Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Baisse des retraites : effet des réformes des retraites imposées par (...)

Baisse des retraites : effet des réformes des retraites imposées par l’UE MEDEF, la pauvreté frappe à nouveau les retraités

Au sortir de la guerre, les communistes mettaient en place un vaste plan de sécurité sociale. En application du programme du Conseil National de la Résistance le ministre communiste Ambroise Croizat crée – en s’appuyant sur la formidable mobilisation de la CGT – la sécurité sociale et notamment sa branche assurance vieillesse assurant à tous les travailleurs des retraites. Alors que le Parti Communiste est le premier parti de France, alors que le grand patronat largement compromis dans la collaboration est discrédité, la classe capitaliste ne réussi pas à faire échec à cette formidable avancée sociale. Une avancée sociale qui fait échapper le régime de la protection sociale au secteur privé, capitaliste. Avec la sécurité sociale, c’est en fait une très large partie de l’économie qui n’est plus sous le contrôle direct de l’oligarchie capitaliste. La retraite par réparation permet de sortir de la misère une large partie de nos « vieux ».

Depuis lors, le patronat n’a eu de cesse que d’essayer de casser la sécurité social. A l’image de ce président du MEDEF, D Kessler revendiquant que son programme c’est de « revenir sur 1945 ».

A l’opposé, présents dans toutes les luttes pour stopper les contre réformes des retraites, les militants du PRCF proposent dans leur programme candidat :

4.4. annuler les contre-réformes Balladur-Fillon-Woerth sur les retraites et revenir au droit pour tous de partir à 60 ans (55 ou 50 pour les métiers éprouvants pour la santé), à 37 ½ avec au minimum 75% du meilleur salaire ; programme candidat du PRCF

Sous l’impulsion de l’UE, les réformes des retraites

Avec l’adoption de l’euro et son corollaire, les fameux critères de Maastricht recyclés depuis lors sous la forme du très contraignant pacte de stabilité et de croissance, la France c’est installé durablement dans le chômage de masse. Déstabilisant les caisses de retraites. Une déstabilisation d’autant plus importante que dans le même temps sous la pression des directives de Bruxelles et du grand patronat (qui sont exactement les mêmes) des très larges exonérations de cotisations sociales sont accordées au patronat.

Sous le prétexte de faire respecter les critères de Maastricht, des critères visant à encadrer la dette publique, la Commission Européenne n’a eu de cesse ces dernières décennies d’ordonner à la France de mener des « réformes » des retraites. C’est que les caisses de retraites sont intégrées à la dette publique au sens des critères de Maastricht. Ce qui permet à la Commission Européenne, en application du Pacte de Stabilité puis du traité budgétaire, de contraindre les Etats à réduire leur dépense de sécurité sociale. Cela fait ainsi partie des ordres données au gouvernement français ces dernières années. Mais la Commission Européenne a aussi contraint l’ensemble des pays européen à tailler dans les retraites. Dans le double objectif de réduire la part patronale dans le financement des retraites et ainsi de faire baisser les salaires, mais également de promouvoir les systèmes par capitalisation permettant de faire revenir dans le domaine du marché capitaliste le juteux domaine de la protection sociale.

Les réformes Balladur, Raffarin, Fillon ou Ayrault ont donc toute poursuivi le même but : réduire les pensions versées en reculant l’âge de départ à la retraite et en augmentant les durées de cotisation, avec le soutien du FN et de la CFDT. En 2003, comme en 2010 les travailleurs se mobilisent par millions contre ces réformes sans grand succès en raison de la division du front syndical réussie grâce à l’arme patronale qu’est la CFDT, mais également en raison de l’incapacité du mouvement social à dénoncer les commanditaires bruxellois de ces réformes et à construire une solide grève générale.

l’UE et le MEDEF se réjouissent : la pauvreté frappe à nouveau les retraités

Année après année, le Conseil d’orientation des retraites examine la situation financières des caisses de retraites. Son rapport de 2016 donne le sourire à la classe capitaliste. les gels des pensions, leurs diminutions grâce au recul de l’age de la retraite et l’augmentation de la durée de cotisation permettent de réduire drastiquement les déficits.

Dans son rapport 2015 sur les système de retraite (Commission européenne, Direction générale des affaires économiques et financières, « The 2015 Ageing report,Economic and budgetary projections for the 28 EU Member States (2013-2060) », mai 2015), la Commission Européenne se félicite que les réformes menées en France conduisent à la diminution de la part des retraites dans la richesse nationale. Pour être clair et net, cela signifie que ces réformes ont bien eu pour effet de faire diminuer la part des salaires versés aux travailleurs. Comme la richesse produite elle continue d’augmenter, chacun peut deviner qui empoche la différente : la classe capitaliste.

Ce n’est pour autant pas un succès, bien au contraire. Car le principal résultat des ces réformes, prévus et dénoncés par les militants du PRCF tout au long de ces dernières années, c’est l’appauvrissement des retraités. Et la misère pour nombre de chômeurs de plus de 50 ans.

Le COR tire d’ailleurs la sonnette d’alarme :

« la divergence d’évolution entre les revenus des actifs et ceux des retraités pourrait faire resurgir un risque de pauvreté ce qui appelle, pour l’avenir, une vigilance particulière »

Plus de 7% des retraités vivent sous le seuil de pauvreté. 1 million de retraités pauvres. C’est totalement inacceptable dans la 6e économie mondiale.

D’autant plus inacceptable que l’on en est qu’au début des effets de ces réformes. Selon les calculs du COR, les taux de remplacement (c’est à dire le pourcentage du dernier salaire toucher à la retraite) devraient s’effondrer passant de 80% au début des années 2000 à moins 65% en 2030.

taux de remplacement retraite rapportCela signifie qu’un salarié au smic en fin de carrière ne toucherait plus qu’une pension de 737€ par mois. Et à condition qu’il ai réussie à cotiser pour tous ses trimestres, donc qu’il n’ait pas subi de période de chômage.

Toujours selon les calculs du COR, pour les générations des années 1980 et 1990 la pension de retraite à 68 ans devrait diminuer de près de 30% par rapport au niveau des années 2000.

pension moyenne de retraite à 68 ans cor

Ce qui se traduira par un effondrement du niveau de vie des retraités, de 20% à 30%.

évolution du niveau de vie des retraités

C’est inacceptable. Oui il faut d’urgence une réforme des retraites, une vraie réforme, permettant d’éliminer la pauvreté pour les retraiter et de rétablir des pensions de retraites décentes. A l’opposé des directives de l’Union Européenne et du MEDEF pour qui l’unique fonction des retraites est d’être à terme un juteux marchés pour les sociétés privés d’assurance et les banques.

JBC pour www.initiative-communiste.fr

  • fond publicité Initiative communistepour une information libre et engagée, lisez et abonnez vous à Initiative Communiste.
  • Initiative Communiste n’existe que grâce à votre soutien, soutien militant et financier.

Moyenne des avis sur cet article :  3.83/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

29 réactions à cet article    


  • Jo.Di Jo.Di 30 juillet 09:54

    Avec Clinton de l’Alena le passeport nord américain (d’où le succès de Trump), et Jupette de l’UE le travailleur détaché .... bientôt le plombier la retraite mexicains ...

     
    « 30 victimes musulmanes sur 84 à Nice ! »

     
    susurre mondainement pute médiatique la suceuse négrière du Capital, qui ensuite masturbe bobo le soumis grand remplacé, le snobinard citoyen du môôônde :
     
    « Oui mais le grand remplacement est un mythe souchien ! »
     
    et on n’a pas compté les noirs évangélistes ...
     
    http://www.la-croix.com/Religion/Islam/A-Nice-plus-tiers-victimes-confession-musulmane-2016-07-18-1200776578


    • moi29 moi29 30 juillet 17:29

      @Jo.Di
      Ce post, quel ramassis ! je vous plains....


    • zygzornifle zygzornifle 1er août 09:23

      @Jo.Di


       « 30 victimes musulmanes sur 84 à Nice ! » 

      30% c’est grosso modo le pourcentage de musulmans en France..... chuuuuut secret d’état ....

    • Perceval 30 juillet 10:40

      Les retraites seront d’autant plus condamnées en France (tout comme le salariat d’ailleurs) que nous n’accepterons pas de voir la réalité en face : on ne cotise pas pour soi mais pour ceux (nombreux) qui partent et sont à la retraite pendant parfois 30 ou 35 ans (parfois plus que leur temps d’activité).
      Pour sauver les retraites il faudrait limiter toutes les retraites à 1 SMIC (cadres et fonctionnaires compris) et relever l’âge légal à 67 ans (comme en Allemagne). Ceux qui prétendent le contraire et que les retraites sont viables à moyen ou long terme sont des illusionnistes.
      Le jour où la finance internationale ne paiera plus notre social nous n’aurons plus que nos yeux pour pleurer.


      • Alren Alren 30 juillet 11:27

        @Perceval

        Le point de vue de départ du commentaire ci-dessus étant celui du rentier capitaliste ennemi du salarié, tout est faux ou ridicule dans le commentaire ci-dessus.

        Pour sauver les retraites il faudrait limiter toutes les retraites à 1 SMIC (cadres et fonctionnaires compris)

        L’auteur parle sans doute des retraites par répartition. C’est idiot bien sûr car il faudrait que les cotisations soient égales aussi  !!! Ce qui n’est pas le cas bien entendu. Et les personnes qui ont déjà cotisé pour une retraite supérieure au SMIC (dont je suppose que selon l’opinion de l’auteur il devrait régresser pour rendre notre pays plus compétitif, c’est-à-dire permettre plus de revenu aux rentiers) seraient flouées et ... gagneraient un procès contre l’État pour cette malversation publique !

        De tout façon, si la retraite par répartition était limitée pour les cadres et les fonctionnaires (même les hauts fonctionnaires ?), ceux-ci s’empresseraient de souscrire des retraites par capitalisation.

        Et, alors que l’intérêt du capitalisme c’est que les épargnants dépensent leur argent pour continuer d’alimenter le circuit économique qui est anémié par les prélèvements excessifs des rentiers, cet argent serait retiré du secteur actif de la production de biens et services pour aller vers la spéculation.

        Or le problème économique majeur de notre époque, celui qui engendre une baisse tendancielle du taux de profit du capital, c’est précisément que du capital prêt à s’investir, il y en a déjà trop ! La cause principale est due aux USA qui ont fait tourner excessivement la planche à billets pour masquer l’inefficacité de leur système économique et la rapacité des spéculateurs.

        Les retraites seront d’autant plus condamnées en France (tout comme le salariat d’ailleurs) que nous n’accepterons pas de voir la réalité en face : on ne cotise pas pour soi mais pour ceux (nombreux) qui partent et sont à la retraite pendant parfois 30 ou 35 ans (parfois plus que leur temps d’activité).

        La question est : produisons-nous assez, avec le volume de main-d’œuvre actuellement au travail, pour satisfaire les besoins de l’ensemble de la population  ?

        Car l’argent versé aux retraités, aux « inactifs » (enfants, étudiants, rentiers) ce sont comme des bons d’achat des biens et services produits.

        Avec les gains de productivité obtenus par les machines (y compris les ordinateurs), la réponse est évidemment : oui !

        On pourrait même augmenter la production si au lieu de vivre dans un système au service de quelques uns, celui-ci était au service de tous !

        On connaît les jachères agricoles pour éviter la « surproduction » de produits agricoles alors qu’une bonne partie de la population ne se nourrit pas, faute de moyens, de manière optimale.

        Mais on ignore souvent que les industriels empêchent la sortie de produits plus performants ou plus économiques ou plus écologiques que ceux qu’ils fabriquent tout simplement parce qu’il faudrait investir pour les produire !

        Ils font tout également pour s’assurer une clientèle captive qu’ils peuvent exploiter en ne standardisant pas les produits. Un bon exemple en est les batteries rechargeables au lithium et les blocs d’alimentation de ces batteries.


        relever l’âge légal à 67 ans (comme en Allemagne)

        Les Allemandes ne font pas assez d’enfants qui reviennent de l’école en milieu d’après-midi, ce qui les empêchent de travailler à l’extérieur, sauf à les faire garder par une étrangère et devenir ainsi des « mères-corbeaux » !

        L’Allemagne manque de main-d’œuvre. C’est pourquoi elle peut obliger ses malheureux travailleurs à diminuer leur espérance de vie en partant trop tard à la retraite.

        Mais en France, qui connaît un chômage massif, le non-départ de travailleurs usés augmenterait le nombre de jeunes sans emplois. Certes, on pourrait réduire à rien leurs indemnités chômage mais ce serait prendre le risque d’une révolte puissante ...


        Le jour où la finance internationale ne paiera plus notre social nous n’aurons plus que nos yeux pour pleurer.

        Cette dernière phrase relève soit du comique au énième degré, soit de l’hôpital spécialisé !

        No comment !


      • yves 30 juillet 11:58

        @Perceval
        les retraités , une espece en voie de disparition , parce que s’il faut compter sur les actifs pour les maintenir en vie , autant se suicider , ça coutera moins cher aux caisses de retraites !


      • CN46400 CN46400 30 juillet 15:10

        @Alren

         Retarder l’age de départ en retraite conduit, en France, à augmenter, massivement, le chômage, et la misère des séniors. Parce que le Medef ne fait pas ce qu’il dit, il préfère embaucher plus facilement des jeunes au rabais plutôt que de garder des séniors payés plein pôt.
         L’ équilibre des caisses de retraite ne dépend que du niveaux des cotisations et du nombre des cotisants (inverse du chômage)


      • porcinet 31 juillet 23:12

        @Alren
        Bien joué et pertinent ! par contre le seul élément qui tient peut-être la route dans ce que dit Perceval est l’égalisation des retraites pour tous, mais pas au niveau du SMIC évidemment, quand on sait que le SMIC ne permet pas de vivre décemment. Peut-être Perceval perçoit-il personnellement une retraite égale au SMIC est qu’il est jaloux des retraites chapeau et autres retraites dorées ? réclamer la noyade pour tous ressemble fort au discours du Medef, surtout quand on sait qu’une retraite non indexée sur le coût de la vie mène à terme à la retraite en rase campagne bien en-dessous du SMIC.


      • alain-aaae (---.---.255.2) 30 juillet 14:50

        je me répéte mais vous les communistes ne pouvé avoir de postes comme parlementaires ou conseiller régional qui si vous trompez le monde en vous associant avec les socialistes alors dans cet article vous n en parlez pas c est dur de dire une vérité si simple.je suis syndicalyste depuis 45 ans et je ne défile plus avec les communistes alors que l on arréte les gens qui défilent non avec les syndicats mais les politiciens qui se cachent dans le nombre.j ai des responsabilités au syndicat mais je ne me géne pas a dire que je refuse de défilé quand les cocos sont la.


        • PRCF PRCF 30 juillet 19:22

          @alain-aaae
          eh beh...
          incompréhensible, mais haineux


        • Spartacus Spartacus 30 juillet 15:16

          C’est vrai avant la sécu les vieux mourraient dans la rue sans rien....
          Ha non !Il y avait des caisses collectives professionnelles .....
          Qui fonctionnaient très bien.

          Mais les cocos de la génération 45 ont décidé de ne plus payé et on inventé la « répartition payée par les générations suivantes.....

          Moralité cette génération de 1945 a laissé sa dette sans payer et la fait perdurer de générations en générations. En plus une majorité de vieux morts sous les bombardements....Beaucoup de jeunes payeurs pour peu de pensions à donner.

          ET puis 1989 Mitterrand a donné la retraite à 60 ans pour tous gratos....Amplifiant l »inversion de la courbe des générations qui payent et celles qui reçoivent....

          Les cocos manient l’hypocrisie et ne s’y trompent pas....
          Majoritairement statutaires, et bénéficiaires de régimes spéciaux sur taxation, ils ne réclament pas a être au régime général sur répartition...

          Pourquoi donc les cocos font l’apologie d’un système ou ils ne participent majoritairement pas
           ?

          Simplement comme cette caste a pleinement conscience du privilège statutaire.....Ils ne peuvent s’en passer et ne voudraient pas que soit remis en cause les privilège de sa caste corporatiste puante d’hypocrisie.


          • Croa Croa 30 juillet 17:30

            À Spartacus,
            Les « caisses collectives professionnelles » n’existaient que dans certaines corporations. Il y a eu des arnaques contrairement à ce que tu suppose sauf celles par répartitions car il y en avait aussi. Ce ne sont pas les cocos qui « ont décidé de ne plus payé » comme tu l’écris, mais les banquiers.
            Les « cocos » comme tu dis, étaient influents à la libération MAIS ils n’avaient pas le pouvoir ! Ils auraient voulu faire cotiser les salariés ET les entreprises mais cela n’a pas été possible. Finalement ce qu’on appelle abusivement “part patronale” n’est finalement qu’une partie du salaire (le tour de passe-passe consistant à donner au salaire une valeur de référence inférieure à son prix réel.)
            Comme les entreprises ne cotisent pas vraiment, il suffit aux entreprises de se débarrasser des salariés pour se débarrasser aussi de leur obligations sociales. Là est la cause des déficits actuels.


          • Alren Alren 30 juillet 18:15

            @Croa
            Tout à fait.
            Sans compter les boites qui ne sont pas à jour de leurs cotisations mais qu’on n’ennuie pas car elles font du chantage à la fermeture !!


          • tonimarus45 30 juillet 18:23

            @Croa—bonjour— spartacus— sait bien cela car c’est lui meme qui parlait du salaire ouvrier«  »BRUT DE BRUT" qui englobait ce que faussement on nommes part patronale


          • tonimarus45 30 juillet 18:26

            @Croa—bonjour—«  »spartacus«  »,sait bien cela car c’est lui meme qui parlait du salaire ouvrier« »BRUT DE BRUT" qui englobait ce que faussement on nomme part patronale


          • CN46400 CN46400 30 juillet 21:25

            @Spartacus

             Bonsoir, je suis coco, peux-tu m’indiquer comment je peux toucher une retraite sans avoir cotisé ? merci.....


          • Alren Alren 31 juillet 19:02

            @CN46400

            Après la guerre, le fonds national de solidarité a servi des retraites à des agriculteurs, des commerçants, des prêtres qui n’avaient jamais cotisé.

            Mais pas à des salariés. En particulier des ouvriers agricoles plutôt illettrés et sans défenseur qui connurent une vieillesse de misère noire, couchant « par charité » dans des granges et vivant d’une soupe donnée parfois par un ancien employeur, vieillesse souvent abrégée par un suicide par pendaison.
            Seuls les salariés cotisants touchèrent quelque chose et à condition d’accomplir des démarches administratives compliquées. (Certains eurent recours à l’aide de l’instituteur du village).


          • porcinet 31 juillet 23:28

            @Spartacus
            Il y a une caisse (dont je ne me souviens plus du nom, mais c’est la caisse des architectes à l’origine et qui a absorbé depuis les travailleurs indépendants) qui a été hyper mal gérée et qui maintenant accumule les bugs et les retards dans les versements à ses pensionnés. Un prestataire informatique aurait soi-disant installé un système de gestion des paiements qui dysfonctionne complètement occasionnant des retards phénoménaux et des courriers totalement incohérents. Certains attendent depuis des mois le paiement de leur pension, ce qui signifie la galère. D’autres apprennent qu’ils doivent de l’argent à cette caisse alors qu’ils n’ont rien perçu ! Je l’ai entendu sur France Inter vers avril-mai.

            Il faut constater aussi que la retraite par répartition, au-delà des régimes spéciaux (là il y a certainement à dire) est une bonne chose dans son principe et qu’il ne faut surtout pas jeter le bébé avec l’eau du bain sous prétexte de dysfonctionnements dans certaines autres caisses complémentaires. 


          • Spartacus Spartacus 1er août 13:08

            @CN46400


            L’argent de ta retraite se statutaire n’a jamais été économisé. Il est totalement emprunté.

            Tes cotisations salariales ont été fictives. Juste un mouvement de chiffre comptables qui ne sert qu’a présenter aux cocos une pseudo contribution pour acheter leur dévouement idéologique...

            Voila pourquoi tu reçoit une retraite à crédit en laissant l’addition a tes gamins.....

            C’est ça le communisme...L’irresponsabilité.

          • porcinet 31 juillet 23:54

            La retraite par capitalisation n’est d’une part jouable que pour les gros portefeuilles, vu l’érosion monétaire qu’elle subira au fil des années, et d’autre part porte en elle un énorme risque dans l’utilisation qu’en feront les gestionnaires de cette épargne. Connaissant les habitudes rapaces et voraces de ces fonds de pensions qui happeront cette épargne dans des plans pourris, il y a fort à parier qu’au moment de leurs retraite, ces retraités n’auront que leurs yeux pour pleurer à moins qu’ils n’aient investi ailleurs, mais là n’est pas notre problème.

            La retraite par répartition est beaucoup plus juste, même si le problème de la pyramide des âges en évolution existe et aussi du chômage de plus en plus important proportionnellement. Pourtant, il y a des solutions d’avenir : faire basculer petit à petit la cotisation pour l’attente principale de la retraite en la doublant d’une cotisation plus importante salariale et patronale au profit d’ un tremplin positif pour la jeunesse (meilleure éducation, amélioration de l’ apprentissage, travail, recherche, expériences à l’étranger sous contrat français, etc...). Dans un pays comme la France ce serait un changement de paradigme qui demanderait forcément de meilleurs salaires et une orientation double : futurs retraités et jeunes vivraient le même objectif, ce que ne veut surtout pas le Medef, radin qui aime diviser et se soucie comme d’une guigne du bien-être des salariés et retraités (sauf bien sûr les dirigeants qu’il cajole). 


            • Spartacus Spartacus 1er août 13:17

              @porcinet
              Ha bon ????

              Les gestionnaire de la répartition gère « formidablement » ? Pourquoi des déficits et des emprunts ???
              Au moins la capitalisation permet de faire jouer la concurrence.

              Les fonds de pension ? N’importe quelle entreprise rêve d’être adossée à un fond de pension. Actionnaire stable. Les fonds de pension sont gérés au cordeau.

              Super la solution pour la répartition....Augmenter les charges sur les salaires....
              Faut il être un décalé des réalités (statutaire) pour croire que les cotisations peuvent monter jusqu’au ciel.


            • Yaurrick Yaurrick 1er août 18:37

              @porcinet : A part forcer la population dans un système de Ponzi qui est voué à l’échec (cf le système actuel, qui fait que des gens comme moi n’auront rien à cause de gens comme vous), pourquoi ne pas laisser le choix de capitaliser ?

              Il ne faut pas être grand clerc pour comprendre qu’en reversant automatiques des cotisations, celles-ci n’ont pas la possibilité de fructifier comme on le ferait avec des placements.
              http://www.contrepoints.org/2012/12/08/107210-et-si-vous-aviez-investi-vos-cotisations-retraite-dans-le-cac40

              Bref, si votre but est d’appauvrir les futurs retraités, vous avez la bonne méthode.


            • porcinet 1er août 22:45

              @Yaurrick

              le système actuel, qui fait que des gens comme moi n’auront rien à cause de gens comme vous), pourquoi ne pas laisser le choix de capitaliser ?

              -Et de 1, je ne fais absolument pas partie des régimes spéciaux, et ne suis pas du tout spécialement favorisé, de plus,je continue à bosser 7 ans après (si si !) mon âge légal de départ à la retraite pour des raisons qui ne regardent que moi (périodes de chômage, périodes de formation et périodes de voyage sabbatique). Donc je ne fais pas partie de la clique des nantis de la République comme vous l’avez un peu vite interprété.

              -Et de 2, je ne crois absolument pas à la retraite par capitalisation qui a fait perdre leur avoir à des centaines de milliers de retraités capitalisés pendant les crises financières qui ont fait s’évaporer certains fonds de pension. La retraite par capitalisation est un choix, OK, pourquoi pas, mais elle est fortement conseillée et poussée par le grand capital qui pourrait se faire des couilles en or si elle était généralisée. Rien que ça pour moi, c’est hyper-louche. De plus ce même grand capital a horreur du principe même de la retraite par répartition et joue sur le chômage qu’il accélère et la pyramide des âges vieillissante pour la critiquer au lieu de l’améliorer. 


            • Yaurrick Yaurrick 3 août 13:47

              @porcinet : Donc selon vous c’est hyper louche que la gestion de patrimoines (qui sont donc un service fait des entreprises) fassent payer leur travail ? Vous pouvez très bien aussi gérer votre patrimoine seul si l’envie vous prend.
              C’est pourtant la même chose que d’avoir un livret A ou un PEL dans une banque, vous faites fructifier une somme qui est utilisée par d’autres personnes : vous capitalisez et faites donc parti des capitalistes, même si vous le ne savez pas.
              Mais je suppose que c’est simplement parce qu’il y a le mot « capital » que vous êtes effrayé, c’est juste une histoire de dénomination.

              Savez vous qui a inventé le principe de retraite par répartition ? C’est Bismarck, qui a crée ce système en savant pertinemment qu’il y aurait peut de cotisations à verser, du fait de la pyramide des ages qui était vraiment une pyramide.
              Seulement à notre, la retraite peut quasiment être aussi longue que la période active, et en plus avec bien plus de personnes à charges : conséquence immédiate ce système n’est plus viable.
              Et si vous pensez que les améliorations sont une augmentation des prélèvement pour les actifs et une diminution des versements pour les retraités, vous faites une cruelle erreur : si je continue à vivre en France, ce système que j’aurais alimenté pendant des décennies ne me rendra quasi rien.
              C’est juste selon vous ?

              A mon avis ce qui est vraiment louche c’est que nos politiques ont bizarrement un système de retraite par capitalisation et pas par répartition. Curieux n’est-ce pas ?


            • porcinet 1er août 00:00

              j’oubliais : La retraite par répartition est beaucoup plus juste, si elle est indexée sur le coût de la vie et sa progression non remise en question chaque fois qu’un pet de travers secoue la bourse ou que nos prévisionnistes financiers de Bruxelles ou de Paris ont mal digéré leur repas de midi.


              • Spartacus Spartacus 1er août 13:11

                @porcinet

                Mais si elle est si « FOR-MI-DABLE » pourquoi la caste statutaire ne la réclame pas pour elle et préfère la retraite par taxation pour sa gueule ? 

                Comme quoi le maître-nageur qui apprend à nager aux autre mais ne sait pas nager lui même est peu crédible.

              • zygzornifle zygzornifle 1er août 09:20

                je ne pense pas que nos amis retraité de la politique soient touchés par cette BAISE .....


                il est grand temps de se débarrasser de toute cette clique véritable ramassi de crapule qu’est le PS et les LR .....

                • zygzornifle zygzornifle 1er août 09:32

                  11 millions de sans emploi, 9 millions de sous le seuil de pauvreté, 400 000 SDF bien de chez nous , 31 000 mineurs dormant dans les rues et des dizaines de milliers de migrants zonant a droite a gauche , tout cela c’est 30 ans d’alternance droite-gauche, les politiques s’en battent les couilles jusqu’au sang , en 2017 il va y avoir une grande séance d’hypnose collective organisée par la droite et la gauche avec le barrage au FN déjà orchestré le sursaut ripouxblicain des atomisés du bulbe et tous les neuneus atteints du syndrome de Stockholm vont REVAUTER pour les mêmes hypocrites menteurs et voleurs et dire 6 mois plus tard on entendra les porcelets couiner « on s’est fait encore baiser » ...... 


                  • citizenzen 10 août 11:01

                    les reformes successives ne se sont guère risquées à revoir les retraites des fonctionnaires et régimes spéciaux, les profiteurs du système. Exemple : juste avant la faillite du système EDF, les retraités EDF ont été pris en charge par Carsat, Arrco et Agrirc et, selon la cour des comptes, EDF aurait du payer 1,5 milliard € de plus à ces caisses avant de leur filer la patate chaude.
                    Merci qui ? merci CGT ! leur combat n’est pas pour les petits salariés et retraités du privé.
                    Cela dit, quand on a une « petite » retraite et que l’on réside en France, on bénéficie de l’ASPA (minimum vieillesse) : la situation est difficile sans être dramatique.
                    Le système actuel est en péril principalement à cause de Mitterrand qui a abaissé la retraite de 65 à 60ans : un cadeau aux « vieux » de l’époque que l’on n’a pas fini de payer...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès