Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Bâtir une station météo de l’emploi et de l’activité

Bâtir une station météo de l’emploi et de l’activité

« Le chômage baisse »... Cet axiome gouvernemental, asséné et répété, est de plus régulièrement mis en scène. Cet axiome mérite décryptage. La baisse du chômage n’est réelle sur le plan statistique que depuis février 2006, et elle doit peu à la politique du pouvoir en place. L’essentiel est dans une démographie favorable à cette baisse et dans la multiplication des artifices conduisant à sortir les chômeurs des listes officielles. A défaut d’agir massivement sur le niveau de chômage réel, l’actuel gouvernement instrumentalise, à des fins électorales, une baisse, fabriquée, pour l’essentiel, du nombre des chômeurs.

Comment être bientôt en dessous des deux millions de chômeurs officiels alors que le nombre d’allocataires de minima sociaux ne cesse de croître ? En France, plus de trois millions de personnes sont allocataires d’un minimum social. Avec les ayants droit, conjoints et enfants, c’est un peu plus de six millions de personnes qui vivent d’un minimum social. Ces chiffres ne sont pas communiqués ni commentés chaque mois. Il en est de même pour les situations de sous-emploi. Les personnes travaillant moins qu’elles ne le souhaitent sont aujourd’hui plus de 1,2 millions. Ce sous-emploi explique la croissance massive du nombre des « travailleurs pauvres ». Cette réalité-là n’apparaît aucunement à travers l’indicateur médiatisé des statistiques du chômage. Un indicateur dont la pertinence est aujourd’hui en débat.

Les demandeurs d’emploi inscrits à l’ANPE sont classés dans différentes catégories en fonction de la nature de l’emploi qu’ils recherchent et de leur disponibilité. Il existe ainsi huit catégories de demandeurs d’emploi. Les statistiques officielles publiées chaque fin de mois privilégient les demandeurs d’emploi de catégorie 1, c’est-à-dire ceux qui recherchent un emploi à temps plein en contrat à durée indéterminée et qui n’ont pas travaillé plus de 78 heures au cours du mois. De plus, ce nombre est « corrigé des variations saisonnières », c’est-à-dire qu’il est modifié afin de réduire les effets de variations parfois fortes, mais revenant chaque année. En définitive, le nombre mensuel de demandeurs d’emploi livré en pâture aux médias est un nombre bien épuré !

Un nombre épuré qui doit être en baisse... C’est la priorité des pouvoirs successifs. Depuis déjà plusieurs décennies, la publication et la médiatisation de ce chiffre influent considérablement sur les politiques de l’emploi. Cet indicateur, pourtant extrêmement réducteur d’une réalité particulièrement complexe, est devenu l’alpha et l’oméga des hommes politiques. Un indicateur sacro-saint qui déclenche des actions politiques conjoncturelles visant la baisse statistique immédiate du chômage, alors qu’on est en droit d’attendre de véritables politiques structurelles. Les techniques du camouflage statistique pour sortir les chômeurs de la catégorie 1 sont nombreuses. Revue de détails qui est loin d’être exhaustive.

Les emplois aidés

Le nombre des emplois aidés par l’Etat est aujourd’hui considérable et en augmentation : 212 000 CIVIS (Contrat d’insertion dans la vie active), 47 000 contrats d’avenir, 166 000 contrats d’accompagnement dans l’emploi... Ces contrats sont trop précaires et trop subventionnés pour être durables ; ils alimentent le chômage caché.

Le suivi mensuel des demandeurs d’emploi

Depuis le 1er janvier 2006, quatre mois après son premier entretien à l’ANPE, le chômeur entre dans le processus de suivi mensuel. En multipliant les fréquences et les opportunités d’accès à l’information sur les emplois disponibles, ce dispositif permet à des personnes immédiatement employables de retrouver rapidement un emploi. Le suivi mensuel permet aussi de sortir des statistiques une partie des autres chômeurs. En effet, la mensualisation du suivi entraîne une explosion mécanique des convocations, d’où découle une explosion, elle aussi mécanique, des absences à convocations. Les sorties de la liste des demandeurs d’emploi sont alors plus nombreuses. De plus, le dispositif peut conduire à la culpabilisation et au découragement de nombreux chômeurs qui, face à leur incapacité à trouver du travail, et fatigués d’être convoqués inutilement, cessent leur recherche et disparaissent des listes de l’ANPE.

Le contrôle de la recherche d’emploi

La réforme du contrôle de la recherche d’emploi intervenue à travers le décret du 2 août 2005 conduit à multiplier les exclusions temporaires de l’assurance-chômage. Chaque mois, près de 1700 chômeurs voient leur allocation réduite ou supprimée et ils disparaissent, au moins momentanément, des statistiques officielles.

La mauvaise indemnisation des chômeurs

Seulement environ la moitié des chômeurs sont indemnisés par le système de l’assurance chômage (les Assedic). Dans ce contexte, certains chômeurs ne maintiennent pas leur inscription à l’Assedic et à l’ANPE. Et ils ne sont donc plus comptabilisés comme chômeurs !

La sempiternelle polémique sur le nombre de chômeurs affiché le confirme : la statistique mensuelle du chômage a désormais perdu toute crédibilité. Les indicateurs permettant de véritables analyses sur l’activité, les emplois et le chômage existent. La vraie question devient donc : quels sont les indicateurs à médiatiser pour utilement éclairer les débats sur le chômage et sur son évolution ?

L’idée d’abord défendue ici est de médiatiser prioritairement le solde net des créations ou des disparitions d’emplois. C’est là un intéressant critère pour rendre compte de l’activité d’un pays.

Ensuite, en ce qui concerne le nombre de chômeurs, il semble pertinent d’afficher largement le nombre d’actifs qui ne travaillent pas du tout, ou pas autant qu’ils le souhaiteraient. Cela reviendrait à additionner les huit catégories de chômeurs existant aujourd’hui en y ajoutant les demandeurs d’emploi des DOM et les dispensés de la recherche d’emploi[1]. On aurait enfin un chiffre non épuré qui permettrait de connaître le nombre réel de chercheurs d’emploi.

Enfin, puisque des personnes privées d’emplois ne sont pas inscrites à l’ANPE, il est important d’avoir des données sur l’importance de la pauvreté et de savoir combien de personnes vivent en dessous du seuil de pauvreté. Cet indicateur est d’autant plus essentiel que le nombre de jeunes actifs pauvres en situation d’emploi ne constitue plus un phénomène marginal.

L’ampleur de l’activité avec ses effets sur le niveau de l’emploi, le nombre de chercheurs d’emploi et le niveau de la pauvreté, tels sont les trois indicateurs à privilégier. L’objectif n’est en rien de « casser le thermomètre pour cacher ces chômeurs que nous ne saurions voir » ; il est, au contraire, de bâtir une véritable « station météo » de l’emploi et de l’activité.



[1] Les demandeurs d’emplois proches de la retraite sont dispensés de recherche d’emploi et ne sont pas comptabilisés comme chômeurs.


Moyenne des avis sur cet article :  4.64/5   (33 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • Marie Pierre (---.---.229.45) 27 novembre 2006 11:45

    J’ai découvert qu’un licencié économique ne rentrait pas dans la catégorie « chômeur » mais « stagiaire » !!!

    En revanche, il n’y a pas assez de travail dans les villes moyennes, pourquoi ne pas développer le travail à temps partagé ? Et le faire admettre aux demandeurs d’emploi ! Le travail à temps partiel chez 2 ou 3 employeurs, c’est sympa. Je l’ai pratiqué pendant 2 ans, faut juste avoir les neurones adaptées. Pas sorcier ! Je n’avais pas l’impression d’être précaire.


    • Marie Pierre (---.---.229.45) 27 novembre 2006 13:51

      Le Furtif,

      Relisez mon commentaire : je parle de villes moyennes, pas de la région parisienne.

      Il existe maintenant des groupements locaux d’employeurs : employeurs qui ont eu la bonne idée de créer une structure qui embauche des salariés (les remunèrent) et les mettent à disposition des employeurs adhérents.

      Les caissières et vendeuses d’hyper sont exploitées par des patrons qui gagnent à embaucher à temps partiel. Ils ne paient pas les heures sup. C’est totalement différent d’un employeur qui n’a besoin d’un salarié que quelques heures par semaine.

      Pour l’Education Nationale, c’est souvent l’effet de la machine administrative qui ne peut mettre en corrélation des besoins proches.

      A vous lire avec plaisir


    • kirinyaga 27 novembre 2006 12:48

      Je me demande si on peut arriver à obtenir des chiffres fiables sur le nombre de chômeurs à partir des données officielles. Le système a tellement été trafiqué que cela me paraît très difficile.

      Je conviens avec vous que la situation est parfaitement absurde. Ces indicateurs sont censés éclairer les politiques, leur permettre d’orienter leurs politiques, d’observer leurs effets. Aujourd’hui, ils sont aveugles car leurs chiffres sont tous faux et largement bidonnés. Quelle idiotie !

      Il me semble finalement que le chiffre le plus sûr serait encore le nombre de travailleurs plutôt que celui des chômeurs. On pourrait même compter le nombre d’heures travaillées, je pense que le ministère doit disposer de ce chiffre (peut-être pas mensuellement, par contre). Divisé par le nombre d’actifs potentiels (un autre chiffre facilement disponible je pense), on aurait un indicateur beaucoup plus fiable. Et on pourrait aussi en retrancher facilement les emplois sous perfusion gouvernementale.


      • parkway (---.---.18.161) 27 novembre 2006 13:38

        il y a un chiffre officiel intéressant, c’est celui des primes à l’emploi : 9 millions de français, je crois, le touchent ts les ans.

        Donc, 9 millions de français sont dans la précarité ;

        Merci à du breton pour ces chiffres !


        • Marie Pierre (---.---.229.45) 27 novembre 2006 13:53

          Que nenni !!!

          Si vous n’avez pas assez travaillé, pas de prime. Et pourtant précaire...


        • Fred (---.---.155.75) 27 novembre 2006 14:13

          Et apres nous nous moquons des US et de leur economie qui laisse des gens sur la bas cote. Force est de constater que le modele Francais n’est pas beaucoup mieux. Si pendant de nombreuses annees, il a ete adapte ; il ne peut plus continuer de la sorte.

          Malheureusement, il n’est pas possible de faire des omelettes sans casser des oeufs et a force de proteger les employes contre les patrons soi-disant « vereux », le systeme a puni indirectement ces memes employes en les gardant en dehors du systeme ou pour ceux qui sont dans le systeme en leur donnant un faible salaire pour des qualifications de plus en plus importantes. Demandez autour de vous pourquoi les petits patrons n’embauchent pas et vous entendrez souvent qu’ils ont peur de ne pas pouvoir se debarasser de leurs employes si les choses vont mal.


          • Sophie (---.---.160.176) 27 novembre 2006 15:18

            DRE : Les chômeurs de plus de 55 ans « dispensés de recherche d’emploi » étaient 411.840 à fin septembre 2006. Ils ne rentrent dans aucune des 8 catégories et ne sont pas comptabilisés.

            CRP/CTP : les signataires des « convention de reclassement personnalisé » ou autres « contrats de transition professionnelle » vont directement dans la catégorie 5 (formation) alors qu’ils viennent tout juste de perdre leur emploi. Leur nombre exact est peu connu, mais ils seraient plus de 60.000... Les dispositifs CRP et CTP sont la dernière astuce de Jean-Louis Borloo pour tronquer les chiffres officiels.

            Les allocataires des minima sociaux étaient 3,5 millions à fin 2005. Cette année-là, les allocataires de l’ASS ont augmenté de 8,2% et les allocataires du RMI de 4,7%...

            A noter que 12% des inscrits à l’ANPE sont RMIstes, ce qui signifie que seulement 63% des 1,26 million de RMIstes ne rentrent pas dans les chiffres du chômage.


            • LE CHAT (---.---.75.49) 28 novembre 2006 10:01

              on pourrait donner le pourcentage de français ayant les poches vides le 15 du mois ou vivant sur leur découvert à partir du 10 , ça serait instructif .

              Comme disait Coluche , les fins de mois sont difficiles , surtout les 30 derniers jours


              • Comenius (---.---.166.43) 29 novembre 2006 15:34

                Deux bonnes infos

                - En neuf ans, de 1996 à 2005, le chômage apparent (chômage officiel) a diminué de 21% en passant de 3.062.980 à 2.419.600 inscrits en catégorie 1 Anpe (chômage officiel). En fait, le chômage réel des diverses catégories de chômeurs et des chômeurs en partie ou en totalité dissimulés à travers différents dispositifs, calculé en équivalent « temps plein », a un peu augmenté, passant de 5.745.310 à 5.848.550.

                Cependant, la population active, occupée (ayant un emploi) ou non (chômeur inscrit), est passée de 25.591.000 (1996) à 27.637.000 (2005), au sens du BIT et de l’INSEE. Cette population active doit toutefois être corrigée en réintégrant les personnes qui en sont artificiellement exclues : les dispensés de recherche d’emploi, celles en préretraites entières et les chômeurs en stage. La population active corrigée devient 26.070.000 en 1996 (+479.000) et 28.132.000 en 2005 (+495.000).

                Le taux de chômage apparent (officiel) est de 11,96 % en 1996 et de 8,75 % en 2005, en prenant la moyenne annuelle de la catégorie 1 de l’ANPE.

                Le taux de chômage réel est :
                - 16,97 % en 1996 et 14,54 % en 2005 sans tenir compte de l’équivalence chômage des emplois à temps partiel
                - 22,04 % en 1996 et 20,79 % en 2005 en tenant compte de ce chômage partiel de fait.

                Lire http://travail-chomage.site.voila.fr/chomage/chom_reel_1996_2005.htm


                - Et pour relativiser avec la durée du travail moyenne dans divers pays, ce qui a son importance sur le taux d’emploi et le niveau du chômage.

                Lire http://travail-chomage.site.voila.fr/emploi/duree_travail.htm

                En faisant la moyenne de tous les emplois, à temps partiel et à temps complet, on travaille plus en France (36,3 h par semaine) qu’en Italie (36,2 h), au Danemark (35,1 h), en Allemagne (33,6 h), aux USA (33,8 h), en Espagne (33,2 h), en Grande-Bretagne (31,7 h), en Suède (30,1 h ou 36,1 h pour ceux « au travail »), aux Pays-Bas (29,2 h) et dans d’autres pays.

                Un texte précis et bien documenté (sources officielles)


                • rocher (---.---.219.202) 30 novembre 2006 13:44

                  Je vous conseille le livre de Patrick Salmon, éloquent sur le fiasco. En plus il a des idées. Il devrait faire comme Nicolas Hulot, menacer de se présenter. Mais pas plus que l’environnement les francais ne s’interessent aux chomistes, les candidats non plus. Non ce qui intéresse c’est d’etre sur de toucher des retraites confortables le plus tot possible pendant que ses propres enfants galerent. Les vieux ca vote.


                  • René Job (---.---.131.63) 1er décembre 2006 19:42

                    Allez un peu d’audace, Diantre :

                    Créons le Revenu de citoyenneté à 1000€/mensuel indéxé sur le cours de l’inflation. Renonçons à tous les problèmes d’emplois, de retraites etc. en les envoyants à leur vrai place : la sphère privée.

                    Ouf.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès