Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Bienvenue dans le monde féerique de la Banque Centrale Européenne

Bienvenue dans le monde féerique de la Banque Centrale Européenne

Je souhaite partager ce qui suit avec vous. En effet, je vous propose de visionner le dessin-animé ci-dessous. Mais avant de cliquer sur le bouton play, il faut que vous preniez connaissance de ce qui suit.

Ce dessin-animé a été produit par la BCE (Banque Centrale Européenne). Il est destiné à venter les mérites de l’Eurosystème, en ce sens que ce dernier est présenté comme un héro, sauveur et protecteur de la population européenne. Le message véhiculé n’est autre que le suivant : la BCE et l’Eurosystème nous protège tous contre l’abominable monstre de l’inflation. Le casting et la construction du scénario sont à ce point partiels et partiaux que le message peut tromper le premier venu, camouflant au passage les rôles et les responsabilités des protagonistes, du moins pour ceux qui ne détiennent pas les outils leur permettant de décripter la supercherie.

C’est pourquoi, afin de vous permettre de comprendre le principe de l’inflation dans un contexte plus étendu, je vous invite à lire les articles L’argent n’existe pas et Le FMI ou l’arme de la dette. Les vidéos qui accompagnent ces articles vous fourniront les éléments fondamentaux qui vos permettront de déconstruire la propagande de notre système monétaire. Mais avant cela, je vous suggère de vous penchez sur la fameuse vidéo de la BCE :

Sur la page Youtube de la vidéo ci-dessous on peut lire, je cite : « La stabilité des prix : pourquoi est-elle importante pour vous ?

Aux termes du traité instituant la Communauté européenne, l’Eurosystème, qui comprend la Banque Centrale Européenne (BCE) et les banques centrales nationales des Etats membres de l’Union européenne ayant adopté l’euro, a pour mission principale de maintenir la stabilité des prix. 

La théorie économique et les travaux empiriques montrent que la politique monétaire, en assurant la stabilité des prix, est en mesure de contribuer de manière significative au bien-être général, et notamment à un niveau élevé d’activité économique et d’emploi.« 

ps : vous pourrez constater également – sur la page Youtube de la vidéo ci-dessous – que l’option commentaire a été désactivée.

Force est de constater que la propagande de l’idéologie dominante (néolibérale) se concentre avant tout sur les jeunes générations.

Informons-nous et informons nos proches !

Par Badi Baltazar, pour Le Grand Ecart.

Plus d'info par ICI


Moyenne des avis sur cet article :  4.82/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • xmen-classe4 xmen-classe4 24 juillet 2012 15:34

    L’Europe n’avais pas trop le choix, pour que les 16 pays puissent avoir une monnaie unique.

    ils ont due se promettre de ne pas chercher à modifier la vitesse de circulation de l’argents.

    Les américains sontlibéraux comme les japonais et bien les premier ont choisis l’inflation et les deuxieme la déflation.

    2% c’est pas tout, comment réussir à conserver ce taux si la balance commerciale n’est pas équilibré ?


    • xmen-classe4 xmen-classe4 24 juillet 2012 16:02

      ensuite c’est très simpliste, normalement l’inflation en France deviens une déflation en allemagne et la stabilité de la monnaie suisse va être utilisé pour dire que la déflation Espagnol etais une déflation en italie.

      Les libéraux disent qu’il faut pas chercher à contrôler les prix, sinon les industrielles sont obligé de déménager.Les industrielles sont obligé de déménagé parce que c’est mieux controlé chez les autres.

      les salaires, les prix et la monnaie n’ont plus d’incidence entre eux pour la simple raisons que l’on peut importer si c’est trop cher en France. si c’est pas assez cher il peuvent plus exporter.
      quand ils peuvent exporter c’est trop cher pour là bas. si ils veulent que des clients puissent acheter ailleurs ils se retrouvent avec d’autres concurrents qui les empêche d’exporter.
      Les actionnaires ne sont pas des libéraux.

      • BA 24 juillet 2012 16:48

        El Economista : « éviter un effondrement financier imminent » 


        Une troisième région espagnole va demander l’aide de l’Etat :

         

        la Catalogne.

         

        La crédibilité de l’Espagne sur les marchés financiers a subi un nouveau coup mardi alors que la Catalogne, l’une de ses régions les plus puissantes, a admis qu’elle pourrait demander l’aide du gouvernement.

         

        La région du Nord-Est du pays, deuxième en termes de contribution au PIB, a l’intention de solliciter elle aussi une aide de Madrid, après une demande similaire formulée vendredi par Valence, a indiqué le responsable de l’économie du gouvernement catalan.

         

        Interrogé par la BBC sur un éventuel appel de la Catalogne aux finances du gouvernement espagnol, Andreu Mas-Colell a répondu : "Oui. La situation actuelle est que la Catalogne ne dispose pas d’autre banque que le gouvernement espagnol".

         

        Une annonce qui survient alors que l’Espagne elle-même est en danger sur les marchés, avec comme enjeu d’"éviter un effondrement financier imminent", souligne le journal El Economista. La plupart des analystes fixent octobre comme date limite.

         

        Le Trésor espagnol a d’ailleurs dû payer cher mardi pour emprunter 3,05 milliards d’euros, avec des taux passant de 2,362% à 2,434% pour les bons à trois mois et de 3,237% à 3,691% pour ceux à six mois, par rapport à la dernière émission similaire, le 26 juin, où ils s’étaient déjà envolés.

         

        http://www.boursorama.com/actualites/l-espagne-toujours-bousculee-par-les-marches-la-catalogne-en-difficulte-3dfefad3f9161362591072b60f3d876a


        • alinea Alinea 24 juillet 2012 22:40

          Je ne sais pas qui peut regarder cette vidéo jusqu’au bout ! Ils auraient dû demander de l’aide à tous les dessinateurs qui ont illustré les problèmes de la dette par exemple, pour le Front de Gauche.
          Vous avez raison, il nous faut réussir à informer tout le monde.
          Tant que cette vidéo ne passe pas aux J T des grandes chaînes !!


          • BA 29 juillet 2012 14:36

            La deuxième restructuration de la dette grecque va coûter entre 70 et 100 milliards d’euros aux 17 banques centrales nationales et aussi à la BCE.

             

            Il va donc falloir recapitaliser les banques centrales nationales et recapitaliser la BCE.

             

            Deux possibilités :

             

            1- Les contribuables de la zone euro vont devoir payer entre 70 et 100 milliards d’euros d’impôts supplémentaires.

             

            2- Ou alors on va épargner les contribuables : les banques centrales nationales vont devoir vendre une partie de leurs réserves d’or.

             

            Quelle possibilité va choisir François Hollande en France, Mariano Rajoy en Espagne, Mario Monti en Italie, etc ?

             

            Lisez cet article :

             

            La Banque de France va-t-elle devoir vendre son Or ?

             

            Si la banque de France doit se recapitaliser pour absorber les pertes liées à une nouvelle décote des obligations souveraines grecques, elle devra faire appel à l’Etat ou peut-être...vendre son Or.

             

            L’Europe travaille à une nouvelle restructuration de la dette qui pourrait contrainte la banque centrale européenne (BCE) et la Banque de France à se recapitaliser. Pour faire baisser l’endettement de la Grèce et maintenir ainsi le pays dans la zone euro, cette restructuration de la dette supposerait en effet des pertes importantes pour la Banque centrale européenne et les banques centrales nationales. L’objectif serait, selon des informations obtenues par l’agence Reuters, de réduire l’endettement de la Grèce de 70 à 100 milliards d’euros afin de le ramener à 100% du produit intérieur brut.

             

            L’une des options envisagées consisterait pour la BCE et les banques centrales nationales membres de l’Eurosystème à accepter une décote de 30% sur les obligations de l’Etat grec qu’elles détiennent. Le montant total des créances du secteur officiel sur la Grèce , qui comprend les prêts bilatéraux consentis à Athènes par les Etats membres, est estimé entre 220 et 230 milliards d’euros.

             

            Les banques centrales de la zone euro détiennent en effet de grandes quantités de titres grecs acquis notamment dans le cadre du SMP (securities markets programme) et ces titres sont généralement assortis de taux d’intérêt très élevés. D’ailleurs, la Banque de France va reverser à la Grèce les intérêts qu’elle a perçu au tire des obligations souveraines grecques qu’elle détient, soit 754 millions d’euros comme le premier plan de restructuration le prévoyait.

             

            La BCE s’est refusé à tout commentaires sur ce sujet. Mais certains responsables européens estiment que la Banque de France et les banques centrales de Malte et de Chypre seraient en première ligne. Elles sont les plus exposées à la dette publique grecque, et pourrait avoir besoin d’être recapitalisées pour compenser les pertes liées à la décote des obligations souveraines qu’elles détiennent. Certains imaginent même qu’elle pourrait vendre son Or...

             

            http://www.latribune.fr/entreprises-finance/banques-finance/industrie-financiere/20120727trib000711375/la-banque-de-france-va-t-elle-devoir-vendre-son-or-.html

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès