Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > BATEAUX IVRES sur une PLANÈTE IVRE à la DÉRIVE

BATEAUX IVRES sur une PLANÈTE IVRE à la DÉRIVE

Évoquer les naufrages en Méditerranée dans une rubrique "ÉCONOMIE" est sacrilège aux yeux des humains au coeur compatissant, indignés mais pas au point de se remettre en cause et de condamner un système économique agréable pour quelques-uns et mortifère pour TOUS. Les naufrages à venir vont se généraliser à l'économie mondiale et à l'humanité !

L'arrivée massive de migrants -invasions sans invitations ?- dans les villes et campagnes de l'Europe assoupie, soulève des interrogations et réveille quelques consciences. Pourquoi sont-ils partis de chez eux ? Aurions-nous quelques responsabilités à partager avec les victimes si ce n'est avec leurs bourreaux ? Poser la question c'est déjà y répondre.

Dans notre habitude de classements, nous différencions les "vrais réfugiés politiques" à savoir des résistants à des dictatures risquant leur vie du fait de leurs opinions et de leur soif d'un minimum de justice. Quand la seule issue de leur combat politique est l'arrestation imminente pour être torturé et l'assassinat expéditif, ils doivent fuir et trouver refuge dans des pays démocratiques accueillants.

À ceux-là s'ajoutent des populations non politisées mais condamnées à être pillées, rançonnées et massacrées par des bandes armées en lutte pour la conquête du pouvoir et de la domination sur la main-d'oeuvre humaine et sur les ressources minières et économiques du pays. Certaines bandes armées enrôlent de force les hommes et les adolescents comme combattants ou chaire "à canon" (marche forcée dans les champs de mines ou porteurs de ceinture d'explosifs télécommandée). Beaucoup de ces derniers réfugiés ou rescapés se déplacent à l'intérieur de leur propre pays vers des zones plus sûres : ils sont alors du ressort de l'Office des Nations-Unies pour les Réfugiés, et des gouvernements des pays concernés. Il n'y a guère de Pays où il n'existe pas la moindre zone de protection ou de stabilité. Beaucoup de familles quittent des zones de combats, leur maisons souvent détruites, avec peu de bagages, pour se retrouver réfugiés dans leur pays sans ressources : alors les hommes jeunes, valides, de bonne formation éducative et professionnelle, partent vers l'eldorado européen pour y trouver la paix, la sécurité et surtout du travail, même mal payé, pour subvenir aux besoins familiaux. Ce sont alors des "réfugiés économiques" sticto sensu.

 

Même dans des pays sans conflits armés politiques ou criminels, des jeunes hommes immigrent dans des conditions clandestines pour aller glaner quelques revenus pour soutenir la nombreuse famille restée au pays ! Ce sont les conditions économiques et climatiques de leur pays qui les laissent sans emploi et sans ressources. Ces immigrés de la faim grossissent la cohorte des "réfugiés économiques". Les famines, principalement dans la bande sahélo-saharienne s'étendant de l'Atlantique jusqu'à la mer rouge et l'océan indien, font énormément de victimes silencieuses, surtout des enfants, s'ajoutant aux victimes des conflits armés et des répressions des manifestations politiques. La paix dans l'indifférence locale et surtout mondiale reste insuffisante pour rétablir la survivalité et le nécessaire développement des populations abandonnées. Avant de déverser un flot de "Yaka, Yfocon" une analyse objective des causes s'impose.

 

La première cause des famines et de l'exil économique est la DÉMOGRAPHIE GALOPANTE des pays concernés : depuis 1900 la population de l'Afrique est passée de 100 millions à 1200 millions d'habitants, et la population mondiale de 1,65 Md à 7,35 Md d'habitants. Dans un pays pauvre et semi désertique comme le Niger, l'indice de fécondité était de 7,6 enfants par femme en 2012 et ainsi 49% de la population a moins de 15 ans ! Les ressources en eau (sauf près du fleuve Niger) sont faibles et ne permettent pas la nécessaire irrigation des cultures pour satisfaire les besoins en nourriture. Les dons massifs de nourriture en périodes de famines, de plus en plus fréquentes et massives, font concurrence aux productions locales : les agriculteurs vivent difficilement cette concurrence et abandonnent souvent leurs maigres exploitations pour grossir les bidonvilles. De toute façon, dans la BSS, les conditions climatiques, les ressources locales en eau, la désertification due au surpâturage et la faible fertilité des terres ne permettraient pas de subvenir à une population toujours plus nombreuse. En dehors de l'agriculture il n'y a pas d'activités économiques suffisantes pour absorber le flux de jeunes en capacité de travailler : l'émigration ou la mort lente, telle est l'alternative de la voie pacifique ; sinon c'est les émeutes de la faim et les révolutions sanguinaires !

Dans une moindre mesure, la croissance démographique incontrôlée affecte tout le Continent Africain, le Moyen-Orient, les pays d'Asie (hors la Russie/Sibérie), les Amériques du Sud et Centrale. Seule la Chine a mené une politique de contrôle et de réduction des naissances, politique brutale, efficace, même si sa dureté excessive est en voie d'adoucissement : quel serait le niveau de développement moyen des 2,5 à 3 Md de Chinois qu'il y aurait maintenant sans cette politique ?

À la démographie galopante par les naissances il faut ajouter l'heureux impact de la médecine sur la diminution de la mortalité infantile (hors famines) et la durée moyenne de vie. Une bonne médecine devrait aller de pair avec une politique de contrôle des naissances et de planning familial, avec la généralisation des moyens contraceptifs féminins et masculins. Si les religions dominantes condamnent l'avortement (IVG chez nous) car pour elles l'être humain existe dès la conception, elles adoptent et imposent -au nom d'une certaine morale religieuse- un refus des moyens contraceptifs : est-ce moral de laisser concevoir de nombreux enfants condamnés à mourir de famines, de malnutrition, d'émeutes, de guerres ou même de crimes pour prélever leurs organes !

 

La croissance démographique galopante et incontrôlée amplifie les conséquences d'un sous-développement économique des pays concernés. Si pour des pays asiatiques la densité de population est très élevée, en Afrique elle reste inférieure à celle de l'Europe, et même quelques pays sont à un niveau inférieur à celui des USA. Si depuis les débuts des colonisations une politique de développement comparable à celle des pays colonisateurs avait été mise en place, alors le niveau démographique de l'Afrique serait plus faible et la nécessité d'émigrer, de s'exiler pour les jeunes adultes n'aurait pas lieu d'être. Seulement le système économique dominant, un capitalisme avide de profits, de matières premières à bas coûts extraites ou fournies par des travailleurs sous-payés, a conduit à la situation catastrophique actuelle. Cette situation dramatique sera la source, au niveau planétaire, de conflits armés, de révolutions, de migrations envahissantes, car la mise en place de véritables politiques de développement et d'investissements massifs au bénéfice des populations locales n'est pas pour demain !

Au lieu de mettre en oeuvre une telle politique, des expéditions militaires pour le contrôle des matières premières (ou du gouvernement des pays producteurs) ont déstabilisé des régions entières, comme la funeste invasion de l'Irak en 2003. Les injustices sont devenues visibles de toutes les populations du monde du fait des réseaux internet : cette magnifique invention et sa mise en oeuvre rapide est vite devenue un révélateur des turpitudes criminelles du système économique et financier voulant régenter la planète entière.

Les malheurs entraînant les malheurs, les conséquences des dérèglements climatiques dus en partie au réchauffement climatique, vont s'abattre prioritairement sur ceux qui ne peuvent pas mettre en place des politiques de préventions, à savoir les peuples et les nations les plus pauvres et les moins développées.

 

Après cette revue des conditions de vie des "esclaves", des abandonnés dans les fossés de la "route fleurie" du progrès économique et social, il faut se pencher sur le sort des "maîtres" toujours prompts à se plaindre du trop d'impôts, des coûts de main-d'oeuvre trop chers (coûts unitaires du dixième au centième de leur propre coût (ou revenus)), du trop de contraintes à leur enrichissement personnel en terme de protection de la nature, de l'environnement, des ressources planétaires et de la santé de tous les humains !

Les "maîtres" créent de la valeur (et des richesses ?) pour eux-mêmes et les actionnaires en licenciant des travailleurs salariés correctement, en les faisant passer du statut de bons consommateurs de leurs productions, à celui de chômeurs indemnisés (par les organismes publics) et sous-consommateurs : mais ils se considèrent comme des "bienfaiteurs de l'humanité" car ils font alors travailler des "esclaves" dans des conditions favorisant la réduction de leur durée de vie (horaires démentiels, salaires de misère, pas de protection sanitaire, épuisement rapide donc inutilité de cotiser pour les retraites,...). C'est à peine mieux que les camps de travail arborant la devise "arbeit macht frei" car il y a un soupçon de salaire, repris en grande partie pour le logement et la nourriture !

 

La "DEREGULATION" anglo-saxonne source d'un NAUFRAGE économique

La "DEREGULATION" à l'anglo-saxonne doit se traduire par "DÉRÈGLEMENTATION" en français et non pas par "dérégulation" : le terme régulation concernant les procédés de retour à l'équilibre, la dérégulation (française) ferait l'apologie des déséquilibres en économie et condamnerait le dogme intangible des lois du marché oeuvrant naturellement vers des solutions d'équilibre ! La "deregulation" imposée par Reagan et Thatcher consistait en la suppression de nombreuses contraintes réglementaires étouffant les acteurs de l'économie et de la finance : il fallait libérer les énergies et les destructions créatrices pour un monde meilleur ! Certes, on peut citer des exemples d'inepties administratives telles, en UE celles sur la forme des bananes et des concombres, et en GB l'impérative utilisation d'un électricien agréé pour changer une ampoule dans un luminaire d'un bureau avec demande établie sur un formulaire papier par le chef du bureau et approuvé par le chef du service entretien pour l'exécution !

La dérèglementation comme panacée économique a eu des résultats surprenants :

- la réduction des protections sociales des travailleurs avec baisse des salaires et des avantages spécifiques et baisse du pouvoir d'achat, donc de la consommation ;

- la promotion de l'auto-entrepreneur, de l'individualisme libérateur et surtout du travailleur jetable à tout instant. Le contrat "zéro heure" britannique liant l'esclave à son maître sans garantie d'un minimum de travail rémunéré pousse le cynisme à son paroxysme ;

- l'appel à la sous-traitance la moins chère, d'abord dans le pays d'origine, puis dans des pays du tiers-monde par des délocalisations ;

- une progression du chômage, avec des pans entiers de l'économie sacrifiés, sans se rendre compte que la suppression de tous les travailleurs salariés ou indépendants, supprime d'autant la masse des consommateurs qui fait tourner la machine économique ;

- les coûts -prétendument excessifs- de la main-d'oeuvre de production (en usine, en atelier, en bureau d'études) et de service (laboratoires d'analyses, surveillance médicale, opérations chirurgicales...) induisent une tendance lourde à l'automatisation et à l'utilisation de robots ultra-performants. Seuls les salaires et émoluments des patrons et grands dirigeants ne sont jamais jugés excessifs par la classe dirigeante : s'il faut licencier 200 smicards et ainsi augmenter le salaire du grand patron passant de 400 à 500 smics tout en laissant à la collectivité publique -honnie- le soin de subvenir aux besoins des licenciés, quelle démonstration de la puissance créatrice de valeur du patron !

- la réduction du domaine d'action des États et de leurs gouvernements, pour moins d'impôts et de contraintes administratives. Les commandes aux complexes militaro-industriels -source de juteux profits pour les industriels- sont, par contre, maintenues et développées ;

- la progression faramineuse des profits et de l'enrichissement de la minorité des plus riches, fait écho à l'augmentation, en nombre, de la classe pauvre et de la classe moyenne inférieure en voie de paupérisation ;

- la soumission des politiques, des élus, aux diktats des maîtres de l'économie et de la finance : ces derniers savent seuls ce qui est favorable à la bonne marche de l'économie (pour leur profits) et quels sont les candidats utiles à subventionner ;

- en absence de réglementations protectrices contre les dérives des plus forts et des plus maffieux, l'État doit être l'assureur en dernier recours pour prendre en charge les conséquences désastreuses et dramatiques de la cupidité et de la débilité des élites, des maîtres ès-divine finance, adorateurs de l'argent-roi consubstantiel du pouvoir ;

- la naissance d'une nouvelle religion universelle avec le dogme de la bienfaisance des marchés, de la "substantifique moelle de l'argent et de la finance" devenue virtuelle et immatérielle, réglant les devoirs et les maigres droits des esclaves attachés au système. Cette religion a corrompu les Christianismes, le Judaïsme, l'Hindouisme, le Bouddhisme, le Taoïsme, les Idéologies politiques et une grande partie de l'Islam. Ce sont des branches intégristes de l'Islam qui portent l'étendard de la lutte contre cette "religion adoratrice du grand satan", en utilisant avec efficacité les armes de la propagande, de la violence et de la peur, armes trop souvent utilisées par les "bons Apôtres" de la supériorité de la Divine-Finance !

- l'indifférence et le rejet du monde de la politique et du monde médiatique, les médias étant sous la férule financière des grands financiers. Et la naissance concomitante de mouvements populaires spontanés contre le monde pourri de la finance, de l'économie et de la politique.

 

- Quant aux résultats matériels pour l'humanité et la planète, leurs caractères destructeurs de ressources minérales et biologiques (plantes, animaux marins et terrestres) sont visibles partout et alertent les observateurs "humains" de l'écosystème planétaire. Les perturbations climatiques à venir, le réchauffement climatique avec la fonte des glaces éternelles, ne sont que des prémisses des cataclysmes à venir. Parmi ceux-ci, hors la forte croissance démographique, ceux relevant de la santé sont particulièrement inquiétants : les cancers dus aux particules (amiante, poussières), aux goudrons (tabac), aux différents stress de la vie professionnelle et de la vie privée, et aux différents produits chimiques industriels, alimentaires et agricoles (additifs, pesticides), les résistances aux antibiotiques consommés en excès en médecine et dans les élevages (agricoles et piscicoles), les effets secondaires de médicaments parfois inutiles pour la santé mais générateurs de profits, l'alimentation industrielle à base de sucres et de graisses générant une "pandémie d'obésité", les mutations des virus des épidémies, les AVC et crises cardiaques dus aux contraintes psychologiques de la vie avec ses harcèlements, etc...etc... Les effets du système économique occidental dominant sont effarants et destructeurs des écosystèmes terrestres et maritimes, avec la disparition de nombreuses espèces, l'invasion de nouvelles espèces, surtout de plantes, d'algues et d'insectes, la disparition des insectes et oiseaux pollinisateurs.

- La santé est devenue un marché très profitable pour les acteurs de la santé et les industries pharmaceutiques : les professionnels dénoncent du bout des lèvres la "malbouffe" et les méthodes de production et de transformation : les pollutions/empoisonnements à petit feu dus aux pesticides et aux différents additifs, les excès de matières grasses et de sucres rapides et lents, gênèrent des maladies endémiques, handicapantes comme les diabètes, l'hypertension, l'hypercholestérolomie qui doivent être traités à vie. C'est un grand marché captif pour les médecins, les laboratoires d'analyses, les pharmaciens et les industries pharmaceutiques. Certains médicaments comme les statines voient même leur intérêt thérapeutique remis en cause par des sommités médicales, au moins pour les affections légères et en prévention ! La promotion active et organisée des méthodes alimentaires de prévention de ces maladies de société n'est pas une priorité : elle impacterait, à la baisse, les profits de tous les acteurs professionnels intéressés ! Tant qu'il y a suffisamment de ressources au niveau des patients/clients et des caisses d'assurances maladies (et les mutuelles), alors pourquoi casser un système qui marche si bien : les patients restent toujours des "malportants" et supportent les effets secondaires, à traiter par des compléments pharmaceutiques !

 

PERSPECTIVES d'AVENIR

Pour la planète et les "humains" le système économique actuel, déclaré comme le seul valable pour créer des richesses et assurer un développement harmonieux, est le facteur principal de la dégradation des équilibres naturels planétaires et de la disparition, à terme rapproché, de l'humanité (la planète s'en remettra). Promouvoir des solutions centrées sur la fraternité, la solidarité et sur des organisations publiques, est ringard et voué à l'échec quand bien même les grandes réalisations de l'humanité ont revêtu un caractère collectif. A titre d'exemple, la conquête lunaire par la NASA est une oeuvre publique collective, la NASA définissant et organisant la réalisation des programmes par des industriels, des laboratoires privés et publics, des universités : 300 000 personnes occupées en moyenne à temps plein pendant tout le programme, avec des pointes de 500 000 ! L'invincible "armada" US est définie, gérée et pilotée par le monstrueux et tout puissant Pentagone, organisme public, quand bien même cet organisme passe de nombreux contrats au tout puissant complexe militaro-industriel aux mains des magnats de l'industrie, ces derniers finançant les diverses campagnes électorales des politiques.

Toutes les mesures dites de bonne gestion pour réduire les dettes des États, constituées en grande partie d'intérêts cumulés du fait de l'incapacité à rembourser, réduisent la consommation donc la production. Augmenter les impôts pour réduire la dette publique gonflera le portefeuille des "investisseurs/épargnants. Comme ces derniers n'ont pas besoin de consommer plus, la production et la consommation s'effondrent, le chômage augmente, les impôts ne rentrent plus et c'est le cercle vicieux avec des "financiers" de plus en plus riches (en argent virtuel !) et une masse grandissante de pauvres. Tout ceci est bien connu, mais comme le système actuel, déséquilibré et profondément injuste, est proclamé comme le seul possible, (ce qui est faux) alors le navire de l'économie et de la divine-finance s'enivre de ses performances -destructrices- et va à la dérive sur un océan de victimes qui bientôt se déchaîneront dans une révolte explosive de la dernière chance de survie.

 

Les possibilités de chavirage de l'humanité

L'humanité, en forte croissance numérique, est régulièrement bouleversée par des soubresauts destructeurs : leur importance va croissant en étant proportionnel à l'évolution massive de la démographie mondiale. Les guerres napoléoniennes (et les révolutions de l'époque) sont au niveau du million de victimes. La première guerre mondiale atteint la dizaine de millions. La seconde guerre mondiale depuis les prémisses d'octobre 1917, les luttes "révolutionnaires" entre bolcheviks et nazis/fascistes (Allemagne, Italie, Espagne), le conflit mondialisé (39/45), la guerre froide et les conflits asiatiques anticommuniste, jusqu'à la chute du mur de Berlin, c'est 100 millions de victimes ! La prochaine étape de confrontation généralisée atteindra le milliard de victimes, puis après une certaine accalmie pour récupérer ce sera l'étape finale des 10 milliards de victimes, soit la fin de l'humanité ! Les moyens potentiels susceptibles d'être mis en oeuvre pour ces "crimes de l'humanité" seront efficaces et d'une grande variété :

- guerre nucléaire "classique" avec ses ogives détruisant les villes plus la radioactivité ;

- dissémination de déchets nucléaires sales et sabotage/explosion des centrales ;

- provocation de pandémies à partir de virus et/ou bactéries mutants de haute nocivité ;

- empoisonnement progressif et irrémédiable de l'air, des eaux et du sol, par les pollutions chimiques (pesticides, engrais, métaux lourds,...) ;

- dérèglement des fonctions vitales physiques, biologiques et psychologiques par des perturbateurs endocriniens et autres perversités :

- épuisement des ressources halieutiques et dégradations des sols arables, entraînant des famines systèmiques ;

- révoltes/révolutions consécutives au désespoir généralisé induit par le comportement des "maîtres" accumulant toutes les richesses de la planète, selon la loi du plus fort ;

- sabotage des installations vitales , surtout pour les grandes villes : alimentation en eau, en électricité, en gaz ; grèves dans les transports, l'évacuation/élimination des déchets, les établissements de santé (devenue une activité régie par les profits) ;

- Migrations massives d'affamés, sans ressources, suite à l'élévation du niveau des océans noyant toutes les grandes cités portuaires et les zones littorales :

- manipulations psychologiques et religieuses pour que les "purs" éliminent physiquement les "impurs" responsables des catastrophes, à savoir les pauvres et non pas les riches, maîtres du monde ;

- tout autre action destructrice à venir telle la révolte des robots et leur prise du pouvoir !

 

Le sauvetage de l'humanité

Si le chavirage de l'humanité, soumise aux bourrasques et aux vagues scélérates des dictatures néo-libérales de l'argent-roi tout puissant et des terroristes à la religiosité apocalyptique, va tout droit à la catastrophe, le pire n'est pas une certitude !

Reconstruire l'humanité sur la base d'une vraie fraternité universelle, respectueuse des biotopes et des ressources de la planète, est d'une impérieuse nécessité : déjà s'élèvent des voix d'économistes de renom, de scientifiques de toutes disciplines, de financiers désabusés (eh oui ! il y en a qui ont viré leur cuti), d'autorités religieuses pacifiques, tolérantes et oecuméniques, pour engager les humains dans la voie de l'avenir. La pieuvre au pouvoir ne se laissera pas déposséder sans l'irrésistible volonté d'action des forces encore contenues ; et les religions ne sont pas disposées à prôner la régulation, le contrôle et la baisse des naissances !


Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (2 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • Gilles Mérivac Gilles Mérivac 16 juin 14:03

    L’auteur est trop gourmand, il veut traiter tous les problèmes à la fois, c’est le meilleur moyen de n’en traiter aucun. Le résultat est donc indigeste, et non convaincant car il n’y a pas de priorité.
    La conclusion est donc un vague vœu pieux totalement inopérant et qui ne satisfera personne : « Reconstruire l’humanité sur la base d’une vraie fraternité universelle ».


    • hugo BOTOPO 18 juin 12:31

      @Gilles Mérivac
      Sémantiquement « reconstruire l’humanité » implique que l’humanité est détruite ou en ruine !
      Alors dans ce cas « reconstruire » n’est qu’un voeu pieux totalement inopérant puisque l’humanité (ou ses ruines) ne sera plus en état de faire quoi que ce soit.

      J’opte cependant pour la reconstruction d’une humanité fissurée ou délabrée, pas encore en ruines.


    • Jo.Di Jo.Di 16 juin 14:09

      En 2015, au Royaume-Uni, on recense environ 1,5 million de contrats avec quelques heures par mois et 1,3 million de plus sans aucune heure travaillée, tous sortis des stats du chômage ...
       

       
       
      « Qui dit Humanité, veut tromper » Proudhon


      • zygzornifle zygzornifle 16 juin 16:42

        @Jo.Di


         Juppé s’il est élu président pourra nous créer 6,5 millions d’emplois fictif a la mairie de Paris ....

      • zygzornifle zygzornifle 16 juin 16:41

        notre capitaine de pédalo est comme le marin Shadock ....


        • zygzornifle zygzornifle 16 juin 16:43

          Merkel devrait être jugée et condamnée par un tribunal international car elle a dans ses discours annoncé qu’elle avait besoin de main d’oeuvre migrante et aussi de quoi remplir ses crèches précipitant des milliers de pauvres bougres vers une mort certaine , elle a incité ces gens a venir sans mettre a leur disposition des moyens de transports adéquats et sécurisés les laissant seuls face a des passeurs sans état d’âme ....


          • Ouam2 (---.---.41.186) 17 juin 23:35

            @hugo BOTOPO :

            Je tenais à te le dire :

            merci, merci et merci pour ce super article qui pousse enfin à reflexion.

            Tu y a traités de nombreux et justes problèmes.

            Surtout sur le futur de notre civilisation l’humain qui existera...

            ou pas suivant la sagesse collective des peuples.


            J’y participe un peu, tu n’y voit pas d’inconvénients sur la partie surpopulation

            (ou future misère à venir)

            Kofi Annan, Secrétaire général des Nations Unies de 1997 à 2006
            « Si nous continuons dans cette voie, si nous ne faisons rien pour enrayer l’accroissement de la population, nous allons en payer le prix, nous allons nous retrouver dans un monde surpeuplé. 
            La démographie a un impact sur le développement économique, sur l’environnement et sur les ressources de la Terre qui sont limitées
            .
             »

            Un autre d’arte ici :
            https://www.youtube.com/watch?v=Xem_5JpNucM&feature=youtu.be

            La suite après


            • Ouam2 (---.---.41.186) 17 juin 23:39

              part 2

              Ou cela deviens plus difficile c’est dans la méthode d’agir.

               
              Il me semble impensable d’agir de manière interventionniste (donc fachisant), chaque peuple est maitre de son destin.

               
              De quel droit, nous européens, américains, chinois, australiens nous pouvons dire à une partie de l’asie, par exemple Afghanistan, Bengladesh, Malaisie, Pakistan, etc...

               
              De réduire leurs populations « de fait », c’est impensable, cette solution ne peut qu’etre rejetée.
               

              A l’inverse il nous est impossible de faire subir l’incurie massive de ces pays aux nombreux autres qui eux, en auront fait l’effort, par exemple : la chine, la corée du sud, la thailande, le japon.

               

              On pourrait demander aux un (la partie japon, thailande, etc...) d’aucceuillir les gens en exès de population, cad Afghans, Malais, Benglaois, etcet...

              Ceci est juste vu sur par le petit bout de la lorgnette cad le coté « neuneu européiste » et sans raisonnement d’un long termes parce que qu signifie t’il réellement ...au bout ?.


              • Ouam2 (---.---.41.186) 17 juin 23:43

                part 3

                - Déja la perte de la culture millénaire ce ce pays serait un drame pour l’humanitée (pas pour les capitalistes à l’inverse qui en revent) la civilisation japonaise à des millénaires, mais soyons fachistes comme les européistes convaincus, rayons au nom d’un dogme ultraboutiste définitivement culturellement ce pays de la carte, comme les indiens et leur culture ont été rayés de la carte des USA.
                 
                - Le problème qui surviendra après est que :
                Apres le changement de population, le paradigme n’aura pas disparu, puisque c’est cette nouvelle population qui aura « remplacée » ou « éffacée » l’ancienne cad la culture japonaise, le japon ne sera plus le japon mais cette fois une extension coloniale par sa population de l’afghanistan peuplés d’afghans
                (avec son mode de culture, car l’humain n’est pas qu’un tube digestif)
                 
                - A ce stade nous nous retrouvons donc :
                1) avec un afghanistan qui n’a pas eu besoin de se remettre en cause, car comptant sur le territoire Japon pour « absorber » son surplus
                2) Mais avec un Japon désormais aussi surpeuplé que l’Afghanistan et qui perpétie les memes shémas ancestraux des Afghans.

                - Accullée au mur, il ne reste plus qu’une solution pour la population Afghanne qui deumeure en Afghanistan ET au Japon
                1) Soit rentrer en gerre l’une contre l’autre
                2) Soit envahir à nouveau un autre territoire (par exemple l’Australie pour illuster)

                Nous reproduisons donc le meme shéma avec l’australie que le japon à subi, (etc...)


                • Ouam2 (---.---.41.186) 17 juin 23:48

                  Part4

                  Nous sommes désormais 14 milliards, l’Asie veut désormais coloniser l’afrique, la famine,
                  et l’epuisement des ressources et la fin des écosystèmes est atteinte, il n’y a plus de foretes primaires, plus rien nulle part...on à aceuill a qui-mieu mieu partout,

                   

                  On ne mange plus de viande depuis 20 ans, plus de chocolat, de café, de poivre, de blé, plus rien la terre n’est qu’une immense rizière 
                  (La monoculure pousée aussi à son paroxysme, comme nous l’avons fait avec les humains)

                   

                  Et la dieu M51.2 va enfin apparaitre, tronant sur son piedestal, résoudra d’un jet cet énorme problème
                  (il n’y à plus de place nulle part, c’est fini...vous sucez des caillouxs, meme les oiseaux ont disparus...)
                   
                  qui est m51.2 ?, je vous présente votre futur ami
                  https://en.wikipedia.org/wiki/M51_(missile)
                   
                  Vous remarquerez sa vitesse remarquable (20.000 Km/h)
                  Sa puissance de feu grace à ses charges nucleaires multiples, grand nettoyage garanti.

                   

                  Les autres pays auront les memes en mieux rassurez vous (Poutine n’est pas une ane, les chinois non plus, les ricains n’en parlons meme pas...)

                   
                  Et moi, ca me rends juste un peu triste, vu que ca fera 2 ou 3 générations que je serai 6m sous terre, etant plus proche de l’automne que du printemps ^^, mes enfant juste un, de la famille tres peu...alors ma dépendance...progenitures...
                  Et vous ca se passe(ra) comment pour vous ?
                   
                  Voila on en est la.. maintenant on sait notre futur, c’est mathématique, c’est posé !
                  On fait quoi si on ne veut pas cela ?


                  • Ouam2 (---.---.41.186) 17 juin 23:56

                    Part5

                    La on refléchiot tres fort :

                    Il n’y à qu’une seule et unique solution pour responsabiliser les peuples expansionnistes, si vous en voyez d’autres je suis preuneur :

                     
                    Ne plus les acceuillir, faire comme l’a bien compris le japon (Zero immigration illégale) ou l’Australie, la chine, la russie, qui eux sont des peuples courageux, et ne veulent pas la fin de l’humanitée, ayant compris cette structure mortifère sans issue possible due au shéma d’une immigration illégale de migrants économiques générée par un non controle des naissance d’une partie de ce monde.
                     

                    Revenons chez nous en europe apres ce voyage en asie ? 

                     

                    Ici c’est pareil, l’Europe ne pourra jamais acceuillir l’Afique entière si celle ci continue à avoir 6 à 7 enfants / femmes en moyenne cad la population se x3 tous les 20 ans ceux qui en doutes voir ici

                     
                    http://donnees.banquemondiale.org/indicateur/SP.DYN.TFRT.IN
                    Agfhanistan : 5, comores 4,4, congo 6, cote d’ivoire 5, angola 6, niger 8 !!,....

                     
                    et meme si nous les aucceuillons tous, nous reproduirions tres rapidement le shéma posé plus haut avec le japon / afghanistan qui sert d’exemple.
                     

                    Quel est donc la moins mauvaise solution ?

                    D’etre le plus lache possible en de demandant aux futures générations de payer l’addition ?

                     

                    Juste que la fin de l’histoire posée par M51.2 (ou leurs dérivés) a plus ou moins courte échéance... et le comble c’est que de plus :

                    On ne crée aucune chance pour une évolution de ces populations de devoir avoir besoin de 

                    se remettre en question sachant qu’elles trouveront un salut ailleurs...


                    • Ouam2 (---.---.41.186) 18 juin 00:01

                      Part 6 et fin (ouf)

                      Ou etre un peu plus courageux ? :
                      « Non, vous devez vous prendre en main vous meme, nous ne vous acceuilleront pas si vous ne prenez pas votre natalitée en compte »
                      comme l’a fait l’australie, le japon etc....

                       
                      En leur expliquant bien que leurs problèmes ethnico culturels religieux leur incombent,
                      et ces peuples n’auront plus alors qu’une et seule et unique alternative : évoluer, avancer,
                      ce qui leur sera forcément très bénéfique, rien que pour la raison que un seul ou deux enfants est bien mieux éduqué (ou la chance de l’etre par les 2 parents) qu’une immense fraterie de 7, 10, 15 ou 20, parce que le temps n’est pas, comme la planete extensible à l’infini.
                       
                      On peut aussi encourager fiscalement (ou d’autres avantages) ceux qui ont tres peu d’enfants et pénaliser les irrésponsables, mais ceci, c’est à chaque pays de voir cela, pas à nous, pas d’ingérance, nous avons trop fait d’erreurs dans notre interventionnisme.

                       
                      C’est du gagnant gagnant pour tous les peuples, mais l’humain sera t’il courageux ?.

                       
                      J’avoue souvent avoir l’envie d’aller vers cette lachetée facile, la position du samaritain est infiniment plus confortable que celle de l’homme de loi qui lui doit trancher entre plusieurs causes, en essayant de prendre la « moins pire ».

                       
                      Sachant que dans nombreux cas sa position sera difficile, aucune n’etant parfaite, ne pouvant satisfauire toutes les parties, sa lucidité lui exprimant que l’impossible n’est pas encore de ce monde, vous m’avez compris.
                       
                      Contrairement à certains escrocs qui publient souvent sur agora vox en se faisant passer sous de fallacieux articles « droits de l’hommiste » leur infame félonnerie, articles n’ayant évidemment qu’un but, servir leurs maitres , le grand capital, en esperant récuperer les quelque miettes jetées de manière désinvolte par le maitre a son judas qui à bien euvré pour lui.

                       

                      Merci de m’avoir lu.


                      • Ouam2 (---.---.41.186) 18 juin 01:58

                        • hugo BOTOPO 18 juin 17:12

                          À Ouam2 :
                          Merci pour ta contribution et tes analyses concernant l’importance des évolutions de la démographie, au niveau de chaque pays et au niveau mondial.
                          Dans un précédent article : « Démographie et Productivité : les clés essentielles ignorées par les économistes » du 26 novembre 2015 sur Agoravox, j’avais qualifié les coûts publics d’un jeune entre sa conception et son arrivée sur le marché du travail (après études et formation professionnelle) entre 200 000 et 250 000 €, dans les pays « occidentaux ». Ces coûts sont à prendre en compte aussi bien pour les équilibres budgétaires, que pour le financement des retraites.
                          La « productivité/natalité » de 1,5 enfant/femme est l’idéal, approché par le Japon, la Russie et surtout l’Allemagne. Ce dernier pays importe gratuitement depuis quelques décennies de la main-d’oeuvre bien formée, aux frais des pays de naissance, en provenance des pays de l’Europe du Sud, et aussi de l’Est : 300 000 travailleurs immigrés par an soit, une économie budgétaire annuelle de 70 Md€ ; ce qui permet à Merkel de donner des leçons de bonne gestion après ce hold-up. La population de l’Allemagne a donc continué à croître légèrement année après année, avant l’afflux du million de réfugiés.

                          Pour tes suggestions pour lutter contre la croissance démographique :

                          - la limitation des allocations familiales à un maximum de 2 E/F n’est valable que nos pays où il existe des allocations familiales !

                          - dans les pays prolifiques et pauvres, sans allocations familiales, un grand nombre d’enfants était signe de richesses et de retraites assurées par les enfants survivants : l’apport de la médecine occidentale, vaccinations et médicaments, réduit la mortalité infantile et augmente la durée de vie. D’où l’a forte croissance démographique !
                          Personne ne condamne ces actions sanitaires : qui osera dire qu’il fallait les laisser tranquille chez eux, sans s’en préoccuper ? L’éducation avec le planning familial et le contrôle des naissances aurait dû accompagner les « missions civilisatrices de la colonisation » ! Les religieux ont imposé de s’en remettre à Dieu quant à la prolifération des naissances : « Pauvre Dieu » devenu coupable de toutes nos turpitudes et des diktats des maîtres en religion !

                          - Fermer et bloquer les frontières à l’Australienne en fermant les yeux sur les malheurs imposés à des enfants innocents (qu’ils aillent « crever » ailleurs ! de faim, de soif, par noyades ou par bombardements et actes de guerre) est digne de la politique de leurs récents ancêtres qui ont nettoyé le continent des aborigènes. L’individualisme forcené prôné par le néo-libéralisme risque fort de conduire sournoisement à cette solution que toute bonne âme, confortablement engoncée dans son fauteuil, condamne avec compassion et dégoût mélangés.

                          Alors, ou nous fermons les yeux du fait de notre incapacité, ou nous agissons ensemble pour reconstruire un monde de fraternité selon les messages d’Amour du Christ, de plus en plus d’actualité !


                          • Zip_N Zip_N 18 juin 20:03


                            Mener les gens en bateau ? est ce qu’il y a des excursions en bateau de croisière pour aller voir les migrants sur leur bateau de fortune et conter histoire ? pour une personne insérée retrouver un logement au sol relève aussi parfois d’un parcours du combattant. Les plus faibles par exemple les femmes au foyer suite à des séparations ou divorces trouvent pas de logement pendant des années. Et le neuf, les plus aisés seulement peuvent en avoir accès, l’existence qui s’amenuise. Pour les économistes il est plus important que les gens aient des voitures allemande qui coutent 3 fois plus cher et qui vont 2 fois plus vite que la vitesse maximale autorisée plutôt que des bons pneumatiques pour des déportés en manque d’imagination.


                            • Ouam2 (---.---.41.186) 20 juin 01:51

                              Bonjour Hugo, ravi que tu soit réapparu pour continuer 
                              (et tres désolé du manque de contributions sur article qui pourtant est essentiel)

                              Bref que veut tu le foot passionne plus les foules (sigh)
                              As tu écouté ceci (l’ingé urbaniste) qui explique super bien ?

                               

                              Je vais essayer de reprendre les différents points :
                              Alors oui je suis titalement en accord avec toi avec la russie mais surtout pour merkel qui elle
                              « pille » joyeusement de nombreux pays pour servir 2 grandes causes , son pib, son grand patronnat, et ce comme tu le soulignes toi meme d’ailleurs tres bien.

                               

                              Pour la degressivité, ou c’est pas mal comme valeur entre 1.8 et 1.5 est raisonnable.
                              bref sur tout cette partie on est completement d’accord.

                              Sauf pour ta partie ou ca diverge plus loin à la fin de mon article, tu va comprendre.

                              « ... l’apport de la médecine occidentale, vaccinations et médicaments, réduit la mortalité infantile et augmente la durée de vie. D’où l’a forte croissance démographique ! »
                              bien sur ceci est impératif de les aider dans la mesure de nos moyens, et déja, la 1ere chose c’est stop au pillage a la merkel.

                              « Les religieux ont imposé de s’en remettre à Dieu quant à la prolifération des naissances »
                              non ceci appartient bien aux peuples, c’est à eux de regenter ceci, pas à nous sinon cela s’apelle de l’ingérance, ou pire la dictature.

                              Tu sait l’Afrique (par ex) c’est compliqué, ce n’est pas que la religion, par exemple dans certains coins tu a 2 types.
                              - Les agriculteurs, plus ils sont nombreux (donc plus d’enfants), plus ca fait de bras, donc de richesses (a court termes)
                              - Les pasteurs (éleveurs nomades), et forcément les agriculteurs empientent de plus en plus leur territoires donc pour se défendre, plus ils sont mieux c’est, donc grosses tribus, donc bcp d’enfants...

                              Tu comrends vite la voie sans issue

                               

                              Apres tu a aussi le facteur culturel, ou la plus une femme à d’enfants plus sa position sociale s’éleve, c’est loin d’etre gagné, et les femmes sont tres peu éduquées (ou acces à l’éducation)

                               

                              En Indonsie, le shéma est a peu près le meme, plus il y a d’enfants, plus on peut produire,
                              plus on déforeste la foret « primaire » plus on plante, donc plus on a besoin d’enfants, plus on déforecte etcet pour que le patriarche s’enrichisse au bout.

                               

                              « - Fermer et bloquer les frontières à l’Australienne en fermant les yeux sur les malheurs imposés à des enfants innocents (qu’ils aillent « crever » ailleurs ! de faim, de soif, par noyades ou par bombardements et actes de guerre) est digne de la politique de leurs récents ancêtres qui ont nettoyé le continent des aborigènes. »
                              Ben tu relis ce que j’ai écrit dans mes 6 messages ci dessus, ou tu écoutes l’ingé avec le lien youtube, tu t’appercoit que :
                              Ta méthode est sans solution, je t’explique (et elle aussi le fait) que ta méthode d’acceuillir tout le monde (donc d’ouvrir grand ouvert) est la plus mauvaise des solutions :
                              et ce pour les raisons suivantes :

                               

                              - Fin nucleaire pour tous (ce qui serai la pire des solutions), ou la fin de notre planete car celle ci ne supportera jamais 20 ou 30 millards d’individus meme en chasseurs coeuilleurs (c’est dit a peu pres à la moitié de la vidéo)

                              De quel droit tu acceuillerai une partie et pas une autre ?, on repartira dans le pillage des plus forts au détriment des plus faibles.

                               

                              - En acceptant un droit d’acceuil, implicitement tu creerait au pays des ressortissants recus une forme d’ingérance.

                               

                              - Tu ne va pas « stériliser » les gens de force, ca rapelle certains souvenirs un peu puants...non ?

                              Bref tu peut pas forcer les peuples, mais il reste encore une autre solution, si tu veut tout ouvrir partout...mais... ca risque de ne pas trop pas te plaire (peut etre que si apres tout ? si tu crois tres fort en Dieu qui nous recevra tous dans son infinie bontée)

                              On acheves systématiquement chaque etre humain des qu’il dépasse l’age de 20 ou 25 ans, la ca peut etre jouable, sachant que on aura plus la possibilitée de se reproduire trop, et la moitié de la « couvée » humaine mourra et ce partout dans le monde.

                               

                              La tu résoudra tous les problèmes et en laissant tout ouvert partot, mais est-ce le meilleur choix ? est-ce TON choix, parce que tu sait qu’il se posera... au bout !
                              Rappelles toi le fim « rayon vert », c’est une tres bonne illustration de « ce » futur.

                              La vie tu sait c’est des choix, des contraintes, le tout est de choisir la moins mauvaise des solutions, parce que tu peut espérer de dieu et son infinie bontée et ses messages d’amour (ta fin), mais de la à nourrir 20 ou 30 millards d’humains avec des préches et des évangiles, tu y croit ?... serieusement ?

                               

                              Apres tu peut demander à la population plus éduquée de n’avoir que 1.5 enfants ou meme zero, mais si tu ouvres tout et de l’autre coté tu recoit 6 ou 8 enfants femmes tous les 20 ans, ton raisonnement est toujours faux a +4 ou +6 enfants / 20 ans.

                               

                              Et tu aura crée en prime 100% de population sans éducation au bout, devenue majoritaire, l’éduquée (celle qui se restreint ayant disparue) belle réussite smiley.
                              Remarque ca ira plus vite comme ca, quelque part...

                              Pour moi un chef (homme d’état etc) courageux et lucide et respectable est celui qui explique à l’autre peuple qu’il veut bien l’aider, faire son possible pour qu’il progresse, l’aider etc...
                              Mais que si son peuple veut se suicider (parce que c’est une forme de suicide la surpopulation), lui protègera son peuple ou il gere son écosysteme (*).
                              Choix que justemant à fait l’Australie en evitant les drames (les noyades) ET les futurs drames due à une irresponsabilitée facile et confortable.

                              Je te le dis, lorsque cela arrivera , je serai mort depuis bien longtemps, tu penses bien que mon message demandes quelque part

                              Il demande certaine forme de courage (ou d’imbécilitée), parce que si j’etais moins con et plus lache je dirai :

                              Mais non faut tout ouvrir, dieu est bon il nous sauvera tous, construisons un mode ouvert, de fraternité beate, enfoncons nous dans notre fauteuil bien mouelleux, sauf que cela signifie implicitement que c’est les reste des humains qui payera la note plus tard.

                               

                              Je ne puis écrire ceci, et tu sait pourquoi ?
                              J’aime pouvoir me regarder dans une glace le matin en ne me dégoutant pas trop.

                              J’ai été ravi d’échanger avec toi, meme si nos points de vue divergent sur certains points, 
                              ce qui fait la qualitée du débat au bout pour le lecteur qui s’en réjouira.

                               

                              (*) Tu a un super documentaire sur des population aborigènes dites « primitives » et elles justement ne le sont pas, parce qu’elles gerent sans l’homme « blanc » qu’elle fuient au possible du à son inconsistence et irreponsabilitée notoire, et régulent leurs naisances
                              en connaissant des plantes avortives pour ne pas etre un poids trop important pour leur écosystème, c’est un document rare je t’invites à essayer de le visionner.


                              • hugo BOTOPO 20 juin 11:27

                                @Ouam2
                                 À répondre trop vite selon ses critères de pensées on prête trop facilement à son interlocuteur des pensées qu’il n’a pas ou qu’il réfute.

                                D’accord sur ta remarque finale (*) sur la régulation démographique chez les peuples premiers prétendus « primitifs ». Dans leur culture la régulation des naissances existait et c’était une contrainte sociale de survie dans un territoire donné avec des ressources limitées.

                                Je ne cautionne pas les religions et surtout leurs condamnations/interdictions de toute méthode contraceptive. Je n’ai pas lu dans les Évangiles ou dans la Bible d’interdictions explicites et implicites de méthodes contraceptives. Si les enfants n’étaient que des bouches à nourrir sans bras pour travailler, il y en aurait eu beaucoup moins : c’est ce qui explique en partie la disparition des familles nombreuses dans nos civilisations interdisant le travail des enfants : c’est une bonne chose.

                                Jamais je ne propose la solution d’ouvrir les frontières à tous les migrants potentiels.
                                Mes remarques sur l’Australie où une poignée d’immigrés ont accaparés les ressources et richesses d’un continent après avoir massacré les populations autochtones, et se barricadent pour conserver leur butin, mettent en évidence l’égoïsme humain. Ce continent, en retirant sa partie désertique, pourrait accueillir autant d’humains que l’Europe, avec une densité de population normale ; par contre le Japon à très forte densité de population peut fermer ses frontières : avec la densité de population japonaise l’Australie pourrait accueillir au moins un milliard d’habitants. Ce sont mes réflexions et analyses, ce ne sont pas des solutions que je préconise pour « régler » le problème de la croissance exponentielle de la démographie.
                                En tant que remarques ou analyses c’est bien la fermeture des frontières autour de la méditerranée qui induit des noyades. Chaque jour plus d’un million de personnes traversent les frontières (dites ouvertes) par avion, bateau, train, car, voiture, sans qu’il y ait de noyades.
                                Ceci ne veut pas dire que l’ouverture des frontières à tous les humains à la recherche de meilleures conditions de vie dans d’autres pays, soit la solution que je préconise. En effet, devant les afflux de masses de « barbares » (en référence à l’histoire), il y aura des frictions pour s’accaparer les richesses et ressources en quantité limitées : soit les immigrés liquident les autochtones (solution australienne ou américaine du nord), soit les autochtones massacrent les intrus. La solution de la douce intégration dans un creuset culturel de base, n’est valable que pour des immigrations en nombre réduit, (la réduction étant variable avec l’écart culturel et/ou religieux). Je ne peux préconiser des solutions qui conduiront à des massacres et guerres civiles.

                                De toute façon, tant que l’égoïsme et l’individualisme, sous le couvert de « Liberté » seront prépondérantes, aussi bien pour la conception d’enfants que pour la consommation/destruction effrénée de richesses et de ressources planétaires, la situation poursuivra sa course vers l’explosion planétaire. La Liberté, sauf dans le domaine de la pensée, doit être soumise aux impératifs de Fraternité et de Solidarité humaines. C’est une voie d’avenir que j’appelle de mes voeux ! Il faut garder espoir ! En l’Homme ???

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

hugo BOTOPO


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès