de la TVA pour les restaurateurs.

"Profitez-en", lançait-elle à des clients attablés au Clos Bourguignon, un bistrot du centre de Paris, première étape d’une visite express à l’heure du déjeuner dans quatre établissements du quartier Opéra/Grands Boulevards.

Belle mise en scène : "Ce petit restaurant traditionnel affiche des baisses de prix conformes aux engagements de la profession en contrepartie du passage de la TVA de 19,6 à 5,5% (sauf pour les alcools) dans le secteur. Pour le déjeuner, la carte affichait des baisses d’environ 12% sur deux entrées, deux plats, deux desserts et l’eau minérale. "Sept produits, promesse tenue", a souligné le patron, Louis Deconquand, devant la ministre"

Très en verve, elle ajoutait : "C’est bien que tout le monde joue le jeu, les grands fleurons, les petits restaurants, les groupes, les indépendants", expliquait-elle au Café de la Paix, restaurant huppé de la place de l’Opéra. Elle s’était également "rendue à l’Hippopotamus du boulevard des Capucines puis au Quick, l’enseigne de restauration rapide qui a aussi baissé le prix de son menu phare le Giant" - AFP/Google

Rappelons quand même que la baisse de la TVA a été obtenue par les restaurateurs qui s’offusquaient que les vendeurs de hamburgers soient soumis à à un taux de 5,5% alors qu’eux subissaient un taux de 19,6%

Or, rien qu’à Lyon : "Mc Donald’s dont la TVA était déjà à 5,5%. Deux menus sont concernés : le Best of Big Mac et le maxi Best of Big Mac qui coûteront 50 centimes de moins désormais. Chaque enseigne pourra également baisser une demi douzaine de produits" - Source Lyon Capitale

"... / ... Du côté de la restauration rapide, on se frotte les mains. Depuis sa création, Mc Donald appliquait déjà la TVA à 5,5 %. Mais uniquement sur les ventes à emporter. À présent, toutes les ventes sont alignées sur la même taxe. Dominique Sulletti est le gérant des quatre Mc Do de Mont-de-Marsan et de Dax. « Grâce à cette marge, nous allons pouvoir refaire entièrement l’un des établissements de Mont-de-Marsan d’ici 2010 ». Du côté du personnel, des augmentations de salaire sont en négociations. - Source Sud Ouest

Du côté de la restauration classique, on déclarait : "Nous allons déployer une politique de prix très agressive qui ira bien au-delà des engagements du contrat d’avenir. C’est de la relance commerciale", annonçait Dominique Giraudier, le président de Flo, très fier de remettre sous la barre des 2 euros le café à Hippopotamus"

Bel enthousiasme qu’il fallait modérer, comme le faisait remarquer Challenge : "La baisse des prix promise succède à une période de nette inflation. L’indice des prix de la restauration s’est envolé de 27% depuis 2000, bien plus que l’indice général des prix à la consommation. D’une manière générale, les prix alimentaires sont plus sages que les additions de restaurants. Les marges réalisées par les professionnels sont d’autant plus importantes qu’ils ont revu à la hausse les prix de produits sur lesquels ils n’apportent pas de valeur ajoutée, comme le café en fin de repas, qui a bondi de près de 28% depuis 2000"

Mais que s’est-il passé, depuis qu’Hervé Novelli, a eu droit, à une standing ovation de "plusieurs minutes" au Château Ricard, à Clairefontaine-en-Yvelines, où, quelques 300 chefs et patrons de restaurants participaient au banquet annuel de "La Petite Ferme parisienne", l’un des plus gros fournisseurs de produits laitiers de Rungis ?
 
Et bien, le Groupe Flo, vous savez celui qui était : "très fier de remettre sous la barre des 2 euros le café à Hippopotamus" semble modifier la stratégie annoncée au début de l’annonce de la baisse de la TVA

Groupe Flo, propriétaire des enseignes Hippopotamus, Bistro Romain, Brasseries Flo ou encore Maître Kanter, estime que la baisse de la TVA devrait lui permettre de rattraper au second semestre le manque à gagner du premier, a indiqué le président du directoire du groupe, Dominique Giraudier, dans une interview à Reuters - Source Yahoo/Reuters

Du côté des indépendants, même son de cloche : " Dans une addition, 50 % du chiffre d’affaires n’a pas baissé car dans un repas il y a forcément les boissons alcoolisées qui sont restées au même prix. En revanche, toutes les aides ont été supprimées et là, il faudra voir l’influence sur nos marges. on préfère attendre « pour aller plus loin dans la démarche avec une baisse encore plus prononcée ou rectifier le tir" - Source La Voix du Nord

Bon, ça c’est pour la baisse des additions des consommateurs. Mais, alors les emplois promis par les restaurateurs ?

Groupe Flo vient d’annoncer la renégociation de sa dette avec ses créanciers et le lancement d’une augmentation de capital pour 20 millions d’euros. Il va également céder une partie des Bistro Romain et devra consacrer 60% du fruit de ces cessions au remboursement anticipé de sa dette. Le groupe met aussi en place une nouvelle planification visant à recourir au temps partiel à hauteur de 30-35% à terme. "On a quand même réduit notre effectif de 800 personnes. Nous sommes à une dizaine de pourcents de temps partiel utilisé, l’objectif étant de monter à 30-35%", a-t-il précisé. - Source Le Point

Alors, quelle est vraiment la situation quinze jours après les annonces du gouvernement et de sa majorité parlementaire ?

Comme l’indique Les Echos : Chaque établissement a défini ses priorités, sans tenir compte des engagements au plan national. Remplacement de matériel par-ci, embauche d’un employé à mi-temps par-là, légère baisse des prix ailleurs : chaque établissement a défini ses priorités, sans tenir compte des engagements au plan national (voir article ville par ville)

Ce qui amène le journal à titrer : "Baisse de la TVA dans la restauration : la répercussion dans les prix n’est pas au rendez-vous chez les indépendants" et "Promesse non tenue"

" .. / ... Quinze jours après la mise en application du taux de TVA réduit de 5,5 % au service de restauration à table, la baisse des prix est loin d’être effective chez les restaurateurs indépendants qui invoquent les charges élevées et la hausse des matières premières ... / ...

L’Etat " vigilant " et le consommateur " arbitre " : deux semaines après la mise en application du taux de TVA réduit de 5,5 % au service de restauration à table - les alcools ne sont pas concernés -, le credo de la ministre de l’Economie, Christine Lagarde, apparaît plus que jamais nécessaire. Si, d’entrée, les chaînes de restauration ont montré leur volonté de " jouer le jeu ", la baisse des prix - l’un des trois engagements figurant au " contrat d’avenir " conclu le 28 avril dernier entre les organisations patronales de l’hôtellerie-restauration et le gouvernement - paraît pour le moins très contrastée, voire inexistante chez les indépendants.

... / ... Pour sa part, Christine Pujol, la présidente de l’Umih, la principale organisation patronale, constate une mobilisation " très disparate ", en l’absence d’études. Espérant son renforcement, elle précise qu’elle y verra plus clair en septembre, son organisation devant se doter d’outils statistiques auprès de deux organismes indépendants. En outre, elle rappelle que le patronat, qui a multiplié les réunions d’information, ne représente que " un peu plus " de un restaurateur sur deux.

Autre fait important qui remonte du terrain : la répercussion intégrale de l’abaissement du taux de TVA de 19,6 % à 5,5 % - soit une réduction réelle de 11,8 % environ -, sur au moins 7 de 10 familles de produits (entrée, plat chaud, plat du jour, dessert, menu entrée-plat, menu plat-dessert, menu enfant, jus de fruits ou soda, eau minérale et café, thé ou infusion) est loin d’être effectif.

Enfin, et le patronat le reconnaît, les restaurateurs ne prisent guère les affichettes faisant état de la baisse des prix. La pose des vitrophanies suscite notamment la crainte des contrôles de la DGCCRF.

Ben voyons !

Que déclarait le "célèbre" André Daguin qui inlassablement harcelait Jacques Chirac puis Nicolas Sarkozy au nom de l’Union des métiers de l’industrie hôtelière ?
 
Nous vous proposons, de voir ou revoir, une interview d’André Daguin, sur le sujet de la baisse de la TVA et de ses futurs effets ...
 

TVA à 5,5% : itw d'André Daguin
envoyé par ump. - L’info internationale vidéo.
Pour ceux qui apprécient les anecdotes, il est à noter que Monsieur Daguin qui a quitté la présidence de l’UMIH est à présent, membre Conseil économique et social : "nommé par un décret pris en conseil des ministres sur le rapport du Premier ministre". Il n’étonnera personne que l’adresse qu’il fournit sur sa fiche du site du CES mentionne : bureau : UMIH - 22 rue d’Anjou - 75008 Paris. Lobbying quand tu nous tiens ...

Une chose est sûre, au delà des discours enflammés des ministres et du plus que probable rattrapage progressif des prix dans quelques mois : " ... / ... Au total, la baisse de la TVA représentera un manque à gagner annuel de 2,5 et 3 milliards d’euros pour l’Etat. Logiquement, Bercy a demandé des contreparties : une baisse des prix de 11,8% sur au moins sept produits dans chaque restaurant, une revalorisation des revenus des 850 000 salariés du secteur, et la création de 40 000 emplois. Le « contrat d’avenir » signé avec les restaurateurs s’apparente à un plan de relance. A condition que ces derniers jouent le jeu.

Or, avec la période estivale et après des mois de crise, la tentation sera grande de glisser la manne de la TVA dans la poche. "Les grandes chaînes de restauration souffrent comme jamais, des enseignes vont disparaître, et l’on constate une hausse de 40% des défaillances d’entreprises chez les petits indépendants, dans un secteur qui détient déjà le record de mortalité des entreprises », souligne Bernard Boutboul, du cabinet Gira Sic Conseil ... /.... " Source Challenge

Le bilan précis de la baisse de la TVA sera fait dans quelques mois. A ce moment, plusieurs conclusions pourraient bien être tirées.

Un : la mesure a changé de sens économique en cours de route, le soutien à la trésorerie des restaurateurs, qu’ils en aient besoin ou pas, se substituant à la baisse des prix.

Deux : le coût de cette décision, dont l’objectif était surtout de prouver la fiabilité des promesses politiques, reste très onéreux.

Trois : le résultat paradoxal est que la mesure devait soutenir la restauration indépendante et traditionnelle face aux chaînes et à la restauration rapide. Ce sont ces derniers qui pourraient être les grands gagnants de l’opération.
- Source Les Echos
 
C’est certain que c’est moins glamour que le show de Johnny Halliday ou Carla Sarkozy jouant à "tante Yvonne" devant Jean-Claude Narcy. Extrait : "Nous passons nos week-end à l’Elysée avec les enfants. On a une vie tout à fait familiale. Évidemment, c’est un cadre tellement exceptionnel et magnifique, que je me sens toujours un peu invitée ici. [...] Nous y venons le week-end et le reste du temps, nous sommes dans notre maison."(Source Pure People), mais révélateur des priorités et de l’état d’esprit du Président, de son gouvernement et de sa majorité présidentielle godillots !

Au fait : La proposition de loi sur le travail du dimanche, qui a donné lieu à d’importantes polémiques, est soumise au vote des députés aujourd’hui. Dans les 500 communes touristiques ou grandes zones commerciales concernées, le texte ne prévoit aucune compensation : ni repos décalé, ni rémunération majorée. - Source France Info

Et :

A Châtellerault, les "Fabris" menacent de faire sauter leur usine pour 30 000 euros et Les "Nortel" des Yvelines se proposent d’en faire de même et réclament 100.000 euros par personne licenciée

Ne dit-on pas que Louis XVI écrivait dans son journal personnel, au soir du 14 juillet 1789, cette phrase cultissime : " Aujourd’hui, rien " ...
 

Documents joints à cet article

Baisse de la TVA dans la restauration : le bal des gogos !

Moyenne des avis sur cet article :  4.75/5   (32 votes)




Réagissez à l'article

35 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 16 juillet 2009 09:59

    Je ne suis pas d’accord avec cet article partisan et dont les idées politiques de l’auteur ne sont plus à démontrées (anti-sarkozysme primaire)

    J’ai constaté que de nombreux café et restaurants avaient effectivement baissé les prix

    1 euro le café au lieu de 1,20
    7 euros le macDoc au lieu de 9,10
    8,90 le resto au lieu de 12 euros

    Alors,bien sur,il y a ceux qui ne voudront pas baisser les prix pour ce mettre l’ex TVA dans la poche.

    Pour cela ,il convient de faire jouer la concurrence et d’aller voir ailleurs

    C’est comme cela que le consommateur pourra imposer à certains refractaires de baisser leurs prix

    www.tvargentine.com


    • Jean Claude BENARD Jean Claude BENARD 16 juillet 2009 10:09

      Le bel été que voila !

      Je croyais avoir perdu Lerma et tel « le messie », il revient avec sa naturelle et fraiche mauvaise foi.

      Bien entendu Lerma n’a pas lu l’article et nous ressort : « le consommateur pourra imposer à certains refractaires de baisser leurs prix » cher à Christine Lagarde et Hervé Novelli et que la presse économique dans son ensemble qualifie de chimère.

      Mais soyons beau joueur, un article avec Lerma comme premier commentateur ne peut qu’avoir de bons résultats

      Au revoir Lerma


    • Echo Echo 16 juillet 2009 10:11

      Et revoila Lerma, le rescape de la pampa.

      On va passer de bonnes vacances !


    • mouton-garou mouton-garou 16 juillet 2009 11:06

      de 1,2 euros à 1 euros -> -16 % de réduction
      de 9,1 euros à 7 euros -> -23 % de réduction
      de 12 euros à 8,9 euros -> -25 % de réduction

      Bien heureux Lerma qui bénéficie de réduction de prix supérieures à la réduction de la TVA. Mais notre bien heureux ne s’arrête pas à des preuves mathématiquement fumeuse !

      « Pour cela ,il convient de faire jouer la concurrence et d’aller voir ailleurs »
      Il fait aussi dans le discour idéo-economique qui sert à faire croire au con-sommateur qu’il est le principal acteur économique. Comme si le mouton avait son mot à dire sur la technique de tonte employée.

      Pour Lerma c’est la mise en concurrence des prix par le consommateur qui serait la principale variable de l’économie ! LOL

      L’économie n’a rien à voir avec le rôle des banques privées qui créent et distribuent la monnaie en pratiquant l’usure ! Dormez braves moutons, ne vous posez pas de questionssur la création monétaire, Lerma veille et analyse pour vous...bêêêê

      http://www.fauxmonnayeurs.org/


    • HELIOS HELIOS 16 juillet 2009 11:08

      Vous avez raison, Lerma, les menus du jour a Golfe Juan sont passés de 14 euros, a 13,50... et tout est a l’avenant dans les alpes maritimes.
      Le pauvre restaurateur qui baisse plus que cela est le dindons de la farce.

      Mais c’est vrai que 0,50 de baisse, c’est effectivement 14% du prix, hein ? les 2 euros qui manquent, ils sont où ? ben, dans la poche du restaurateur, celui qui vote Sarko majoritairement, celui qui veut trvailler plus pour gagner plus (enfin, celui qui veut que ses employés, payés a smic hotelier, travaillent plus...), celui qui ne pouvait plus construire une villa tous les 5 ans et acheter une voiture neuve chaque année, celui qui en plus de ses revenus, bouffe et fait bouffer a l’oeil toute sa famille, roule dans la voiture de la societé gratos etc (il n’y a pas d’abus de bien sociaux), qui se paye au smic, ne cotise pratiquement a rien, et pleurera sur sa petite retraite apres... et cela, quand il ne se sert pas directement dans la caisse !

      Vous les avez bien regardé, les gens a Carrefour ou dans n’importe quel magasin sortir des billets pour payer ? Vous pensez que lorsqu’on gagne sa vie normalement, on paye en liquide plus de 20 euros ? jamais, car l’argent est a la banque, on fait un cheque ou une carte. Tout cet argent là est « défiscalisé » et il vient d’augmenter de 14%....

      On vit une époquie formidable... bonne journée.


    • zvalief 16 juillet 2009 12:14

      étant donné la hausse intensive des prix ces dernières années, le consommateur n’y est toujours pas vraiment gagnant, sans oublier la hausse brutal subit lors du passage à l’euro, où on avait la promesse qu’il n’y aurait pas d’augmentation ou d’arrondi, pour reprendre l’exemple du café, il était passé d’entre 5 et 6 francs à 1 euros. cette mesure est à l’image du reste de la politique de sarkozy, il continu à dépenser l’argent public et à creuser un déficit colossal pour des promesses de contrepartie, rarement tenues d’ailleurs... comme les siennes. 3 milliards par an pour s’acheter un électorat c’est un peu cher.

       


    • impertinent3 impertinent3 16 juillet 2009 10:22

      Que voila une bonne nouvelle : Lerma est de retour !

      N’ayant plus l’occasion de rire chaque jour à la lecture de la production lermanesque, je devenais atrabilaire, au grand dam de mes proches.
      Je vais enfin pouvoir largement me bidonner, mon entourage s’en trouvera soulagé et remercie d’avance Lerma pour l’ensemble de son oeuvre.


      • wesson wesson 16 juillet 2009 10:52

        Bonjour l’auteur,

        Il y a des comparaisons qui sont vraiment instructives pour la France d’aujourd’hui.

        Ainsi donc le gouvernement va claquer 3 milliards pour la promesse de 40.000 embauches...

        déjà, le chiffre prête à sourire, mais supposons le exact.

        3.000.000.000 / 40.000 = 75.000 €

        Traduction : Le gouvernement va claquer 75.000 € par AN pour chaque louffiat hypothétiquement embauché par la restauration. A titre de comparaison, avec cette somme l’état peut aussi payer 3 jeune profs.

        Ou on peut dire aussi qu’il faudra virer entre 80.000 et 120.000 profs pour compenser le cadeau fait à la restauration, sans aucune contrepartie.

        La voici, la France de Sarkozy, on vire 3 profs pour engager un serveur. Une belle France d’ignares incultes, de serveurs de café, d’ouvreurs de porte et de cireur de pompes. Que des boulots de merde dans les services, et payés au lance pierre, et TF1 en guise d’éducation.


        • wesson wesson 16 juillet 2009 11:21

          « Ou on peut dire aussi qu’il faudra virer entre 80.000 et 120.000 profs »

          Par an, j’oubliais de préciser, parce que la baisse de la TVA, c’est chaque année qu’il y a un manque à gagner !

          Donc voilà, virons 100.000 profs par an pour engager 40.000 louffiats ! Et dans moins de 4 ans, pfuitttt, plus d’éducation nationale, ça fait encore des économies ça surtout si on revends des écoles pour les transformer en restaurant !


        • yom07 16 juillet 2009 11:56

          Et en plus de ca, le serveur ne parlera meme pas anglais smiley


        • zvalief 16 juillet 2009 12:25

          eh oui, c’est ça la politique de l’ump, pas d’éducation = pas de réflexion = moins de contestation...
          discréditer et supprimer des postes dans l’éducation nationale pour mieux préparer une privatisation totale de l’éducation, et c’est valable pour tout les services publiques, on éduque ( et conditionne même) les gens à détester nos services publiques pour arriver au rêve américain voulu par sarkozy, où seul les riches auront accès à l’éducation, à la santé...


        • pruliere pruliere 16 juillet 2009 13:26

          pour wesson :
          la situation est même pire que cela : il n’ y aura pas d’embauche supplémentaire pour la simple raison que 60.000 offres d’emploi ne trouvent pas preneur, en moyenne par an ! La restauration est l’un des rares métiers où l’offre est très supérieure à la demande ! Cela prouve que c’est un métier qui va si mal qu’il avait vraiment besoin d’une baisse de charges ! On croit rêver !


        • appoline appoline 16 juillet 2009 19:59

          @ Wesson,

          Il n’était pas nécessaire qu’ils aient traîné si longtemps dans leurs écoles sup pour savoir que cette décision allait faire un bide du tonnerre. Pourquoi ne trouvent-ils pas de personnel dans les restaurants : tout simplement parce que le patron préfère s’en mettre un peu plus dans la poche et ça va continuer, tout simplement. Certains vont effectivement essayer d’amortir les pertes des mois passés, donc pas d’embauche et pas de répercussions sur la note du con qui paie. Et comment notre gouvernement, qui lui ne fait aucune économie, va compenser le manque à gagner alors qu’il colmate depuis un bon moment les brèches, encore un autre con qui paie.


        • Serge Serge 16 juillet 2009 11:04

          Pour ce qui est de cette « arlésienne » qu’est la baisse des prix voici le titre du site E 24 dont l’énormité laisse pantois...

          « L’indice des prix à la consommation de l’INSEE marque pour le 2ème mois consécutif un repli mais il reste modéré.AU QUOTIDIEN LE COÛT DE LA VIE RESTE EN HAUSSE. »

          Comprenne qui pourra ???


          • civis1 civis1 16 juillet 2009 20:32

            Merci à l’auteur pour cet article et à wesson d’avoir si cruellement résumé la situation.

            @ serge :

            Le leitmotiv du tous pourris est peut-être dangereux mais ce qu’il y a à comprendre c’est que la baisse des prix n’a jamais été une vraie priorité pour une classe politique qui vit de prébandes et mange aux mêmes râteliers quelque soit sa couleur et sa position sur l’échiquier politique, quelque soit le contenu et le style de discours.
             La mission de ces sophistes est de recruter des électeurs (de moins en moins nombreux et peut-être de moins en moins dupes) pour s’emparer du pouvoir et de gérer les affaires de l’état dans l’intérêt non pas du plus grand nombre mais de puissants lobbies pour en être récompensés.

             Vive la France du tourisme ? Celle du déclassement social ?

            Ah l’exotisme français d’une serveuse affriolante et multilingue ou de doctorant comme nurses ! 
            N’est ce pas beaucoup mieux qu’une la main d’œuvre immigrée et son accent à couper au couteau ? On s’y emploie !
            Avec l’explosion des moyens de transport , l’entreprise d’asservissement a pris de l’envergure. Il faut attirer les clients et il manque 60 000 larbins dans l’hôtellerie et la restauration.
            Notre avenir ne dépendrait que du tourisme friqué à la richesse suspecte venant profiter de notre beau pays ? 
            Qui voudrait nous faire croire que les français ne sont pas capables de s’en sortir sans cette industrie touristique économiquement et politiquement programmée ?
            La baisse de la TVA, le RSA comme vecteur de développement de l’emploi précaire et le pouvoir d’achat qui baisse devraient avoir les effets pervers attendus : si la France ce n’est pas encore l’île Maurice çà ne saurait tarder !

             Quel avenir pour nos enfants ?

            Faut-il craindre que mis dans une situation de nécessité nos jeunes soient de plus en plus contraints d’accepter un déclassement social ?

            L’entreprise d’abêtissement et de gavage par écrans interposés est en marche depuis pas mal de temps déjà. Notre école publique , celle qui formait des élites, sera-t-elle condamnée à ne raisonner qu’en terme d’employabilité pour ne former bientôt plus que des gargotiers et des larbins stylés ?


          • tvargentine.com lerma 16 juillet 2009 11:07

            Je vous confirme que maintenant mon café me coute 1 euro au lieu de 1,20 euro

            Qu’au Mac-Do les prix ont baissés ainsi que dans certains restos

            C’est une bonne chose

            N’hésitez pas à voter pour la publication de mon article sur l’intolérance d’un maire PS

            Bonne journée

            www.tvargentine.com/villa-mercedes.html


            • wesson wesson 16 juillet 2009 11:17

              @Lerma

              Bonjour,

              « les prix ont baissés ainsi que dans certains restos »

              Mais ne restez pas dans le vague. Allez-y Lerma, citez-nous précisément 1 restau, 1 qui a appliqué la baisse de prix que vous prenez en exemple, citez-en seulement 1, qu’un lecteur d’Agoravox connaissant le restau en question puisse vérifier ce que vous racontez ...


            • Lapa Lapa 16 juillet 2009 12:44

              je vais apporter de l’eau sur cette partie donnée par Lerma en relatant un simple constat qui me concerne :

              je vais au resto tous les midis à côté du boulot et 3 « restos » sur 4 environ ont effectué des baisses (affichées !! ) sur des produits (notamment les cafés qui sont passés à 1 euro au comptoir).

              Je ne me prononce pas par contre sur l’intérêt de la mesure en général hein. C’est juste un constat de con sommateur...


            • tvargentine.com lerma 16 juillet 2009 11:24

              Sur l’avenue de la grande armée de nombreux cafés ont baissé leurs tarifs

              Demain la liste des cafés dont les prix ont baissé

              Ainsi que le mac-do des champs à baissé ses prix

              Oui c’est une réalité même si cela vous dérange

              www.tvargentine.com


              • Yohan Yohan 16 juillet 2009 11:32

                Tous n’ont pas baissé leurs prix, mais certains oui. Sur les restaurateurs de la place de la Pte de Bagnolet 75020, notre brasserie a baissé le prix de son menu de 50 centimes, le japonais ne baisse que sur certains plats. On ne peut pas dire que ce soit spectaculaire mais on ne peut pas dire qu’il n’y a pas de baisse visible non plus.
                Quant aux embauches promises, il n’y en aura pas beaucoup, car les restaurateurs souffrent de la crise. Mais il ne faut pas rêver non plus, la baisse du taux de TVA , ce n’est pas non plus le graal du restaurateur, pas de quoi faire des miracles, surtout en ce moment


                • Fergus fergus 16 juillet 2009 11:38

                  Bonjour,

                  Entièrement d’accord avec la tonalité de votre article et avec le constat que vous dressez. Mes propres observations effectuées dans plusieurs villes, y commpris dans ma ville de Rennes, sont à cet égard très instructives et globalement très négatives. Un bistrot a même réussi le tour de force d’augmenter le prix du café durant cette période !

                  Quant aux lieux touristiques, inutile de rêver. J’y ai d’ailleurs fait une allusion dans mon article de lundi dernier intitulé Escapade chamoniarde.

                  Bonne journée !


                  • tvargentine.com lerma 16 juillet 2009 12:10

                    Rue de de la Boetie « code barre » 1 euro le café au lieu de 1,30
                    Rue de Ponthieu « seven café 1 euro le café au lieu de 1,20
                    Resto »les arcades«  le menu a baissé ainsi que le prix du café

                    Bref je vais pas faire le guide du routard des cafés qui baissent les prix

                    Certains jouent le jeu et retrouvent une clientèle qui accepte ces nouveaux prix et d’autres cafés ou restos se mettent la différence dans la poche

                    Mais soyons certain,que »le ménage" sera fait par le consommateur qui ira dans les cafés et les restos qui appliquent la baisse de la TVA

                    www.tvargentine.com


                     


                    • wesson wesson 17 juillet 2009 09:46

                      Mouais,
                      mis à part des cafés qui jouent le jeu sans pour autant être concerné, votre liste manque cruellement de restaurant ... vous savez, là ou on mange aussi, en plus de boire.

                      Quand à la fameuse baisse, c’est du trompe l’oeil. Chez la franchise « la boucherie » par exemple, 7 produits ont baissé de prix ... sur une carte qui en comporte pratiquement une cinquantaine.

                      Et dans ces produits, nous avons par exemple l’oeuf dur mayonnaise, le haché de 100 g, bref que des trucs que l’on ne prends habituellement pas dans ce restaurant. Autant dire que la « baisse » reste sagement concentré sur ce qui ce vends le moins - et avec une campagne de pub 4x3m pour faire passer cette bien mauvaise sauce.

                      Cette mesure n’est finalement que le prolongement de l’ensemble des mesures iniques que le gouvernement se plait à imposer à jet continu.


                    • nephilim 16 juillet 2009 12:48

                      haaaa merci lerma en fait j’avais mal compris !! la loi qui est passé c’est tva à 5,5% sur le café ouf j’avais cru comprendre que c’etait pour tout les produits de la restauration.........


                      • Vilain petit canard Vilain petit canard 16 juillet 2009 14:17

                        Salut Jean-Claude ! Tu as raison, cette baisse de la TVA, c’est du pipeau grande taille. En pleine crise, avec un marché du travail tellement tendu dans la branche (les patrons paient mal), et leur grand générosité bien connue, c’est évident qu’ils vont redistribuer massivement le supplément de marge... rhôôôooo évidemment qu’ils vont se le foutre dans la poche, et puis basta. De toutes façons, avec les restaurateurs et bistrotiers, quand ils ne tiennent pas leurs promesses, on leur en fait d’autres, alors pourquoi se gêner ?

                        Et en plus, ils n’ont pas fait de promesses, ils ont juste vaguement accepté d’y penser, pratiquement, ils ne sont engagés à rien.

                        Quant à Lagarde, c’est celle qui, rappelez-vous, jurait que les heures supp’ défiscalisées, « ça marche », elle avait même vu de ses yeux vu les feuilles de paye se faire imprimer. Elle avait tout aussi fermement annoncée que la crise était derrière nous. Quelle bouffonnerie, j’aimerais pas être à sa place, être payée pour sortir des âneries...


                        • appoline appoline 16 juillet 2009 20:06

                          @ Vilain petit canard,

                          Pourtant on les voyait pleurer à la TV, implorant le gouvernement pour cette baisse, jurant que cela leur permettrait d’embaucher, de baisser les prix, quelle mascarade. Il faut vraiment être con pour croire cela. Peu vont jouer le jeu, j’espère qu’ils y gagneront en chiffre d’affaire, mais sur la globalité, c’est encore le même pigeon qui va se faire avoir, car la différence il va bien falloir la ponctionner quelque part. J’ouvre les paris.


                        • Lucrezia 16 juillet 2009 14:30

                          Le POUVOIR est aux consommateurs : BOYCOTTONS les restaurants qui n’ont pas fait d’effort sur une répercussion de la baisse de la TVA sur les tarifs aux consommateurs ....

                          De plus qu’est-ce que cela nous couterait ?

                          Se retrouver entre amis à la maison autour d’un bon plat maison plutôt qu’au restaurant à « bouffer » bien souvent des plats industriels seulement assemblés derrière un vraie-fausse cuisine par un sans papier !

                          Au bout de 3 à 6 mois de boycottage ...vous verrez donc ...


                          • Michael Jordan Manson (MJM) Michael Jordan Manson (MJM) 16 juillet 2009 15:46

                            Très beau texte qui vient d’apparaître. Avec Jean Pierre Coffe ça fait 2, c’est une après midi épicée.
                            La prochaine fois, merci de prévenir du thème, je préparerai mes ustensiles...


                            • David Meyers 16 juillet 2009 16:46

                              C’est vrai que ca fait une sacrée différence sur un menu à 360 euros ! A deux avec ma femme : 720 euros avant... 633 euros aujourd’hui. Presque cent balles (d’euros) d’économisés à midi !

                              Pour un menu à 12 euros qui passe à 10,60, vraiment pas de quoi faire un fromage (ou dessert).

                              Le problème est surtout fiscalement technique pour les restaurateurs. Ils achètent de la marchandise à 5,5% de TVA mais leur recette était fiscalisée à 19,6%.

                              Leur fiscalité TVA n’etait donc pas proportionnelle uniquement à la valeur ajoutée mais également au différentiel de taux de TVA ce qui mettait en péril pas mal de «  »boutiques« .

                              Avec ce nouveau taux, qui n’est pas un cadeau, leur équilibre sera certainement plus »juste". Les restaurateurs pourront proposer leur spécial menu du dimanche midi pour les chanceux qui vont bosser le dimanche.

                              Par contre, faire croire que cette baisse de TVA entrainera une baisse des prix pour le consommateur est une arnaque (une de plus) de la part du gouvernement. Mais bon, y’en a des (français) qui ont voté pour (NS). C’est ça aussi la démocratie.


                              • Vilain petit canard Vilain petit canard 17 juillet 2009 11:29

                                Pas tout à fait, c’est juste la partie TVA du prix de vente qui a baissé, leur chiffre d’affaires hors taxes reste le même, et donc leur marge (hors taxes) est identique. Ils paient donc la même chose en taxe à l’achat et en perçoivent moins à la vente, et donc en reversent moins au Trésor en fin de mois. Ils auront juste à décaisser un peu moins en fin de mois, car cette TVA est perçue par eux juste en attendant d’être reversée illico au Trésor.

                                Les boutiques « en péril » sont celles qui utilisaient cette facilité de caisse (car c’en est une) pour garnir (artificiellement) leur trésorerie, comme si ce différentiel de TVA leur appartenait, ce qui n’et pas une bonne manoeuvre comptable.

                                Donc, à chiffres d’affaires HT identique et à marge HT identique, qu’on m’explique maintenant comment ils vont dégager davantage de marge pour embaucher... à part en augmentant les prix de vente HT, et donc en étouffant cette fameuse « baisse pour le client »  !


                              • Lucrezia 17 juillet 2009 18:02

                                Tu as raison le CA ne change pas, dans la mesure ou la TVA reversée passe à 5,5% et ou les prix ont baissé en conséquence ....Cenpendant, ce dispositif n’a pas été prévu pour que tous les prix de la carte baisse ...mais seulement sur un minium de 7 prix de manière à ce que les consommateurs s’y retrouvent et que les restaurateurs aient des budgets pour embaucher ...A VOIR !


                              • papiper 19 juillet 2009 07:18

                                Je crois avoir trouvé la solution qui me convient. Retraité je me déplace beaucoup pour raisons familiales. J’ai abandonné la cuisine micro-onde et les plats sous vide à prix fort, ayant redécouvert le « Routier » ; menu tout compris, buffet froid excellent à discrétion, plats du jour avec choix, etc... Prix modique : 11 euros par couvert , ambiance parfois un peu bruyante et TF1 en fond sonore.Mais le bilan est très satisfaisant y compris au plan diététique.
                                Bonne route .


                                • TSS 19 juillet 2009 09:34


                                  comme le disait Pasqua :« les promesses n’engagent que ceux qui y croient... !! »


                                  • chmoll chmoll 19 juillet 2009 10:30

                                    L’INSEE ,lagarde (miss la ramasse)

                                    y a pas qu’à la TV qui a des comiques


                                    • kitamissa kitamissa 19 juillet 2009 14:15

                                      j’ai retenu quelque chose .... le retour du café servi à deux €uros....si l’on fait le calcul,2 € ça fait 13 Francs,le prix moyen d’un paquet de café ordinaire dans le commerce pour 250 grammes ....

                                      avec ce paquet on fait bien si l’on possède une machine à café au moins une vingtaine de tasses ....soit un gain approximatif de 260 de nos Francs en arrondissant disons 300 Francs ....

                                      je sais bien qu’il faut pour un professionnel compter les charges diverses et calculer sa marge de bénéfice,mais quand même,on paie le prix d’un paquet par tasse !....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès