Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Bienvenue dans la Déflation

Bienvenue dans la Déflation

La déstabilisation et la fragilisation de notre système financier est susceptible d’entraîner une crise potentiellement très sérieuse et durable du fait d’un mécanisme que l’économiste des années 30 Fisher appelait "la déflation par la dette". Fisher expliquait en effet qu’une crise majeure était toujours provoquée par deux facteurs, à savoir le surendettement et la déflation, sachant que toutes les autres causes probables de la crise passent au second plan dès lors que l’on est confronté à une récession grave et prolongée.

Se référant aux crises de 1837, de 1873 et à la Grande Dépression qu’il avait vécu en temps réel, Fisher observe que, poussé à des niveaux extrêmes, le surendettement provoque à un moment donné la faillite du débiteur, du créancier ou des deux à la fois, induisant une réaction en chaîne en 9 épisodes.

(1) Ces banqueroutes créent une situation de détresse où les intervenants bradent leurs actifs, (2) aboutissant à une diminution conjointe des dépôts bancaires et de la circulation de la monnaie fiduciaire à cause des remboursements de ces dettes qui (3) exercent une pression baissière généralisée sur les prix et un gonflement de la valeur du Dollar. Si cet affaissement des prix n’est pas contré par des mécanismes de "reflation", (4) la valorisation/capitalisation des entreprises s’en trouve ainsi affectée provoquant des faillites et (5) par ailleurs une dégringolade du profit des entreprises (6) ainsi que des réductions de la production et du niveau général de l’activité commerciale couplés à une augmentation du chômage. Résultat : (7) pessimisme et perte de confiance sévissent tout en ayant (8) comme conséquence logique le gonflement de l’épargne et, du coup, une diminution supplémentaire de la masse monétaire en circulation. L’ensemble de ces 8 occurrences précédentes induisant (9) de fortes perturbations sur le niveau des taux d’intérêts par le biais d’une baisse des taux nominaux accompagnée d’une hausse des taux réels.

Le surendettement de ces dernières années a été principalement motivé par les anticipations selon lesquelles le marché immobilier allait poursuivre sa tendance nettement haussière et, de fait, tous les intervenants (individus, entreprises, Etat) ont participé à ce surendettement dans le but d’améliorer leur rentabilité et leurs profits...Cependant, à mesure que les prix du marché immobilier s’appréciaient, ces investisseurs se rendaient compte qu’ils n’étaient pas correctement rémunérés par rapport au risque contracté, d’où cette vague de liquidation (deleveraging) massive et cette tragédie Fishérienne en 9 actes qui semble se jouer sous nos yeux. 

Cette récession est d’autant plus appelée à durer que la déflation qui l’accompagne augmente encore le fardeau de la dette car, la réduction de la masse monétaire entraînant une augmentation de la valorisation du Dollar, chaque Dollar dû est ainsi d’autant plus cher à acquérir ! Crise qui ne s’atténue finalement que par la faillite quasi "universelle", la seule issue pour casser ce cercle vicieux étant, selon les mots mêmes de Fisher, l’avènement de "banqueroutes cruelles, du chômage et de la famine" !

Fisher entrevoit néanmoins une bouée de sauvetage à même d’interrompre cette spirale infernale : la "reflation". A cet effet, il semblerait que les autorités monétaires internationales soient bel et bien en train d’appliquer cette recette puisque les injections massives de liquidités dans les marchés sont par nature hautement inflationnistes. Mais ce n’est pas en remédiant à un seul problème - celui de la liquidité - que l’on cassera un processus qui a d’ores et déjà très largement métastasé dans l’économie réelle : De fait, en dépit de ces rallonges substantielles en liquidités à destination du système financier, l’anémie macro économique ambiante aura comme impact direct la fragilisation supplémentaire du système financier... 


Moyenne des avis sur cet article :  4.69/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 19 novembre 2008 10:04

    Déflations , reflations , flatulences de l’économie .....


    • ASINUS 19 novembre 2008 10:25

      en clair nous en bas on vas derouiller un peu plus , il n y avait qu a voir le sourire jouissif de la patronne du medef , ces salopards pour surnager vont nous grimper sur les épaules, et quid des vrais pauvres de la planete ? condamnés aux emeutes de la fin et autres jacqueries , leurs clameurs parviennent elles dans les salons cossus de Davos ?


      • ASINUS 19 novembre 2008 10:27

        un oublis , merci de ne pas avoir fait un texte trop abscons


      • ASINUS 19 novembre 2008 19:28

        emeutes de la faim , emeutes de la fin , yep pour un beau lapsus c est un beau lapsu :->s


      • jondegre jondegre 19 novembre 2008 10:37

        Résumons la situation :durant la phase de hausse de la bulle, les riches ont pompé l’économie en exigeant du 15% de rendement à travers des structures de pompage appelées banques/LBO/Hedge Funds. Ces pompes se sont vues vidées de tout l’argent extrait au fur et à mesure. L’argent est donc désormais dans les mains des propriétaires/gros clients des structures pré citées. Les structures qui pour opérer cette extraction avaient pris des engagements long terme qui ne pouvaient s’avérer gagnants que durant la phase de hausse de la bulle. La bulle s’étant retournée, elles vont donc désormais être mises en faillite. Et c’est là qu’ils sont malins, le système de la "responsabilité limitée" les autorise à garder tout l’argent extrait des structures de pompage et ils n’ont plus qu’à les mettre en faillite.

        L’Etat, très largement noyauté par les mêmes personnes, annonce alors qu’il va prendre les pertes à sa charge. L’Etat va donc réemprunter aux voleurs sus cités l’argent qu’ils ont pillé, afin de boucher les faillites de leurs propres instruments de pompage d’argent... Cette charge de la dette supplémentaire va rendre le budget de l’Etat intenable. Les Etats vont alors être obligés de privatiser les pans de l’économie encore publics sur lesquels les riches ne peuvent pas prélever leur 15% de dîme... Et les même riches ayant volé la richesse produite durant la phase de hausse de la bulle, vont donc pouvoir maintenant racheter avec cet argent volé plus les intérêts de la dette : la Sécurité Sociale, l’Education Nationale, l’Assurance Chômage...

        Et la boucle sera bouclée.


        • Bof 19 novembre 2008 12:33

          @jondegre :...mais, on peut continuer votre raisonnement ....car les finances de la sec.soc. sont bien tristes et il faudrait un gros demi-tour pour la pérenniser + il y a déjà 22% d’illettrés pour les résultats de notre éducation nationale, + le nombre de chômeurs va dépasser le nombre de travailleurs, si la crise se durcit car nous avons chassé par l’ isf et d’autres taxes nos ’" sdf Belge’" ( Sans Difficultés Financières pour nos amis Belge)....voilà où j’en suis !....D’ ici que l’on soit obligé de dire " svp" ’ voulez-vous de nos organismes ? ’ ... !!!....


        • jondegre jondegre 19 novembre 2008 14:33

          Apres la question qu’il faut se poser mon bof, c’est "est-ce que certains services publiques n’ont pas été purement et simplement sabotés" pour que les bofs acceptent facilement la privatisation de leurs droits.

          Et en Belgique, ils echappent a la crise ?


        • Gilles Gilles 19 novembre 2008 15:43

          L’augmentation de la part du privé dans l’Assurance maladie est en constante augmentation déjà, et ensuite sa généralisation progressive était dans les cartons de Sarko.

          Les privatisations ont déjà largement entamé le patrimoine de l’Etat. Quant on en est à vendre les autoroutes, qui était sur le point de se transformer en poule aux oeufs d’or, à prix bradé en plus, tellement qu’il a fallut forcer Villepin en lui mettant un couteau sur la gorge pour demander un chouia plus, c’est qu’il ne reste plus grand chose de vendable... ;bon reste EDF c’est vrai

          Rien de neuf ! ça va juste aller plus vite. Le mérite de la situation, c’est qu’au lieu de se faire en loucedé, ça se verra mieux.


        • herve33 19 novembre 2008 18:44

          "Les Etats vont alors être obligés de privatiser les pans de l’économie encore publics"

          Espérons que cela sera plutot le contraire , on risque plutot de devoir nationaliser des grandes banques ou des entreprises , même si les idéologues du néolibéralisme cela les rend malade . 
          A moins que nos dirigeants soient assez débiles pour mettre sur les marchés boursiers des entreprises publiques en pleine crise financière .


        • geko 19 novembre 2008 11:28

          "Le surendettement de ces dernières années a été principalement motivé par les anticipations selon lesquelles le marché immobilier allait poursuivre sa tendance nettement haussière et, de fait, tous les intervenants (individus, entreprises, Etat) ont participé à ce surendettement dans le but d’améliorer leur rentabilité et leurs profits"

          Le surendettement de ces dernières années a été principalement motivé par la cupidité d’une bande de truands, borgnes au royaume des aveugles, qui ont abuser les individus et fait du profit sur leur avenir !

          Le crédit à la consommation est un non sens : Consommer ce qu’on a pas encore produit relève d’un comportement suicidaire  !

          Quand Paulson est étonné d’apprendre qu’une bonne partie de la croissance a été tirée par le crédit à la consommation il ment comme une ordure de permier rang !


          • Daniel Roux Daniel R 19 novembre 2008 12:13

             smiley La dépression a pour origine les délocalisations massives des emplois vers des pays à très bas coût salariaux, sociaux et écologiques.

            Mis en concurence déloyale, les salariés des pays développés victimes du chômage de masse ont dû accepter une baisse continue de leur pouvoir d’achat et donc de leur capacité d’endettement et de remboursement des dettes en cours.

            Mais pas seulement, dans le même temps, la baisse des salaires entraînent la baisse du financement de la protection sociale et la baisse des rentrées fiscales. Ces dernières sont compensées par des hausses permanentes dispersées à travers les prélèvements obligatoires privés type assurances, mutuelles ou télécommunications, et donc prélevés sur les seuls ménages.

            La baisse des impôts des plus riches est scandaleuse dans la mesure où Sarkozy la fait compenser par les plus pauvres de façon détournée avec la bénédiction d’un parlement à sa botte.

            La seule façon de remédier à l’appauvrissement des classes moyennes serait de leur redonner un emploi qualifié, donc de relocaliser les productions dans l’Union européenne au moins pour ce qui concerne sa consommation. Et oui, il s’agit bien de protectionisme mais de protectionisme raisonné.

             :-> Bizarrement, tout les dirigeants politiques au pouvoir sont contre le protectionnisme européen, tout en pratiquant la subvention massive de leur entreprise nationale, financée par l’impôt. En réalité, ils ne roulent que pour les multinationales.

            Avez-vous remarqué qu’ils ne donnent jamais d’autres arguments pour soutenir leur politique que "La mondialisation est inévitable" ? 


            • Hakim I. 19 novembre 2008 12:56

              "Crise qui ne s’atténue finalement que par la faillite quasi "universelle", la seule issue pour casser ce cercle vicieux étant, selon les mots mêmes de Fisher, l’avènement de "banqueroutes cruelles, du chômage et de la famine""
              Autrement dit, c’est comme ça que le capitalisme s’auto-régule


              • zelectron zelectron 19 novembre 2008 13:07

                ...et dans la déconsommation !


                • Bernard Dugué Bernard Dugué 19 novembre 2008 14:10

                  Bonjour,

                  Un argument de plus en faveur de mon plan Marshall-Wood-Dugué de resolvabilisation des ménages par injection de monéthique, autrement dit la planche à billet. Certains ont critiqué le dispositif qui soi-disant génère de l’inflation, or, la conjecture actuelle étant déflationniste, ce plan n’aurait que des effets bénéfiques.


                  • herve33 19 novembre 2008 18:51

                    resolvabilisation des ménages par injection de monéthique, autrement dit la planche à billet.

                    Cela ne marchera que si on prend des mesures protectionistes , mais on y viendra . A mon avis , pas de solution si on ne taxe pas les importations des pays qui n’ont pas de système de protection sociale , ou qui se moque de l’environnement . 



                    • ASINUS 19 novembre 2008 17:00

                      ". De nombreux experts craignent en revanche que, dans la zone euro, la Banque centrale européenne (BCE) rechigne, pour des raisons historiques et culturelles, à adopter une stratégie monétaire aussi extrême"

                      celle ci je l adore quels sont les veules politiques les sombres connards qui se sont debarrassé du pouvoir politique et regalien de battre et controller la monnaie ?


                      • impots-utiles.com 19 novembre 2008 18:29

                        Le gouvernement en a profiter pour annoncer ce mercredi une annualisation du malus écologique sur les voitures les plus polluantes. Ce malus sera de 160 euros par an pour les véhicules émettant plus de 250 gr de CO2 par kilomètre.
                        Toutefois le gouvernement continue d’argumenter aux bonnes gens que les impôts n’augmenteront pas... les taxes quant à elles, fleurissent comme au printemps !

                        http://www.impots-utiles.com/malus-annuel-pour-les-voitures-les-plus-polluantes.php


                        • wesson wesson 19 novembre 2008 22:05

                          Ben oui, le président du pouvoir d’achat te fabrique une nouvelle taxe par mois !

                          En même temps, même si aujourd"hui c’est difficilement concevable, il y a eu une majorité de français pour mettre au pouvoir ce gugusse


                        • Adrian Adrian 19 novembre 2008 18:36

                          Au vu de ce graphique la déflation est provisoire :

                          http://research.stlouisfed.org/publications/usfd/page3.pdf


                          • Pierre Boisjoli Pierre Boisjoli 21 novembre 2008 18:11

                            Les banques centrales des divers pays savent qu’il ne peuvent laisser le monde aller à la déflation car ce sera une guerre mondiale avec les bombes atomiques, la fin du monde. Je vous invite à lire mon site à la section "ma psychiatre" ou à la science économique le tenseur de l’histoire.
                            Pierre Boisjoli


                            • donino30 donino30 24 novembre 2008 08:08

                              Pour moi, tout cela aboutira plutôt fatalement à une hyperinflation, pour la simple et bonne raison que les gouvernements ne pourront faire face à leur dette... Eventuellement en effet précédée par une légère deflation, tel le recul de la mer avant l’arrivée d’un tsunami. Mais au final les monnaies ne résisteront pas, vous pouvez en être certain.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès